Aide Projet Voyage

Bonjour à tous !

Sujet déjà abordé pour différents types de projets mais tellement propre à chacun que je me permets de solliciter vos expériences et conseils !

Je me présente, Dimitri, 29 ans, chef d’entreprise dans le secteur hôtelier, je suis un grand passionné de l’univers marin et je voyage beaucoup depuis toujours. J’ai toujours rêvé de voyager en voilier par mes propres moyens, le coté navigation me passionne autant que le coté découverte et vie à bord dans différents lieux.

Mon projet est donc le suivant :

Effectuer une succession de voyages (un tour du monde ne semble pas être le bon terme pour la description de mon projet) en plusieurs étapes de 1 à 3 mois en laissant le bateau d’une étape à l’autre dans la destination finale (si possible au sec) et en reprenant la route à partir de là pour l’étape suivante.

Pourquoi cette formule en plusieurs étapes : car je ne veux/peux pas quitter totalement mon travail et il est important pour moi de pouvoir y être présent « fréquemment ».

Concernant mes capacités personnelles, ayant très peu navigué à la voile je suis conscient de mes lacunes et de la charge d’apprentissage qui va s’imposer à moi en préparation de mon projet. Cependant c’est un projet de long terme et n’étant pas une tête brulée, je ne fixe aucune date butoir et la date de départ sera celle où je serai compétant et prêt pour partir en sécurité !

J’en profite au passage, n’hésitez pas à me donner vos avis sur la faisabilité du projet sur son fond comme décrit ci-dessus !

Concernant le voilier et mon budget, je souhaiterai acquérir un bateau d’une taille se situant dans la fourchette 40 et 46 pieds afin d'avoir des espaces de vie et de stockage assez conséquents et mon budget maximum serait de 100000€ pour l’achat du bateau sans compter les divers frais qu’il faudra y faire dessus.
Je me laisse de côté une enveloppe de 40000€ pour les travaux qu’il faudra (surement) ou non réaliser ainsi que pour les divers frais non prévus qui pourront se rajouter.

Il est certain que je me dirigerai plutôt vers une coque en fibre et non vers l’alu ou l’acier car je sais travailler sur ce matériau et mes critères premiers d’achat seront la solidité/qualité du bateau ainsi que ses qualités marines au niveau navigation et sécurité par gros temps.

Voici donc les questions que je souhaite vous poser au travers de mon message :

En tenant compte de mes critères (très larges) et de mon budget, quels bateaux seraient pour vous des valeurs sures et pourquoi ? Quels seraient votre ou vos choix ? Et avez vous des retours d'expériences à communiquer ?

Par ailleurs quel seraient selon vous (si il y en a) les bateaux à éviter ?

Et pour finir, probablement la question la plus importante, compte tenu de ma faible expérience et de ma nécessité d’apprendre, vous semble-t-il aberrant ou opportun d’investir dès à présent dans mon voilier de voyage afin de pouvoir dans un premier temps y travailler dessus moi-même mais surtout dans un second temps y effectuer ma formation et me constituer une expérience solide sur ce dernier ?

Je vous remercie par avance pour votre temps et vos conseils et m’excuse de la longueur de mon message mais je n’ai pas réussi à faire court !

L'équipage
27 sept. 2021
28 sept. 2021
1

Salut,

Je suis passablement étonné que personne ne t'ai répondu, c'est généralement la baston a celui qui trouvera quelques choses a redire sur ton projet.

J’en profite au passage, n’hésitez pas à me donner vos avis sur la faisabilité du projet sur son fond comme décrit ci-dessus !

Pour ça, ne t’inquiète absolument pas, il y a des gens qui sont parti faire un TDM en couple avec 2 nourrissons sur des coques de noix de 8 mètres, et ils n'étaient pas plus fou que toi. Il y en a même qui on acheté un bateau, fait un TDM pendant des années, on vendu le bateau, et n'ont plus jamais mis les pieds a moins de 300km des côtes. Et d'autres qui ont des 50 pieds depuis 15 ans, qui n'ont jamais été a plus de 10 milles d'un abris, et jamais sorti avec plus de 15 nœuds de vent. Chacun pratique la voile comme il aime, et comme son porte-monnaie lui permet. C'est aussi ça, la voile.

Pour ce qui est de faire un grand voyage par étapes, ça c'est a toi de faire le budget, il faut 300-500€ pour un A-R sur terre-plein d'un 45 pieds en France, et après la location des bers et les nuitées généralement au calculer sur la longueur hors-tout. Donc c'est a prendre en compte si tu sors ton bateau pour 2/3 mois régulièrement. Le prix des places et de l'assurance dépendant aussi de la taille du bateau, le budget varie du simple au double.

Cependant, Il manque des informations! Ce que vulgairement les voileux appellent un "programme". Quel bassin(s) de nav ? Tu préfère la vitesse ou le confort au mouillage ? C'est pour faire 15 jours de nav d'un tirant, ou 3 jours de nav et 12 jours de mouillage ? Mer chaude ou Mer froide ? Qui fait du bon cap avec une longue quille, ou qui dérape mais qui peut s'échouer sur la plage ? Port souvent ou mouillage sauvage tout le temps ? Bref, c'est quoi ton idée de la croisière parfaite. As tu déjà une idées des marques qui te plaisent ? sinon je vais juste énumérer des marques les plus connues..

J'ai personnellement tendance a penser qu'on achète son premier bateau car on aime la ligne qu'il a, et qu'après on adapte son programme en fonction, donc c'est quoi que tu aimes ?

En tenant compte de mes critères (très larges) et de mon budget, quels bateaux seraient pour vous des valeurs sures et pourquoi ? Quels seraient votre ou vos choix ? Et avez vous des retours d'expériences à communiquer ?

Les valeurs sures, c'est a dire les bonnes marques, avec ton budget, et la taille que tu souhaites c'est trop limite en récent, et aussi trop subjectif a chacun. Pour un 40-46 pieds, ça restera dans le moyen de gamme, sinon il faudra chercher encore plus vieux, ou plus petit. Ou chez les bateaux de chantiers et d'architectes, et le sujet est beaucoup trop vaste. D'une manière générale au delà de 1995, ça commence a faire vieux et vaut mieux savoir ce que tu fait, car sinon tu passeras 90% de ton temps a réparer ce qui casse. Plus c'est vieux plus c'est fragile, peu importe la marque. Après si t'adores bricoler dans ton voilier, y'a de quoi faire dans les 45ft.

Pour les marques, je te donne un petit aide mémoire que je m'étais fait, ça reste subjectif, et quelqu'un ferai le classement légèrement différemment, mais ça te donne une idée des marques que je considère comme "bonnes marques". C'est a dire, des bateaux marins et solides dans l'ensemble.

Caravane

Bavaria <= Oceanis <= Jeanneau == Hanse < Feeling (DI) < Wauquiez <= Halberg Rassy <= Alubat (DI en Alu) == Amel < ... < Swan.

Course-Croisière:

Jeanneau < Dufour == Elan < RM < Dehler <= Grand-Soleil == X-Yatchs < ... < black-pepper

J'omets les marques trop orientée régate du style "pogo/jpk/j" vu que tu parlais d'un voyage. Dans tes prix, je pense qu'en croisière tu peux trouver en 40-45ft des feeling ou des vieux centurions ou amel qui sont très très bien, mais c'est déjà juste juste et va falloir être au taquet quand y'en a un en bon état qui est en vente, au dessus ça monte très vite a 150k-200k€ même pour des unités de + de 25-30 ans, et en Course-Croisière, je pense qu'au dessus de Dufour/Elan (style dufour 44 perf) on est déjà presque hors budget (A voir il y a des vieux X a 100-110k€ mais faudra bien calculer le budget entretien).

Ensuite comme tu cherches un bateau de plus de 40ft pour 100k€, alors systématiquement il aura plus de 15 ans (sauf dans de l'entrée de gamme), et systématiquement tu peux compter dès le début 10 a 15k€ de gréement a refaire. Et si c'est un saildrive, parfois le joint d'embase (entre 5 a 10k€). Même si c'est en bon état, tu paiera une assurance dans le vent car un gréement dormant de 15 ans les assurances aimes pas des masses. Et aussi probablement les voiles qui ont de forte chance d'être des sacs tout jaune a refaire a neuf (3 a 6k€ la GV, et presque pareil pour Génois). ça serai une hérésie de mettre du sailonet sur un X, donc c'est a ajouter au budget et a déduire de possible aménagement de confort.

Par ailleurs quel seraient selon vous (si il y en a) les bateaux à éviter ?

Très subjectif, il n'y a pas vraiment de bateaux a éviter (dans les grandes séries du moins, dans les petit/moyen chantiers il y a de tout), seulement une bourse, des compétences de bricolages, un budget entretien et un programme. J'irai pas en Norvège avec un bavaria par exemple, et a l'inverse j'hésiterai a faire les caraïbes avec un X.

Ensuite pour la taille, faut savoir qu'en volume habitable un vieux 40-45 pieds, aura le même volume qu'un 38 récent. Du fait qu'avant on faisait des carènes très fines, alors qu'aujourd'hui on fait des carènes très larges. Si tu compares un océanis 38 des années 2015 a un X-445 de 1993, c'est presque équivalent en prix et en surface au sol avec 21 ans de différence. Donc si c'est uniquement le volume au mouillage que tu cherches, ne pas hésité a regarder plus petit en longueur, mais plus récent! Ensuite évidemment, plus c'est vieux et grand, plus il y a un risque de tombé sur les vieilles unités victimes d'osmoses, et ça c'est beaucoup de boulot.

Voila pour les moyennes et grandes séries classiques. Pour les petites séries, ou les bateaux d'architectes, je laisse ça aux collègues, car sinon il faudrait 50 pages.


30 sept. 202130 sept. 2021
0

Salut Jatim !

Tout d’abord un très grand merci pour ta réponse constructive et pour ton temps !!!

Par rapports aux « informations manquantes », je n’avais pas voulu faire trop long dans le premier message et me doutais bien quelles manqueraient.
Donc dans l’ordre :

Quel bassin(s) de nav ?
Ocean indien, mer des philippines, Pacifique sud dans un premier temps et probablement dans un second temps Atlantique sud et Caraibes

Tu préfères la vitesse ou le confort au mouillage ?
70% Confort mouillage / 30% vitesse

C'est pour faire 15 jours de nav d'un tirant, ou 3 jours de nav et 12 jours de mouillage ?
70% mouillage + divers petits trajets/ 25% Navigation, on essayera d’éviter les navs de plus de 3 ou 4 jours mais ce ne sera pas dérangeant à l’occasion si nécessaire

Mer chaude ou Mer froide ?
Mer Chaude !

Qui fait du bon cap avec une longue quille, ou qui dérape mais qui peut s'échouer sur la plage ?
Qui dérape et s’échoue de préférence mais la quille me tente bien aussi… Les avantages des deux me plaisent ! Je serai satisfait dans les deux cas !

Port souvent ou mouillage sauvage tout le temps ?
Dans l’idéal 80% mouillage sauvage et 20% port

Bref, c'est quoi ton idée de la croisière parfaite
Vivre simplement et doucement, surfer si possible (je surfe beaucoup),passer du temps sur l’eau et aller à terre pour visiter et profiter du voyage assez souvent !

As tu déjà une idées des marques qui te plaisent ?
Dans les recherches que j’ai effectué, j’étais pas mal attiré par les dufour et jeanneau (qui semblent être au bas de ton classement :) ), mais je ne suis pas fixé du tout sur une marque en particulier ! Par exemple, ce sun odyssey www.leboncoin.fr[...]036.htm est un bateau qui à beaucoup attiré mon attention et qui me plait... Et qui pourrait être atteignable avec un léger dépassement de budget si des négociations étaient possibles …

Je me rends compte avec ton message que le budget que je prévoie est peut-être un peu juste !? Il me serait possible de le dépasser car j'ai prévu assez (très) large en cas de coup dur cependant pense tu qu’il faille le faire et surtout qu'il y ait une grosse différence au niveau des bateaux accessibles pour un dépassement de budget raisonnable ? Autrement dit, y aurait-il des bateaux sensiblement mieux si j’augmentais mon budget de +/-30 000€ ?

Pour finir, par rapport à ce que tu dis sur les tailles et volumes des bateaux « anciens » et plus modernes, n’y a-t-il pas un avantage à prendre un bateau plus grand pour le coté navigation et sécurité ?
Pour reprendre ton exemple, un X-445 de sera-t-il plus sécurisant en mer qu’ un un océanis 38 des années 2015 ? Surtout par gros temps ?


01 oct. 2021
1

Salut,

Océan indien, mer des philippines, Pacifique sud dans un premier temps et probablement dans un second temps Atlantique sud et Caraibes

Dis donc c'est loin, t'es déjà sur place ? Car sinon ça fait une petite trotte :) Faudra déjà faire deux/trois aller retour en Corse avant de partir sur la mer rouge, l’océan indien et + loin! Prévoir la piraterie dans le golfe d'Aden, il doit y avoir des blogs qui explique quoi faire.

Donc avec ton programme, on cherchera donc plutôt une unité de grande croisière quand même solide, avec un cockpit très ouvert pour avoir beaucoup de place au mouillage, donc le plus large possible. Pas trop besoin d'isolation, de chauffage, de cuisine en U etc.

Donc les jeanneau/dufour moderne etc sont tout indiqués. Mais faudra quand même que t'ai du budget pour les réparations surtout si tu pars aussi loin. Il y a aussi les feeling qui ont des dériveurs intégraux avec une excellente réputation, facilement identifiable avec leurs lignes jaunes et noires et les petits écussons, mais il n'y en a presque plus en vente en ce moment, peut être cet hiver! J'ai longtemps hésité avec un feeling DI, pour ma part.

L'unité de le bon coin, a l'air très bien si c'est dans ton budget. ça m'a l'air juste juste quand même car ce qui coute le plus chère dans la voile c'est surtout l'entretien, donc si tes ras la gueule a 130k€ t'as vraiment peu de marge. Pour un programme qui inclus le pacifique, c'est short si le bateau est un peu fatigué (20 ans pour un jeanneau c'est plus une jeune demoiselle, surtout s'il a fait beaucoup de route, prévoir un peu de bricolage quand même). Après c'est un grand TE (+ de 2m) donc bon cap, mais pas d'échouage possible et attention aux patates de corail dans les lagons.

Le prix m'a quand même l'air un chouia élevé pour son age, il est bien équipé pour la croisière et est peut être en très bon état ce qui justifierai un peu. Peut être que c'est car le moteur a l'air jeune (Ou alors c'est pas le moteur d'origine, car 1k8h c'est peu au regard de l'age et de la méditerranée), Peut être que c'est une unité qui n'a pas fait beaucoup de route. Dans tout les cas, y'a 10k de gréement, et 5k de join d'embase a faire, c'est must-have si tu pars aussi loin. Aussi prévoir l'assurance qui risque de taper fort, te fait pas avoir avec les prix d'appels, assurer correctement son bateau c'est très cher. (mon 38ft, c'est 1k6e a l'année, programme côtier Bretagne sans transat, donc imagine 42+ft golfe d'Aden/indien/pacifique).

j’étais pas mal attiré par les dufour et jeanneau qui semblent être au bas de ton classement

Le classement est surtout pour le prix des unités neuves et la qualité des finitions. les bavaria, océanis, jeanneau, dufour etc, sont des bateaux de très gros chantiers pour des bateaux accessible a la classe moyenne, donc on optimise les coûts, c'est surtout pour faire des programmes de croisières côtières et grandes croisières dans les mers relativement calmes et chaudes, très large et optimisés pour le mouillage avec beaucoup de confort électrique, mais avec une structure toute plastique et pas super "coffre-fort".

Les Amel, Alubat, Hallberg Rassy sont plutôt pour des gens qui ont une bourse un peu, voir beaucoup plus grande pour un programme plus large avec beaucoup de mer, dans des mers généralement plus froide et le volume de construction des unités est plus faible qu'un gros groupe, mais forcément ils sont plus réputés, plus solides, avec une structure plus généreuse et plus marins sur le long terme.

Par exemple, Alubat, fait des dériveurs d'aventures tellement réputés pour leurs qualités marines et leurs solidités que ce sont presque les seuls bateaux qui prennent de la valeur! Avec un ovni 365, tu va littéralement partout, au nord, au sud, et plus loin encore, et si jamais tu a fait toute les mers, tu commences les rivières, après faut avoir le portefeuille...

Pour finir, par rapport à ce que tu dis sur les tailles et volumes des bateaux « anciens » et plus modernes, n’y a-t-il pas un avantage à prendre un bateau plus grand pour le coté navigation et sécurité ?

Oui et non, pour la navigation, il faut prendre en compte que plus c'est gros.. bah plus c'est gros.. les winchs sont plus gros, les voiles plus grandes, les tensions plus grandes, la bôme plus lourde et plus grande. Le bateau est plus lourd et il faut plus de puissance. Le génois d'un 45 pieds qui se gonfle d'un coup, on va dire que c'est pas comme sur un 35 pieds... Donc c'est tout de suite plus d'effort, d'inertie, de bruits etc. ça pardonne aussi moins quand on fait une erreur. ça peut être beaucoup plus anxiogène qu'un plus petit navire.

Pour la sécurité, ou plutôt "le sentiment de sécurité" (car l'accident le plus fréquent étant la chute plutot qu'autre chose) je pense que la taille n'est pas vraiment un facteur déterminant, mais plutôt la forme du cockpit. Un cockpit ouvert a l'arrière est plus anxiogène qu'un cockpit très enclavé. Plus tu sera proche de l'eau quand celle-ci sera agitée, plus ça sera anxiogène. C'est une des raisons de pourquoi les IMOCA modernes n'ont plus de cockpit a l'extérieur, c'est pour mitiger l'anxiété et le froid qu'éprouve un skipper dans les 40eme rugissants.

Par exemple, les Hallberg Rassy, avec un cockpit très enclavé (aussi appelé cockpit central), sont réputés pour être extrêmement sécurisant, et très adaptés pour les grosses mers et gros temps. Sans oublier les Amel avec une timonerie qui avalent des milles peut importe l'état de la mer. A l'inverse il y avait des discussions voila quelques années sur la sécurité dans les toutes nouvelles unités, style RM 1180, qui sont très très ouvert a l'arrière (deux filières derrière la barre et basta, donc une lame qui passe au dessus du franc bord et bye bye).

Ensuite, en termes de facilités des manœuvre au moteur, c'est inversement proportionnel a la taille du bateau, du poids, de la puissance du moteur, et de la présence ou non d'un propulseur d'étrave. Les manœuvres de ports, les appareillages et accostages sont pour les débutants, généralement les manœuvres les plus anxiogènes. Et de l'avis d'un coach plaisance, 70% de son activité est pour les manœuvres de ports. Donc je vais pas te mentir, les manœuvres au moteur c'est beaucoup plus compliqués sur un 12m50, que sur un 11m, qui sont déjà beaucoup plus compliqué que sur un 9m.. etc. Un voilier de 12 tonnes par 20nds de travers, c'est beaucoup moins maniable qu'un zodiac quoi...

Aussi, il ne faut pas oublier que beaucoup de 40ft et + ont sensiblement la même surface de "vie" qu'un 37-38ft, du fait de l'ajout presque systématique d'une deuxième salle de bain. Je n'ai jamais vraiment compris pourquoi sur des bateaux fait pour accueillir entre 4 a 6 personnes il y avait 2 sanitaires et 2 douches. On prends très rarement des douches sur un bateau, donc quelle perte de place! (Il y a rarement assez d'eau douce en navigation, et pas assez d'eau chaude une fois au port, sauf pour un couple très économe). Enfin je sais que c'est un argument marketing pour les dames, mais quand même...

Pour reprendre ton exemple, un X-445 de sera-t-il plus sécurisant en mer qu’ un un océanis 38 des années 2015 ? Surtout par gros temps ?

Alors, j'ai un avis complètement biaisé sur les X, car je suis propriétaire d'un X de 38ft des années 2000 (j'ai le même age que toi, mais j'ai un programme plus breton :p). Et je pense qu'on parle de marque qui ne sont pas dans la même catégorie que ça soit de prix, ou de finitions. Pour donner une idée Un Xc45 neuf avec les options, c'est entre 750 et 850k€, un Océanis 38.1 neuf avec les options c'est plutôt au alentour de 150-190k€ (un océanis 46.1 sera au alentour de 400-430k€ pour comparaison). Pour une métaphore rapide, on compare une Berline Audi avec une Renault de voyage. Est-ce que les Renault font plus de sortie de route ou sont moins confortables ? J'en doute, je dirai même l'inverse.

Ensuite, je pense que c'est difficile de comparer un bateau de course-croisère du nord qui a + de 20 ans avec une caravane toute jeune. Mais on peu quand même essayer.

Les anciens (et nouveaux) X sont réputés pour être sur-toilé avec des très gros rapport de lest. Pour la comparaison, mon 38ft c'est 3t de quille pour ~6.5t lège et 94m² de toile (34m² GV, et 62m² genois), alors qu'un oceanis 38.1 2021, c'est ~6.9t lège pour 1.7t de quille et 63m² (33m² gv, 30m² génois). ça implique une surpuissance dès 15-20nds de vent, et ça impose de réduire la toile beaucoup plus tôt sinon c'est très inconfortable, alors que l'Oceanis sera plus stable avec moins de toile. La bome sera aussi très lourde, et très dangereuse en vent arrière, sur l'océanis elle est plus légère et en hauteur, donc quand ça souffle c'est avantage pour le benetau! L'intérieur est aussi plus adéquat pour une mer agité, avec des grosses mains courantes partout, des meubles en bois massif solide, une grosse table a carte dans le sens de la marche, et une cuisine en U beaucoup plus agréable quand ça bouge un peu.

Donc entre un X de 25-30 ans, et un océanis de 6 ans, je dirai que l'océanis est beaucoup beaucoup plus confortable au mouillage. Cependant, je dirai 1-1 en mer un peu agité. et 2-1 pour X dans les très gros coup de vent (Il y a une énorme structure en acier unique a X qui reprends tout les efforts de la quille et du mat, ça rassure pas mal pendant les coups de vents). Les X ont aussi, même sur les unités modernes un cockpit très enclavés, alors que oceanis adopte les cockpits de plus en plus ouverts, donc dans beaucoup de mer c'est un peu moins sécurisant. Donc pour la Norvège un X-45 sera plus adapté, mais pour les doigts de pied en éventail a madère, l'Océanis, même plus petit sera beaucoup plus agréable a vivre.
Si on parle en terme d'égo en arrivant au port, c'est X :D

Le mieux pour choisir son bateau, c'est les visites! Faire le salon nautique pour voir les unités neuves et les salons de l'occasion pour en voir plein. Plein. plein. Dans un salon de l'occasion, tu peux te faire 25 unités de toute les tailles et tout les ages dans la même journée. Après tu connais les différentes archis, les odeurs d'un bateau sain, l'état général quand c'est bien ou pas bien fait, ça permet aussi d'avoir une idée de ce qui te plais, des différentes qualités de finitions, des bois, et aussi d'avoir une idée plus nette sur les prix du marchés et l'équipement, car y'a tout les prix, pour toute les longueurs, tout les états et tout les ages.

Et surtout le plus gros conseil, c'est faire absolument ses stages, et louer un 9m, puis un 11m, puis 12m etc etc Faire des ronds de plus en plus loin. Si t'es en med, faire une semaine ou deux le long de la cote, puis direction la corse en prévoyant bien la météo. Ne surtout pas bruler les étapes, en particulier sur la taille, sinon c'est la franchise ou l'accident grave.

Pour la petite histoire, il y avais un dufour 44 en parfait état en vente dans un salon en bretagne voila quelques années, c'était un couple belge qui avais eu un objectif TDM, "on part a l'aventure", rêves des caraïbes, relativement classique. Avec 0 expérience en voile, ils avaient juste fait un ou deux petits stages. Le vendeur dufour leurs vends un gros voilier tout options (au dessus de 38ft on commence a parler de gros bateau surtout en Bretagne ou la moyenne est plus a 33-35). 1ere sortie et prise en main tout va bien, 2eme sortie tout va bien, 3eme sortie ils ont pris 30-40 nœuds, ils ont paniqués, car incapable de gérer le bateau qui devais se vautrer sur la tranche dans chaque risée. Le safran ne devais plus accrochés avec la bome qui balais le cockpit. Ils ne devaient pas savoir réduire la voilure, ou autre, bref, l'anxiété a fait son job, et ils ont paniqués.
Donc appel snsm, hélico, plongeur, et remorquage, très très grosse frayeur pour le jeune couple.. Voilier sorti 3 fois, littéralement neuf, en vente au salon le mois d'après.. Et des mois de fantasmes d'une vie de rêve a la poubelle.

Morale de l'histoire ? ne jamais, jamais, jamais bruler les étapes. On fait les stages, jusqu’à se sentir a très a l'aise, puis 9m dans 10nds, puis 10m dans 10nds puis 11m dans 20nds etc.

tips: D'ici quelques années quand tu visitera des occasions, souviens toi de l'adage: "Un bateau sain, est un bateau qui ne sent rien", ça ne doit ni sentir le gazole, ni le renfermé/moisi, ni la lasure/verni, rien de rien, au pire une odeur discrète de bois sec, au mieux rien du tout, comme un appart propre. et si tu trouves des araignées c'est une très bonne nouvelle, elles adorent les environnements secs et un bateau sec c'est toujours une très bonne nouvelle.

Petit tips: faire attention aux voiles sur les annonces, certains propriétaire remplace les voiles par du low cost pour accélérer les ventes, donc voile "neuve" sur une annonce c'est pas tout le temps une bonne nouvelle. (Sauf si c'est du north, mais c'est rare). Parfois mieux vaux avoir les "voiles d'origines" en prévoyant le budget voile dès le debut, faire une saison de rodage pour apprendre son nouveau bateau, puis refaire les 2 voiles pendant le premier hiver.

Petit tips 2: Si tu va au salon nautique dis toujours que tu as un bateau, invente toi une histoire crédible, et que tu cherches a changer pour du X raisons, tu aura plus souvent le droit a une visité guidé :) Sinon ils ne le font pas toujours si tu est juste en mode "touriste", il y a beaucoup trop de monde pour faire visiter et j'imagine que post-covid ça sera pire avec tout le monde qui cherche un peu d'évasion.


04 oct. 2021
0

Salut Jatim, encore une fois merci pour ton aide précieuse et pour ton temps !!!

Des conseils avisés comme les tiens ça n’a pas de prix !

Non je ne suis pas sur place mais les mers et océans dont je parlais sont des objectifs de long terme et il y aura beaucoup de navs plus proches avant de me lancer !

Tu me conseilles d’effectuer des stages et des formations/locations pour commencer, si je comprends bien, selon toi, il est donc aberrant d’investir rapidement dans mon voilier de voyage ?

De mon point de vue, cela aurait pu me permettre de faire une partie de ma formation dessus (accompagné) et d’y travailler moi-même en ayant le temps, mais je me trompe peut être en ayant ce raisonnement !

Quel était le modèle de Feeling avec lequel tu as hésité ? Et que penses-tu de celui-ci ? www.leboncoin.fr[...]951.htm

A bientôt !


Ness:Les conseils de Jatim sont sages et éclairés.Toutefois, je peux comprendre qu'à 29 ans tu aies envie de réaliser ton rêve rapidement et ne pas attendre ces stages avant de choisir, acheter ton bateau et partir.Lance-toi dans cette formation et prends ton mal en patience. Outre l'amélioration de tes capacités, cela te permettra de te faire une idée plus précise du type de bateau qui te convient (surtout si tu comptes naviguer en partie seul).·le 06 oct. 13:18
04 oct. 202104 oct. 2021
0

Bonjour,
Ton projet m'interpelle car, étant dans la vie active, une des seules façons d'élargir son bassin de navigation est d'accepter de laisser son bateau +/- au point le plus loin atteint, revenir au boulot et reprendre le bateau quelques mois après à l'endroit on l'a laisser pour continuer son voyage un coup plus loin.
Cela a toujours été mon but mais je l'ai jamais fait (sauf à petite échelle en été) pour diverses raisons.

1/ Logistique lourde.
Ca parrait idiot mais on va au bateau en général en voiture. Il y a toujours des trucs volumineux à amener. Ensuite on laisse sa voiture et il est difficilement imaginable à quel point simplement récupérer une voiture dans un port prends un temps infini. Les transports publics sont "calibrés' pour connecter les grands centres urbains, dès qu'on les quitte ils deviennent incroyablement inéfficaces et lents. Je me souviens ainsi avoir marché 12 km à pieds pour récupérer ma voiture dans un port aux pays-bas après avoir cherché un taxi dans une petite ville de province sans transport publique car trop tard/jour férié ou autre. Cet été j'ai du à deux reprises louer une voitures à grands frais pour récupérer ma voiture laissée au port de départ. Deux journées de perdue cet été rien qu'en logistique "récupération voiture".
Cela peut sembler un point de détails et on peut toujours se faire amener au bateau par des connaissances etc mais toujours est-il qu'on va et vient à un bateau quasi toujours avec des trucs lourds et/ou encombrants qui s'accommodent souvent assez mal des voyages en transports publics.

2/ état du bateau.
Les bateaux qui selon mon expérience pouvaient faire une nav. bien robustes de plusieurs semaines ou mois et ensuite être laissés +/- sans soins nécessaires pour revenir bosser chez soit étaient soit hyper fiabilisé/simplifié/préparés (ce qui demande beaucoup de préparation préalable/temps/aptitudes/investissement) ou bateau haut de gamme particulièrement robustes et totalement fiable "dans l'état" (neuf) type Hallberg Rassy. Les bateaux généralistes neufs (Jeannau, béneteau, bavaria, Hanse etc. neuf) auront besoin d'une bonne période de "fiabilisation" avant de pouvoir prétendre à ce type de longue navigation et être ensuite retirer la clef de contact sans réparations de petits bobos divers difficiles à faire réaliser à distance par une chantier qu'on ne connais pas. Si bateau de marque généraliste et en plus d'occasion le budget de préparation et rénovation et aussi le temps nécessaire sera assez considérable.

Donc voila, si tu achètes une "bonne occasion" d'un constructeur généraliste, la fin de saison s'accompagnera toujours de petites pannes, petits trucs qui merdouilleront un peu et il est à mon avis illusoire de s'imaginer que tu pourras par exemple faire un nav. Le Havre/Lisbonne, le mettre sur bers à Lisbonne. Retourner bosser 6 mois et continuer après. Tu arriveras à Lisbonne, tu le feras mettre sur bers sans problèmes, tu signaleras au chantier local les petits soucis, et quand tu reviendras 6 mois plus tard pour continuer ton périples, soit ils auront perdu de vue ta liste de "petits soucis", soit on aura commencé mais pas terminé, soit ils auront pas totalement compris ce que tu veux et attendront ta visite pour clarifier etc.

Donc la façon de remédier à cela 1/ avoir un bateau hyper fiabilisé ou 2/ avoir un Hallberg Rassy neuf ou équivalent (250K EUR au petit minimum ?) ou 3/ employer un type qui fera rien d'autre que s'occuper de ton bateau (on en voit pas mal comme ça sur les bateau de + de 16m en Med.). Budget ? 1200 EUR par mois...??)
My two cents...bon courage.


06 oct. 2021
1

Bonjour,
Il y a Benoit Ozon (le frère jumeau d'Alexandre), qui fait cela. Il gère un bistrot/restau à Courchevel une partie de l'année et navigue le reste du temps. Il a réalisé un TDM en plusieurs étapes (Voiles & Voiliers n° 528), et veut maintenant poser son voilier dans le Pacifique entre deux saisons.
@+
JLG


Dimitri555:Merci ! je vais me commander ce numéro de voile et voiliers !!! :)·le 06 oct. 20:47
06 oct. 2021
0

Salut,

Tu me conseilles d’effectuer des stages et des formations/locations pour commencer, si je comprends bien, selon toi, il est donc aberrant d’investir rapidement dans mon voilier de voyage ?

C'est absolument pas aberrant. Faire ses stages et avoir un projet d'achat c'est tout a fait normal. Vouloir éviter la case stage est aussi tout a fait normal aussi :). J'ai visité mes premiers bateaux avant mes stages. Visiter des bateaux, ça m'avais aussi mis devant une réalité: j'avais beau lire la bible des glénans, j'y connaissais pas grand chose.

Personnellement voici mon parcours et background entre le moment ou j'ai décidé d'acheter un bateau, et la réception des clefs du miens, si ça peut t'aider a établir un planning ou a prendre le cheval par le bon bout:

Mon background:

  • Beaucoup de voile légère de mes 10 a 15 ans (3 a 6 semaines de voile par an dans l'école de voile de kerguelen a l'armor plage), puis permis moteur a 16 ans tout pile. Suivi de beaucoup de navigation en Zodiac 50cv puis 90cv avec ma famille.

  • Une croisière vers mes 20 ans avec un ami de la famille pendant 2 jours a Guernesey

  • Petite navs en Nouvelle-Zelande sur des voiliers touristiques (excursion quoi), puis quelques visites/excusions en voilier a Nouméa. (J'ai finis mes études dans le pacifique pendant 1 an). Après mon retour en France, j'ai commencé a avoir envi d'un voilier a la fin de mon stage de fin d'étude.

Donc après un été a regarder des annonces sans rien y comprendre, j'ai fait quelques visites:

  • Octobre: Milles sabords du Crouesty ou j'ai visité sur 2 jours littéralement toutes les unités, vraiment toute, tout les pros, tout les particuliers.. tout. En mendiant (et mentant un peu :p) pour une visite détaillée a chaque fois. Établir les budgets d'entretiens. Voir les voileries. Bref, tout le tour de la plaisance d'occasions, des differentes marques, et des tarifs d'entretiens.

  • Décembre: Salon nautique de Paris, où j'ai tout visité aussi (sauf les cata et les yatchs a 2m€), pour avoir une idée des unités neuves, leurs prix, tailles etc. Grosse mention pour le RM970 qui est décidément très beau et venait de gagner le "bateau de l'année" (Je trouve qu'en terme de design extérieur Lombard est vraiment au dessus des autres archi, dommage que fora marine soit en très grande difficulté). J'ai aussi visité les stands des différentes assurances, des accastilleurs, et des écoles de voile (puis y'avais des conférences avec des skippers connus).

Après le nautique j'ai fait 2 stages (chez Macif avec les promos du salon nautique) et une loc:

  • 5 jours de stage habitable de cannes a menton et retour (fin décembre, pétole sur 3 jours, et 2 jours de 25kts)

  • 12 jours de stage habitable de La Rochelle a la Trinité et retour (mi-février, gros temps toute la semaine avec du F5-F6(-F7?) et nav de nuits)

  • Ensuite en Avril de la même année, j'ai loué un voilier de 9m a la Trinité pour 4 jours de Nav en dormant a Belle-Ile puis Groix avec mon père qui connaissait un peu la voile (puis j'avais déjà fait ce parcours pendant le stage en Bretagne donc je "savais ou j'allais") et les conditions étaient simples: 8-14 noeuds de vent et faible coef. J'ai longuement hésité a refaire une loc, mais ça c'était vraiment bien passé et j'ai tout de suite poursuivi mon projet d'achat (avec le recul j'aurai peut être du refaire une petite semaine, ça m'aurai permis d'aller plus vite et plus loin rapidement).

Dès fin Avril après la Loc, je savais un peu mieux ce que je voulais: inférieur a 40ft (pour pas avoir 2 salles de bain dont une inutile et des manœuvres de ports compliqués), rapide et marin, pas trop trop exigeant sur le confort au mouillage pour des weekend prolongés, pour éventuellement faire des petites régates du samedi mais pas trop "grande croisière dans les alizées" car j'ai tout simplement pas le temps (7 semaines de congés)... Donc j'ai fait toute les démarches pour l'argent, et j'ai commencé les visites mi-juin, des unités qui me plaisait, j'ai visité des Feeling 36 DI, des X ainsi que quelques First. J'ai trouvé le bon, et fin Aout je signais le compromis de vente.

J'ai reçu les clefs 2 mois après, le jour du Mille sabord. Donc il y a eu exactement 1 an, entre le moment ou j'ai visité mon premier voilier avec mon projet d'achat et la réception des clefs du mien. Et en gros ~8 mois entre mon premier vrai stage et l'achat, donc ça va relativement vite quand on connais son budget, qu'on sait ce qu'on cherche !

Ensuite, en montant sur mon bateau le jour J, j'ai eu une prise de conscience, que j'étais vraiment trop juste en manœuvre de port, en particulier sur un 11m50 sans propulseur d'étrave avec "seulement" un 25cv, et que jamais j'arriverai a sortir de la darse sans causer une catastrophe. En plus c'était en plein pendant milles sabords avec des milliers de touristes qui se balade sur les pontons et un gros traffic, donc très anxiogène tout ça. Je faisait clairement pas le malin. J'ai donc fait tout les stands en demandant s'il n'y avais pas un skipper pro dispo pour l'aprem. Complètement a l'arrache!! Et coup de chance oui! Donc Julie (nautic-on-demand (un peu de pub pour elle)) est venu 30 minutes après et est rester avec moi pendant 2 jours a bord pour coaching sur les manœuvres de port et un rapide tour dans la baie pour prendre en main le bateau. J'ai refait appel a elle, pour 3 jours d'encadrement avec ma famille très débutante. Bref, je la recommande les yeux absolument fermés, ça m'a vraiment permis de me familiariser avec mon moteur et mon bateau. Avoir un pro a bord au début, même s'il ne participe pas beaucoup et répète la même chose qu'en stage, ça a fait toute la différence.

J'ai aussi fait une sortie sur une demi-journée avec l'ancien proprio quelques semaines après pour avoir des petits conseils supplémentaire, chose que je recommande pas forcément, je pense qu'il n'avait pas percuté que c'était plus son voilier, et donc j'ai pas tellement apprécié ses réflexions négatives sur les petits changements que j'avais commencé a faire (et mis beaucoup de temps a faire en plus).

Donc si on récapitule, j'ai fait un peu de voile légère et de moteur avant, puis 5 jours en med, 12 jours en Bretagne, achat du boat, et 2 jours de prise en main "moteur", avec un coach (+3 jours de mini-stage avec ma famille). En termes de coût (avec billet de train + essence + bouffe) + coaching j'ai du en avoir pour maximum 2200-2300€ de formation (sans compter les vêtements techniques). C'est peu par rapport a casser son bateau dès la première sortie :D. T'ajoutes a ça beaucoup de lecture de bouquin de voile. Et depuis lors, je suis complètement autonome sur un voilier sur-puissant (littéralement), en poussant toujours plus loin en distance et puissance de vent, hiver comme été. Et ça doit faire 4 ans que je l'ai.

Quel était le modèle de Feeling avec lequel tu as hésité ?

Alors c'était surtout le feeling 36 DI, je l'aimais beaucoup, belle ligne avec ses 2 hublots design sur le roof, très lumineux, très beau volume et une énorme soute a l'arrière dans les sanitaires (vraiment énorme on pouvais être 3 adultes dedans), mais il avait une faible hauteur sous barrot dans la cabine avant (je ne fait "que" 1m75 et ça passait trop juste, quelqu'un d'un peu plus grand et ça passait plus du tout). Et comme c'est un DI, il y a la dérive qui prends un peu de place dans le carré. Mais j'ai longuement hésité, car les feeling sont réputés très solide, et un DI avec 0.75 de TE, c'est une promesse d'aller partout, rivières incluses !

Tu peux regarder des commentaires de proprio la: bateau.ouest-atlantis.com[...]36.html je pense que tout le monde s’accorderait a dire que mon hésitation entre un X de 38ft et un Feeling 36 DI était 100% justifiée.

Malheureusement forte de son succès impossible de trouver une unité comme celle la a l'achat en ce moment, peut être plus tard cet hiver après les salons et les nouveaux projets (les feeling 36 que j'avais visité était tous en configuration 2 cabines + soute arrière et entre 80 et 100k€ a l'époque (y'a 5-6 ans) ça te donne une idée si tu veux prendre un 40ft et + du même age (2005-2010)).

Et que penses-tu de celui-ci ?

On voit bien que les feeling sont déjà plus orientés pour faire du hauturier que les jeanneau/beneteau, avec cockpit sécurisé, échelle de mat, intérieur bois massif, cuisine en U (c'est vraiment sympa a la gite, tu met au milieu et tu bouges plus, sinon il faut s'attacher et c'est chiant). Bref, l'unité que tu a trouvé est vraiment sympa pour faire de la route, et partir loin longtemps (et presque partout). Après ça reste un bateau des années 90, de plus de 30 ans, ça a des avantages et des inconvénients (avantage sur le prix et la taille a l'achat, la qualité de l'accastillage, et inconvénient au niveau de l'entretien vu que tout ce qui n'a pas été changé récemment a plus de 30 ans, et attention a l'osmose dans les années 80 c'était la mauvaise période et on en est pas si loin). Les voiles de 2007 ça fait des voiles de 14 ans, c'est vieux, donc prévoir 3 a 5k a remettre en plus si tu veux du confort et du cap. Pour le reste l’électronique a 20 ans, c'est pas très grave, sauf si tu aimes les nouveaux traceurs, sinon il faudra bien regarder les protocoles de communications car tout n'est pas compatible comme aujourd'hui avec le NMEA2000. Et l'ordinateur a base de raspberry c'est du fait maison, ça peut être très bien fait, ou pas du tout. Le bon point c'est que le gréement a été changé, donc pas trop de gros travaux a prévoir dès le début. Donc bonne unité, et on est bien dans le budget.

Reste a savoir quel est ton niveau en bricolage, car il y aura des pièces ci et la à changer, il est plus vieux que moi le bateau ;) Donc j'en pense pas grand chose. Faudrait le voir en vrai, si le bateau est en bon état et sain, ou si c'est juste les photos qui sont très bien faites. Cependant, si je devais vraiment choisir entre celui la, et le sun odyssée pour un programme très long avec des transat ou trans-indien et pacifique je prendrais le feeling, c'est plus réputé, plus marin et plus solide, au détriment du confort au mouillage. Cependant, si c'était juste pour faire une transat et les caraïbes, ou le tour de la med, je prendrais le sun.

Je n'en avais pas parlé, mais la literie sur un bateau ça coute un bras, et ça vieilli mal, donc si les mousses des cabines sont mortes ou moisies, ils faut prévoir de les changer aussi. Perso j'ai acheter 2 matelas Ikea que j'ai décousu, et couper la mousse a la machette avec la bonne forme puis recousu. Après j'ai posé un sommier, sinon ça prenais l'humidité en dessous.

Après, pour avoir visité quand même pas mal de bateau, tu peux avoir des superbes photos et des vrais poubelles quand t'arrives sur place, ou l'inverse. Je me souviens d'un bateau avec des photos magnifiques, et j'avais fait 4h de route pour le voir, il était en très mauvais état pour le même prix que les autres, dégueulasse de partout, corrosion a gogo et ça schlinguais le moisi, une grosse perte de temps. La proprio m'avais dis "je vends au prix du marché", alors qu'elle était clairement 25-30% trop chère vu l'état général du machin...

Le mien avait des photos floues et vraiment pas fameuse, une annonce qui tenais en 3 lignes, et un très très rapide résumé de l'équipement, pourtant le bateau était en excellent état et très propre, et a pars le gréement et les lampes a convertir en led, et les mousses des cabines HS, RAS. Par contre j'ai quand même dû changer les roulements de la mèche du safran 2 ans après qui s'étaient fendus, il a fallut casser toute la colonne et la refaire en epoxy (j'en avais eu pour 4k€, je sais pas faire ça tout seul). Donc même sur un bateau en excellent état apparent, il y a des mauvaises surprises.

Donc conclusion, on regarde les photos pour les volumes, la configuration, la couleur, mais on visite pour se faire une vrai idée. Sinon c'est que du fantasme.

De mon point de vue, cela aurait pu me permettre de faire une partie de ma formation dessus (accompagné) et d’y travailler moi-même en ayant le temps, mais je me trompe peut être en ayant ce raisonnement !

Pas du tout, tout les parcours sont bons, tant qu'a la fin tu maitrises les bases. Que ça soit avec un club, un pote ou une école. Il n'y a pas de permis pour la voile, tu fais ce que tu veux. Tu peux par exemple acheter un bateau, puis prendre un coach pour une formation individuelle dessus, si tu as 4 potes pour partager les frais, ça fera pas beaucoup plus cher qu'un stage, et ça sera plus individualisé et tu t'entrainera sur ton bassin de nav avec ton matos. Je ne pense pas que ça soit la voie "royale", mais pourquoi pas ?. Il faudrait contacter un skipper pro, mais je ne me fait pas de doute, ils sont toujours a la recherche de taff !. Par contre, pour ce qui est d'apprendre dans les livres au début, je pense que c'est bien de faire plutôt l'inverse, apprendre d'abord avec un pro, et ensuite peaufiner des choses avec les livres, sinon c'est trop abstrait avec un vocabulaire qu'on connais pas (ou mal).

Il ne faut pas voir les stages dans les écoles comme une contrainte a faire avant l'achat, au contraire, on apprend tellement des autres et leurs erreurs, ça va 10 fois plus vite. J'apprends plus vite quand je vois quelqu'un qui se plante, plutôt que quand c'est moi (du style: maintenant je sais ce qu'il ne faut absolument pas faire). Et ça permet aussi de se situer, entre celui qui dis qu'il sait absolument tout et fait que des erreurs, et celui qui hésite pour tout et pose plein de question, mais qui a la fin ne fait que très peu d'erreurs. Et comme la voile c'est aussi de l'entretient, les skippers ont toujours des bons conseils pour l'entretien général. Il y a aussi les règles de sécurité que tu n'apprendra jamais tout seul (typiquement les chapitres sécu dans la bible des glénans je ne l'ai ai jamais lu). Une manoeuvre d'homme a la mer en voilier de 40ft ça s'apprend vraiment pas dans les livres. Et puis, skipper son bateau sans jamais avoir fait parti d'un équipage dans sa vie, ça n'a pas vraiment sens n'est-ce pas ? :)

Je reste donc dubitatif sur l'achat d'un voilier avant une quelconque formation, surtout si on débute vraiment, car si au début de ma passion je regardais beaucoup les 40-45ft et + de 40-50 ans (au début je voulais un gros vieux bateau :p), après mes stages c'était plus clair, je voulais un voilier de moins de 15 ans et de moins de 40ft d'une marque plus réputé, taillé pour la vitesse, et j'ai littéralement doublé mon budget initial, et je regrette absolument pas une seconde.


06 oct. 2021
0

Salut Pierre3 et merci pour ta contribution !!

Tu as raison de soulever ce point et il faudra effectivement que je travaille à l’avance pour avoir un bateau au maximum fiabilisé pour pouvoir passer d’étapes en étapes sans ennuis techniques ! (il est pour le moment évident que je ne partirai pas sur un bateau neuf)

Pour ce qui est de la personne à « embaucher » ce sera probablement hors budget pour moi et je doute que ce soit possible pour un long voyage !?

Concernant la logistique, je n’y avait pas du tout pensé et il faudra trouver une solution pour les affaires que je ne laisserai pas dans le bateau !!!


06 oct. 2021
0

Jatim encore merci :) !

Ton parcours m’éclaire beaucoup et m’aide à quantifier grossièrement la charge de ‘’travail’’ pour l’apprentissage et pour la recherche du bateau !

Pour ce qui est de la formation il me parait évident qu’il faut que je m’y mette au plus vite et je suis 100% d’accord avec vos conseils a tous pour temporiser et faire les choses dans l’ordre !

J’ai commencé à lire les Glénans depuis quelques temps mais il est vrai que par moment c’est un peu du chinois sans pratique en parallèle !

J’ai pris contact aujourd’hui avec une école de voile et croisière de ma ville (Capbreton) et je vais probablement commencer une formation d’ici la fin du mois !

Auriez-vous des écoles/clubs à me conseiller ? Si c’est dans ma « zone » ça m’arrange mais je peux me déplacer sans problème !
Par qui était tu passé Jatim ? Et comment ça s’était passé ?

J’ai aussi vu que le Milles sabords du Crouesty aurait lieu le 31/10 et je vais essayer de m’y rendre ! (mais je ne suis pas sûr à 100% car WE peut être complique avec le boulot) et j’irai au salon nautique en décembre ! (copier coller de Jatim, si ca à marché pour toi … XD )

Encore une fois un grand merci ! Ma motivation ne cesse de grandir grâce à vous !


07 oct. 2021
0

Salut,

J’ai commencé à lire les Glénans depuis quelques temps mais il est vrai que par moment c’est un peu du chinois sans pratique en parallèle !

J'imagine bien, comprendre ce que ça veux dire de choquer le chariot de GV pour augmenter le vrillage de la chute, en lisant un livre ça doit être dur :) Mais une fois que tout le vocabulaire est clair dans la tête, c'est déjà beaucoup plus facile. Surtout que quand on a la situation sous les yeux c'est tout de suite évident, le vent monte, la gite augmente, on vrille un peu la voile, on voit bien que ça dégueule le trop plein en haut, et on gite moins. Tu vois la manip une fois et c'est acquis. Pareil pour le hale-bas, une fois que ta vu que t'as bome remonte a chaque rafale pour vider le trop plein, tu sait que si tu reprends le hale-bas t'augmente la puissance.

Par qui était tu passé Jatim ? Et comment ça s’était passé ?

Je l'ai écris dans mon post, j'ai fait l'école de la Macif, qui est une assurance et aussi une école de voile. "Macif centre voile" pour être précis. Ce sont des stages avec un skipper pro, et en général un nombre de stagiaire entre 4 et 5. Ils ont beaucoup de départ a la Rochelle, sauf en janvier mois de maintenance des barques. Ils ont beaucoup de gros dufour 36, 40 et +.

L'école est plus centré sur la croisière et la moyenne d'age assez élevée j'avais 25 ans, et j'avais la moitié de l'age du plus jeune, donc c'est dire :) Mais les bateaux étaient très bien, et les deux skippers que j'ai eu étaient l'un très pédago et l'autre un peu moins, mais très rassurant dans les coups de vents donc ça m'a beaucoup aidé (j'avais beaucoup de mal avec les gros coups de gites au début, j'avais l'impression qu'on allait se retourner comme sur un dériveur). J'en garde un très très bon souvenir! y'avais beaucoup de pinard... (D'ailleurs le skipper m'avais avoué qu'il en pouvais plus, les stagiaires sont en congés ou a la retraite, et donc en mode "vacances" toujours a faire des apéros le soir, donc quand tu fait des stages a l'année tu picoles presque tout les soir!). Après je pense que ça dépends des équipages, quand le courant passe ou pas.

Auriez-vous des écoles/clubs à me conseiller ? Si c’est dans ma « zone » ça m’arrange mais je peux me déplacer sans problème !

Pour les écoles, je ne sait pas du tout dans ton coin, a l'époque j'avais pris completement au hazard, 2 stages ou il y restait des places, il n'y avais plus de places au glénans que je visais au début, et je voulais absolument en hiver en me disant que si j'étais opérationnel en hiver pendant les gros coup de vent, je serais encore plus opérationnel en été, je me suis arrangé pour le transport ensuite.

Pour les écoles il y a vraiment l'embarras du choix. Ils y a les "grosses" institutions, l'école des glénans, la macif, l'ucpa, et d'autres plus confidentielles: yakapartir etc.

Les glénans c'est une population plus jeune (nos ages 20-35 quoi), mais plus de stagiaires sur les bateaux (5 a 8 je crois, ça dépends du bateau), l'ambiance est plus fun et très "colo" et tout le monde serai d'accord pour dire qu'une flotte de glénans qui arrivent sur un mouillage et ça fait du bruit toute la nuit ;). Pour les bateaux il y a de tout, généralement fatigué vu le nombre de stagiaire et de sortie. C'est réputé pour être assez rustique comme école (sans lazy bag, sans enrouleur etc a l'ancienne), mais c'est aussi très réputé comme école et on entends souvent "j'ai fait les glénans", comme si on disait "j'ai fait polytech". Du coté de Lorient il y a souvent un RM1080 des glénans avec une peinture verte pomme dégueulasse, donc ils doivent aussi avoir de belles unités récentes (sauf celle la, récente oui, belle non). Les skippers sont des anciens élèves des glénans bénévoles donc jeune en général. En gros, t'as 5 "niveaux" voile, et après tu commences les stages de monitorat jusqu’à emmener un équipage de débutants. Donc je trouve que c'est parfait pour ceux qui adore l'ambiance de pouvoir faire de l'encadrement ensuite.

J'avais parlé a un stagiaire de l'UCPA et il en était très content aussi. Avec toujours la mentalité UCPA, donc faut que ça bouge (comme l'ucpa normale).

Yakapartir je connais pas du tout, je les vois beaucoup sur les salons, et très souvent au Crouesty, mais absolument aucune idée de leurs bateaux ou de ce qu'ils font. (Je viens de regarder sur leurs site ils proposent un stage de la rochelle -> le crouesty pour exposés au milles sabords, tu fait d'une pierre 2 coup ^^! Le stage + le salon)

Après t'as plein de "petite" école de voile, on croise plein de centre de ci, école de ça. J'imagine que dans chaque ports il y a des bateaux pour faire des stages. Beaucoup de skippers pro proposent des stages quand ils n'ont pas de boulot (ce qui arrive malheureusement souvent hors saisons). Un skipper voile en CDI y'en a pas des masses...

Si tu connais un peu la voile légère et que t'as déjà fait des excursions, ou des sorties avec papy ou des potes, tu peux direct commencer niveau 2 ou niveau 3 en fonction des écoles, car les initiations c'est vraiment le B.A-BA de la mer (puis au pire si tu te surclasse le moniteur s'adaptera a ton niveau et pas l'inverse).

Il faut aussi scruter les différentes écoles, quand il y a un désistement, ils font des promos d'enfers pour remplir le bateau avant le départ.

De toute façon, c'est comme quand t'apprends le ski, t'as des moniteurs géniaux et d'autres qui sont en vacances. C'est toujours un peu le casino. Donc je pense que l'école importe peu, le but c'est de faire le plus de route et de se manger des gamelles. Faire et refaire des manœuvres, jusqu’à ce que ça rentre, poser plein de question sur le fonctionnement, la météo, l'entretien, les réglages, être volontaire sur tout les postes, et après on améliore avec les bouquins pour être plus efficace.

J’ai pris contact aujourd’hui avec une école de voile et croisière de ma ville (Capbreton) et je vais probablement commencer une formation d’ici la fin du mois !

Parfais, tu va voir, c'est cool la voile, on est tout le temps trempés, on dors littéralement dans des duvets humides, avec des bleues partout, a se prendre des paquets de mer glacé dans la gueule, le tout en caillant dans les embruns, a vomir nos tripes si on a pas de chance. Dans un milieu qui essai de nous tuer a chaque instant. Et tout ça alors que ça impressionne même pas les filles... Et on fait tout ça, pour acheter notre propre bateau: 4 planches de bois sec, avec un trou au milieu, qu'on essai désespérément de boucher avec des billets de 100 balles.

Y'a pas a dire, c'est vraiment le pied!

Bon courage pour tes débuts !


07 oct. 2021
0

Salut, bienvenue au club,

Difficile d’ajouter quelque chose aux conseils quasi exhaustifs qui t’ont été offerts plus haut par des personnes tres qualifiées.
Je rappellerai juste qqs points de détails.
Pour voyager loin et longtemps, il faut que le bateau soit confortable, au mouillage et surtout en mer, et par mauvais temps; voyager loin peut être fatiguant, parfois très fatiguant: grâce à leur inertie, les bateaux lourds sont souvent plus confortables et permettent de mieux se reposer. Il faut se sentir en sécurité quand ça souffle fort dehors.
Le rapport lest/déplacement ne devrait pas être trop faible. Le gréement doit être dimensionné.
Enfin, il faut aimer son bateau, il doit correspondre à notre personnalité. On doit s’y sentir bien à la barre et à l’intérieur.

En fait, en écrivant ces qqs remarques, je pense à mon ami Jean Dumonet, ancien patron et chef du Restaurant Chez Josephine (rue du Cherche-midi à Paris), qui a passé sa vie dans la restauration et qui quittait immédiatement ses fourneaux dès qu’il pouvait embarquer sur un voilier. Il nous racontait ses transats avec des larmes de bonheur dans les yeux. Bien sûr, il cuisinait pour tout l’équipage et apportait à chaques voyages qqs bouteilles de sa cave - une des meilleurs de Paris à l’époque. Il paraît que personne ne voulait arriver à destination!

En pensant à Jean, cet excellent marin et excellent cuisinier, que tout le monde adorait et qui manque à ses amis, je te souhaite bon courage pour tes futurs navigations.


Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

dans le port de Pollenca aux Baléares

Après la pluie...

  • 4.5 (2)

dans le port de Pollenca aux Baléares

mars 2021