Anodes pour voilier aluminium : protection ou destruction ?

Bonjour à tous

Grave question, à la quelle je ne trouve pas de réponse.
Il est communément admis qu'il est indispensable de protéger son voilier alu par des anodes.

Or le potentiel electrochimique de l'aluminium est inférieur à celui du zinc : l'aluminium devrait donc se corroder, et pas le Zinc ?

Voir notamment l'article de Christian Couderc, en bas de sa page www.voilelec.com[...]lle.php
et dont voici un extrait :

"
Le potentiel de l’aluminium est extrêmement négatif, à -1.66 V et il ne se trouve pas de métal courant plus électronégatif, hors le lithium inutilisable ici et le magnésium qui s’oxyde très vite et ne peut s’utiliser que dans des alliages complexes avec de mauvaises propriétés.
l est évidement hors de question d’anodes zinc qui auraient un effet inverse, l’aluminium migrant vers le zinc.
"

J'ai vérifié les potentiels Al et Zn, potassé un peu, et cela me semble parfaitement exact !

J'en déduis que nos anodes de Zinc se bouffent, car elles ne sont pas peintes, mais pas au profit de l'alu, qui n'est protégé que par l'antifouling.

La seule justification de l'anode sur un voilier alu serait donc de protéger l'hélice et la ligne d'arbre, de l'agression des métaux nobles environnant le voilier ?

Et pourtant, d'autres sites excellents également disent tout le contraire, à savoir que les anodes Zn protégent le voilier : monsite.wanadoo.fr[...]e3.html

Interrogation complémentaire : quelle différence entre des anodes classiques en Zinc, et les anodes Hydral vendues spécialement pour les bateaux alu ? cf recherche "anodes" sur www.accastillage-diffusion.com[...]

Et enfin, comment l'anode doit-elle être connectée à la coque ? le même site vend des "kits d'isolement" ?

Merci pour vos contributions : ce très vieux sujet ne me semble pas clair. On fait facilement des conneries, mais ca ne se voit pas tout de suite !

Francois

L'équipage
08 fév. 2006
08 fév. 2006
0

Bis repetitas
Il y a eu un long fil sur ça . Les documents de Péchiney et d'autres montrent que le zinc pur est placé du bon côté électrochimique de l'aluminium pour le protéger.

Le potentiel doit être abaissé de 300 mV au plus sous peine de corrosion cathodique (inverse). Il faut donc éviter les anodes en magnésium. Les anodes qui conviennent sont en zinc pur ou en hydral- mercatal (alliage d'alu, potentiel un poil plus éloigné de l'alu que le zinc pur, mais pas trop comme le magnésium)

Une anode doit avoir un contact parfait avec la coque.

Faut faire gaffe, une info trouvé sur le web sur un site de particulier (même un bon) est toujours à confirmer par des documents un peu plus fiables ;-)

Réf: "L'aluminium et la Mer" par Péchiney p. 64-65.

08 fév. 2006
0

anode alu
"Il y a eu un long fil sur ça . Les documents de Péchiney et d'autres montrent que le zinc pur est placé du bon côté électrochimique de l'aluminium pour le protéger. "

Faux, n'importe quel chimiste ou tableau de potentiel démontre le contraire.

Les anodes en zinc sur les bateaux alu ne protègent que ce qui n'est pas en alu (bronze). C'est pourquoi les coques sont peintes. Sur les coques brutes, il n'y a pas d'anode en zinc.

"La seule justification de l'anode sur un voilier alu serait donc de protéger l'hélice et la ligne d'arbre, de l'agression des métaux nobles environnant le voilier ? "
tout à fait juste et ça saute aux yeux lorsqu'on lit une table de couple electrolytique.
Les anodes en Hydral ont très peu de zinc, beaucoup d'alu et ont subit un traitement pour devenir vraiment (trop) sacrificiel.

Une anode en zinc doit être isolée de la coque, montée le plus près possible de l'inox et du bronze.

08 fév. 2006
0

Au choix ...
chacun croira ce qu'il veut et fera comme il veut, avec les sources d'information qu'il voudra.

Si un usager du forum veut ces documents de Péchiney et les autres sur le même sujet spécifique de la protection anodique - cathodique en milieu marin, je lui en fais un scan à titre personnel dans sa boite mail.

Le copyright ne permet pas de le mettre en ligne sur le site.

08 fév. 2006
0

Oups
J'avais (re)lancé ce sujet après avoir pourtant essayé de trouver la réponse sur d'anciens fils, mais sans y parvenir.
Désolé en tout cas que cela donne lieu à un échange de vues un peu vif...

La réponse est sans doute du côté de Tilikum : le modèle théorique de l'electrolyte et des deux métaux parfaits est-il représentatif de la réalité complexe qui entoure nos voiliers, les alliages des coques et des équipements, dans leur environnement changeant ?...

En tout état de cause, je serai très heureux Robert, si ta proposition tient toujours, de voir ce qu'en dit Pechiney. Mon adresse email doit t'être visible sur ma fiche. Encore merci... pour chaque réponse.

Francois

08 fév. 2006
0

email ?
désolé Robert, je n'ai pas recu ton envoi. Pourtant, ma messagerie semble fonctionner... peux-tu vérifier ?

Entre-temps, j'ai relu un article de Voiles et Voiliers (n°401) qui comporte un élément qui m'avait échappé : un tableau d'échelle galvanique donnant des valeurs totalement différentes de celles donnéees par Christian Couderc (et que j'ai vérifiées par ailleurs). Je cite "échelle des potentiels de dissolution dans l'eau de mer à 25°C des différents métaux ou alliage que l'on peut trouver en plaisance : inox = -100 mV, bronze = cuivre = -360 mV, acier = fonte = -610 mV, alu = -750 mV, et zinc = -1130 mV". Curieux de voir les valeurs de Pechiney, s'ils en donnent.

Cela semble aller dans le sens de DOM, d'ailleurs, si l'on considère que le choix des termes de l'article n'est pas anodin.

09 fév. 200616 juin 2020
0

ça va marcher ?
pfff ... en plus grand maintenant ...

09 fév. 2006
0

Anodes zinc pour coques aluminium
Merci, Robert, pour ces documents.

Pour ceux qui, comme moi, essaient de piger le pourquoi du comment de la protection de leur coque alu : ne vous fiez pas aux potentiels indiqués par votre formulaire de physique préféré !

Et pour faciliter l'indexation de ce fil, et en laisser les infos à la postérité aussi peu douée que moi dans la recherche par plusieurs mot-clefs :
- alu, aluminium, zinc, zn, anodes, sacrificielles, protection, corrosion galvanique, potentiel, dissolution, électronégativité, oxydoréduction, redox, oxydation, hydral, mercatal

Je ne sais pas si ca va aider, mais si ca peut éviter les redites...

09 fév. 2006
1

Tout est relatif...
en effet
Cependant, dans notre cas, l'important je crois est simplement de savoir comment aluminium, zinc et métaux nobles se situent les uns par rapport aux autres. Quelque soit la référence, l'ordre ne devrait pas changer : l'electrode de référence n'introduit qu'un offset.
Donc, dans l'eau de mer, tant que le zinc est au-dessous de l'alliage d'alu de la coque (mais pas trop, comme l'indique Robert), et des métaux nobles, on est bons.

Bon, sous réserve : je pourrais être encore à côté de la plaque.

09 fév. 2006
0

Ya pas de miracle !
Si on regarde le tableau des éléments, celui de Pauling, l'échelle galvanique etc... l'alu et de zinc sont de proches cousins aux propriétés physico-chimiques proches.

Au labo, le zinc protége l'alu, dans la vraie vie, bin c'est moins évident: des anodes mal placées, mal vissées...Et on peut avoir une double corrosion alu ET zinc. Valà l'anode c'est la bête noire du bateau alu et à moins de le stocker au sec quand on s'en sert pas, bin ça fait du soucis.

10 fév. 2006
0

Dans un mélange de metaux immergé,
On sacrifie le dernier qui devient anode (dans l'echelle galvanique), la bléme de l'alu c'est qu'il est dejà trés bas dans l'échelle, et que toute la coque peut devenir une grosse anode.
La vrai soluce, c'est les courants forcés(evoqués plus haut) qui protegent vraiment l'alu( pisque là y devient cathode).

Pechiney, wi bien sur ils maitrisent comme tout les fournisseurs...On peut les croire, mébon perso, j'ai trop galéré avec mon helice Volvo pliable (pourtant récente et en bronze, materiau soit disant marin), et le fabriquant patauge aussi(et je change d'alliage, et j'ajoute une anode, pis non je l'enleve ...)sans vraiment résoudre le probléme.

Bref, je pense pas que quelqu'un maitrise vraiment ces phenomenes d'electrolyse en milieu marin, ya trop de variables aleatoires.

11 fév. 2006
0

hummmm Robert !
quel est le % d'alu dans ton alliage 5000 ?

Perso, je fais un petit concours dans les ports de plaisance: sur les bateaux alu, je compte les anodes externes posés par les proprios , juste pour voir quels sont les plus stressés ;-)) Quand j'en verrai plus, bin OK !

Pour les boats de travail: chalutiers, pcbn c'est trés souvent des mixtes: coque acier et superstructures alu, pour les 100% alu, es tu sur qu'ils sont protégés par anodes?

11 fév. 2006
0

Je reformule Robert,
Quand je ne verrai plus d'anodes pendantes accrochées aux coques en alu, là je penserai que le procédé est fiable ...
Pour le tien, il reste au sec combien de temps dans l'année ? ;-)

Le % d'Al dans l'alliage 5000(et le reste de la formulation d'ailleurs), bin si j'aimerai bien savoir ;-) Porqué? bin dans une vie anterieure je suis tellement bagarré avec des instabilités dues à l'electro+ du metal(mais fort différentes de celles du nautisme), que les idées des autres m'interessent encore.

L'hélice Volvo, bin j'ai ma soluce: laisser le boat unppluged l'hiver, bien decaper l'anode et son logement, et bloquer les vis avec du frein filet . Dans ces conditions l'anode tient 12 mois heureusement qu'elle n'est pas en alu ;-)

11 fév. 2006
0

Merci pour la formulation,
Et surtout ne t'enerves pas, quand on critique (un peu) l'alu ;-)
A l'occasion, je passerai une tof pour les anodes pendantes, tu verras que le message est pas vraiment passé (enfin par cheux nous).

06 mar. 2006
0

Zofait,
Pisque le fil remonte, me suis balladé ce WE sur le ponton où ya keks ovnis: TOUS ont au moins 4 anodes pendantes, 2AV et 2AR...

La prochaine fois, je dis aux proprios: "M..., ya mon sac de clous en cuivre qui vient de se crever, y sont tous parti à la baille" le gars fait une crise cardiak illico ;-)

11 fév. 2006
0

alubat...
robert, ta réflexion sur les erreurs d'alubat attire notre attention : sur quels modèles / de quelle période as tu entendu parler de ces problèmes de montage ?

merci :-D

09 fév. 2006
0

En effet :
L'électrode de référence dont je me sers pour les mesures est bi-métal... argent + argent quelque chose, je ne me souviens plus.

Mais c'est à utiliser avec la table fournie avec... ;-)

_/)

09 fév. 2006
0

Ca m'a coûté
170 $ il y a dix ans ! :tesur:

J'ai la doc complète, que j'avais scanné et envoyé à Robert il y a un bout de temps.

J'ai tout ça au bateau, je regarde ce soir.

_/)

09 fév. 2006
0

anode alu
ce n'est pas nécessaire, les fabricants d'anode l'ont fait et....et en ont conclus que ça faisait de bonnes anodes. Leurs anodes sont faites du même alLiage à des concentrations différentes!!!! ;-)
Alors je vous laisse imaginer ce qui se passe lorsqu'un morceau de peinture se décolle de la coque à proximité du zinc :-( :-(
encore mieux une anode en zinc boulonnée :-D :-D

08 fév. 2006
0

Et il ne faut pas confondre
les théories d'école avec la réalité ! ;-)

_/)

08 fév. 2006
0

c'est fait ...
;-)

09 fév. 200616 juin 2020
0

bis ...
François j'ai envoyé un second mail quelques temps après le premier ...

Voici les potentiels en question pour les "vraies" tôles qui servent à faire les bateaux en AG4MC et ses variantes.

09 fév. 2006
0

anodes zinc pour coque alu : suite
Francois, le papier de Robert (celui dans l'image à droite de sa contrib) rappelle que c'est relatif à une électrode dans un matériaux donné.
Dans une autre revue (metal boat quarterly) j'avais lu que ces potentiels se mesuraient (du moins dans l'esprit de l'auteur) avec des électrode au chlorure d'argent (AG / AgCl+)

Sur que si on chage le 0 de références y a pas mal de chose qui vont changer :-)

Yves.

09 fév. 2006
0

Tout est relatif
Je partage entièrement ton point de vue :
- c'est relatif (relatif à l'électrode utilisée pour la mesure, à l'hydogène, au chlorure d'argent, au calomel, au caramel mou, ...)
- comment se situe un métal par raport à l'autre
- écart max de 300 mV pour éviter la surprotection

101% d'accord.

Yves.

09 fév. 2006
0

c'est exact ...
les valeurs sont décalée si on change la référence ... seulement décalées, mais pas inversées. Et elles conservent le même espacement relatif les uns par rapport aux autres.

Il est intéressant de noter à quel point un alliage peut avoir un potentiel variable selon sa composition, voir l'exemple des deux laiton donnés dans le document ci-dessus (0.29V pour l'un et 0.40V pour l'autre !).

Il se trouve que les alliages d'alu utilisés en "tôlerie" marine ont le bon goût d'être moins négatifs que le zinc ce qui arrange bien en pratique .

09 fév. 2006
0

Plus précisément ...
l'anode est la bête noire de tout assemblage de métaux différents dans l'eau ;-)

Une surprotection (quel que soit le métal) est aussi néfaste qu'une protection, cela est bien expliqué dans le bouquin de Péchiney et d'autres.

Tout ceci est maintenant bien connu (mais ne l'était pas il y a 30 ans), et les accidents sérieux ne sont plus que le fait d'erreurs manifestes comme il en existe dans tout. Les effets néfastes d'une mauvaise mise en oeuvre (mal vissé, mal placé, mal calculé) ne sont pas un motif d'inquiétude particulière, car ce n'est pas spécifique à tel ou tel problème, ou tel ou tel matériau, c'est vrai pour tout dans la vie , ce qui est mal mis en oeuvre marche mal ;-)

10 fév. 2006
0

Oui et non ... ça dépend de quoi on parle ;-)
Kidd, il se trouve par bonheur que l'alliage (série 5000) utilisé dans les bateaux alu a exactement le bon "écartement" de potentiel électrique par rapport au zinc pour que la protection anodique marche bien. Si l'écart était plus grand on aurait une dégradattion cathodique inverse. Donc ça marche bien, des dizaine de milliers de bateau de travail et de plaisance en alu sont là pour le montrer, et il n'y a pas d'inquiétude à avoir pour ça.

Par contre ... Oui, les "end user" (Alubat, Volvo, électriciens marine de tout poil, etc ...) eux font des c***ries de temps en temps, malgré leur expérience. Dernière en date: Alubat montait des passage de coque pour échappements en un métal inadapté et monté non isolé ... alors qu'il y a 15 ans ils utilisaient un modèle bien choisi et bien monté !!! Mais bon, ça c'est vrai pour tout en plaisance, tout comme dans le batiment, il y a toujours un type qui oublie de mettre le ciment dans le sable ;-) .

Je connais l'histoire de la galère des hélices Volvo, (qui pourtant n'est pas en alu !). Peut-être ne veulent-il pas faire l'investissment d'une véritable étude de laboratoire pour comprendre et donc ils se contentent de bricoler ...

11 fév. 2006
0

ça se complique ...
le % d'alu dans l'alliage 5000 est sans importance pour la protection anodique : ce qui compte c'est la position relative de l'alliage par rapport à l'anode en terme de potentiel ... et bis répétitas, par chance c'est exactement le bon pour que la protection des anodes en zinc soit bonne ...

J'ai des anodes sur le safran et l'étambot, c'est tout, comme la majorité des bateaux du même genre, et ça marche bien. Quand il y a un pb, ce n'est pas là , c'est sur des assemblages mal faits au niveau de l'accastillage sur le pont. Et sur la carène avec un antifouling mal choisis ou une erreur grossière genre passe coque en inox ou bronze, ou lest en plomb coulé non isolé, ce qui est assez débile, mais ça arrive.

Le stress des proprio n'a rien a voir avec la science ;-) . Je comprend bien tes préférences personnelles et tes angoisses dues à ton hélice en bronze et je les respecte. Je ne cmprends pas bien ton argument qui attend qu'il n'y ait plus d'anodes du tout, il y a des anodes même sur les bateaux en plastique dès qu'il y a du métal immergé.

Pour les bateau de travail, certains des petits sont en alu entièrement, s'ils sont mixtes c'est encore plus une preuve de maîtrise technologique des problèmes de compatibilité métallique.

11 fév. 200616 juin 2020
0

Détails ...
Les anodes pendantes: une bonne partie des usagers n'en mettent plus, car les mesures de potentiel ont montré que c'était inutile, voire nuisible (excès de protection) si les anodes normales étaient en place au bon endroit. C'est pour ça qu'il serait souhaitable que pour un modèle de bateau donné les mesures de potentiel soient faites par le constructeur et que les emplacement des anodes et leur taille soient spécifiées (ce qui est le cas pour le mien). Tilik a l'engin pour faire cette mesure.

Le mien est au sec à mon grand regret car je suis trop loin. Mais dans le même port il y en a quelques dizaines du même tonneau à l'eau toute l'année et quelque dizaine de milliers plus globalement en France tous types confondus ... et le nombr augmente rapidement ;-)

Je te mets un extrait de la feuille Péchiney du 5086.

Pour le reste, il est intéressant de discuter de problèmes pratiques réels, surtout si ce sont des personnes concernées. Par contre ça ne m'intéresse pas trop de discuter (polémiquer ?) les préférences librement choisies de chacun (personne n'a à justifier ses choix) ou les angoisses plus ou moins irrationelles des uns et des autres face à tel ou tel problème matériel.

11 fév. 2006
0

anodes pendantes ...
c'est sûr, c'est une rente de situation pour les ship qui les vendent cher et qui incitent à l'achet en jouant sur la peur ... j'en ai deux dans un placard aussi, datant de l'époque où je ne savais pas et croyait tout ce que disait le ship ... :mdr:

Et pour bien comprendre à quel point c'est pipé, dans ton enquête regarde comment elles sont électriquement liées, et tu vas rire, vu la proportion connecté à rien ou n'importe comment (notamment aux balcons, qui eux sont montés isolés de la carène) . Je suis sûr que tu vas même trouver des gars qui ne les ont par reliées électriquement et qui vont te dire mordicus que ça va bien mieux depuis qu'elles pendent ( :mdr: bis )

11 fév. 2006
0

coque alu
les bateaux de travail avec moteurs horsbord ou drive n'ont pas d'anode sur la coque car il n'y a pas de couple électrolytique.
Les anodes ne servent qu'à protéger les métaux plus hauts dans l'échelle galvanique, absents sur les tout alu. En théorie, un voilier peint avec saildrive ou horsbord n'a pas besoin d'anode.

11 fév. 2006
0

Pour AL

Je suppose que AL non inscrit c'est alubat.

question: aujourd'hui quel alu utilises tu?

josé

11 fév. 2006
0

Dans les années
2000 ... mais je ne pense pas qu'on puisse en tirer une conclusion générale: cela doit changer avec le fournisseur de pièces du moment ... en tout cas il y a régulièrement des petites erreurs de ce genre. Cela ne porte pas vraiment à conséquence. Il y a eu aussi des erreurs de mis en oeuvre de peinture ayant eu lieu à la même période, conduisant à des ponts qui pèlent après 4-5 ans. Aussi quelques oublis de perçage des anguillers dans les varangues et lisses des fonds ... bref, quand c'est 30% moins cher que les consurrents, c'est aussi 30% plus vite exécuté à l'atelier ;-)

09 fév. 2006
0

bi-métal... argent + argent quelque chose
Je soupçonne qu'il s'agit de la Argent / Chlorure d'Argent
Comment l'as tu trouvé ? à quel prix ? y en a chez ex-Prolabo mais c'est franchement onéreux

Je m'étais intéressé au pb de mesure et avait trouvé sur gogol une méthode pour en fabriquer ... qui m'a un peu décourragée.

Yves.

09 fév. 2006
0

François
envoie moi un mail par ma fiche ...

08 fév. 2006
0

theorie d'ecole....
Je ne me relancerai pas dans le debat...mais je propose une chose ...notre ami Frablo... prend un morceau d'AG4MC ou 5086 ou meme de 5083 ,les deux alliages d'aluminium les plus employés dans la construction navale qu'il va tremper dans bac d'eau de mer avec une anode en ZINC a 99% comme celle que l(on trouve dans les bons ship... donc du materiel de bateau , pas de labo avec de l'amuminium pur... et avec son metrix il relie les deux metaux il regarde ce qui se passe...

Je pense qu'apres cela il sera un peu plus calme...

Dom

09 fév. 2006
0

mais si, c'est nécessaire !
Y a toute une méthode (1), largement admise dans le monde, qui appuie les explications du monde sur l'observation du phénomène à expliquer, sur l'expérimentation et la répétitabilité par tout un chacun (enfin, ceux qui participent au débat) de l'expérience.

Bon, moi ce que j'en dis, j'ai pas toujours tout compris ;-)

Yves.

1 : non, je ne parle pas ici de méthodes de validation de substances influant sur la sante humaine.

06 juin 2006
0

protection de l'alu en milieu marin
bonjour - je suis preneur des documents que vous proposez en ce qui concerne l'alu et sa protection par anodes.
Je viens d'acquérir un brise de mer 31 et je suis en cours de rafraichissement ...... mais j'ai découvert de la corrosion à la verticale de la quille sous le plancher. Il y a 2 trous - percé complètement un de la taile d'une pièce de 2 centimes d'euros et l'autre de la taille d'une aiguille à tricoter.
Je me pose la question : est ce qu'un surplus d'anodes est néfaste ? qu'elle est la vrai quantité necessaire pour une protection garantie. Faut-il exposé une surface de zinc ou un volume ?
je suis donc preneur de toutes info sérieuse ou d'un vécu.
Merci - a bientôt.

30 oct. 2017
0

Bonjour,
Message qui date de presque 12 ans ... mais bon !
Je serais intéressé par votre documentation.
mon email : flot18@free.fr
Cordialement
Patrick

08 fév. 2006
0

Bateaux alu meta 33, moteur nanni
J'ai des grave probleme a cause du dynamo, on a decouvert un fuite de courant,on a recherché la fuite avec appar.de mesure Meger qui envois 1000v a travers les cirquis, les POUSIERES des charbon,balais, sont a l'origine.Le bloc moteur,l'élise,par la passait le courant qaund les batterie n'es te pas coupé.Pour les faute de l'ecriture,orthographe mes excuse je suis nerlandopfone.

08 fév. 2006
0

J'aimerais bien être capable
de maîtriser le dixième en hollandais ! ;-)

Concernant les fuites électriques, il est certain qu'il est impossible de les éviter avec les moteurs et autres alternateurs. Dès la mise en service, il y a production de poussières de charbon (balais), qui avec l'humidité ambiante crée des fuites.

L'usage d'un méghommètre 500 ou 1000 volts les mettent en évidence, contrairement à un vulgaire multimètre en position "ohms", qui ne laisse circuler que 1 ou 2 volts, alors que ces appareils fonctionnent en 12 ou 24 volts.

Le problème est le même pour : démarreur, alternateur, guindeau électrique, propulseur d'étrave et autres winchs électriques.

Le seul remède efficace consiste à les nettoyer régulièrement !

_/)

09 fév. 2006
0

ce que j'en sais

Je ne peux que relater ma petite experience en ce domaine.

Ce que je sais sur nos bateaux alu (Navire à Grande Vitesse) l'on ne met pas d'anode mais un systeme (dont le nom m'echappe)electrique integré à la coque .Il y a un appareil à l'avant du bateau et un second à l'arriere je pense de potentiel different.

Mais ce qui est sur l'on ne met pas d'anodes

josé

09 fév. 2006
0

calypso ...
c'est une protection par courant forcé que l'on fait circuler dans la carène sur les grand navies métalliques. Malheureusement c'est inadapté à la plaisance, car trop coûteux pour un système fiable.

09 fév. 2006
0

Satisfait ou remboursé ...
Je pense qu'il ne faut pas assimiler les problèmes d'un navire de 200 mètres avec ceux d'un de 10 mètres !

Qu'est-ce qui te fait dire que les anodes ne marchent pas ? Sur un bateau de 200 mètres, simplement la solution électrique est plus rentable et plus facile à mettre en oeuvre que les anodes, alors que c'est l'opposé sur un de 10m sur lequel les anodes sont plus faciles à mettre en oeuvre que la solution électrique.

Il y plein d'exemples de ce genre où par un effet d'échelle on change radicalement de bonne solution en fonction de la taille. Par exemple essai de construire une tour Eifel à l'échelle 1/1000ème en gardant les proportion, la forme de la structure et le matériau ;-)

09 fév. 2006
0

anodes
Cette protection par conrant inverse est aussi utilisée sur les grands bateaux acier et n'est pas liée au materiau (alu) mais bien aux raisons que donne Robert;
Dom

09 fév. 2006
0

oui biensur

oui d'accord je comprends bien que le systeme ne peut etre adapté à la plaisance mais ce que je sous entendais c'est que les anodes sur l'alu non jamais donné satisfaction contrairement à l'acier.On emploit donc une autre methode

josé

09 fév. 2006
0

protection cathodique, je dirais même plus
"trop couteux pour nu système fiable" et d'effet effroyablement catastrophique si le système fait n'importe quoi (== pas fiable). en gros le bateau coulen plus vite qu'un camembert un jour d'été orageux

La marine peinte en gris en raffole, mais avec leurs budgets ils ont du fiable.

Yves.

09 fév. 2006
0

tout a fait d'accord

avec vous , pour une fois :-D

josé

09 fév. 2006
0

Protection active :
Voir divers articles sur l'usine marémotrice de la Rance. Non réalisable sur un bateau mais intéressant pour la compréhension des phénomènes.

L'un d'entre eux : membres.lycos.fr[...]re.html

09 fév. 2006
0

anodes
les details!!!je viens d'équiper un 47' de 2 anodes de1kg montés sur des goujons alu et totalement isolé par une semelle caoutchouc et des rondelles dans les trous. Position 1m avant l'helice a 500mm de part et d'autre de l'axe. Une anode protege 25m2. Si quelqu'un est interessé par les coordonnées du fournisseur pas de pb vous demandez, j'ai pas d'interet. Le kit complet 102roros

0

alors la!
je croyais commencer a comprendre la corrosion sur l'alu et vous m'avez tout embrouillé !

09 fév. 200616 juin 2020
0

photo meilleure ?
pardon, ma photo est illisible. J'espère que celle-ci passera mieux.

09 fév. 2006
0

photo meilleure ?
pardon, ma photo est illisible. J'espère que celle-ci passera mieux.

09 fév. 200616 juin 2020
0

anode : connectée ou isolée ?
Moi non plus, je ne comprends plus trop. Donc oui, Eric, si tu pouvais me faire parvenir le références de ton fournisseur...

Robert et Pechiney disent : anode parfaitement en contact de l'alu.
Eric et Accastillage Diffusion (voir le message d'origine, kit d'isolation pour des anodes en Hydral de ... Pechiney) disent : anode parfaitement isolée.

Et pourtant, je me suis fait une religion : mes anodes seront connectées. Parce que c'est déjà le cas, et que mon voilier semble nickel (à condition de ne pas gratter à l'intérieur, hélas).

Toutefois, je voudrais comprendre pourquoi on voudrait isoler les anodes de la coque.
La photo jointe résume ce que j'ai compris : coque et ligne d'arbres sont en contact direct, par l'intérieur du bateau (moteur ou autres, que sais-je).
Donc la pile constituée des electrodes coque (le moins) et L.A. (le plus) est en court-circuit : dans son electrolyte (la mer), l'alu quitte la coque sous forme d'ions Al3+. Les electrons suivent le même chemin par le court-circuit.
Pour éviter cela, on connecte en parallèle une pile plus forte, que l'on sacrifie : la pile Zn / inox, ou anode / L.A. Etant plus forte, c'est elle qui libère les electrons, et pas l'alu. Donc, plus de libération d'Al3+.
Mais il faut bien qu'elle soit rigoureusement connectée en parallèle de la première, cad, anode connectée à l'alu. Faute de quoi, la première pile, Al/inox continue de se vider dans son cout-circuit.

Non ?

Faut-il en déduire que d'isoler l'anode ne sert qu'à éviter qu'elle ne se sacrifie trop vite, en espérant que la barrière à l'electrolyte constituée de la peinture de l'alu handicape suffisament la pile Al/inox ?

10 fév. 2006
0

anode
Dans le cas d'une anode isolée de la coque .... c est une erreur de language ..car elle est isolée physiquement mais pas electriquement car reliée par un cable a l'interieur...a la structure
Dom

09 fév. 2006
0

Pourqoi mettre des anodes...
Si la coque est recouverte de peinture epoxy (genre interprotech), pourquoi mettre des anodes?...ok pour protéger le shaft du moteur et hélice, mais la coque avec l'époxy se trouve a avoir tout un isolant.

10 fév. 2006
0

Tanzer
avec une peinture parfaite on pourrait ne pas mettre d'anode sur la coque ... mais rien n'est parfait, notamment près des pièces mobiles (tube d'étambot, axe de gouvernail). C'est pour cela que si la coque est bien peinte on ne met des anodes que vers l'arrière, à proximité des "défauts" de la peinture.

10 fév. 2006
0

anode sur dérive
Je crois que je vais essayer d'en fixer une également sur la dérive. J'ai pu observer qu'elle est corrodée, alors que la coque ne l'est pas. Or il y a de l'inox tout près, à commencer par le cable de remontée de la dérive.

10 fév. 2006
0

Autre site a lire
fr.wikipedia.org[...]aqueuse

On peut aussi se poser des questions pour le mat, les rivets en alumimium de nature différente des pièces d'extrémité ou les pièces en inox rapportées.
Et des rivets inox cela donnerai quoi?

11 fév. 2006
0

sur le pont
C'est un peu moins grave, car le mat a priori ne baigne dans l'eau de mer que quelques minutes par an.

La corrosion apparait surtout en pied de mat

des anodes ne feraient rien, je pense, car elle ne peuvent baigner dans le même liquide que les pieces.

11 fév. 2006
0

Pour Gilusbleu
Pour les pièces inox rapportées sur l'alu:
c'est tout vu, il y a corrosion galvanique.
C'est pourquoi on conseille si possible d'utiliser
le maximum de pièces rapportées en alu et si possible soudées. Sinon par exemple les chandeliers inox doivent ètre isolés de l'alu
par des bagues plastiques.
Il devrait en ètre de mème si on utilise
des rivets inox, ou des boulons inox.

11 fév. 2006
0

isoler ...
oui c'est l'idéal ... cependant pour les boulons, la "pâte magique" marche bien (son nom m'échappe, os-court ) ou tout simplement plonger le boulon ou le rivet dans du silicone avant de visser. Le silicone isole plus ou moins électriquement, et surtout empêche l'eau de pénétrer et sans eau y a pas de de risques.

Sur le gréement , toujours en alu, on met des "tonnes" de boulons et rivets inox, et si bien fait ça tient une dizaine d'années.

11 fév. 2006
0

"pate magique"

tu penses au "mastinox"

11 fév. 2006
0

le serpent de mer
Ne pas s'ennuyer en réfléchissant, ne pas se prendre la tête en se plongeant dans les traités de métalurgie conduit tout propriétaire normal d'un bateau en alu, à le protéger de la corrosion galvanique par des pendelums en "mercatal", en soignant la continuité électrique.(boulonnage des cables à la coque par des boulons en aciers doux). Cette précaution prise, je vous expliquerai plus loin pourquoi, il est fort possible que cela ne serve à rien...car c'est pas trop à ce niveau qu'il faut protéger un bateau en alu, et c'est avant tout les fuites électriques qui sont redoutables, et qui électrolysent activement un bateau en quelques mois. Rien laisser au hasard à ce niveau et surtout pas la masse à la coque !!!! sauf pendant les quelques secondes de préchauffage du diesel. Tout le reste en bipolaire; bien entendu. Passé cette première cause dramatique d'electrolyse, ensuite il est évident q'il faut isoler toute pièce inox de l'alu, par une platine en PVC et enduire les filetage de mastinox ( mastic sacrificiel) pour éviter le colmatage. Sinon on aura des décollages de peinture aux abords des pièces d'accastillage. Ensuite il faut fuir les révetements collés, qui provoquent des problèmes d'électrolyse par ventilation différenciée. ET POURTANT ! et POURTANT ! l'hiver il y a deux ans dans le sd de l'espagne, j'ai recontré un vieux hollandais sur un bateau de 16 mètres en alu, qui s'est moqué des pendelums de mon OVNI, en me disant que ça servait à rien. Il était un peu véhément, et exalté le monsieur. Il m'a invité à aller visiter son bateau en alu, qui avait 20 ans, et qui avait été peint une seule et unique fois avec une peinture polyuréthane de merde, 20 ans plus tôt sans primer, sans protection particulière, et je n'en suis pas revenu !!! le bateau était neuf, aucune cloque , rien, et pas d'anode pas de pendelum. J'étais trés troublé. Explication: le bateau était entièrement en alu, entièrement. Vis boulons, balcons, chandeliers, filières, et le résultat était extraordinaire. Le vieux propriétaire ( hollandais) était un métallurgiste passionné d'alu. Il m'a appris beaucoup. Au fait si vous ne voulez pas mourir idiots, allez sur "nicotine.fr", le site qui fait un tabac mondial et qui relate mes deux dernières années sur l'eau. Je repart en Avril. Salut et fraternité

11 fév. 2006
0

Tout en alu ...
sur Pen Duick 6, même les cintres pour suspendre les cirés étaient en alu dans les années 90 ... actuellement je ne sais pas ;-)

12 fév. 2006
0

Mystère et bouldegom!
Si les anodes pendantes ne servent à rien, pourquoi se consomment-elles?

Le bateau n'est pas tout seul dans l'eau. Au ponton presque tous les autres bateaux ont des antifoulings à base de cuivre, ceci explique peut-etre cela.

A part cela l'anode d'arbre (hélice Alu mais arbre inox) se consomme à vu d'oeil, à la même vitesse que les pendantes.

Bon vent à tous
JP

12 fév. 2006
0

Isolation
Merci Robert,
Justement il était question sur un des fils d'un petit bidule (isolateur ou capa?) à installer sur le fil neutre du 220v de ponton, pour éviter ces courants baladeurs. As-tu une référence un fournisseur?

Dans les explications au dessus, j'omets bien sûr les arguties habituelles, je n'ai pas compris les inconvénients de l'exces d'anodes - hormis le prix, ni compris les histoires de surprotection.

A priori , j'aurais présumé que le potentiel de corrosion reparti sur 10 anodes donnait une consommation 10x plus faible par anode que sur une seule.

Bon vent
JOP

12 fév. 2006
0

JP d'Argonaute ...
les anodes pendante sont inutiles UNIQUEMENT si des anodes fixes de la bonne taille ont été placées aux bons endroits et en nombre suffisant.

La vérification objective de la bonne disposition des anodes est une mesure du potentiel autour de la coque avec un appareil ad-hoc.

Je carricaturais un peu l'histoire des anodes pendantes juste pour indiquer que leur nombre représente de temps en temps plus le stress du propriétaire qu'un besoin réel. J'ai arrêté de mettre les miennes qui ne se consumaient pas du tout après avoir mis les anodes fixes préconisées par le constructeur.

Il faut bien savoir que l'excès d'anodes est aussi préjudiciable que l'insuffisance.

Pour les autres bateaux au ponton , aussi longtemps qu'il ne sont pas reliés électriquement les uns aux autres, il ne se passe rien. Si lien électrique il y a , ce sera le plus souvent par le secteur 220V du ponton.

12 fév. 2006
0

Questions ...
- le "petit bidule" pour arrêter les courants parasites du 220V du ponton est une boite contenant 3 ou 4 diodes tête bêche de fort ampérage. Les réfs ont été données dans divers fils, faudra chercher, mon neurone ne se souvient pas. Le "gros bidule" pour régler ce problème est un transfo d'isolement, solution idéale mais chère, et parfaite sur le plan de la sécurité humaine envers l'électrocution.

  • l'excès d'anode ne conduit pas un la diminution de l'usure de chacune d'entre elle, mais à une corrosion inverse du métal dite "corrosion cathodique" qui produit un boursouflement de la peinture sous marine. Réduction des ions H+ de l'eau, excès d'ions OH- alcalin près de la coque (alcalin = bon décapant pour la peinture!) et qui attaque ensuite le métal. Il faut donc éviter trop de surface d'anode et aussi les anodes en magnésium.

Si tu veux les extraits de Péchiney à ce sujet ...

12 fév. 2006
0

J¨P d'argo ...
quelques infos ici:

www.hisse-et-oh.org[...]des.zip

Robert.

07 juin 2006
0

petit bidule...
Salut JP D Argonaute III
le "petit bidule" est en réalite un isolateur galvanique a installer sur la terre (et non sur le neutre). D'un coté la terre de l'alimentation EDF et de l'autre coté la "terre" du bateau reliée a la masse du bateau et a la borne négative de la batterie.
Cet isolateur galvanique est réalise par 2 diodes de 0,7 v et 40 /59A reliés tete beche.
le principe est de ne pas laisser les tensions galvaniques du bateau se transmettre vers la terre reseau EDF, mais par contre tout défaut à la terre dans le bateau pourra etre évacué vers la terre du réseau EDF.
L'apparail se vend au prix de 129,95 €, mais n'est utile que si la terre du reseau EDF est reliée a la terre du bateau.
Amicalement et a +
Nota: Je vais essayer de t'envoyer une photo du petit bidule mais je ne suis pas un expert en informatique.

0

nicotine
c'est pas toi qui signait francois de bordeaux avant ?en tout cas ton site est interessant !

18 fév. 2006
0

si c'est bien moi.
Oui effectivement, il y a deux ans de cela, je me suis manifesté sous le pseudo de François de bordeaux, ... françois étant mon prénpm et Bordeaux mon port d'attache, où je suis de passage, d'ailleurs depuis Fin septembre. Je repars en Avril pour deux ans, ...si tout va bien, car les problèmes de famille ont tendance à nous rattraper. Quoi qu'il en soit je n'ai pas envie d'hiverner une nouvelle fois sous ces latitudes, c'est trop long !!

12 fév. 2006
0

Si ça peut servir ?

Bonjour à tous
Je vous fais part de mes constatations relatives à la protection de la coque d'un pouvreau 11m30 construit en 1980. Deux anodes sur le safran, deux petites anodes sur l'hélice en inox, une anode sur l'arbre d'hélice en inox, deux anodes sur le bloc moteur (perkins 4108 à refroidissement direct); le tout changé une fois par saison. "Travaillent bien", les anodes de l'hélice, celle de l'arbre et une du moteur. Les deux du safran "travaillent peu".
La coque de ce bateau est assez homogène, coque,membrures,lisses, quille,prises d'eau et évacuation, sortie d'échappement, du même alliage. Vannes en plastique.
Circuit électrique sérieux, tout en bipolaire.
Dépistage régulier des courants de fuite(inévitables sur un bateau navigant beaucoup).
Le bateau semble bien "vieillir"
JYR

13 fév. 200616 juin 2020
0

la tétière de mon moth...
... a piètre allure. Oeuillet Alu sur plaque alu (anodisée bleue), rincé soigneusement en fin de saison.

Ok, c'est un moth et il arrive quelquefois, au delà de force 4, par allure portante de confondre voile et dérive. OK, Mettre un zinc au milieu d'une voile Fragnière ca fait désordre!

Tout est une question de nuance de métal et c'est pas évident! Ce phénomène s'est passé au sec dans un placard et en 10 ans. Quand cela lachera je poserai deux plaque en verre époxy avec oeuillets cuivre.

Mais la question que me pose est comment éviter l'accumulation de sels dans les interstices d'un mat alu et la corrosion entre deux pièces par simplement l'humidité de l'air? Et compte tenu de la difficulté du problème, je vais me la poser longtemps cette question. peut etre faut il être pragmatique, après tout on voit des mats de 30 ans qui sont encore convenables.

14 fév. 2006
0

adresse EPC
Francois A me demande les coordonnées de mon contact pour les anodes alu.
EPC
18 Avenue RATEL
94340 JOINVILLE LE PONT
Tel 01.48.85.19.32
Fax 01.48.86.10.00.
Eric

06 mar. 2006
0

anode zinc sur alu
sans vouloir relancer le debat ...mais pour le clore....je vous joins ce que dit Christian Vargel ,qui peut etre consideré comme un des us grand specialistes de la corrosion sur les alu...
'Les potentiels standart mesurés par rapport a l'hydrogene n'ont qu'un interet theorique, ils ne concernent que les metaux purs et non les alliages et sont mesurés dans un milieu tres particulier, a savoir la solution normale du sel du metal considéré....
ils n'ont qu'un interet limité pour le corrosioniste qui leur prefere les potentiels de dissolution mesurés par rapport a une electrode et dans le milieu aqueux de leur choix(par ex eau de mer)'
et il donne alors le potentiel de dissolution dans l'eau de mer a 25° ou l'alliage d'aluminium est a -750 ET le zinc a -1130.... CQFD
et plus loin...
une bonne protection cathodique des alliages 5000 ET 6000 en eau de mer est obtenue par des anodes consommables en ZINC....

VARGEL a été pendant 40ans specialiste de la corrosion sur les alus chez Pechiney et travaille maintenant comme expert international sur la corrosion des alu...

Cordialement
Dom

lire CORROSION DE L'ALUMINIUM DE C.VARGEL (dunod)

08 juin 2006
0

isolateur galvanique
salut JP D'argonaute III
Voila j'essaye de t'envoiyer une photo de l'éclateur:
Sois indulgent c'est la premiere fois que je le fais,
Amicalement Daniel

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Après la pluie...la houle dégonfle tranquillement...

Après la pluie...

  • 4.5 (13)

Après la pluie...la houle dégonfle tranquillement...

mars 2021