Amarrage par gros temps

Le sujet est interessant. Compilons vos différentes remarques pour éventuellement en faire une synthèse dans un article qui pourrait servir à tous.

Quels sont vos remarques, idées, suggestions en matière d'amarrage lorsque la tempête est annoncée ?

Quelles sont vos expériences qui nous permettrons de ne pas oublier le moindre détail.

  • genois
  • pare battage
  • annexe
  • choix des noeuds
L'équipage
12 déc. 2007
12 déc. 2007
0

je commence
comme j'ai pas trop d'expérience, je pourrais être repris par les anciens,

pour moi le bateau est sensé toujours être prêt a recevoir du mauvais temps en mon absence
pour cela:

les pare batt, sont installés à plusieurs hauteurs et en alternance pour éviter qu'ils sautent sur le catway (mauvais temps ou troupe de bedeaux)

le génois, en saison reste a poste avec plusieurs tour d'écoute et garcette de protection, hors saisn déposé

la GV en saison, ferlé et tau hosr saison il est déposé

l'annexe ne reste jamais à poste, ni son moteur, toujours dans le bateau

pour les nœuds , nœuds de chaises, car celui que je connais bien

amarres toujours doublées

à vous lire pour en prendre des conseils

12 déc. 2007
0

Pare batt
Je dirais de ne pas oublier de mettre les pare-battages sur le rail de fargue et non sur les filières !

12 déc. 2007
0

moi aussi...zeph
moi aussi je croise toujours les pointes, alors des fois ça surprend les copains quand je fais ça machinalement sur leur boat !

;-)
jacques, va faire beau ce we...

12 déc. 2007
0

Moi je les accroches
systematiquement sur le rail de fargue car sur les filieres les reglages en hauteur sont trop variable.

Je ne met que trois gros pare battage quasi a touche touche, le haut du central quasi au rail de fargue, le bas des 2 extérieurs au raz de l'eau ..

12 déc. 2007
0

Complément
Normalement pas de noeud de chaise, il est impossible de le larguer sous charge.
Un tour mort et des demi clés ...c'est mieux

Toujours sur les amares bien les protéger du ragage

Un truc que l'on voit rarement ...

croiser les pointes avant
la pointe tribord sur le taquet babord et vis versa ..
les bouts travaillent nettement mieux (moins d'angle)

Autre point raidir un peu le gréement (pataras) si le gréement est trop lache l'étai bouge trop et communique le mouvement au mat qui pompe sans arrêt ... entrainant une grosse fatigue du greement inutile.

12 déc. 2007
0

Il y a les 2 écoles...
certains prétendent que sur le rail de fargue, ça n'a aucune "souplesse" et qu'en cas de violent coup de gîte, on va à l'arrachage direct...

12 déc. 2007
0

rail de fargue
je n'y ai pas pensé car j'en ai pas :-(

12 déc. 2007
0

une seule solution

foutre le camp.

Car en cas de tempete les pontons ne sont pas fait pour çà ,et ce n'est pas une connerie. :-)

josé

12 déc. 2007
0

quel type de ponton ?
bonjour à tous il me semble que l'amarrage du bateau dépend aussi du ponton. Catway ; poteaux ; pendille etc.
Pour ma part : amarrage sur poteau cul à quai. Doublage des amarres ; celles de l'arrière avec amortisseurs. Aucun parebattage. Bosse d'enrouleur de génois bien frappée (comme par tous les temps) quelques tours suplémentaires d'écoute autour du génois (comme toujours) ; capote et taud repliés et bien fixés, grand voile bien fixée (dans mon cas bôme à enrouleur); je fais tout cela mis à part la capote que je ne retire pas mais je suis tous les soirs au bateau donc je surveille de près.

12 déc. 2007
0

Le fardage d'abord
En cas de très gros temps (genre le WE dernier...)

pour moi, l'étape No 1 c'est déjà de réduire le fardage au maximum. Ne rien laisser trainer sur le pont qui ne soit absolument utile. Affaler les voiles sur enrouleur. Dégonfler et ranger l'annexe à l'intérieur, supprimer le moindre pavillon, rentrer le tangon, le panneau solaire. Bien s'assurer que le lazy bag est le plus aérodynamique possible (pas gagné), quitte à bricoler une liaison autour du mat qui facilite l'écoulement de l'air, etc...Favoriser l'évitage plutôt que tout autre solution.

L'étape No 2 c'est de redonder l'amarrage. 2 ancres ou plus. 2 lignes de mouillage séparées, voire plus si nécessaire. Le top, c'est un amarrage à terre.

L'étape No3 c'est d'identifier les points de ragages, notamment sur les amarres. On peut avoir de grosses surprises en peu de temps de ce côté là.

Après tout dépend du lieu

12 déc. 2007
0

essayer
d'avoir l'accord du club
pour se regrouper à un endroit 'mieux protegé'
qui te pousse par sur le catway par vents dominants

s'attacher aussi au voisin
(en choisir un plus gros qui coupe les vents dominants )

12 déc. 2007
0

en plus
ferler l'enrouleur par quelques bouts,tendeurs et assurer son blocage .
prendre ses distances par rapport aux mâts voisins ( la gîte à sec de toile est parfois impressionante)
les taquets du ponton peuvent céder,j'ai vu ça lors de la tempête delta aux canaries ou certains pontons et catways ont cassés

12 déc. 2007
0

Cyclone
D'après le récit d'un navigateur (V&V) qui a subi le cyclone Dean en Martinique, ils ont mis les bateaux tête-bêche pour ne pas risquer justement de mélanger leurs barres de flèches et tout ce qui va avec.

12 déc. 2007
0

vaste sujet
dans le désordre ce qui me vient à l'idée:
- croisé cul tete avec mon voisin.
- amarres doublées et croisées en X coté quai avec amortisseurs.
- garde doublée coté catway.
- pare bat sur les fileres avec un tour mort au niveau de la filiere inférieure.
-génois bien enroulé, + 2 tours d'écoute et enrouleur bloqué.
-Bome posé sur le pont bien coincée à coté du winch du roof.
-GV bien ferlée dans son Lbag avec nombreuses garcettes.
- toujours 2 gros et longs bouts en évidence dans le cockpit si de besoin est pour un voisin pour réammarer en mon absence en cas de casse.

Je suis cul à quai, avec catway, face au vent dominant.
Je sors au moins une fois par semaine en hiver donc je n'enlèves les voiles que lors du carénage.
je suis au fond du port de Canet qui est très protégé, et il me faut 20 minutes pour y aller depuis mon boulot ou chez moi en cas de besoin.( ça aussi c'est important !! )
voila!

;-)

12 déc. 2007
0

A 2 heures de route du bateau
je le quitte chaque fois comme si ça allait souffler dur le lendemain.

Avec en plus en hiver :

précision : ponton + 2 poteaux (voir fiche)

  • pas de voiles ferlées en place, bien sûr
  • poupe au ponton et proue face aux vents dominants (ça, il l'est toujours)
  • drisses écartées du mât
  • gardes entre les poteaux et l'arrière (aussières de 14)
  • doubles amarres avant (deux 14 et deux 16 mm) vers les poteaux (noeuds de chaise sur les unes, épissures sur les autres, côté poteaux)
  • amarres arrières en 14 mm + tuyau d'arrosage dans les chaumards + coeur inox épissé + manille sur le ponton frappée à l'anneau d'acier.
  • aussières tendues entre les poteaux et le ponton
  • pare-bats sur filières avec le sommet de ceux-ci au niveau du rail de fargue.

Croiser les amarres avant, bonne idée, je vais aller le faire.

12 déc. 200716 juin 2020
0

Comme ça :
.

12 déc. 2007
0

tiens,
j'aurais doublé le pare-battage central par deux à des niveaux différents.

12 déc. 2007
0

Quasiment idem...
Salut Pierre,

J'amarre mon bateau quasiment de la même manière que toi, sauf que j'expose la poupe au vent dominant, ce qui n'est évidemment pas l'idéal.

La manoeuvre en marche arrière pour rentrer dans le box est vraiment très délicate par vent fort. J'ai +/- 5 cms de chaque côté pour passer entre les piquets et je risque chaque fois d'y laisser mes chandeliers(Ils dépassent en largeur le gabarit du bateau et s'accrochent donc dans les piquets)

Je préfère d'ailleurs de loin les catways à ce système de piquets qui est typiquement hollandais.
Ceci dit, au bout de 17 ans en Zélande, je n'ai jamais eu de problème.

12 déc. 200716 juin 2020
0

Systrme de piquets
Salut George pour faire suite a ta reponse,dans mon port l'an dernier lors d'un tempete hivernal avec des vents a + de 60nd, le amarres on bien tenu par contre une dizaine de poteaux on lache, il etait pourtant pas si vieux que ca moins de 10 ans. depuis les poteaux en bois j'evite.
A bientot sur l'eau!

12 déc. 2007
0

En hivers, à chaque séparation...
Dimanche les pontons flottants dansaient, à Roompot (NL)

Les bateaux gémissaient, le vent hurlait dans les matures.

Vu en alignement je pensais à ce que me disait le propriétaire précédent de mon boat.
Sur les gros navires dans la tempête on voit les coursives intérieures serpenter. Monter et descendre

Quand il y a plus de cinquante mètres de longueur cela doit être dantesques.

Pour ma part toujours des amarres avec de la chaine aux niveaux des taquets de pontons.
Amarres croisées et munis d’amortisseurs à ressort.

Baume amarrée correctement et balancine doublée par drisse de grand voile.

Génois désarmé de l’enrouleur, même si je navigue en hivers.
Grand voile ferlée correctement.

Tout ce qui est en temps normal sur le pont doit être dégagé, moteur de l’annexe, tangon, passerelle, survie.

Capote abaissée ou enlever ( en ce moment plus de capote.)

12 déc. 2007
0

j'ai doublé une seule fois avec la chaine de mouillage
en 1987 , la nuit ou certains bateaux voulaient monter sur les pontons pendant que leur voisins essayaient de passer en dessous.

pas de dégats ce jour là , mais ça a bien tiré sur les taquets...

sinon , comme les autres , tout doublé , gardes montantes et descendantes souquées et , comme j'ai de la place , bateau décolé du cat way.

12 déc. 2007
0

En hiver
- toute la toile rentrée et pliée
- la capote enlevée et étalée à l'intérieur
- tout ce qui descends du mat attaché aux extrémités du bateau
- tout ce qui peut se démonter (poulies, manilles, bouées, moteur HB) à l'intérieur ou à la maison
- toutes les maneouvres lovées et attachées au mat (ça évite leur verdissement sur le pont)
- la bôme et le tangon à l'intérieur
- le bib et l'annexe aussi
- double amarrages partout
- une ammarre frappée sur les voisins.
- tout ce qui peut prendre l'humidité ou le froid (coussins, couette, bouffe, bouqins, outils, colles, ...) rentré à la maison.

Résultat : fardage minimum, le matériel ne s'abîme ni avec le vent ni avec les quelques UV de l'hiver. Mais ça fait deux trajets en voiture...

12 déc. 2007
0

La tête en l'air...
et s'assurer que les mats (le votre et celui du voisin)ne peuvent jouer à l'escrime.
En cas de doute, avancer (ou reculer) d'un mètre votre bateau (ou celui du voisin).

Serge

12 déc. 2007
0

Réglage aussières...
Je ne reviendrai pas sur tout ce qui a été déjà dit précédemment.
Après avoir observé le comportement de mon canot au port (amarrage sur ponton et catway), par gros temps, jai constaté que si les amarres (2 pointes croisées, une garde descendante et une traversière à l'arrière) étaient souquées, le bateau réagissait à la houle et au vent de manière asynchrone de celle du ponton et du catway. Il en résultait des efforts de traction très violents sur les aussières.
Par contre, en leurs laissant un peu de mou, cela permet au canot de "respirer" à son propre rythme, quels que soient les mouvements du catway. Il en résulte, à l'expérience, une moindre fatigue des amarres et des taquets.
François

12 déc. 2007
0

Quand fa foufle vraiment frès fort,
comme je l'ai vu lors de la dernière tempête en Martinique (Dean) j'ai observé un truc auquel ne n'avais pas pensé :

Des pare battages se sont mit à l'horizontale, et j'en ai vu certains dont le bout' s'est enroulé autour des filières !

Il aurait fallu ou les lester, ou les relier à ceux de l'autre bord en passant sous le bateau !

Je saurais pour la prochaine fois ! ;-)

(Il s'agissait quand même de vents entre 90 et 100 noeuds...)

[color=blue]_/)[/color]

12 déc. 2007
0

Question
Pour Dean combien de temps avant avez vous sus la trajectoire, et savoir de quelle direction ça allait venir.

12 déc. 2007
0

Ok
Merci.

12 déc. 2007
0

Pas grand chose à ajouter...
...mais même si ma bôme ne fait pas 20m2, je choque la balancine afin que son extrémité repose sur le pont, puis je la fixe solidement.
Je gagne 40% (pifomètre précis) de fardage en moins pour la seule bôme ;-)

12 déc. 2007
0

En ce qui me concerne :
Sept jours avant par les fichiers Ugrib, un samedi.

Dès lundi je mettais en "sécurité" les quelques bateaux que je surveille (J-5)

Avertissement officiels à J-3, ce qui amha est suffisant soit pour prendre la fuite et se planquer ailleurs, soit pour prendre les précautions d'usage, ce qu'ont fait 90% des gens.

Mais il y a toujours une part de chance : Dean a été un "petit" cyclone (version officielle), ou une "grosse" tempête pour mon vécu perso... le vocabulaire change suivant les endroits ! ;-)

[color=blue]_/)[/color]

12 déc. 2007
0

Anémomètre
Lorsque mon bateau a été mis en chantier à Dunkerque pour peinture, le pro m'a conseillé d'enlever l'anémomètre pour l'hivernage.
Il semblerait que les roulements souffrent beaucoup en cas de coup de vent.
Evidemment il faut monter là haut.

A+

JJD

12 déc. 2007
0

Anémomètre
ma solution perso : je n'en ai jamais eu... ce qui m'a probablement évité quelques frayeurs ! ;-)

[color=blue]_/)[/color]

12 déc. 2007
0

Complément de Fred (Dean)
La baie du Marin est au fond d'une baie de 2 milles environ orientée au Sud sur la côte Caraïbe.

Les bateaux sont soit:
sur ancre,
soit sur une bouée du port,
soit sur pontons (amarrage à l'avant sur bouées reliées à une chaîne mère et cul au ponton en général (pas de pendilles comme à la marina de la Pointe du Bout).

Les bateaux sur ancre se sont réfugiés en général dans un trou à cyclone situé dans la baie, certains ont pu s'attacher à terre dans la mangrove. C'est dans les bateaux sur ancre qu'il y a eu, je pense, le plus de dégâts. D'après ce que j'ai entendu, le problème principal est venu de bateaux en dérive venant taper sur les bateaux tenant le coup.

Les bateaux sur bouée du port ont également eu des problèmes, certaines bouées n'ont pas tenu le choc et plusieurs bateaux ont tout emporté avec eux et se sont retrouvés sur les cailles (et ont eu des voies d'eau).

Les bateaux au ponton ont eu des problèmes liés à une mauvaise préparation ou anticipation:
amarres ayant lâché, génois déchirés, tauds explosés, etc...
Quelques casse de mâts qui se sont heurtés sur des coups de gite violent. Pour l'exemple, mon voilier a gité de plus de 50° vu les traces des filières de mon voisin que j'ai retrouvé sous ma ligne de flottaison près de ma quille.

Pourtant, dans la mauvaise saison, le port s'arrange pour qu'il y ait de l'espace entre les bateaux (seulement 50% des places attribuées)

Ceux au ponton qui n'ont rien eu :
- amarrage sur la chaîne de la bouée et non sur la bouée elle-même comme on le fait d'habitude
- amarrage sur 3 bouées à l'avant
- certains ont doublé cet amarrage et ont mis une ancre très en avant en deça du milieu du passage entre pontons
parebats attachés ensemble et amarrés sous la coque
panneaux solaires, éoliennes, gênois, tauds, etc.., démontés
amarres doublées à l'arrière.

La moitié des bateaux au ponton s'est trouvée du côté des vents les plus forts, l'autre moitié sous le vent. En général, ceux sous le vent n'ont rien eu. Ceux au vent ont souvent eu leur arrière dans le ponton. C'est pourquoi j'amarre toujours mon bateau au moteur en tirant sur la bouée pour qu'elle soit complètement immergée.

Par grande chance, ça n'a été qu'un "petit" cyclone, mais quand même, l'oeil est passé sur Ste Anne à 2 milles de la marina. Si le vent avait tourné au Sud, ça aurait été un carnage, la plupart des pontons auarient sans doute cédé sous les vagues. Je n'ose imaginer l'état des bateaux...

Ben voilà, il y a encore quelques épaves visibles au Marin, aux Anses d'Arlet ou à l'Anse à l'âne plus un cargo dont on voit l'hélice devant la Pointe du Bout dans la rade de FdF.

En conclusion, même très bien préparés, on ne peut finalement pas faire grand chose d'autre que de subir face aux éléments déchaînés.

En photo, des bateaux dont les propriétaires étaient un peu trop pressés d'aller jouer au golf.. Je souris en final, mais je pense aussi à ceux, mal assurés, qui ont tout perdu...

RV

12 déc. 2007
0

Une chose importante.....
pour vos amarres utilisez toujours du bout extensible : polyamide toronné au lieu d'anciennes écoutes ou drisses qui ne sont pas extensibles et n'amortissent pas les accoups provoqués par les rafales.
Croisez les amarres comme dit précédemment est une bonne chose pour diminuer les angles de tire et n'oubliez pas de fourrer vos amarres avec du tuyau d'arrosage par exemple.

12 déc. 2007
0

Des points d'amarrage solides sur le bateau
L'année dernière, j'avais hiverné Lulu à Douarnenez à 500 km de chez moi. Il était sur filières (amarré avant & arrière entre 2 bouées) au milieu de la rivière de Port Rhu, à l'entrée.
A marée haute, la houle de secteur nord rentre bien dans la rivière.

Amarres avant et arrière doublées, voiles dégrées, drisses écartées du mât, etc ... Pas de problème d'élasticité des amarres (10 m devant & 10 m derrière), bouées et chaînes faisant amortisseur. Mais un bateau de 10 t qui commence à danser sans surveillance, ça peut faire des dégâts. Le principal souci était d'avoir des points d'amarrage suffisamment solides sur le bateau.

Pour cela, j'avais tourné les amarres d'avant au pied du mât, et celles d'arrière aux élongis de la voûte.

Tout a été ok, mais il est possibles que les taquets et bittes utilisées habituellement pour l'amarrage auraient été arrachés si j'y avais fixé les amarres.

12 déc. 200716 juin 2020
0

Photo
Désolé pour le doublon, ma photo était trop grosse..

Une image satellite de Dean.
Pour ceux qui connaissent le coin, on voit très bien les iles et, en particulier, la Martinique et la Guadeloupe.
A remarquer la trainée au Sud de plus de 100 km.

J'étais dans les Tobagos, je suis allé me réfugier très au Sud, c'était une erreur, il aurait mieux valu monter au Nord, mais nous n'en avions pas le temps...., d'autant plus que l'expérience montre que les trajectoires des cyclones peuvent être très erratiques. On croit s'abriter et on se retrouve en plein dedans.

RV

13 déc. 2007
0

Préparation tempete ou cyclone
Voici ce que j'avais fait pour la préparation du bateau en vue de l'arrivée de Dean.
Le bateau est a la marina de bas du fort sur catway.

1- diminuer au max le fardage. dégréer genois et GV, demontage capote, désacouplage du hale bas rigide et fixation de la bôme sur le pont, drisses tendues avec ecarteurs sur galhaubans pour eviter quelles battent sur le mat. Pataras repris pour rigidifier l'etai.

2-En plus des pare bat, 8 pneus enfilés dans des sacs poubelle repartis autour de la coque, le tout fixé au rail de fargue. Si possible relier les pneus entre eux deux a deux par le dessous de la coque afin de leur eviter de remonter.

3- amarres doublées avec du gros diametre et pris sur des points solides (boucle autour du ponton, poteaux, etc) en prenant la précaution de se décaler par rapport au gréement du voisin.

4 - scotch type graay tape pour assurer les capots d'instruments et autres gadgets indémontables.

5 - sinon démonter et debarquer tout ce qui peut l'être et le mettre a l'abri a terre lorsque c'est possible (annexe, voiles, tauds, moteur HB, electronique, etc..). Beaucoup de manutention mais en cas de degats ou de voie d'eau la liste du materiel HS sera d'autant moins longue.

6 - Une fois le bateau préparé, je prend toujours quelques photos avec la date en surimpression, ça peut toujours servir pour l'assurance

Comme l'a dit Tilikum, vu le préavi en général de 3 a 5 jours, plus on se prépare tôt plus on le fait sereinement. Et si le phénomène passe a coté ça fait un bon entrainement pour la fois suivante et puis ça oblige a demonter et du coup verifier pas mal de chose qui ne sont pas forcement sur les bateaux antillais qui n'hivernent pas.

Sur la marina de bas du fort, 90 % des voiliers etaient préparés a peu pres de la sorte

14 déc. 2007
0

Oh !
Cette photo ne correspond pas du tout à la réalité de ce qui s'est passé en Martinique : elle doit dater du lendemain ou du surlendemain !

Dean est passé chez nous en classe 2.

[color=blue]_/)[/color]

13 déc. 2007
0

Synthèse
Voici un fil très interessant. Il ne reste plus qu'à en fair eune synthèse et le mettre sous forme d'article.

Qui voudrait s'en charger ? Cette fonctionnalité est accessible à tous !

13 déc. 2007
0

C'est Goud qui en a dit le plus ...
il est bien parti :heu:

13 déc. 2007
0

euh
crois tu que se soit raisonnable tellement que je suis bon en

frenssais
phrançet
frenssait
frenset
francet

tu vois j'arrive même pas à écrire "français" correctement, non mais là sa compte pas c'est juste pour la compréhension :oups:

13 déc. 2007
0

Euh !! (bis)
Moi, je veux bien donner un coup de main pour tout ce qui est orthographe, grammaire ... quel que soit l'article.

14 déc. 2007
0

Euh !!! (Ter)
Moi aussi je veux bien donner un coup de main pour les détails: la grammaire et l'orthographe.

Pour la synthèse, il nous faut un capitaine expérimenté !

A toi de jouer Goudspide pour une première synthèse.

Cordialement.
Frédéric

14 déc. 2007
0

Vendu
Goudspide fait une synthèse qui le passe à Marionfred ou Perelandra qui corrige. (format texte, ou word au choix).

Une fois terminé, y'a plus qu'à mettre en ligne. Si besoin d'aide à ce moment là, faite moi signe.

14 déc. 2007
0

Good
Si tu veux un coup de main pour le contenu, je suis prêt à relire ton texte et à proposer des amendements...

RV

14 déc. 2007
0

test
qui qu'est là pour prendre le relais ;-)

14 déc. 2007
0

le relais
il relis
:litjournal:
:mdr:
zavez de la chance que j'étais de "pas travail"

enfin "pas au lieu de travail" enfin certains m'auront compris ;-)

14 déc. 2007
0

bon
évitons la redondance et de faire plusieurs fois le boulot,

est ce que quelqu'un a commencé quelque chose ???

si oui qu'il le fasse savoir à tom

on en reparle dans la journée de ce vendredi pour qui qui dit qui qui fait quoi, quoi ;-)

14 déc. 2007
0

Ok
C'est d'accord pour moi.

14 déc. 2007
0

ah les gars !!
:mdr: :bravo:
:mdr: :bravo:
:mdr: :bravo:
:mdr: :bravo:
:mdr: :bravo:

z'êtes généreux avec le courage des autres,mais étant bien élevé (enfin ce qu'il en reste) , le patron dit , alors je fais,
je prépare la mouture en .doc et fais suivre à marionfred qui est le premier sur la liste

:mdr: :bravo:
:mdr: :bravo:
:mdr: :bravo:
:mdr: :bravo:
:mdr: :bravo:

je ferrai un petit message sur ce fil pour vous faire savoir que j'ai fais suivre

:litjournal: [size=2] zavez pas peur avec mon french [/size]

14 déc. 2007
0

bon
le premier jet est jeté à marionfred qui m'avait passé un mp au début,

mais on n'oublie pas pelerandra et hervé , vous allez l'avoir dans les mains, vous n'allez pas vous en sortir comme ça :non:

:topla:
:litjournal:

14 déc. 2007
0

bé alors ?
Le relai il est où ?

:-D

14 déc. 2007
0

au risque de ...
passer pour un inconscient ....
quand on est dans une marina, fermé par une écluse (deux portes) déja pas de problème de houle; puis à l'abri derrière des (pas beaux du tout OK) batiments de 3 à 4 étages; et puis les catways sont neufs, changés il y a 3 ans; et puis mon farfa est entre un catway à babord (les pare-battages TOUJOURS sur le rail de fargue, un turbe d'alu rond sur les etap) et un PCBN à tribord (les PVBN n'ont pas de mat :-) )=&gt peut pas bouger de plus de 20 centimètres; et bien j'me fait pas de soucis.

suis-je un inconscient ?

16 déc. 2007
0

Y a eu du vent ?
Moi non plus, je ne m'inquiète pas trop !
Le bateau est bien amarré, toute les toiles sont retirées et puis, il y a toujours des potes de ponton qui passent vérifier.
Farfa II se portait bien mercredi.
Vent ? Dans la marina, yapa ! Juste un peu de sable.
Peut-être sommes-nous des inconscients aussi ???

14 déc. 2007
0

alors président
lesquelles ???

philes ou phobes

14 déc. 2007
0

Felicitation Goudspide
Ayant eu l'honneur d'etre le premier lecteur de la synthèse de Goudspide, je lui adresse mes félicitations pour son travail.
Pas évident de faire une telle synthèse des idées des autres en laissant de coté son seul jugement.

Mon humble contribution s'est limitée à de la vérification orteaugrafe et grandmère et un peu de mise en page sous Word.

Cordialement.
Frédéric.

NB: Merci TOM pour cette initiative.
C'est une vraie valeur ajoutée par rapport à des fils à ralonge dont il devient difficile d'extraire l'information utile.

14 déc. 2007
0

pffftt
t'es trop gentil,

l'est où captainhervé,

il est à la retraite , c'est l'heure de la sieste ????

14 déc. 2007
0

et
vaut il mieux se mettre sous le vent ou au vent du ponton?
Je pense que pour un mono, il est nettement preferable d'etre sous le vent, moins important sur un cata

14 déc. 2007
0

oui
je penses aussi sous le vent (quand on a le choix) mais pourquoi moins grave sur un cata ??

il y a moins de roulis, mais ça ne doit pas l'arranger tout de même

14 déc. 2007
0

amha
Avec les coups de gite, les boudins ont du mal a rester a la bonne place, le roof vient se dechirer sous le ponton lui meme soumis a des coups de gite, la longueur d'appui est tres faible.
Le cata a une longueur d'appui egale a sa longueur donc une meilleure repartition des efforts, l'absence de gite donne une meilleure chance aux boudins de remplir leur fonction.
Maintenant, c'est quand meme mieux sous le vent aussi, mais moins important.

Ensuite il faut regarder le pire imaginable: Au vent du ponton, on recevra sans protection tout ce qui pourra etre emporter par le vent, sous le vent , celui ci nous protege.
Par contre, si le ponton auquel on est amarre lache, si on est sous le vent on sera au premier plan lors du choc suivant, au vent, le ponton nous protegera.
Il faut donc bien observer l'environnement local.

14 déc. 2007
0

Chapeau Goud !!!!
Je voudrais ajouter mes félicitations à celles de Marionfred pour le travail réalisé par Gouspide EN UN TEMPS RECORD.
:bravo: :bravo: :bravo:

Il suffit de regarder l'heure à laquelle le grand timonier lui a confié la barre de l'article.

Pour Clarivoile,

Je dirais que, hélas, on se met souvent où on peut.
Personnellement, en tenant compte des vents dominants, je préférerais être sous le vent du catway et avoir les amarres qui tirent sur les taquets plutôt que de voir ma coque gémir, pelotée par les pare-bat.
:heu: :heu: :oups:

14 déc. 2007
0

Pierre,
Oui, il est fort Goudspide !

Merci de m'envoyer par e-mail ta version du fichier (cat.gentil@free.fr)

Cordialement.
Frédéric.

15 déc. 2007
0

Pression
Goodspeed, arrête de me mettre la pression...
Je viens de rentrer de bosser, ici il est 18h50, ajoute + 5 pour la métropole.
Demain, départ à poltron minet pour Ste Lucie, je serai de retour vers 1h00 du mat chez vous, mais j'ai tt mon dimanche pour vous (entre 2 siestes bien méritées).

Amicalement

RV

15 déc. 2007
0

Ok
Je t'envoie ça tout de suite.
Désolé de répondre si tard. Je n'avais pas vu que tu avais remis un message ici. Je suis pourtant resté en ligne jusqu'à minuit passé.

15 déc. 200716 juin 2020
0

PAR rapport au sujet
principal est quand meme de mettre un vieu pneu arrimé entre les taquets et la bitte d'ammarge , ce qui donne une elasticité aux acoups du a la houle, et ca marche bien

15 déc. 2007
0

j'arrive un peu tard....
je voulais donner ma technique,qui vaut ce qu'elle vaut mais qui jusque là m'a bien réussi,dont l'ouragan de 99!
En fait,toutes les aussières amaarant le navires sont en 3 torons de bonne dimension,et aamarrée"juste raide.
Et je les doubles toues avec de l'écoute de même diamètre,par contre installées moles(c'est à dire environ 10 à 20% de flèche.
Lors d'un coup de vent,les 3 torons s'étendent,et sur la fin de leur extension,l'écoute prend le relai,sans aucun accoup préjudiciable aux taquets.
Pour les parre-battages,j'ai toujours eu sur tous mes bateau le modèle le plus grand,amarrés au rail de fargue et si gros coup de cchien style 99,je les relie entre eux avec un bout qui court de la poupe au premier PB et ainsi de suite jusqu'à la proue,ainsi ils ne peuvent guére s'envoler,ce qui est souvent le cas.
Cordialement,jacquot

16 déc. 200716 juin 2020
0

Pour les amarres,
c'est ce que j'applique : sur la photo le bateau d'un client qui était amarré avec des sortes de drisses gainées que j'ai laissées en place mais "molles", doublées par du nylon de 20 mm "squareline", aussi élastiques que du toronné.

La photo ne le montre pas bien, mais le bateau est éloigné de 5 mètres du ponton, et l'étrave est prise sur deux corps morts avec le même squareline qu'à l'arrière.

Pas une égratignure ! :-)

[color=blue]_/)[/color]

16 déc. 2007
0

héhé
:tesur: pas une égratignure pendant l ouragan Dean ?
solution a retenir en ce cas pour nombre !:heu:

15 déc. 2007
0

oh oui fais moi mal!
une possibilité face au problème soulevé par Tilikum et ses pares battages volants, évidement en considération avec l'environnement du bateau: la planche sur les pare battages et les reliant...
un petit truc qui n'a pas été évoqué dans le fil:
contrôlez les bateaux dans vôtre environnement immédiat si les proprios ne sont pas à bord, cas courant au Marin par exemple.. Vérifiez l'état de leurs amarres et pare bat.!quitte à leur "prêter quelques bouts sérieux, ce peux être un investissement interesssant sur le trés cours terme! :))

16 déc. 200716 juin 2020
0

Pour faire plaisir à
Fred, voilà une autre photo de NOTRE tempête Dean sur la Martinique..

RV

16 déc. 2007
0

"tours morts et demi-clé n'a jamais lâché"
si vraiment tu es surpris par un ouragan au ponton, ou alors si le bateau risque de rester tout seul quelques jours, pourquoi ne pas mettre la chaîne ?
sans l'ancre bien sûr! mais juste la chaîne manillée sur le quai, avec assez de mou pour que les amarres puissent travailler tranquillement.
enfin, c'est ce qu'on fait sur les "gros".
sinon calypso2 a raison, c'est parfois plus sûr de prendre la mer, que de se laisser mettre au plein...

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Souvenir d'été

  • 4.5 (41)

novembre 2021