Age des voileux et propriétaires de bateaux

Bonjour à tous,

Je me questionne sur l'âge des voileux et propriétaire de bateaux.
J'ai 27 ans et j'ai vraiment la sensation de faire figure d'exception. J'ai la sensation que le propriétaire moyen a plus de 50 ans.

Pourquoi la voile et la possession d'un bateau n'intéresse visiblement pas tellement les jeunes ?
Il y'a tout de même des petits bateaux à des budgets accesible, mais même la, très peu de jeunes.
Comment va évoluer la plaisance selon vous ?

Alex

L'équipage
05 déc. 2020
05 déc. 202005 déc. 2020
0

dans le midi peut-être je connais pas ; en bretagne pas mal de jeunes on leurs canote ...


Alexgruissan:OK intéressant.Ici en Mèd est plus précisément du côté de Gruissan, j'en vois vraiment peu. Même en régate. ·le 05 déc. 21:24
mastic:vu les retours tu dois avoir raison ! il y a des jeunes par chez nous qui bricoles et viennent nous voir cela doit être une exception ca donne encore plus envie de les soutenir !!! ·le 06 déc. 18:34
05 déc. 2020
0

J'avais 20 ans lorsque j'ai acheté mon 1er voilier aux Antilles, je me sentais toujours à part, à cause de la différence d'âge. 14 ans et 2 voiliers plus tard c'est toujours le cas, je pense que tu es dans la fourchette basse avec tes 50 ans.
Un bateau est une telle contrainte et représente tant d'investissements (temps et argent) qu'il faut une motivation forte pour en posséder un tant que l'on a encore des enfants ou d'autres priorités plus matérielles dans la vie.
Le ratio ne bougera pas selon moi, quelques jeunes auront toujours un voilier mais la majorité sera toujours plus proche de l'âge de la retraite. Je ne crois que peu au scénario de la diminution du nombre de plaisanciers avec la disparation d'une génération.


Alexgruissan:Intéressant ton point de vu.Effectivement c'est un engagement financier et temporel, mais un tel plaisir... Concernant la diminution du nombre de plaisanciers, j'y croit peu aussi, mais il semble que la moyenne d'âge ne tend pas à chuter. ·le 05 déc. 21:30
05 déc. 2020
0

Je pense qu'on pourrait faire une étude sociologique en liaison avec la navigation.

Gamin, avec mes parents,entre 70 et 80, il n'y avait que des jeunes post 68, rêveurs avec des bateaux en ferraille ou ferro, des enfants partout et des rêves plein les yeux. Les discussions tournaient sur l'utilité d'un moteur à bord .

Dans les année 90, plus personne. Aux Antilles, c'étaient des bateaux de loc et en Polynésie, on n'a pas vu 2 bateaux en 6 mois.

Dans les années 2000, la Caraïbe est devenue maison de retraite. Mes parents y vivaient et c'était la bringue 65/80 ans tous les soirs. Beaux bateaux, électronique complète et recherche de réparateurs de désalinisateurs à toutes les escales.

J'ai l'impression quand même qu'on revient à un mélange plus hétéroclite. Les bateaux de voyage sont abordables. On revoit autre chose que des retraités.


Alexgruissan:En voyage je suis d'accord qu'il y'a des jeunes. Mais au port, j'ai la sensation qu'il yen a moins. Peut-être que les jeunes sont plus friands de voyage. En parlant de ferro il y'en à un a vendre à gruissan. 11m, 4000€ négociable. Propre. Sans place de port. Invendable depuis 1 an et demi. Vraiment le ferro, ça n'as plus la côte ! ·le 05 déc. 21:48
ED850:Oui, je pense qu'un proprio de bateau en ferro a plutôt intérêt à démonter le matériel et vendre en pièces détachées sur LBC. Il y a pourtant eu de belles réalisations en ferro, mais beaucoup trop de construction amateures ratées. C'est un peu aussi ce qui fait du mal à l'acier. ·le 05 déc. 21:52
Kobaia:J'ai eu un endurance 35 en ferro. Belle construction anglaise professionnelle. C'est le monocoque que j'ai le plus regretté. ·le 05 déc. 22:40
lolapo:Ed , les caraïbes en 2020 n'ont pas trop changés. J y suis. ..Tres peu de jeunes.A tel point que sur Grenada cruisers un couple de 35 ans cherchait à rencontrer d autres navigateurs de la même génération. Je les comprends...·le 05 déc. 23:44
05 déc. 2020
1

C'est devenu comme à l'opéra, les têtes blanches dominent.


Kobaia:Ce qu'il faut c'est être comme les poireaux, la tête blanche etc....😜·le 05 déc. 22:44
05 déc. 202005 déc. 2020
2

Question du coût et du temps disponible. Les frais de la famille en or et en heures ne font qu'augmenter.


05 déc. 2020
2

Mon avenir est légèrement derrière moi 😊

Et comme disait Jean Yanne "le point critique, c'est quand on a plus de souvenirs que de projets" ce qui est mon cas.

Mais mon bateau est toujours ma maison, et c'est là le principal.


05 déc. 202005 déc. 2020
1

Amha, il y a un point important qui est la localisation géographique. Près du littoral, il n'y a pas toutes les opportunités d'études et de jobs que l'on trouve en vie terrienne. J'en sais quelque chose je suis exilé en Picardie depuis 30 ans à cause du boulot.
Pour nous, la seule vraie manière de vivre en voilier sera de quitter le monde du travail, donc d'attendre d'être retraité et libéré des obligations salariales... C'est triste mais c'est la réalité


Patxaran:c'est la réalité. En attendant de naviguer à temps plein il y a plein d'autres choses intéressantes à faire. Et quand vient le moment, chouette cela fait de nouveaux super projets qui succèdent aux précédents. (bien vu Jean Yanne)·le 05 déc. 23:15
Arzak:"près du littoral" il y a autant le Havre, que Brest Marseille Montpelier Toulon ou Nice, je ne pense pas qu'il faille opposer le littoral avec le reste de la France, où dans beaucoup de régions il y a très peu d'opportunités de travail.·le 07 déc. 15:34
05 déc. 202005 déc. 2020
1

Bonjour,
Même chose autour de Toulon que vers Gruissans. Très peu de "jeunes" au port d'après ce que je vois. Le prix d'une place de port y est certainement pour quelque chose et puis peut-être qu'il y a des âges où on a envie de faire des choses diverses et variées et pas mettre tout son temps libre et son argent uniquement dans une seule chose, un bateau.
Je crois que je fais aussi un peu exception. 33 ans maintenant et j'ai acheté mon premier bateau à 29 ans et avant ça je passais déjà mon argent et mon temps libre dans une unique activité, la montagne.

Il y avait un sujet sur le "frugalisme" récemment. Peut-être que ces mouvances vont amener du monde et de jeunes sur l'eau au long cours mais pour ce qui est des plaisanciers plus classiques avec place de port, vu les contraintes de temps et de coût que ça représente, je ne vois pas trop comment la moyenne d'âge pourrait évoluer.
Une chose qui prend de l'ampleur il me semble c'est l'achat avec gestion locative et qui attire des gens plus jeunes. J'ai croisé plusieurs personnes de moins de 50 ans devenir propriétaires par ce biais. Mais est-ce encore être propriétaire d'un bateau ?


05 déc. 2020
1

Bonjour,
Avant d'avoir dépassé la cinquantaine, beaucoup ont eu des précédents bateaux, donc ils étaient plus jeunes lors du premier (logique) comme toi...
Les places de port n'étant pas extensibles, une fois qu'on a cette sacro-sainte place on la garde. Ce qui freine évidemment l'arrivée des nouveaux "jeunes".
Il suffit de se rendre compte des listes d'attente, je ne pense pas que ce soient uniquement des quinquagénaires voire plus âgés qui attendent.
Imagine dans 25 ou 30 ans, tu auras l'âge qui t'interroge, tu auras certainement changé d'embarcation et se présenteront des nouveaux qui auront la même vision que toi.
C'est la vie...
Une des seules choses qui changent en général, c'est la taille des bateaux. Hormis des exceptions, quand on est jeune on se suffit d'un rien et quand on vieillit, on se fait plaisir parce qu'on a des revenus plus conséquents ou une famille plus grande etc.

Tout ce que je viens d'écrire me fait en même temps me contredire, rien que sur le ponton où je suis, il y a bien une bonne dizaine de célibataires ou jeunes couples sur des bateaux anciens ou neufs.
La relève est quand même là... Tant mieux


Chemistrebor:Le point qui n'est pas très clair, c'est l'histoire de la médiane des ages des plaisanciers avec place de port. www.loire-atlantique.gouv.fr[...]7/file/ voir slide 17, de 1975 à 2013, il y a une tendance de fond au vieillissement, et apparition d'une frange de plaisanciers de 90 ans... En extrapolant la moyenne slide 16, on arrive à 65 ans en 2020... Je ne comprend pas comment la situation peut garder la même tendance, il va falloir des pontons adaptés aux déambulateurs, .. Sérieusement, basé des critères de marché économique, ça s'appelle foncer dans le mur..·le 06 déc. 00:28
06 déc. 2020
3

Sujet déjà débattu.
Les jeunes qui font de la voile,et il y en a,ne souhaitent pas trop s'embeter à avoir un bateau donc pas mal de location,co navigation aussi.De plus un bateau qui leur plait (pas un vieux bateau pas cher),c'est onéreux donc ils font d'autres choix.
Ceux qui sont plus passionnés finissent par acheter un jour.


06 déc. 2020
0

Les pontons s'adaptent, en particulier dans les porte à marée: Roscoff, Bas-Sablons, ...


06 déc. 2020
9

Lire HEO peut aider à comprendre ce phénomène de désafection des jeunes. La majorité des utilisateurs définissent la tendance pour les nouveaux venus. Or qu'observe t-on sur HEO ? Une grande quantité de fils forts techniques sur des systèmes complexes. Le jeune de 25 ans arrive sur HEO et se pose la question si il va faire de la voile ou du jujitsu brésilien. Il observe une population de voileux comme une secte de types avec un tournevis à la main qui échange sans fin sur l'interaction de l'anémomètre et le calculateur du pilote. Il en tirera probablement les conclusions suivantes: 1/ ces types semblent avoir un temps infini dont je ne dispose pas 2/ leurs histoires de tournevisses et de systèmes complexes ça fait pas trop rêver 3/ si il faut tout ce bazar pour faire Cherbourg Le Havre je n'aurai jamais les sous. En conclusion nous sommes trop peut nombreux ici sur HEO (je pense) à passer le message qu'il y encore parfaitement moyen de naviguer loin et en sécurité sans une bonne partie des bidules dont on parle sur HEO.


ED850:C'est pourtant pas faute de le répéter sur tous les fils qu'un bateau simple, sans pléthore d'électronique et d'équipements onéreux fait tout à fait le job. Qu'on vit très bien en mouillant sans aller de marina à 50€ la nuit à marina à 70€ la nuit et que privilégier l'usage de la voile quitte à quelquefois attendre un peu le vent n'est pas impossible.·le 06 déc. 09:58
Kobaia:Mille fois raison, ED·le 06 déc. 10:03
Calypso2:ah oui Pierre et inexorablement si tu n'as pas le dernier AIS sortie ,le sondeur ou le lock qui va bien et le routeur et donc une centrale nucléaire à bord on te traite de dinosaure , de retardé, de passéiste voir de vieux sénile en manque de neurones ·le 06 déc. 10:05
Café noir:"Vivre avec un tournevis à la main" .... Mais ce n'est pas que pour le bateau, un tournevis, un marteau, une truelle, une tronçonneuse, une scie, une pelle, une hache, cléf plate de 10-13-17, fer à souder, chalumeau, etc... c'est tout le temps pour : la maison, pour la voiture, pour se chauffer, etc, ... C'est la vie normale de tous les jours !·le 06 déc. 10:59
Prospero:Je trouve que le tournevis fait partie du plaisir. Bien connaitre son bateau en cas de pépin.Je dois faire partie des vieux parce qu'à bientôt 56 ans je ne me sens pas vieux, j'ai juste envie, comme ma femme, d'être plus longtemps à bord pour aller plus loin.·le 06 déc. 11:29
Calypso2:et c'est là mon étonnement ,comment peut-on naviguer en securité lorsque l'on ne sait utiliser un tournevis et il y en a un tas ·le 06 déc. 11:39
courtox56:Les copains vous oubliez le pinceau! Le carénage occupe le propriétaire mais pas le locataire. A la maison aussi, peindre et tapisser les joies du locataire et du propriétaire·le 06 déc. 13:46
06 déc. 2020
1

Un voilier de jeune ! :-))


Alexgruissan:Oui par exemple ! Je note que mes amis se désintéresse complètement de la plaisance et ne vois cela que comme un loisir de millionaire... Lol ! ·le 06 déc. 10:04
Calypso2:et a juste titre il suffit de lire H&O c'est dingue le matos "indispensable" que l'on doit avoir pour sortir en mer une dizaine de jours par an et faire quelques milles par beau temps bien sur !! ·le 06 déc. 10:11
Pierre3:C'est triste car la navigation n'a jamais moins été un loisir de millionaire que maintenant si bonne approche.·le 06 déc. 10:27
mocitoo:je ne suis pas sur que HEO soit représentatif des personnes que j'ai croisé en bzh sud cet été. Après 20 ans d'absence des plan d'eau il est vrai que la plaisance a évolué, bateaux plus grands et mieux équipés mais j'ai vu encore pas mal de sangria ou autre westerly avec proprio de tous ages qui se foutaient des trucs en ique.·le 06 déc. 10:40
06 déc. 2020
0

Une analyse faite plus récemment par le Syndicat Mixte Pêche Plaisance de Cornouaille fait des conclusions similaires à l'étude pour le bassin Loire Atlantique cité par Chemistrebor. Sa stratégie 2019-2028 part du constat que 80% des plaisanciers ont plus de 50 ans et la physionomie a changé parmi les 30-40 ans. Plus zappeurs et moins propriétaires à vie, ils ne sont plus comme leurs aînés et pratiquent en effet plus volontiers la plaisance collaborative, la location, les boat clubs ...

Une conséquence est l'attitude "wait and see" des gestionnaires de port quant au développement du nombre de places. Pourquoi en ajouter si le nombre de plaisanciers de style classique est amené à diminuer?

L'aménagement des places se profile avec l'adaptation aux pratiques. Les navigateurs, les pêcheurs-plaisanciers, les semi-rigides, etc n'ont pas tous les mêmes besoins. L'usager va devenir un client et ne sera pas seul à accéder au port qui deviendra une vitrine de l'activité et une porte d'entrée du territoire, comprenez intégrer l'attractivité touristique.


06 déc. 2020
8

Mon conseil de vieux con aux jeunes. 1/ essayez de ne pas considérer votre bateau comme une résidence secondaire. Votre point de vue changera complètement. 2/ ce qui change aussi le point de vue est de voir dans le bateau un complément de votre vie à terre. Votre vie à terre est confortable et routinière ? Votre vie à bord sera incomfortable et pleine d'aventures. La navigation n'est PAS une activité dangereuse. Vous pouvez avoir pas mal d'aventures à bon compte. Ce n'est pas la plongée ou l'alpinisme. Voyez cela comme une aventure. Devenez des Mike Horn en mignature. Rechargez vos batteries avec des images plein les yeux et des moments un poil scabreux. Pour le manque confort, vous aurez 10 mois pour vous en remettre devans votre ordi. Laissez les gros bateaux hyper complexes et l'obsession de la boule de mouillage à nous. Pour nous c'est ça ou la psychanalyse. Pour vous il y a encore de l'espoir. Soyez des pirates.


06 déc. 2020
4

À lire ce fil, je me suis retourné vers le passé, au milieu des années 75 lors de mes débuts.

nous étions une bande de copains, dont l'âge oscillait entre 25 et la trentaine. Chacun de nous travaillait, ce qui ne nous empêchait pas de naviguer le plus souvent possible. %

Il faut dire que nous étions dans un port à échouage qui avait l'énorme avantage d'être gratuit ! ( il ne l'est plus depuis déjà longtemps)

J'avais un dériveur lesté Cornu de 7 mètres 20 doté d'un Couach bd 1, mon premier voilier. J'étais alors représentant.

Un des premiers copains que j'ai connu, (soudeur) avait un côtre en bois à arrière norvégien.

Un autre (maçon) un Super Belouga, en bois classique.

Le troisième (décorateur) un côtre aurique sans
moteur

Et le dernier (postier) un Golif, seul "plastique" de la bande.

J'ai volontairement cité les métiers afin de montrer qu'il ne s'agissait pas de gars spécialement fortunés, mais qui avions tous la même passion pour la voile et la mer.

À contrario d'actuellement, il n'y avait pratiquement pas de "vieux" plaisanciers (plus de 50 ans !). Dans un port de plaisance voisin, le plus gros bateau était... Un Arpège de 9 m !

Ces bateaux demandaient certes soins et maintenance, mais rien que de très basique. Nul besoin d'être affûté en bricolage divers, tel électricité ou pire électronique, pour la bonne raison que ça n'existait pas !

Carte marine, IN, compas de route et de relèvement, règle Cras, et roule...

Souvenirs, souvenirs.. Moi qui vous parle d'un temps... "ta gueule, pépé, bouffe ta purée" 😒


Kobaia:J'ai oublié le compas à pointes sèches, bien sûr.D'un autre côté, un des copains cités plus haut se servait de son chien comme gonio par temps bouché. La truffe au vent, tourné vers la terre.!!Laquelle, ça c'était une autre histoire... 😊·le 06 déc. 12:25
06 déc. 2020
3

l'avenir de la plaisance , tres simple

quant tous les baby boomer auront disparu
le marché de l'occas va etre sursaturé et les prix au planché
pourquoi ?

parceque les jeunes d'aujourd'hui n'ont plus les moyen et ne les auront plus

ils hériterons du bateau de leur parents, un cadeau empoisonné impossible a assumer financièrement et qu'il faudrat brader vite ,
l'industrie nautique va périclité
donc les ports se videront

il y aura donc des places a prix bas pour ceux qui auront les moyens

il en sera de meme pour le marché automobile

fini les grosses bagnole a plusieurs dizaines de milliers d'euro

qu'on le veuille ou non , c'est les vieux et autres baby boomer qui tiennent a flot les industrie nautique et automobile française (entre autre ) cela aura une fin et tant mieux !


Prospero:les baby boomers ont encore 20 ans d'espérance de vie, donc au moins 10 ans de bateau, ta prédiction ne va pas arriver si vite.·le 06 déc. 11:26
ahnvle:oui mais elle va arriver, (j'ai 56 ans ) je serais touché , mais j'ai eu la chance d'avoir mon 1er voilier de 10m70 a 21 ans)·le 06 déc. 11:32
Arzak:Bof...En tout cas, pour les bateaux je ne sais, ma boule de cristal est muette, mais pour les bagnoles dans ma région, c'est toujours plus gros et toujours plus cher.Il faut épater le voisin, c'est impératif...·le 06 déc. 11:33
mocitoo:Dans la mienne on ferait plutot un club de C15...·le 06 déc. 11:40
Calypso2:les baby boomer ne disparaissent pas ,ils sont continuement remplacer par des plus vieux jeune à l'approche de leur retraite . maintenant on viens ou reviens au bateau lorsque les enfants sont partie ,que l'on a un toit sur la tête et que l'on veut se faire un dernier plaisir et que l'on est encore en bonne santé (important) don con voit deux chemin, le camping car , ou le bateau ...mais le bateau avec tout le confort et ce n'est surement pas dans l'immense majorité pour faire le tour du monde , mais plsu simplement d'aller se balader de port en port ....et pour beaucoup sortir de son appartement on l'on tourne en rond ·le 06 déc. 12:03
Arzak:@mocitoo; sais tu que la majorité des gens ne savent plus ce qu'est un C15 ?;-)Il y a quelques régions en France que j'aime bien où on voit moults C15 et autres véhicules simples et utilitaires qui sont utiles à ceux qui les utilisent;-)·le 06 déc. 13:31
mocitoo:bah moi en BZH sud c'est notre seule voiture, un vrai couteau suisse à vil prix, en plus avec le lit et le frigo tu pars ou tu veux pour moins de 50 balles les 800km... bon faut etre très décroissant!·le 06 déc. 13:38
gorlann29:+1 mocitoo·le 06 déc. 13:41
06 déc. 2020
2

Bonjour,
à Port Camargue, certains jours, on a l'impression de visiter un EHPAD...😁


Prospero:pourquoi, ça sent l'urine ? :-)·le 06 déc. 12:05
Flora :):Hier je suis allée me balader à Port-Leucate, le premier bassin est devenu un no man's land et une décharge à bateaux-poubelles sur le parking ! très étonnant... ils ont rien trouvé de mieux que raser les arbustes tamarins pour les remplacer par ? (probablement les habituels palmiers qui se changent vite en "balais à chiottes" à cause du vent dévastateur de la région)... La capitainerie rouille tranquillement et les racks à étages fleurissent partout pour ranger les petits bateaux à moteur...Triste, triste !Heureusement il faisait beau, grand soleil, ciel bleu et grande plage déserte.·le 06 déc. 13:45
ahnvle:bjr je suis a PL , Flora de quel 1er bassin parlez vous ? je ne vois pas de décharge de bateau poubelles sur les parking! , par contre oui dans les chantier, ça y'en a , pour la capitainerie , elle va etre remplacée et déplacée , tout comme les rack a étage qui vont aller au nord en bord de plage , prochainement·le 06 déc. 15:31
Flora :):Bonsoir, je parle du premier bassin quand on arrive de la mer, celui qu'on appelait le bassin technique où se trouvent les ships, voilerie, chantiers. Au milieu du parking après la zone de carénage, il y a 6 bateaux couchés manifestement pillés, les mâts par terre, qui attendent la déconstruction ? ça fait drôle...·le 07 déc. 23:52
ahnvle:merci de votre retour Flora , ha je n'ai pas vu car je ne passe pas par là pour allez au bateau , je passerai voir si c’est bien les bateau auxquels je pense ......·le 08 déc. 09:13
ahnvle:Flora , j'ai l'explication ce sont les bateau qui étaient dans l'avant port aux pieux , banni car les proprios ne payaient plu, ces bateau ,ouverts aux 4 vents ont accueilli des jeunes la semaine dernière qui y ont trouvé des fusées et se sont amusé a les tirer , les gendarmes attirés par l'odeur de la poudre ont débarqués , puis le lendemain a la capitainerie qui c'est fait remonter les brettelles d'avoir entreposer là des bateau sans s'assurer quils avaient été désarmé de toutes matières dangereuse .maintenant ces épave sont aujourd'hui comme vous l'avez vu sur le terre plein, livrés a la vindicte populaire , ne courrez pas ,il n'y a plus grand chose a récupérer !·le 08 déc. 18:56
06 déc. 2020
3

moi qui suis un p'tit jeune de 77 ans je trouve ça très bien, moins il y a de jeunes et plus on sera tranquilles, de toutes façons les voiliers c'est la fin, il faut des machins à moteur qui vont vite, font vroum vroum, permettent de draguer des belles minettes pas farouches.
A bas la voile ! A bas les vieux ! A bas la vieille plaisance et qu'on nous oublie nous les ancêtres qu'on oublie de nous surtaxer, de nous éreinter, de nous massacrer. Qu'on nous laisse crever en paix dans nos rêves d'écume de nature vierge et de tranquillité.


Calypso2:oh dit donc boit un coup ça ira mieux ...tu sembles déprimé ·le 06 déc. 12:10
06 déc. 2020
4

Quel jeune actuel accepterait de naviguer sur un corsaire ou un muscadet
Trop habitues au confort nos jeunes ne pourrait pratiquer la plaisance que au minimum sur un 40 pieds ils n en n ont pas les moyens
La plaisance actuelle est devenu un truc de riches retraites


Calypso2:oh j'en connais ...mais ils ne sont pas nombreux c'est vrai ·le 06 déc. 12:13
palatrek:Salut je navigue en sangria... je suis pas encore tout a fait vieux 36 ans...J en profites à fond et je prends du plaisir à fond. J aime aussi passer du temps a le bichonner et a l améliorer... je crois que je detesterais avoir un bateau trop neuf ;)·le 06 déc. 12:21
gorlann29:+1 palatrek!·le 06 déc. 12:50
Sailortoun:@Palatrek, je suis à peine plus âgé que toi (41). Je navigue depuis toujours sur le Léman et en mer depuis 1996.Je suis propriétaire d'un 28 pieds sur le Léman et, depuis 3 ans et demi, co-propriétaire d'un 38 pieds en Med.Mais je dois avouer que je prends bien plus de plaisir sur mon petit que sur le grand et j'envisage gentiment de revenir à mes premières amour de petit bateau, petit soucis. Surtout que je vis à 600km du bateau, ce qui complique bien les choses pour l'entretien courant, surtout en ce moment où c'est même compliqué de s'y rendre.·le 06 déc. 13:05
Domde:Je pense plutôt que les mentalités ont changé les jeunes préfèrent louer que s’emm... avec un bateau en tant que propriétaire. L’avenir de la plaisance est dans la location et le prêt à consommer immédiatement sans contraintes perçues comme inutiles ·le 06 déc. 13:13
Arzak:Je ne suis plus jeune depuis un bon moment, ni retraité, mais nous naviguons sur des petits bateaux, le muscadet est pour moi un genre de bateau "idéal" sauf que c'est un petit quillard, dommage pour les mises et sorties d'eau.·le 06 déc. 13:35
tatihou:A toulon il reste 1 muscadet et a part de tout petits a moteur mon 31 pieds est le plus petit du ponton et au mouillage je suis souvent le plus petit des bateaux·le 06 déc. 16:27
06 déc. 2020
0

D'un autre coté, si les vieux bradent leur bateau qu'ils ne peuvent plus utiliser ou entretenir, il va se trouver en effet pléthore de bateaux pas chers. De quoi aider les jeunes passionnés désargentés à devenir propriétaires à (très) bon marché et réamorcer le cycle. J'ai faux ?


ED850:C'est déjà vrai. Les bateau confortables de voyage se trouvent à des prix très abordables alors que les bateaux d'été tous semblables et suréquipés sont encore à des prix élevés.·le 06 déc. 12:21
Arzak:Je crois que ce sont les bateaux "récents" ou "à la mode" qui restent un peu côtés, mais ne le restent pas si longtemps dans le temps.Voir les avis des vendeurs et des revues "achetez des modèles connus" ou "de marques";-)Si on veut un bon voilier à bon prix, il faut éviter toutes les grandes marques connues qui font de la pub, et viser de bons voiliers dont les "marques" n'existent plus;-)·le 06 déc. 13:37
06 déc. 2020
0

Oui très peu de jeunes,une passion qui a un prix,les gens s'orientent vers le nautisme quand il ont un certain niveau de vie, 20 30 ans s'oriente sur de la location motorisé à la journée ou semaine où achat petit bateaux sur remorque pour la pêche ,puis ça décroche (vie de famille travail priorité)où s'oriente vers la voile,le peu de jeunes 20 30 ans souvent parte en long cour pour découvrir le monde.Moi j'ai 39 ans j'étais moteur et là depuis 5 ans découvert la voile est quel bonheur 🤩une autre philosophie,mais très peu de personnes dans mon port du même âges avec enfants en bas âges,certes il y a n'a mais vienne 1 ou 2 semaines par ans sur le bateau à leur parents. personnement j'habite pas dessus j'essaie d'y allée tous les week-end et vacances scolaires et juillet août croisière. Comme je disais plus haut les gens vienne sur le nautisme après 45 50 ans ,pas forcément marin avant. Où des retraités qui achètent leur premier bateaux pour voyager. je constate cela.


06 déc. 2020
5

Exemple d’une croisière Perros Guernesey Jersey mars 72, mon début et mon meilleur souvenir, 4 sur un muscadet avec une guitare quand meme


Arzak:J'adore ! Jolies photos !Quel appareil autour du cou ?·le 06 déc. 13:38
Patxaran:tu as réussi à caser une guitare dans un muscadet?·le 06 déc. 13:50
iff:Voigtlander ? :-))·le 06 déc. 13:52
JeanLW:Oui bravo voigtlander ! Plus un Minolta sert 101 acheté avec mon premier job d étudiant·le 06 déc. 14:28
tdm2023:très belles images·le 06 déc. 15:13
Arzak:Et le pire c'est que j'avais un Voigtlander et que je ne l'ai pas reconnu d'office ;-)L'age...la mémoire...·le 06 déc. 17:27
Orel56:JeanLWChouettes photos :-)·le 08 déc. 08:50
06 déc. 2020
1

Dernière photo bateau plantė devant le mur à perros, mauvais calcul !
😬🙈😩


Arzak:Il faut bien commencer à faire des erreurs pour apprendre ;-)·le 06 déc. 13:39
06 déc. 2020
0

Sors ! quitte la France, et tu verras qu'il y a un tas de jeunes qui font de la voile et ont un voilier.
Bien entendu, faut pas rester autour de ton port, ou mieux : ne pas en avoir... le fait d'avoir "sa" place dans "son" port est un élastique que les trop anciens ne peuvent plus tendre du tout.


ED850:Oui, je suis un peu d'accord avec toi, faby9. En voyage, on recommence à voir des jeunes qui avaient disparus fin 90 début 2000. C'est plaisant.·le 06 déc. 12:39
faby9:J'ai rencontré cet été un jeune de 72 ans qui sur son Arpège se fabriquait encore ses "meilleurs souvenirs", il n'avait évidemment pas "sa" place de port, et cherchait tranquillement un endroit pour passer l'hiver. Il était d'ailleurs très joliment accompagné, comme quoi il est faux de dire que le bateau repousse les femmes : il faut simplement savoir les séduire. ·le 06 déc. 12:57
06 déc. 2020
2

Ce n'est pas propre au nautisme, la société s'est embourgeoisée dans tous les domaines.Les gens recherchent aussi dans leurs loisirs du confort,de l'espace.Je ne juge pas c'est comme ça.
Et le bateau qui répond à leurs exigences est plus onéreux voir inacessible pour certains.
Tous les loisirs ont évolué dans cette tendance.Par exemple,les campings basiques d'avant avec des tentes existent ils encore?Plus vraiment ils ont été remplacés par des parkings à mobil'homes. C'est plus confort mais il faut aimer...
Les exemples sont multiples.


Arzak:C'est marrant, j'étais cet été en camping avec ma compagne (pas plus jeune que moi) dans une tente 2 places, sans matelas. Autour de nous (enfin, je veux dire pas super loin) d'autres personnes du même age, d'autres, jeunes, d'autres, entre deux âges...Il n'y a pas que des adeptes du "tout confort+télé" et ceci même en France·le 06 déc. 13:42
jerom-826:Oui Arzak j'exagère peut etre un peu il y a encore des tentes mais la tendance est bien là.C'est une demande de la clientèle pour les campings mais les exploitants veulent également davantage gagner donc ils installent du dur.·le 06 déc. 15:49
06 déc. 2020
1

Mouais...
Je suis un jeune (comprendre j'ai moins de 30 ans) et j'ai un bateau. Plutôt gros d'ailleurs.
J'en ai eu un autre avant, plus petit. Mais avec 1m85, sur un 22pieds, le moindre mouvement est gêné, à l'intérieur comme à l'extérieur. Au bout de 2 ans et demi, decision a été prise d'acheter un plus gros bateau. On avait pas de budget, alors on a pris encore plus gros pour habiter dedans et confondre le budget logement et bateau. Du coup ça passe. Pas largement, mais ça passe.
J'ai croisé pas d'autres personne de mon âge qui on fait ça, mais surtout d'autre qui ne l'on pas fait. Pourquoi? Effectivement parce que ça coute cher! Déjà ma classe d'âge est celle qui remplie de le plus les rangs des salariés précaires ; parce on est ceux qui sont le plus nombreux sous le seuil de pauvreté ; parce que vous avec commencé à bosser plus tôt que nous, donc à faire des économies en vu de l'achat d'un bateau, plus tôt que nous ; puis même la vie du quotidien est plus chère, faite l'expérience de calculer les coûts de chaque chose en % du Smic, vous verrez si il peux rester des sous a un jeune pour acheter et entretenir un bateau!


Vili Oumo:À ça s'ajoute une autre chose, j'ai découvert la voile par hasard total, mais quand on n'est pas d'un monde ou les gens naviguent, ça paraît être une science occulte réservée à ceux qui on un père ou un grand-père qui déjà naviguait et qui leur a transmis ce savoir depuis tout petit. Il y a 6 ans JAMAIS j'aurais imaginé savoir naviguer et être propriétaire d'un bateau! Vu de dehors c'est un monde assez fermé au non-initiés.·le 06 déc. 13:21
Alexgruissan:Même cas que toi et je suis d'accord. C'est moi qui ai mis mon père à la voile ·le 06 déc. 18:19
06 déc. 2020
2

bonjour à tous; etre jeune c'est surtout dans la tete plus qu'une question d'age! juger une categorie d'utilisateurs à leur couleur de cheveux est reducteur et ne veut rien dire ;il y a des personnes considerèes comme jeunes qui sont déjà des vieillards dans leur tete, et des cheveux blancs qui ont toujours l'enthousiasme de leurs 20 ans!perso passè 75 printemps je pense toujours faire parti de cette deuxième categorie, j'ai commencé à naviguer à 7 ans je ne me suis jamais arrêté ,et je navigue toujours en solo sur mon voilier de 14 m !chaque levè de soleil au petit matin sur une mer calme ou tres "accidentèe" est toujours la meme fascination, chaque entrèe de port apres une plus ou moins longue navigation, la mème décharge d'adrénaline ! ma premiere croisiere un peu interessante fut la decouverte de la cote Espagnole dans un petit deriveur de 4m85(simoun) nous naviguions à deux copains assez au large pour ne pas etre controlè par la poliçe maritime, le soir on cherchait une plage déserte pour mettre un tapis de sol et dormir, notre cambuse etait des plus limite et notre ordinaire c'etait beaucoup de melons (un peu chapardès)! les voiliers etaient suivant les possibilitès economiques du moment, bien entendu toutes les économies y passaient apres bien entendu avec les aleas de la vie il y a eu des annèes à plusieurs dizaines de milliers de milles et d'autres à quelques milles ! ces annèes la de frustation etaient particulierement motivantes pour les suivantes

bien sure à un certain age le corps devient capricieux et il faut se faire violence, le matin parfois ou souvent on a mal partout,c'est bon signe! car si l'on a plus aucune douleur c'est qu'on est mort! meme si l'on est bien conscient que son avenir de navigateur est derrière soi on peut encore faire plein de choses, il faut simplement ne plus mettre la barre trop haut et beaucoup anticiper, le tout c'est d'avoir envi ! mon ami Willy de Roos a arretè avant moi mais il avait fait tellement de choses, à la fin il a mis son bateau sur un bras de riviere en façe de sa maison ,jusqu'à la fin son compagnon d'aventures etait en façe de lui, le reve pouvait continuer

perso je ne veux donner de conseils à personne ,c'est un choix de vie ,on ne choisi pas toujours,on a la niak ou pas ,il y a plein d'autres choses passionnantes à faire, et puis il y a l’activité professionnelle tres prenante la famille etc je reconnais que ce n'est pas toujours evident de tout concilier on pourrait philosopher des jours et des jours, bon avec le 3 heures de nav autorisées par jour ça laisse du temps pour ce maudit clavier


06 déc. 2020
4

bonjour ,
je vais citer brassens
quand on est con on est con ,l'âge ne fait rien à l'affaire ...
alain


Sapha Pani:Si si, Audiard disait :"le pire c'est les vieux cons, parcequ'on ne peut rien contre l'expérience"·le 07 déc. 16:05
faby9:Et Brel rajoute que si, si, c'est évolutif...·le 07 déc. 16:10
06 déc. 2020
0

Le jour où les marinas serint peu cheres , il y aura plus de jeunes à habiter sur un bateau et éventuellement naviguer avec.
Pas mal de jeunes à bord de camions aménagés.


06 déc. 2020
0

Je dirais qu'avec un peu de logique , mais possible que je me trompe , le fait qu'il y a une grande majorité de gens assez âgés ou retraités dans la voile ,c'est d'abord que posséder un voilier coûte vite cher, à l'achat comme à l'entretien et en temps, et comme la grande majorité des gens qui font de la voile le font en tant que loisir ou activité intermittente , pour quelqu'un de jeune et assez limité au niveau budget assez souvent, ce n'est pas la bonne activité dans laquelle investir , pour être propriétaire à mon sens, la majorité du temps . Donc ils préférent " investir" dans des activités peut-être plus physiques et sportives, dans le sens de la randonnée , locations, y compris de bateaux , ou du voyage sac au dos ou à vélo par exemple ,ce que j'ai pas mal fait pour ma part et continue parfois à faire, entre deux navigations en equipier and co. Ce qui demande peu d'investissement initial et que l'on peut stopper assez facilement sans trop d'engagement . Et à l'heure des avions low cost et autres , voyager en bateau n'est pas forcément la meilleure option si on est pressé de voir beaucoup de choses en un minimum de frais et de temps . C'est exactement l'inverse de la situation des gens plus âgés, souvent plus aisés ou retraités, qui n'ont pas trop de soucis financiers souvent et qui globalement bougent moins loin, moins dans le zapping d'activités diverses dans ce cas-là . Etre propriétaire d'un bateau relativement grand peut être compréhensible et avec moins de risques dans ce cas. Je dirais que là où les plus jeunes peuvent être présent chez les proprios de voiliers, c'est donc plutôt chez les gens qui choisissent d'acheter un bateau pour vivre à bord ,voire voyager avec, ce qui constitue quand même une minorité encore de gens à mon avis, et qui explique aussi qu'il y ait moins de jeunes en voile .
Mais pour ceux qui choisissent cette option , en effet le bateau peut être une un choix de vie intéressant et pas forcément très cher comparé à d'autres


06 déc. 2020
2

@Vili oumo;
j'ai toujours compté ainsi, en pourcentage du smic.
Et c'est là que l'on voit bien les courbes d'enchérissement de certains biens parfois de façon ahurissante, ou la baisse des prix pour des matériels bas de gamme, aujourd'hui venus de Chine.

Mais le problème vient d'ailleurs; c'est qu'il y a des personnes qui ont de très bons revenus, le différentiel de revenus est aujourd'hui encore plus important qu'il y a 40 ans. Et cela fausse tout le "système".

Et contrairement à ce que tu penses, beaucoup de personnes entre 50 et 70 ans ont des revenus très faibles, qu'ils soient de leur travail ou de leur retraite...


Vili Oumo:Oulà! J'ai jamais dit qu'il n'y avait que les jeunes en galère financière! Mais, oui, ils sont le plus gros des rangs.·le 06 déc. 13:58
Vili Oumo:Par contre, à revenus égal, on est mieux loti à 70 qu'à 25. Avec le même budget il est plus simple de vivre quand on est déjà propriétaire, que la voiture déjà achetée ne sert qu'à aller au supermarché, etc... que quand on a un loyer à payer, qu'on doit se trouver une voiture en état suffisant pour aller au boulot tout les matins, et avoir des projets dans la vie.Contrairement au calcul Insee, je pense que la pauvreté ne commence pas au même niveau selon l'âge.·le 06 déc. 14:07
Calypso2:il est vrai que ceux qui ont 75 ans sont arrivé dans le monde avec maison,voiture(velo) etc tout dans le berceau ...la belle vie quoi !!! ·le 06 déc. 20:43
06 déc. 2020
0

Je crois personnellement que la voile est technique, les bateaux à moteur tellement plus facile.

Au vu du nombre de têtes blanches sur les pontons, le déclin de la plaisance à voile est inéluctable.

je suis dans un club nautique où il y a des jeunes, mais ils sont en très forte minorité, et ils sont plus portés par la planche ou le kite-surf.

on a un seul jeune qui a son propre bateau...


Jjeronimo:La planche ou le kite est aussi une embarcation à voiles qui peut mener à la voile habitable.Tout ce qui flotte (ou "foil") et qui est poussé par le vent est une bonne chose.·le 06 déc. 14:02
06 déc. 2020
0

le probleme des finances est seulement un des aspects, bien entendu faire entretenir et stationner un 15 m dans un port huppè du midi coute une fortune, restaurer un vieux muscadet et l’amarrer dans un bras de riviere en bretagne ce n'est pas le meme tarif! mon fils et beaucoup de ses copains pendant leurs etude marine marchande au Havre par economie vivaient en façe de l'hydro sur des vieux bateaux en plastiques ou en acier c'etait beaucoup moins chère que de louer un petit studio......


Vili Oumo:Et l'apport de base pour l'achat du bateau venait de où? Parce que mon p'tit frère qui a lui aussi fait l'Hydro au Havre, je ne crois pas qu'en sortie de lycée il avait les moyen d'acheter un bateau de taille et l'état suffisant pour vivre dedans....·le 06 déc. 14:20
captainwat2:pour vili oumo et l'apport de base des scooters, petites motos, smartphones etc des lyceens il vient de ou? pour l'hydro le havre certaines connaissances avaient achetè leur bateau moins chere que le prix d'une petite moto et certains l'avaient reçu! d'autre part se priver pour aider son fils à acheter un vieux voilier qui va lui permettre de se loger moins chere que dans un petit studio (difficile à trouver sur le havre) à priori ce n'est pas un crime·le 06 déc. 15:11
Vili Oumo:Que l'argent vienne des parents? Non ce n'est pas un crime. Mais on ne peut que reconnaître que c'est une discrimination puisque tout les parents ne peuvent pas forcément.·le 06 déc. 15:30
06 déc. 202006 déc. 2020
4

Bonjour,
Personne ici ne parle de la diminution terrible de l'activité physique des jeunes ces 30 dernières années, estimée récemment à 20/25%.
Dans ma 83° année, il me souvient qu'en 1961 on trouvait un peu partout des écoles de voile et des possibilités de location de dériveurs.
Dans cette décennie et la suivante, les planches à voile animaient les mouillages (peu fréquentés).
En 1965, j'ai trainé mon Super Mistral 2 années de suite depuis Arcachon pour la Méditerranée.
Il me fallait déquiller, enlever les 20 gueuses de plomb de 25 kgs et les charger dans la voiture et dans la coque, ma menue compagne ne pouvant m'aider. Je partais le soir vers 21 h et faisait la route pour Port Vendres ou Arenis de Mar. A l'arrivée le matin, je mettais le bateau à l'eau après avoir remis tout en place. J'avais 25/26 ans et passionné de découvertes maritimes. Quand j'y pense, je ne suis pas trop étonné de pouvoir encore naviguer en solo...
Maintenant, à part quelques sites de kitesurf, vous "profitez" des scooters qui sont moins fatigants que la voile, même avec les enrouleurs et tout le toutim alors qu'avant...
On peut penser que la voile va peu à peu s'étioler et demeurer pour les petits ronds dans l'eau et les grands espaces. SGDG.


Estran:En plus de la diminution de l'activité physique, il y a aussi la diminution de l'activité intellectuelle... Les jeunes "délèguent" de plus en plus leur cerveau à des applications, or la voile nécessite d'apprendre, avec son corps et avec sa tête (pff... c'est fatigant, c'est long, ça ne se fait pas en trois clics). Bref, il faut quand même avoir le goût de l'effort.Et puis le jeune d'aujourd'hui a toujours eu l'habitude du confort, alors aller se faire mouiller et secouer sur un petit bateau spartiate, non. Pourtant, il y en a plein à vendre pour pas cher.Demandez à n'importe quel jeune sa définition de la liberté ou de l'aventure, vous serez surpris. Les exceptions sont rares, hélas, mais font d'autant plus plaisir quand on les croise !·le 06 déc. 16:42
faby9:Décidément, on ne vit pas sur la même planète !Je ne sais pas vraiment ce que serait la réponse des jeunes que j'ai la chance de fréquenter tant chez moi qu'au boulot (enfin si, un peu quand même), mais en tout je reconnais le discours des vieux un peu largués.·le 06 déc. 16:52
faby9:et c'est en tapant sur un ordinateur que tu écris ça...·le 06 déc. 20:38
06 déc. 2020
0

7 ans, J avais qd j ai commencé à naviguer et ça ne s est jamais arrêté depuis.
MAIS, J habitais ds l est de la France alors pour les croiseurs....

Un fantasia, c est le premier croiseur sur lequel j ai navigué un we. C etait en 84, J avais 23 ans et je me demandais comment c etait possible, vu le prix de l engin, de posséder un tel bateau...

La mer, c etait l ete, bossant comme gentil moniteur de voile ou planche

Papa, 2 ans plus tard, c est seulement à 29 ans, que j ai pu acheté mon first 18 et sa remorque.

Je suis parti vivre au bord de la mer pour assouvir ma passion.

Le bateau de mes rêves, ce ne fut qu à 43 ans puis à 56.

Je n ai pas de toit à moi mais j ai des bateaux depuis 30 ans, qui parfois, sont ma résidence principale au grès des aléas de ma vie !

Bref, un peu le contraire du tout, tout de suite sans effort, une histoire de passion ruineuse mais le bonheur n a pas de prix alors...


06 déc. 2020
0

La seule question qu’il faut se poser c’est « qu’est-ce que ça me rapporte? »
Comprendre qu’en mer la réponse n’a rien à voir avec les euros n’est ni une question d’âge, ni une question de moyens.


06 déc. 2020
5

Je pense que réduire le problème à une question financière est très réducteur.
Je ne parle pas de la possession d'un voilier pour quelque semaines de loisirs par an qui est là, réservée aux oisifs ou argentés.
Concernant la vie à bord et les voyages, l'argent n'est pas un gros problème. On trouve des voiliers qui peuvent partir à tous les prix et le coût de la vie à bord peut être très réduit (j'ai passé des années à ne manger que du riz, du poisson de ma pêche et du nuoc mam et le passage d'antifouling sur des bateaux de "riches" suffisait à me faire vivre).
Non, je pense que pour vivre tranquille le voyage et la bohème, il faut avoir foi en l'avenir et en soi même. Se dire que si on veut rentrer, on le peut, si on veut travailler, on le peut, si on veut créer, on le peut...
Et si il y a eu cette telle baisse dans les années 2000, c'est que l'avenir était sombre pour tous. La reprise des voyages chez les jeunes est-elle signe d'une meilleure confiance?


ED850:Non, en voilier. Il me semble qu'on revoit des jeunes sur des voiliers de voyage. En tout cas, j'ai au moins 4 bateaux dans mes connaissances menés par des trentenaires et sur H&O, plusieurs y pensent. Alors que début des années 2000, il n'y en avait presque plus. ·le 06 déc. 20:44
faby9:Des couples, en grand voyage depuis plusieurs années, qui vivent et travaillent dans leur voilier, j'en connais 3. (Chose étrange -quoique pas vraiment- il sont tous 3 sur des Amel.). Sur STW, il y en avait plusieurs aussi. Tu as du en rencontrer, non ? Même en Grèce il y en a.Youtube regorge de jeunes qui se baladent en voilier et postent leurs films. Ah oui, on n'aime pas trop ce qu'ils font, ici, les films beurck...Facebook regorge également de récits. Ah oui mais non faut pas causer de facebook ici, on connait pas mais on sait qu'on n'aime pas. Un peu comme l'AIS en somme. En fait toute nouveauté qui daterait de ce siècle est totalement incompréhensible et ne peut être utilisée que par les "vulgaires"...Mais c'est sur : on les verra pas ni en Bretagne, ni en cote Méd française. ·le 06 déc. 21:12
06 déc. 202006 déc. 2020
3

Bon maintenant, si on considère le souci du budget. Il faut aussi se poser la question de savoir le pourquoi du manque de budget de ces jeunes. Un de mes clients est une société qui investi dans l"immobilier et gère des "apparts hotel". Le type qui s'occupe de la gestion est un jeune français, architecte de formation. 28 ans. Il a terminé ces études à 24 ans, c'est son premier "vrais" boulot. A la sortie de ces études il a alterné petits boulots temporaire et chômage pendant 3 ans. Ne trouvant aucun boulot correct en France il s'est expatrié. Il est travailleur, trés curieux de tout, humble et agréable à fréquenter. Un système qui laisse sur le bord du chemin un jeune bien formé avec ce type de qualités n'a, à mon avis, même pas le droit d'exister. Sans rancunes.


Calypso2:oui mais former à quoi faire ? je connais plein de jeunes avec des BTS ou m^me des CAP ils ont du boulot tous les jours ..je connais un artisan chauffagiste il s'arrache les cheveux il ne trouve personne ..si le jeune avait fait maçon il aurait eu du boulot immediatement ·le 06 déc. 16:52
Pierre3:Oui Calypso, c'est effectivement un problême complexe, nos discussions de taverne ne va pas le résoudre...·le 06 déc. 17:10
Arzak:Notre ramoneur ne trouve plus de jeunes pour faire ce métier...·le 06 déc. 17:33
06 déc. 202006 déc. 2020
0

C’est une courbe en cloche, admettons que la plaisance en France ait atteint son apogée en 2010 12, maintenant ça descend vite et ça va s accélérer, ports à moitié vide, une économie à moitié ruinée. Je rappelle quand même qu il n y a plus de liste d attente pour les 9 mètres dans au moins deux ports de la cote d azur, à des tarifs de ouf bien sur. Je leur écrit que payer 7600 par an pour un bateau qui en vaut 10 O00 a tout casser n était pas envisageable sauf en copro a 4


tatihou:Tu peux citer les deux ports?·le 06 déc. 16:15
JeanLW:j avais créé un fil rien que pour ça ! je les mélange , Golfe Juan et Vieux Port de Cannes de tête, après un et deux ans !·le 06 déc. 18:04
lune2miel:depuis 30 ans, le marché du voilier en france décrit une belle sinusoïde pour des cycles de 10 ans et des variations de -50 % en bas de cycle.les raisons sont conjoncturelles, crises économiques, financières, l'achat d'un voilier pouvant etre facilement différé en temps incertains. ·le 06 déc. 20:10
06 déc. 2020
3

Ou d'une fuite d'une société qui n'apporte d'autre alternatve que a misère ou l'asservissement de la rentabilité?

Le voyage en batea offre plein de choses aux jeunes d'aujourd'hui:

L'aventure, bien entendu.
La realisation de quelque chose de "grand"
Une prise de distance avec une société décadente et destructrice
L'autonomie
L'experience d'une vie minimaliste sans doute plus douce dans les pays chauds
Le rêve
La débrouille
La responsabilité du bateau, de l'equipage

La plaisance de week-end est sans doute trop chère pour beaucoup de jeunes, par contre plein de 25-30 ans ont déjà un peu bossé et peuvent tout à fait acheter un petit bateau et prendre le large :)


Arzak:La plaisance du week-end est chère si on veut un gros bateau au ponton.Sinon, il y a des mouillages ou des voiliers habitables transportables.·le 06 déc. 17:35
06 déc. 2020
0

J'aime bien le windsurf ( Hawaï , tahiti etc..) . J'en ai une à bord , custom carbone et suis allé au spot du cap vert : Sal.
Là. Bas , la planche c'est vraiment mineur. Pour 200 kites , il n'y a qu'une vingtaine de planches.
On peut se balader avec un surf , un kite en bus. Mais pour une planche , il faut une voiture .
Plein d'agences de loc depuis l'Europe avec sejours sympas ,sportifs et surtout différentes destinations.
Pour le bateau , le spot : les Antilles . À peu pres pareil que pour le kite .
En 15 j de vacances on peut louer à plusieurs jeunes ,un gros canote ,naviguer sur l'arc et faire la fête.
T es proprio , une fois que t'as été un fois en Corse ou 10 fois le Golfe , tu t ennuies...
Sans compter le carénage etc....
S'il n'y a pas une notion de voyage l atrait d'un voilier diminue ou on regate. Là ,financièrement, vaut mieux ne pas être proprio...


0

Bonsoir,
J’ai 62 ans, j’en suis à mon sixième voilier.
Découvert tard la voile (à 30 ans) mais ce fut une révélation. J’ai appris à naviguer sur un bateau ami (First 42), tout de suite en hauturier. Puis je me suis lancé avec un modeste pêche promenade de 5 m.(Un Chaumois) Mais c’était MON bateau...
Puis un Cap Horn, un Daïmio, un Comet 850, un First 345 et maintenant un Beneteau 473.
Je n’ai jamais été riche, mais j’ai toujours travaillé plus afin de pouvoir m’offrir mes jouets.
Le dernier, nous vivons dessus pour un départ à moyen terme.
Je rejoins la majorité des interventions ci-dessus. Les cheveux blancs sont une écrasante majorité dans les ports que je fréquente. Et la taille des bateaux influe peu.
Même avec un petit bateau ancien, les charges dues sont importantes. Les frais de port, l’assurance, l’entretien, les éventuelles réparations, les escales, un peu d’essence/gasoil et le budget mensuel arrive vite à des sommes que la majorité des trentenaires et plus ne peuvent pas se permettre.
Mes 3 enfants, bien qu’ayant des emplois fixes en CDI, ne peuvent absolument pas faire face à ce type de dépenses.
Je reste persuadé que la plaisance comme nous la connaissons jusqu’à maintenant va évoluer radicalement. Les prémices se profilent déjà avec les associations de bateaux partagés.
Ce n’est pas ma tasse de thé mais ce sera certainement le meilleure moyens pour continuer de pratiquer une activité qui sera forcée d’évoluer ou de péricliter.
Bonne soirée,
Patrice


Calypso2:non je ne croie pas a son déclin ,son evolution oui comme depuis il y a 50 ans ou plus mais pas à son declin ...maintenant on vient au bateua a partir de 50 ans avec des sous et de la santé ..et là on demande du confort ·le 06 déc. 17:44
JeanLW:mais le déclin a commencé !! peut être moins en Bretagne !, ai été surpris du nombre de bateaux en vente à Port Napoléon·le 06 déc. 18:06
Calypso2:oh ça fait bien 30 ans que j'entends ça le declin ..en 2008 c'était la fin de la plaisance ..et bien non , son evolution oui mais pas de declin ·le 06 déc. 18:24
06 déc. 2020
0

Il y a aussi la solution de ports à sec, et avec un petit voilier ce n'est vraiment pas trop cher.
Moins cher à l'année qu'un tel. portable "à la mode" et son abonnement !
(tarif Bretagne sud, et encore, dans un hangar agricole c'est encore moins cher)

Il y avait un fil sur le coût annuel des bateaux, et il y avait de tout.
Mais avec un transportable de 6/7 mètres on s'amuse bien plusieurs semaines de suite et on peut trouver des solutions à bas coût pour le stockage hivernal.


Calypso2:hum ,un port au sec est aussi cher que le ponton ·le 06 déc. 17:54
Arzak:On a pas du voir les mêmes feuilles de tarifs !En Bretagne sud, là où j'ai regardé c'est quasiment le même prix que dans un hangar agricole. Intérêt; pas besoin de véhicule tracteur. Inconvénient; c'est en plein air.·le 07 déc. 13:26
06 déc. 202006 déc. 2020
0

@ Lolapo (non renseigné),

Bonjour, il y a quelques années, je répondais à l'auteur d'un livre déjà ancien sur la navigation de plaisance depuis ses débuts et jusqu'en 1970.
Pour prendre en compte tes indications: l'aventure, l'autonomie, le rêve, la débrouille etc., cet écrivain mentionnait un aspect de l'aventure:
«Les vertus émollientes du climat sont reconnues par le voyageur qui leur impute la cause de ce que Serstevens appelle en 1950, la paresse des indigènes! Ce moralisme qui associe la caresse à la paresse, détermine le milieu tropical comme le lieu privilégié de la déchéance. Celui qui demeure sous les tropiques est exposé aux dangers de l'envoûtement. L'abandon prolongé du corps aux séductions de la nature sensuelle ne peut qu'entraîner une issue fatale».

Je lui ai répondu ce qui suit:
Fichtre! Mais je dois bien reconnaître que ma longue fréquentation des rivages antillais m'a fait découvrir des êtres délabrés (j'en ai vu se détériorer au fil des ans) alors qu'ils avaient pris la mer en vue de grandes croisières, voire de circumnavigations. J'y ai vu 2 couples se séparer, quelques marins se déliter dans l'alcool et la drogue. Tout cela se passe ailleurs mais n'était certainement pas prévu au départ! Les raisons peuvent en être multiples: la réalité était fort éloignée des rêves projetés, des soucis économiques non prévus, l'absence d'un confort suffisant, des compétences nautiques trop restreintes, des psychologies qui se révélèrent incompatibles dans les séquences adverses et dans l'univers clos du bateau. Il y a aussi ceux qui ont tout largué en pensant aussi larguer tous leurs problèmes par une fuite qui ne les efface évidemment pas.
Il m'est arrivé parfois de quitter un mouillage agréable plus tôt que prévu à cause du voisinage d'amis aux caractéristiques trop festives et systématiques pour moi et ma santé! Même si il est vrai que des soirées à bord, sous un alizé tiède et serein, dans la convivialité complice, laissent des souvenirs heureux...


lolapo:Voyager ne se restreint pas aux Antilles. Loin s en faut...Je trouve que sous les tropiques on.a besoin.d'être plus actif car on n'a pas la voiture à disposition , le boulot dont on a besoin pour financer le prochain voyage etc...·le 06 déc. 19:07
06 déc. 2020
0

Age moyen des plaisanciers (voile) en France: 70 ans


ED850:Source? Pif?·le 06 déc. 18:45
Calypso2:il y a deux ans le conseil portuaire avait fait reference à une étude , sur la Manche/Atlantique age moyen 72 ans ·le 06 déc. 19:08
Arzak:Là je suis quand même étonné, cela me parait plus agé que ce que je crois voir. ·le 07 déc. 13:29
06 déc. 2020
3

Puisque ça a plu je remets quelques photos NB que je développais moi même, on avait fait le voyage Paris Perros avec mon Ami 6 🙈


JeanLW:Ce qui se passe quand on se plante dans les horaires ·le 06 déc. 18:47
Arzak:;-)·le 07 déc. 13:30
Arzak:Et madame n'a pas du être contente en voyant les bottes boueuses !Ha les voyages en ami 6 !Ca c'est déja un bon début d'aventure !Belles photos souvenir !·le 07 déc. 13:31
06 déc. 2020
3

Arrivee serk avant Navionics


06 déc. 2020
3
06 déc. 2020
3

Mouillage dixcart bah je crois au pied de la coupée

Le château impressionnant c à jersey, Gorey ?


tdm2023:Ce sont vraiment de magnifiques photos. L'argentique et le noir et blanc ouvrent plus vite les portes de l'imagination.·le 07 déc. 10:19
JeanLW:La photo de l’île thomee est une de mes préférées, il y a un gros travail avec la main ou un cache avec l agrandisseur pour faire sortir la partie sombre et la partie claire·le 07 déc. 10:22
tdm2023:Très beau travail, bravo. C'est un savoir-faire qui se perd.On a de très belles photos en numérique, mais souvent pas la même magie.·le 07 déc. 10:50
06 déc. 2020
3

Ile Thomé devant Perros, brouillard et grande marée


06 déc. 2020
3

la voile peut se pratiquer de plein de manières différentes ,en dilettante ,professionnellement ,ou passionné , il n'y a pas d'âge pour attraper le virus ,
quand on l'a ,on fait pas mal d'impasses sur autre chose pour assouvir sa passion ,
pour certains c'est un mode de vie.pour d'autres une manière d'occuper ses vacances .
le plus difficile c'est la famille ,trouver déjà un conjoint qui accepte et puis les enfants ,l'éducation .
quand on est sorti de tout ça et que on l'a encore généralement on a les cheveux blancs ,ce qui explique un peu l'âge des propriétaires de voiliers .
et après c'est ; je vais pouvoir en faire jusqu'à quand ?moralement,financièrement et physiquement ..
chaque cas est particulier, donc je ne donnerais pas d'avis général .surtout pas sur l'évolution
de la plaisance que j'ai vu évoluer et qui me parait maintenant à son apogée .et forcement va évoluer
mais dans quel sens ,je n'en sais rien .
Alain


Calypso2:ah tu dois donc avoir les cheveux blanc de la sagesse 👍·le 06 déc. 19:20
06 déc. 2020
0

Les classes de revenus sur les voiliers aux Antilles sont tellement evidentes.
Les differences créent un ostracisme des 2 côtés.
Quelque part, la voile est de plus réservée à une classe aisée .
C'est un statut que les retraités essaient d acquerir mais un peu tard .
Les jeunes héros comme les Damiens , j. Watson etc...ne font plus recette.


06 déc. 2020
0

le budget à l'achat est une raison, et le coup de possession,
mais aussi le temps !!

le temps pour bricoler, améliorer, réparer, et caréner
+ le temps pour naviguer

la budget à mettre en oeuvre pour naviguer 3 semaines maxi pendant congés annuels est hors de proportion,

à la retraite on a le temps pour 6 à 8 semaines de navigation, plus en ligne avec le budget mis en oeuvre


06 déc. 2020
0

ps : 67 ans et je navigue sur mon bateau depuis 10 ans, 4 à 8 semaines dans l'année


06 déc. 2020
1

J'ai 72 ans et je repars pour ma 5ème transat, aussi j'espère qu'il y en aura d'autres.
J'ai rencontré il y a 2 ans aux Antilles un couple sur leur voilier de 81 et 83 ans, ils me semblaient fatigués, mais un esprit formidable et ne pouvaient vivres autrement que sur un bateau . Tout est possible.


06 déc. 2020
0

Bon, c'est vrai que j'ai une aisance financière maintenant que je n'avais pas à vingt ans. Mais à vingt ans, mes six premiers salaires ( j'avais la chance de pouvoir habiter chez papa maman ) ont servi à acheter une bette avec laquelle je pouvais aller aux îles, plonger et pêcher. Ce dont un marseillais se satisfaisait à l'époque.
Si je n'avais pas été obligé professionnellement de venir habiter le Languedoc, je n'aurais jamais découvert la voile, car un bateau à moteur à Palavas, ça ne sert pas à grand chose et on se lasse vite des plongées sur 6m, des paniers de Vernières et de Grondins, et des quelques Daurades de Septembre.
Mais je vois bien que, hormis ma plus jeune petite-fille qui ne rate pas une occasion de venir naviguer, mes ( jeunes ) neveux ne voient dans le voilier qu'une occasion d'envoyer des rushes sur Fesse de Bouc et ne s'impliquent pas dans les réglages ni dans les manoeuvres.
En revanche, le rhum arrangé, là, pas de problème...


06 déc. 2020
6

Salut a vous lire j ai vraiment le sentiment qu il y a une réel différence entre la pratique en méditerranée et en Atlantique.
A brest (mon port d attache) il y a vraiment pas mal de jeune. C est vrai qu il y a un pôle régate assez actif
C est vrai aussi que les places de port semblent sensiblement moins cher ( 1300 pour mon 7.6m)
C est vrai aussi qu avec la loi de l'offre et la demande le marché de l occasion via lbc semble bien plus intéressant qu en med... on trouve ici bon nombre d unités en dessous des 3000 euros sur toute la Bretagne pas forcement le cas en méd.
Mais le plus important n est pas l age des plaisanciers, ni leur moyens ni leur niveau même.. mais le plaisir que chacun prends lorsque il navigue... et ça ce n est pas une question d age,ni du lieu de navigation...


muttix1:Ayant eu des voiliers de 45 à 80 ans, mais ayant navigué avant en Kayak et au moteur par avant, les ports de Méditerranée sont trop devenus des parkings à bateaux sans vie de ponton, peut être est ce du au peu de largeur de ces pontons flottants mais cette vie était aussi due aux marins professionnels qui gardiennaient les bateaux de plus de 12 m ;, mélangés aux plus petits , proposaient des idées d'apéros .... et tous se connaissaient peu à peu, l'accès des pontons surtout était libre et les jeunes acceptés maintenant on est parqué par taille, avec badge d'entrée........pas de quoi tenter des jeunes·le 14 déc. 12:53
07 déc. 2020
1

Bonjour
Il doit y avoir un paquet d'études à la FIN sur le sujet qui est stratégique pour la filière.
Il serait intéressant de savoir si on trouve aussi à Marseille, comme à Brest, des voileux assez jeunes.
Ensuite, j'ai quand même l'impression que la voile, et le bateau en général, ça a toujours été un truc de riches. Dans les années 70-80, une certaine mixité sociale permettait à des à des gens plus modestes d'accéder à ces loisirs.
Aujourd'hui, si vous êtes sur la côte et n'avez pas beaucoup d'argent, déjà vous êtes à 20km de la mer, ce qui limite les occasions d'apprentissage.
Et si vous habitez loin, l'école de voile c'est une semaine en été.
Enfin, il y a de moins en moins d'emploi dans les zone côtières et plus dans les centres urbains.
La somme de ces nombreux paramètres fait sans doute changer le profil et le nombre de plaisanciers, entre le boom de la fin du 20eme siècle et maintenant.
Et le challenge des filières professionnelles (fin etc...) Est de faire croître le chiffre d'affaire global, pas forcément le nombre de plaisanciers.


Chemistrebor:"Il doit y avoir un paquet d'études à la FIN sur le sujet qui est stratégique pour la filière".Je suis bien d'accord mais ce qui est curieux c'est que ce problème qui est une tendance de fond depuis 20 ans, n'a débouché sur aucune mesure pour relancer un secteur qui contribue à l'économie du pays. Idem sur le sujet de la formation des plaisanciers, à part le permis hauturier inutile pour les voiliers, rien n'a évolué. Comme si le pays avait voulu cantonné le littoral à ne servir qu'au loisir de vacance à la plage en conservant l'historique activité de pêche professionnelle. ·le 07 déc. 10:55
Calypso2:et bien j'ai le sentiment du contraire . les marinas deviennent petit à petit des lieux touristique aménagé pour attirer le promeneur ..coté formation de nouveaux diplome ont vu le jour pour s'adapter aux besoins tant amateur que professionnel et les écoles et club ce n'est pas ça qui manque .Coté acces la location c'est plus que developper m^me chez les particuliers qui peuvent eux m^me louer leur bateau . Pour le bateau maintenant il y a multitude de formule d'hivernage ..·le 07 déc. 11:18
faby9:@Chemistrebor : je crains que le lobbying des marins-pêcheurs soit moins influent que celui de la FFV et de sa Mecque. Un indice : pourquoi la voile est-elle le seul sport dans lequel-on peut être rémunéré pour un enseignement sans posséder un diplôme d'état ? Pourtant, la Cour de Cassation est claire : on peut les nommer "moniteurs" si on veut (c'est plus vendeur), on ne peut pour autant pas les rémunérer...www.vousnousils.fr[...]-581432 ·le 07 déc. 11:23
Chemistrebor:A CalypsoC'est bien ce que je dis, le littoral devient un lieu de vacance à la plage. Par contre je ne vois pas quels sont les nouveaux diplômes pour les plaisanciers ? Coté hivernage c'est simplement une mesure light en investissement qui génère plus de business pour les ports. Mais cela ne change rien au fait qu'il y a trop peu de places offertes et que les plaisanciers viellissent sans renouvellement du "cheptel".. ·le 07 déc. 11:29
Calypso2:si le cheptel est constamment renouvelé pas par des jeunes mais par des jeunes vieux 50 à 60 ans ·le 07 déc. 11:39
Calypso2:pour les diplomes il y a deux ou trois ans il y en a eu pas mal de nouveaux ·le 07 déc. 11:45
Arzak:@Faby9; le document dont tu nous donne le lien dit exactement le contraire de ce que tu as écrit.Seul un moniteur diplomé peut être rémunéré.D'ailleurs dans les association il faut un moniteur diplomé comme "référent" technique.·le 07 déc. 13:39
faby9:@ Arzak : le document dit en effet le contraire de ce qui se passe à la FFV.·le 07 déc. 13:46
07 déc. 2020
0

c'est oublier la résistance pour ne pas dire l'obstruction de nos amis écolo à l'apparition de tout nouveau port de plaisance.
j'ai souvenir, il y a une quinzaine d'année d'un projet de port à flot à la seynes sur mer, en amodiation. des places vendues à partir de 100 000 euros...
finalement, à force de recours de nos petits amis défenseurs de la nature, le projet n'a jamais vu le jour...

par ailleurs, dans toute la france, dès qu'il y a un plan d'eau praticable, il y a une école de voile, des classes de mer, bref, la ffv fait très bien son boulot, la pratique du dériveur est toujours largement démocratisé.
la croisière ne l'a jamais été autrement que par les écoles et maintenant la location qui ne demande meme plus de compétence, il suffit de louer le skipper avec le bateau

enfin, ne pas oublier que la planche à voile a tué le dériveur, tué lui meme par le kite, bref, un réservoir de pratiquant autrefois promis à la croisière qui a bifurqué, un peu comme les mômes qui roulent désormais en scooter et permis en poche, passe au volant d'une voiture.
la moto sera un élément de train de vie qui n'apparaitra éventuellement que des années après


faby9:C'est vrai qu'à 100 000 euros la place de 8 mètres de long, c'est un scandale que d'avoir refusé ça au peuple.Qu'attendons nous pour défiler contre les écolos qui ont interdit cet accès à la liberté pour tous ? histoire de permettre la casse de quelques vitrines de Ténardiers libéraux. ·le 07 déc. 11:26
Arzak:c'est effectivement une belle idée de démocratisation, des places à 100 000 euros... (le bateau était il offert?).Je ne suis pas certain que la FFV fasse "bien" sont boulot.Elle s'occupe essentiellement des régates, et se fout bien de ses licenciés.La FFV veut avant tout du fric, du fric, du fric, comme toute veille association sportive à l'ancienne.Quand la FFV s'est intéressée à toi ?Au premier confinement, tout simplement parce que les licenciés n'ont pas pris leur licence en avance puisqu'ils ne pouvaient naviguer, et donc les sous ne rentraient plus !La FFV tout comme la FFM (puisqu'il est parlé de moto plus haut) sont de vieilles institutions qui travaillent très peu (ou pas du tout) à la démocratisation de leur activité.Ce sont les associations locales (affiliées ou non à la FFV) qui font tout le travail !·le 07 déc. 13:45
Domde:Un studio face à la mer dans une Marina d’une station balnéaire basique c’est 200.000€. Une place à 100.000€ c’est une bonne affaire ·le 08 déc. 14:20
07 déc. 2020
1

J'ai du mal à croire que ce soit la resultante des "amis écolo". Politiquement en Françe, l'écologie n'a jamais été prise au sérieux pour des raisons multiples qui nous sortiraient d'un débat sur l'age des plasanciers. Il y a eu une expression écologique en Françe comme dans d'autres pays, mais quasiment très peu d'influence réelle sur les choix économiques.


Calypso2:aujourd'hui aucun projet aussi insignifiant soit il doit avoir son étude d'impact sur l'environnement et il suffit qu'il y ait une famille de crapauds pour que tout s'arrete ..non maintenant l'écologie est le premier facteur pris en compte dans l'économie. Il suffit de voir les problemes soulevés avec les éoliennes ..ça paralyse m^me parfois l'économie et des delais entre les projets et la realisation ne cesse d'augmenté pour cause d'écologie le plus souvent ·le 07 déc. 11:33
Chemistrebor:Oui mais là tu évoques des actions réactives sur des projets économiques généraux.La volonté écologique de développement, c'est à dire lancer des projets déjà 100 % écologiques, il n'y en a pas eu beaucoup. On a vu des réalisations de quartiers d'habitation verts, certains réussis et d'autre bien foirés , quelques initiatives dans le recyclage, mais au global je trouve que cela reste minoritaire.On peut le déplorer mais l'explication n'est pas que dans l'influnence des lobbys traditionnels qui ne perçoivent l'écologie que comme une contrainte supplémentaire couteuse, il y a aussi un manque de définition de principe d'écologie qui ne peut constituer à lui tout seul une politique générale pour un pays.En d'autres termes l'écologie aurait du (peut-être) constituer une composante des autres courants politiques afin de ne pas exister que par opposition. C'est facile à dire, mais à faire cela aurait été une révolution. Enfin c'est un gros sujet qui continuera à bien faire parler au 21ème siecle.. ·le 07 déc. 11:56
Calypso2:les eoliennes c'est 100% ecolo , les aides à l'amelioration de l'habitat ,, partout maintenant on a des décheteries ,. il ya aussi une multitude de formation universitaire ce qui est capitale pour le developpement de l'écologie (mon fils avait un DEA en la matiere) tout commence par la formation ·le 07 déc. 12:09
07 déc. 2020
3

Je pense aussi que la filière se tue par elle même. La production fait qu'il faut vendre. Pour vendre, il faut faire croire qu'on ne peut naviguer sans énormément de matériel (centrales derniers cris, électronique pléthorique ....) et qu'il faut des bateaux récents.
Alors que sur un bateau de 30/40 ans, qu'est ce qui reste de l'époque? La coque le mat. Le reste a peu à peu été renouvelé. Or on voit des bateaux de 10m à 300k€ alors que pour n'importe quel budget, on peut passer des vacances superbes ou partir à l'autre bout du monde.


07 déc. 2020
0

Un peu tard j'en convient j'apporte un commentaire sur le point de départ du sujet.
Les jeunes achètent ils encore des bateaux ? Aujourd'hui je n'en sais rien. Mais j'ai acheté mon premier bateau exactement à l'âge de 26 Ans. Il s'agissait d'un Fantasia quillard négocié neuf au salon nautique de Paris 1980. Un sacré souvenir et c'est vrai qu'a l'époque quand il a été livré on était déjà peu nombreux avec des bateaux neufs au port.
Le prix actuel des bateaux, le fait aussi que les grands constructeurs ne proposaient plus de petits bateaux n'a pas favorisé l'accession pour les jeunes. Mais la jeunesse aime la voile en général. Si ce n'est pour du croiseur côtier ce sera déjà pour la voile légère.


Domde:Le prix d’un voilier hauturier est moins élevé en 2020 par rapport aux années 70 en ce sens qu’il faut moins d’heures de travail pour en acheter un neuf. C’est encore plus flagrant pour de l’occasion.·le 08 déc. 14:23
07 déc. 2020
2

effectivement, j'ai aussi l'impression que les jeunes actuellement rechignent pour beaucoup à s'entasser dans un 22' au confort spartiate.
J'ai constaté dans mon entourage pro que les jeunes voileux préféraient louer un gros bateau à 6


faby9:Ils rechignent aussi à acheter un F3 (1 chambre) pour y loger 2 ou 3 enfants... ce qui était quasi la norme il y a 40 ans. Faut il le leur reprocher ? ·le 07 déc. 13:50
zef29:Ah je ne reproche rien, j'observe. Ca ne m'empêche pas d'avoir un avis, celui de préférer un 22" à moi que je bichonnerais plutôt qu'un contrat de location éphémère.Je préfère boire moins, mais dans mon verre. Après, que chacun trouve son compte , c'est l'essentiel.·le 07 déc. 16:31
faby9:Question de point de vue. Durant 20 ans, j'ai préféré louer un voilier quasi neuf, quitte à transporter avec moi pas mal de matériel perso (outils, amarres, et jusqu'à y compris une ancre...), voiliers de différentes tailles (ce qui me permet de causer de la difficulté relative de "tropgrand" en pleine connaissance de cause), de différents constructeurs, avec différents équipements, dans des endroits pas toujours identiques, mais que je payais assez cher à fonds perdus (3 ou 'semaines chaque fois) mais qui représentait 4 ou 5 fois moins que la simple place de port (place que j'attends toujours : je n'ai que 12 ans d'ancienneté dans la liste...). Cela m'a permis d'avoir une bonne idée de ce que je voulais, ou du moins de ce que je ne voulais absolument pas. Quand je dis à mon fiston qu'il devrait songer à acheter son appartement, il me répond qu'il préfère louer plus grand pour une mensualité moindre, et surtout de rester beaucoup plus libre... ·le 07 déc. 16:47
07 déc. 202007 déc. 2020
3

Bonjour à tous,
Quelques éléments pour apporter mon humble contribution à cette discussion.
Tout d’abord, je précise qu’avec ma compagne et moi naviguons surtout sur la côte Atlantique, Manche et Mer du Nord et très peu en Méditerranée.

Du haut de nos 37 ans (la moyenne de nos âges), je vous confirme que l’on se sent souvent « les jeunes » du ponton !
En évitant toutes généralités, plusieurs facteurs semblent intervenir.
Il me semble que la voile n'est pas un sport simple. Cela nécessite une formation sur plusieurs années et un peu d’acharnement pour arriver à naviguer en autonomie ; surtout quand on n’est pas tombé dedans enfant. Cependant, le numérique facilite vraiment la pratique bien qu’il soit indispensable de savoir faire sans.
La question de la disponibilité d’une place de port me parait un faux prétexte. Une fois que l’on est propriétaire on trouve toujours une place ou un arrangement avec un port. Par contre la qualité des ports en France, me semble plus problématique, plutôt que la disposition de place, surtout pour des générations qui peuvent être plus dans une « position de consommateur » et avoir de très jeunes enfants...
Comme déjà cité, « les jeunes » ont aussi d'autres priorités d'achat comme le logement. D'autant plus que l'achat d’un bateau n'est pas du tout un bon investissement mais une perte... Effectivement, il y a aujourd’hui de bons achats possibles auprès de personnes âgés, c’est le cas de notre dernier bateau. Pour "des jeunes" la location d'un gros bateau confortable peut être une solution facile et adaptée.
Comme déjà dit, une fois que l'on a un bateau on y passe beaucoup de temps. Nous passons la majorité de nos vacances à bord, cependant tous nos amis et familles ne partagent pas notre passion ; cela nous conduits de faire d’autres choses avec eux.
Enfin, comme précisé précédemment, le bricolage ne me semble pas un frein mais une nécessité, tout comme pour la vie à terre.
Personnellement, j'ai acheté mon premier bateau, un Atlante de Mallard 28 pieds, à 31 ans après quelques années d'école chez TML. J'ai acheté ce bateau pour naviguer en côtier et petit hauturier à ma guise, j'en avais un peu marre de l'école de voile (rythme et participants imposés, peu d’action car beaucoup d’équipiers, l’organisation et le choix de la nav’ par le moniteur …).
Je viens de vendre ce premier bateau à un couple « de jeunes », moins de 25 ans. La vente a été rapide car le prix du bateau était raisonnable. J’ai été très heureux de vendre à « des jeunes » qui ont la niaque même à un prix peu élevé.
En conclusion, aujourd'hui je ne possède rien d'autre que mon bateau !
Bonne nav' à tous !


07 déc. 202007 déc. 2020
0

Je rejoins assez l'avis de "Toto el rigolo, pour ma part en France , j'ai commencé à m'interesser à la voile relativement tard , vers 20 ans , et sans vivre en bord de mer, j'ai longtemps préféré naviguer en équipier , me tester d'abord et continuer des voyages sac au dos ou a velo plus simples et rapides . Posé au japon pour l' instant , ici aussi, apres plusieurs visites de voiliers et un achat recent, je constate que la tres grande majorité des plaisanciers japonais sont des retraités, agés ou pas tout jeunes, sauf exceptions. .


07 déc. 2020
0

Dans notre association, sur 200 membres, il y en a 15 tout au plus qui ont moins de 30 ans.
Et sur ces jeunes, trois seulement font du dériveur ou du catamaran.
Les autres font de la planche, du kite-surf.
...


ALEBA:Typique. Un gars très sympa qui vendait son First 30 m’expliquait que ses enfants aiment la voile mais pas sur un bateau de plaisance. Les jeunes aujourd’hui veulent de la glisse. Soit equipier sur une monture du Tour de France, soit de la voile légère. Le camping côtier a moins la cote. Mais nos politiques en taxant autant la plaisance et interdisant les mouillages a tué dans l’oeuf l’intérêt de la nouvelle génération pour la voile plaisance.·le 07 déc. 17:10
07 déc. 2020
2

"Cela nécessite une formation sur plusieurs années et un peu d’acharnement pour arriver à naviguer en autonomie ; surtout quand on n’est pas tombé dedans enfant"
C'est exactement le challenge des néophytes en voile, que curieusement beaucoup de ceux qui sont tombés dedans étant enfant ont du mal à integrer à leur reflexion. Pour beaucoup, il suffit de se lancer et ca va venir tout seul progressivement, mais la réalite est différente et pas toujours aussi enchantée.
La limite pédagogique des stages de voiles relatée par Toto est très juste, pour le débutant il y a de l'acquisition mais la plus value s'épuise avec la progression du stagiaire, les écoles de voiles répondent maladroitement aux besoins de ceux qui sont au niveau intermédiaire avancé. Bref cet état ne facilite pas l'arrivée de véritables nouveaux dans la plaisance à voile.


07 déc. 2020
0

Je me pose souvent cette question, étant un vieux voileux (67 ans) dont les enfants sont un peu intéressés par la voile mais surtout pas par les bateaux eux-mêmes.
Pour eux, un bateau cela se loue, mais pas plus. On trouve une application informatique qui trouve le bateau à l'endroit x, à l'instant t. Pourquoi s'embêter avec tous les problèmes d'entretien?
En suivant leur logique, s'ils rencontrent du gros temps, ils vont aussi chercher l'appli informatique pour savoir quoi faire!


ALEBA:En suivant leur logique, l’appli permet d’éviter le gros temps ;)·le 07 déc. 17:06
faby9:Je ne vois pas trop le rapport entre l'idée de ne pas jeter l'argent au fond de l'eau et donc préférer louer , avec celle de ne pas savoir manoeuvrer en cas de gros temps ...Est ce que le fait d'être propriétaire d'un voilier qui reste 49 semaines par an à sa place de port, dont on ne s'éloigne jamais très loin (la place visiteur c'est cher), et d'avoir un entretien * à assurer, ça rend plus compétent en cas de F8 ? (quand on voit l'état de ces voiliers de ponton, on se demande en quoi consiste exactement l'entretien dont on parle...)·le 07 déc. 17:56
07 déc. 202007 déc. 2020
3

Il me prends soudain plaisir à imaginer le muscadet de 2030. Il aurait 2m de plus. 8.5m donc.
Il serait équipé d'un moteur électrique de 10 kg qui aurait la taille d'une pastèque, même un peu moins. Nombre de pièce mobile: 1. Fiabilité: totale. Procédure d'hivernage: néant. Entretien: néant Coût: 2000 EUR neuf, comme la longévité serait absurde, il y en aurait plein d'occasion à 1000 EUR. Vu le poids de 10 kgs, on les remplacerait en 10 minutes.
Le moteur serait alimenté par un parc de batterie LFP. Coût: 50 EUR du kWh (eh oui, l'industrie auto étant passée par la, le coût des batteries aurait diminué de 10% tous les ans depuis 2020).
Le bateau serait léger et bon marcheur car l'autonomie des batteries serait limitée.
L'electricité du bord se limiterait à l'alimentation des feux de navs et du seul élément d"électronique fixe, à savoir le sondeur. Tout le reste serait du portable. La navigation serait faite à partir d'un smartphone. Le smartphone du copain étant le back up. Une VHF portable qui tient dans la poche. Quelques cartes papier (des routières). L'éclairage du bord serait des lampes leds pendues aux endroits stratégiques, ramenées à la maison en hiver.
Il serait pas cher, évolutif, d'une simplicité totale, on pourrait enfin naviguer...
Moi ce qui m'enquiquine à bord ? Deux choses, le moteur & tout ce qui est éléctrique. Le seul bon truc électrique à bord ? Celui que je peux prendre sous le bras quand je rentre chez moi. Cette approche est la source d'inspiration de ce muscadet de 2030.
Peut-être un tel bateau pourrait ré-attirer les jeunes à la voile plutôt que nos sacs à merdouilles flottant ?


juliusse:Ça existe déjà. Un plan Reard avec un petit HB thermique en attendant la baisse des électriques et t'es bon...·le 08 déc. 11:01
Pierre3:Je viens de regarder. J'aime bien. Le souci est cependant un peu toujours le même. Sans procédés industriels de fabrication il s'agit soit de constructions amateurs, soit de prix élevés. Et on en revient aux unités à diffusion confidentielle. Mon rêve est la VW coccinelle des océans version 2030. Un produit abordable et trés simple d'entretien. Pour cela le moteur électrique est assez magique, avec toutes ses limitations...·le 08 déc. 13:29
Oliver29:Mais aujourd'hui, il y a peu de candidats à vouloir la même chose qu'en 1970. Regarde en auto, les modèles "mythiques" ressortis depuis (VW Coccinelle, Fiat 500, Golf, etc.). Ces voitures n'ont plus que le nom et quelques traits de leur aïeule. 1.5 fois plus de poids, de puissance, de confort, d'électronique, sans aborder les assistances à la conduite et tout et tout. Aujourd'hui, c'est impensable pour beaucoup de faire un Paris/Côte d'azur en Ami 6, par la N7. Mais combien l'ont fait à l'époque ? Je ne connais pas grand monde ayant eu ces anciens modèles qui ont acheté la version moderne. Pourtant, il y a des clients. Donc, un bateau 2020, aura t il la même saveur et le même attrait que la version d'origine, à l'époque où elle est sortie ? Pas sûr que les nostalgiques repiqueront au truc, mais ça aiderait peut être des nouveaux à entrer dans la plaisance. A condition que le modèle ne soit pas trop minimaliste. Ce n'est plus ce que les clients d'aujourd'hui recherchent. Il faudra surtout que ce nouveau modèle soit "tout connecté".·le 08 déc. 13:51
juliusse:C'est dommage, mais vrai. ·le 08 déc. 14:14
Arzak:J'espère que le "muscadet 2030" sera plus inspiré par la 2cv que par la Coccinelle !Coccinelle; trèa maivaise tenue de route (le nombre de fois que l'on dérapé sur le verglas avec mon frangin !) consommation excessive, tout petit coffre. La Deuche tient la route, consomme moins et est très évolutive, on peut transporter pleins de trucs grâce aux sièges démontables facilement et à la capote.Je navigue presque exactement comme tu le décris, très peu de moteur, mais surtout cartes papier, sans carto sur tel portable (mais une tablette) une vie d'épicurien à bord, le grand pied pour nous.Au niveau auto, la renault Zoé sans options, la Mitsubishi-Peugeot-Citren électrique s'en rapprochent un peu, juste le minimum à bord, mais il y a vraiment le tarif qui coince fort !Le soucis du "Muscadet 2030" sera le tarif... Saut à le faire uniquement en kit ou construction amateur ce qui n'est pas trop dans l'air du temps malheureusement, les gens veulent tout tout de suite.Il y a un bateau en construction amateur de 8,50 que j'apprécie beaucoup, le Toulinguet dessiné par F. Vivier.Malheureusement il ne pourra jamais être éligible au titre "Muscadet 2030" car son procédé de fabrication n'est pas le plus simple, et il est pensé comme un "bateau séducteur" plutôt qu'un "bateau minimaliste" !·le 08 déc. 15:15
Pierre3:Je viens de regarder les images de ce bateau. Je pense en avoir vu un à Carentan.·le 09 déc. 10:44
08 déc. 2020
0

Bonjour , le vrai problème c est la connaissance de l activité , combien de jeunes ont eu accès à la voile ,au collège , au lycée , à la fac ou dans des entreprise?
Sans doute moins de 10 %.
Comment changer cela ,avez vous des idées?


Calypso2:je ne sais mais ici tout les eleves font un trimestre de voile durant leur scolarité et celà depuis un sacré bout de temps ·le 08 déc. 09:50
Estran:Il y a d'autres moyens. Par exemple, je viens de l'Est de la France et j'ai découvert la voile en colonie de vacances.·le 08 déc. 09:55
Arzak:A notre base nautique, les scolaires de certaines écoles font une semaine de voile, et il y a une école de voile les mercredis.Il n'y a pas foule, et rares sont ceux qui reviennent, peut être à cause des autres multiples activités qui leur sont proposées ?·le 08 déc. 15:17
ED850:Chez nous, petit village, 150 enfants en âge "nautique" 40 inscrits en école de sports voile, 40 char à voile. Pour les moins de 18 ans, c'est 25€ l'année (plus la licence). Mais avec ça, on fait des podiums au France en voile comme en char, des champions du monde en voile comme en char (et un coureur du VG😀). ·le 08 déc. 15:25
08 déc. 2020
0

Oui, au niveau de la voile pour les enfants, déjà presque tous les enfants des côtes font de la voile dans le cadre scolaire. Ensuite, les écoles de voiles fonctionnent tout le printemps et l'automne avec les classes de mer. Par exemple, tous les élèves des banlieues "ex rouges" parisiennes ont eu de la voile au moins une fois dans leur scolarité.


Sterwen3:Je crois que vous êtes extrêmement optimiste pour les banlieues de l'est parisien. Il y a effectivement des villes qui proposent des vacances de ce type, mais ce n'est pas général. Maintenant moins que jamais.·le 08 déc. 14:16
08 déc. 202008 déc. 2020
0

Un point qui m'a toujours interpellé c'est pour la pratique de voile legère sur plan d'eau. Quand on regarde sur les "Hauts de Françe" (= ex Picardie + ex Nord) c'est un région assez grande quand même et au centre de 2 métropoles importante (Paris et Lille). Pourtant il y a très très peu de bassins navigables pour de la voile légère, par contre il y a plein de petits plans d'eau à cause des anciennes sablières.
C'est peut-être interessant pour la chasse et la pêche, mais cela n'apporte aucune plus value pour des acitivités plus nautiques. A Compiègne, nous avons des étangs pour tourner en rond sur des scooters des mer (passionnant), mais rien qui permette de tirer des bords de 2 MN entre 3 bouées. Et en France, il me semble qu'il n'y a pas eu (ou peu eu) de volonté d'aménagement du territoire pour lancer des bases nautiques dignes d'une pratique viable. Sur cette carte, à l'exeption des zones littorales bien sur, on constate que les 2 grands lacs d'Orient sont quasiment les seuls plans ayant un interet de navigation.


cowboy bebop :Dans le nord on interdit presque partout l'accès à l'eau. Interdiction de nager, de pratiquer le modélisme, de mettre à l'eau même une barque un canot électrique ou un float tube pour la pêche. Alors la voile... ·le 08 déc. 13:48
Arzak:Chemistrebor, tu te trompes !Il y a plein de lacs où faire du kayak, de la planche à voile, de la voile.Jorsque l'on part quelque part, on se renseigne et il y a pleins d'endroits ou faire de la voile, hors littoral.Dans le massif central, à l'Ouest de Dijon, dans les Vosges, dans l'Aveyron, dans le sud, dans le Jura etc... (je ne te donnes là que les lieux où je suis passé).Un site intéressant pour se repérer:www.eauplate.com[...]es.html Les informations sont datées, donc à vérifier, mais cela donne déja de bonnes pistes pour naviguer en eau douce !·le 08 déc. 15:24
Chemistrebor:Non Arzak le site eauplate renvoie sur les mares à canard que je connais déjà, et franchement c'est vraiment pas terrible. Les seuls qui y trouvent un intérêt c'est les jet-ski et autres scooters aquatiques à tourner en rond. A partir du sud du grand bassin Parisien, la situation est nettement mieux, mais selon mes valeurs, un vrai lac c'est au mini le lac d'Orient et sinon c'est le lac d'Annecy, ou l'Etang de Berre... Il aurait fallu créer une réserve d'eau sur la Somme et sur l'Oise avec une retenue équipée d'une turbine, on y aurait tous trouver notre compte… ·le 08 déc. 21:42
Patxaran:un plan d'eau sur lequel j'ai pas mal navigué, c'est l'allier à vichy.La mairie avait installé une école de voile l'été. (sur "fennec")il y a un barrage qui a servi pour des championnats d'aviron et de ski nautique........·le 08 déc. 22:07
jdmuys:J'ai fait mes premiers pas en voile dans le grand Est de la France: d'abord sur l'étang de Mittersheim où j'ai découvert le dériveur (X4) et la planche à voile. Puis l'étang du Stock où j'ai fait mes armes en croiseur sur l'Edel V de mon père, puis enfin le grand lac de la Madine. Pas mal pour une région 500km de la mer! Mais il est vrai que c'était il y a longtemps maintenant...·le 09 déc. 03:20
Estran:@ jdmuys : moi aussi j'ai écumé le lac de Madine en cata, il y a pas mal d'années :-)Il y a maintenant une base nautique et même quelques voiliers habitables sur un ponton·le 09 déc. 10:02
Arzak:Il y a des lacs où les bateaux à moteurs sont interdits, d'autres ou les jet-ski sont interdits. Il faut faire le tri.Après, bien sûr, il ne faut pas confondre un lac ave l'étendue d'une mer, mais pour naviguer à la voile et se faire plaisir un petit lac suffit !Et les deux grands lacs de Champagne sont sertes séducteurs par leur surface mais très peuplés, et la navigation ne peut se faire en toutes saisons que sur une surface réduite puisque c'est une réserve d'eau qui se réduit vite dès la fin de l'été.D'autres lacs, certes plus petits, n'ont pas cet inconvénient.·le 09 déc. 10:55
08 déc. 2020
0

JeanLW,
Photos vraiment magnifiques !
Merci


JeanLW:Content de les partager, j en ai d autres en NB sur Yalina un cornu du Rory, toujours dans les anglos·le 08 déc. 13:29
08 déc. 2020
3

les jeunes ! Quelle misère, ils ne veulent même plus regarder nos bateaux avec intérêt ou envie.
Aurais t'on raté une marche dans la transmission, nous les vieux ?
Pas riche, mais néanmoins propriétaire de deux voiliers par passion, j'ai monté une association permettant la découverte de la voile sportive avec les régates en point de mire mais également la croisière.
Des jeunes qui ont envie de pratiquer, il y en a... et beaucoup. Chaque week-end il y a plus d'équipiers potentiels que de places à bord et ça m'interpelle quand je lis régulièrement que les propriétaires de bateaux qui veulent régater ne trouvent pas d'équipiers. C'est sûr que si on ne veut embarquer que des champions du monde ou des gens hyper compétents on finit par laisser son bateau à quai.
De ce que je vois autour de moi, les clubs initient à la voile légère et forment à la compétition, mais ne disposent que rarement de croiseurs.
Les écoles de voiles me donnent le sentiment d'une transmission des connaissances, au compte goutte avec des stages plutôt onéreux.
Alors pour ouvrir les portes de la voile aux jeunes qui n'ont pas la chance d'avoir des parents voileux, les papis de la voile peuvent embarquer des jeunes,
c'est rafraichissant, ça apprend beaucoup même au papi qui croyait tout connaitre et ça fera bouger et entretenir les bateaux qui traînent malheureusement trop dans les marinas ce qui est un autre problème.
Depuis 7 ans que j'ai mis en place cet accueil d'équipiers, ouvert à tous les âges, ce sont surtout des jeunes qui adhèrent et qui pour plusieurs ont fini par me lâcher (c'est une image) en achetant leur propre bateau, pour y habiter parfois, mais ceux-là naviguent.
De tous temps il a toujours été possible de trouver des bateaux pas chers, j'en ai eu 19 de tous types et en ai fabriqué 6 intégralement et un sous forme de coque nue aménagée. Des bateaux d'occasion vont devenir encore plus accessibles financièrement en permettant de beaux programmes et il y aura des jeunes pour les acheter et s'en servir beaucoup si on leur a appris et montré que l'essentiel sur l'eau ce n'est pas le confort ou l'électronique dernier cri.


08 déc. 2020
1

Si je prend mon cas, le frein est financier, point barre. Mon analyse est que les 'jeunes' qui ont la possibilité / liberté de se lancer dans la voile n'ont pas l'argent, ceux qui ont l'argent n'ont plus la possibilité de se lancer aussi facilement. Dans le fond, ça va de paire avec la disparition de la classe moyenne qui est en train de se produire partout dans le monde.

Aujourd'hui, j'ai 35 ans, envie de naviguer, mais je suis très conscient des investissement à faire pour non seulement avoir un bateau mais apprendre à s'en servir correctement et de façon sécuritaire. L'apprentissage n'est pas simple surtout quand c'est pas de famille. En habitant dans les Alpes avec un passif où j'allais en vacances à la montagne tous les été, mon expérience est limitée à du petit dériveur sur lac quand j'étais môme, du cabotage sur le First 30 du père d'un copain quelques étés de suite autour de mes 25 / 30 ans et un tour de l'Atlantique sur L'Hermione (où certes on a pris 55 knt établis et 9m de houle mais à 80 personnes sur un 3 mâts du 18eme, donc pas les compétences les plus universellement transférables à un habitable de 10 m).

Pour ce qui est de l'électronique, à mes yeux l'équation reste financière, sachant que l'envie d'un certain degré de sécurité est la donnée invariable. Plus d'expérience et d'apprentissage veulent dire moins besoin d'outils électroniques supplémentaires, plus d'électronique permet de mieux anticiper les conditions et les dangers (ou rendre le bateau plus facilement manoeuvrable) donc de compenser / rattraper les erreurs inévitablement dues au manque d'expérience. Dans les deux cas, l'expérience coûte, l'electronique aussi. Et dans le monde idéal, on a les deux.

Ca fait presque 10 ans que je tourne le problème dans tous les sens, et cette année j'ai décidé que je trouverai la solution (c'est en bonne voie). Mais ça demande de s'accrocher tellement à ses rêves que le tri est vite fait. Quand je vois que même le copain qui m'a initié à l'habitable et m'a vraiment transmis la passion de la mer est quand même rattrapé par ses responsabilités et donc n'arrive pas à franchir le pas alors qu'il en rêve depuis toujours, je me dis que la voile reste le loisir le plus difficile d'accès qui existe (avec la course automobile peut-être, et encore c'est relativement facile de faire du kart).


Lepapé:Pour ma première croisière, avec seulement l'expérience du dériveur et du micro, j'ai acheté pas cher un grand voilier de 7,20 abandonné sur une vasière.Avec mon épouse, nous avons remonté les manches et préparé le bateau qui nous a amené de Cassis jusque dans les cyclades et retour, ceci sur 6 mois.Juste un loch, un sextant plastique, ni pilote, ni enrouleur, un moteur Hors bord qui n'a pratiquement fonctionné et encore que pour le canal de Corinthe à l'aller.A peine rentrés un seul constat : 6 mois c'est vraiment trop court, il restait a trouver une coque nue à aménager pour aller plus loin plus longtemps...Pas besoin d'un grand voilier suréquipé pour bouger.Sur un post précédent, le lisais qu'il y avait peu de plans d'eau en région Parienne.J'ai pourtant commencé à naviguer sur les gravières, sur la Marne, sur la Seine sans compter le Der et la Forêt d'orient.·le 08 déc. 14:25
Loicppk:Même avec un bateau gratuit à bricoler un peu, l'équation est compliquée : Remise en état et stockage le temps de s'en occuper, assurance RC, puis l'argent pour partir quelques mois. Dans mon cas, ça veut dire cramer mes réserves exploitables, sachant que je veux conserver un petit tapis "coup dur" incompressible. Je préfère essayer de voir un peu plus grand mais avec l'objectif de rendre le projet plus pérenne. Ca, je l'avoue clairement, c'est un choix de ma part qui me complique le projet. Mais j'ai plus 25 ans non plus.·le 08 déc. 14:36
Arzak:L'electronique ne fera jamais ta sécurité. C'est juste un outils supplémentaire et il y a des solutions pas chères.Un transportable, stocké dans une base nautique, une grange ou un hangar agricole, ce n'est pas trop cher.Bien moins qu'un tel portable à la mode et l'abonnement qui va avec.Ma tablette m'a couté 70 euros.Les cartes sont plus chère mais tu peux en acheter d'occasion.Il n'y a que les cartouches de gilets auto, l'extincteur du bord et les feux à mains, ainsi que l'Almanach de marin Breton ou le bloc marine qui doivent être à jour (neufs) tout le reste peut être d'occasion.·le 08 déc. 15:30
Lepapé:Dès qu'on devient propriétaire c'est toujours compliqué. C'est du temps, des choses à gérer en permanence, des imprévus, des petites galères. Pour un bateau gratuit il va falloir trouver des solutions et du matos pas cher. Pour savoir que ça se trouve il faut les chercher. Les bonnes opportunités de bateau existent également, pour beaucoup de budgets en tous cas. Maintenant si le rêve c'est un Hallberg- Rassis (frais c'est peut-être bon quand même) ou un Swan pour traverser la baie, ça peut vite bloquer. ·le 08 déc. 16:07
Loicppk:@Arzak : Transportable stocké à terre c'est incompatible avec ma vie actuelle. Mon plan aujourd'hui c'est de chambouler le mode de vie complètement et combiner logement + voilier en un seul budget. Je préfère faire 1 fois un investissement plus lourd et adapter ma vie en fonction que d'acheter petit, avoir les petites emmerdes sans pouvoir en profiter tant que ça, devoir ensuite revendre potentiellement très à perte (si rapide) ou dans très longtemps pour acheter plus gros qui corresponde plus au programme envisagé à moyen terme. Encore une fois, c'est un choix très personnel qui correspond à ma personnalité et ma vision de ma vie. Pour l'électronique, je pense juste que des choses comme un bon pilote, un système de routage+ grib fiable (en effet, en portatif aussi) avec de la redondance et un AIS E/R font partis d'éléments de sécurité, ne serait-ce que pour la capacité à naviguer sur l'avant. Même chose avec un bon plan de voile modulable. (Sur l'Hermione, on naviguait à 2 / 3 jours d'avance globalement, mais parce que prendre des ris sur toute les voiles demandait quasiment une journée de boulot, on comprend pourquoi a l'époque il y avait 180 bonhommes à bord...)·le 08 déc. 19:19
Loicppk:@Lepapé : sans parler de Halberg, je pense que c'est assez indiscutable qu'être propriétaire c'est une somme de galère qui fini par représenter un budget conséquent. Je ne dit pas que ça n'est pas possible hein, mais tout ça ce sont des barrières d'entrée qui nécessitent d'être super accroché à son rêve si, justement, on a pas les moyens pour acheter un Hallberg tout frais. Et je persiste à penser que 30 ans en arrière, un mec dans ma situation pro et familiale (cadre salarié célibataire sans enfants et sans le dernier portable à la mode puisque c'est ma boite qui me le paye) n'aurait eu aucun soucis à acheter un voilier pour naviguer en med. A ce qu'il parait je suis dans les 20% de nantis en France puisque la taxe d'habitation vient de me péter le budget d'un stage aux glénans.·le 08 déc. 19:27
creek:Hello Loic , vu ta situation et hésitations, que je peux comprendre à ma façon, je pense que le mieux pour toi serait de te forcer à rendre/vendre ton appart ou ta maison , ce qui diminuerait pas mal de tes frais et ensuite tu serais presque "forcé" ou en tout cas beaucoup moins bloqué à tenter un achat de bateau déjà pas mal habitable ,. Souvent on se trouve des excuses pour ne pas tenter parce que on s'est attaché à nos habitudes et notre confort relatif ,mais une fois qu'on a laissé tomber ces anciennes habitudes ,on en trouve d'autres nouvelles qui nous correspondent mieux parfois ! Meme s'il y a quelques frais bien sûr pour le bateau, je pense que financièrement ça peut s'équilibrer voire même tu peux diminuer tes frais mensuel si le bateau reste raisonnable en taille . Un voilier de 30 pieds par exemple assez spacieux et large peut suffire à mon avis largement en solo, pour vie à bord / possibles voyages futurs, même en couple si on a pas des goûts de luxe. (Une des references bon rapport qualité prix en france , qui a plusieurs tours du monde ou longs voyages : le First 30 de Mauric). Et ce genre de bateau peut aussi t'amener beaucoup plus loin si tu veux le garder, le preparer, continuer avec celui-là . En cherchant bien je pense que tu peux trouver des options de place de port pas trop cheres, surtout du côté Atlantique bien sûr en France , voire même dans un estuaire, rivière, port à echouage ou autre . Il y a toujours des options différentes . Pour ma part le voilier de 30 pieds que j'ai trouvé pour l'instant au Japon ,un peu équivalent du first 29 en France , est amarré dans un petit port de pêche sur la côte sud ,pour une place au mois équivalent de 60 € en yens. J'ai aussi vu des places qui sont beaucoup plus chères dans d'autres endroits qui font plus port de plaisance ou Marinas bien sur , mais en tout cas si on fait pas mal de recherches, on peut trouver parfois de bonnes occasions plus intéressantes. Après si tu cherches le bateau parfait ,pour un budget parfait, une place idéale, à mon avis tu ne le trouveras pas . Donc à un moment il faut tenter si on veut au moins essayer . Au pire si ça ne marche pas comme on veut, on peut revendre (quitte à baisser le prix bien sur ), et trouver autre chose plus adapté un peu plus tard, avec retour d'experience·le 09 déc. 03:11
Loicppk:C'est le plan, mais dans mon cas ça veut aussi dire rendre le job puisque j'habite à 5h de route de la mer :) ·le 09 déc. 07:28
Chemistrebor:Je pourrais ajouter bienvenue au "club des marins exilés dans les terres". Finalement cela se reduit à des choix avec une inévitable part de renoncement. Perso j'ai gardé le job d'exil car étant marié à une ingénieur chimiste rencontrée durant mes études, cela aurait été très peu probable de trouver 2 jobs identiques dans la même région. C'est ainsi qu'on se retrouve à pratiquer la voile par des stages et des vacances et à rêver sur les forums... ·le 09 déc. 11:09
08 déc. 202008 déc. 2020
0

Loicppk je partage tout à fait ton analyse.

Moins de stabilité pour les jeunes, moins de moyens (immobilier très cher), ça ne donne pas envie de s'acheter un bateau qui est un puit sans fond. Ou alors un bateau transportable que l'on peu facilement entretenir et stocker à moindre frais.

J'ai 40 ans, je dois être le jeunot de mon ponton.... :-) ... Et ça fait 15 ans que ça dure!


08 déc. 202008 déc. 2020
3

Vu la tendance des propriétaires à acheter toujours plus gros bateau, récent, bling-bling on va dire, ce qui ressemble à l'apogée du système capitaliste du "toujours plus" en place depuis plusieurs décennies, je pense que pour les plus jeunes, ça semble difficile de suivre le même chemin . Et paradoxalement je pense que ce qui peut ramener quelques uns d entre eux au moins vers la voile , ce sera la voile minimaliste , "bohème", sur des petits bateaux, ( petits problèmes), plus petit budget aussi, par conscience et choix écologiques peut-être aussi vu que le système actuel fonce dans le mur , avec les dégâts du pétrole et sa future pénurie . Pour avoir fait pas mal de voyages à vélo entre autres, y compris en Asie et en Europe, j'ai constaté la même tendance dans ce domaine , il y a plus de gens qui voyagent à vélo qu'avant, par choix différents, plus en phase avec leurs valeurs , se deplacer lentement, prés de la nature, s'écarter de la société de consommation par souci écologique aussi , ras le bol du tourisme de masse "sac valises et tous frais payés",. Et peut-être que la même tendance peut revenir en voile . Pour ma part , apres quelques années a naviguer en equipier, en louant en solo parfois, et autres cours de perfectionnement, pour un premier achat que je viens de faire pour un 30 pieds , en principe ce sera vraiment la taille maximum et suffisante. Et si ce bateau au japon que je considere comme "test et entrainements ", ne me permet pas de faire tout ce que j'aimerais faire avec ,certainement que je le revendrai et reviendrai encore à une taille et un genre de bateau un peu en dessous autour de 27 ou 28 pieds par exemple, et plus adapté encore à mon programme, qui me semble aux alentours de la taille minimaliste la plus intéressante en solo ou en duo et moins risqué financièrement aussi. Perso, je n'ai plus de voiture depuis 2016 par choix ecologique et economique , et idem j avais rendu mon appart en france, donc à part mes velos de voyage, sacoches ,sacs a dos et tentes, je n'ai pas beaucoup de frais meme à l'etranger, et un voilier entre 8 / 9 metres est deja un "palace" pour vie à bord, comparé à une tente 2 places. Tout est relatif ;)


08 déc. 202008 déc. 2020
3

bonjour ,
puisqu'il faut passer à confesse :
j'ai eu la "chance" au sables d'olonne d'être dans la même classe qu'un des fils d'un patron de chantier naval très connu ,qui à 12 ans m'a emmené sur le lac du tanchet faire du dériveur ..
quel malheur ,j'ai mis les pieds sur un voilier .
à l'époque la plaisance n'existait pas ni le polyester ,ni les ports de plaisance .c'était au néolithique . on croisait des dinosaures.
puis quelques années sont passées en trainant sur les premiers pontons fort de mon expérience
j'ai embarqué comme équipier
j'ai acheté mon premier voilier en 1966 à tahiti un 420 le n°2 que le cep avait acheté pour son personnel à arué et comme il y en avait de trop ils en ont vendus quelques uns
et depuis je n'ai jamais été sans voilier ,combien j'en ai eu ,il faudrait que je compte
le plus gros 14m et pratiquement toutes les tailles entre les deux ,même un cata à balestron
celui que j'ai sera le dernier ,c'est l'aboutissement de 54ans de navigations un peu partout dans le monde .
tellement j'avais envie de voyager que j'en ai fait mon métier ,d'abord rémunéré ,et puis patron de mon entreprise ,j'allais au travail avec envie ,j'allais sur des voiliers ..
maintenant la plaisance à changé ,elle c'est démocratisée ,ceux qui la pratiquent sont souvent esclaves de l'électronique pour les navigations hauturières ,la plus grosse partie des voiliers importants sont gérés par des sociétés de location soit à des locataires soit à des investisseurs .
c'est devenu de l'hostellerie nautique .il reste quelques purs et durs mais la race est en voie d'extinction.il faut dire qu'ils ne sont pas soutenus .
quand j'ai acheté mon sylphe j'ai demandé une place ,on m'a demandé ou je voulais me mettre de suite
et ce n'est pas si vieux que ça c'était en 68.
tempus fugit hora volante
Alain


08 déc. 2020
1

On dit souvent que les enfants ne partagent pas les passions de leurs parents. Il y a donc peu de plaisanciers dans les enfants de plaisanciers. Et les enfants de non plaisanciers ? Ils ne pensent peut être pas à s'essayer à la voile. Certains pensant aux loisirs nautiques s'orienteront peut être plus sur des semi-rigides, open ou jet ski que l'on met sur une remorque pour rentrer à la maison. Ou d'autres, sans permis, sur de la location de voilier pour faire une semaine de moteur...

Pas sûr que le côté financier soit le frein principal. J'ai commencé à naviguer à 15 ans, directement sur habitable (en colo). J'ai maintenant 56 ans, en couple, revenus du foyer inférieur à la moyenne nationale, achat d'une maison il y a 4 ans, sans apport autre que les frais de notaire et une pension en cours pour ma fille partie sur des études longues, j'ai acheté en janvier 2020 un Aquila pour moins cher qu'une Clio 3 d'occase car hiverné depuis plus de 5 ans. Certes, il y a des travaux à faire dessus, mais en les faisant moi même, j'apprends à connaitre mon bateau et je le fiabilise à moindres frais. Les dépenses mensuelles dessus sont pour moi les mensualités d'un crédit pour un bateau plus cher (et aurait il été aussi fiable au final ?). J'ai également bon espoir de trouver un corps mort dans une asso de plaisanciers près de chez moi pour éviter la marina à Brest ou Crozon. Bon, tout ça pour dire que pour naviguer, c'est possible à moindre frais, sauf à vouloir un bateau récent, suréquipé et prêt à naviguer. Certains ici nous ont montré des refits "mieux qu'à l'origine". Il faut juste savoir être patient.


08 déc. 2020
0

Il faut savoir être patient et ajuster son projet de bateau à ses moyens.
Et vogue le navire !
;-)


08 déc. 2020
2

le bateau ça peut etre le loisir ..là c'est cher
le bateau ça peut etre la passion là on trouvera toujours la solution suivant ses moyens et on naviguera toujours .
je l'ai dejà dit pour moi c'est la passion ,donc un jour j'ai troqué ma 4L pour un velo et un bateau ... et sans bateau j'ai toujours navigué sur les bateaux des copains et m^me monté une école de voile avec quelques amis .

et mon boulot ,bateaux disons plutot navires ..

la vie sans passion n'est rien et tout passe sauf la passion ..

Quand aux enfants pourquoi diable doivent-ils faire comme nous ..nous on n'a pas fait comme nos parents alors ...


08 déc. 202008 déc. 2020
1

J'en arrive soudainement à avoir une pensée de "vieux c..".

Peut-être que les réseaux sociaux à force de vendre le concept que le point d'orgue d'une vie est de ressembler à Kim Kardashian et sa bande ont en partie "corrompu" une voir deux générations en leur faisant penser que le but ultime dans la vie est de poster des photos sur instagram qui ont de la gueule, la véritable substance d'une vie se trouvant reléguée en arrière plan.
Je me pose cette question car quand ma belle-fille de 21 ans à vu les photos de mon nouveau bateau (trés élégant mais démodé), elle a inspecté ces photos avec minutie pendant de longues minutes sans pour autant avoir par le passé prêté le moindre intérêt à mes navigations.
L'impression que ça donnait c'est qu'elle était occupée à évaluer cela: "qu'est-ce que des photos de moi sur ce bateau pourrait m'apporter en "capital-image" ?
Donc à partir de la le muscadet ou assimilé (bateau petit et modeste) apporte trés peu de "capital-image". Cela pourrait être une des nombreuses composantes du souci. Rapport "capital-image" / éffort non satisfaisant.


Oliver29:Génération smartphone : Demandes quel temps il fait, il consulte son smartphone avant de regarder à la fenêtre... :-)·le 08 déc. 20:44
08 déc. 2020
4

Alex ! Ouvre un autre fil : age moyen des gens sur H&O


09 déc. 2020
5

À vous lire, vous qui rêvez d avoir votre bateau, je vous pose la question

À quoi etes vous prêt à renoncer dans votre vie, pour avoir votre bateau et naviguer ?

Tous les proprios peuvent te faire des listes longues comme le bras

Et après 50 ans sur l eau, j affirme que le plaisir de naviguer est le même que le bateau fasse 4 ou 15 m.
La différence est affaire de confort
Et vouloir le même confort en mer qu'à la maison est une vue de l esprit et un contre-sens

Un petit dériveur à 1000 euros est déjà dans un état très convenable pour un plaisir immense
Un petit croiseur transportable, porte de la croisière côtière, c est à partir de 3000
Un croiseur de 7 à 8 m, 5000,
Un beau 10 m, 30 000
Le prix d une poubelle à celui d une golf neuve si on transpose bagnole

Au passage, si vous êtes bons en dériveur, vous saurez immédiatement faire marcher un gros, c est une histoire d inertie only

Bref, arrêtez de vous cacher derrière votre petit doigt et posez vous la bonne question !!!


13 déc. 2020
0

Je repensais à ce fil cet après-midi et je me demandais :
Qu'en est-il des autres pays?
Le phénomène est-il le même ?
Ou alors ni a t il jamais eu de plaisanciers "jeune" comme cela a pu être le cas en france?


14 déc. 2020
0

des amis anglais m'ont expliqué que chez eux, la voile reste du yachting, tourné vers une minorité fortunée.
les tarifs de port du 83 sont moins chers que dans le solent !


14 déc. 2020
0

Donc Dylan Winter est juste le contre-exemple dans le yachting anglais ?
www.keepturningleft.co.uk[...]/blogs/


14 déc. 202014 déc. 2020
1

Lune2miel. Le yachting anglais me semble au moins aussi varié que le yachting français. Un après-midi de weekend ou il fait beau sur une de leurs rivières ont voit vraiment sur l'eau tout ce qui flotte. Ne pas oublier qu'il y a en angleterre une énorme quantité de bateaux qui passent toute l'année au corps mort sur une de leurs belles rivières. Ces places ne coûtent pas cher à l'année.
C'est eux qui ont cette phrase tellement à coeur qui est issue de l'un de leurs classiques:

“Believe me, my young friend, there is nothing - absolutely nothing - half so much worth doing as simply messing about in boats.”
― Kenneth Grahame, The Wind in the Willows


14 déc. 202014 déc. 2020
4

Je trouve cette conversation assez surprenante. À chaque mouillage ou je me suis arrêté en Espagne, Portugal, Canaries, etc, je suis entouré de jeunes. Quand je suis arrivé au mouillage de la Graciosa, il y'avait 5 bateaux. 4 occupé par des jeunes, et un par un couple de British plus agés, avec une vie de vagabondage en mer derrière eux (et devant également).
On parlait justement de ça et ils me disaient en gros, la plaisance y'a 20 ans on était entourré de vieux retraités en "vacances" qui ne voulaient pas de galères. Cocktail, soleil bikini et eaux turquoise. Génération club med. Aujourd'hui, grosse proportion de jeunes qui veulent de l'indépendance et de la demmerde. Ah oui, et tout ces jeunes n'ont pas besoin d'un énième blog pour raconter leur transat, "TDM" (cet acronyme m'hérisse les poils), pourtant ils sont nombreux en mer.
Ne soyez pas si hautains, les anciens. On se bouge le cul aussi on est pas tous des abrutis... :)


Chemistrebor:C'était pas la thématique du fil de disserter sur les jeunes-vieux vs vieux-jeunes. Ce serait une discussion stupide par définition. La discussion porte sur le constat statistique de la répartition des ages des proprétaires de voiliers. Même si aux mouillages tu rencontres pleins de djeuns dynamiques, le fait est que les propriétaires identifiées par exemple avec les listings d'usagers de place de port, ont 65 ans d'age médian.. L'acces à la propriété d'habitation est aussi un symptome d'un développement économique qui n'est pas assez réparti, il est difficile pour les 25-30 ans de commençer à acquérir un 1er logement. Certains politiques ont réagi en proposant des pansements avec des dispositions fiscales pour faciliter les transmissions de patrimoine sans impositions (donations mais limitées), mais cela ne concerne qu'un petite partie de la population et on traite des conséquence et non des causes.Dans les analyses de causes il faut comprendre plus large sur les effets du développement économique global, et c'est ainsi que l'on arrive au ytravaux d'economistes :fr.wikipedia.org[...]i%C4%87 fr.wikipedia.org[...]tiglitz Moralité :Tous ces décalages sur les ages, origines et milieu social observés dans l'usage des "biens", sont bien la conséquence d'une économie mondiale libero-democratico-occidento-mondialo etc.....qui n'a pas réussi à diffuser les richesses produites dans les classes dites moyennes , seules une toute petite fraction minime de la population en a bien profité, on se demande du reste de qui s'agit-il ?.
Voilou voilou...·le 14 déc. 11:45
matelot@19001:Bien d'accord avec toi SailorAlex, des jeunes en bateau et en voyage j'en rencontre beaucoup. Selon les endroits où on s'arrête la typologie change.·le 14 déc. 11:59
14 déc. 202014 déc. 2020
0

Si je reprends le thème du fil : "J'ai la sensation que le propriétaire moyen a plus de 50 ans."
Cela ne me semble pas illogique :
Quand on travaille on a peu de congés la solution logique est la location, sauf pour des "locaux" qui peuvent sortir souvent. (c'est mon cas, j'ai loué pendant presque 40 ans).
Ensuite c'est évidemment une question de moyens comme l'a illustré Chemistrebor. Quand on est jeune il faut déjà se loger, et ce n'est pas facile.
Ensuite il y a tous les bateaux qui ne sortent pas et dont l'âge du propriétaire est dans la statistique....
Et H&O me parait être un forum de propriétaires, donc avec l'âge qui va avec.
Donc à chaque âge sa façon de naviguer... et de rester "jeune"


14 déc. 202014 déc. 2020
0

J'ai déjà témoigné que moi aussi je rencontrais des jeunes sur leur voilier, et qu'il suffit de sortir de France ou d'ouvrir un peu ses yeux.
Pour répondre à Chemistrebor, je crois au contraire que c'est la thématique. Il y a d'un coté les vieux-vieux qui ne cessent de pleurer ô combien "cma", et de répéter leurs jérémiades (que les jeunes sont ceci et les femmes cela, et les autres sont pires encore -relire plus haut, on en décompte quelques uns...), et de l'autre côté les vieux-jeunes qui se baladent en voilier sourire aux lèvres et coeur ouvert.


14 déc. 2020
4

On voit vraiment de tout sur l'eau, et de tous âges.
Je ne crois pas que l'argent soit le critère le plus déterminant; le temps disponible et la capacité à se débrouiller seul le sont certainement davantage.
Autre élément important qui a été soulevé, pouvoir renoncer à une partie de son confort, et accepter une certaine promiscuité à bord, voire à l'escale; à moins d'avoir des moyens importants, le nautisme se rapproche davantage du camping à l'ancienne que du "yachting chic".
Dernier élément, et le plus important à mes yeux: accepter l'imprévu, qui est souvent désagréable (aléas météo, casse, maintenance à faire soi-même faute de trouver le professionnel disponible au bon moment etc...) et savoir goûter pleinement les plaisirs eux aussi imprévus réservés par dame nature (dauphins, couchers de soleil, mouillage calme etc...).
Bref, aimer le bateau, c'est à la fois assumer toutes les responsabilités et savoir se laisser porter.


Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

L'eau de l'Aude là

Après la pluie...

  • 4.5 (75)

L'eau de l'Aude là

mars 2021