Ancres Enième fois

Je sais que ce sujet est redondant, et qu'il existe presque autant d'avis que de navigateur.
Je me permet toutefois de relancer le débat.
J'ai du abandonner ma très chère ancre plate à Sète il y a peu (impossible de la décrocher, etc). Cette ancre de 20Kg, surdimensionnée pour mon Sangria ne m'a JAMAIS déçu. Plus de 400 mouillages avec, même par force 9, et une surveillance avec GPS/Alarme/PC me permettait de dormir sur mes deux oreilles même dans des conditions très sportives.
Je suis très surpris de lire sur internet qu'un bon nombre de plaisancier dénigrent haineusement la CQR.
J'ai même pu lire :
" Ma CQR, je l'ai laissée sur un ponton en Sardaigne l'année passée ; je n'ai même pas osé la vendre ; je n'avais aucune envie de me retrouver devant un tribunal pour mise en danger de la vie d'autrui."

Les possesseurs de CQR peuvent-ils me confirmer cette version ? Je m’apprêtais à acquérir une CQR de 25 lbs. (Dans les 12Kg je pense). Pour rappel c'est un SANGRIA.(7.60m)

Je suis sur Sète, j'en profite pour glisser une petite annonce, si quelqu'un vend son ancre d'occasion, je suis intéressé.

L'équipage
19 mar. 2011
19 mar. 2011
0

Même une ancre de 20kg
Pour l'annonce, ça entretient les bras ;)

19 mar. 2011
0

Il y a eu un article interressant dans V&V
Ils ont testé les principales ancres du marché.
c'est un numéro de l'année dernière je crois, lequel ? d'autres te le préciseront sans doute, mais ces essais t'apporteront plus de lumières ...
Cdlt

19 mar. 2011
0

plusieurs dossiers en effet
que tu connais peut-ètre déjà,

www.sangriaquilamis.org[...]age.pdf

popsea.fr[...]Ancres/

sinon, comme tu le dis toi-mème,
les poids de l'ancre et de la chaine (donc la longueur mouillée) sont certainement tt aussi importants que leur type ...

19 mar. 2011
0

10 ans de mouillages sur une CQR
dans plein d'endroits de part le vaste océan ... Elle ne m'a jamais surpris : si on met une longueur suffisante de chaîne + câblot (élastique), ça tient même un cyclone (Veena en 1983 à Tahiti). Par contre si on est contraint de mouiller "court", ça peut déraper mais ça ne "lâche" pas d'un coup sans prévenir ...

PS Je n'ai pas d'expérience des ancres "modernes", celles dont on ose même pas prononcer le nom ici ;-)

19 mar. 2011
0

Personne ne dénigrent haineusement la CQR
c'est une affabulation de votre part.

Mais beaucoup de personnes estiment à juste titre qu'elle n'accroche pas, régulièrement, du premier coup mais qu'une fois plantée, elle restent parmi les meilleurs ancres.

C'est bien sur ce point que les ancres plus récentes à pointes lestées et aux formes améliorées sont meilleures.

19 mar. 2011
0

Plus précisément,
l'exemple que vous donnez est purement anecdotique. Vous trouverez toujours un avis radical négatif sur un sujet qui fait l'unanimité.

D'autre part, une Spade acier de 20kg sur un Sangria serait d'une efficacité encore plus redoutable que votre ancre plate.

L'ancre CQR a été une référence pendant longtemps, elle reste une bonne ancre.

19 mar. 2011
19 mar. 2011
0

pour utiliser les 2
Ma petite expérience
la CQR ( 16 kg) nécessite une marche arrière plus forte pour s'assurer de son maintien, elle rentre plus difficilement que la plate Bien abrité je prend la plate qui me semble moins abimer les fonds, dans le doute météo je mets la CQR

19 mar. 2011
0

Merci
Merci pour vos réponses, la CQR n'est pas devenue si mauvaise que cela.
L'utilisation me le dira, je vais la prendre.

19 mar. 2011
0

CQR de 16 kg pendant 18 ans....
...et des centaines de mouillages forains (en Méditerranée) sans aucun problème (sauf une fois dans du sable grossier, dans lequel elle ripait lentement).
Je l'ai remplacé il y a 8 ans par une Kobra de 16 kg, un peu plus performante, qui me donne toute satisfaction.
Mais la CQR, qui est une très bonne ancre, est toujours à bord, ainsi qu'une FOB HP de 16 kg.

19 mar. 2011
0

quelle CQR ?
Bonjour à tous,

mon opinion, fondée sur un nombre limité de cas, ce n'est donc pas une certitude : il y a plusieurs CQR; celles qui sont marquées "Scottland" du côté opposé à "CQR", celles qui sont marquées "Plastimo" et celles sur lesquelles rien n'est marqué...
La satisfaction n'est pas la même. J'ai eu une copie (rien marqué), impossible de la faire accrocher ailleurs que dans la vase, il fallait plonger pour la planter ensuite tenue correcte, mais si le vent tournait il fallait replonger ! Je l'ai vendue 100F
La "Plastimo" accrochait mieux mais pas à tous les coups ; il fallait mouiller avec précaution bien dans l'axe, et souvent recommencer. Une fois plantée, bien. Elle est dans mon jardin à Toulouse, si quelqu'un veut venir la chercher...
J'ai vu des "Scottland" qui avaient l'air de reès bien accrocher sur des bateaux voisins.
Apparemment il y a donc CQR et CQR (et pas CQR mais copie).
Par ailleurs, j'ai depuis acheté une Delta, on la laisse tomber, on recule, la chaîne se tend, on coupe le moteur, c'est fini ; on n'a jamais eu à recommencer, elle n'a jamais bougé.

0

tests d'ancres
simplement regardez en mediterrannée ce que les loueurs mettent sur leurs unités :des deltas et des cobras (copie ameliorée de la delta )tout est dit !

19 mar. 2011
0

20 kg sur un Sangria...
20kg c'est une ancre pour un 12m, 10T, je crois que n'importe quelle marque d'ancre tiendra très bien avec ce ratio.

Mais trop fort n'a jamais manqué. Le poids d'un ancre reste dérisoire dans un bateau.

19 mar. 2011
0

même chose
aux antilles

19 mar. 2011
0

pierre 2
;-) merci encore, c est a cause de toi que j en ai encore une....

19 mar. 2011
0

cqr et cqr
1er bateau : sangria avec ancre cqr qui marchait bien ( mais ne se plantait pas toujours facilement )
2e bateau SO 29.2: satisfait de la premiere exprience, j'ai recidivé ( mais peut etre avec une copie de cqr ):tres difficile a crocher et derapé plusieurs fois : conclusion : impossible de dormir sereinement ...
depuis j'ai achete une delta , sans faire de la pub elle n'a jamais dérapé et se plante quasi instantanément ... je dors comme une buche !
conclusion 1 : je pense aussi qu'il y a CQR et CQR (a moins que ce soit fonction du poids de l'ancre ou du type de bateau )
conclusion 2 : les ancres modernes sont un réel progres , si il y a un jour un troisiemle bateau : ce sera une ancre moderne sans hesiter

19 mar. 2011
0

C'est un débat
qui devient franchement poussiéreux.

Certaines ancres appartiennent au début du siècle dernier et restent présentes car une ancre peut avoir une longue vie et le meilleur de la voile est conservateur coté mouillage.
Déjà la Delta est maintenant une ancre ancienne.
Les ancres nouvelles, ce serait plutôt le style XYZ…

19 mar. 2011
0

Qu"elle que soit ancre, elle soit faire tête
Rien ne sert de mouiller en tas des dizaines de mètres puis aller se coucher confiant. On mouille et on étale, avec de l'erre en arrière, jusqu'à faire tête. Sur une cqr, il est possible qu'il faille filer un peu plus de chaîne que sur une Brake par exemple, afin de tirer le plus horizontalement possible. Mais une fois l'ancre bien accrochée, on peut reprendre de la longueur pour diminuer le rayon d'évitage en l'adaptant à la météo.

19 mar. 2011
0

avec une ancre de 20 kilos sur un Sangria meme une ancre à
jas ferait l'affaire !

20 mar. 2011
0

+1
ou une brique...

20 mar. 2011
0

CQR
20 kg +la chaine sur l'étrave d'un sangria , ça doit pas améliorer le comportement du bateau dans le mauvais temps...question sécurité dynamique , tu peux repasser.J'ai 50 pieds et 35 kg en Spade...merci Alain , ça tient partout avec facilité et dans toutes les conditions pour un poids adapté à mon bateau... le poids d'une ancre, même disproportionné par rapport au déplacement du bateau n'influence quasiment pas la qualité de la tenue du mouillage au final...on sait ça depuis un certain temps maintenant grace à quelques études désormais connues du plus grand nombre, voir les Fortress alu par exemple ...qui sont à bord également, au cas oû.

20 mar. 2011
0

sauf qu'une CQR (ou une brique)
de 20 kg doit représenter une surface tout autre qu'une CQR (ou brique) de 10/8 Kg (poid d'ancre généralement utilisé sur un 7-8m).
Et puisque c'est la surface qui compte...

Sinon pas d'accord non plus en ce qui concerne le poids de l'ancre qui serait négligeable à bord, celle-ci étant généralement extrêmement mal placée (pointe av).

20 mar. 2011
0

On parlait ici
D'une ancre plate (20kg). Le reste est certainement de l'humour :)

20 mar. 2011
0

Moluva...
Je ne savais pas que le poids d'une ancre avait un rapport direct avec sa surface...c'est toi qui vois!Dans ce cas , les choses sont simples ya qu'à mettre 50 kg de n'importe quoi et t'aura satisfaction pour ta surface.De plus la surface qui compte c'est la surface frontale pas la surface totale de l'ancre, autrement dit sa forme.Quant à ta deuxiemme remarque faut juste bien lire les textes avant d'envoyer un commentaire...

20 mar. 2011
0

Bien sur
Je suis d'accord, mais dans le très mauvais temps et si elle n'a pas vocation à être utilisée l'ancre n'a rien à faire à l'étrave, même avec 5kg de moins. Quand on vois le puis du sangria, je ne laisserai pas mon ancre, même plus légère taper sur la coque quand le navire retombe violemment.
Pour l'argument concernant le poids, mon ancre n'était pas en uranium. Ses 20kg l'oblige à avoir une surface de résistance respectable. Personnellement pour une surface égale, je préfère la plus lourde.

20 mar. 2011
0

Ancre à Jas
Pas sur, dans des condition sportives et sur le sable..
Je voulais éliminer un doute sur la CQR (fabriquée à Brest visiblement pour celle que je vais acquérir) et bien sur, ne pas relancer le "poussiéreux" débat ou l'on compare tous les modèles d'ancre depuis l'origine des temps :)

J'avoue que les 20Kg cela a toujours fait sourire ceux qui l'ont vue, mais on se sent mieux à bord. C'est un gros avantage ;)

Comme me l'avait suggéré également biglady, je vais voir comment couler du plomb dans la pointe, cela lui permettra certainement d'accrocher un peu plus rapidement.

20 mar. 2011
0

pas certain que ça soit une bonne idée.
de mémoire il me semble que les tests de V&V avait révélé qu'une CQR qui avait perdu son "équilibre", même très légèrement (petite déformation ou petite perte de matière) devenait catastrophique.

L'achat d'une ancre moderne comme la Kobra (très bon marché) c'est vraiment une dépense ridicule en comparaison du budget d'un bateau, même petit, si ça te permet de dormir sur tes deux oreilles (moi à l'ancre je n'y arrive pas).

20 mar. 2011
0

De test
bidon en essai complaisant les revue vendent n'importe quoi.
Perso je prefere la delta a la copie. Copie biodegradable de qualité pitoyable.

20 mar. 2011
0

C'est aussi une question de fréquence
Lorsque tu pratiques le mouillage forain très régulièrement, et sur de longues durée, mais aussi avec l'aide de l'électronique : Alarme GPS qui sonne lorsqu'on s'écarte anormalement d'un point fixé + l'alerte du sondeur qui sonne également si le fond dépasse, ou au contraire se réduis au delà de certaines valeurs.
Au bout d'un moment même si tu lutte contre la prise de confiance excessive, tu apprends à faire confiance dans ton matériel. Enfin, moi je dors :)

20 mar. 2011
0

Pas idiot
Pour l'équilibre.. Je n'y avais pas pensé.

20 mar. 2011
0

chacun défend ses choix
et c'est bien ainsi,
et change d'ancre quand il s'est fait peur ...

pour pratiquer le mouillage toutes les 5 heures dans ma vie pro, par tous les temps et courants, quelques conclusions :

  • les Sociétés de classification définissent la taille de la ligne de mouillage, ancre-chaine-guindeau en fonction du déplacement lège et chargé du navire, à la construction, mais aussi évidement en fonction de son usage, (sur les dragues p.ex. tt est surdimensionné, et c'est efficace),
  • les profils des ancres restent extrèmement classiques, probablement par tradition, mais aussi ss doute pour faciliter l'arrimage à poste, et pouvoir construire lourd et solide,
  • on veille à avoir un cercle d'évitage libre et avec marge, mème dans les mouillages superencombrés de Singapour, si il n'y a pas la place pour poser la longueur de chaine correspondant à la situation, on va ... ailleurs ...
  • quand ça ne tient pas, on allonge la ligne de mouillage,
  • en conditions extrèmes, on soutient au moteur, ou on relève tt et on va au large, ou s'abriter ailleurs si possible,
  • la veille au mouillage est obligatoire, c'est chiant qd il fait beau, et paniquant qd on est pas sur que ça tient,

ceci est bien souvent applicable en plaisance à mon humble avis

en toute modestie

0

il faut arreter de dire
que les tests des revues sont bidons et complaisants ,au contraire ils sont faits avec bcp de serieux et de rigueur !(j'ai assisté a certain)

0

oui bien sur
il faut de la chaine de 10 ,mais si ils ont mis de la chaine de 12 sur toutes les ancres c'est equitable ,surtout que ce test a eté fait en collaboration avec les anglais de yachting monthly,je reconnais que ce dernier test de vet v n'est pas tres probant par rapport au test de bateaux de 1992 qui etait tres serieux !

20 mar. 2011
0

Pierre, un petit bémol cependant...
...pour le dernier test de V et V, ancres de 16 kg, ils ont utilisé de la chaîne de 12mm.

Généralement dans cette taille d'ancre on a de la chaîne de 10 mm voir de la 8 mm.

Le poids de la chaîne ayant quand même beaucoup d'influence sur la tenue pour avoir une traction la plus horizontale possible, les résultats peuvent être légèrement faussés.

Don't you think so ?

20 mar. 2011
0

Qualité des ancres type CQR
Sur un ancien N° de Nautisme, la CQR (Lewmar) et la SOC (Plastimo) en 16 kg, les deux en acier galvanisé, donnaient exactement les mêmes résultats en tenue.
Comme dit plus haut, je n'ai pas eu de soucis avec la mienne (SOC Plastimo)

Dans l'essai de V et V, de 2000 ou 2001 la SOC (en inox) était sensiblement moins bonne.

De même dans l'essai de V et V, mentionné plus haut, la CQR a été très décevante. Question d'équilibrage ?

Sur mes précédents bateaux, j'ai eu 2 CQR (Lewmar) une 15 livres, pour Koala II, elle tenait très bien et une 25 livres pour Koala IV, qui elle ne tenait absolument pas. Dérapage assuré dès 20 nœuds de vent, malgré des touées très confortables (6 à 8 fois la profondeur).

Elle était neuve, mais avait-elle été déformée ou mal équilibrée, articulation ovalisée, ce qui l'aurait empêché de cabaner ? Je l'ignore.

Cette CQR a vite été remplacée par une Britany, pour les croisières suivantes.

Généralement les utilisateurs de la Kobra, de conception plus simple, en sont très contents; elle est d'un bon rapport efficacité/prix.

Pour un Sangria, avec une 12 kg et 25 m de chaîne de 8 mm plus câblot, tu devrais être tranquille.

20 mar. 2011
0

Nous depuis
34 ans nous sommes restés fideles à la Britany et une ligne de mouillage tout en chaine ,pourquoi changer une equipe qui gagne ?
Cotre 14,5 m 22t 45kg et 80m de chaine de 12mm
Damien II 45kg et 80m de chaine 142m
Oaristys 18m 34,5T 90kg et 80m de chaine 14mm
Coque 26,86m 42t 90kg et 120m chaine 16mm
Hoa 19,5m 33t 90 kg et 120m de 14mm
Dashew dit tellement de bien (mais c'est peut etre la reconaissance du ventre ?) que nous essairons sans doute la Rocna sa simplicité nous seduit ,plus simple il y a pas (peut etre un caillou percé ,mais la tenue...)

20 mar. 2011
0

Rocna /dashew
Moins de pieces mobiles ,moins d' usures/salignement,

Ground Tackle

When we think about ground tackle it is in the context of terrible weather, an exposed anchorage in which we're trapped, and poor holding (from real world experience). We want our everyday ground tackle system to be designed for these conditions.

On the FPB 83 we started with a 240-pound (110kg) ROCNA anchor - the best hook we have ever used, which has tested at twice the holding power of our traditional Bruce anchor. This is coupled to 3/8" (9.6mm) schedule seven high-strength chain (26,000 pound/11,700kg breaking strength). The windlass is a very robust Maxwell V4000. There are a pair of large Fortress aluminum hooks for kedges and back up. This oversized gear allows us to anchor on two to one scope, and have reasonable holding.

"How do we know this is the answer?" you might be wondering.

A few years ago one of our Sundeer 64 ketch-rigged sailing designs went through a devastating hurricane on the Caribbean Island of Grenada. The boat was at anchor, unattended, sitting on our then-standard 176-pound (80kg) Bruce anchor, with the same 3/8" schedule seven chain as we are using now. She was the only boat at anchor on the bottom end of the island which stayed put (in winds variously estimated at 125 to 175 miles per hour)!

The windage of the Sundeer 64, with its two big masts and attendant rigging is probably higher than the FPB 83. Yet we went with a bigger, significantly more efficient anchor. Why? Because it allows us even more factor of safety in an ultimate situation, perhaps with poor holding, with the bonus of being able to anchor on really short scope the rest of the time.

The FPB 64 will have lower anchoring loads than the FPB 83. There is less windage and the FPB 64 is lighter. Our ground tackle package for this design? Exactly the same as for the FPB 83. The FPB 64 can handle this weight and we like the even higher factors of safety this system offers (you can never have too much holding power in your ground tackle).

20 mar. 2011
0

Je me rappelle
certains tests ou la traction continue enregistrée etait le double de ce que le moteur du bateau d'essai etait sensé produire en marche avant ...et là il battait en arriere pour le test!!!

20 mar. 2011
0

ancre Kobra ...
elle existe en verge fixe ou mobile, non ?

pas un peu risqué une partie mobile sur une ancre ??

20 mar. 2011
0

C'est un système de repliage partiel...
...par basculement du soc sur la verge, autour d'un gros axe (Kobra 1).
Sur la Kobra II, le système de basculement a été supprimé, mais l'axe est le même.
La traction se fait toujours dans la symétrie du soc.

Lors de mon achat en 2001, la version II n'existait pas encore, aussi j'ai bloqué le basculement avec un boulon.

22 mar. 201116 juin 2020
0

Peut-être pas les plus nulles, mais certainement les plus laides!!!!
Là, il y a pléthore....

22 mar. 201116 juin 2020
0

Une ancre efficace,oui, mais aussi esthétique!!!!!
Le top trois des plus belles et des plus efficaces!

22 mar. 201116 juin 2020
0

Tu as oublié....
celle-ci :

23 mar. 2011
0

Euh ...
J'aime bien la XYZ et son air de raie manta ... En plus elle est plutôt assez efficace

22 mar. 2011
0

pas la verge le soc qui se replie pour le rangement
en pratique ça ne sert à rien, ça ne doit pas pouvoir se replier à l'usage, ça peut se bloquer avec un seul boulon

les mauvaises langues disent que la kobra a contourné le brevet de la delta en ajoutant ce truc

à part cela, tres bonne ancre, prix vraiment raisonnable

22 mar. 2011
0

La delta
a du passer dans le domaine public.

22 mar. 2011
0

casse kobra?
j'avais entendu une rumeur sur une ancre KOBRA qui aurait cassé?
nb je n'ose pas trop le dire mais pour ma part je ne suis pas tres content de ma DELTA, j'ai dérapé plusieurs fois malgré 6 fois la hauteur ( ancre de 20kg, chaine de 10 sur dufour 405)

22 mar. 2011
0

Ca
c'est une premiere. Dans quelle vitesse de vent et sur quel fond tu as derrapé ?

22 mar. 2011
0

Il me semble que c'est Alain Poiraud,
mais je ne suis pas sur, qui m'avait dit que les termes du brevet de la Delta avaient laissé suffisamment de manoeuvre pour que des copies soient possibles.

J'ai beaucoup pratiqué la Delta et elle ne m'a jamais fait défaut.
Alors 6 fois de suite, cela interpelle sur ce qui a pu se passer pour en arriver là.

22 mar. 2011
0

D'abord....
... on ne dérape pas, on chasse. L'ancre chasse et quand on dérape, c'est qu'on lève l'ancre volontairement.
Ensuite, il faut savoir que c'est par petits fonds qu'une ancre peu chasser plus facilement. Et on peut mettre de la longueur de chaîne, ça n'y fait rien de plus. Par petits fonds et vent fort, la chaîne se tend comme corde à piano et l'angle de tire n'est plus horizontal. En plus les à coups décrochent l'ancre du fond.
J'en ai fait la redoutable expérience par trois mètres de fond dans une rivière anglaise. Vent de force 7 et endroit très bien abrité de la houle. Ancre plate FOB de 45 livres (pour un voilier de 6t5, 11 mètres)) et 30 mètres de chaîne. Fond de vase. J'ai chassé et le bateau est allé sur les cailloux.
Depuis, par petits fonds, je grée sur la chaîne, une patte d'oie en polyamide de 7 mètres et tournée aux deux taquets près de l'étrave. La chaine ne sort jamais plus de l'eau et le rappel est bien amorti.
Ce qui peut être une explication à certaines chasses incompréhensibles et qui ne dépendent pas forcément de la qualité de l'ancre.
Amicalement,
Régis

22 mar. 2011
0

Je ne comprend pas
Votre explication sur le fait que par petit fond, l'ancre a plus de chance de chasser.
Prenons le cas ou le vent &gt 35N souffle de la terre.
En se rapprochant du bord, et par petit fond, le clapo est court mais beaucoup moins fort qu'en s'éloignant du bord (ce qui s'explique très bien). Le petit fond permet de maximiser le rapport longueur de la ligne de mouillage/ hauteur d'eau.

Vous dites "Par petits fonds et vent fort, la chaîne se tend comme corde à piano et l'angle de tire n'est plus horizontal". Par grand fond, avec le même rapport longueur chaîne, hauteur d'eau, la chaîne se tend également comme une corde à piano (ce n'est pas le poids de la chaine qui y change quoi que ce soit puisque il est négligeable par rapport à la traction exercée sur la chaine, et personnellement je me vois mal embarquer 800Kg de chaine). De plus la chaine n'amorti en rien le choc lorsqu'elle se tend (même lourde), et s'abime ce qui rend indispensable la section plus élastique en synthétique sur la ligne de mouillage.
Et puis il est toujours plus simple de mouiller par petit fond, parce que justement, on voit ou on met son ancre, au moins de jour.
Dans le cas ou le vent viens de la mer et qu'il est très fort, le bateau n'a de toute façon rien à faire près du bord. A moins de vouloir s'en débarrasser ;p

23 mar. 2011
0

Tout dépend du vent en fait.
Oui alors ça dépend largement du fardage, de la surface exposée au vent et de la force du vent. Parce que je peux te dire que même avec un SANGRIA, à l'ancre sous un bon force 8, même avec 10m sous le bateau, ça cogne, ça claque, ça se tend comme une corde, comme tu dis. Le poids de la chaîne devient négligeable au dela d'une certaine force de vent (de traction en fait, puisque ça dépend de la résistance que l'ensemble oppose au vent et à la mer)
Personnellement, je ne miserai pas sur cette caractéristique de la chaîne.
Par petit fond, lorsqu'il y a assez de vent, la chaîne ne repose plus sur le fond mais est tendue quasiment en permanence, avec de petits rappels, mais vite repris par le vent.

23 mar. 2011
0

Theorie assez bizzare
mais bon.
Si je mouille 15m sur un fond de 2m je tiendrais mieux que si je mouille 15m sur un fond de 14m.

23 mar. 2011
0

Ce que tu est en train de dire
C'est que en gros 60kg de chaîne, qui en plus ne tirent pas exactement dans le sens du vent, mais également vers le bas (et surtout) suffisent à lutter contre les pics à 1 tonne voir plus (si tu as un 36 pieds) de traction sur l'ensemble.

23 mar. 2011
0

Est ce que tu peux
Préciser ton model d'ancre, (type et poids) stp, que j'essaie de bien comprendre.
William

23 mar. 2011
0

Bon
Chacun sa méthode après tout. L'important c'est de ne pas y passer et de réussir à dormir.
A titre informatif, voici un tableau des forces de traction en fonction du bateau, sur mer plate, et en fonction du vent :

Longueur coque
(m)
Vitesse du vent (noeuds)

15 30 42 60
7.6 56 kg 222 kg 444 kg 889 kg
9.1 79 kg 317 kg 635 kg 1270 kg
10.6 102 kg 408 kg 816 kg 1632 kg
12.1 136 kg 544 kg 1088 kg 2177 kg
15.2 181 kg 725 kg 1451 kg 2902 kg
18.2 226 kg 907 kg 1814 kg 3628 kg

23 mar. 2011
0

Non...
... par fonds plus importants, 10 mètres par exemple, la chaîne ne ne se tendra pas autant. Son poids fera un arc de cercle qui rappellera le bateau de manière plus amortie. Tandis que par petits fonds, la chaine repose sur le fond et la distance qu'elle a à parcourir pour se tendre est bien plus courte. Les rappels sont plus violents et font décrocher l'ancre. C'est ainsi que ça se passe car je l'ai vérifié bien des fois avec mon petit tirant d'eau (1m) et pour pratiquer le mouillage sur ancre presque exclusivement.

23 mar. 2011
0

Ben oui, forcément...
... que tout dépend du vent. Si tu as du clapot, un fardage pas possible plus un coup de vent, tu risques aussi de chasser par fonds plus importants.
Donc, je mouille avec ma patte d'oie sytématiquement par petits fonds. Par fonds plus importants, c'est selon la météo. Mais, je ne mettrais pas chaine et cablot avec uniquement le cablot relié au bord dans un fond que je ne connais pas par peur de le voir sectionné. Il traine parfois dans les fonds des ferrailles coupantes.

23 mar. 2011
0

Ce n'est pas une théorie...
... mais le résultat d'une observation.
Et ce que tu dis est forcément vrai, mais en théorie seulement, parce qu'en pratique, Hydra, tu ne mettra jamais 15 mètres de chaîne dans 14 mètres d'eau parce que tu sais que c'est absurde.
Moi, dans ma rivière de Porthcuil près de Falmouth, j'avais mouillé trente mètres dans trois mètres d'eau et l'ancre a chassé à cause de sa tension inévitable due au fardage, et uniquement au fardage puisqu'il n'y avait pas de clapot.
De toute façon, il faut respecter le rapport hauteur d'eau-longueur de chaîne mini qui est au minimum de 5 fois la hauteur d'eau.

23 mar. 2011
0

J'ai déjà précisé...
... plus haut mon modèle d'ancre. FOB plate de 45 livres.
Ton histoire de tonne, je n'ai jamais eu de dynamomètre pour mesurer, donc je n'en sais rien.
Mais il ne faut pas penser autre chose que ce que j'ai dit. J'ai dit simplement qu'une chaine se tend plus facilement par petits fonds que par fonds plus importants. C'est tout.
En découle mon mode de mouillage que j'ai bien expliqué et qui fonctionne.

23 mar. 2011
0

Ce n'est pas très clair
Une fois mis en forme sur le message, je donne un lien, mais ce tableau est disponible à d'autres endroits. Il faut ajouter pas mal aux valeurs pour obtenir le pic, surtout avec un peu de clapo. Je ne sais pas combien de % exactement, mais au moins 25%, je vais essayer de chercher.

23 mar. 2011
0

Que le fond
soit profond ou pas les efforts horizontaux sont les memes, dans de la profondeur il faut mettre plus de longueur d'ou un poids plus important par contre l'angle de tire au niveau du davier devient de plus en plus mauvais et l'effort dans la ligne et sur le davier sont multiplié.

Si la chaine se tend c'est que la longueur du mouillage n'est pas bonne.
Aller dans du fond pour mieux tenir est a mon avis une erreur.
Si la ligne est suffisamment elastique la tension de la chaine n'est plus un probleme.

23 mar. 2011
0

commentaires theoriques et pratiques
très étonnant de Jaoul en effet,
j'ai du mal à comprendre cette logique,
trop de longueur de chaine par petit fond augmente simplement de friction (de la chaine sur le fond) puisque la longueur de chaine étalée sur le fond est plus grande, ce qui retardera d'autant plus le moment ou la verge se soulevera/ souleverait ...
mème si je comprend que le couple de rappel soit plus grand vu la distance plus courte entre le davier et le fond,

mais c'est sans doute les conclusions de situations de tenue particulières dans des conditions de vent-courant-type de fond particulières,
c'est d'ailleurs ce qui rend ce débat sur le mouillage extensible à l'infini,

comme déjà exprimé, nous mouillons ici plus souvent à un rapport de 7-8x la distance écubier-fond, pour garantir tenue et souplesse,

quand au cablot,
l'idée d'une patte d'oie me semble très bonne,
mème si complétement inapplicable chez nous sur les grands navires, vu les forces en jeu,
mais je m'étonne que personne ne parle jamais de problèmes de raguage de ces filins synthétiques au passage du davier ...
ici, on fait confiance à la chaine, et à rien d'autre !

23 mar. 2011
0

Ces filins....
.... ne passent pas dans le davier, mais sont frappés de chaque côté de l'étrave aux taquets.
Moi non plus je ne croyais pas que la chose fut possible (tension rapide de la chaîne par petit fonds) mais j'ai vu la chose se faire plusieurs fois dont deux fois avec cailloux à la clé.
Je ne suis pas le seul à avoir vérifié ce phénomène, un débat avait eu lieu la dessus sur STW sur un fil très long sur les ancres. C'est d'ailleurs à la suite de ce fil que j'avais adopté cette patte d'oie.

23 mar. 2011
0

LA technique de Jaoul
n' est pas farfelue, un capitaine de cargo m' avait dit qu ils mouillaient regulierement comme cela.
Meme parfois, il mouillaient tout en tas puis le bateau reprenait, etirait comme il le voulait sa chaine, naturelement donc le mouillage etait elastique, et ca tenait. Attention, je n ai jamais dit qu il ne fallait pas planter son ancre dans le sol avec un bon coup de gaz arrière !!!

Dans un mouillage aux antilles, un capitiane de port de commerce( qui vivait à bord et s absentait parfois quelques jours pour son travail ) mouillait toujours au fond du mouillage avec une quantité de chaine qu on dira de classique mais dans des fond assez profonds (15/20 m ), je ne l ai jamais vu derapé, alors que d autres avec le meme type de materiel, moins de fonds et une quantité de chaine egalement classique, chassaient.....

Truc con au mouillage, je suis partisan du l' amortisseur pour amarre, c' est bete à pleurer : un crochet inox, une amarre avec son amortisseur ( ou un amortisseur dédié dans la baille a mouillage ), et c est partit, ca ne bronche pas meme dans de fortes rafales. Et c' est franchement plus elastique et plus efficace qu un simple cablot trois torons dont l' elasticité bien que réelle est quand meme assez relative sur des petites quantité ( inf à 10/15 m )

23 mar. 2011
0

Une seule chose à retenir....
... par petits fonds, la chaine n'amortit rien du tout.

Voici un extrait d'une intervention sur STW:

Date : 22 janv. 2007
Auteur : Inconnu

" Le point important de l'amortissement par la chaine n'est pas d'y croire ou de ne pas y croire, mais de le mesurer et/ou de le calculer Clin

Qu'on le mesure ou bien qu'on le calcule (voir Alain Fraysse) la chaine n'amortit rien quand il y a peu de fond : pour comprendre, imaginez le cas limite à terre, sur la plage, la chaine étendue au sol et vous tirez dessus à pied au raz du sol. Avant qu'elle ne soit tendue elle n'exerce aucun effort et dès qu'elle est tendue, la rigidité est infinie : amortissement nul ! Au fur et à mesure que vous élevez le point de traction en hauteur par rapport au sol, vous créez une effet caténaire et il y a d'autant plus d'amortissement que le point de tire est haut par rapport au sol. Malheureusement le calcul et les mesures montrent que par vent fort et pour les hauteurs d'eau et chaines habituels, cet amortissement est quasi nul dans les fortes raffales , au moment où justement il devrait être maximal

Un bout textile bien choisi s'allonge d'environ 10% sans problème , avec 50 m de bout sortis il y a 5 mètres d'amortissement, ce qui est considérable et "écrête" puissamment les coups de boutoir du bateau qui fait l'essui glace ou les sauts dus au clapot.

C'est d'ailleurs pour cela que pour une ligne de mouillage aussi bien que pour des amarres au port il faut choisir un textile très élastique, à l'opposé d'une écoute, ou drisse qui sont très peu élastiques, comme le dit Steren

Relire Alain Fraysse ...."

23 mar. 2011
0

le bon sens ... n'est pas évident
Je confirme que ce que dit Jaoul est parfaitement exact : par très faible fond, l'effet du poids de la chaine est quasi nul, et que c'est dans ces conditions que l'on dérape le plus facilement sous l'effet "essuie glace" ou sous l'effet d'une rafale ou du clapot.

En fait, cela va plus loin : même avec des fonds plus importants, l'effet d'amortissement de la chaîne n'est jamais garanti suffisant par vent fort, irrégulier et mer agitée.

L'élasticité (donc l'amortissement) d'un câblot est grosso modo constant quel que soit l'effort.

L'amortissement de poids de chaine décroit quand l'effort croit et devient nul aux très grands effort, ce qui est très mauvais pour la tenue de l'ancre.

Ce qu'il faut retenir, par conditions de mouillage difficile :

  • Les ancre ne tiennent pas bien si l'angle de tire est supérieur à 10° environ. Cela impose une longueur de ligne supérieure à 6 fois la hauteur d'eau.

  • Les coups de boutoir peuvent multiplier par 4 ou 5 l'effort statique du vent seul. Il faut les amortir avec quelques dizaine de mètres de câblot.

Evidemment, tout ceci n'est indispensable que par vent très fort.

23 mar. 2011
0

Vrai! Mais avec trés peu d'eau : trés peu de houle
et la chaîne tire l'ancre dans sa meilleure position de travail, quasi horizontalement!!! ( Enfin, les bonnes ancres...)

23 mar. 2011
0

euh
je suis Cap au long cours, et je navigue depuis 25 ans, ouf misère, tt ça déjà,
mais bon cela dit, c'est comme ds tous les métiers, je connais quelques Capt qui ne savent et ne sauront jamais naviguer, ce n'est pas une référence,
ensuite naviguer à la voile, c'est autre chose (voilà pourquoi je pose souvent de bètes questions sur ce forum ou j'apprends tous les jours moi aussi)

intéressant les amortisseurs d'amarres en effet, tt ce qui améliore l'élasticité est sans doute efficace bien sur,
Jaoul, j'avais compris pour la pate d'oie, mais via le davier, des ecubiers, ou des chaumards, il y a raguage, donc quoi, tu protèges simplement ta pate d'oie-cablot par des gaines plastiques comme les amarres ?
(je suis occupé à en préparer une ... pour mon (petit) bateau),

je voulais juste confirmer qu'en fait on se pose bien moins de questions chez nous au boulot que dans la plaisance, on met de la chaine et basta !

chez nous, on raconte mème que les chinois (c'est tjs les jaunes qui ont tort !) jettent l'ancre avec de l'erre (en marche avant), puis mettent la barre tout du mm coté et font un 180°,
on peut tt imaginer,
il ya 100 techniques qui marchent,
et on peut en discuter longtemps ! heureusement !

23 mar. 2011
0

Non...
... je ne mets rien pour éviter le raguage pour la bonne raison que mes taquets sont soudés au ras du bordé. Sinon, avec des chaumards, il faut fourrer au passage... avec du tuyau plastique par exemple.
Pour répondre au sujet de la marine marchande qui ne se pose de question, il faut savoir qu'un gros navire à des rappels bien moins brutaux qu'un petit.
Le navire qui a des rappels les plus brutaux est le catamaran. Il est léger et danse sur l'eau, et nécessite un amortissement conséquent.

23 mar. 2011
0

ok merci
je vais me préparer ça pour les navs de cet été, il est temps !

c'est vrai que cela vaudrait la peine de faire la comparaison entre poids de chaine et ancre versus déplacement, je vais m'y atteler, entre 4,8tonnes, chaine de 8, ancre de 15kg,
et 9000t lège, 35000 chargé, chaine de 64, ancre de 4,5tonnes,
ça pourrait ètre intéressant

23 mar. 2011
0

Il semblerai
que vous ayez une autre methode de calcul.
Effectivement je ne connais pas Alain Fraysse, mais je le salut.
A l'epoque j'avais codé la formule de la chainette et c'est disponnible sur :
sites.google.com[...]uillage

23 mar. 2011
0

Ragage
Toute ces théories peuvent se valoir, à partir du moment ou on fixe pas une valeur de traction (vent, fardage, mer)
Ici on parle de conditions difficiles, vent fort, clapot, les conditions qu'on a déjà tous vécu au moins une fois, et dans lesquelles la chaîne est tendu quasiment en permanence. Selon moi dans ces conditions, le poids de la chaîne est négligeable. Le raguage/friction au fond est quasiment inexistant par petit ou grand fond donc la tenue est principalement due à l'ancre. Sur les cargos c'est sans doute différent, compte tenu des ancres/chaines qu'ils utilisent, avec un poids monstrueux. (Quoi que..). Il reste à amortir les coups sur la ligne, les systèmes qu'on monte sur les amarres sont assez efficace pour ça. On peut toujours rajouter une longueur suffisante de cablot. Et pour ceux qui ont peur du raguage sur le davier, chaumar etc, pourquoi ne pas mettre un morceau de chaine de quelques mètres, du cablot (flottant) et repartir sur la chaîne de bonne longueur ?

24 mar. 201116 juin 2020
0

Chaumards
J'avais remplacé sur mon Rorqual mes chaumards classiques par des chaumards de chez Bernard. Chers, mais les seuls qui n'usent pas les bouts d'amarrage, qu'on soit sur ancre, sur bouée ou au ponton.

Dans des conditions extrêmes (cyclone Dean), j'ai eu à supporter non seulement mon bateau, mais également un voisin de 15 m qui avait rompu ses amarres et était vautré sur moi.
Gités tous 2 à plus de 45°, j'ai eu des éraflures sur ma coque presque jusqu'à ma quille. Au passage, sa liaison coque pont s'est ouverte, et de mon côté, mes bouts ne m'ont pas lâché.

RV

23 mar. 2011
0

Jaoul
En réponse à "... par petits fonds, la chaine n'amortit rien du tout."
La chaîne en théorie n'est pas faite pour amortir. Elle est faite pour créer de la friction au fond, pour être solide, mais pour amortir, il y a d'autres systèmes qui sont conçus pour ça.
Effectivement elle amorti dans bien des cas, mais en théorie seulement dans le petit temps voir moyen. Mais dans le gros temps, elle perd cette caractéristique puisque la force de traction évolue selon le carré de la vitesse du vent. Donc très vite son poids va devenir négligeable vs la traction.
Ca, ce n'est pas contestable à priori.
Après, ce qui compte c'est que tu maîtrise ta technique.

Cela me rappelle un ami qui mettait quelque part sur sa chaîne un gros poids, pour la forcer à jouer un rôle d’amortisseur. Ce poids exerce une force de traction sur le bateau, mais aussi sur l'ancre ! Quand la chaîne se tend d'un coup, elle effectue une petite oscillation sur sa longueur, au cours de laquelle tout le poids de la chaîne tire sur le bateau et donc sur l'ancre (chaîne tendue) qui, pour l'ancre s'ajoute à la traction. Donc selon moi, autant avoir un vrai amortisseur qui ne pèse pas plus lourd, et qui n'ajoute pas de traction sur l'ancre.

23 mar. 2011
0

quand je rajoute un poids sur la ligne de mouillage
c'est surtout pour réduire l'évitage

sinon il y a eu suffisamment de discussions, de travaux et de preuves scientifiques (alain fraysse) pour ne plus douter qu'un mouillage mixte est plus efficace

apres 10 ans et seulement parce que l'évitage est un probleme j'ai mis en secondaire mon ex mouillage principal d'une danforth original de 15 livres et 3 metres de chaine et un looong bout

j'ai désormais une kobra de 8 kilos et 10 metres de chaine (le max que je puisse remonter sans guindeau) et ça tient tres bien avec un bateau de 4 T en charge

23 mar. 2011
0

Qualité du fond
Pour l'expérience vécue par Jaoul, peut être que l'explication se situe plutôt au niveau de la qualité du fond. Peut être qu'avec plus d'eau au dessus, le sable devient plus compact, quelque chose comme ça.

23 mar. 2011
0

quand on relit
les conclusions pratiques de cette étude mathématique, on observe avec bonheur que l'auteur laisse le choix à chacun de lire, interpréter et finalement mettre en pratique ces mm conclusions, selon ses choix, ses moyens et selon la situation, une belle leçon !

Quel que soit le choix réalisé, les buts restent :
- une tenue optimale de l'ensemble,
- une simplicité et une solidité optimale de la combinaison choisie, afin de pouvoir la filer ou récupérer par conditions de mer difficile sans se mettre en danger,

là encore, à chacun de trouver sa propre combinaison idéale et optimale,

de là sans doute le choix de la chaine et rien d'autre sur les grands navires car il est absolument impossible pratiquement d'y installer un cablot ou une patte d'oie vu les poids et forces en vigueur,

comme déjà dit, ne pas oublier que chez nous, il y a tjs un ou plusieurs hommesde quart, au mouillage comme en nav,

sans prétention

23 mar. 2011
0

Le danger....
... c'est que par petit fonds on ne se sente pas obligé de balancer les 40 ou 50 mètres de chaîne avant d'arriver au câblot. Alors là on est tout chaîne. Gréer un amortisseur n'est pas de trop surtout si on part pour une balade à terre ou si on veut bien dormir. Mais pas le genre d'amortisseur pour empêcher la chaîne de faire du bruit, non, quelque chose de plus sérieux.

23 mar. 201116 juin 2020
0

Voici...
... une photo de Jaoul ancré dans Inishbofin Harbour (Irlande) avec mon système de patte d'oie. Entre trois et sept mètres de fonds et du vent fort 5 à 6 chaque jour. L'endroit est protégé de la houle. On peut voir sur la photo que la chaîne descend droite tandis que le bouts sont obliques. Le poids de chaine qui pendouille en plus maintient la partie de chaîne soumise à la traction avec un angle plus fermé. C'est bien plus sécurisant ainsi.
J'avais rajouté des amortisseurs en caoutchouc mais, à l'usage, je m'aperçois qu'ils ne servent à rien. Il sont toujours en extension maximum et la tension est alors assurée par le cordage.

23 mar. 2011
0

Ficelle...
.... 7 mètres de long chaque brin de la patte d'oie.

24 mar. 2011
0

mousqueton
de drisse wichard pour moi.
tu peux aussi utiliser une manille...
l'essentiel étant de pouvoir passer dans le maillon de la chaine. ;-)

23 mar. 2011
0

interessante
ta photo jaoul.
quelle longueur de bout as tu rajoutée dans ce cas ???
c'est le même principe que la patte d'oie sur un cata en fait mais beaucoup plus longue je suppose?

(sur mon cata ma patte d'oie est faite en amarre extensible avec "âme amortisseuse" intégré + 2 gros amortisseur forsheda longueur du double bout environ 8m...jamais vu les amortisseurs aller en extension max mais pas encore confronté à plus de 20nds au mouillage pour le moment .)

24 mar. 2011
0

Photo
Aurais tu des photos de ton système ?

Comment fixes-tu tes bouts sur la chaine, tu as un crochet comme ça ?
beeldbank.prepublisher.com[...]044.JPG

Comment procèdes-tu ? J'ai un crochet comme celui en photo mais lorsque j'installe le système, le crochet se détache souvent car il faut tout en mettant la chaine à l'eau, maintenir en tension le bout tenant le crochet sinon sous son propre poids il tombe.

23 mar. 201116 juin 2020
0

D'accord avec Jaoul
Même expérience : grains &gt 30n à Sein dans 2m d'eau. L'ancre ( Kobra 12 kg )a décroché avec 30m de chaine + 10 ou 20m de cablot. Mais l'histoire s'est bien terminée, car j'avais mis en plus une Brittany + 20 m chaine + autant de cablot, au cas où ...

0

je continuerai de penser
qu'une ancre accroche plus et tient mieux par petits fonds car la chaine a un meilleur angle de tire pour enfouir l'ancre (delta)et perso je n'ai jamais chassé dans ces cas la ,meme par mistral force 8 a 9 ce qui est frequent chez nous !(bien sur sur fond de sable, pas d'herbe )

23 mar. 2011
0

Perso
je continue aussi a penser comme pierre2. :-D

23 mar. 2011
0

Ben je pense aussi comme Pierre ...
"mouillage par petits fonds par vent de mer" ... Là c'est vraiment chercher les embrouilles non abritées et risquer l'échouage au moindre dérapage !
En Med, ça arrive dès qu'il y a du vent d'Est ou une largade surprise !

Bref , je suis aussi l'avis de Pierre et pour être carrément hors des normes, pour mon voilier de 13t, j'utilise une bonne longueur de chaîne de 10 et au bout une XYZ Extrem de 7 kg, angle de pénétration optimal, jamais chassé , même par petits et tout petits fonds.

23 mar. 2011
0

On dit chasser !
Juste une petite plaisanterie, comme tu l'avais préciser plus haut.
Un dernier commentaire pour moi. Tu indique que par petit fond, l'angle de tire n'a plus aucune importance, mais au contraire, l'angle de tire est calculé pour que si tu mouille 7x la hauteur d'eau, tu sois en dessous de 10°, chaîne tendue. D'autre part, tu dis, " la force brute de l'à coup, n'étant pas amortie" Mais elle est amortie puisqu'on utilise des lignes mixtes qui amortissent.
Bref, je continue de penser que vos soucis étaient plutôt du à la qualité du fond. Dans ces différentes intervention, on voit ceux qui défendent cette idée avec des explications un eu plus scientifiques, des comparaisons de chiffres, et ceux qui défendent le grand fond, avec une expérience, dont les conclusion ont été tirées au feeling.
Ce qui, personnellement, ne peut pas me convaincre. Quoi qu'il en soit, il est parfois plus important de réussir à dormir alors on a tous nos trucs et astuces pour être rassurés.

23 mar. 2011
0

Et bien continue de penser...
... mais par mistral fort par petits fonds, tu es donc près du bord avec un vent de terre. Donc un fetch réduit et peu de clapot. Avec du clapot, tu as forcément du rappel et ton angle de tire n'a plus aucune importance puisque la chaîne se tendant comme corde à piano, la force brute de l'à coup, n'étant pas amortie, est telle que ton ancre, si elle ne décroche pas, va au mieux labourer le fond.
Je ne te souhaite pas d'être au mouillage par petits fonds par vent de mer car là tu comprendras d'un coup.

23 mar. 2011
0

Hydra, voici ce que tu as dit
"Si la ligne est suffisamment elastique la tension de la chaine n'est plus un probleme".
Je suis d'accord avec toi la dessus. Le probléme, c'est quand ce n'est pas suffisament élastique. Et par petits fonds et vent fort, le tout chaine est une connerie.
Je n'ai rien dit d'autre.

Mais, j'arrète là mon intervention.
:aurevoirdame:
Je ne cherche pas à convaincre mais à partager mon expérience, mes observations. Vous pourrez toujours relire ces lignes, si un jour l'expérience d'une bonne chasse vous fout les boules.
Amicalement,
Régis

0

bien sur jaoul
je ne parle que pour les cas que j'ai vecu et j'ai lu avec interet ton experience !

23 mar. 2011
0

A ce propos cher Vasko,
quel est le bilan actuel de tes mouillages avec l'étonnante XYZ ?

24 mar. 2011
0

Voilà :
C'est vrai que cette ancre semble vraiment bizarre et incohérente, mais ça fait 3 ans que je l'utilise en mouillage principal avec de la chaine de 10 (On a fait quelques mouillage avec Pierre qui peut donc donner aussi un avis)

Jusqu'à présent jamais dérapé sauf une fois dans un herbier.
Utilisée dans divers type de temps, dont hélas quelques bastons bien senties. En général dans des fonds n'excédant pas 15 m et de toutes natures (sable, herbiers, rochers, graviers, vase)
C'est assez étonnant , mais en ayant contrôlé plusieur fois le point de posé de l'ancre et sa position finale, en général il y a moins d'1 mètre, elle se pique donc plutôt bien dès que la chaîne passe en tension.

Ses principaux défauts :
- due à sa géométrie, elle ne se cale pas bien dans un davier conventionnel, donc il faut bidouiller le saisinage à chaque remontée , en fait il faudrait impérativement une delphinière

  • Son design agressif et sa légèreté en font vraiment une ennemie de la peinture d'étrave, il faut donc finir le hissage à la main pour limiter le balancement quand l'ancre sort de l'eau

  • Dans le sable, elle s'enfonce vraiment profond et devient dure à décrocher au relevage.

Bref , elle me plaît bien , mais comme elle ne semble plus commercialisée, je conserve ma DELTA de 16 kg dans un coffre

23 mar. 2011
0

eau profonde, pas profonde
il y a une justification théorique qui montre la différence entre "eau profonde" et "eau pas profonde"

si on presuppose que l'ancre doit travailler avec un angle de tire de la chaîne au maximum égal à x°, x° pouvant bien sûr être zero dégrés, pour les caracteristiques mathématiques de la catenaire, on trouve que en eaux profondes il suffit d'un rapport "longueur cablot/profondeur" inférieur pour atteindre les O° par rapport à l'eau moins profonde

en autres mots: si sur 10m de fond j'ai besoin de 5:1 (cablot:profondeur) pour que la verge de l'ancre ne se soulève pas du fond, sur une profondeur moindre, 7-8-5m de fond pour avoir le même angle de tire j'aurais besoin d'un rappoçrt cablot profondeur inférieur, genre 4/1 , etc

ça c'est mathematique, après les considérations sur "mouiller en eau profonde" ou pas touchent beaucoup d'autres aspects, à chacun de voir

:-)

23 mar. 2011
0

eau profonde, pas profonde
:lavache::lavache::lavache:

:tesur:

Sur ce coup là c'est très clair!!!!!!

23 mar. 2011
0

correction
point 3

"dans une eau profonde on aura besoin de moins de longueur de cablot pas rapport à une eau moins profondes"
NON

correction:
dans une eau profonde on aura besoin d'un rapport longueur cablot/profondeur moindre par rapport à une eau moins profonde"

:-|

24 mar. 2011
0

Petite erreur de frappe
"en haut peu profonde" -&gt en eau peu profonde. Un petit lapsus :)

24 mar. 2011
0

Plus
haut j'avais donné mes calculs, sans aproximation en statique.
Il s'agit d'une equation qui a ces particularités, en regle generale plus on mouille dans des petits fond meilleur sera le travail de la ligne.

24 mar. 2011
0

On parle de choses différentes
Tu pose un angle de 0°. On est d'accord, on parle de l'angle entre le sol et la chaîne tendue à bloc (à cause de la traction forte au moment ou cela tire le plus)
Un angle de 0° signifie que le bateau est au fond de l'eau (la c'est sur l'ancre ne chassera pas :) ). Pour les ancres, il ne faut pas dépasser 10° pour obtenir des performances, au dessus, les performances s'écroulent très rapidement.

L'application de tes équation ne comporte pas d’erreur de calcul à priori. Mais cela te conduis à mettre 30m de chaîne pour 18m d'eau. J'en déduis que tu ne calcule pas la longueur de la ligne de mouillage, mais seulement le segment de chaîne minimum sur toute la ligne. Parce que sinon, 30m pour 18m, rien ne peut tenir. On calcul deux choses différentes, moi je calculais la longueur totale du mouillage. Calculer la longueur de chaîne minimum, tu ne le fais qu'une seule fois pour fabriquer ta ligne, et c'est tout. Je me vois mal démonter ma ligne pour rajouter de la chaîne parce que j'ai décidé de mouiller un peu plus loin du bord.
L'équation de la chaînette on l'utilise pour dessiner la forme que prend une chaîne lorsqu'elle est tenue par ses deux bouts, sous l'effet de son propre poids. Elle est parfaitement valable lorsque le vent est nul. Mais le cas qu'on étudie, c'est quand justement la chaîne se tend à cause de la traction, au moment ou elle est maximum. Dans ce cas là, elle est en ligne droite, et on entend même un "clang" si la ligne n'est pas mixte ou équipée d'un amortisseur, suivis d'un rappel (plus ou moins efficace en fonction du vent/courant/clapo parfois elle reste tendue au maximum quasiment tout le temps). Cela forme donc un triangle rectangle et plus une parabole. Dans les autres cas, lorsque le vent est nul, personne n'est inquiet.

J'en profite pour ajouter que dans mon calcul précédent, on ne tiens pas compte du clapot. Mais un clapot de 60cm sur les 5m du premier exemple fais que l'angle de tire dépassera les 10° (de peu, mais commencera à les dépasser, il faudra donc ajouter un peu de longueur de ligne pour rester en dessous). De plus, au moment ou l'onde entamera le premier quart du bateau, ligne tendue elle va faire effet levier et l'arrière commencera à se soulever (surtout sur nos petit bateau qui ne prennent pas souvent plusieurs vagues en même temps sur leur longueur, puis très rapidement l'onde continuera de progresser vers l'arrière et l'avant s'enfoncera. Dans ce court instant ou l'arrière est soulevé par effet levier, un partie du poids du bateau tire monstrueusement sur la ligne, alors que justement, la hauteur d'eau viens d'augmenter, réduisant le rapport longueur de ligne / hauteur d'eau, et augmentant ainsi l'angle de tire (ce qui diminue la performance en tenue de l'ancre) C'est le point critique. Il faut en déduire qu'il vaut mieux déplacer du poids à l'avant du bateau, pour minimiser les forces sur la ligne au moment du coup de levier, et qu'il faut rajouter un peu plus de 6,41 fois la hauteur d'eau pour prévoir l’élévation due au clapot.

24 mar. 2011
0

Ok
On est d'accord. L'ambiguïté se situait au niveau des conditions de test.
De ton coté tu parles de la longueur de chaîne à mettre pour qu'à partir d'une certaine force le dernier anneau se soulève, du miens, je commence à calculer à partir du moment ou tous les maillons se sont soulevés, à tel point que la ligne est tendue, droite. (Conditions dans lesquelles je veux que mon ancre continue de tenir)

Dans ton cas, tu utilise le poids seul de la chaîne pour "amortir", et c'est cette valeur limite d'amortissement que tu calcul pour une longueur de chaîne (enfin l'inverse).
Je ne connaissais pas la formule approximative en tous cas, je la note :)

23 mar. 2011
0

En fait
le facteur d'augmentation de la croissance du minimun de longueur necessaire diminue avec la profondeur.

23 mar. 2011
0

désolé
désolé :oups:

j'essaye avec d'autres termes:
1. generalement on dit "il faut mouiller 5 fois le fond, 6 fois le fond, etc"
2. Une contrainte généralement acceptée est "il faut que l'ancre travaille horizontalement, que la verge ne se soulève pas du fond"; le point de base est que dès qu'une ancre est tirée vers le haut plutôt qu'à l'horizontale, sa tenue decroît énormement.
3. pour une force excercée par le bateau sur la ligne de mouillage (vent, clapot, rappel, etc) donnée (c'est à dire à parité de conditions), pour garder un angle de tire horizontal,
dans une eau profonde on aura besoin de moins de longueur de cablot pas rapport à une eau moins profondes

mais je repète, ce n'est qu'un des facteurs qui influencent le choix entre eau profonde/pas profonde

24 mar. 2011
0

Alors là
C'est intéressant du coup puisque qu'on peut argumenter. Mais je ne te suis pas du tout.

Voici mon raisonnement. On envisage le probleme sous forme d'un triangle rectangle, pour simplifier les calculs.

On a la base du triangle qui est le fond, de longueur a.
La hauteur du triangle, de longueur b. Qui représente la hauteur d'eau. Et l’hypoténuse de longueur C, qui représente la chaine, cablot etc. C'est l'ypoténuse parce que la ligne de mouillage est tendue. (Le vent souffle très fort, le clapot tire, c'est la condition ou l'on veut que l'ancre résiste)
On pose que pour être efficace, la ligne de mouillage ne doit pas avoir un angle de plus de 10° avec le fond. Prenons 9°.
Dans un triangle, la somme des angles fait 180°.
On a donc 90° (l'angle de la base/hauteur)
On a 9° l'angle base/hypoténuse
On en déduit donc que l'angle hauteur hypoténuse fais 81°.
Calculons maintenant la longueur du mouillage pour que l'angle soit de 9° au maximum chaine tendue à bloc. La longueur de mouillage L = hauteur/cos(81)
Qui évolue de façon parfaitement linéaire. Par exemple avec 5m de fond, cela fait = 5/cos(81) = 5/0.156 = 32m. Ce qui fait 6,4 fois la hauteur d'eau.
prenons maintenant une hauteur d'eau de 15m. L = 15/0.156 = 96,15m (pfiou) ce qui fait toujours 6,4 fois la hauteur d'eau et qui ne surprendra personne.
Donc cela évolue de façon parfaitement linéaire, et pour respecter l'angle maximum de 9°, il faut toujours 6,4 fois la hauteur d'eau. Eau profonde ou pas.
Sauf que ça évolue très vite, et que donc pour une longueur limite de mouillage, il sera plus facile de minimiser la profondeur pour obtenir le bon rapport.
Par ailleurs, on peut faire une démonstration statistique qui montrerai que si l'ancre chasse, elle a plus de chance de re crocher en haut peu profonde qu'en s'éloignant du bord, avec l'évolution statistique des fonds (qui n'est pas linéaire) mais cela dépend trop des conditions de mouillage pour être significatif.
Si je me suis trompé dans mes calcul, qu'on me le montre, je me coucherai moins bête :)

24 mar. 2011
0

précision
Oh, finalement on peut parler

On se réfère peut-être à des situations limite différentes, mais bon voilà mon rationnel:

  1. Hypothèse de base: je veux que à parité de charge (tire dans la ligne de mouillage), l'angle de tire sur l'ancre n'excède pas 0°; combien de cablôt selon la profondeur? Si j'ai bien compris tu poses cet angle égal à 9°, c'est ça ? L'angle de tire peut être n'importe quelle valeur mais 0° c'est plus simple pour les calculs, ou pour visualiser, dans "une ancre qui est tirée à l'horizontale", un kg de tire de plus et elle est tirée un peu vers le haut aussi, chose qui modifie grandement la tenue des différentes ancres, donc disons "point limite 0°". Les calculs entre 9° et 0° amha ameneraient au même genre de conclusions.
  2. Cela revient à calculer la tangente de l'inclinaison de la catenaire à l'attache sur l'ancre. L'angle de la tangente variera avec la tension horizontale du cablôt, supposons de vouloir 0° comme angle maximal.

  3. L'équation de la catenaire étant pas immédiate à traiter, (de mémoire ce sont des sinh et cosh non?), une bonne approximation pour un angle de tangente à l'ancre =0° est:
    force tire = poids linéaire chaine x (longueur chaine au carré) divisé par (profondeur x 2)

Donc comme on suppose la force de tire constante, ainsi que le poids linéaire de la chaîne, on deduit que la longueur de chaine au carré divisée par le double de la profondeur doit être constante (pour avoir un angle de tire de 0° bien sûr)

on peut reécrire Ftire/poids lineaire chaine = Longchaine ^2 / (profond x 2)

Supposons que Ftire/poids lin chain =100; donc longchaine au carré / (Profond/2) =100; donc longchaine= sqrt(100 x (profond/2)) = 10 x stqrt (prof/2)

Cela signifie, sur 8m de fond (pour faire simple avec les racines je n'ai pas de calculette), la longueur de chaine devrait etre de
10 x sqrt(8/2) = 20, donc 20/8=2.5 rapport longueur cablot/profondeur

sur 18m de fond, la longueur de chaine devrait etre 10 x sqrt (18/2) = 30m, donc rapport longuer cablot/profondeur 30/18m environ 1.7 (?) Je n'ai pas de calculette mais on ne doit pas être très loin, en tout cas "à parite de force de tire et pour une chaine donnée (poids linéaire), si on veut garder l'angle de tire de la catenaire de la chaine horizontal, en augmentant la profondeur on peut reduire le rapport (longueur du cablot/profondeur)

Bien sûr, après il y a toutes les modifications possibles, cablot mixte en différentes proportions, changement dans la force maximale (de rappel) selon les caracteristiques de la ligne de mouillage, etc, si quelqu'un veut y jeter un coup d'oeil..

mais en première approx, à parité de conditions, pour un même effort maximal sur l'ancre, si on mouille sur eau profonde on peut utiliser un rapport de (cablot/profondeur) moindre par rapport à un mouillage sur profondeur moindre

mais je repète ce n'est qu'une variable

:-)

24 mar. 2011
0

encore
" Un angle de 0° signifie que le bateau est au fond de l'eau (la c'est sur l'ancre ne chassera pas :) ). "

juste pour précision, non. Un angle de 0° signifie que la tangente de la catenaire à un angle de 0°, avec un bateau qui flotte beaucoup plus haut bien sûr. La catenaire décrit disons une simil-parabole, quand la tangente à la simil-parabole sur l'ancre a un angle de zero, c'est la situation limite que j'ai pris comme reference.

"Pour les ancres, il ne faut pas dépasser 10° pour obtenir des performances, au dessus, les performances s'écroulent très rapidement. "

Bon, je prends 0°, donc à priori plus conservatif.

"Mais cela te conduis à mettre 30m de chaîne pour 18m d'eau."

Non, absolument pas. Surtout pas, c'était un exemple: 30m de chaine pour 18m d'eau si on considère que (Forcetire/poids lin chaine) = 100, donc par exemple pour une chaine de dix (2.2kg/m) cela signifie que avec 220kg de force de tire oui, 18m de chaine sur 30m de fond donnent une tangente horizontale (angle de tire maxi optimum).

Ce n'est pas la valeur absolue du rapport (longueur cablot/profondeur), c'est sa variation selon la profondeur; donc si on choisissait une valeur de tire pour des ocnditions plus musclées, disons 300-400-1000kg, avec une profondeur moindre on aurait besoin d'un rapport chaine/profondeur moindre.

"J'en déduis que tu ne calcule pas la longueur de la ligne de mouillage, mais seulement le segment de chaîne minimum sur toute la ligne. Parce que sinon, 30m pour 18m, rien ne peut tenir."

On est bien d'accord, si on a une chaine de 10, avec 18m de chaine sur 30m de fond au délà de 225kg de tire le dernier anneau de la chaine commence à se soulever, c'est cela que je voulais dire.

;-)

"L'équation de la chaînette on l'utilise pour dessiner la forme que prend une chaîne lorsqu'elle est tenue par ses deux bouts, sous l'effet de son propre poids. Elle est parfaitement valable lorsque le vent est nul. "

ehm, pas seulement.
Selon la force de tire qu'on spécifie, on doit laisser une certaine longueur de chaine pour que le dernier anneau de la chaine se soulève à peine.
Si on a 50 noeuds de vent, on peut établir une longueur de chaine qui laisse le dernier anneau de chaine "à peine soulevé". 40m ? 150M ? Le bout de mon exemple est que avec 0 noeuds ou 50 noeuds, le rapport longueur chaine/profondeur devra être plus grand en eau pas profonde, moindre en eau plus profonde.

Je suis d'accord sur tout ce qui suit sur amortisseurs, lignes miwtes, etc, autant de variables qui modifient la conclusion finale sur où aller mouiller et avec combien de cablot :-)

r

24 mar. 2011
0

Ca y est !!! je suis tout embrouillé !!!
Je nage en eau profonde...

J'ai une faible expérience (5ans), je n'ai jamais lu de la littérature sur le mouillage et on ne m'a jamais appris a mouiller, j'ai toujours fait au feeling, donc je pense être assez neutre sur le sujet.

Et les propos de Jaoul me semblaient parfaitement logique et naturel. A vrai dire je ne me suis jamais posé la question puisque ça me semblait évident.

Mais là je sais plus...

Mon raisonnement est le suivant :
On as une chaîne de 10m(5kg) avec un boulet de 10kg au bout, on tends toute la longueur sur le sol.
Quand on prends le dernier maillon dans la main en le laissant posé sur le sol, il n'y a aucune force en présence, si on tire, on doit fournir un effort pour déplacer le boulet et la chaîne, cet effort correspond aux frottements du boulet et de la chaine.

Maintenant si on fait la même opération mais avec le dernier maillon à 3m de haut, juste en le tenant dans la main, on a déjà une force de rappel sans rien faire(due au poids de la chaîne) et si je regarde la chaîne près de l'ancre, ben elle est toujours horizontale !!!
Si je tire, il faudra que je fournisse un effort pour soulever toute la chaîne et ensuite pour déplacer le boulet ! cet effort correspond en gros au poids de la chaîne et aux frottements du boulet et c'est plus dur dans ce cas de tirer le boulet.

D'ac, c'est ultra simpliste mais ça me paraissait super logique...
D'ac, j'ai un peu plus d'angle entre la chaîne et le sol, mais j'ai également une force de rappel qui amortie bien !
Et bien sûr par fort vent si le fardage rend le poids du mouillage insignifiant ce raisonnement ne tient plus.

Par contre je ne pourrais toujours pas dire si il vaut mieux par 3m de fond et sans trop de vent mettre les 50m de chaîne ou simplement 15m.

Mais ce dont je suis convaincu, c'est que pour que le mouillage tienne, il ne faut pas d'à-coup !

24 mar. 2011
0

:)
"Mais ce dont je suis convaincu, c'est que pour que le mouillage tienne, il ne faut pas d'à-coup ! "
Ca c'est sur ! D'ou le besoin d'amortir avec une ligne mixte.

"Et bien sûr par fort vent si le fardage rend le poids du mouillage insignifiant ce raisonnement ne tient plus." -&gt C'est de ce cas là dont on parle. Dans les autres cas, c'est pas vraiment préoccupant

"Par contre je ne pourrais toujours pas dire si il vaut mieux par 3m de fond et sans trop de vent mettre les 50m de chaîne ou simplement 15m. "
-&gt Si tu as la place de mettre toute la chaine, que ton cercle d'évitement te le permet. Et qu'un petit malin ne risque pas de s'installer à 15m de ton bateau dès que tu as le dos tourné, dans ce cas je te conseille (mais ce n'est que mon humble avis) de mettre tout ce que tu as. Personnellement je m'arrange presque toujours pour mettre toute la ligne.

24 mar. 2011
0

Un peu de théorie ...
Bonjour,
Ce que Jaoul dit, c’est que, quand on mouille dans des fonds très peu profonds, l’effet de pseudo-élasticité de l’ensemble de la ligne de mouillage lié au poids de la chaîne qui sous l’effet de la traction décrit une courbe qu’en physique on appelle d’ailleurs une « chaînette » ne joue pratiquement plus quelque soit la longueur de la chaîne. C’est bien observé et c’est irréfutable au plan de la physique et des mathématiques (ceux qui doutent peuvent faire les calculs eux-même : ;-) :-D )
Comme il considère, amha avec raison, que ce manque d’élasticité entraîne, par fort vent, des à-coups de nature à décrocher l’ancre, il redonne de l’élasticité au mouillage par le truchement d’un câblot élastique de 7 mètres. Dans les conditions qu’il décrit, 20 ou 50 mètres de chaîne ne change pas grand chose.
Cordialement.

24 mar. 2011
0

Franchement,
Je me répète, mais lorsqu'il n'y a pas assez de vent/courant/clapo pour soulever les derniers maillons de la chaîne, si ton are est bien dimensionnée et crochée, il y a vraiment peu de raisons de s'inquiéter, de tricoter.
C'est surtout dans les autres cas que la bonne constitution de ta ligne de mouillage est éprouvée.
Et en tous cas sur mon petit sangria, avec 35m de chaine + 25m de cablot, c'est arrivé assez souvent (que la lignes se tende à bloc).

24 mar. 2011
0

oui, très embrouillant tt ça ChrisCool
puis-je te conseiller de relire ceci :

alain.fraysse.free.fr[...]ynt.htm
www.sangriaquilamis.org[...]age.pdf

après, fais ton propre avis et tes choix personnels,

mais je me répète là aussi, il me semble qu'on se casse bcp la tète sur le mouillage en plaisance,
- Nous, on mouille en fonction de la profondeur, la chaine nécessaire, point barre, on réduit un peu si il fait vraiment beau, mais c'est rare,
on mouille donc partout, toutes profondeurs et ts fonds, au minimum 7x la profondeur + franc-bord (ici 10-15m, à vide, faut en tenir compte), et au maximum (y en a pas) 10x,
- tt chaine car pas possible autrement.
- s'il n'y a pas la place pour éviter avec cette longueur de chaine, on va ailleurs, on ne raccourcit pas pour éviter les autres, ce serait le monde à l'envers puisqu'on prendrait le risque de chasser, et de les toucher (inimaginable ici),

je déduis malgré tout de certains commentaires ci-dessus lié à des expériences pratiques (non concluantes mais néanmoins très respectables), que les poids et donc le gabarit des chaines et ancres ne semblent pas tjs adaptés au déplacement/fardage du voilier,
Dans ce cas, 1000 équations ne servent à rien.

un dernier commentaire sans doute étonnant pour bcp, il y a tant de facteurs aléatoires et impondérables liés à l'endroit et au moment, qu'il faut toujours tenir compte de la possibilité de chasser. c'est pourquoi on fait des quarts de veille,
Il est donc quasi inimaginable pour nous dont c'est le métier de laisser un bateau au mouillage sans équipage à bord, je sais, ça va paraitre invraisemblable aux plaisanciers, car le but est en général de visiter l'endroit,
Quand je le ferai (forcément), j'aurai mis du poids, de la chaine, et il y aura de la place autour pour éviter, et si possible un voisin qui jette un oeil de temps en temps, et qui peut me contacter ...

24 mar. 2011
0

Rien de nouveau, LOL!
«La théorie, c'est quand on sait tout et que rien ne fonctionne. La pratique, c'est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
[ Albert Einstein ]
?
Bref, en mouillant n'importe quoi n'importe comment , ça tient, alors qu'en mouillant dans les règles de l'art et avec le top du matos, à 2 h du mat ça dérape !!! Allez savoir pourquoi !

24 mar. 2011
0

On peu aussi dire...
Que l'on ne mouille pas de la même façon partout.
Cette histoire de 6 fois la hauteur d'eau est inapplicable en manche. Cela nous conduirait a poser parfois 90 mètres de mouillage, soit 180 mètre d'évitage. On a jamais 90 mètres et heureusement, on serait tous sur la plage à marée basse. Tout au plus 40 et tout va bien.
Enfin, si l'on passe d'un bateau à l'autre, on ne choisi pas son ancre. On met ce que l'on a et on ne vois pas de différence.
Certain sont persuadé qu'il faut accrocher par un puissant cout de marche arrière. D'autres mouillent à la voile sans "tester" leur mouillage et de chassent pas plus que les autres. Certains oringuent systématiquement. D'autres le font à regret parfois.
Que de la chaine, un peu ou beaucoup de câblot.. Bah... On met ce que l'on trouve à l'avant.

Alors, les certitudes, les convictions, les recettes, dans ce domaine.... bof :blabla:

24 mar. 2011
0

Je suis assez d'accord...
On peu le prendre dans l'autre sens :
Ce n'est pas parce que l'on a mis Tout un bazars auquel on crois que c'était nécessaire.

Pour ce qui est de "constats faits dans des circonstances dans lesquelles n'importe quel mouillage est suffisant"

Les conditions d'expérience sont variés je navigue 1 semaine par mois (hiver compris) mais il a bien des fois ou l'on se dispense de mouiller.
Mais tout de même : un fond de sable, Un vent force 6, abrité du clapot + un courant de 3 Noeud, Un marnage de 10 mètre, et 3 mètre d'eau à marée basse, c'est un standard sur lequel je n'hésite pas avec 40 mètre de ce qu'il y a et une ancre quelconque.

Il est bien évident que si je devait absolument tenir dans du 50 nœud au vent d'une cote.... je m’arrangerai pour partir avant.

Je suis assez persuadé, Robert, que tu n'a pas les même contraintes. Que le vent peut monter sans prévenir, que tu t'es forgé une expérience différente. Que tu t'es adapté autrement et donc développé un autre crédo que le miens. ce qui explique nos divergences mais n'explique rien sur le fond de la techno utilisée.

Même sur les zones que je pratique, je vois d'autres comportements :
Même bateau, même mouillage... Je mouille tout (40 m de chaine, je tire pas au moteur, tout va bien. Un autre arrive mouille, fait de même mais test au moteur, chasse, recommence 3 fois et me dit : "je ne peu pas rester ça tien pas".

Franchement, c'est obscure cette histoire et je n'ai pas de réponse mais au mouillage, sans même mettre une alarme sur le GPS, je dort bien (Enfin après la PM)

24 mar. 2011
0

En complément de tout ce qui....
a été écrit ci-dessus (et ci-dessous), il y a une variable dont on ne cause guère en France, mais peut-être un peu plus en GB, je veux parler du sens de la pente du fond (si il y en a...)

Il parait évident qu'il est plus facile de garder la verge au contact du fond si la pente est montante de quelques degrés (10° ;-) ) que lorsque cette pente est descendante de la même valeur....au quel cas les risques de chasse augmente sûrement pas mal.......!

24 mar. 2011
0

Bonjour Pierre
La théorie en tous cas, comme j'ai essayé de le démontrer plus haut indique qu'il faut un minimum de 6,4 fois la hauteur d'eau. Les 3x la hauteur d'eau sont effectivement obsolète. Et si on avait appliqué le simple raisonnement du triangle rectangle il y a un siècle, ces 3x ne n’apparaîtraient nul part :)
Je ne pense pas qu'il faille cracher si vite sur quelques petites formules, car elle n'empêchent pas d'être soutenues par la pratique après coup.

0

la theorie avec les maths est une chose
dans la pratique on s'appercois qu'il en ai tout autrement,par exemple l'adage trois fois le fonds dans peu de hauteur d'eau est completement bidon ,c'est au minimum 6 fois ou plus le fond !apres la façon de bien mouiller est une question d'experience ,c'est la pratique et les erreurs qui vous rendront plus performant ,la pratique du mouillage est une des rares choses qu'on ne peut apprendre a l'ecole ;-)

24 mar. 2011
0

la théorie et la pratique ...
L'histoire des mouillages n'a pas fini de semer la zizanie. Ce qui est bien dommage, c'est de vouloir opposer la pratique et la théorie.

L'ancre en tant que telle (sans parler de la ligne de mouillage) est très difficile à "théoriser" effectivement et [b]la pratique est déterminante dans ce cas [/b] puisqu'on ne sait pas facilement expliquer pourquoi une ancre est meilleure qu'une autre.

La ligne de mouillage est heureusement plus facile à comprendre du point de vue théorique. Dans ce cas plus facile à comprendre, [b]la pratique a un énorme inconvénient[/b] : quand on dit "je fais comme ça et ça a tenu" on ne décrit que le succès d'un [b]cas particulier[/b], et on ne peut en tirer aucune règle générale. Alors que la théorie (quand elle existe) permet de se forger des règles globales qui [b]augmentent la probabilité[/b] de succès.

Donc, bis repetitas, en ce qui concerne uniquement la ligne de mouillage pour ceux qui veulent augmenter leur chance de succès en cas de mouillage par vent fort :

  • Les ancre actuelles ne tiennent pas bien si l'angle de tire est supérieur à 10° environ. Cela impose une longueur de ligne supérieure à 6 fois la hauteur d'eau.

  • Les coups de boutoir peuvent multiplier par 4 ou 5 l'effort statique du vent seul. Il faut les amortir avec quelques dizaine de mètres de câblot, et c'est particulièrement important s'il y a peu de fond.

24 mar. 2011
0

"On met ce que l'on a et on ne vois pas de différence. "
C'est un constat expérimental qu'on peut interpréter de deux manières :

Une interprétation peu probable: bof ... toutes les ancres et lignes de mouillages se valent.

Une interprétation plus réaliste : ces constats ont été faits dans des circonstances dans lesquelles n'importe quel mouillage est suffisant.

Mais cela ne donne aucune information sur ce qu'il faut faire lorsque "n'importe quel mouillage" ne suffit pas :langue2:

24 mar. 2011
0

Merci Einstein
une etoile ......................

24 mar. 2011
0

empenneler
l'an passé quand le bateau a chassé dans le golfe de portovecchio avec 4 m de fond, une delta de 20kg, 40m de chaine de 10 , force 7/8 , on a jamais réussi à la faire recrocher en toute sécurité et on a fait des quarts avec appui au moteur quand on sentait le dérappage.
quand j'ai raconté cela aux copains, ils m'ont dit :tu aurais du empenneler (orthographe?)en mettant ta 2eme ancre en continuité de la première. Qu'en pensez vous et , en pratique, comment "rabouter" une ancre delta avec ma seconde ancre qui est une ancre plate traditionnelle ??
merci de vos avis

24 mar. 2011
0

Personnellement
Je ne le fais jamais. C'est un peu la roulette russe. Si on chasse, alors les ancres se rapprochent et peuvent même s’emmêler. En plus c'est plus compliqué à bien faire, qu'avec une seule ancre.
De plus je crois qu'il faut utiliser deux ancres identiques pour que la ligne soit équilibré :)

24 mar. 2011
0

plutot affourcher
quand la première ancre ne tient pas, ici, on allonge la chaine en soutenant au moteur,
si cela ne tient tjs pas,
on remonte au vent et on largue une deuxième ancre avec la mm longueur de chaine que la première, pour tacher de former un angle de ?? 30°-45°, enfin comme on peut,

cela stabilise le mouillage et partage les forces,

le seul danger est alors d'emmeler les chaines au renversement de courant/marée, mais dans ce cas critique, on est alerte, et on intervient avant que le bateau évite à la renverse

24 mar. 2011
0

Même conditions
dans Porto Vecchio, même vent, pas de problème sur un Dehler 38, 30 m de chaine de 8 au début, puis quand elle s'est transformé en barre, rajout de 40 m de cablot. Pas de problème sauf le stress, tous les autres bateaux sauf un ont décroché. Ancre brake MPI 16 kg pour moi, spade pour l'autre

24 mar. 2011
0

mouillages
serait préférable à ancres comme titre de ce fil fort intéressant auquel je me permettrai d'ajouter une remarque pour relativiser l'importance de la théorie dans cette affaire.
de même que pour les divers tests des revues spécialisées, il me semble que l'on ne prend pas suffisemment en compte le fait que le sol dans lequel on plante notre pioche est loin d'être un milieu homogène et ce dans les trois dimensions et qu'à 10m près les conditions de croche peuvent être très sensiblement différentes selon le site choisi.
c'est bien sur un autre débat mais c'est un paramètre trop souvent inconnu et que l'on a trop tendance à concevoir en quelques grandes classes homogènes : sable, vase, herbiers, rochers...alors qu'entre un sable à large spectre granulométrique stabilisé et compacté et un sable avec un pic granulo et remanié par les courants ou la houle, il n'y a rien de comparable..et la carto indiquera "sable".

24 mar. 2011
0

t'occupes
c'est une bonne ancre... J'en ai une en 2 ème mouillage, vu son poids (12 kgs).
A+

24 mar. 2011
0

Ki Kroir
Sur le net ancre Kobra site Plastimo : bateau de 9 m :ancre 10 kgs voire 12 kgs.
Sur le catalogue récupéré chez Bigship 8kgs seraient suffisants......

24 mar. 2011
0

la kobra 8 me donne toute satisfaction sur LW
9 metres 4 tonnes, quan don a pas de guindeau, 4 kilos de moins à remonter c'est toujours cela en moins !

24 mar. 2011
0

erreur de frappe
lire :
10m : 8 kg

24 mar. 2011
0

Qui croire....
Soit faire le choix des performances égales: avec une Kobra de 8 kg qui tiendrait aussi bien qu'une plate ou autre de 12 kg.

Soit choisir une plus grande sécurité, avec une ancre qui à poids égale tient mieux, donc une 12 kg.

Personnellement j'ai toujours choisi la sécurité, mais chacun fait comme il veut!!!

24 mar. 2011
0

Kobra
Catalogue Navimo/Plastimo page 158:
8m :6 kg
10m : 10kg

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Après la pluie...

  • 4.5 (12)

mars 2021