AIS, radar, l'un ou l'autre, l'un et l'autre.

Je relisais un post de 2019 où étaient débattus et comparés les pour et les contre de ces instruments, dans une situation de navigation. J'aimerais y revenir en ouvrant une autre discussion car je considère l'expérience que j'ai vécue plutôt singulière. Je m'explique tout en précisant que mon bateau n'avait que l'AIS et pas de radar à l'époque:
En 2019, je naviguais direction nord en face de Charleston au USA, il faisait nuit noire. J'étais à environ 8 miles nautiques des côtes et je m'apprêtais à croiser le canal creusé donnant accès au port de cette ville. Gps ouvert, je surveillais, avec l'AIS intégré, chaque mouvement de navire pouvant entrer ou sortir de Charleston, port qui est quand même le 8ème port des USA. Il s'y retrouve donc un trafic important des monstres des mers.
Sur le point de traverser le canal, l'AIS ne voit aucun bateau proche, pas plus qu'une surveillance visuelle de ma femme et moi n'en détecte. Le passage est donc libre et nous nous engageons pour traverser cette route bien balisée, nous voyons clairement les lumières clignotantes des bouées latérales. Arrivés au milieu du canal, je partage mon étonnement à ma femme de ne plus apercevoir le clignotement des bouées latérales tribord (rouge en Amérique du nord), en regardant vers la rive. Ni elle ni moi ne comprenons ce qui se passe et nous continuons donc notre traversée du canal de plus ou moins 250 mètres de large. Ce n'est qu'après être sorti du canal que nous comprenons ce qui se passe. En nous retournant, nous voyons un énorme cargo qui coupe la route que nous venons de faire, cargo que nous n'avons jamais vu, pas plus que ses feux de navigation d'ailleurs, tout ça malgré notre vigie, malgré l'AIS . Nous le voyons maintenant car un remorqueur éclairé est accroché à son flanc babord. Ce que j'en retiens:
• Ce cargo nous masquait les latérales tribord.
• Il est possible que nous ayons confondus les lumières de la ville au loin avec de possibles éclairages sur le cargo. La confusion est facile.
• Ce bateau n'avais sans doute pas ouvert son AIS car en aucun temps, je ne l'ai vu sur l'écran. Dans ce cas, notre AIS était à toute fin pratique inutile et vain. Parlez-en à quelques navigateurs du Vendée Globe 2020.
• La nuit (et dans le brouillard bien sûr), quelques révolutions de radar à toutes les 15 mn consommeront peu et seront de nature à éviter un abordage insoupçonné.
• Dépendamment de l'installation du cargo, si son AIS est avec les autres antennes, cela veut dire qu'elles sont à quelques 25-30 mètres de haut, ce qui peut rendre difficile voire impossible de capter le signal AIS d'une antenne de cette hauteur, surtout par un voilier très/trop près du bateau. Le gain et donc la largeur du faisceau de l'antenne AIS du cargo sont déterminants dans ce cas.

La morale de cette histoire: L'AIS c'est bien, l'AIS et le radar, c'est mieux, avec une mention pour le radar qui ne dépend d'aucun signal contrairement à l'AIS qui n'est fonctionnel que si tout le monde l'ouvre. Un AIS seul est comme prêcher dans le désert…

L'équipage
02 mar. 2021
02 mar. 2021
0

Intéressant il m’est arrivé un peu près la même chose dans le golfe de Fos. De nuit avec de la pluie et du vent visibilité moyenne, je sortais de Port de Bouc, j’ai croisé un monstre qui sortait de Fos, difficile à voir car tout le coin ressemble à une devanture de magasins de luminaires. Rien sur l’AIS, le Radar l’avait évidemment. Il était prioritaire. On s’est croisé pas loin. D’autres fois avec des embarcations de pêcheurs sans Ais de nuit à proximité des côtes sardes et tunisiennes. Je pense par contre qu’au large l’Ais peut suffire.

02 mar. 2021
0

Pour répondre à Faby9, '' Froid dans le dos'' est le mot juste, je dirais même une sorte de stupeur, incrédulité. De voir ce monstre qui était jusque là invisible, ''c'est énorme'' comme le dirait Fabrice Luchini. Ajoutez à cela un ''mayday'' relayé par les gardes côtes américains et bonjour le stress et ce n'est pas une histoire, nous étions au coeur ou presque de l'action.
J'ai pu constater que l'AIS pouvait l'emporter sur le radar dans certaines occasions, dont la suivante. Imaginez-vous naviguer dans un canal creusé, en l'occurence, l'Intracoastal Waterway (ICW) aux USA. Les berges sont parfois plus hautes que le radar qui est, dans mon cas, à plus ou moins 5 mètres de la surface de l'eau. À Savannah, ce chenal souvent étroit converge, au lieu dit ''Field cut'', vers la rivière Savannah, laquelle est l'accès au port du même nom. Le radar ne peut voir le monstre qui va vers l'aval dans le chenal principal, ce bateau étant rendu aveugle par la hauteur des berges. Par contre, l'AIS en tête de mat l'a vu lui. Donc, un avantage intéressant pour l'AIS dans cette situation particulière, surtout que l'étape suivante est la traversée du canal des ''gros''.
Pour ce qui est du radar ou de l'AIS en haute mer, j'ai pu vérifier que plus ou moins une fois sur quatre (1/4), les ''gros'' n'allument par leur AIS et semblent même ne pas être pas au commandes. Certains chalutiers pêchent uniquement aux instruments. Inutile de les appeler, ils ne répondent pas et se comportent comme des vaisseaux fantômes à la trajectoire érratique, difficiles, voire impossible à détecter par nuit noire. Le radar prend toute son importance. Dans mon cas, mon nouveau radar est connecté directement sur le Gps dans le cockpit, tout comme l'AIS et il est programmé pour faire le tour à toutes les 15 mn, rythme suffisant pour voir venir.
Oui à Entre-côtes (joli nom) concernant la zone fantôme de l'AIS, valable aussi pour le radar. Tous ces instruments sont très haut sur des navires. J'ai croisé, dans le canal d'accès du port de Norfolk, de nuit, un porte conteneurs de 330 m de long. J'ai pu constater que même l'antenne de mon vhf en haut du mat était plus basse que le pont de ce bateau. Ce sont des géants qui ne sont pas toujours prêts à changer de trajectoire pour les moustiques que nous sommes.

02 mar. 202102 mar. 2021
0

Intéressant, en effet. Les effets visuels de nuit donnent des choses parfois plus amusantes que celle-là qui a du faire froid dans le dos retrospectivement.

Personne n'affirme que l'AIS seul est suffisant. Surtout si ceux qui en possèdent un le tiennent éteint ! Notez que c'est la même chose pour les lumières : si elles sont éteintes la nuit, elles sont inutiles. L'AIS allumé possède cependant l'avantage sur les lumières qu'on ne peut le confondre avec la ville :-)
Il donne l'avantage de connaitre le nom et le MMSI du bateau qui nous croise, et de connaitre le point exact où nous allons le couler. Et si ce point venait à changer de façon dangereuse, il donne l'alarme. Cela permet de se concentrer sur les autres navires qui nécessitent une attention. C'est déjà beaucoup, et c'est précieux.

Par ailleurs, l'AIS possède un répéteur extérieur, et donc n'interdit pas la veille visuelle, contrairement au radar qui nécessite généralement de rester à la TàC.
Enfin, ne pas posséder de transpondeur AIS peut parfois rendre aveugle le "gros" si on se trouve dans son angle mort pour son radar (cf le fil ad hoc).

02 mar. 2021
2

même au large les cargos sont toujours privilégiés même s'ils ne le sont pas ..
mais généralement ils se déroutent de loin c'est pour ça que l'on a l'impression qu'ils ne le font pas
mais dans le doute je préfère les veiller quand même
alain

02 mar. 2021
1

Oui, j'ai souvent remarqué que les cargos ou autres se déroutaient de loin, même en Manche où le trafic est intense.

02 mar. 2021
0

question prix il n'y a pas photo...
l'AIS est tellement moins cher qu'il pourrait être rendu obligatoire.
Le radar c'est l'arme absolue, il voit tout, mais pas à la portée financière de tous.
Par chance mes trois derniers boats achetés d'occasion en étaient équipés!
Pas sûr d'en avoir acheté un sur mon First 325!

02 mar. 2021
0

Par définition tout moyen de détection quel qu'il soit ne peut détecter que ce qu'il est capable de détecter. Malheureusement, le cerveau humain surtout, a une tendance naturelle à proposer des conclusions immédiates plutôt que des conclusions réfléchies. (Physiologiquement les transmissions nerveuses sont tellement lentes par rapport aux réactions nécessaires à la survie que cette lenteur est compensée par un calcul en super parallèle, à propositions multiples alimentées par la mémoire, elle même modulée par l'émotion instinctive propre au cerveau archaïque reptilien. Quand on réfléchit bien, avec ce système il est étonnant qu'on reste malgré tout à chaque instant en vie. Et il parait que c'est le top du top de l'intelligence ????). J'ai passé ma vie professionnelle dans l'imagerie diagnostic à rappeler qu'il faut voir ce qu'il y a vraiment à voir et ne pas voir ce qu'on veut voir. Chaque image DOIT être critiquée.
Note tragique: un accident aéronautique célèbre a été du au fait que l'équipage, au lieu de poursuivre de jour son atterrissage aux instruments, est passé en approche visuelle et alors été victime d'un mirage optique! Le danger psychologique de l'AIS est de pouvoir faire croire que tout est vrai. L'image Radar issue d'un Radar primaire demande elle un minimum d'interprétation donc de critique.

08 mar. 2021
0

Bon il est temps de prendre le produit bleu de Lucy

Le Moko

02 mar. 2021
0

Bonjour,

en neuf, un radar coûte effectivement beaucoup plus cher qu' un AIS, mais pas en occasion.

j' ai payé 30€ un radôme pour Furuno 1621, avec son câble en parfait état et un moniteur 1721, non compatible avec le reste, et 50€ un moniteur 1621, soit un radar complet à 80€.

Naviguant en solo sans AIS, je l' utilise beaucoup, surtout en mode Watchman (toutes les 5mn) avec une zone de ga

02 mar. 2021
0

Bonjour,

en neuf, un radar coûte effectivement beaucoup plus cher qu' un AIS, mais pas en occasion.

j' ai payé 30€ un radôme pour Furuno 1621, avec son câble en parfait état et un moniteur 1721, non compatible avec le reste, et 50€ un moniteur 1621, soit un radar complet à 80€.

Naviguant en solo sans AIS, je l' utilise beaucoup, surtout en mode Watchman (toutes les 5mn) avec une zone de ga

02 mar. 2021
0

Oups, fausse manoeuvre, la suite!

avec une zone de garde de 3MN.
dans ces conditions, il tourne 20mn/h, et la conso n' est vraiment pas énorme.

Il a beau avoir 30 ans, il fonctionne à merveille.

Gorlann

02 mar. 2021
4

@Gorlann. Je n'ai pas ce problème là : mon voilier est très logiquement équipé d'un radar ET d'un E/R d'AIS. Je n'ai donc pas à choisir lequel des 2 installer en priorité en cas de budget restreint. Je n'avais jamais eu ni radar ni AIS auparavant : aucun voilier de loc n'en était équipé; seul le voilier école avait un radar et un GPS (exceptionnel à l'époque, et fortement contesté sur les forums avec les mêmes arguties..). L'AIS n'existait pas à l'époque, donc il n'en avait pas. Mais je suis certain qu'il en aurait été équipé : l'école (pro) partant du principe qu'il fallait apprendre à se servir de tout nouvel appareil.

Ce que je sais, c'est que mon AIS fonctionne quasi en permanence dès qu'on est en nav, mais je l'arrête quand on est au mouillage. Il est vraiment très pratique dans les zones de fort trafic parce qu'il décharge de la permanence en surveillance des navires qui en sont équipés et ont été repérés. Cela laisse donc du temps de cerveau disponible pour tout ce qui reste à faire. Typiquement la vedette qui coupe la route, on sait immédiatement que tout va bien (Merci AIS), sans aucune montée d'adrénaline, on peut se préoccuper de l'autre voilier, là, qui lui n'a pas d'AIS et ne sait pas vraiment s'il va se faire couler ou pas, d'ailleurs il est en train de faire demi tour le con, ce qui oblige la vedette à changer de cap et va lui raser les moustaches (encore un qui va râler que les pro s'amusent avec les voiliers) : ça c'est ce qu'on lit parfois même ici...

Je sais aussi qu'au large, je vois le changement de cap au pouillème qu'a réalisé le gros là-bas dans l'horizon, parce que le point de collision probable a disparu : on va donc s'éviter. Cela, je le distingue à l'AIS bien avant qu'il ne soit perceptible au compas de relèvement. Là encore, ça me soulage d'un stress inutile, et la nuit quand c'est ma dulcinée qui veille, ben elle me laisse dormir. Enfin, je maintiens : ayant un répétiteur à la barre, quand je veille assis sur mon siège tout à l'arrière au dessus de la jupe, je n'ai pas besoin de bouger pour vérifier la route de ce truc là bas au large. Et puis, si j'ai un doute, je peux l'appeler directement à la VHF. Donc l'AIS ce n'est pas universel, ce n'est pas l'Idéal avec un grand I, il a des limites et des défauts, mais c'est une aide à la veille qui est quand même vachement sympa. Ceux qui en possèdent un et qui par principe refusent de l'utiliser démontrent simplement que les neurones ont une durée de vie.

Enfin, de plus en plus d'éléments (phares, bouées, entrées ports) ont leur balise AIS. Il devient donc un élément de plus pour la nav défensive que j'ai apprise et que je pratique.
Donc que ce soit trop cher, c'est possible et ça reste un choix. Mais si j'avais la possibilité de t'en offrir un, je suis certain que tu ne le mettrais pas à la poubelle, par principe.
Mais que l'on dise que c'est inutile, non, ce n'est pas vrai.
Que l'on dise que c'est dangereux, c'est un raisonnement vicié.

Que l'on dise qu'on n'en comprend pas l'intérêt. OK. Après un certain âge, faut admettre et ne plus sortir de sa zone de confort.

08 mar. 2021
0

@ gorlann29.
Le prix que vous avez payé votre radar est l'exception qui confirme la règle, celle qui veut que tout ce qui touche à la plaisance est cher. Et l'AIS ne fait pas exception, malgré son caractère indispensable vu le grand nombre de bateaux de toutes sortes qui sillonnent les mers maintenant. Pour un petit objet électronique relativement simple et qui ne comporte aucune technologie révolutionnaire, le prix d'achat de la chose me semble disproportionnée, la sécurité a un coût (malheureusement).
.

02 mar. 2021
2

J’ai fait sans longtemps en ne me servant que de mes yeux.
Maintenant j’ai les deux et aucune envie de m’en passer, pourtant je me sers toujours autant de mes yeux.
Ce sont des aides (très) précieuses mais elles n’ont heureusement pas encore le rôle de chef de bord!

02 mar. 202102 mar. 2021
2

Bonjour,
La voie de la raison, Gorlann !
J'ai aussi acheté d'occasion,plus cher car modèle plus récent pour 5 fois moins cher que le neuf...et avec un câble supplémentaire neuf à prix cassé...
Et sur l'écran je peux mettre des cartes (gps intégré)et autres infos...un ancien Raymarine d'il y a 10/15 ans,de mémoire.
J'étais un peu inquiet car tout acheté séparément mais au montage du puzzle tout a marché,ouf!
Les yeux c'est très bien mais on vieillit,et l'ouïe aussi ma pauv' dame...
Et dans le brouillard ou la brume en solo ça devient compliqué ...
Bon plan aussi avec les stewards qui bossent sur les States pour du neuf pas cher...
D'accord aussi avec Armor,les deux plus nos sens humains c'est le bon équilibre.
Séparément plus sujet à l'erreur.

02 mar. 202102 mar. 2021
2

Avec l’AIS chacun a ses bonnes et mauvaises histoires à raconter.
Il y a beaucoup de soucis avec l’usage de l’AIS. Chacun pense que c’est une information exacte et en temps réel. Ce qui est loin d'être vrai
La position visible sur l ‘écran , celle qui utilisée pour les calculs de collisions probables a une date/heure de validité comme pour les yaourts!

En effet nos petits AIS de classe B classiques, de 2 watts en protocole CSTDMA , n’arrivent pas à émettre assez souvent, donc nos positions vues par d’autre voiliers ou des cargos ont souvent 1/2h voir plusierus heures de retard. Il faut toujours valider l’heure de ce point.

De plus les grands navires en classe A peuvent supprimer des cibles trop anciennes qui n’ont pas eu de mise à jour récentes. C’est disponible sur quelques applications sur tablette, ainsi un voilier avec un mauvais équipement en Classe B se trouve effacé de l’écran si son signal n’a pas été reçu depuis plus d'une heure par exemple.

Ensuite l’alarme émise de la tablette grâce à la belle application doit être entendue par l’équipage, réveiller le solitaire qui s’est endormi.

SI on reprends l’accident en IMOCA contre Chalutier .
Chalutier AIS class A allumé, équipage occupé à la pêche
IMOCA: AIS class B allumé, skipper endormi profondément

=> Dans le Golfe de Gascogne, la densité d’émetteur AIS est énorme, les petits classe B, n’arrivent pas à émettre souvent l’AIS du Chalutier n’a pas déclenché d’alarme

=> L’installation AIS des IMOCA est très faible (voir mauvaise). Antenne ridicule en tête de mât encombrés par plein de tiges verticales avec des instruments. Le câble n’est pas sans perte il ne reste pas grand chose des 2 watts en tête de mât . Le transpondeur classe B et ses 2 petits watts utilisant le protocole CSTDMA n’arrive pas à émettre.

J’ai suivi les 33 IMOCA par SAT-AIS pendant le VDG.
Sans soucis dans le grand sud, où il n’y avait aucun navire avec des AIS Classe A pour les empêcher d'émettre. Si le petit classe B émets toutes les 6 minutes son signal même faible, un SAT AIS a de bonnes chances de le capter en gros toutes les heures quand il est bien positionné au dessus de l’IMOCA. Par contre dés que le trafic marchand a été plus chargé, les points des IMOCA se sont espacés, puis ont totalement disparus à partir des Açores, jusqu’à 5 à 10 milles des sables d’Olonnes, leur signal étant capté alors par la station terrestre.

Les zones d’ombre autour des grands pétroliers surtout vers l'avant sont une certitude. Il suffit de passer proche d’un Cargo ou Pétrolier en attente devant un estuaire ou un grand port pour le constater.

Un peu de lecture pour réviser les protocoles AIS:

En images
-La trace d'Isabelle
-Celle de Samantha
-Un IMOCA qui n'avait pas allumé son AIS au départ ...amusant

02 mar. 2021
0

Pas sûr que la comparaison avec les yaourts soit la bonne... on peut les manger jusqu'à un mois après la DLC ! 😁
Plus sérieusement, merci pour ces infos.

02 mar. 2021
0

Merci Courtox56 pour ce lien internet qui vient préciser la réalité AIS selon les classe A ou B. La possibilité de télécharger le pdf est intéressante.
Je suis allé contre-vérifier les informations que le lien proposé apporte, histoire de faire les choses correctement. Les 2 sites suivant vont dans le sens du lien que Courtox56 donne mais c'est en english:
www.nmea.org[...]ais.pdf
continuouswave.com[...]pic.php
Un Copier-coller sur le moteur de traduction de Google pourrait être intéressant pour qui, comme moi, veut s'abreuver à plusieurs sources.
Il est intéressant de comprendre qu'en émission, le classe B sera toujours subordonné à la place que le A lui fera. Ainsi, je me questionne sur l'absence de signal de certains Imoca. Était-ce parce que leur AIS était fermé (ce dont je doute) ou bien parce que la densité du traffic AIS classe A ne leur a pas laissé d'espace, ce qui est clairement expliqué dans les liens proposés. On parle d'émission.
La réception est moins problématique et un classe B recevra le ou les signaux qui seront à sa portée, classe A ou B, le A restant prioritaire. Ce qui me fait dire que si le chalutier dont fait mention Courtox56 avait eu son AIS ouvert, Boris Hermann en aurait certainement été averti par son alarme. À moins qu'il n'ait été prouvé que L'AIS du chalutier était en fonction, ce que semblait démentir les propos de Boris Herrmann. Alexia Barrier a failli vivre la même mésaventure, à 10 m près. Il faut reconnaître que les témoignages ne manquent pas d'AIS non en fonction, que ce soit au large ou en côtière.
Mon voilier a un classe B réception seulement, incorporé dans un VHF Standart Horizon GX2200E. J'ai pu apprécier régulièrement l'accuité de cet instrument. Dommage que les B+ n'étaient pas disponibles en Am du N car je trouve intéressant d'une part la puissance d'émission améliorée et également, et c'est important, l'allocation garantie de créneaux, ce qui n'est pas le cas pour le B.

02 mar. 2021
3

Ce qui me fait dire que si le chalutier dont fait mention Courtox56 avait eu son AIS ouvert, Boris Hermann en aurait certainement été averti par son alarme. À moins qu'il n'ait été prouvé que L'AIS du chalutier était en fonction, ce que semblait démentir les propos de Boris Herrmann.

C'est le cas: Herrmann a "accusé" le chalutier de ne pas avoir eu l'ais en émission, le chalutier a presenté au MRCC espagnol les traces AIS qui montraient qu'il était toujours actif, et qu'ils ont essayé d'appeler le voilier quand ils l'ont vu en approche, sans avoir de reponse du skipper; puis sbammm.
Le jour suivant Herrmann s'est excusé et a dit qu'ils dormait et n'a pas entendu d'alarme.

02 mar. 2021
1

Oui, Herrmann a aussi dit que ses voiles en carbone faisaient écran. De toute façon son AIS merdait depuis longtemps, Le Cam s'en plaignait déjà lorsqu'ils étaient côte à côte dans le sud.

02 mar. 2021
0

Alors, autant pour moi pour Herrmann.

02 mar. 202102 mar. 2021
1

Il existe la classe B+ avec émission 5W, protocole SOTDMA pas beaucoup plus cher que la B.
(j'ai investi dans un Digital Yacht)

02 mar. 2021
-1

Pour moi, après diverses essais en mer, je conseil le radar en premier lieu avec lui tu peux te passer de l'AIS si il est coupler à ton traceur et que l'option ARPA soit activé. C'est beaucoup plus intéressant que l'AIS.
Ensuite récepteur AIS sur des petits bateaux, la VHF Navicom RT550 AIS est un très bon exemple pour recevoir les cibles.
Puis si tu as un budget plus gros, alors passage sur un transmetteur/multiplexeur AIS Classe B+ comme le Digital Yacht AIT5000.
Acheter absolument un récepteur AIS sans radar est clairement dangereux. Tu n'as que 1 bateau sur 10 dans le sud de la France qui transmet sa position à l'AIS...
Pour les tout petits budgets, le merveille + la RT550 est un bon début.

02 mar. 202102 mar. 2021
2

"Acheter absolument un récepteur AIS sans radar est clairement dangereux" et ceux qui n'ont ni l'un ni l'autre seraient donc suicidaires ? Un peu comme Baluchon, qui n'a pas de radar, mais vient de s'acheter un récepteur AIS... un fou dangereux qui traverse le Pacifique sur un rafiot de 4 mètres de long...

10 mar. 2021
0

Incomparable et hors sujet, il n'a pas de place pour un radar ni assez de capacité énergétique tout simplement.
Ne comparons pas une twingo avec un fourgon aménager.

02 mar. 2021
1

généralement quand je navigue en solo j'ai mon transpondeur en route ,je ne mets mon radar avec secteur gardé en plus que si je veux dormir les deux sont reliés à un gros buzzer qui a deux tonalité différentes une pour chaque appareil ,il y a deux ans j'ai été direct en espagne
la traversée du golfe du lion je m'en souviendrais j'ai arrêté les alarmes qui n'arrêtaient pas de sonner ,je suis arrivé sous rosas complètement épuisé .190mn d'un coup avec un gros coup de vent du nord en prime sous deux riz .c'est plus de mon âge
mais sans ces deux appareils je ne me sens plus de faire degrands trajets ..
alain

02 mar. 2021
0

C'est sur que le radar est plus sécurisant car il ne dépend pas de la manière dont sont équipés les autres bateaux.
Ceci dit, pour l'AIS, même si le cargo a une antenne VHF perchée à 25 ou 30 mètres de haut, il captera tout ce qui est émis au ras de l'eau, même tout prês de lui; et idem dans l'autre sens (tu capteras son émission AIS). A courte distance il n'y a pas de zone d'ombre.

02 mar. 2021
0

Yapadélisse
Permettez-moi de nuancer quelque peu ce que vous avancez concernant l'absence de zone d'ombre. Il existe un principe qui veut que plus le db (gain) est élevé, plus le faisceau est étroit.
support.garmin.com[...]/fr-CA/

Je peux comprendre l'absence de zone d'ombre pour une antenne à faible gain (3db) comme celles que l'on retrouve en général en haut de nos mats. Je trouve cependant risqué de croire en l'absence de cette zone dans le cas d'une antenne à gain plus élevé (6 ou 9 db). La représentation des faisceaux dans le dessin ci-dessous nous démontre le principe selon 3 niveaux de db donnant des profils nettement différents quant aux faisceaux en découlant.
Je ne sais pas quel genre d'antenne se retrouve tout en haut des cargo mais je doute qu'il ne s'agisse que d'une simple 3db en inox d'un mètre de long.

02 mar. 202102 mar. 2021
0

C'est pour cela que sur les voiliers on déconseille les antennes à gain élevé, à cause de la gîte.
Mais même les antennes à gain élevé "bavent" en dehors du cône théorique, il y a des réflexions, et a fortiori lorsqu'on est proche puisque le champ varie comme le carré de la distance.
Je navigue de temps en temps entre les paquebots qui sont actuellement stockés au mouillage devant Tenerife (ils sont sept en ce moment), et même au pied de ces énormes navires je les vois encore à l'AIS, avec mon antenne située à 3 mètres au dessus de l'eau.

03 mar. 2021
0

Non franchement, je confirme: pas de zone d'ombre au pied d'un cargo qui a son antenne à 20 ou 30 mètres de hauteur, même s'il a une antenne à gain. J'installe des antennes marines et terrestres depuis plus de 30 ans, c'est mon métier. Nous avons des antennes VHF 6 dBd (= 8,2 dBi pour Garmin) de 6 mètres de longueur en haut de tours de 18 étages + pylône de 15 mètres en haut, soit environ 70 mètres de haut. Une VHF portable (avec son antenne de faibles performances) au pied de la tour (donc sans voir l'antenne en haut, masquée par l'immeuble) reçoit parfaitement, et avec un très bon niveau de champ; idem dans l'autre sens. Le schéma de Garmin est très grossier: le rayonnement d'une antenne n'est pas nul à sa verticale - cf ci-dessous-. Garmin attirait surtout l'attention sur le fait qu'une antenne à gain n'est pas bonne pour un voilier à cause de la gite qui va réduire la portée.

03 mar. 2021
0

" pas de zone d'ombre au pied d'un cargo"
(si je comprends ce diagramme) je lis quand même que cette antenne qui a un gain de 3dBi à 0° voit son gain descendre jusqu'à - 6dBi à proximité de l'antenne... cela représente quand même une perte de 9 dB, ce qui est loin d'être négligeable.

PS : qu'est ce que c'est le dBd ?

03 mar. 2021
1

Pas négligeable, mais loin d'être suffisant. Pour rappel, une VHF fixe a une portée de 25 à 30 miles, soit environ 50 kms et perd sur ce trajet environ 130 dB, alors les 9 dB perdus ne vont pas gêner pour faire les 30 mètres de hauteur à la verticale.
Le gain d'une antenne s'exprime soit en dBi (gain de l'antenne en comparaison d'une antenne isotrope théorique qui n'existe pas), soit en dBd (gain de l'antenne en comparaison d'une antenne dipôle qui existe bien elle). Donc pour moi le dBd est plus parlant. Mais certains constructeurs mettent en avant le dBi, car il est plus avantageux de 2,15 dB: une antenne qui a un gain de 3 dBd a un gain de 5,15 dBi. C'est plus vendeur exprimé en dBi. La différence vient du fait que l'antenne dipôle a déjà un gain de 2,15 dBi.

03 mar. 2021
0

OK. Je n'ai jamais fait de bilan de liaison à cette fréquence.
Et je n'avais jamais vu de puissance rapportée à celle du dipôle, mais pourquoi pas : c'est ce qui est pratique avec cette unité, c'est qu'on peut en définir comme on veut.
La plus compliquée que j'ai rencontrée et le dBmopqs ...:-)

02 mar. 2021
0

j'ai lu aussi un piege ..sur les position des AIS ...sur les bateaux qui sont remorqué ... souvent il est donné la position du remorqueur donc on peut passer derriére ...seulement il peut tres bien avoir derriere une fune de 200m et au bout un bateau remorqué ...et ça en nuit ou par temps de brouillard ..
il y a eu des collision ainsi dans les grands fleuves notamment dans les virages

02 mar. 202102 mar. 2021
0

à 200 mètres, on ne voit pas le remorqué ?
On ne connait pas les marques du remorqueur ? faut passer le permis mer, c'est au programme du côtier, au moins on y apprend que les feux sont un code important à lire...
www.permisbateauonline.com[...]ple.php

Et dans le brouillard, 200 mètres c'est bien trop près pour moi...
J'ai jamais rencontré le cas, mais le remorqueur n'indique pas dons son identifiant qu'il a une remorque derrière lui ? ? ?
edit : si, j'ai rencontré le cas une fois en Grèce, un pousseur qui bougeait des barges de travail de fermes aquacoles. Seul le pousseur avait un AIS, mais il le faisait en plein jour, pas dans le brouillard.

02 mar. 2021
0

Les remorqueurs poussant ou tirant des barges imposantes sont légions aux USA. J'ai pu expérimenter ce qu'est d'être leurré par 2 ombres dont on ne voit pas le cable qui les relies. Également, il arrive fréquemment que les barges n'ont aucunes lumières de nuit, c'est absolument mystifiant ... et dangereux. Tout comme l'AIS, obligatoire mais qui semble pour certains facultatif!
J'ai appris à me tenir loin de ces installations, ça a été la seule façon pour moi d'être sur de quelque chose concernant notre sécurité.

02 mar. 202102 mar. 2021
1

Illustration d'un remorqueur avec sa remorque à 2 ou 300 mètres parfaitement identifiés à l'AIS remorqueur + remorqué (en vert) entre Lisbonne et Madère! Je suis passé derrière le convoi sans hésitation. La visibilité pas top, j'aurais été bien en peine de la même lecture en direct même avec les jumelles !

03 mar. 2021
0

Ce que je comprends et reprenez-moi si je me trompe, c'est que tant le remorqueur que le remorqué avaient leur propre signal AIS. Ou bien l'AIS du remorqueur envoie une information qui permet à votre décodeur AIS de déduire qu'il s'agit d'une situation de remorquage???

03 mar. 202103 mar. 2021
1

Les émetteurs AIS de Classe B transmettent plus d'informations que les émetteurs de classe B. ils peuvent indiquer par exemple le port de départ, le port d'arrivée etc ..
Entre autres, le chef de quart a la responsabilité de changer le status du bateau dans le transpondeur

Statuts de navigation:
amarré, au mouillage, faisant route au moteur, à capacité de manœuvre restreinte, échoué, en opérations de pêche, handicapé par son tirant d'eau, faisant route à la voile etc ...
Tout cela par un code, le texte correspondant sera affiché par l'application dans la langue de l'utilisateur qui sera visible en Anglais, Allemand, Français, Espagnol ...

Je pense que pour un remorquage le code 3 (= restricted maneuverability) devrait être utilisé

Il m'arrive souvent de passer par l'estuaire de la Loire, les cargos, pétroliers et gaziers au mouillage avaient rarement le statuts mis à jour les années passées. Je constate que depuis 2020 le satus est toujours modifié, dès l'ancre mise.

Copies d'écran d'OpenCPN en ce moment 3/3/2021 00:30h avec des bateaux au mouillage, bien alignés face au courant, d'autres en route et des bateaux de pêche au milieu. Pas un seul Classe B, pas de bateaux de plaisance.

Voici la liste des code de "Navigational status"

0 = under way using engine

1 = at anchor

2 = not under command

3 = restricted maneuverability

4 = constrained by her draught

5 = moored

6 = aground

7 = engaged in fishing

8 = under way sailing

9 = reserved for future amendment of navigational status for ships carrying DG, HS, or MP, or IMO hazard or pollutant category C, high-speed craft (HSC)

10 = reserved for future amendment of navigational status for ships carrying dangerous goods (DG), harmful substances (HS) or marine pollutants (MP), or IMO hazard or pollutant category A, wing in ground (WIG)

11 = power-driven vessel towing astern (regional use)

12 = power-driven vessel pushing ahead or towing alongside (regional use)

13 = reserved for future use

14 = AIS-SART (active), MOB-AIS, EPIRB-AIS

15 = undefined = default (also used by AIS-SART, MOB-AIS and EPIRB-AIS under test)

Dans le message de type 5, les classes A peuvent aussi indiquer la bateau parents auquel ils sont rattachés. Exemple les paquebots qui mettent des embnarcations à l'eau pour promener les touristes autour des iles du Ponant, portaient cet été cette particularité:

AIS Class A Ship Static and Voyage Related Data (Message 5)

Call sisur 42bits: 7 x 6 bit ASCII characters, @@@@@@@ = not available = default
Craft associated with a parent vessel, should use “A” followed by the last
6 digits of the MMSI of the parent vessel.
Examples of these craft include
towed vessels, rescue boats, tenders, lifeboats and liferafts.

Pour un remorquage, cela devrait être utilisé "towed vessels" c'est "bateaux remorqués".
Je ne connais pas d'application de type plaisance sur nos tablettes qui nous affichent se message 5 en détail. Il faudra que je vérifie cela.

03 mar. 2021
0

Généralement les bateaux qui remorquent un dispositif ont un ou plusieurs AIS virtuels pour bien délimiter la zone dangereuse, très efficace et simple à programmer.

03 mar. 2021
0

A zut. soucis habituel ... il faut changer la première phrase.
Les émetteur de Classe A fournissent plus de données que ceux de classe B

03 mar. 2021
0

Suite à quelques accidents aux EU les autorités ont demandé à ce que la longueur du convoi apparaisse sur le descriptif AIS

03 mar. 2021
0

Calypso, la "longueur" du convoi est parfaitement mesurable, "pour info" avec les "outils" d'open CPN, en plus c'est très clair sur l'écran et il ne viendrait à l'idée de personne de passer entre le remorqueur et sa remorque visible a l'écran quelque soit la "longueur" du convoi.... À moins d'avoir la limite de validité des neurones vraiment dépassée 😋

03 mar. 2021
0

Le signal du remorqueur et de sa remorque sont apparus tel quel sur mon écran sans interprétation ! À mon sens c'est une situation "prévue" en utilisation professionnelle dans ce cas. Et encore une fois heureusement que l'AIS m'a permis de prendre une décision d'évitement sans stress, car comme vous pouvez le constater "l'autoroute" était passablement encombrée ce jour là !

03 mar. 202103 mar. 2021
0

Bah oui. S'il y a des pros qui remplissent mal leur données, ou pire encore refusent d'allumer leur AIS, il y a des accidents. Et donc ?
D'accord avec Ar-Men : ces gens-là méritent une très forte amende, ou de les inciter à changer de métier.

En France, on peut être condamné même sans avoir provoqué d'accident pour "mise en danger de la vie d'autui".

La conclusion du rapport d'accident est nette : " L'AIS est un outil précieux pour diffuser des informations essentielles sur les navires à d'autres navires sur les voies navigables. Ces informations peuvent être retracées sur les systèmes de cartes électroniques pour fournir des informations en temps réel sur les dangers pendant la navigation sur les voies navigables. "

03 mar. 2021
0

Merci Calypso2,
Je réside en Am du N (Canada), j'ai navigué la côte Est américaine et j'ignorais le rapport d'accident que vous avez partagé (hydros-alumni.org). Cette information est particulièrement éclairante et importante car, au risque de me répéter, les remorqueurs tirant, poussant une, voire plusieurs barges, sont légion aux USA, non seulement en côtière mais aussi sur les canaux, ce de jour comme de nuit. Et parfois, certains canaux sont étroits.
Cette nouvelle norme que la Garde côtière américaine impose (faire apparaître la longueur du convoi à l'AiS) n'existait pas il y a peu de temps et je me souviens bien avoir vu, à maintes reprises, un remorqueur tirant une barge généralement imposante, le dit remorqueur apparaissait à l'AIS mais pas la barge et l'information ne permettait pas d'en déduire que c'était un convoi. De jour passe encore, de nuit, sachant que la barge n'est pas éclairée, pas simple. Toutefois, et en toute honnêteté, j'avais une connaissance déficiente des feux de navigation que ces convois devaient arborer. Et encore là, ce peut être n'importe quoi. Je me souviens bien d'une remorqueur illuminé par des lumières violettes, sorte de décoration de Nöel, qui empêchait de voir quelque lumière de navigation que ce soit. L'espace en navigation côtière a beau être grand, la nuit, tout se rétrécit.

03 mar. 2021
0

À courtox56,
Merci de ces précisions, j'ignorais et je me sens moins bête tout à coup.
Vous vouliez sans doute parler des AIS de classe A et non B comme vous le mentionnez au début de votre texte.
Quoiqu'il en soit, tout ceci est éclairant.
Merci.
Serge

2

Bonjour,
Hier encore, j’ai croisé la route d’un pêcheur rentrant à Locmaria (Quiberon) sans son AIS allumé. Je lui en ai fait la remarque à la VHF...
Il faisait beau, temps clair, donc pas de problème de visi.
La même par temps dégradé, le radar l’aurait identifié.
Ceinture et bretelle sont complémentaires.
Perso, je serai pour l’obligation de l’AIS à partir d’une certaine taille de bateau. Appareil SYSTÉMATIQUEMENT en service dès l’appareillage. Avec une belle amende à la clé pour les petits malins qui le coupent.
Ces technologies sont un vrai plus pour la sécurité.
Que d’aucun ne me parle pas de liberté chérie, celle de mettre les autres en danger.
Bonne journée,
Patrice

03 mar. 2021
0

les pêcheurs ayant un bateau de moins de 12m ne sont pas tenu d'avoir un AIS donc ce n'est pas systematique pour eux

03 mar. 2021
0

Un plaisancier qui veut faire la morale à un pêcheurs, c'est pas courant ! Et un pêcheur ne va tout de même pas indiquer le lieu de pêche qui lui permet de survivre pas plus qu'un militaire ne va indiquer à l'ennemi où il se trouve.

03 mar. 2021
0

et sauf avis contraire si le bateau du pecheurs fait moins de 300tx il n'est pas tenu d'avoir son ais en marche lorsqu'il n'est pas en peche ...c'est a dire lorsqu'il fait route ...espionnage des collegues

03 mar. 2021
0

Au large de l'Espagne, j'ai peu vu de pêcheurs qui n'avaient pas leur AIS en service. De nuit par pleine lune, j'ai eu une cible à 1mN devant dont je n'arrivais pas à voir les feux alors que sur tribord, à 1,5mN, un autre pêcheur était très visible avec ses feux et son AIS en service. J'ai dévié ma route et quand cette cible dont les feux n'étaient pas visibles a été par mon travers bâbord, la pleine lune a fait apparaitre le pêcheur tout feus éteints !!! Une masse noire sur l'eau, fantomatique !

03 mar. 2021
0

Pourquoi un pêcheur peut-il pêcher tous feux allumés et boucler son budget vraisemblablement alors que l'autre ''roule tous feux éteints'' histoire de ne pas dévoiler ses secrets et de s'accaparer la manne. Serait-ce là un vieux réflexe de pêcheurs? Mais je ne m'aventure pas davantage car j'ignore tout de ce monde.
Le traité international (SOLAS) a défini les règles du jeu pour l'AIS, les pêcheurs ''fantômes'' sont dans leur droit. Mais les feux de navigation ne sont pas facultatifs et tout bâtiment sans exception doit agîr dans le respect des règlements certes, mais aussi dans le respect et l'entendement de la navigation moderne, avec les centaines de bateaux qui sillonnent les mers maintenant. Sinon, c'est l'anarchie. L'exemple de Jeff76 (VCC) qui parle du bateau fantomatique n'est pas une exception en mer, c'est plutôt courant.
Pour nous, les plaisanciers, avons-nous le choix sinon d'appliquer la règle que georgesand rappelle ci-après et je cite: LES DEUX LES DEUX SANS AUCUNE HESITATION PLUS LES YEUX ET LA AUSSI LES DEUX.
Forcer les bâtiments récalcitrants à rouler tous feux allumés la nuit me paraît impossible, encore plus en eaux internationales. En fonction de cette évidence (pour moi), le radar et l'AIS devraient être obligatoire dès que l'on navigue en côtière ou hauturière, et ce peu importe la dimension du bateau. Je ne parle pas de ceux qui traversent l'océan à la rame ou en planche à voile bien sûr.

03 mar. 2021
1

A moins de vouloir fliquer les 4/5 de la surface terrestre et d'établir au minimum une vedette rapide super armée tous les Km2, ce qui serait totalement anti écologique, la haute mer reste de facto un espace de non droit pratique ou de droit du plus fort. Il faut déjà être très heureux que l'immense majorité des navigants respectent les règles internationales admises. Une seule règle efficace: veiller se méfier et par principe ne faire confiance à personne. AIS Radar etc.. ou pas.

03 mar. 2021
0

Élémentaire mon cher watson.

03 mar. 2021
1

LES DEUX LES DEUX SANS AUCUNE HESITATION PLUS LES YEUX ET LA AUSSI LES DEUX

08 mar. 2021
0

Bonjour,
Oui le radar en plus de l'AIS est indispensable.😉
Autour de la péninsule ibérique nord beaucoup de bateaux de pêche et les barcasses ne sont pas pourvu d'AIS et un brouillard très épais peut tomber en quelques minutes, tellement épais qu'on distingue à peine la proue.
La veille renforcée est indispensable: avertissements sonores réguliers (trombe + cloche), feux de signalisation, vitesse adaptée et observation visuelle renforcée. Quand en arrivant à environ 1 mile d'un port de multiples taches fixes apparaissent sur l'écran radar. Il y avait une dizaine de carcasses stagnantes en pêche.
Bon vent 🙂

08 mar. 2021
1

Ais transpondeur + radar à bord, avec chacun alarme et buzzer puissant. Je navigue essentiellement au large en solo et je ne me passerais ni de l'un ni de l'autre... Ah aussi un "Mer veille", mais c'est assez anecdotique maintenant ! Chacun fait la part entre la notion de sécurité et l'argent à y consacrer, c'est toujours un compromis !

08 mar. 2021
0

Dans quel cas sert le Mer veille quand tu as déjà le transpondeur AIS et le radar?

08 mar. 2021
1

Il revèle la présence d'unités qui ont un radar actif mais n'émettent pas en AIS :)

08 mar. 2021
2

C'est tout à fait ça Roberto! bon le Mer veille était déjà présent à bord, il ne consomme vraiment rien donc je l'ai laissé.... et son alarme est puissante également, mais il n'est plus indispensable maintenant avec AIS et radar opérationnel. Je le vois comme du matériel complémentaire et redondant....

10 mar. 2021
0

J aurai pu faire au mot près la même réponse que moana.
Je l ai laissé également. Ça ne consomme pas , ça ne prend pas de place et je n aurai rien eu à la revente.

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

 Ty arc en ciel au pays du Ty punch

Après la pluie...

  • 4.5 (7)

Ty arc en ciel au pays du Ty punch

mars 2021