Annexe en remoque : une expérience à la con

Bonjour
Faire part d'une expérience, pour que les autres en profitent.
Vendredi 5 avril au soir nous partons pour le week-end.
Nous arrivons un peu tard au mouillage et nous embarquons avec promptitude car nous voulons passer l'écluse de l'usine marémotrice.
Les affaires embarquées, nous filons donc vers l'écluse distante d'un petit mile en laissant l'annexe (une AX2) en remorque assez courte. Le vent souffle à 20-25 nœuds à 50 ou 60 ° de notre route.
Quelques centaines de mètres avant l'écluse un équipier me fait remarquer que l'annexe s'est retournée... rien de grave, elle était vide. Cinquante mètres avant l'écluse je regarde et voit que l'annexe retournée pousse de l'eau de manière étonnante, un sacré frein.
Une fois amarré dans l'écluse nous voulons monter l'annexe à bord pour la dégonfler et la ranger. Impossible de la remettre à l'endroit en tirant sur son bout : elle fait ventouse !
Je descend sur la jupe et en prenant l'annexe sur le coté j'ai réussi à faire passer l'air et la manœuvre s'est terminée sans problème.
J'aurai aussi pu retirer le bouchon de vidange sur le tableau arrière...

La suite de ce week-end bien frisquet fut très sympathique. Nuit au port des Sablons, embarquement du reste de l'équipage, navigation au près jusqu'à Granville avec un vent NNE 25 nœuds, mollissant 18-20 nœuds ciel bleu mais air glacé, (pas de chance Viking35 était à l'Aber Wrac'h).
Retour dimanche avec un vent SSE d'une bonne dizaine de nœuds... avec des montées à 15 voir 20 nœuds.
Un bon bord sous spi, puis nous embouquons le chenal de Beauchamp, il fait beau et pas trop froid au portant. Le paysage est superbe à marée presque basse.
Un long bord au bon plein entre le NO de Chausey et l'entrée de la Rance. Le ciel s'est chargé de grisaille... mais pas de pluie.

L'équipage
08 avr. 2013
08 avr. 2013
0

oui, c'est un problème que nous avons connu aussi avec une annexe de même type. J'ai pensé alors qu'il faudrait prendre un brevet pour faire une ancre flottante très efficace. Nous c'était par vent arrière à force 8 ... on s'est fait peur, j'ai hésité à couper mais l'abri était tout proche. on a quand même eu du mal à y arriver.
Si on relève le nez de l'annexe en raccourcissant l'amarre elle n'arrête pas ensuite de se retourner.
Quand le vent menace il est prudent de la dégonfler.

08 avr. 2013
0

Il m'arrive aussi de la brider contre le tableau arrière.
C'est en fait la meilleure façon de faire pour passer l'écluse, sauf à la monter sur le pont... quand on ne veut pas la dégonfler.

09 avr. 2013
0

Oui, je le fais aussi mais parfois, vent de travers, ça craint un peu mais jusqu'ici ça a tenu.

Il faudrait la plier à chaque fois, nous le faisons souvent mais on s'est fendu d'un gonfleur électrique.

10 avr. 2013
0

Bonjour,
Quel type gonfleur, efficace ?
Cordialement

08 avr. 2013
5

Annexe en remorque : une expérience à la con

Pléonasme!

09 avr. 2013
0

Que celui qui n'a jamais perdu un annexe en remorque ou au mouillage par 50 nds et hélice en l 'air lève le doigt !

10 avr. 2013
0

Je lève mon doigt :pouce:

10 avr. 2013
0

Oui au mouillage et sans vent.
C'est pas moi qui avait fait le nœud :langue2:

08 avr. 2013
0

j'aime beaucoup l'idée géniale de l'ancre flottante sur l'annexe!!! :pouce:

08 avr. 2013
0

Moi aussi! :pouce:

08 avr. 2013
1

Une autre façon est d'y mettre un volontaire pour la lester...
OK, je suis déjà dehors !
:acheval:

08 avr. 2013
0

Pour traîner une annexe par mer formée, il faut lui laisser une remorque de 10 à 15 m , et disposer un poids d'environ 5 kg au centre de la remorque

Attention, une fois arrivé, rentrer la remorque pour faire une marche arrière, pour des raisons évidentes...

08 avr. 2013
1

Annexe en remorque pas bonne idée du tout :non:
Outre que dans certains coins tu ne la retrouve plus le matin, quand j'en vois qui rentrent au port avec ça aux fesses :reflechi:
Du courage, il faut la remonter :tesur:

08 avr. 2013
0

G souvent la mienne en remorque, truc a la con aussi les anneaux ce sont arraché avec les coup de houles. Maintenant je l'accroche avec 2 bouts, un de chaque coté passant par toutes les accroches possible, poignées, anneaux...

08 avr. 201316 juin 2020
0

Petite histoire d'annexe récente...
Novembre 2012, A bord de Fleur de Passion.
Ce dimanche 11 novembre, 05h30, nous quittons Dénia par un petit matin blème direction Palma où Marie doit prendre un avion lundi en fin de matinée. La météo annonce 15 noeuds de sud-ouest et nous décidons de laisser l'annexe en remorque pour pouvoir amener Marie à terre plus rapidement à notre arrivée car le temps de traversée est très juste.

Les premières heures ont l'air de confirmer la météo, la mer est belle de 3/4 arrière, Fleur trace sa route tranquillement à 5 noeuds. Dans l'après-midi, le vent commence à tourner sud, en se renforçant et la mer grossit rapidement. Il est déjà trop tard pour installer la grue et remonter l'annexe (4m70/50CV). A 15h la poulie qui tient les 2 étais avant explose et nous nous retrouvons avec le foc et le faux foc en vrac sur le pont. Au début la petite trinquette sur le 3e étai appuyée au moteur nous permet de continuer à progresser en direction de Palma. Dès le début de soirée le vent continue sa rotation à l'est puis au nord-est en se renforçant encore. A minuit, les creux atteignent 4 à 5 m et il devient impossible de progresser en direction de Palma avec le vent dans le nez. La remorque de l'annexe a été rallongée avec une amarre de 30mm et se comporte plutôt bien en suivant le train de vagues 30 mètres derrière Fleur.

Tant pis pour le vol de Marie, nous prenons la décision de nous dérouter sur Ibiza. A 00h30 nous affalons la Grand-Voile dans un grain à près de 40 noeuds puis virons de bord moteur à fond entre 2 vagues, artimon bordé au centre et 6 personnes à la trinquette pour éviter qu'elle batte trop longtemps. La manoeuvre se passe sans encombre et nous commençons d'abattre en direction d'Ibiza. La mer est toujours grosse mais elle est régulière et reste maniable. Sous artimon plein et trinquette Fleur se comporte sainement et marche souvent à plus de 8 noeuds mais je dois rester concentrer à la barre pour ne pas me laisser emporter et risquer l'empannage. Le moteur reste embrayé au ralenti pour pouvoir nous aider au cas où. A 2h30, un gros grains nous tombe dessus avec des rafales à près de 50 noeuds. Dans des grincement sinistres, l'artimon surchargé nous pousse à près de 10 noeuds et l'annexe toujours en remorque semble commencer à avoir de la peine à suivre le rythme, je la vois disparaitre dans les vagues et en ressortir vaillamment, mais je crains qu'une vague mal orientée la retourne. Cela dure 15 minutes puis le vent se calme et retombe aux 38-40 noeuds qui nous accompagnaient jusque-là.

À 2h55, la fin de mon quart à proche et j'entends soudain un claquement sec, je comprends immédiatement que la remorque de l'annexe vient de céder, certainement trop sollicitée dans le dernier grain. Le temps de prévenir le capitaine, notre pauvre annexe a déjà disparu dans les ténèbres de la nuit et les conditions sont beaucoup trop mauvaises pour tenter de retourner la chercher. Nous notons donc la position de sa perte sur la carte. La direction du vent et de la mer nous fait espérer que peut-être elle ira s'échouer à terre.

A 6h du matin, exténués, malgré l'interdiction, nous jettons l'ancre dans la rade d'Ibiza pour nous reposer un peu avant de trouver une marina pour nous amarrer. Par chance, la Guardia civil nous laisse dormir jusqu'à 9h30 avant de nous demander de déguerpir. Le temps de remonter l'ancre et de faire une épique manœuvre d'amarrage sur un ponton dont le vent nous éloigne et sans l'aide de l'annexe pour nous tenir l'étrave, à 11h nous sommes enfin amarrés au calme.

Grâce à l'aide du capitaine du yacht voisin, les démarches pour annoncer la perte de notre annexe et faire circuler l'info en VHF prend moins d'une heure. Il nous emmène ensuite louer une voiture et une partie de l'équipage part à la recherche de notre annexe pendant que d'autres s'attaquent à la réparation de la poulie d'étais et qu'une 3e équipe part visiter la ville et faire quelques courses.

2h plus tard, le téléphone sonne à bord de Fleur. c'est notre captain fou de joie qui vient de retrouver l'annexe qui s'est miraculeusement faufilée entre les cailloux pour venir s'échouer à Platja de Figueral

La suite de l'histoire sera plus compliquée pour la récupérer car elle a été retrouvée sur la plage par un pêcheur du coin qui était en train de la charger sur un plateau à notre arrivée, mais grâce à l'aide de la Police et des sympathiques tenanciers de l'auberge du coin tout s'est plus ou moins bien fini (le moteur a été saboté pendant la nuit et les sangles de levages volées) mais notre chère annexe était de retour le lendemain sur son ber sur le pont de Fleur pour reprendre notre route vers Martigue, notre port d'hivernage, que nous atteindrons 2 jours plus tard après une dernière péripétie au Frioul où nous voulions manger le dernier soir mais qui nous a refusé l'entrée...

09 avr. 2013
1

Oups, Daniel...
Je me rappelle une annexe, qui n'était pas en remorque mais sur des bossoirs et qui a servi de "bumper" à un réservoir de carburant...
Excuse le rappel !
;-)
La nouvelle annexe t'apporte toute satisfaction, celle achetée à Salcombe, si je me rappelle bien.
Dans le genre anexdote, j'ai vu dernièrement ici, en baie de Douardenez, un voilier en crabe qui avait toutes les peines du monde à s'extirper de cette situation, l'annexe servait "d'ancre volante"...

09 avr. 2013
0

Tout à fait d'accord sur ce bon souvenir

09 avr. 2013
0

On dirait que nous sommes nombreux à nous être fait prendre.
Depuis que je navigue avec un cul large et une jupe,
je lui pose le nez sur la jupe et je l'attache très serrée dès que ça gigotte un peu.
Je ne l'ai jamais retrouvée sens dessus-dessous depuis, et petit raffinement qui ne gache pas le plaisir il y a moins de trainée. :aurevoirdame:

10 avr. 2013
0

Methode voisine: annexe amarree sur la tranche en travers dans la jupe, a 30cm au-dessus de l'eau; c'est pratique les formes modernes...

10 avr. 2013
3

J'ai vu une fois une annexe et son moteur se retourner en plein jour dans une rafale de 50 noeuds au mouillage. Sa récupération fût épique.
Sur Altaïr la règle est simple, l'annexe est dégonflée, pliée et rangée dans son coffre avant la sortie de la première voile.
En mouillage forain, même chose avant la nuit, histoire de pouvoir lever l'ancre sans aucun retard.
Juste une discipline que je respecte depuis ... longtemps

10 avr. 2013
0

Il y a 3 ans en Sardaigne en voulant aider un Oc 473 avec 2 occupants le voilier dérapait depuis plus 15mn et ils n'arrivaient pas a remonter l'ancre, j'y suis aller avec mon annexe il il avait force 7/8 avec rafales , j'ai attaché mon ax2 à l'arrière et la, rafales, annexe retournée avec le moteur 2 fois de suite. En plus j'avais fait la bêtise de laisser ma VHF portable dans l'annexe!!!
Pour me remercier le proprio du 473 m'a offert la sienne, effectivement en cas de vent il vaut mieux enlever le moteur et mettre l'annexe sur le pont fortement attachée ou dégonflée

10 avr. 2013
0

Il y a belle lurette que je ne remorque plus d'annexe : depuis ce jour où j'ai sauté dedans car, étant remplie d'eau, son attache menaçait de céder. C'était à l'entrée du golfe du Morbihan en plein courant. :non:

10 avr. 2013
0

Je ne remorque JAMAIS mon annexe mais quand je suis au mouillage je la laisse assez souvent derrière et quand j'ai un doute sur le coin, je l'attache avec un câble antivol, le moteur lui est toujours avec un cadenas

10 avr. 2013
0

je ne remorque jamais non plus mon annexe, et le soir la monte sous les bossoirs.
pascal.

10 avr. 2013
0

annexe en remorque c'est une super idée au contraire, la preuvej'en ai trouvé une en plein milieu du golfe du lion, toute neuve !! ;)

10 avr. 2013
0

Et qu'en avez vous fais ? était elle identifiable ? nom du bateau et quartier des affaires maritimes ?

10 avr. 2013
0

avec mon ancien bateau... tout petit... mettre l'annexe en traine, c'etait comme serrer les freins dans une cote en vélo :mdr:

0

et pour les bateaux qui échouent, ne pas laisser l'annexe dans l'eau : quand la mer remonte elle a souvent la manie de se coincer sous le bateau quand ce n'est pas sous le safran (plus grave ...)

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

dans le port de Pollenca aux Baléares

Après la pluie...

  • 4.5 (143)

dans le port de Pollenca aux Baléares

mars 2021