attention aux serpents ecossais au large du portugal

C'est la semaine dernière que le premier des trois Pelamis achetés par la société portugaise d'énergies renouvelables Enersis a quitté l'île de Lewis, au nord-ouest de l'Ecosse, pour le Portugal. Le Pelamis est une sorte de gros « serpent » d'environ 150 mètres de long sur 3,50 mètres de diamètre, composé de sections cylindriques reliées entre elles par des articulations équipées de moteurs hydrauliques. Objectif : convertir en électricité l'énergie produite par le mouvement des vagues.

Le Portugal, qui envisage la création de la première centrale de ce type au large de Povoa de Varzim, au nord du pays, a passé commande ferme de 3 Pelamis auprès de la société écossaise Ocean Power Delivery, qui les fabrique. Il a même signé une lettre d'intention pour 28 unités supplémentaires si les trois premières donnent satisfaction. Avant de rejoindre le site, les morceaux de chaque Pelamis doivent d'abord être assemblés. Puis, cet été, les machines seront connectées au réseau électrique portugais grâce à un câble sous-marin. La première tranche de 3 Pelamis devrait permettre de produire jusqu'à 2,25 mégawatts, et le projet dans son ensemble pourrait atteindre 22,5 mégawatts, correspondant à la consommation électrique de quelque 15.000 foyers.

« Enersis a choisi notre Pelamis parce que notre technologie est à ce jour une des plus abouties. En effet, nous disposions déjà d'un prototype dont le design avait été audité par une société indépendante spécialiste de l'offshore », explique David McGuiness, responsable commercial chez Ocean Power Delivery.

Politique incitative
Quant à la priorité accordée au Portugal pour la création de la première centrale « houlomotrice », « elle a été dictée par la politique incitative de son gouvernement en faveur des énergies renouvelables. Il subventionne en effet chaque kilowattheure ainsi produit à hauteur de 0,24 euro, explique David McGuiness. Nous restons très dépendants des mécanismes de soutien, en attendant que nous soyons en mesure de produire à un prix compétitif, reconnaît David McGuiness. Mais c'est avec ce type de mécanisme de soutien que l'énergie éolienne a réussi à s'imposer ».

Ocean Power Delivery est actuellement en négociations avancées pour deux projets situés en Grande-Bretagne, l'un en Ecosse et l'autre dans le sud-ouest de l'Angleterre avec la société Ocean Prospect.

L'équipage
23 mar. 2006
23 mar. 2006
0

Eh JEAN ! dans le SO de l'angleterre ?
y vont nous coller ça où aux Seven Stones ?

23 mar. 2006
0

tant qu'il n'y en a pas sous le golden gate
photo sous spi sous le GG

23 mar. 2006
0

A titre d'info
Le coût complet de production de l'électricité d'une centrale moderne au gaz naturel est d'à peu près 0.006 euros par kWh (kilowatt heure), celui d'une centrale au charbon est d'environ 0.005 euros par kWh, et celui d'une centrale nucléaire est aux alentour de 0.004 euros par kWh.

Pour les centrales au charbon et au gaz, cela fluctue un peu en fonction des prix du charbon, du gaz et du CO2.

BAV,

Francois

23 mar. 2006
0

Sorry, en me relisant ...
Je me suis aperçu que je me suis emêlé les pinceaux.

Gaz naturel 0.06 € par kWh
Charbon 0.05 € par kWh
Nucleaire 0.04 € par kWh

23 mar. 2006
0

et alors
tu penses que c'est mieux d'utiliser du charbon ou du fuel lourd ??? plutot que du renouvelable, merci d'elaborer
:-)

23 mar. 2006
0

le feu aux bagnoles
c'est très bien ça pour relancer l'économie automobile avec une TVA à 20.6
Un autre projet qui n'a pas aboutit dans ma région; les hydrogénérateurs. Avec des dizaines de kms carré à 8/9 noeuds de courants, ça doit représenter quelques Kws ......

23 mar. 200616 juin 2020
0

Pour le fuel non,

je tiens à en garder pour produire de l’énergie sur le boot par contre, pour le nucléaire pas de problème.

Pour le charbon, on pourrait rouvrir les mines et y envoyer les chômeurs et les minimexés des banlieues, ça les occuperait et il n’aurait plu besoin de foutre le feu aux bagnoles pour se chauffer... :reflechi:

pfffzzzz

24 mar. 2006
0

Pour françois (non inscrit)
J'éprouve beaucoup de plaisir à voir le miracle de mon batooo marcher au vent et j'aime le vent... Quant au coùut du nucléaire, je suis toujours étonné (espanté même) de voir toujours annoncé des zeros en oubliant d'y intégrer un siècle de recherche fondamentale et appliquée (payée par qui?), d'y intégrer le coût de la gestion et du traitement des déchets (qui payera ?), d'y intégrer le coût du démantèlement des centrales (qui payera ?)
Alors franchement, les serpênts écossais risquent de nous gêner dans l'approche de certaines côtes qui de toute façon ne sont pas les mieux pavées mais je préfère ça aux centrales de bord de mer qui crachent leurs eaux chaudes chargées de produits plus ou moins miracles
Et meilleur vent à tous
Albert 11

24 mar. 2006
0

albert
je ne suis pas certain que le résultat aille dans le sens que tu crois si on pouvait comparer les coûts RD de chaque type de production par rapport aux quantités produites qui sont sans commune mesures entre le nucléaire, l'éolien ou le photovoltaïque par exemple mais je serais intéressé par les ordres de grandeur, puisqu'il semble y avoir des initiés sur ce forum

24 mar. 2006
0

Ordre de grandeur
une maison "écolo", c'est à dire conçue dès le départ avec tous les équipements idoines, économise jusqu'à 70% de l'énergie pour le même confort. Chiffre constaté sur maison réellement construite. Le coût supérieur à la construction est évidemment très rapidement amorti.

Quant au prix du nucléaire, c'est une aimable plaisanterie: personne aujourd'hui n'est capable de faire un vrai calcul (coût du stockage souterrain des déchets longue durée par exemple?).

Le vrai gisement d'énergie, c'est de vivre en gachant moins. Et c'est même pas triste !

24 mar. 2006
0

70 %, c'est énorme !
même 30 %, ce serait déjà bien. C'est certainement l'avenir. Mais l'avantage reste tout de même au nucléaire ; les coûts de recherches ne sont pas à prendre en compte, parce que toutes les énergies en ont eu (charbon, pétrole...), à comparer avec les moyens financiers disponibles aux époques où elle ont été développées. Par contre le nucléaire seul peut fournir la demande croissante, il ne dégrade pas l'environnement s'il est bien maîtrisé, les problèmes de stockage et de retraitement peuvent être résolus si la dimension émotionnelle du nucléaire (bombe atomique !) peut être aplanie. Jamais les énergies renouvelables ne pourront éclairer, irriguer, chauffer... toute la planète. Ou alors faudra accepter des barrages sur toutes les rivières, faudra slalomer entre les éoliennes en mer, faudra couvrir le sol de panneaux solaires...

27 mar. 2006
0

70% c'est pas assez
Allemagne, Suisse, Autriche, des pays pas trés favorisé par l'ensoleillement ou la température hivernale.
Mais ces pays font le choix volontaire de construction neutre sur le plan énergétique.
Neutre c'est donc 100%, ou bien à l'inverse des maisons qui ne consomment pas d'énergie. Se chauffer, s'éclairer et cuisiner sans pertes.
C'est le cas de tout un quartier à Friebourg.
Pendant que nous sommes encore aux normes de construction vivrélec, leurs normes de construction sont beaucoup plus strictes.
Rien n'empêche d'avoir une maison qui produit plus d'énergie qu'elle n'en consomme. Ce n'est tout simplement pas un concept envisagé en France.
Sur le plan environnemental nous sommes les cancres de l'Europe.
Tom B

25 mar. 2006
0

Faux problème !
Aller chercher le mouvement des vagues, les courants marins ou encore les vents pour produire de l'énergie aboutit à des coûts de production de l'ordre de dix fois plus importants que ce qu'on peut avoir avec du nucléaire, du charbon ou du pétrole. Vous me direz qu'on n'intègre pas dans les coûts de l'énergie produite par les combustibles fossiles ou le nucléaire les coûts indirects liés à la pollution ou au démantèlement. Evidemment, lorsque l'automobiliste américain fait le plein de son SUV, il se fout du coût humain lié aux inondations au Bangla-Desh. Lorsque le franchouillard moyen chauffe son pavillon à l'électricité, il se fout de savoir que les coquillages concentrent les polluants nucléaires sur des milles en aval du tuyau de rejets d'effluents de La Hague, que les autochtones bouffent joyeusement ces coquillages, ou encore que les Corses et les Dauphinois ont des taux de cancers plus élevés que la moyenne nationale à cause des retombées de Tchernobyl.

Alors, pourquoi dis-je que c'est un faux problème ? Parce que le gisement d'économies d'énergie, dans les pays développés comme le nôtre, est énorme. Je citerai deux "cibles".

1 - le chauffage des bâtiments anciens. Je viens de pousser au fesses deux copropriétés pour faire des "diagnostic thermiques" avant d'entreprendre des travaux d'isolation ou de changement d'énergie. L'inertie, dans ce domaine, est catastrophique. Elle se manifeste par diverses réactions : celle des syndics qui s'en foutent, celles des propriétaires-bailleurs qui n'en ont rien à cirer car ce sont les locataires qui payent les charges, celles des vieux à qui il ne faut pas parler de travaux amortissables en dix ans, celle des je m'en foutistes, celle des petits spéculateurs qui estiment qu'ils ne vendront pas leur bien plus cher parce que l'immeuble sera bien isolé, etc...

2 - Les transports de marchandises. On fait du sur place depuis des années pour le report de la route vers le rail. Et pourtant il existe des solutions techniquement performantes ! Mais, de peur de facher M. X ou M. Y, à la SNCF ou au ministère des transports, avant que ces braves gens ne partent à la retraite, on refuse de remettre en cause des manières de travailler obsolètes.

Alors oui, franchement, ça me fait mal de voir des gens se masturber l'intellect pour mettre des "serpents" de 150 m de long en mer pour produire des peanuts d'énergie, alors que l'immeuble dans lequel j'habite fait la joie des moineaux et des corbeaux qui viennent s'y chauffer, ou encore alors que je sais que des solutions permettent de mettre des milliers de camions chaque jour sur des voies ferrées et qu'on refuse de travailler sérieusement sur ces solutions.

25 mar. 2006
0

La maison dont je parle
en Allemagne je crois, est totalement autonome, avec notament des vitres transparentes qui... font panneaux solaires ! Elle ne couvre donc pas de barrages et même pas d'éoliennes la campagne environnante.
Il suffirait d'un petit peu de R&D en plus et on trouverait rapidement des solutions parfaitement modernes et fiables. Le problème est purement politique et certainement pas technologique...

25 mar. 2006
0

politique ?
Alors c'est de la politique des salaires dont tu parles... ou de celle des prix de l'immobilier...

J'aurai sans doute à changer de maison dans les 2 à 3 ans qui viennent: politique de mon employeur...
J'arriverai dans un coin où l'immobilier est plus cher: politique du logement...
Et je ne pourrai pas m'acheter une maison "écolo": c'est trop cher pour moi à l'achat ! Politique des salaires...

Bref, pour moi c'est pas politique, c'est une question de pognon.
Ou alors je cherche des sponsors pour sauver la planète, crois-tu que ça peut marcher ? :tesur:

25 mar. 2006
0

Transport
Je me souviens avoir vu acheter en très grosse quantité des lentilles importées de France à Djibouti, il y a trente ans. Petit détail : elles avaient poussé en Ethiopie et étaient certainement passées par Djibouti avant d'y revenir !!!! Aujourd'hui, est-on bien sûr que le poisson vendu près de Boulogne n'est pas passé par Rungis ?

25 mar. 2006
0

Politique et pratique bancaire
Je prends ton exemple. Tu peux faire construire une maison et y mettre :

  • Un chauffage électrique
  • Un chauffage central au gaz
  • Un chauffage par plancher solaire direct (psd)

Si tu fais les calculs, les devis, tu vois que le supplément pour la solution 2 (par rapport à l'électrique) est de 10 kr. Le supplément de la solution 3 est de 20 kr. NB : c'est pas des courones danoises, c'est des kilo-roros.

Dans les deux cas, si tu calcules le retour sur investissement (au coûts actuels de l'énergie), tu vois que tu amortis en dix ou quinze ans. Or tu vas emprunter sur 20 ans pour construire ta maison. Et tu sais que pour tes prêts, ton banquier va limiter à 30% de tes revenus les remboursements. 33% dans le meilleur des cas. Si tu essayes de lui expliquer qu'il peut monter à 35 ou 40% parce que tu as un chauffage qui s'amortit de lui même, donc un retour sur investissement, il te dira que "oui, techniquement tu as raison", mais qu'il est un employé, que sa hiérarchie lui a fixé des règles, et qu'il ne peut pas y déroger. Point final, tu vas mettre un chauffage électrique comme tout le monde, sinon, faudra que tu sacrifies la chambre du petit dernier pour faire redescendre le budget.

Comme on voit mal les politiques expliquer aux banquiers quelles sont les pourcentages des revenus admissibles pour le remboursement des prêts, et encore moins les contraindre à ce niveau là, la situation est bloquée. Evidemment on te dira qu'il y a des subventions pour installer un PSD. Mais elles sont loin de couvrir la totalité de la différence de budget avec un chauffage électrique.

Il suffirait pour la débloquer la situation de créer des prêts spéciaux pour le financement des chauffages basés sur les énergies renouvelables, tels que les PSD ou les chauffe-eau solaires, avec évidemment validation de la solution par un expert pour éviter les plantages, et surtout d'obliger les banquiers à considérer que les remboursements de ces prêts, du fait du retour sur investissement généré, ne doivent pas être pris en compte dans le calcul de la limite des 30% !

On est dans le même délire lorsque, pour arriver à acheter des terrains moins chers et passer dans le budget imposé (par les 30% du banquier) on s'éloigne de son boulot, et donc on dépense un max en frais de transports. Et je ne parle même pas des coûts induits pour la collectivité et de la pollution.

La règle brutale et con des "30% des revenus" qu'appliquent sans réfléchir les banquiers conduit à une politique insensée en matière d'énergie et d'aménagement du territoire.

25 mar. 2006
0

AMHA, c'est surtout un problème de rentabilité
étant archi à mes heures, l'investissement ne se rentabilise pas, les panneux solaires sont HS bien avant. Désolé pour ma suffisance mais encore une fois je sais à peu près ce dont je parle. Heureusement que certains s'y lancent , cela finira, j'espère, à abaisser les coûts. Ai-je été correct . les gars ! lol

26 mar. 2006
0

Y'a des panneaux qui durent plus longtemps
que d'autres. Et dans un PSD le coût des panneaux n'est pas le poste essentiel. Sais tu que pour une villa de 100 m2 il faut 15 à 20 m2 de capteurs seulement pour faire un psd ?
Alors même s'il faut les changer au bout de 15 ans, c'est pas grave. J'ai l'impression que tu es resté sur les expériences (certaines catastrophiques) de maisons "tout solaire".

25 mar. 2006
0

Politique des salaires
pour ta note de fuel qui a doublé en 2 ans ?
Je te charrie, je comprends bien, mais c'est de politique à long terme dont je parle, et les copropriétaires dont cause Jean-Pierre pourraient être obligés par la loi à faire quelque chose, moyennant réduction d'impôts ou aides. Tout est possible si on veut.

25 mar. 2006
0

Un jour...
...on se souviendra qu'il y a longtemps, on a gaspillé les ressources de la planête.

25 mar. 2006
0

Tout ça est bel et bon,
mais reste à fournir l'énergie permettant de fabriquer ces chauffages-miracles, les matériaux de construction modernes, celle permettant de faire avancer les trains de marchandises, de pomper l'eau, de la retraiter, d'éclairer (là, ok, on pourrait éclairer 10 ou 100 fois moins sans inconvénient...); faut aussi faire tourner les phares et allumer leur lanterne (détail), fabriquer le plastique de nos tupperware et faire chauffer la baguette de soudure des chaudronniers qui assemblent vos coffres-fort... etc etc etc. Avons-nous des solutions propres et économiques pour tout, et ce dans un avenir proche ?
Sais pas. Crois que le nucléaire a de bos jours devant lui, et pas seulement pour des raisons politiques ou budgétaires... Mais espère ! Ai foi en l'homme, ce sublime abruti qui massacre ses contemporains et lui recolle des mains, des visages... Suis cinglé ! et pas le seul !

25 mar. 2006
0

Un jour...
...on se souviendra qu'il y a longtemps, le pétrole et les déchets nucléaires ont fait des dégats irréparables.

26 mar. 2006
0

Oui, il y a aussi des économies
de transport à faire. L'histoire des patates belges qui vont se faire plucher en Grèce pour revenir se faire frire en Belgique est caricaturale, mais dans beaucoup de cas c'est un peu ça...

25 mar. 2006
0

Transports de marchandise
Il y a effectivement beaucoup d'économies d'énergie à faire dans ce domaine : favoriser le transport par train au lieu de la route, taxer le transport par avion qui est un des plus polluants.

Et question subsidiaire : a-t-on besoin de transporter toutes ces marchandises ? Plutot que de produire des tonnes de poulet qui tiennent meme pas sur leur pattes et de les exporter, ne pourrait-on pas produire plus localement et de manière écologique ?
ici, ca souffle, il pleut, un temps à surfer sur Héo.
Bon WE à tous.

25 mar. 2006
0

J'élabore ...
Bonjour,

J'ai mentionné les coûts des technologies classiques de production de l'électricité parce je trouve que ce serpent de mer écossais n'est pas bon marché, mais alors là vraiment pas.

Si toute notre production d'électricité devait s'établir sur de telles bases, notre facture d'électricité devrait au minimum doubler, et plus probablement tripler. Et pour des consommateurs industriels, ce serait encore pire. Pas bon pour le pouvoir d'achat et pour l'emploi AMHA.

Mais bon, peut-être que pour certains verts ultras, moins d'emploi et moins de pouvoir d'achat sont bon pour la nature.

Je ne suis pas nécessairement opposé à un certain soutien aux énergies renouvelables. Mais cela m'irrite de constater que ce soutien se fait souvent sans aucune considération des dimensions économiques et donc sociales de la question: "c'est de l'énergie renouvelable, donc c'est bien!". Je peux néanmoins vous assurer que quelqu'un paiera pour les surcoûts de ce genre de projet. Je ne m'avance pas beaucoup en affirmant que ce sera soit le contribuable lambda soit le consommateur lambda.

Et ce serpent écossais illustre merveilleusement mon propos. Tant qu'à faire de l'énergie renouvelable, pourquoi pas des éoliennes. Les conditions au Portugal me semblent assez favorables: vents assez forts et réguliers. J'estime leur coût complet de production de l'électricité à 0.07-0.12 € par kWh. C'est déjà plus raisonnable.

Pour finir, j'ai bon espoir que sur mon futur bateau, je pourrai presque me passer du moteur pour produire mon électricité. Mais je préfère ne pas trop calculer le coût au kWh. Enfin, au moins dans ce cas, c'est moi qui décide et c'est aussi moi qui casque.

BAV,

Francois

PS: les coûts de démantèlement et de gestion des déchets sont inclus dans le coût complet de production des centrales nucléaires. Ils ne représentent cependant pas grand chose comparé au coût de l'investissement initial: 0.002-0.003 € par kWh pour la gestion des déchets et moins de 0.001 € par kWh pour le démantèlement.

27 mar. 2006
0

lecon d economie d energie: le prix
Les grosses bagnoles aux diesels inefficaces ont laisse place a des moteurs performants uniquement parce que le progres a ete motive par une demande economique.
Pour ne pas gacher, il faut rendre precieux.Pour rendre precieux il faut rendre cher
On a double le prix du carburant et ma clio fait deux allers retour au havre avec moins d un plein .
Qui acheterait aujourd hui une bagnole qui bouffe 20l aux cent a part pour epater la galerie?
Une energie plus chere ne coutera pas plus car on economisera beaucoup plus beaucoup mieux, on consommera moins plus intelligeamment.Le progres technologique sera stimule car rentable a court terme.
Ce qui freine les economies, c' est un prix moyen de l energie brade afin de garantir la croissance economique a court terme.
Mais peut on demander aux bipedes "sapiens" de voir plus loin que le bout de leur museau, deja si court dans cette espece?
La difference principale entre ce metazoaire et les autres, n' est elle pas une relative intelligence individuelle et un aveuglement collectif absolu?
Moi je suis veto, ca m evite d etre decu..

27 mar. 2006
0

Off grid
J'ai un copain et ex equipier navigateur sur l'atlantique qui fait des maison Off grid dans le Midwest ou le climat est plutot frais et le vent assez irreguleir, cela marche parfaitement mais c'est cher bien sur mais il y a une minorite d'americains qui a bien compris le pb, on en est à 600 000 prius hybrides vendues. On a meme pas un modele equivalent en france

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Litiri

Souvenir d'été

  • 4.5 (137)

Litiri

novembre 2021