anti fouling coppercoat

Qui a déjà utilisé cet antifouling, et qu'en a t-il pensé???
Quel le rapport prix efficacité?

L'équipage
02 mar. 2012
02 mar. 2012
0

le coppercoat n a pas eu ici un gros succès

il suffit de taper coppercoat dans la fonction rechercher du forum , des dizaines de fils traitent du sujet en termes peu élogieux

02 mar. 2012
0

bonsoir,
En cherchant bien, on trouve des utilisateurs satisfaits.(anglais et français)
Il semblerait que les problèmes des mécontents proviennent d'une mauvaise application ou du fait qu'il faut quelques fois dans la saison plonger pour nettoyer sa carène.

Une fois assimilé le principe la formule est attractive surtout dans un bassin de navigation ou plonger tous les 3 mois pour caresser sa (ses)coque(s) est un plaisir.
Pour ma part, je viens d'effectuer une application en janvier, après décapage complet de l'ancien antifouling, ponçage à blanc du gel coat, et en suivant bien le protocole d'application.L'égrenage aprés séchage complet et avant la mise à l'eau est absolument indispensable, et est surement à l'origine de nombreuses déconvenues.
J'ai longtemps hésité, mais le témoignage direct des utilisateurs satisfaits rencontrés
l'a emporté
Bon, cela dit je pourrais en dire un peu plus dans 1 an, mais je me dit que si il n'est pas aussi efficace qu'un antifouling traditionnel, les couches d'epoxy constituants le copper-coat peut toujours servir de traitement anti-osmose/primer pour le surcouchage de l'éventuel érodable.financièrement, on est de toute façon gagnant.

02 mar. 2012
0

de toutes façons gagnant, hum, mouais, vu le prix délirant du truc

02 mar. 2012
0

Et de mon coté, j'ai décidé aussi de l'essayer en dépit de multiples avis négatifs.
Application prévue courant mars et mise à l'eau en avril au plus tard.
Par contre, j'ai poncé jusqu'au primaire qui est du VC-TAR 2. Je remets au moins 4 couches de VC-TAR 2 + les 4 couches de coppercoat.
Pour faire une analyse un peu sérieuse du comportement de cette solution, j'ai prévu quelques zones sur la coque avec un autre antifouling ainsi que quelques photos.
Affaire à suivre !

03 mar. 2012
0

merci pour ton sacrifice au nom de tous les plaisanciers !

03 mar. 2012
0

Bravo, ODeclav, ya ceux qui foncent, et ceux qui critiquent, on retrouve les mêmes en politique. Les septiques sont souvent psycho-rigides

05 mar. 2012
0

c'est surtout les fosses, qui sont septiques...

03 mar. 2012
0

Pas nul mais loin d etre bien.Efficacité inferieure à celle d'un bon antifouling classique 3 carénages en 1 an cout de manutention .....Bateau à Loctudy

04 mar. 2012
0

Presque tout avait d'accord avec Mengam : Le produit bien appliqué est efficace environ 3 ans a condition de nettoyer trois fois par an. Le produit n'est pas mauvais mais financièrement le bilan est nul, voir négatif
application+ 9 carénages ou bien antifouling classique X 3 ? A chacun de faire ses comptes et de choisir.
J'aimerais connaitre les avis des utilisateurs de longue durée (minimum 4 à 5 ans) d'OCEOPROTEC qui garantie six ans de protection avec un SEUL carénage annuel.

04 mar. 201216 juin 2020
0

Ben moi j'en ai depuis 1 an et je suis tout à fait satisfait. Je vais sortir le bateau pour passer un coup de karcher... basta...
J'ai passé 4 couches fines au rouleau sur mon primaire époxy.. facile.. puis ponçage au 300... Rien à voir avec mon antifouling précédent....

Bref... je suis convaincu.

04 mar. 2012
0

ça reviens a ce que je disais: si on est pas pret à plonger de temps en temps pour nettoyer sa coque, la formule peut être discutable.
Dans le cas de mon bateau, il n'a pas d'anodes à changer, donc je n'envisage pas de le gruter avant quelques années.
je répète: gagnant-gagnant.
pour un investissement un peu lourd au départ, c'est vrai,
mais calculez un peu le prix d'une sous-couche epoxy plus l'antifouling classique, et vous verrez qu'on est pas si loin du budget.
les temoignages des gens insatisfaits sont toujours plus bruyant que les autres.

04 mar. 2012
0

attention à n epas mettre de l'époxy sur une coque non parfaitement seche ...

04 mar. 2012
0

Tout a fait d'accord avec Paseo et sur tous les points. J'ai eu Coppercoat 8 ans et les seuls problemes que j'ai eu etait de ma faute.
Je re-sable et re-paint cet annee et je pense le reutiliser car ici en corse je n'ai aucun probleme a passer quelques heures dans l'eau a netoyer ma coque.

04 mar. 2012
0

D'après les informations que j'ai pu avoir, un traitement Oceoprotec n'est pas comparable au Coppercoat. La proportion de cuivre est plus importante dans le cas d'Oceoprotec.
J'ai observé à deux reprises des carènes fraichement traitées dans chaque cas et cela est visible.
Le coût est aussi bien plus important dans le cas d'Oceoprotec et pour bénéficier de la garantie, il faut prendre le pack complet (hydrogommage, primaire, antifouling). Impossibilité de le faire soi-même : matériel de projection spécialisé !

05 mar. 2012
0

ben, tu vois, jeanlittlewing, si tu commence a t'interesser à l'application, c'est que tu commence a y croire .blague à part, ton commentaire fait partit des impératifs de la réussite du projet:
J'ai suivi les travaux d'un propriétaire d'un Centurion 45 à port St Louis du Rhone, qui m'a semblait tout bien faire, et je me suis rendu compte rétrospectivement (quand j'ai décidé moi-même de le faire)qu'il n'avait pas égréné avant la mise à l'eau, pour révéler le cuivre (ou je ne l'ai pas vu faire à ce moment là). Je suis sur qu'au terme de la saison, le résultat lui a parut décevant, à cause d'une étape du protocole zappée.

12 mai 2013
0

Photos 9 mois après sur :
www.hisse-et-oh.com[...]us-vc17

12 mai 2013
0

J'en suis à ma deuxième année de coppercoat sur mon 101 et j'en suis satisfait. Je viens de caréner dernièrement et un coup d'éponge suffit pour enlever la pellicule de mousse. Seule l'hélice et l'arbre étaient pris avec des algues.

L'hiver prochain je poncerai un coup et passerai une couche supplémentaire.

25 sept. 2014
0

Point après 25 mois dans l'eau.
J'ai eu à laisser la carène sans bouger pendant 8 semaines cet été sans la nettoyer.
Période défavorable car la température de l'eau est plus élevée (ou moins froide, c'est comme on veut ...) et moins trouble.
Sur la carène, que du film gras et quelques algues sur la flottaison.
Sur la roue du speedo, une magnifique balle de ping pong de petites moules qui ne tenait que sur la roue (pas d'antifouling).
0 moules ailleurs.
Quelques coques sur l'arbre d'hélice et entre le safran et l'aileron. 0 ailleurs.
En moins d'une heure en apnée, la coque était nettoyée sauf la flottaison : quelques algues bien accrochées sur le gelcoat.
J'ai passé une marée basse contre un quai et en 6 heures, ligne de flottaison impeccable et ponçage du coppercoat sur 40 cm à partir de la ligne de flottaison.
C'est nickel.
Les deux hivers précédents, la coque ne s'est presque pas salie : je navigue régulièrement pendant l'hiver.

18 mar. 2021
0

Bonjour à tous,

Je venais au renseignement sur les constituants du CopperCoat et je tombe, bien tard il est vrai, sur votre fil.
Pour mon bateau (un Moody 33 biquille), l'ancien propriétaire anglais a fait poser cette protection en 2012. J'ai lu sur Voiles et voiliers que la pose devait être soignée (température, hygrométrie). Elle a dû l'être car à ce jour de 2021, elle tient toujours. Un film gras, comme dit ODeclav, que je fais partir au (petit) Karcher 1 fois/an. Moins d'une demi-heure et tout est nickel. Je donne aussi un petit coup de papier de verre grain 200 tous les 2 ans. Par contre il faut un antifouling spécial métaux pour l'hélice, l'arbre et le collier de safran. Et pourquoi pas sur l'hélice du speedo.

Ah si, à signaler: j'avais accroché il y a deux ans des cailloux en quittant le ponton à l'Ile aux Moines. J'ai racheté un ou deux pots de CopperCoat à Vannes (Chantier Naval des Vénètes, sur le net) et fait repeindre les quilles. J'étais un peu pressé de naviguer au printemps. Bateau sorti en fin Mars, nettoyé, quilles bien propres pour les retouches. Il faisait beau mais froid avec un bon petit vent, moins de 5° le matin. Eh bien un mois après, le film de CopperCoat sur les quilles pelait par bandes comme la peau d'un estivant resté bronzer-brûler sur la plage au soleil d'Août. Au prix du pot et de la MO, ça pique. On a refait les quilles par une belle journée peu ventée et depuis tout va bien. Je ne le poserai plus à moins de 10°C, temps sec et vent faible. Demander des conseils plus précis aux Vénètes.

19 mar. 2021
0

C'est vrai qu'il faut être méticuleux et précis dans l'application.
Voici ma méthode :
Mélange par 1/4 de pot (4 dose par kit). Au moins 18°C pour l'application. Je bâche pour éviter toute protection, rosée du matin, petite pluie ...
1 à 2 couches par jour : il faut que ce soit encore collant lors de l'application d'une couche, mais que cela ne s'arrache pas. Sauf en plein été, c'est encore collant 24h après (d'où l'intérêt de la bâche même en été). On peut faire une couche tôt le matin et l'autre le soir par exemple.
A noter que le fabricant préconise les 4 couches en une journée : soit entre 3 h et 6h entre les couches selon la définition d'une journée. A 30°c, c'est sûr qu'il faut faire au moins 2 couches / 24h.
Ne pas hésiter à mettre 6 couches sur la ligne de flottaison (et 30 cm en dessous), l'étrave et bord d'attaque/fuite quille/safran.
Je garde la dose en cours en glacière pour retarder la réaction chimique : ca reste fluide pendant toute l'utilisation.
Tout le matériel se nettoie à l'eau : rouleau propre à chaque couche.
Attendre que la réaction soit complètement terminée (dur, ponçable à sec) avant une remise à l'eau.

18 mar. 2021
0

Je complète en disant que l'année passée, après avoir passé à La Turballe mon coup de haute pression sur la coque redevenue bien verte, un gars s'est arrêté et m'a demandé ce que j'en pensais, de mon antifouling.
Ravi ai-je répondu. C'est du CopperCoat posé il y a 8 ans.
- Eh bien moi aussi. Je viens de nettoyer les coques de mon catamaran (une belle bête !) et j'en suis chaque fois très content. C'est râre que je fasse ça au sec car je profite souvent d'une basse mer pour passer un coup d'éponge côté Scotch Brite quand il y a encore un peu d'eau.
Comme a fait ODeclav. Bien sûr, c'est défendu. Mais on ne rejette pas de produit dans la mer. Seul le film gras végétal est enlevé. On peut même le faire avec un couteau à mastic. Le produit, lui, tient bon.

19 mar. 2021
0

Sauf à utiliser les pointes du couteau à mastic, difficile de rayer le CopperCoat.
C'est assez dur comme revêtement.
Par sécurité, j'utilise un morceau de bois quand c'est très sale. D'où l'intérêt d'avoir une surface parfaitement lisse avant l'application.
Je re-confirme le comportement du produit et poursuit son utilisation.
Sauf si on peut accéder régulièrement à la carène au sec, il faut quand même plonger régulièrement si on veut une carène impeccable. En hiver avec l'eau à 9°C il faut être équipé et motivé : 45' pour 22m2 très sale avec un bloc de 6L que je vide entièrement.
Plus de temps passé à s'équiper/dé-équiper/rincer que le nettoyage de la carène.
Cela permet au passage nettoyage/vérification des anodes, passes coque, hélice, arbre ...
Donc pas du tout adapté pour ceux qui ne se mettent jamais à l'eau !!!
J'ai observé que des crevettes vivaient sur le voile gras et que des mulets le grignotait, laissant des bandes : impact sur ces espèces inconnu, mais il n'y a à priori que très peu de libération de cuivre. Les moules et huitres ne parviennent pas à se fixer que les endroits où il n'y a pas (ou plus) de CopperCoat ou bien là où il n'a pas été nettoyé (hélice, talon de quille rayé).

18 mar. 202118 mar. 2021
0

erreur, j'ai cliqué 2 fois. J'efface.

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Le navire école allemand Mansfeld en flammes dans le Golfe de Gascogne. Assistance.

Après la pluie...

  • 4.5 (98)

Le navire école allemand Mansfeld en flammes dans le Golfe de Gascogne. Assistance.

mars 2021