"Ah,... c'était bien mieux avant !" (mais avant quoi ?)

J'en remets une couche, pardon !
mais j'en ai un peu assez de ce discours passéïste et récurrent
Gros, épais, lourd, massif, n'a jamais été pérenne ni performant en matière de construction ... Et ne me parlez pas des cathédrales SVP, car certaines d'entre elles parmi les plus célèbres ne "tiennent debout" que grâce à de coûteuses reprises de structure menées par les MH, avec des techniques avantgardistes telles que des tirants (bien cachés au coeur des cailloux) de carbone et inox "hight-tech"
On faisait "épais" quand on ne savait pas calculer (puissance des ordi) des efforts sur une structure ... mais nombre de vieilles demeures s'ouvrent en 2, les murs se fissurent et perdent l'aplomb sous les poussées des charpentes etc etc
Une belle construction terrienne ou marine, c'est d'avoir juste la matière qu'il faut au bon endroit le reste c'est du gaspillage de moyens
Je passe ma vie pro à expliquer à des entrepreneurs "qui ont toujours fait comme ça" que si une dalle de béton doit faire 20cm, c'est fragiliser le tout que de la couler plus épaisse et ça coûte cher au client
2cm de béton sur 100m², c'est 5 tonnes de trop à porter ... c'est pareil sur les canotes
Vive la science,la technologie moderne, l'intelligence et le calcul fin par CAO !

Quand j'étais étudiant, j'avais une vieille 203 Peugeot : 12L/100 plafonnait à 120km/h m'aurait tué au moindre accident à 50km/h, ne démarrait que par temps sec (6v et pas d'électronique) tenait la route, mais toute la route et rien ne pouvait l'arrêter ...même pas ses freins à tambours ... etc ...etc

L'équipage
13 nov. 2011
13 nov. 201113 nov. 2011
0

ben, c était mieux avant la dette ! :tesur: :heu:
bon , pour la 203 c était mieux après : j avais 2 batteries 6 V donc en 12 Volts ! :langue2:

13 nov. 2011
0

Quel cumulard ! 2 batteries !

0

ben moi je prefere toujours construire les maisons a l'ancienne et avoir un bateau bien echantilloné,il n'y a qu'a voir ce que donnent les calculs modernes un peu partout !(course au large )et je connais plus de maison fendue pour sous echantillonage que le contraire !maintenant je ne suis pas passeiste a fond mais il faut faire la part des choses et un bateau n'a rien a voir avec une automobile ;-)

13 nov. 2011
0

Franchement, je comprends que naviguant sur un souther.... dériveur en plus, on ai un peu de mal a parler .....voile.....

13 nov. 2011
0

tu crois pas que tu pousses un peu là ?

:lavache:

0

pour casablanca :c'est a voir !

13 nov. 2011
0

ce que vous dites est vrai, mais voila, la mer n'est pas la terre, c'est vrai aujourd hui on peut tout calculer, le monde à fait une avancée fulgurante en quelques années.
mais pour ma part malgré que l'on puisse tout calculer, presque tout prévoir, je prévois toujours un coéficient de sécurité, le juste pile poil pour moi n'est pas bon, même Veritas à cette logique exemple: une élingue, un cordage etc la cmu qui est marquée dessus fait en général 1/2 fois la résistance à la rupture physique réel, c'est à dire si votre élingue céde a 1000 kg elle ne sera validée qu'a 500 kg.
l'exemple est flagrant avec les bateaux de la Jacques vabres, ils sont calculés au plus juste normal course et poids oblige, aujourd hui on voit le résultat.
bien sur, toujours dire trop n'a jamais manqué est aujourd hui un peu dépassé, mais je ne connais personne qui s'est plein de ce diction, par contre quand vous posez un bateau neuf sur ber et que le ber enfonce la coque il y a de quoi de poser des questions

13 nov. 2011
0

C'est quoi "construire à l'ancienne "?
C'est avant Eifel ? avant l'invention du béton armé de l'inox ou du polyesther ?
Ah ! le bon cordage de chanvre sur des caps de mouton pour gérer de bonne vieilles voiles de coton safran ...
D'accord avec toi quand tu parles de "bateau bien échantillonné" c'est exactement le sens de mon post ... bien ça veut dire "comme il faut" mais pas plus ...

0

breizhou c'est pas la peine de tomber dans l'exageration et de parler de chanvre !remarque que les caps de moutons reviennent a la mode avec du cordage polyethilene

13 nov. 2011
0

ben non, c'est pas de l'exagération, c'est juste pour démontrer combien c'est difficile de positionner le curseur de "l'avant/après"

13 nov. 201113 nov. 2011
0

Il faut également concevoir la résistance en cas d'utilisation hors normes...
Un bateau bien échantillonné résistera t-il à un échouage, un talonnage ?
C'est arrivé à un de mes bateau drossé sur l'enrochement de la digue d'entrée du port après que des plaisantins aient largué les amarres !
J'ai été heureux de récupérer mon bateau avec seulement quelques égratignures.
Cela dit étant une construction en acajou moulé, il ne souffrait pas de surpoids...

13 nov. 2011
0

Evident que lorsue j'écris "échantillonné juste" c'est y compris les coeff de sécurité qui sont inclus dans le résultat final ... ne serait-ce que pour intégrer les défauts de mise en oeuvre qui elle n'est pas faite en "laboratoire"
Quant à l'utilisation "hors norme" elle peut être prise en compte ... mais, partir d'une base de conception optimisée permet de ne renforcer que là où c'est nécessaire ... on est gagnant dans tous les cas, yc sur un brise-glace

13 nov. 2011
0

Vaste sujet! Peut être pourrait-on essayer d'imaginer comment çe sera après? :acheval:

13 nov. 2011
0

Bien d'accord, ça mérite peut-être un fil en soi ? :heu:

13 nov. 2011
0

Si l'avenir ne tient qu'à un fil en soie, je crains le pire ! :heu:

13 nov. 2011
0

"Avant", quand c'était mieux (de mémoire, avant 1850) le balancier des pendules était suspendu par un fil, peut-être en soie ?
D'accord, avec les variations d'hygrométrie, le fil se détendait ou se resserrait, fallait remettre les pendules à l'heure.
Mais au moins, 1) on savait quoi faire (et le faire soi-même), et 2) on savait pourquoi !
(c'est à Neptune que je répondais, pas à Moustic, je m'a trompé, Dieu sait où ça va s'afficher)

13 nov. 2011
0

Va falloir inventer un "calendrier de l'avant"
NB : On a tous une fâcheuse tendance à expliquer le monde en le centrant sur notre millésime ... mais c'est "glissant" ... comme ce sujet !

13 nov. 201113 nov. 2011
0

bjr ,après de savants calculs sur la resistance de la matiere ,celle des formes qui donnent de la rigidité , beneteau à decidé que sa serie 7 ne pouvait pas etre posée sur sa quille ,ce qui n'etait pas le cas des series "evasion" quand on dit c'etait mieux avant je ne pense pas que dans ce cas on ai tort .
je viens d'acheter un voilier de 25ans d'age avec du teck massif à l'interieur qui pese pas loin de 6tonnes pour 9.2m et pourtant 240mn en 24h et celui la je peux le poser sur sa quille .
ceux à qui il ne manque que les poignées pour les identifier je les laisse aux autres
qui veulent faire des surfs à 20nds ,ce qui devait etre interessant avant hier au sud de porquerolles parmi les troncs d'arbres ....suite aux crues des 9 jours precedents ...
par exemple :
si le gps n'avait pas été inventé ,beaucoup moins de monde n'oserait pas perdre les cotes de vue .l'industrie de la plaisance ne se serait pas tant devellopée ,
esce que ce n'etait pas mieux avant ???????
LE PLUS GRAND POLLUEUR A ETE CRISTOPHE COLLOMB
alain

13 nov. 2011
0

c'etait mieux avant, ce sera mieux demain...
beau serpent de mer. je me rapelle de belles empoignades sur le sujet à l'epoque de "bahia" (guy autrefois).

bien sur la 203 avait plein de défauts mais au moins tu n'etais pas oblige de la brancher sur une valise electronique a plusieurs milliers de roros pour connaitre l'origine de son rhume et te depatouiller toi meme sans faire venir la depaneuse...

bien sur dans le batiment les normes n'etaient pas aussi precises qu'aujourd'hui mais on savait que l'exceptionnel existe. j'ai participe a un plan orsec vers 1990 a lons le saulnier parce-qu'une grosse couche de neige mouillee etait tombee et que tous les toits calcules par de tres bons ingenieurs etaient en train de se foutre par terre. y z'avaient juste oublie que de temps en temps (50 ou 100 ans) ce genre de meteo arrive, je vous rassure aucun n'est monte sur les toit avec mes piou-pious.

bien sur les bateaux d'alors etaient de vrais coffre-fort, lents et lourds a manoeuvrer. ceci dit je serais curieux de voir quel serait l'ecart entre moitessier en version croisiere (c'est a dire encore plus charge qu'en course) et un de nos bateaux modernes avec le meme equipement et le confort en plus. entre ici et la polynesie pas sur que le sun first machin chose arrive avec tant d'avance que cela.

par contre je suis sur d'une chose, c'est que mon sextant et ma montre pourront toujours me donner une meridienne, contrairement au gps qui pourra soit etre degrade soit simplement tomber en carafe pour quelque raison que ce soit (pb de batteries par exemple)..
alors oui le progres a du bon mais trop de progres tue le progres

petite devinette:
comment font les corses pour tracer une route dans la montagne ?
il prennent un ane, lui tappent sur le cul et la ou il passe ils font la route.
et quand ils n'ont pas d'ane?
ils font venir un ingenieur du continent.... :mdr: :oups: :langue2:

cordialement
jpierre

13 nov. 2011
0

Les ailes de la 203 m'ont souvent servi d'escabeau. Essaie donc aujourd'hui ! :pouce:

13 nov. 2011
0

:bravo:

13 nov. 2011
0

c'était mieux avant ? bien sur !!!

quand j'avais 20 , 30 , 40 , 50 , 60 ans ................

13 nov. 2011
0

Salut STP et bien moi, j'ai découvert que j'étais toujours dans la quarantaine .. et oui j'ai quarante seize ans :-)
Au fait très belle journée sur Deauville, 20 noeuds de sud est il n'y a rien de mieux pour naviguer en baie de seine. :pouce:

13 nov. 2011
0

pour moi ,

la semaine prochaine !
:mdr:

13 nov. 2011
0

je serai curieux de voir dans quel état sera une villa moderne dans 2 ou 3 siècles alors que celle que j'habite a été construite au XVIII° siècle et tient toujours très bien debout, c'est vrai que l'entretien est fait et que il y a maintenant des sanitaires, le chauffage central l’électricité etc etc... et je m'y trouve très bien, quand je ne suis pas à bord

13 nov. 2011
0

Ce genre de fil me fait penser à ce que je suis très content de ne pas avoir connu : les discussion de camping autour d'un pastis pour savoir si Peugeot était mieux que Renault ou que Citroën...
Franchement qu'est-ce qu'on en a à faire de ce genre de polémique stérile ? Moi je navigue sur de l'ancien parce que je n'ai pas les moyens d'acheter du neuf. Point barre. Pour le reste, je m'en tamponne le coquillard avec un fémur de langouste... Chacun voit midi à sa porte.

13 nov. 2011
0

Enfin, personnellement, je n'ai que des PEUGEOT !
RENAULT, à chaque jour un bruit nouveau !
Quand à CITROËN, c'est la voiture à papy...

15 nov. 201115 nov. 2011
0

Zitoun69 a parfaitement raison, comme lui j'ai commencé par de l'ancien , parce que je n'avais pas les moyens d'acheter du récent, et
maintenant en connaissant le pour et le contre, j'en suis fanatique
(et administrateur et sociétaire de 4 asso de vieux gréements), on ne peut pas comparer des bateaux, ou des façons de naviguer aussi différentes, chacun ses plaisirs....BIEN que je pense que sur un tour du monde un Moitessier avec son bateau arriverait plus surement qu'un bateau de course actuel , et peut être pas si loin.... si l'autre n'a pas coulé avant.
Salut LECELTE

13 nov. 2011
0

On savait calculer avant les Ordi qui, s'ils calculent infiniment plus vite qu'à la main n'exécutent vraiment bètement que les programmes qu'on veut bien leurs faire mouliner.
Ces machines n'ont hélas ou heureusement encore aucune vraie intelligence propre, digne de ce nom, l'intelligence artificielle restant encore un abus de langage, mème si l'on progresse. Ce génial outil n'est qu'un outil.
Pour les coques on pourrait en faire de l'épaisseur d'un papier à cigarette, mais qui en voudrait?

13 nov. 2011
0

Non, tout n'était pas mieux "avant" (à part moi, mais ça c'est trop personnel !). Il est évident que le progrès technique existe. Malheureusement, lorsqu'on sait calculer la limite de résistance, on a tendance à se pencher sur le coût... et à rogner si possible, partout où c'est possible, et c'est souvent beaucoup trop possible.
Ce qui n'est pas mieux qu'avant, AMHA, c'est l'attitude "consommateur", et le masquage volontaire des risques qu'amène l'ignorance. Le GPS est une belle chose, en mer comme à terre ; mais quand je vois mes enfants démarrer pour un voyage de 1000 km armés d'un GPS, sans la moindre connaissance géographique et sans une seule carte à bord... je dis "c'était mieux avant, on était obligés de faire un minimum de repérage ; et on avait mieux conscience des risques". C'est bien sûr beaucoup plus facile maintenant.
Quant à mon propre bateau... ben, bien sûr c'était mieux avant, puisque depuis on n'a jamais su en faire un aussi beau, aussi vivant, aussi gai, aussi... tout, quoi !

13 nov. 2011
0

c'est vrai qu'avec la technique d'aujourd'hui on arrive à savoir ce qu'il ne faut pas mettre de trop ! encore faut'il que certains fabricants de bateaux ne mettent pas trop
le minimum! pas seulement pour le poids mais surtout pour la rentabilitè ;le marketing moderne ayant tres bien defini comment vont etre utilisè une majoritè de bateaux ! comme me disait recemment un ami expert au avaries ,les bateaux de grandes series modernes sont leger plus rigide que par le passè tres performants mais en cas d'echouage, talonnage abordage (300 declarations en 2010 pour ce cabinet pour le grand ouest) les degats structurelles sont souvent considerables et le cout des reparations(si envisagables)extremements onereuses!et quand est'il de la durèe dans le temps????? je ne suis absolument pas pour le"bonvieuxtemps" mais il faut quand meme remarquer que certains vous en donnent vraiment le strict minimum pour votre argent cordialement

13 nov. 201116 juin 2020
0

C'était mieux avant. Même les couleurs !!! :heu:

13 nov. 2011
0

Surtout pour la retrouver dans un parking de grande surface(qui n'existait pas).Maintenant, elles sont toutes gris métallisé ou noires

:heu: :mdr:

13 nov. 201113 nov. 2011
0

ne pas se meprendre,
malgres les appafrences je ne suis pas "passéiste".

de nombreuses evolutions sont tres positives a commencer par l'informatique qui nous permet d'avoir cette conversation par dela les montagnes et les mers.

mais aujourd'hui on a trop tendance a vouloire faire table rase du passe sans tenir compte de ce qu'il nous enseigne.
de plus le progres doit a mon sens apporter un plus or est-ce un plus que de devoir dependre d'un autre pour simplement etre en mesure d'utiliser ce que l'on possede ?
la voiture sur la photo de gadloo, independament de toutes notion esthetique, possede a mon sens un grand merite, elle est simple a reparer et tout bricoleur un peu consciencieux peut le faire (cf cuba).

sur nos bateaux c'est la meme chose, le winch electrique, une fois en panne de batteries ou l'induit crame est inutilisable et irreparable avec les moyens du bord. le winch manuel simple ou self tailing sera quand à lui toujours disponible. je suis convaicu que le winch manuel est un progres par rapport à "atila" de moitessier, je suis beaucoup plus dubitatif a considere le winch electrique un progres par rapport au manuel.
pour ce qui est du batiment et des dalles beton ou on ajoute 2 cm, c'est plutot les normes qui pousent à la consomation que l'inverse (dalles pleines : hier 10 cm aujourd'hui 12...)

sans compter la course a la performance, pourquoi faire des bateaux de "competition", tres chers et dificiles a entretenir, alors que dans la plus part des cas ils seront menes en pere tranquille avec un chargement qui les rendra trop lourd pour vraiement exprimer leur reel potentiel?
idem pour les voitures, la moindre petite bagnole aujourd'hui a les performances d'une R5 alpine alors que la vitesse legale diminue... et dans la R5 il y avait au moins la place de changer l'embrayage sans devoir tomber le moteur...
jpierre

13 nov. 2011
0

C était mieux avant ,

les bateaux étaient simples et costauds ils étaient faits pour naviguer et durer,
ils pouvaient se poser sur leur quille sans passer par la case chantier de réparation,
les mouillages étaient souvent gratuits , non aménagés et moins courus.
L' avant gps formait de bons marins.
Il n y avait pas cette dérive consumériste qui aveugle les nouveaux accédants et qui tuera peut etre la plaisance populaire comme on a tué la planche à voile classique il y a quelques temps .

Si le progrés c' est d avoir 2 barres à roue dans le cockpit et souvent deux série d' instruments électronique , multi , girouette anémomètre et gps, à chaque poste de barre , eh bien , c'était mieux avant.

Si aujourd hui il est risqué de naviguer dans certaines eaux lointaines, c' était mieux avant.

Si on a du mal à naviguer dans le golfe du morbihan en été parce qu' il y a des bateaux à moteur qui foncent sans respecter la reglementation et sans autre formation que le permis cotier tout frais , c' était mieux avant.

J en viendrai presque à regretter l invention du gps qui en ofrant une sécurité de positionnement incroyable a permis cette invasion de consommateurs nautiques .

C' était mieux avant.

13 nov. 2011
0

vous parlez d'invasion nautiques, quand on sait d'après toutes les études qui ont été faites que 60% des voiliers, ne montent jamais les voiles et marche au moteur, combien de voilier mettent leur cone quand ils sont sous moteurs, en laisant une voile a poste pour faire croire.
l'invasion nautique c'est sur, mais aujourd hui seulement 10 % de la flotte de plaisance sorte régulièrement, a savoir qu'une place de bateau à l'année coûte moins cher qu'une location de villa pour un mois.
le monde change, les comportements aussi, mais le temps des terres neuves et de leur goéllette, en tant que normand j'aime les lougres, les vaquelottes, c'est normal, c'est dans notre culture maritime, mais franchement je n'irai pas en acheter un, déja rien que pour l'entretien, pour moi un bateau est fait pour aller en mer pas pour passer son temps à vernir et a peindre.

13 nov. 2011
0

entre les lougres d'autrefois et les feuilles à cigarette d'aujourd'hui il y a les bateaux d'hier,arpeges, first 30, evasions, j'en passe et des meilleurs sans compter les grand cru harle aubin qui sont hors classe. ce sont de tres bons bateaux, simples solides et dont l'entretient n'est pas plus couteux ni preneur d temps que les actuels.
avec eux aussi tu peux aller en mer sans passer ton temps à vernir et a peindre....
par contre pas sur que les bateaux technologiques d'aujourd'hui resistent au temps aussi bien qu'eux. sans compter que le cout d'entretient de tous ces bazars de "confort" n'est pas negligeable.
en plus comme dit plus haut la technologie moderne est beaucoup plus sensible aux flirts avec ces imbeciles de cailloux qui se jettent devant elle....
jpierre

13 nov. 201113 nov. 2011
0

J'en ai marre ! Je ne sais pas comment ça se passe en Méditerranée, en Manche ou en Bretagne.
Je ne sais même pas comment ça se passe à Hendaye, sauf sur mon ponton.
Mais là, il y a plein de gens qui viennent au minimum une fois par semaine, et qu'on voit à peine parce que dès qu'arrivés ils partent. Des fois plusieurs jours. Au moins la journée.
Et cet été, il y a eu plein de places libres (occupées immédiatement par des bateaux qui venaient profiter de notre belle plage, notre beau soleil et la côte d'Espagne).
Les voiliers scotchés, il y en a, mais chez nous ce n'est pas la majorité !

Allons bon ? Je répondais au message sur les voiliers scotchés, ça se retrouve n'importe où ?
:doc:

13 nov. 2011
0

Mon bateau un CNSO, a été construit a Toulouse, j'en suis trés content et je ne vois pas l'intéret de construire a Valancienne ...............
:tesur:

13 nov. 2011
0

CNSO, c'est pas à Agen-même ? :coucou:

14 nov. 2011
0

oui mais s ilavait été construit a Valencienne , il aurait eu la frite :doc:

14 nov. 2011
0

Construit à Valencienne et aménagé à Toulouse, t'avais un saucisse-frites. :-p

13 nov. 2011
0

construction neuve , moderne hi tech.....le grand hall de notre aeroport C de G qui s'effondre cao peut etre ?
pour moi avant c'etait les annees soixante,les ports gratuits, toujours un bon accueil, poisson avec le voisin pecheur
les vacances sympa ....en 68 voyage de noces sur Houat: deux couples sur la plage fin juin, debut juillet....le reve
bonsoir à tous

13 nov. 2011
0

Vous ètes bien sévère pour votre vieille 203 car vous n'avez à l'évidence pas connu les formidables contraintes économiques à sortie de la 2° guerre mondiale, avec une France ruinée. La 203, avec d'autres modèles d'autres Marques, marquait remarquablement la renaissance de l'industrie française. Elle faisait rèver et était très convoitée. Les choix technologiques aujourd'hui critiquables étaient essentiellement économiques. On aurait pu mettre une suspension Mac Pherson et un pont arrière autre qu'à vis sans fin, etc., mais il fallait rester économiquement classique. Seuls Citroèn (2CV et beaucoup plus tard DS)et Panhard (Dyna)ont alors sorti des véhicules technologiquement exceptionnels, mais ils ont fini par ètre absorbés par Peugeot.

13 nov. 2011
0

Et la 203 était l'amie des dames. Il y avait un support pour accrocher le sac à main.
Ça s’appelait "starter".
:-D :-D :-D :-D :-D :-D :-D :-D :-D

13 nov. 201113 nov. 2011
0

j ai eu deux 203
une de 1958 et une de 1953 avec l avance à l allumage au tableau de bord et les flèches de clignotants :topla:

je les ai bien aimés!
bon , il y en as une j ai fait 80 mètres sur le toit! :lavache:
mais a part les portes bloquées !DE NADA ! :tesur: :langue2:

13 nov. 2011
0

Ah tiens ? Mais sur la 203 de mon Papa, j'étais à l'arrière et je n'avais pas de sac à main.
Par contre, sur ma Mini Austin, j'avais un starter, c'est vrai... Ah, le bon temps ! La brave bête ! (je parle de l'Austin, pas de moi).

0

bonjour
assimiler le bateau lourd à una approche passéiste est une mauvaise démarche.
Un bateau léger a des avantages, mais le déplacement lourd aussi. Mon Hood 38 est lourd, non pas parce que le chantier ou l'architecte ne savait pas faire léger, mais parce que c'est un choix délibéré : confort à la mer, ne tape pas, supporte une charge utile importante ...
PAr exemple, je suis rentré de Guernesey à Cherbourg ce matin, le vent d'est était un peu fort et la sortie du raz fidèle à ce que l'on peut en attendre. Mon bateau faisait sa route au près sous pilote (j'ai aussi barré pour le plaisir) sans jamais taper. PAs loin il y avait un Dufour assez grans avec un mât à trois étages de barres de fléches, il avait bien du mal à tenir un cap et a finalement mis au moteur. Malgré un grand bord au large, je suis arrivé en même temps à Cherbourg.
Sur le bateau moderne il aurait fallu un équipage nombreux et actif, sur mon Hood, en famille ça passe. Ce n'est pas du "j'ai un bateau lourd car c'était mieux avant" mais tout simplement un bateau particulier pour un programme précis.
cordialement
Hubert, de Cherbourg

13 nov. 2011
0

eh oui!ilfaut vivre avec sont temps et les regrets et nostalgies du passè ne servent à rien! heureusement la mer au large est toujours aussi belle, neanmoins l'arrivè dans les marinas ("mouillages" de plus en plus incontournables)est souvent consternante pour ceux qui ont connu autre chose !manque de savoir vivre ,atmosphere deprimante,preposè au peage qui se precipite des que vous avez pointè l'etrave, gougaterie de certains bateaux de location, plus trop envie d'aller admirer les bateaux vu l'uniformitè et la banalitè generale et ce cotè plus camping que marin dans beaucoup de port(mais pas tous) bref on fini par comprendre que le reve n'est plus aussi rose , si l'on cherche autre chose que consommer ! il devient aussi de plus en plus difficile de retrouver ses marques a moins d'aller trainer de plus en plus loin ou de naviguer l'hiver !les fabriquants ,responsables plaisance etc ont peut etre du soucis à se faire s'ils ne font pas un peu plus rever les gens !pas sur que les passionnès continuent à depenser de plus en plus d'euros ,d'efforts de sacrifices et de contraintes pour un plaisir qui le devient de moins en moins; mais le pire n'est jamais sur ! cordialement

13 nov. 2011
0

Si je me "téléporte" en 1970 ... je n'aurais jamais pu, avec mon buget actuel, m'offrir un arpège ... c'était le must à l'époque ! mais la plaisance ne s'était pas encore beaucoup démocratisée ... donc y'avait beaucoup plus de place pour ceux qui avaient les moyens ...ils étaient si peu ! dommage pour eux, et désolé de les avoir "encombré"

13 nov. 201116 juin 2020
0

''je n'aurais jamais pu, avec mon budget actuel, m'offrir un arpège ... c'était le must à l'époque''
Voilà une excellente remarque...
Exemple: j'ai payé le mien plus du double il y a quelques années..
Les marinas sont pleines en été? - chouette, les mouillages le sont moins. Et avec un plus gros bateau, on peut partir plus loin...
Et avec le GPS et la carto, on peut aller dans des endroits plus pointus sans trop de risques.

13 nov. 2011
0

"chouette, les mouillages le sont moins".
Oui, mais il y a de plus en plus de marinas et de moins en moins de mouillages dans les endroits pas trop lointains en tous cas (côte Nord Espagne, par exemple).
C'est mieux maintenant ? Oh ?

13 nov. 201113 nov. 2011
0

Voilà un fil bien inutile, il y a eu, il y a et il y aura toujours de bonnes et de mauvaises choses, donc le "tout était mieux" ou le "tout sera mieux" ne veut pas dire grand chose !!

"J'ai tout compris, je vais vous expliquer" ça me fatigue

13 nov. 2011
0

Bof... et le plaisir de parler pour le plaisir ?

14 nov. 2011
0

j'adore les ceusses qui postent pour dire que c'est inutile de répondre ... Ubu n'est pas mort, il fréquente H&H !

13 nov. 2011
0

Aristarque de Samos (-370) a réussi à mesurer la distance terre-lune avec une erreur de quelques centimètres. Pas de téléscope, d'ordinateur, etc...
Opposer la capacité de calcul des ordinateurs d'aujourd'hui au cerveau et à l'apprentissage empirique des anciens, c'est en soi une hérésie, ou disons un "tropisme" de scientiste.
Moi tant que mon bateau flotte et qu'il remonte au vent, je n'ai rien à redire.

13 nov. 2011
0

Et c'est reparti!!!
Cela faisait longtemps qu'il n'avait pas été remis sur le tapis la guéguerre entre les CMM et les CMA.
On voit que l'hiver arrive.

13 nov. 201113 nov. 2011
0

@zitoun59 ''...centimètres...'', plutôt dizaines de milliers de kilomètres, mais c'est déjà très bien ,-)

13 nov. 2011
0

et oui, en fait le nombre detruit beaucoup en 68 nous avions achete au croisic une coque bois pontee mais vide
realisation de l'accastillage, des poulies, pas de winches, voile en coton, l'annexe: canot de sauvetage des pilotes acheté aux puces
pas de moteur seulement godille de 4,50 m et effectivement l'envie ,il faut dire breton d'origine un peu du bord de mer mais SVP pas de polemique , on n'est pas là pour ça, à l' epoque la consommation n'existait pas ou peu.
souvenez vous des revues nautiques on parlait à l'epoque du bateau de Mr untel ..... maintenant nous avons de belles unites
la croisiere sur corsair, muscadet, corvette, belon et bien d'autre et on appelle çà l'evolution aujourd'hui il faut des unites de 9 .... 14 metres .....idem pour les voitures
l'homme evolu ....

13 nov. 2011
0

ho oui !!! Le Belon !!!ça,c'était un bon bateau ...injustement méconnu.
Le roi du club nautique de Rosbras/Brigneau, hélas, lui aussi disparu.
Cordialement.

13 nov. 2011
0

Il en reste quelques fantômes bien gais :

www.rosbras-brigneau.fr[...]/

www.hisse-et-oh.com[...]rosbras

;-)

13 nov. 2011
0

Autre fois il y avait de bonnes choses et de moins bonnes. Aujourd'hui et demain, ce sera pareil car il y a la société de consommation !
Aujourd'hui l'industrie est capable, dans bien des domaines, de faire des choses durables. Mais que vendra-t-elle demain. Les services marketing segmentent les innovations pour avoir une nouveauté à proposer quelques mois plus tard. En électronique, certains composant sont étudiés pour avoir une durée de vie limité. Et là ce n'est pas une question de prix de revient !!!
Il faut juste vivre avec son temps.
RV

13 nov. 2011
0

moi je trouve que c'était mieux avant,
souvenez vous de votre femme il y a vongt ans .... :aurevoirdame:

13 nov. 2011
0

Eh ! Tu la connais, l'histoire du Monsieur qui s'étonnait d'avoir été plus heureux quand il avait pas le sou et une femme de vingt ans, et de la réponse de sa femme ?

13 nov. 2011
0

Seule l'apparence a changé, je suppose.....Mais la personne elle même était elle mieux, moins bien? incomparable. Elle était, comme elle est, comme elle sera: elle! :tesur:

13 nov. 2011
0

********, Clarivoile !

13 nov. 2011
0

c'est infiniment mieux maintenant . Quand j'ai un problème je fonce sur mon ordi , je cherche comment le résoudre , puis toujours avec mon ordi , je cherche où commander les pièces , et où les commander le moins cher, éventuellement où trouver ça d'occasion .
Je me demande comment je faisais avant.
Pour les bateaux , les coût ont été considérablement baissés avec l'introduction des conceptions assistées avec ordinateur, ça a fait baisser le prix des vieux , ça m'a permis d'en acheter un , ce que je n'aurais jamais pu faire avant.

Et puis cerise sur le gâteau , je peux même discuter avec d'autres sans avoir besoin d'aller au bistrot du coin m'ivrogner, juste en tapant sur mon ordi .

Je me demande comment je ferais si je ne l'avais pas.
Pas de doute , pour moi , la vie est plus belle maintenant qu'avant

13 nov. 2011
0

Soyez heureux soixantehuitards, soyez heureux vous qui avez connu les ports gratuits et les mouillages déserts, soyez conscient du privilège que la vie vous a donné là,... né en 69 et très tôt amoureux de la mer, peut-être vous ais-je aperçu, dans les 70', sur votre corsaire ou autre muscadet et vous m'avez fait rêver,..."sur toute les plages du monde il y a des ptits garçons qui tendent la main aux bateau" (J-L Haubert) j'ai pourtant assez vite pu accéder, durant les vacances estivales, au plaisir des flots sur le 320(3,20m)familial mais je rêvais déjà de grands voyages et les promenades sur les ports et la lecture de romans d'aventure entretenait ce rêve chimérique.
A 15 ans je fabriquais ma première planche à voile dans le garage de la maison à Bruxelles et dès que le vent soufflait je prenais mon vélo pour aller voir, à quelques km de là, les risées déformer la surface de l'étang où seul les canards étaient tolérés... J'ai passé ainsi une adolescence pleine de frustration marine entrecoupée de trop courte périodes de vacances... et puis la vie a suivi son chemin et heureusement que j'ai pu pratiquer le windsurf, le kitesurf et maintenant seulement, à quarante ans passé, j'ai enfin pu accéder à Mon voilier !!!
Je ne raconte pas mon histoire pour me lamenter, juste pour faire prendre conscience qu'on a la chance qu'on a et qu'on a eu, d'ailleurs je considère mon parcours comme privilégié, mais comme beaucoup d'autres jamais je ne connaîtrai le bon temps des ports peu peuplés, des mouillages sans touristes,...
Longues vie à la voile, aux bateaux anciens, aux modernes, aux bois vernis, aux revêtements hi-tech,... dans notre monde actuel !!!

14 nov. 2011
0

Les ceusses qui ont connu le bon vieux temps des ports peu peuplés , et des mouillages sans touristes, n'ont pas été nombreux , d'authentiques privilégiés
Depuis la nuit du 4 Aout , on sait, ou on pourrait savoir que les privilèges doivent disparaitre.

13 nov. 2011
0

Etant donné que le bateau que j'ai - maintenant - était un must dans les années 70, les gens qui pouvaient se le payer - avant - étaient de sacrés veinards. Mais vu que j'ai depuis quelques années récentes ce toujours fringant arpège qui est devenu mon premiuert bateau à 52 ans, le sacré veinard , c'est bien moi - maintenant ! Donc si avant était mieux pour certains, le présent est bien mieux pour moi ...
Mon bateau-d'avant-de-maintenant me donné tellement de plaisirs que je n'ai absolument aucune nostalgie du passé, voilà tout !
Le présent est à goûter et profiter au max, et le futur à imaginer encore mieux.

13 nov. 2011
0

****** Elixence !
Et moi c'est mon premier bateau à 64 ans, et je suis une sacrée veinarde.
Des tas de gens ont sûrement conçu, depuis, des tas de beaux bateaux, mais je suis tellement heureuse avec le mien, dans le présent, que je ne me demande pas si on a fait mieux depuis.
CMM, avec ce que j'ai !

13 nov. 2011
0

Tout fiche le camp...

La preuve :
"Notre jeunesse (...) est mal élevée. Elle se moque de l'autorité et n'a aucune espèce de respect pour les anciens. Nos enfants d'aujourd'hui (...) ne se lèvent pas quand un vieillard entre dans une pièce. Ils répondent à leurs parents et bavardent au lieu de travailler. Ils sont tout simplement mauvais."
Socrate (470-399 av. JC)

"Je n'ai aucun espoir pour l'avenir de notre pays, si la jeunesse d'aujourd'hui prend le commandement demain. Parce que cette jeunesse est insupportable, sans retenue, simplement terrible."
La deuxième est d'Hésiode (720 av. JC)

"Cette jeunesse est pourrie depuis le fond du coeur. Les jeunes gens sont malfaisants et paresseux. Ils ne seront jamais comme la jeunesse d'autrefois. Ceux d'aujourd'hui ne seront pas capables de maintenir notre culture."
La troisième est d'un prêtre égyptien (1000 av. JC)

Déjà à l'époque, c'était mieux AVANT.
Alors que dire de nos jours ???
Comment peut-on encore vivre ?
Vit-on seulement ?

Alors naviguons encore et encore...

14 nov. 2011
0

Je propose un suicide collectif !

14 nov. 2011
0

:pouce:

13 nov. 2011
0

elixence=magnifique post de realisme et d'optimisme à mediter ! cordialement

14 nov. 201114 nov. 2011
0

De toutes façons, le maillon faible, c'est l'humain (homme ou femme). Et cela commence dès le cahier des charges. Je ne suis ni passéiste, ni accro aux calculs de CAO. Si on veut que la bagnole serve d'escabeau, on va regretter la 203 de Cetecry, mais si on envisage que le capot se déforme sous le choc d'un piéton, on calcule différemment.
Revoyons notre cahier des charges, notre programme. Dans le milieu de la voile, il y a de tout. Certains vont faire de la formule1 sur des circuits d'enduro, d'autres achètent des camping-cars consommables, conçus pour la loc entre 5 et 10 ans. Entre les deux, on trouve de très bons bateaux qui vieillissent bien à des couts plus bas à qualité d'époque équivalente.
Donc, ce n'était pas mieux avant, c'était différent, avec moins de choix, moins d'immédiateté et d'accessibilité au plus grand nombre.

14 nov. 2011
0

lorsque trente bateaux de course se lancent, ils sont tous construit au plus juste à la limite de casser, certains ne tiendront pas plus de 10 jours, c'est court pour une vie d'un bateau,
plus on surdimensionne, à condition de respecter une cohérence dans l'ensemble des éléments résistants, plus on pourra profiter longtemps du bateau, 40 ans par exemple, comme le font les heureux capitaines d'un arpège.

La fatigue des matériaux oblige soit à surdimensionner, soit à calculer au plus juste et aussi , malheureusement, à changer les pièces périodiquement. Toute contruction a une durée de vie.

14 nov. 2011
0

+1 Qui partirait faire le tour de l'Afrique avec une formule 1 ? ... plutôt qu'avec une 203 (restaurée) ... 1 usage = 1 réponse ... 1 individu = 1 réponse ... 1 contexte = 1 réponse ....etc. etc.

0

encore une fois c'est le juste millieu la meilleure solution :prenons le bon de l'empirisme du passé et le bon des calculs modernes sans devenir un technocrate a outrance :topla:

14 nov. 201114 nov. 2011
0

Il y a des choses qu'on ne peux pas laisser passer ;-)

On apprend durant des études d'ingénieur deux choses:
- On apprend à apprendre, à résoudre un problème, à chercher et à trouver une solution quelque-soit le problème.
- On apprend à calculer les incertitudes.

Dans tous les domaines, il y a des incertitudes de mesures, de données et de calculs à gérer. Celles-ci s’évaluent très bien. Par exemple, un voltmètre ne mesure JAMAIS 12,4V mais 12,4V plus ou moins 0,5V (par exemple). Une masse de 10t n'existe pas, il y a l'incertitude de la balance. Une longueur de 12,4 cm non plus ou encore une température de 34,4 °C. Les résistances électriques sont données avec une incertitude en %. Aucune valeur absolue n'existe en ingénierie.

Ces incertitudes de mesures sont évaluée et ré-intégrées dans les calculs pour donner une incertitude quant au résultat final. Par exemple, dans un cas sus-cité, on doit pouvoir dire qu'un toit doit pouvoir supporter 1,2m de neige plus ou moins 10 cm. Si on y ajoute un coefficient de sécurité, un ingénieur est tout à fait capable de vous donner une estimation précise et valable de son résultat. Dans un nouveau domaine - expérimental comme l'était le carbone il y a quelques années-, l'incertitude est plus grande, maintenant elle s'est réduite.

Si j'avais il y a 10 ans une poutre qui résistait à 10kn de pression +/- 2 kn, ça veut dire qu'elle tenait entre 8 et 12kn. Si maintenant on assure qu'elle tient à 10,5kn +/- 0,5kn, elle n'est pas forcément plus solide, puisse qu'on assure quelle supportera entre 10 et 11kn.

Le coefficient de sécurité n'est pas là pour 'sécuriser' les calculs, c'est l'incertitude qui le fait. Le coefficient de sécurité est utile pour se donner une marge de sécurité (comme son nom l'indique) vis à vis de l'usage qu'on fait du résultat des calculs. Il est par exemple de 12 ou 20 pour un câble d'ascenseur ( je crois...) , car on ne peut pas se permettre une rupture. Pour l’alimentation électrique d’un jouet, on va prendre 1 ( voir même moins en Chine...) car on se moque du fait qu’il puisse tomber en panne.

Le problème est de savoir ce qu'on fait des résultats...

Le commercial et le comptable qui n’ont pas forcément les mêmes contraintes que l’ingénieur. Leur boite doit vendre des produits et être rentable. Combien d’entre nous sont prêt à mettre l’argent nécessaire pour avoir un produit de qualité, c’est à dire dont le coefficient de sécurité des différents composants permettent d’être sûr que ‘ça tiendra’ dans le cadre de l’incertitude de calcul obtenue ? Quand on donne à un ingénieur pour consigne de faire un mat qui tiendra à 60 noeuds de vent avec un certain coefficient de sécurité, il obtiendra - en fonction de ses calculs d’incertitude - un certain échantillonnage. Si l’incertitude est plus fine (plus de précision dans les calculs, le mode de fabrication ou les caractéristiques des matériaux employés ), il pourra au choix réduire le coef de sécurité ou garantir plus finement le résultat. Mais il aura donné un résultat pour 60 noeuds, pas 80. S’il donne au final un mat supportant 60 noeuds +/- 10 noeuds, il cassera peut-être à 50... Peut-être aurait-il fallu prévoir un mat qui tienne à 70 noeuds ou augmenter le coefficient de sécurité pour être sûr qu’il les tiendra effectivement car la solidité du mat est critique sur un voilier.

Maintenant, êtes-vous prêt à payer ce surcroit de travail, de qualité des matériaux, de sécurité, bref de qualité ? J’ai eu la chance de visiter les chantiers Amel. Je peux vous assurer que leurs voiliers ont un rapport qualité/prix bien meilleur que beaucoup d’autres produits. Le soin apporté à la qualité de réalisations et les tests pratiqués sont impressionnant. Mais tout le monde ne peux pas se payer un Amel 55. Dans un domaine qui m’est cher, combien d’entre vous préfèrent acheter une tablette bas de gamme à un iPad pour 200 € de moins ? Je peux garantir que ces produits sont conçus et fabriqués avec moins de soins et donc engendreront plus de problèmes et dureront statistiquement moins longtemps. En matière d’électronique comme ailleurs, il est possible d’évaluer précisément la fiabilité et la durabilité d’un appareil. En matière de développement de logiciel, il est possible de développer sans bug (contrairement aux idées reçues), mais le temps de réalisation est multiplié par 10...

Le problème n’est donc pas de savoir si ‘ c’est mieux qu’avant ‘, mais de savoir si nous n’avons pas tous changés et ne préférons pas la quantité à la qualité. On sait faire plus fiable, pratique, ergonomique et de meilleur qualité qu’avant. Mais qui est prêt à réduire son sacro-saint ‘pouvoir d’achat’ (= quantité de produits qu’on peut acheter) pour avoir cette qualité ?

Je m’excuse d’avoir été aussi long, mais c’est un sujet qui me tient à coeur.

14 nov. 2011
0

merci Philus, brilliant !
je suis assez d'accord avec le post initial de Breizhou sauf la comparaison dans le temps avec les autos qui n' a pas de sens.

Un First 30 en bon état est à mon avis plus sur et aussi rapide qu'un SUnmachinchose de 30 pieds aujourd'hui pour traverser l'atlantique par exemple.

Mais il est moins confortable en termes d'aménagements intérieurs et de cockpît mais pas en passage à la mer.

La mer ce n'est pas la route.

14 nov. 201114 nov. 2011
0

"Une masse de 10t n'existe pas"
EH! j'ai pas écris ça ! que se passe-t-il dans le forum ?

(en fait je disais, c'est vrai, que le c'est poids mesuré qui est incertain, mais comment mon message a-t-il été transformé? incroyable...)

14 nov. 2011
0

Je pense que tu ne comprends pas bien l'exemple de Philus : il a raison : du point de vue d'un ingénieur qui tient compte de l'incertitude et qui fait des calculs d'erreur, non, une masse de 10 tonnes n'existe pas car elle aura toujours un fifrelin en plus ou en moins. Un philosophe athée dirait que la Vérité n'existe pas, c'est la même chose.

14 nov. 2011
0

@Philus. Je crois que c'est là ce qui sépare l'humanité en deux :
- ceux qui aiment les bateaux d'ingénieurs (voire de marketeurs), ceux pour qui les bateaux sont un prétexte à des calcul et à du hi-tech,
- et ceux qui préfèrent les bateaux faits par des marins pour des marins, conçus et construits par des personnes qui n'ont pas nécessairement la science officielle, mais qui ont l'expérience.

Qui sait reconnaitre un bon marteau d'un mauvais ? L'ingénieur bac + 5 ou le tailleur de pierre qui frappe sur un burin 8 heures par jour depuis 10 ans ?
Est-ce qu'un bateau est mieux avec le bouge du pont en double clothoïde ou en quart de nonante ?

L'expérience personnelle éclaire les choix d'une façon particulière. Je crois que nos bateaux seraient un peu différents si ceux qui les conçoivent et ceux qui les construisent naviguaient plus souvent dessus et les entretenaient eux-mêmes (on prête les propos suivants à Otto Lilienthal : « Concevoir une machine volante n'est rien, la construire est peu, l'essayer est tout. »).

Naturellement, l'idéal serait que les bateaux soient conçus et construits par des personnes qui réunissent la science et l'expérience. Mais est-ce le cas ?

Les voiliers de plaisance ne sont pas des navettes spatiales. L'intérêt est la balade sur la mer, la convivialité à bord, le rêve du voyage et le plaisir des escales, pas l'établissement de records. Plus ils sont simples, plus ils sont fiables, faciles à entretenir, et plus on peut consacrer de temps à la navigation.

Pour en revenir à sujet de ce fil, certaines avancées technologiques sont des progrès, mais pas nécessairement toutes. A nous de faire le distinguo selon nos propres valeurs.

:oups:

14 nov. 201114 nov. 2011
0

Je me demande bien à quoi ressemblerait un marteau conçu par un ingénieur, ou même par 10 ingénieurs ... Il faut avoir utilisé un marteau plusieurs milliers de fois (voire pendant plusieurs générations) pour comprendre pourquoi la panne est décentrée du côté du manche, pourquoi la table est bombée, pourquoi la tête est composée de deux aciers de nuances différentes, pourquoi le manche est en frêne, etc.
Quant au meilleur marteau du monde, le concept est par lui-même erroné. Il y a des dizaines de marteaux différents, chacun adapté un un usage.

Bon ! Je ne vais pas continuer sur les marteaux. Ce n'était qu'un exemple pour montrer que la conception d'un outil ne résulte pas que d'une modélisation.

Pour en revenir aux bateaux, tout dépend de ce chacun en attend. Personnellement, je n'ai jamais bien vu l'avantage d'un ridoir par rapport à un cap de mouton, ou d'un winch de pied de mât par rapport à un palan d'étarquage, d'un anémomètre en tête de mât par rapport à des yeux et à des oreilles (excepté sur un multi) et je ne parle pas de l'utilisation de l'inox pour certaines pièces. Mais je ne crache pas sur les apports de certains matériaux synthétiques ou d'une certaine électronique.

14 nov. 201114 nov. 2011
0

C'est un discours que j'ai souvent entendu, la 'guerre' entre les hommes de l'art et les techniciens. (surtout en France, pays où on sépare beaucoup trop tôt les métiers de la technique entre pratique et théorique)

Une fois de plus, ce n'est vrai que dans l'esprit des 'manuels' qui haïssent les scientifiques, et des scientifiques qui méprisent les premiers et planent sans voir la 'vrai vie'.

Mais là où tu te trompes (à mon avis), c'est que le mix des deux est tout à fait possible. Je prendrai comme exemple l'histoire de Steve Jobs et d'Apple (je sais, je suis obsessionnel ) dont je vient de lire l'excellente biographie. Ce type n'avait absolument aucune compétences techniques mais demandait à ses ingénieurs et designers de réaliser ce qu'il voulait, et de recommencer jusqu'à la perfection. Il se foutait totalement de la manière qu'ils utilisaient pour y arriver, ce qui lui importait était le résultat. Eux-même utilisaient tous les outils techniques, informatiques et mathématiques pour satisfaire ses besoins. Les produits obtenus sont très impressionnant niveau technologique tout en étant les plus simples et conviviaux à utiliser. Le credo de Steve Jobs était 'le mariage de l'art et de la technique'

Un ingénieurs n'a jamais eu pour fonction de décider de ce que devait être le produit, il ne fait que trouver les moyens pour arriver à ce qu'on lui demande. Si le demandeur est un 'marqueteurs' voulant un produit non adapté, il fera un produit non adapté. Si celui qui lui demande le travail connait le métier, il réalisera un bon produit, mais le fera de manière rationnelle et reproductible. Qui a dit qu'un que concevoir un voilier de façon 'scientifique' allait en augmenter la complexité ? Ce n'est pas parce-que on calcul qu'une varangue doit être plus grosse de 1cm et qu'on doit la déplacer de 2 cm sur la droite que le voilier sera une usine à gaz....

Pour reprendre ton exemple, le meilleur marteau du monde aura été créé sous forme de 10 prototypes par un ingénieur qui les aura présentés à l'homme de l'art qui n'en n'aura retenu qu'un qui aura été la base de 10 autres, etc...

14 nov. 2011
0

Lulu, t'as jamais régaté...
Lulu, tu connais pas la beauté pure de ces merveilleux bateaux de 100 ans que sont les Star.
Lulu, tu as oublié qu'une belle louloutte peut apporter autant qu'une calypige enjouèe...
Un ridoir, c'est beau, un winch, c'est simple, beaucoup plus qu'un palan. Et l'inox, ça brille et c'est doux pour les mains.....
Amitiès,
Loïc

Ps si tu veux, pour le Star, dis moi!

14 nov. 2011
0

Lulu, t'as jamais régaté...
Lulu, tu connais pas la beauté pure de ces merveilleux bateaux de 100 ans que sont les Star.
Lulu, tu as oublié qu'une belle louloutte peut apporter autant qu'une calypige enjouèe...
Un ridoir, c'est beau, un winch, c'est simple, beaucoup plus qu'un palan. Et l'inox, ça brille et c'est doux pour les mains.....
Amitiès,
Loïc

Ps si tu veux, pour le Star, dis moi!

14 nov. 2011
0

Les messages de Philus et les miens ont disparu...ils n'étaient pourtant ni hors sujet ni hors charte si je ne m'abuse ?

14 nov. 201114 nov. 2011
0

Message sans interet vu les problèms techniques du site.

14 nov. 2011
0

Ça me dégoute !
On se fait c...r à rédiger pendant des heures des messages qui tiennent la route et à échanger des points de vue poliment et respectueusement, qui ont trait au fil, et on se fait zapper tout ça sans autre forme de procès. C'est devenu la Pravda ici.
Encore un coup comme ça et je m'en vais...

14 nov. 2011
0

Tout à fait d'accord, MJO. Si on instaurait une jauge "taux de plaisir par euro dépensé", (le TPED, allez, tiens! ou mieux encore, un rating à l'anglaise, ça en jettera un poil, le FRESE= fun rate by every spent euro) je crois personnellement que la cotation des bateaux "d'avant" tiendrait la dragée haute aux bateaux "de maintenant".
Et en plus, la cote du FRESE est en hausse, les bateaux d'avant superbes et pas si chers, ya pléthore d'offre. Heureux les voileux à la bourse plate, car le royaume des embruns magnifiques leur est enfin accessible...On vit une époque formidable, j'vous l'jure !

14 nov. 201114 nov. 2011
0

Je voudrais bien qu'on me dise quels sont les :

  • Arpège
  • First 30
  • Edel 2
  • Romanée
  • Gib Sea 28

    de demain ?

J'entends déjà sur le marché, solides et marins, que je pourrais acheter dans 15 ans pour de longues belles années de navigation.

:tesur:

14 nov. 2011
0

Il semble qu'il y ait à nouveau des messages qui ont été effacés de ce fil, il apparaît que nous sommes confrontés à un bugg inattendu : en effet, nous luttons contre un premier bugg qui provoque une duplication de certains posts, l'équipage lutte contre ces doublons en les effaçant, or il semble que cette manipulation efface toutes les réponses faites à ces posts.

Nous sommes désolés de la gêne occasionnée, nous tentons de contenir la voie d'eau, pas de panique, mettez vos gilets 150n, et merci de contenir toute tentation de mutinerie ! :coucou: :policier:

14 nov. 2011
0

le récent n'est pas abordable, l'ancien oui, je veux un voilier donc j'achète de l'ancien et j'essaye de me convaincre/c'est le meilleur car c'est le mien. Après je rêve toujous au salon nautique et on loue des unités récentes pour éviter de trop planer (cf. les caricatures au dessus) et on finie par avouer que le bateau ancien mieux que le tupperware récent est un mythe, c'est juste une histoire de budget :mdr:

15 nov. 201115 nov. 2011
0

désolé , il se peut que je sois la cause des effacements, j'ai répondu à une vanne , quelqu'un demandait un remède pour le vieillissement des "matériaux", je ne peux pas l'exprimer exactement puisque cela a été retiré, j'ai répondu de manière directo-équivoque, bref , soit cela a dégénéré après mon intervention, soit cela a suffit a faire disparaître des messages qui précédaient. Je ne voulais pas l'annulation de ces messages, dont le super message de Philus sur les incertitudes et coef de sécurité. Excusez moi.

15 nov. 2011
0

L'équipage veille! Merci l'équipage :pouce:

14 nov. 2011
0

...avant que les Hommes se sédentarisent et deviennent cons comme des sardines de tentes.
:jelaferme:

"Avant" c'était "hier", et "hier" c'était le week-end, alors oui "avant" c'était mieux :tesur:

Un peu masturbatoire ce fil :doc:, n'est-il pas?

14 nov. 201114 nov. 2011
0

sur les incertitudes et coefficient de sécurité, je partage ton avis Philus, mais tu ne parles qu'une fois de "durabilité"

prenons 10 tringles à rideaux,
si on se suspend, certaines tiendront et d'autres céderont, .... incertitude de quantité de charge prévue,incertitude de fabrication de la matière et incertitudes dimensionnelles, soit.

Pour une tringle qui a tenu, si on se suspend répétitivement , à la dixième fois elle va céder.

Si un enfant se suspend , le coefficient de sécurité est doublé et pourtant à la centième fois , la tringle va céder. coef de sécurité et durabilité sont liées, plus le coef est grand, plus la tringle est épaisse, plus elle durera dans le temps.

14 nov. 2011
0

En ce qui concerne les tringles à rideau ( ;-) ), ce que tu mets en valeur est la limite d'élasticité du métal ainsi que sa fatigue.

Toute barre en métal (ou même d'autres matériaux en théorie) peut-être 'tordue' jusqu'à une certaine limite et reprendre sa forme initiale jusqu'à un certain point. Au delà d'une certaine limite, il va se déformer et ne reprendra plus sa forme initiale.

La fatigue d'un matériaux est le fait de le tordre n fois (même d'une petite déformation), ce qui à terme le fragilise, même si on a pas dépassé sa limite d'élasticité.

Mais tout ça aussi peut se calculer et/ou se prévoir.

Si ça vous intéresse:

14 nov. 2011
0

échange relative aisance financière de mes 70 ans contre fonds de poche de mes 20 ans...

à propos, si quelqu'un connait le diable, donne-lui mon adresse, je suis prêt à traiter avec lui...

14 nov. 2011
0

la fatigue se cerne sur éprouvette mais plus difficilement sur cas concret sauf cas standart découlant d'une longue expérience, comme les haubans d'un bateau

mais il y a aussi la fatigue des 70ans, la fatigue due aux UV, pour ceux qui se bronze trop, la fatigue de l'osmose pour ceux qui ont l'os mou, la fatigue de l'oxydation pour ceux qui boivent trop ... "d'eau" ,

à cause de tous ces vieillissement incontrôlés , à cause des sollicitations mécaniques qui usent en externe comme en interne, le bon gros épais et bon vivant rassure et a toute ses raisons d'être devant le maigre sec calculé au plus juste par des ordis.

Pour Bardal , essaie la coca ....cola que je ne connais pas encore, j'ai pas l'âge.

14 nov. 2011
0

Le fait de savoir où on va - en utilisant des ordis - n'est pas du tout antinomique avec l'enbonpoint. C'est l'usage des résultats qu'on en fait qui est source de soucis (ce que j'essayais d'expliquer plus haut).

Personnellement, je préfère qu'on me dise "ton bateau est assez résistant et garanti pour te prendre à quai à 20 noeuds sans dégâts" (même si ça n'arrivera jamais) plutôt que "t'inquiète pas mon gars, ça le fera de toute façon".

Le problème, c'est qu'on utilise les outils pour calculer que ça puisse tenir de façon sûre à 4 noeuds...

14 nov. 201114 nov. 2011
0

Tout fout le camp, la météo est détraquée, les gosses sont mal élevés, la démocratie n'est qu'une utopie de plus, les tomates n'ont plus de goût et les bateaux ne sont plus faits pour naviguer. J'en ai encore plein d'autres, mais celle que je préfère est une vieille de tonton Georges:

Le temps ne fait rien à l'affaire,
Quand on est c... on est c..., et la suite. :acheval: :acheval: :acheval:

14 nov. 2011
0

Musique originale d'un film non moins excellent sur le sujet...

14 nov. 2011
0

nous parlions de voile je crois....on s'egare je pense

14 nov. 201114 nov. 2011
0

Comme l'a fait justement remarquer Philus la plupart des clients achètent plus en fonction du prix que de la qualité, même quand leurs moyens financiers ne sont pas limités. On m'a souvent fait remarquer que j'aurais pu avoir un bateau plus grand pour moins cher ! Ce sont donc les consommateurs qui sont responsables de cette évolution.

Cette attitude n'est pas réservée à la navigation de plaisance : si on veut un escabeau ou une planche à repasser solides et stables par exemple il faut bien chercher...

14 nov. 2011
0

Ce qu'il y a de bien avec maintenant c'est que l'on peut acheter les bateaux "d'avant" ou ceux de .... "maintenant". Pourvu que cela dure ! Bon moi je préfère ceux d'avant, ils sont moins chers et la coque ne s'enfonce pas dans les patins des bers.

14 nov. 2011
0

Si on accepte d'y mettre le prix on trouve une qualité de construction qui n'a rien à envier aux bateaux plus anciens - au contraire même. Mais vu que de nos jours les plus gros clients sont des loueurs dont les bateaux font des navigations de "père de famille" les chantiers s'adaptent à cette clientèle.

15 nov. 2011
0

Ok ! j'ai retrouvé les messages squizés. Je confirme, ceci n'est pas lié à une modération abusive mais belle et bien à la magie de la technique.

Toutes nos excuses... je tente de trouver la parade

15 nov. 2011
0

il y a l'épaisseur de coque d'avant et celle de maintenant pour une grande majorité de bateaux récents,
mais il y a aussi la forme de coque d'avant, plutôt longue et étroite avec arrière fin et celle de la majorité des bateaux de maintenant, élargissement de l'arrière et du maître bau, et enfin on voit arriver un bateau avec un élargissement de l'avant,tout cela pour avoir des performances de vitesses au portant avec un minimum de longueur pour satisfaire une exigence de jauge en course, à quand les bateaux rectangulaires spécialement fait pour la place de port ?

Au fait, quel est la forme de coque qui donne le maximum de confort par mer courte ?

15 nov. 2011
0

OPTIMIST !

15 nov. 2011

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Le beau temps !

Après la pluie...

  • 4.5 (166)

Le beau temps !

mars 2021