asymétrique et contreécoute

bonjour tout le monde,

Depuis quelques temps une question me trotte dans la tête:
comment gréer la contre écoute d'un spi asymétrique dont le point d'armure est fixé au bout d'un bout dehors d'env 1m20? (bateau opium39)
je fait passer la contre écoute devant le guindant du spi ou entre le guindant et l'étai?
je suis preneur de toutes vos expériences
d'avance merci
dom

L'équipage
26 fév. 2013
26 fév. 2013
0

C'est une question où il n'y a pas de réponse définitive.

Si tu fais passer l'écoute par devant le spi, tu as le risque réel de passer par dessus à l'empannage. On limite ce risque en mettant une petite latte au point d'amure qui récupère l'écoute quand elle est molle.

Perso, j'ai fais le choix de la passer entre l'étai et le guindant, et j'empanne sans souci. Dans ta config ou le bout dehors est assez long, je pense que cela doit marcher assez bien. Mon bout dehors fait 80 cm pour un asy de 70 m².

Jacques

26 fév. 2013
0

En fait, la règle, si on peut dire, c'est entre l'etai et le guidant de spi dans les petits airs et au dela de 10kts devant le guindant du spi.
Entre l'étai et le spi, le mieux est que quelqu'un devant aille chercher la contre ecoute pour empanner, alors que devant le guindant de spi, bien choquer l'écoute attendre que le spi soit en drapeau devant en empannant et récupérer la nouvelle écoute, avec de l'habitude on arrive à récupérer la nouvelle écoute en même temps que l'empannage mais attention à ne pas border trop top sinon bazar dans les ficelles, vu la dimension de ton spi, je te conseillerais de passer devant le guindant de spi et comme l'indique Erendil avec une latte dans le prolongement du bout dehors, ça se passe plutôt bien et sans aucune pression car il fait le grand tour !

26 fév. 2013
0

merci pour vos réponses,

je pense que je vais opter pour la solution devant le guindant avec une petite latte fixé au point amure pour éviter de passer sur la contre écoute.
Les 135 m2 du spi m'effraie un peu quant a les faire passer entre le guindant et l’étai

26 fév. 2013
0

certaines voileries cousent une petite latte semi-souple directement au point d'amure du spi asy ; elle dépasse de la toile d'une dizaine de cm en V vers le haut, ce qui permet d'y mettre la contre-écoute quand elle est molle.

26 fév. 2013
0

oui c'est que j'ai compris,
je vais emmener mon asymétrique à ma voilerie pour faire coudre cette petite latte...
le seul truc qui m'ennuie c'est la longueur d'écoute qu'il faut!...

26 fév. 2013
0

Bonjour , c'est plus pratique de passer la contre-écoute entre l'étai et le spi, sans le risque que l'écoute passe sous l'étrave , si elle est trop choquée ........dans la brise ,ça secoue et la latte ne suffit pas toujours.......

Comme d'ab , le mieux est d'essayer les deux façons , et de faire son propre choix....bon vent.

26 fév. 2013
0

Avec un assymétrique, moi j'enroule sur l'emmagasineur je change l'écoute, et je déroule sur l'autre bord.
Et pas d'embrouille
JP

26 fév. 2013
0

En régate, si tu fais comme ça, t'es mort ;-)

26 fév. 2013
0

Ah bon ? Regarde les vidéos des régates des AC 45 sur youtube

Ils ne font que ça.

26 fév. 2013
0

Et puis les mecs qui enroulent ou un gabarit tout autre que la copine de Dom. C'est impressionnant.

135m2 sur un Opium ça doit envoyer du lourd quand même...

26 fév. 2013
0

C'est le ême principe avec emmagasineur de spi ou genaker. D'ailleurs, un "genaker" n'est qu'un nom francophone pour un spi asymétrique relativement plat.

Sur les catas, c'est toujours plus plat à cause du vent apparent qui vient toujours plus serré qu'avec un monocoque.

26 fév. 2013
0

ce n'est pas des spis mais des genakers qui ne peuvent etre empannés uniquement enroulés sans poser de problèmes

26 fév. 2013
0

en fait, nos cuisses font les bras, c'est la seule différence....heureusement pour Dom sinon il filerait droit ---------

27 fév. 2013
0

Pas fou !!!! je fais pas de régate. C'est un truc de fou.
Jp

27 fév. 2013
0

La régate est la meilleure manière d'apprendre rapidement à obtenir le meilleur de son bateau. On voit très rapidement ce qu'on fait faux. On observe les gars qui vont plus vite.

C'est génial.

26 fév. 2013
0

comme ça a été dit, entre l'étai et le spi, c'est bien par petit temps, ou si l'équipage est vraiment réactif et bien coordonné ; sinon, dans la brise, ça donne des figures de style intéressantes, cf par exemple certains J80 lors du dernier Spi Ouest...

26 fév. 2013
1

C'est bien ce qui m'inquiète, les figures de style c'est moyen moins pour moi et ma petite moitié qui navigue avec moi. donc je crois que je vais définitivement en rester à la contre écoute devant le guindant, sur une petite latte et avant d'empanner j'irais vérifier que tout est clair.

26 fév. 2013
0

LaurentS , tu as raison ....mais les équipages peu réactifs , naviguent rarement dans la brise......

26 fév. 2013
1

avec un grand spi l'empannage devant le guindant avec le spi en drapeau est le plus soft

26 fév. 2013
0

pitalugue, tu as raison...dans la brise, je n'envoie pas le spi...mais je navigue qd même ;-)

26 fév. 2013
0

Bonsoir,
Quelqu'un a t'il une photo de la fixation de cette petite latte svp ?
L'Opium 39 est l'un de mes rêves....

26 fév. 2013
0

Comme si dessus, devant l'était jusqu'au médium, et par l'extérieur au dessus. (c'est dingue on est tous d'accord)

Cela dit en sportboat avec les grands bdh on empanne devant l'étai par tout temps, comme ça pas de galère de contre écoute sous le bateau.

La technique est alors d'avoir une écoute continue ou épicée pour éviter les noeuds qui immanquablement viendront se bloquer contre l'étai au pire moment.

Carrick peut te faire des trucs super.

C'est encore plus vrai quand en arrivant babord à la bouée bien abattu tu décides d'affaler au vent.

Si tu empannes par l'extérieur, le coup de la latte est crucial, dans l'attente tu peux en scotcher une à ton bdh.

26 fév. 201316 juin 2020
1

Voodoo: Moi aussi...mais maintenant c'est fait ;-)
latte----> cf fichier joint

26 fév. 2013
0

l' ammure est de préférence sur un bout dehors ou une delphignère pour l'éloigner de l'enrouleur et éviter le coquetier avec une poulie de renvoi en bout sur manille que je peux déplacer sur un piton plage AV pour servir de hale bas pour le spi symétrique.Pour l'empannage en drapeau la contre écoute doit passer devant le guindant comme dit précédemment dans le fil

26 fév. 2013
0

il existe une astuce de mettre les 2 ecoutes sur une petite estrope quand tu passes à l'intérieur, et même a l'extérieur, je pense que Carrick pourrait expliquer ou confirmer, à mon avis ça evite et les 2 mousquetons et l'anneau de point d'ecoute de spi qui font un gros paquet qui peut coincer sur l'étai quand on borde entre l'étai et le spi....

26 fév. 2013
0

@dekers: intéressante cette astuce bien que je ne vois pas très bien le montage, Un petit schéma ce serait cool ou si Carrick peut m'éclairer , ce serait que mieux peut -être?
ceci étant dit, je sens quand même mieux l'affaire en empannant ce spi par l'avant, je me démerderais de la contre écoute. Je pensais, éventuellement, gréer une petite garcette sur cette contre écoute, prés (env 1/1m50)du point d'écoute, ce qui me permettra, peut -être?, de la ramener si elle passe sous la coque, à voir...
merci à tous pour toutes ces infos, elles m'ont bien aidé dans ma réflexion

27 fév. 201316 juin 2020
0

Cela s'appelle une tackline c'est en fait le point d'écoute du spi qui se termine par un bout en dyneema plutôt q'un oeillet ce qui permet de frapper les écoutes directement sur cet oeil.
Sur les petits bateaux (en régate) ou l'on fait des affalages capots ou bien si il y a des avaleurs de spi les écoutes se terminent elles même par un oeil et on les cravates l'un dans l'autres. Mais cela est difficilement transposable en croisière ou avec de grands spi car cela imposerait de ranger les écoutes avec le spi a chaque affalage. on frappe donc les écoutes a l'aide d'une manille textile.
je joint 2 photos: si vous zoomez vous verrez la patte sur le spi pour la contre écoute (elle n'y est pas d'ailleurs, elle se trouve a l'interieur mais c'est une erreur du n°1 a l'envoi)
et la tackline avec son bouquet écoutes manille textile

27 fév. 2013
0

merci carrik
connais tu quelqu'un sur LR qui est capable de faire ce genre de matelotage?

27 fév. 201327 fév. 2013
0

ça y est, je viens de comprendre le principe ('tain, c'est moche d'être vieux); merci Carrick; c'est ce que j'ai plus ou moins fait, mais sans savoir que ça s'appelait "tackline" (Enfin une dénomination qui permet de comprendre tout de suite de quoi il s'agit :-)
En fait de tackline, j'ai fait une manille textile, suffisamment longue pour dégager l'oeillet du point d'amure des bras du spi. Et ça passe, ça glisse sur l'enrouleur du génois comme "papa sur maman".

27 fév. 2013
0

Perso, je navigue à 2. Je ne fais pas la course, mes bords de spi durent plusieurs heures donc pour l'empannage : chaussette en bas (j'ai mes deux écoutes à poste), je regrée sur l'autre amure. Temps passé maximum : 4 minutes et zéro risque de voir le spi (115 m²) en vrac.
Si en équipage, contre-écoute entre étai et guindant et un équipier devant pour faire passer.

27 fév. 2013
0

Je vous prie de m'excuser de glisser un peu sur ce sujet passionnant pour rebondir sur une question très proche: comment virer de bord sous genaker?
Pour l'empannage on a le même dilemme (en avant du guindant ou entre étai et guindant), mais j'utilise souvent le génaker au près par des vents inférieurs à 10 noeuds. Avec une bordure de 5 m et un étai distant seulement de 1m du guindant, je n'ai pas trouvé d'autre alternative que de le rouler avant un virement. Mais c'est bien long, et, en plus, on perd de la vitesse avant le virement. C'est ça, ou empanner, ce qui n'est pas simple non plus: il faut détendre le guindant avant de choquer les bastaques, si on ne veut pas voir la tête de mât partir vers l'avant!
Y a-t-il une autre solution?

27 fév. 2013
0

Sous genaker, vu le tissu et le vent apparent créé, je ne penses pas que tu n'as pas d'autres solutions, tu enroules à donf, en laissant le dernier mètre, et tu déroules...vive les bastaques

27 fév. 2013
0

bonne question mais je n'ai pas la réponse toute faite; si je suis amené à virer vent de bout, c'est qu'il n'est plus temps de porter le gennaker; exception faite du petit temps, où je m'autorise le louvoyage en le gardant. Et dans ce cas, mon équipière l'accompagne sans difficulté.

27 fév. 2013
0

sous gennak ou code zero pour le virement
1 on etarque le guindant
2 on roule
3 on vire
4 on deroule
5 on rechoque du guindant
reprendre du guindant est important car la voile s'enroule mieux avec un guindant bien raide

27 fév. 2013
0

Oui, c'est ce que je fais, sauf pour ce qui est d'étarquer le guindant: au près, il est déjà étarqué au maximum. Par contre, après l'avoir roulé, je dois choquer le guindant avant de libérer les bastaques. En effet, ma drisse de genaker est en tête de mat, et le capelage est environ 2m plus bas. Il y a un guignol qui assure une certaine rigidité latérale et empêche de trop cintrer vers l'arrière, mais, en dehors des bastaques, rien ne l'empêche de cintrer vers l'avant. Donc, impératif de mollir le guindant avant de choquer les bastaques!

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Encore la pluie...

Après la pluie...

  • 4.5 (68)

Encore la pluie...

mars 2021