aide pour une nouvelle vie en bateau

Bonjour à tous, je me présente G-REM, 28 ans, artiste peintre, designer et novice complet en voile (hormis 2 ans de planche)

Au jour d'aujourd’hui je possède ma propre galerie de peinture à Dinard (en Bretagne) et je suis en train de m’en séparer pour me lancer dans une nouvelle aventure nautique :

Acheter un bateau, vivre dessus et aller aux quatre coins du monde à mon rythme et en solitaire
Chaque escale me permettra de rencontrer les populations locales, d’échanger avec elle mes œuvres contre un peu de vivres, de carburant, de services ou tout autre choses. En bref favoriser les échanges en limitant au maximum le paramètre de l’argent. (mais pas complètement, je ne suis pas utopiste)

Mais pour ce faire j’ai un gros défi à relever : apprendre la navigation le plus vite possible car je suis novice, mais heureusement débrouillard, bricoleur et j’apprends vite. A mes yeux la vie est une succession d’apprentissages, de défis qu’il faut réaliser pour se grandir psychiquement. Comme je suis très curieux, très ouvert et très solitaire. Je vois en cette aventure un challenge qui correspond parfaitement à l’équilibre de ma vie… sauf que je ne sais pas naviguer :(

Je recherche donc un/ou des marins qui voudraient bien me transmettre l’art et l’expérience de la navigation par n’importe quel temps afin que j’apprenne au plus vite le rudiment de la discipline.

Je suis disponible en semaine et certain week-end (ça dépend des ouvertures de ma galerie) mais en ce moment c’est l’hiver donc la saison calme et tant que la galerie n’est pas vendue j'y travaille certain weekend-end.

Pour info j’ai déjà mon idée sur le bateau de mes rêves : +- 33 pieds, échouable, capable de remonter les rivières, solide pour les mers froides
Mes premiers choix s’orientent alors soit vers un bi-quille acier soit vers un dériveur intégral acier

Pas de polyester à cause de l’osmose ;
Pas d’alu car on ne voit pas l’électrolyse se faire
Pas de bois, parce que c’est du bois ^^
Mais de l’acier oui, car quand ça rouille ça se voit tout de suite, c’est solide même dans les glaces et ça se répare facilement. Même si c’est lourd, ce n’est pas grave, j’ai tout mon temps ^^.

Peut-être que je me trompe et je serais ravis si vous pouviez m’orienter un peu dans mes choix.

J’espère trouver un écho à mes intentions maritimes
Je vous remercie d’avance
G-REM

PS : vous pouvez retrouver mon travail sur

www.g-rem.fr[...]/

L'équipage
12 jan. 2014
13 jan. 2014
0

merci Pierre

il est vrai que le projet de Laurent et le mien sont similaires en bien des points. En tout cas ça me conforte dans mes choix.

13 jan. 2014
0

perso je vendrais pas la galerie, ça ferait une petite (ou grosse) rente pendant le voyage et une sécurité en prévision du retour, précipité ou non. bon mais ça c'est la vie raisonnable... :heu:

13 jan. 2014
0

en effet garder ta galerie, avoir une rente?, partir avec tes pinceaux sur d'autres bateaux, continuer parfois le voyage sur terre afin de digérer la connaissance que tu auras car se mettre le "boulet" de proprio d'entrée c'est aussi te brider dans ta quête artistique?
la Voile s'apprend en "5mn", mais les travaux pratiques prennent des ans :topla:

13 jan. 2014
7

Avant de tout vendre je ne peut que te conseiller de naviguer un peu voir plus meme, nombreuses sont les histoires de personnes qui aiment (aimait) la mer et se sont pris un coup de tabac et on réaliser que c'était pas pour eux! tu a apparament une situation professionnel correct alors profite en pour multiplier les expériences et passé ce cap tu aura plus d'éléments en main pour savoir ce que tu veut faire...

13 jan. 201413 jan. 2014
2

Alors je suis désolé de vous décevoir avec vos stéréotypes bien nommés sur les galeries, mais non, une galerie (si jeune soit elle) n’est pas forcément un gage de rentes régulières. En effet je dois vendre mon « bébé » car financièrement ça ne le fait pas.

La galerie aura un an en avril et je me suis défoncé pour la faire connaitre, lui donner une notoriété, mais malheureusement la conjoncture actuelle a eu raison de mon portemonnaie et de celui de beaucoup de gens.

Quelques explications pour vous éclairer :

1/ De ce fait les gens ne peuvent / ne veulent plus acheter car l’art est un investissement plaisir et en ces temps difficile je conçois que l’on préfère dépenser dans des choses plus utiles et nécessaires

2/ Et puis il y a l’état : qui vole littéralement les jeunes entreprises, car même si on ne gagne rien on doit quand même payer des sommes astronomiques. Je ne dis pas qu’il ne faut rien lui donner, mais ces forfaits que vous devez donner à l’URSSAF et au RSI sont faits pour tuer le bébé dans l’œuf (dans ma situation). Mais on le sait tous, il faut être patient avant qu’une entreprise tourne, mais le gouvernement lui est aussi vénale qu’impatient, une belle absurdité pour les créateurs entrepreneurs.

3/ Et puis je l’avoue, il y a aussi mon inexpérience à tenir une entreprise, au début on tâtonne, on fait des erreurs, on n’est pas de suite rentable…

BILAN : garder la galerie = avoir de gros emmerdes

J’ai des rêves, des envies et de la détermination à revendre et comme je ne conçois pas vie de manière conventionnelle, traditionnelle ou stéréotypée. Je veux vivre ma vie idéale à moi ; avoir ma maison, l’emmener aux quatre coins du monde et avoir la terre entière comme terrain de jeu. Faire de la peinture, de la photo et rencontrer des gens de tous les horizons et échanger ensemble nos savoirs et connaissances.

La revente de la galerie est devenue inévitable et dans le fond c’est un soulagement personnel. Ma force c’est qu’elle a été refaite entièrement à neuve et que je vais me faire une belle plus-value sur la revente, ce qui contribuera à l’achat du bateau, son équipement et les cours de navigations poussés (une belle plus-value je vous dis)

C’est vrai c’est un projet fou et ambitieux, pour un novice, mais c’est un rêve réaliste ou la seul contrainte est l’apprentissage. Mais il n’y a de limites que celles que l’on se pose, alors pour moi qui ne jure que par « quand on veut on peut » je n’ai plus qu’à apprendre et c’est pour cela que je suis sur ce forum pour y trouver une âme charitable qui me transmettra les rudiments et son amour de la voile.

D’ici là, venez visiter le site de la galerie tant qu’elle existe : ou pourquoi pas passer vraiment me voir et on se taillera une bavette autour d'un petit kawa en contemplant mes toiles.

je ne connais pas les formules de marins mais "bons vents" me semble approprié, alors
BONS VENTS

13 jan. 2014
1

Plus-value sur la revente de ta galerie....

TRÉS concerné et au courant du sujet, au mieux tu vas faire une plus-value sur l'immeuble que tu as refait à neuf à condition que le pas de porte soit à toi.

Sur ta galerie donc le fonds de commerce, sais-tu si tu feras une plus-value ? Tout dépend du point de départ et de celui d'arrivée. Si tu n'as pas d'acheteur du fond (c'est fort possible vu le nombre de galeries qui ferment ou sont en difficulté) tu peux rêver d'une plus-value sans jamais la réaliser.

Monter une galerie il y a moins d'un an et vouloir s'en séparer aujourd'hui avec, à priori un ou des salariés (tu parles d'URSSAF), n'est pas réaliste. Monter un commerce c'est au moins 3 ans d'efforts avant de trouver un équilibre de fonctionnement. En plus, il y a un an en plein marasme, fallait être motivé et le rester.

Artiste et galériste sont vraiment deux métiers différents.

Par contre si l'affaire est déjà faite, :acheval:

13 jan. 2014
0

en complément à :
"Je suis disponible en semaine et certain week-end (ça dépend des ouvertures de ma galerie) mais en ce moment c’est l’hiver donc la saison calme et tant que la galerie n’est pas vendue j'y travaille certain weekend-end."

Une galerie, comme tout commerce est un travail de TOUS les jours, conjoncture ou pas.

Le prix de vente du fonds de commerce est directement lié au CA réalisé, aux perspectives possibles, aux conditions d'implantation....Une vrai étude à mener.

Sachant aussi qu'à Dinard il y a plus de 30 galeries dont certaines implantées depuis des lustres, il faut se poser les "bonnes" questions de la réussite ou non.

Tu vends ça combien ?

14 jan. 2014
0

J'ai acheté le fond de commerce et j'ai tout retapé car le local n'avait pas évolué depuis les années 60 et il était très ... retro et passé. J'était seul maître à bord, donc pas d'employés.

Le local est actuellement divisé en trois volumes un espace galerie (45m²), mon atelier (16m²) et une cave (20m²) et au départ je n'exposait que mon travail.

Puis j'ai mis en place des thématiques d'expositions : en gros pour chaque mois il y avait une thématique et je lançait un appel aux artistes pour venir exposer leurs travaux inédits créé uniquement pour et en relation avec le sujet : www.g-rem.fr[...]/

le public répondait présent à chaque vernissage ... mais ça n'allait pas plus loin.

La plus valu c'est sur qu'il y en aura une, j'ai mi le local en vente à un certain prix et j'ai déjà deux touches en moins d'une semaine, dont l'une est très très sérieuse. Après il y a encore ce foutu ETAT qui taxe les plus-valu car même si on fait des affaires il veut sa part du gâteau pour payer ses dettes. Tout ça parce que l'on est meilleur que lui pour faire des affaires.

Je pourrais te parler longuement de tout cela, mais ce n'est pas trop le sujet ici ^^

13 jan. 2014
2

Idem pour les stéréotype de navigation autour du monde, et je rejoins les commentaires précédents.

Il faut avoir l'estomac bien accroché dans la brafougne, être d'un calme olympien quand il t'arrive une galére au mileu de nulle part et aimer la solitude.

Difficile de le savoir sans s'y essayer, et à ta place je naviguerai un maximum dans les conditions les plus pourries pour me faire une idée d'ici la vente de la galerie.

Ça serait dommage de se retrouver sans gagne pain, cloué à quai avec un bateau comme maison.

Perso, j'avais un projet de grande boucle en famille quand j'ai re-commencé la voile, 15 ans plus tard, je pense plutôt à un tour de Med ou Antilles en prenant son temps...

13 jan. 2014
0

c'est pour cela que je cherche à naviguer. Ici en Bretagne nord on a des conditions qui (d’après ce que j'ai pu lire) sont optimales pour apprendre la mer par tous temps.

L'expérience est nécessaire avant de se lancer dans une telle aventure en solitaire et je n'ai pas l'intention de partir bille en tête et d'un coup pour le grand sud.

Soyons réaliste, il faut y aller progressivement, d'abord que je me forme en restant dans mon secteur des iles anglo-normandes : c'est un super terrain de jeu et quand ça souffle .... et bien ça souffle dur surtout ces dernières semaine. ça permet également de garder un pied a terre non-négligeable pour apprendre

ensuite l’expérience va de paire avec sa propre assurance et lorsque je serais suffisamment en confiance avec mon entité (moi-même et mon bateau) je partirais un peu plus loin (Angleterre - Ecosse - Irlande)

je pense tout faire progressivement puis lâcher prise au fur et à mesure que mon apprentissage se fait, je ne suis pas suicidaire et je ne suis pas pressé de partir, mais pressé d'apprendre

0

peu importe le tour du monde,de l'atlantique ou le tour de la mediterranée ,l'important c'est de tourner :-)

13 jan. 2014
0

De bien tourner !

23 jan. 2014
0

hello!ca dépend du sens dans lequel on tourne ...

13 jan. 2014
0

oui c'est sur, vu comme ça... désolé pour le stéréotype et en effet si cela ne marche pas et que les cotisations de première année te paraissent exorbitante il vaut mieux arrêter avant d'atteindre la 3ème...
mais c'est un autre débat...
l'appel est lancé en tout cas! bonne chance!

13 jan. 201413 jan. 2014
0

t’inquiète des stéréotypes on en à tous, moi le premier mais je préfères de suite éclairer les gens sur la situation. Et tu as raison je ne vais pas me tirer une balle dans le pied ça m'empêcherais de faire beaucoup de choses par la suite

13 jan. 2014
1

Je me demande si la démarche camping car ne serait pas meilleure pour visiter le monde.
Mais ce n'est qu'un avis.
En bateau, on reste trop souvent en bord de côte.Et c'est très difficile d'abandonner son barteau pour faire un tour à l'intérieur des terres.
Par contre pour échanger la nouriture et autres biens de consommation contre de l'art, là je suis très perplexe, tu admets que c'est déjà difficile dans nos contrées, alors au loin ???

13 jan. 2014
2

comme disent les bretons :
qui tu préfères : ton père ou ta mère ?
le lard ......
je sais c'est lourd mais j'ai pas mieux dans ma galerie .
alain ;-)

13 jan. 201413 jan. 2014
4

si tu n'étais pas si loin je te dirais bien de venir gouter un peu au mistral avec moi ,je navigue toute l'année à la journée quand il ne fait pas trop mauvais ,en ce moment on n'est pas gatés .
tu devrais trouver des embarquements dans ton coin ,fais toi un petite expèrience avant d'investir ,surtout en ce moment .quand on veut vendre un bato on risque de le garder longtemps .
à part le prix je ne vois aucun avantage à choisir l'acier comme materiau
un bonne coque polyester des années 90 bien entretenue vaut tous les derniers voiliers à la mode auquels il ne manque que les poignées .
alain

13 jan. 2014
0

Pas de stéréotypes de mon coté, mais juste quelques rencontres de personnes qui partait et qui une fois franchis les colonnes d'Hercules on fait demi tour... Maintenant vu comment tu l'explique, c'est mieux ^^

Je ne peut bien sur, que t'encourager dans ta demarche, et surtout navigue, navigue et navigue, tu devrais pouvoir trouver dans ta region quelques " vieux " loups de mer (c'est connu les "vieux" connaissent plein de choses, pour peu que l'on veuillent bien les écoutés :p ) qui te donnerons de bon conseils ....Certes chacun a sa methode et sa facon de faire, a toi de trouver ce qui te convient le mieux ????

cdtl

13 jan. 2014
1

Hello,
2 ans de planche...?de manière régulière...?c'est déjà pas mal!
Quelques stages et séjours en mer...et ta motivation fera le reste!
Et les rencontres seront au RDV...!
:alavotre:

13 jan. 2014
0

j'avoue ^^ idem pour moi c'est sur ca aide mais ca fait pas tout ^^

14 jan. 201414 jan. 2014
0

il est vrai que le polyester offre des avantages et des aussi des inconvénients.

Je connais le matériau pour avoir réaliser des carénages de moto et il me semble que c'est assez sensible aux chocs.

Alors dans le cas ou mes choix s'orienterais vers un dériveur pour pouvoir "beacher" régulièrement et sans craintes, le choix du polyester est il toujours envisageable ou s'usera t'il rapidement ?

14 jan. 2014
0

Et dans le cas d'un biquille ?

14 jan. 2014
0

Ben dis donc G-REM, tu peints pas avec les pieds toi. Vraiment chouette ton site.
J'aimerais bien venir voir ta galerie un de ces 4 alors ne la ferme pas trop vite.
Je note l'adresse en tout cas.
Pour le polyester, mon avis est qu'un bateau de plaisance n'est pas un bateau de guerre et que le bon sens doit regner. Tu peux choisir n'importe quel materiau, je peux t'assurer qu'un choc quel qu'il soit te rendra malade.
Alors si tu peux réparer toi même, tu te soignes déja d'une grosse partie.
Tu as des bateaux polyester comme les etap par exemple qui sont insubmesibles.
Je crois qu'un parametre important à prendre en compte est le confort du bateau, ta capacité à le maitriser et tes moyens de l'entretenir.

Pour beacher, ou plutôt poser ton bateau sur l'estran, rien ne t'empêche de renforcer la semelle.

Renseignes toi bien avec les propriétaires de chaque type de materiau et fait toi une idée de ce que tu es capable de faire ou pas.

14 jan. 2014
0

Hello,
Je rejoins Johan sur le sujet...ça fait maintenant 6 mois qu'on vit à bord, on a croisé pas mal d'équipages Français et surtout étrangers au gré de nos rencontres...90% des bateaux sont en composite(plastique ou résine...)le reste...quelques alu, quelques uns en bois également.
J'ai été étonné de la très bonne cote de nos fabrications héxagonales au près des Anglais et Allemands(Jeanneau, Beneteau, Wauquiez...)...
En ce qui concerne l'expérience, pas rencontré encore de Cap200...un voisin Anglais a passé son Yachtmaster...après 4 ans de vadrouille en solo! :heu:

14 jan. 201414 jan. 2014
0

Merci beaucoup ça fait toujours plaisir :)

Il est vrai que j'ai des réticence avec le polyester, mais je ne demande qu'a me renseigner pour que je fasse le meilleur choix quand à mon budget, mon utilisation est.

je vais me renseigner pour un cap 200 ou un stage au glenant

14 jan. 2014
0

Bon courage dans tes projets. Tu peux essayer les écoles de croisière, passer ton CIN ou ton cap200, ça fait faire plein de rencontres intéressantes et peut être trouver ensuite des convoyages à faire. Après tu es paré à être proprio. C'est à peu près mon parcour...

14 jan. 2014
0

Certains de mes collègues au capitaine 200 avaient une faible expérience de la voile et du bateau en général. Je pense que une ou deux semaines en école de croisière serait un bon début pour rentrer au cap200. Beaucoup étaient en ré conversion professionnelle et touchaient un petit salaire pendant les 8 mois de formation. (je suis contre les abus, mais tu recuperas l'argent que tu as déjà donné à l'état) la formation ne doit pas être payante bien-sûr (pour ma part formation gratuite et salaire de 400e/mois pour -25ans n'ayant pas beaucoup travaillé). Tu apprends la carte, la survie, tout... Reste à renforcer les bases qui te seront données par quelques convoyages à la sortie. En plus possibilités de se faire des amis qui partageront leurs plans de convoyage avec toi par la suite.
Bon vent

14 jan. 201414 jan. 2014
0

Attention avec le CIN (ca existe encore?), le Cap 200 voile etc...
Avoir un statut de professionel n'a aucun avantage dans ton cas, voir même que des inconveignants. En effet, un tel statut te suit toute ta vie sans pouvoir y déroger. En mer, un accident peut toujours arriver, et le "tarif" pour une connerie de faite n'est plus la même pour la justice ou les assurances. En tant que pro, tu n'as plus le même droit à l'erreur qu'en tant que plaisancier.
Il en va sur ton bateau, pour les gens présent à bord (même ta famille) mais aussi sur le bateau des autres, même si tu n'est pas désigné officiellement "chef de bord", sauf à cotoyer un autre pro ayant plus d'experience, tu sera de fait le chef de bord, avec toutes les conséquences que cela comporte.
Reste donc avec un statut de "plaisancier", c'est bien plus simple à gérer. Cela ne t'empêche pas non plus de te former autant si ce n'est plus qu'un pro...
.
Concernant le matériau, regarde ce très (c'est subjectif) joli bateau qui reviens de 2ans1/2 dans les glaces.
il est en CP (renforcé kevlar) ... pas besoin d'acier/alu si c'est étudié dès le départ.

15 jan. 2014
0

@tomcauwe: réponse en MP

16 jan. 2014
0

@matelotXXX: ben alors? elle est ou mon étoile? :-D
Concernant le statut, on est dans le même sac (de noeuds) je crois :-(

15 jan. 2014
0

salut Oliv

Tu connais le proprio de ce bateau ?

16 jan. 2014
0

Oliv44 je te mets une étoile pour ton analyse de la responsabilité de son statut (ou ex).

16 jan. 2014
0

Je plussoye. En ce qui me concerne, c'est vrai que je n'ai pas osé accompagner un collègue sur un plan de nav sympas mais hors les clous, en prenant en compte ce que tu dis.

14 jan. 201414 jan. 2014
0

Vivre de l'art n'est pas facile ici ou ailleurs; et ce n'est pas un domaine "utile" à la base ni vital pour les gens
Je connais un peu le domaine depuis longtemps
Tes peintures, certaines on dirait des photos retouchées non ?
c'est une question, pas un jugement, et il y a aussi des peintres très réalistes
Mais on ne s'improvise pas artiste en deux ans à mon sens, comme marin d'ailleurs
Bon vent en tous cas

14 jan. 201414 jan. 2014
0

les peintures ne sont pas des photos, mais inspirées de clichés que je réalise moi même pour la plupart

j'ai réalisé ma première peinture en juin 2011 lors d'un concours et j'ai été primé lors de cet événement (Solidor en peinture) et moins de 2 ans après j'ouvrais ma galerie. bon J'avoue que j'ai toujours dessiné depuis ma plus tendre enfance :p

Etre marin ne s'improvise pas et c'est pour cela que j'ai l'intention de me former correctement avant de faire de prendre le large.

donc cap 200 / glenan / ucpa / bourse aux équipiers / loup de mer .... je vais me renseigner

15 jan. 2014
0

Talent ou pas talent, je ne jugeais pas ça,
mais ça reste quand même souvent dur de vivre de l'art, où que ce soit, surtout quand les gens pensent avant tout à manger et aux choses vraiments utiles; certains y arrivent mais c'est pas la majorité (ou alors avec un boulot "alimentaire" à coté)

14 jan. 2014
0

2 semaines de stage au Glénan?

14 jan. 2014
4

en tout cas c est une bonne idee d enmener des pinceaux si tu prends un bateau en acier
tu vas en avoir besoin et tu ne pourras pas les oublier car la rouille vat te rappeler a l ordre
bon courage !!!
peut etre meme que tu arreteras de peindre quoi que ce soit d autre
c est domage
car les finnance vont etre en baisse

14 jan. 2014
0

c'est aussi l’intérêt de l'acier je peux voir tout de suite les problèmes.

Et puis utilisé son bateau comme "toile" ça peut être un super support créatif et un excellent vecteur de mon travail ^^

14 jan. 2014
0

2 semaines au Glenan seraient suffisantes ? ça ma l'aise un peu légé avant de me lancer en solo ...

quel type de stage serait adapté au glenan ? une idée du prix

le cap 200 est indispensable ou complementaire des Glenans ?

14 jan. 2014
0

Merci beaucoup à tous, c'est toujours plaisant à entendre et à lire. Vous êtes les bienvenus dans les prochaines semaines à la galerie, je serais ravi de vous rencontrer.
Pour les curieux de mon travail : j'ai un parcourt un peu atypique j'ai commencé mes études comme dessinateur en architecture (dessinateur projeteur), puis le génie civil (calculs des forces), et l'envie de créativité, de modernité et de solutions techniques m'ont ensuite orienté à devenir designer transport.
Je vous passe les années de recherches de travail, aujourd'hui avec toutes ses facultés je suis devenus artiste peintre autodidacte mais je n'oublie pas mes racines que j'utilise quotidiennement.
La peinture est un exutoire créatif dans lequel je m'épanoui. On retrouve dans mes peintures trois valeurs distinctes : le travail de la perspective, les contrastes ou travail de la lumière et les détails.
ensuite je travail sur deux secteurs différents :
1/ Du figuratif en noir et blanc (ce ne sont pas des photos mais l'inspiration vient de clichés personnels pour la plupart (car je suis aussi photographe amateur).
2 / La seconde est plus spontanée et énergique réalisé au couteau
Par ailleurs si vous avez des projets de réalisations amateurs et que vous souhaitez travailler avec un designer, je serais ravi pouvoir vous aider. Si vous souhaitez voir les projets que j'ai réalisé : www.g-rem.fr[...]/

15 jan. 2014
0

Jeremy , bravo vraiment tu es un artiste !!

15 jan. 2014
0

je viens de re-parcourir tout le sujet et je comprends pas ce que viens faire le "capitaine 200" là dedans... :reflechi: :reflechi: :reflechi:
si c'est pour te reconvertir dans une activité commerciale avec ton bateau ok mais à ce moment là il faudrait mieux un yachtmaster, apparemment pour bosser partout dans le monde c'est mieux. mais attention c'est une formation à part entière longue et qui coûte cher.
si c'est pour naviguer en toute quiétude, stage glénans, ucpa, macif ou toute autre école jusqu'au niveau chef de bord ça le fera. et bien sur naviguer d'une manière ou d'une autre entre chaque stage...
le problème que je vois avec l'acier c'est que bien souvent ce sont de vieux bateaux qui peuvent bien cacher leur état de corrosion dans des endroits compliqués à atteindre et à contrôler au moment de l'achat...
un dériveur lesté qui se pose sur son saumon réglerai en grand partie le problème d'usure du matériau lors des éventuels beaching si c'est là ton soucis. parce que bon l'osmose du polyester... déjà tout les bateaux ne sont pas atteints, et on a jamais vu coulé un bateau à cause de l'osmose, pas encore...
il n'y a pas de matériau idéal mais si tu te laissais convaincre par le plastic et les versions DL tu n'aurais plus que l’embarras du choix!!!
au fait question subsidiaire, à la louche se serait quoi ton budget?

15 jan. 2014
0

C'est le choix que j'ai fait, celui du DL qui était à mon sens le meilleur compromis entre la possibilité d'échouage et la raideur à la toile.

15 jan. 2014
0

Pas sûr qu'un DL soit vraiment + raide à la toile qu'un biquille, j'ai eu les 2 et les différences ne sont pas flagrantes en croisière . Plus de trainée dans l'eau c'est certain, surtout au portant , mais on s'y retrouve en évitant les pb bien connus des béquilles .

15 jan. 2014
0

Bien sûr, je suis d'accord, mais je parlais de comparaison entreun DL et DI.
C'est sur qu'un biquille d'aujourd'hui est plus performant qu'un vieux DL mais le budget n'est pas le même non plus.

15 jan. 2014
2

Pour l'aspect économique, la question du budget de départ est un point, celui du courant (pour manger et entretenir le bateau) en est un , très important.
.
Pour l'expérience, il y a plusieurs aspects :
- celui de sa propre immersion dans le milieu marin, apprécier regarder la mer ou faire un tour de planche dessus n'est pas du tout la même chose que d'y vivre 24/24 toute sa vie. (Désolé pour la caricature)
- sa propre capacité à supporter les mauvais coups (que ce soit météo, matériel, administratif en tous genre quand on n'est plus dans son pays d'origine,...), ça à part le vivre, difficile d'anticiper sauf si on sait déjà que ça peut ne pas le faire, envisager le camping/car
- la voile : il y a de tout en voile, de la manœuvre, à la technique, du calme plat au gros coup de vent. Pour certaines choses, c'est difficile d'acquérir même en faisant des stages. Pas grand monde sort (heureusement) lorsque du mauvais temps est annoncé. Le problème c'est que par contre quand on navigue... on peut se faire surprendre déjà dehors...
.
Pour les matériaux, c'est un vieux serpent de mer. Chaque matériaux a ses avantages et ses inconvénients. Si tu as déjà une expérience avec les composites, je ne vois pas pourquoi tu veux te lancer dans l'acier. Appuies toi sur ce que tu connais déjà et renforce tes compétences.

15 jan. 2014
0

Bien vu Chysm, j'ai souvent fait le parallèle entre la voile et la montagne, bien se connaitre, notamment dans ses propres limites, savoir anticiper et faire les bons (? ) choix dans les moments critiques. La technique et l'expérience aidant, un certain nombre de points deviennent + faciles à gérer .

15 jan. 2014
0

bjr,
quand la mer commence à ressembler à la montagne c'est que les vagues sont hautes et si ça déferle encore plus .
et c'est là qu'on se demande ce qu'on est venu faire là ,que l'on serait mieux devant la télé à regarder sebastien avec une mousse à la main ...
alain

15 jan. 2014
1

j'ai l'intention de garder un statut de plaisancier, du coup le cap 200 me semble trop spécifique à la marine marchande.

Mais pour commencé sérieusement : un stage aux Glenans, à l'UCPA ou MACIF ne serait ce pas un bon début ?

du coté de st malo / dinard qu'est ce qui existe ?

16 jan. 2014
0

pour apprendre a naviguer tu peux aussi arpenter les pontont et laisser un mot sur les tableaux d'affichage afin de trouver des bateaux qui cherche un equipage a la journee ou plus , ce seras au fil des milles que tu pourras avancer dans tes projets

16 jan. 201416 jan. 2014
1

Ah, une question précise.
Alors si tu veux être formé, il te faut faire attention à UNE CHOSE: c'est les diplômes de ton moniteur, car il y a de "vraies" écoles, et des skippers dont ce n'est pas le métier (ils n'ont pas la formation pour enseigner) qui cherchent tout simplement à travailler (je les comprends). Il te faut donc vérifier que l'enseignant dispose d'un BEES 1er ou 2ème degré, ou d'un BPJEPS (diplôme plus récent qui a remplacé le BEES). Tous ceux qui n'ont "que" un Cap200voile ou un BPPV ne sont pas à même d'enseigner.
Dans ton coin, il y a trois écoles réputées:
- GDGL à Cherbourg: La plus chère ... mais la meilleure. Enseignement de très grande qualité car très ciblé sur un projet. Y aller si tu cherches quelquechose de rapide et un suivis individuel.
- Nouvelle Vague à St Cast: La plus proche de chez toi. Elle a des tarifs très actractifs et c'est une véritable école bien que je ne connaisse pas le type de pédagogie qui y est pratiqué. C'est certainement la meilleure solution pour toi.
- Les Glénans à Paimpol: école reconnue. La base de Paimpol est une base spécifiquement croisière. Son enseignement est plus généraliste (moins ciblé face à une programme précis) mais extrêmement complet. Un peu plus long donc.
www.guidesdugrandlarge.fr[...]/
www.nouvelle-vague2000.com[...]es.html
www.glenans.asso.fr[...]/fr/

16 jan. 2014
0

slt G-REM pour avoir des idees bien precise sur la navigation je te conseille de regarder un peu partout livres ou sites internet , j'ai visiter un site pas mal " aufildesmilles.free.fr[...]eau.php " ou jacques.rouxel.free.fr[...]aux.htm apres j'ai vu que mr Bernard moitessier a fait d'excelent bouquins sur ses navigations ca peux aider aussi , et bien sur il y a tous ceux de hisse et ho qui peuvent te parler de leurs experience ce qui aide bcp je te souhaite bon vent dans ton entreprise

16 jan. 2014
0

N'importe quel stage sera intéressant. Enfin, au Glenan c'est top. C'est bien de le faire en hiver! Tu peux te faire une idée des conditions les moins sympas mais ton projet semble l'exiger. Comme le relève Popeye, arpenter les pontons permet de prendre la mesure du milieu et pourquoi pas d'embarquer, essayer quelques bateaux.. Concernant ce dernier sujet, pour le choix de voilier, surtout prend bien le temps!Le matériau n'est pas crucial à mon sens. Très bon article dans le dernier VV sur le Pacifique! Quelques expériences croustillante! L'un fait un tour du monde en couple sur une coque CP, pas de problème et il choisirai un quillard si c'était à refaire, un autre couple sur un superbe 15 m alu coule au large de l'Australie (sauvé in extremis heureusement!). Ca calme.

22 jan. 2014
0

je vais poser cette semaine des annonces sur les potons de ST MALO.

Pour le choix du voilier je crois qu'il n'y a pas de règles précise. chaque matériau à ses avantages et ses inconvénients
et dans certain cas les avantages de l'un deviennent ses propre défauts... arf, dur de faire un compromis^^

16 jan. 2014
0

et un couple qui prend le passage nord ouest avec un cata grand public en plastoc bien préparé (une partie des œuvres vives étaient un peu renforcé au kevlar) ;-)
si je peux rajouté une chose à ce qui à été dit déjà sur les écoles; en plus des nav' hivernales arrange toi pour les faire en saison creuse, moins de monde et tarifs avantageux.
mon dernier remonte au printemps aux Glénans de Vannes, 3 stagiaires + le mono sur un élan 31! le top, de la place, du boulot pour tout le monde, un mono décontracté et un programme plus ouvert du coup!!!
j'avais réservé longtemps à l'avance donc j'ai payé le prix normal mais une des stagiaires avait réservé moins d'une semaine avant le départ et s'en ai tirée pour les 2/3 du prix environ... :whaou:

22 jan. 2014
0

Merci Denis, je me doutais bien que la pratique d'une formation lors de saisons creuses offrait des avantages. Je vais peaufiner mes choix prochainement.

16 jan. 2014
3

Moi je ne me poserais pas trop de questions.....sinon tu ne partiras pas, comme l'immense majorité des gens qui espéraient partir et ne l'ont pas fait.
Durant notre grand voyage nous avons rencontré des tas de débutants qui s'en sortaient très bien et des tas de confirmés qui galéraient.....et l'inverse.
Même si tu t'entraine un ou deux ans cela n'aura rien à voir avec le fait de partir vraiment en tant que capitaine de ton propre voilier.
Je m'autoriserais par contre une porte de secours au cas ou et j'éviterais un bateau métallique qui demandera beaucoup de travail, sera soit lent soit difficile à manier par gros temps à cause de la surface de ses voiles et sera très difficile à revendre....mais bon ca c'est un choix personnel.
Je vendrais ce que je peux et bye bye.
C'est d'ailleurs ce que ma famille et moi avons fait en 2009......et vraiment on ne regrette rien.

Olivier

16 jan. 2014
0

Et une étoile pour fleurdelys...! :pouce:

22 jan. 2014
0

merci Olivier, je crois que tu as très bien cerner mes intentions maritimes qui se rapprochent des tiennes. Je ne veux peux pas voguer sur les flots 3 semaines par ans, non, c'est vivre 365j par an sur l'eau et emmener ma "maison" aux quatre coins du monde. Je pense qu'il faut juste avoir un esprit aventurier,de l'indépendance et de la débrouillardise. A mes yeux la voile n'est que le vecteur technique à la réalisation d'un rêve.

23 jan. 2014
1

Se poser plein de questions permet aussi l'avantage de ne pas partir.
i
Se rendre compte que enfermé dans un espace restreint, enfermé au milieu de la flotte à subir les intemperies pendant des jours et des nuits, à bouffer des boites de conserve, n'est pas le rêve du lagon bleu gambas grillées, où finalement il n'y aura pas assez de tirant d'eau pour y mettre son etrave.....
Quelquefois il vaut mieux ne pas partir, ou, apres reflexion se dire qu'on partira mais autrement : Avion , hotel, loc bateaux, sorties avec clubs de voile ou de plongé etc....
Car pour le budget d'un bateau "all include" on peut se faires de belles et longues vacances. Gambas grillées sur la plage à 8h de Paris................. ;-)

23 jan. 2014
0

Si tu es a terre en voyage ça coute aussi très cher , hotel , resto , déplacement etc ... et de la tu vas regarder les iles , les criques de loin . Le voyage en voilier te permet d aller presque partout , simplement une question de cout car tu as maintenant , chantier , marina etc autour du monde , je suis en ce moment en Polynésie , si tu veux visiter entre les Marquises et Tahiti les iles , tu devras avoir un portefeuille très garnit , le bateau est tip top pour ça .De la je vais aller sur les Fidgi , Tonga etc , comment par la terre ?? le bateau contrainte , oui , pas mal de boulot pour maintenir et faire fonctionner l ensemble ,la liberté a un prix ...

23 jan. 2014
2

Papy_jame: je te met une étoile!
Le rève de la voile: "je vais visiter plein de pays et vivre libre" est une totale utopie: je ne connais pas moyen de voyager avec plus de contraintes! L'environement (météo, marées, tenue de l'ancre ...), le matériel, l'autonomie (énérgie/eau/nouriture), l'administratif, les finances, voir l'insécurité dans certaines zones sont sources de contraintes énormes sur un voyage. D'autant que l'on ne fait que survoler un pays car on ne s'éloigne pas souvent de son bateau sauf à lui trouver un port sécu (abrité et surveillé) le tout pour pas trop cher.
Généralement, c'est à terre pour l'avitaillement et divers pleins, et en mer pour le reste. Partir en voyage sur son bateau, le pays que l'on visite le plus, c'est la mer.

22 jan. 2014
0

Le choix du bateau s'oriente vers un dériveur intégral ou un bi-quilles.

Pour le choix du matériaux, les uns contredisent les autres avec tous des arguments carrément recevables. Du coup je suis un peu perdu.

le mieux est certainement de choisir en fonction du programme et en fonction de l'état de la coque

Mais je reste sur deux materiaux le polyester et l'acier.
pour le bois et l'aluminium(non-traité) je reste très dubitatif

dans le cas d'un polyester de 1990 refait en 2010, celui-ci sera mieux qu'un bateau plus récent de 2002 mais sans entretien n'est ce pas ?

Quant à l'acier, il était surtout déterminé par mon idée préconçu qu'un bateau capable d'aller dans les glaces était forcément en acier. de plus lorsque ça rouille et bien ça se voit du coup je n'ai pas à jouer à la devinette sur 40m² de coque.

Et l’aluminium traité contre l’électrolyse, etc ... ?

bref je suis perdu ... alors je me dis que mon programme allait peut être aider à mon choix :

Donc comme je suis super motivé j'ai commencé à établir ma route en déterminant les endroit ou je veux passer. Ensuite je croiserais mes intentions avec les courants, les vents et les saisons.

Le moins que je puisse dire c'est que je vais avoir chaud (les tropics) et froid (les 50 ème hurlants) et comme je vais essayer de beacher très souvent (avec un DI) ou me poser (avec un BQ)) sur des îles, bancs de sable, criques sauvages, etc.... et le sable n'est pas forcément le support que je trouverais à chaque arrêt.

Un marin m'a dit " quand tu navigues sur un voilier il faut toujours prévoir le pire comme ça au moindre pépin, tu es près", donc là je sais que mon bateau il va souvent frotter, voir taper lors des arrivées sur les rives et une coque polyester même renforcer sera elle suffisamment solide pour un tour du monde ?

d’ailleurs comment et avec quoi renforce t-on une coque polyester ?

23 jan. 2014
3

Aie ! pour un néophyte, ne parle pas des 50° hurlant, commence par maitriser déja ton bateau dans des conditions "normales", ensuite tu verras par toi même . . . Il faut toujours apprendre à marcher avant de courir .

24 jan. 2014
0

merci Papy James tu m'as ôté les mots de la bouche. A croire que pour certain les 40eme et 50eme ne se situent que dans hémisphère sud ...

23 jan. 2014
1

penloch : Dunkerque ou Calais c'est dans les 50eme ... Donc dynamique des vents et temperatures comparables .
i
De même que le golfe de Gascogne a tres mauvaise reputation. Telle que la Tasmanie.
i
La France serait elle un mauvais endroit pour apprendre à naviguer ?
Cordialement

0

il y a un gars qui avait collé une plaque en bronze sous son di de 12 m = poids bien plaçé +blindage de coque + effet antifouling du bronze :-)

23 jan. 2014
1

Tu peux aussi commencer ton aventure avec un bateau et en changer par la suite .
Tu dis dans tes posts que tu veux un DI pour pouvoir beacher , je ne voudrais pas t'enlever tes illusions mais les occasions de beacher son plutôt rares car il faut être certain de la nature du fond ou tu vas beacher , être sur de ne pas arracher le loch et la sonde , qu'il n'y ai pas de vagues ou ressac , que la marée suivante te permette de repartir etc etc , sans compter que si l'on rate la manœuvre la coque et le mat peuvent en souffrir .
Par contre avec un DI on peut s'approcher du bord et attendre qu'il se pose avec la marée descendante .

24 jan. 2014
0

alors j'ai un problème avec le vocabulaire marin. j'entend par "beacher" se poser doucement à marée descendante. Mais ce n'est pas le terme approprié mais tu m'auras désormais compris... si tu as le terme exacte je suis preneur.

24 jan. 2014
0

Loin de moi l'idée de ramener ma science , laisser se poser volontairement un bateau c'est un échouage ( l'échouement est involontaire sauf erreur de ma part ) , beacher c'est venir poser l'étrave du bateau sur la plage en ayant de l'erre .
Le but de ma remarque était juste pour attirer ton attention sur le fait que le bateau idéal n'est fait que de compromis , que si tu cherches un bateau qui correspond exactement à ton cahier des charges , tu n'es pas prêt à sauter le pas .
Je pense qu'il faut déjà vivre un certain temps sur un bateau pour savoir quels aménagements , équipements nous semblent utiles ou pas .

23 jan. 2014
1

bonjour, j'ai décidé de faire un tour en méditerranée, je descends mon propre voilier cet été. Comme je disais hier, j'avais projeté de le revendre et de jeter mon dévolu sur un 40 à 12 pieds. J'ai regardé toutes les fabrications, bois, acier, alu et bien sûr nos coques en tupperware. 1) acier = si pas sablé récemment, à faire faire obligatoirement, et le hic, c'est qu'il faut sabler intérieur/extérieur, et repeindre pour éviter de suite la corrosion.
2) alu = très cher, de beaux bateaux en D.I., budget à considérer
3) bois, à visiter soigneusement, surtout les varangues, les fonds. Le hic : pas facile à voir ! (j'en ai eu un 1 an, qui fuyait tout le temps, l'idéal est coque en polyester et pont bois si tu y tiens. (ou sandwich/polyester)
4) moderne et réparable à souhait : le polyester, traitement anti-osmose, au shield machin-chose.
Perso, j'ai acheté un 30 avec triatement fait en 2000, puis je l'ai refait en 2009, et anti-fouling décapage idem.
voili-voilou, ça revient moins cher un "petit" 30" bien accastillé et soigné, surtout un bateau que j'ai depuis 2008 et que je connais bien..... mais tu peux commencer par naviguer d'abord en moussaillon sur différents concepts, quillard (raide à la toile, dériveur intégral (échouage), avec un lest court... tu te sentiras tout de suite mieux que l'un ou l'autre.
bon vent et au plaisir de te voir sur l'eau un jour !

23 jan. 2014
0

Bonsoir,

Les cinquantièmes ? heu tu vas plus vite que la musique là/
Beacher ? Peu de chances que celà t'arrive en grand voyage.
Tu vas devoir choisir..soit les pays chauds soit les pays froids sous peine d'avoir un bateau adapté ni aux uns ni aux autres. Ou alors il va falloir -etre très riche afin d'acheter un hybride qui ne sera q'un pis aller de toutes les façons

Olivier
PS si tu choisis la route des alyzés tu seras très content d'avoir un bateau blanc avec un immense cockpit
Si tu chosis les routes plus froides une timonerie intérieure et un bateau de couleur foncée sera plus adapté....etc etc etc

O

24 jan. 2014
0

alors j'ai un problème avec le vocabulaire marin et excusé moi tous d'avance. j'entend par "beacher" se poser doucement à marée descendante ce n'est pas le terme exacte et désolé de la confusion occasionné mais vous m'aurez désormais compris... si vous avez le terme exacte je suis preneur.

23 jan. 2014
3

arrêter de tout prendre au pied de la lettre ! , notre ami nous fait juste partager son enthousiasme pas son expérience !!
C'est souvent l'inverse sur le forum ....

24 jan. 2014
0

il y aurait-il des frustrés sur les forums ?

24 jan. 201424 jan. 2014
1

un peu de ménage ne fait pas de mal, surtout sur un bateau

Alors je me permet de répondre sèchement à tous les "néophytes de la géographie" (et détracteurs de mon projet) qui ne semblent pas connaitre le principe de symétrie équatoriale de la terre. En effet je vais naviguer dans les 50eme et ça va pas être simple car, oui je suis un néophyte de la voile et j'en suis conscient. Mais je suis hyper motivé et je vais apprendre! et je vais apprendre par chez moi dans la Manche! Et figurez-vous que si dans l'hémisphère sud les 50eme se situent au niveau du détroit de Magellan et bien dans hémisphère nord ils se trouvent ... au nord de la France (par chez moi). si terrible et inaccessible que ça ? Pour vous peut-être, mais je ne vais pas aller apprendre à naviguer sur le lac Léman pour vous faire plaisir. Si on a des écoles de voile ici ce n'est pas pour rien et la situation géographique propose certainement les meilleurs conditions possible à mon projet.

Alors ce forum je l'ai ouvert pour faire avancer mon projet de manière constructive et surtout pas pour le faire reculer. Merci à toute les personnes qui me soutiennent avec des arguments qui tiennent la route et qui me permettent de faire la lumière sur mes zones d'ombres et d'inconnues. J'invite également tous les auteurs de messages privés à sortir de l'ombre car c'est ici et ensemble que l'on aura le plus de d'impactes. Grace à vous marins, aventuriers, rêveurs, novices partis de rien, etc. j'avance! Merci encore. Mais, car il y a un mais, il y a les autres ... une sorte de majorité atteinte d'un pessimiste (bien français).

Alors messieurs les marins pessimistes qui se reconnaîtrons (je l’espère) passez votre chemin, merci d'avoir suivi le début de ce fil. Je vous souhaite bon vent mais vous perdez votre temps et le mien à essayez de me démotiver avec vos idées pré-conçues et vos argumentaire à peine réfléchi, si tenté qu'il y en est un. J'en veux pour preuves vos notions géographiques qui ne doivent avoir d’égales que votre aptitude à naviguer à plus de 5 milles. Vous êtes priés de ne pas répondre à ce message même en MP, sauf si vous êtes de ces précieux alliés qui relient ma cause. merci

On à de limites que celles que l'on s'impose

A bon entendeur

24 jan. 2014
3

entre pessimisme et réalisme, ...

le forum te permet de lire des avis enthousiastes et des avis de prudence, tu en fais ce que tu veux, heureusement,
comparer 50°N à 50° sud me parait malgré tt présomptueux, mm si chaque marin respecte le Golfe de Gascogne ou la Mer d'Irlande ... (je navigue partout sur terre depuis 28 ans, mais pas encore été plus bas que 35°S),

mais je regrette encore d'avoir laissé partir ce jeune marin enthousiaste croisé à La Corogne sur son très vieux 6.5m sauvé de la vase bretonne (et pas trop marin à mon gout), qui m'a dit partir le lendemain pour les Canaries (sans instruments), malgré mon avertissement du coup de vent à 35 noeuds sur Finistère, ...
j'ai revu le bateau dématé mais entier à Camarinas (60' plus loin) 6 mois plus tard ... (sans nouvelles du jeune écrivain rèveur),

La mer m'a confirmé chaque jour que KISS permet d'aller loin, Keep it simple and strong, ça c'est pour l'embarcation, qui doit donc ètre à ta taille (celle de tes capacités actuelles),
ensuite humilité et modestie devant les éléments restent la base bien sur,

Bon vent à toi dans ce beau projet !

24 jan. 2014
0

merci Bruno, ce triste exemple de ce qu'il ne faut pas faire. Ce qui me conforte dans ma méthodologie, à savoir d'abord faire une formation adaptée à mon programme, choisir le bateau approprié, le domestiquer et partir.

24 jan. 2014
0

On pourrait te surnommer "barometre" tu depeins vraiment bien la situation.

Vis ton reve les yeux grands ouverts (ca aide) lol

24 jan. 2014
0

Pour commencer : il y a sûrement à proximité de Dinard un club nautique où des entraînements sont possibles.
Pour le coût d'une inscription + licence FFV + participation symbolique, tu pourrais faire parti d'un équipage et découvrir en quelques sorties une variété de conditions de temps et le minimum à savoir.
En Bretagne nord et en hiver, c'est probablement très formateur !!!

24 jan. 2014
1

G-REM

keep cool, y a rien d epire dans la vie que la frustration d ela vie

achte le bateau qui lors de sa visite te sussure a loreille " emmene moi dans les 50 ème", ce sera celui la le bon. Le meilleur , techniquement, sera ton pire ennemi si tu ne fais pas l'osmose...osmose entre toi et lui pas sur la coque :)

dans la vie il faut arreter de tout vouloir diriger, je l ai fais des annees, c est la galere

depuis 10 ans, je vis ma vie en me laissant dirigé par MON ressentit et croyez moi, ca marche tres souvent.......

24 jan. 2014
0

merci Vespa, mon ressenti à moi c'est la liberté de voguer ou je veux et je sais qu'avec il y a un lot innombrable d'emmerdes avec lesquels je vais devoir me dépatouiller. D'où la nécessité d'une formation et de la pratique intense. Le but sera d’être et je te site "en osmose avec le bateau", et aussi avec la mer et moi-même

24 jan. 2014
0

Salut l'ami,

Tu ne devrais pas prendre la mouche... les avis négatifs sont bons à lire même si parfois ils ne reposent sur rien de concret.
Ce que certains ici essaient de faire est de te permettre de juger la situation sous toutes les faces.
Car en fait la solution miracle n'existe pas, pas plus que le bateau miracle....tu devras faire des choix et de sérieux compromis.
Pour avoir fait un très grand voyage de deux ans en famille j'ai appris que la mer c'est souvent difficile, parfois très difficile mais il arrive qu'elle soit très cruelle.
Par contre elle est toujours magnifique si tu arrives à l'aimer....mais tout le monde n'y arrive pas.

Toujours à ta dispo pour tous les conseils que tu jugerais utile.

Olivier

24 jan. 2014
0

Pour un artiste, demander un avis sur un sujet ou tu es novice et refuser qu'il soit critique c'est ballot.
Ceci expliquant peut être cela.
:jelaferme:

24 jan. 2014
0

je ne refuse simplement que les problèmes soulever ne soit pas argumenter de solutions. J'ai l'impression que certain essaye simplement de me faire "peur". En effet il y a des difficultés que je ne soupçonne même pas, mais ces difficultés ne sot pas infranchissables à condition d'y être préparé pour être prèt pour le jour ou ça arrivera. Mais me dire simplement "tu es un novice tu ne devrais pas", alors ma question est la suivante comment faire pour ne plus être un novice et pouvoir me donner les moyens de surmonter le problème.

24 jan. 201424 jan. 2014
0

à G rem, tu as raison sur une chose : il faut aller vers ses rêves et essayer de les réaliser, sans trop écouter les autres (mais les entendre), et ca donnera ce que ca donnera, en bien ou en déceptions; être toujours prêt aux deux résultats et les assumer;
Mais une chose que tu apprendras avec la mer,
et que tu devrais pourtant déjà avoir avec"l'art", c'est la modestie, et s'adapter plutôt que vouloir passer en force; et ne pas laisser ton égo prendre la place de ton esprit;
Surtout que tout le monde n'aimera pas "ton art", ni ne te considerera artiste, ou n'en voudra pas (y en a qui bossent, de manière plus "banale")
Bonne route, garde ton cap quand même

24 jan. 201424 jan. 2014
1

Certain doivent penser que j'ai l'intention de me suicider ou que je suis inconscient et comme je suis novice ... je le resterais.

Mais je n'ai jamais dis que j'allais acheter mon bateau demain et partir après demain à cappella. Si j'ai ouvert ce poste c'est justement pour connaitre, déterminer et choisir la ou les bonnes formations et les bateaux en adéquation avec mon programme.

Encore une fois je en suis pas suicidaire, et je ne vais pas aller plus vite que la musique. je veux faire les choses étape par étape et sans les brûler sinon mon aventure deviendra une galère dans laquelle je risquerais ma vie.

Donc pour rappel de mes étapes j'ai tout d'abord l'intention de me former correctement à tous ce qu'un marin hauturier doit savoir, puis acheter le bateau, le découvrir sur l'eau, l'apprendre, "le domestiquer". une fois que je serais en osmose avec lui et avec la mer, seulement à ce moment là je pourrais partir plus loin ... mais pas avant (sinon là ce serait en effet du suicide)

donc ce post est ouvert pour arriver à ce but avec vos soutiens et vos précieux conseils constructifs.

ce qui m’énerve c'est que certain soulèvent des problèmes sans apporter de solutions. donc ça n'aide pas à avancer.

Ce que j'attend de ce forum c'est que chaque problème soulevé apporte une solution envisageable afin de déterminer comment bien se préparer pour affronter toutes les difficultés. Donc à chaque problème y il a une solution, et chaque solution se devra d'être dans mes facultés avant de partir.

24 jan. 2014
0

j'ai vu des fils déraper plus vite et plus loin sur ce sujet du : "je suis novice mais je rêve partir et beacher puis faire un tour dans les glaces"
comme beaucoup de débutants tu flashes sur les aciers, il y a quelques supporteurs ultra minoritaires.
pour le reste, navigue navigue navigue, il faut avoir eu froid avoir eu peur et toujours aimer naviguer pour savoir qu'on est fait pour cela.
Pour les revenus, je ne crois pas trop à la vente de toiles mais il y a des gens qui ont magnifiquement réussi, ils vivent sur un gin fizz et font un très beau spectacle acrobatique sur leur bateau, le nom m'échappe mais va me revenir. Ils en vivent.
sur le fait de beacher, ceux qui ont fait ce genre de voyage disent que c'est ultra rare de pouvoir le faire, danger pour le bateau + moustiques + visiteurs éventuels etc
par contre un faible tirant d'eau permet de remonter les rivières et de s'y abriter, pratique pour les mises à terre
enfin, une idée de budget car ç'est le point clé

24 jan. 201424 jan. 2014
0

de rien, non tu définis très bien ce qu'est beacher et ensuite rester sur la plage c'est rarement possible car comme tu le dis tu dépends de la marée et donc pdt de longues heures tu es un peu à la merci des conditions X heures plus tard, arrivée d'une houle ou whatever. il faut donc un endroit hyper protégé.
j'ai mis les liens sur la loupiote, c'est génial ce qu'ils font je les admire beaucoup
puisque tu sais peindre et dessiner, faire des portraits express quand tu es à quai ?
sinon au Mexique cote pacifique il y a des centaines d'américains voire des milliers qui vivent très bien y compris frais de santé restaus et tout pour 1000 dollars mois, en serrant un peu ça le fait à 500 d’après les témoignages lus.
il y a zéro français ds le coin ou quasi, c'est pas culturel comme zone de nav pas plus que plus haut aux états unis cote ouest mais la c'est pur les navigations facilement assez craignos

24 jan. 2014
0

toutes les infos en anglais sur le site de la baja ha ha que les californiens de latitude 38 organisent

mais l'idée c'est de vivre au mouillage et d'aller au port le moins possible.

L'ANNEXE EST UN TRUC ESSENTIEL ET A NE PAS SE FAIRE VOLER

24 jan. 201424 jan. 2014
0

merci Jean,

oui l'acier c'est peut être la première idée que l'on se fait pour un tel périple, mais ce n'est pas forcément la bonne, et comme tu le dis si bien je vais naviguer et après je pourrais me faire une idée du matériau le plus adéquat.

Je ne vais pas vendre les toiles, mais les échanger contre des vivres. Le but d'une telle démarche est de rencontrer des gens tout autour du monde, leur laisser un souvenir en contre partie d'un peu d'avitaillement afin d'avoir un rapport différent d’échange sans se baser sur l'argent. Ainsi je compte limiter au maximum la nécessité d'avoir de l'argent lors de ce périple. Comme je le disais au début de ce post, il ne faut pas être utopiste de l'argent il m'en faudra car ça reste une nécessité, mais dans l'absolu j’espère rencontrer des gens avec qui partager quelque chose qui sera plus proche de l'humain que du porte-monnaie.

Pour ce qui est du terme beacher, apparemment ce n'est pas la bonne définition de ce que je me faisait. En fait je voulais dire remonter vers une crique par exemple, et attendre la marrée descendante pour que le bateau se pose (délicatement) et repartir à la marée montante. Je ne connais pas le terme exact de cette pratique, je pense qu'il est plus envisageable et approprié à mon programme et à la remonter de rivières; est cela que tu appelles "les mise à terres" ?. Bref beacher j'oublie.

pour le budget c'est encore très flou car il y a des paramètres que je n'ai pas encore et cela va dépendre de la revente du local, une affaire au prud’hommes et la ventes de toiles aux enchères.

24 jan. 2014
0

Faut-il tout de même prévoir une annexe pour accoster?

je ne suis pas portraitiste, c'est un métier qui n'est pas dans mes cordes. mais dessiner vite oui lorsque je fait des croquis. Quand je peint j'aime travailler une atmosphère avec des personnage souvent de dos. Ça laisse à l'observateur un doute sur ce que fait ou pense la personne. Celle ci est souvent seul ce qui dégage quelque chose, une certaine solitude dans laquelle les gens se retrouvent.

Est ce que tu connais un port précis au Mexique ? car c'est un pays qui m’intéresse et que je oudrais bien intégrer à mon programme.

24 jan. 2014
0

baja ha ha et infos sur mexique pacifique
www.baja-haha.com[...]/

24 jan. 201416 juin 2020
3

Le seul soutient que je peux te donner c'est de t'accueillir sur mon bateau , un chouette bateau , je serai en Grèce de mai a octobre - novembre , ton projet me plais . ( c'est plus constructif que les critiques )

24 jan. 2014
0

merci George, tu me redonnes le sourir ^^

tu pars quand exactement?

24 jan. 2014
0

je part en avril car ma barque a besoin de câlin !! dépose des couches d'antifouling , quelques menu réparation , ( la vérités c'est que ce n'est jamais fini avec !!! surtout quand tu es méticuleux : tu te pourri la vie !!! )

24 jan. 2014
0

comment refuser alors,

je peux m'aide (si ça t'interesse) venir te filer un coup de main pour l'antifouling, ce sont des choses que je me dois de savoir faire.

Sous réserve que la galerie se vende dans les temps, qu'est ce que je dois prévoir exactement ?

24 jan. 2014
1

@creek: "tu devrais pourtant déjà avoir avec"l'art", c'est la modestie, et s'adapter plutôt que vouloir passer en force; et ne pas laisser ton égo prendre la place de ton esprit; "
Les artistes sont modestes et sans égo, c'est bien connu :-)

@G-Rem; fonces vite lorsque des sympathiques marins te proposent de les accompagner, tu auras ainsi l'occasion de te frotter à la mer (et aux différents bateaux) et de cerner un peu mieux la chose pour ensuite affiner ton projet !

24 jan. 2014
1

Il y aura toujours des réactions du type de celles qu'on voit dans ce topic, lorsque l'initiateur, se disant néophyte, emploiera une tonalité affirmative.

24 jan. 2014
1

Jérémy, à chacun sa façon d'appréhender la mer et la navigation.
Pour ma part, novice total si on excepte quelques ronds dans l'eau sur un étang en Vaurien ou Caravelle, j'ai pris possession d'un Attalia au Crouesty.
Quinze jours de mise au point et quelques allers et retours vers Quiberon, Houat et Hédic, je suis parti avec un "vieux" de la marine marchande. 2 mois plus tard, il me lâchait une fois passé Gibraltar.
Depuis je bourelingue à ma guise en Med sans souci majeur.
PS : je ne voulais pas entendre parler "d'école".
Chacun fait comme il veut!

01 fév. 2014
0

bonsoir Daniel, merci pour ton soutien,

Est ce que ton choix de ne pas passer par une école ou une formation résultait du fait que tu connaissais un vieux loup de mer prêt à te former ou cela n'a rien à voir ?

en tout cas merci, tu me prouves que c'est faisable et me conforte dans mes choix

01 fév. 2014
0

Ca n'a rien à voir! Vu mon âge (vénérable), je ne voulais plus retourner à l'école. Et un vieux loup de mer prêt à t'apprendre ce qu'il sait se trouve sur les demandes d'embarquement. La preuve : c'est là que je l'ai trouvé!

25 jan. 2014
1

Comme promis, tu viens sur Manapany, je t apprends ce que je sais. Tu feras très vite un bon petit marin et moi, ç a m intéresse, vu mon âge, d'avoir quelqu un de jeune à mon bord! Viens à Belle îlle quand tu veux !

26 jan. 2014
0

Malgré tout le dédain que tu sembles lui porter, tu es welcome à bord si tu passes par le Léman.
Avec un peu de chance ce sera un jour de forte bise et tu changeras peut être d'avis sur le fait d'apprendre la voile sur le Léman :reflechi:

01 fév. 2014
0

Bonsoir Tristan, mea-culpa pour le lac Léman, je ne porte aucun dédain pour ce magnifique plan d'eau et je suis sur que tu as raison et que tu dois bien t'amuser, progresser, découvrir dessus. j'aurais du prendre un autre exemple comme "la piscine municipale"

promis si un jour je passe par là-bas je te fais signe, mais là je t'avoue que ce n'est pas du tout au programme).

01 fév. 2014
0

alors je suis actuellement en train de lire que l'on m'a conseillé "mettre les voiles avec Antoine". Ce livre traite de tous les aspects de la navigation même les plus insoupçonnés. ça m'aidera certainement dans mes choix. ensuite j'ai le premier livre de Moitessier qui m'attend de la bonne lecture et de beaux rêves en prévision.

par ailleur je vous partage un lien d'un couple qui à mit en vidéo et en images son voyage TDM. Très intéressant, il parle de chaque étape avant et pendant, ça permet aussi de mettre des images sur des situations que je découvre :
voici les videos :www.voilesetvoiliers.com[...]-loick/

et voici le carnet de voyage : loick.blogs.voilesetvoiliers.com[...]/

si vous en avez d'autre à me conseiller ...

01 fév. 2014
0

les video de bertrand cheret.
C'est du B A BA.
Sinon, le mieux c'est encore de naviguer par beau temps au début et puis sortir avec des gars qui s'y connaissent un peu.
Au début tu navigues dans une baie ou un coin que tu connais bien pour ne pas avoir à gérer la partie navigation et quand tu auras ton bateau bien en main, tu peux partir explorer le monde.

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Piégeage des gouttes

Après la pluie...

  • 4.5 (115)

Piégeage des gouttes

mars 2021