Activité occasionnelle de skipper

Bonjour à tous,

Ca fait pas mal de temps que je creuse l'idée suivante : je suis salarié et avec les 35 heures, j'ai pas mal de congés ; mon pouvoir d'achat ne me satisfait pas pleinement (comme tout le monde) ; je voudrais faire plus de bateau...
Bref le constat m'a amené a me demander si je ne devais pas monter ma petite structure de skipper pro, pour faire uniquement quelques convoyages voir un peu de charter. Le but n'étant pas de faire un gros bénéfice, mais plutôt de pratiquer la voile à moindre coût.

Je pense avoir lu tout ce qu'Internet pouvait offrir à ce sujet (y compris sur HEO). Dans l'absolut je passerais bien le Cap200, mais les 12 mois de nav nécessaires me refroidissent étant donné que je suis salarié! Bon reste encore la possibilité d'une année sabbatique, mais ce n'est pas forcément idéal.

J'ai regardé du coté UK, le YatchMaster offshore commercial endorsed me semble très bien et accessible, cependant sa reconnaissance en France ne me semble pas gagnée d'avance (il y a une procédure pour cette reconnaissance, quelqu'un l'a t'il déjà utilisée?). Mais bon, d'après ce que j'ai compris, cela permettrait quand même de pouvoir travailler sur des navires battant pavillon étrangé et ce même en France. Mais dans ce cas, quand est il pour la déclaration de la société? Faut il s'immatriculer aux affaires maritimes? Ou bien dois je déclarer ma société à Jersey?

(La question suivante s'adresse plus aux comptables, mais bon il y en a peut être dans l'assistance!)Concernant les couts formations, je pensais monter la structure juridique de l'entreprise au début de la formation afin qu'elle supporte ces coûts :
- Ce qui permet de les déduire des impôts
- de bénéficier d'un crédit d'impôt d'environ 350€ par an

Est que le montage d'une EURL est viable sur ce type de projet, sachant que les frais seraient étalés sur 2 ans (2010 et 2011), donc sans chiffre d'affaire durant ses 2 années?
Peut on créer une entreprise dans ce secteur réglementé sans en avoir les diplômes (cependant je n'exercerai réellement que lorsque j'aurai les dits diplômes!)?

Je sais qu'il y a pas mal de personnes dans mon cas, donc si il y en a qui on eu ce genre d'expérience, ou une autre, je suis preneur!

L'équipage
09 juin 2010
09 juin 2010
0

Va voir sur Recherche
J'ai déjà répondu plusieurs fois sur le pb de la structure juridique. Evite l'EURL, inscris-toi comme Travailleur Indépendant.

RV

0

OK, mais...
faut il s'inscrire aux AffMar meme si les bateaux convoyés/skippés ne battent pas pavillon FR?

1

OK pour les pavillons étrangers
Est ce que quelque a déjà établit un "visa de reconnaissance" (terme pioché sur le site des aff mar) d'un yatchmaster en capitain 200?

11 juin 2010
0

hydra
devellope ton idée ,interressant

11 juin 2010
0

ou
alors stage repos .... plus besoin de diplome

13 juin 2010
0

reflechi bien
je pense qu avant de vouloir faire une societe ou se declarer en qu independant il faut bien compter car tu risque de passer tout ce que tu gagneras dans tes charges
fais une association avec un but comme il est dit plus haut la cuisine en bateau ou la relaxation ca te permettera au moins de te payer les frais du bateau et de son equipement et tes defraiement personnel
dans ta premiere idee j ai peur que tu n ais meme pas assez d argent pour payer les charges de ta structure

11 juin 2010
0

Bien sûr que non
Tu seras sous le coup des lois du pavillon sous lequel tu navigues.

RV

11 juin 2010
0

Tu
propose des croisieres "stage culinaire" et tu fait la cuisine a bord. Pas besoin de capitaine 2000, yotemaseur.

13 juin 2010
-1

Serais tu douanier maritime?
"je suis salarié et avec les 35 heures, j'ai pas mal de congés "
Heureux homme qui tout en étant salarié à temps complet, trouve le temps de développer une entreprise! Sans doute es-tu douanier...

"Je pense avoir lu tout ce qu'Internet pouvait offrir à ce sujet (y compris sur HEO)."
Si tu as tout lu, tu as les réponses à tes questions. Le sujet a été parfaitement développé, en particulier, cet hiver.

"J'ai regardé du coté UK, le YatchMaster offshore commercial endorsed me semble très bien et accessible, cependant sa reconnaissance en France ne me semble pas gagnée d'avance (il y a une procédure pour cette reconnaissance, quelqu'un l'a t'il déjà utilisée?)."
Le yacht master est un diplôme européen.

"Ou bien dois je déclarer ma société à Jersey?"
Une société offshore à Jersey n'offre aucun intérêt pour quelqu'un qui ne pratique pas le commerce international. En UK, cela en avait un mais grâce à N. S.....depuis quelques années la France offre d'aussi bonnes possibilités.

"Est que le montage d'une EURL est viable sur ce type de projet, sachant que les frais seraient étalés sur 2 ans (2010 et 2011), donc sans chiffre d'affaire durant ses 2 années?"

Bien se renseigner, quand on est salarié on sous estime toujours le montant des charges que supporte un indépendant...

"Peut on créer une entreprise dans ce secteur réglementé sans en avoir les diplômes (cependant je n'exercerai réellement que lorsque j'aurais les dits diplômes!)? "
OUI, s'il n'y a réellement aucune activité.

13 juin 2010
0

peut etre une autre façon

s'il s'agit simplement de pouvoir naviguer (équipage) et au moindre cout (donc sans faire de benefice au sens comptable du terme) il est possible alors de monter une association :

Les personnes embarquées adherent à l'asso en versant une adhesion et participe aux frais engendré par la sortie en mer .

Là point de besoin de diplome,pas de structure juridique ,point de declaration de revenu etc...

josé

13 juin 2010
0

Je suis surpris des facilités offertes par l'asso...
en effet, si je suis bien tous les développements de calypso, il semble qu'une asso exonere de l'obligation du capitaine 200 et des obligations renforcées de sécurité à bord pour les navires dits "à passagers".

Pouvez vous m'indiquer où trouve t on les textes qui précisent ces éléments ?

Et surtout question pratique, peut on se "récompenser financierement" des efforts fournis au sein de cette association ?

@+

15 juin 2010
0

bof
le pb de l'autoentrepreneur c'est que tu cotises à la caisse des indépendants, pas à l'enim
les affmar n'aiment pas ça, elles risquent de te poser qq pb pour valider tes temps de nav'

18 fév. 2016
0

L’article L. 622-4 du Code de la sécurité sociale exclut les marins non-salariés du champ d’application du Régime social des indépendants (RSI).

Le statut de l’auto-entrepreneur ne s’applique pas au métier de marin qui est une profession règlementée qui suppose une affiliation automatique et exclusive à l’Enim.

25 juin 2016
0

T'as vu ça où toi "charges réduites" pour les micro-entrepreneurs ??
25% du CHIFFRE D AFFAIRE réalisé, ça n'a rien à voir avec 45% du BENEFICE calculé.....

13 juin 2010
1

independant
la question est interessante.
le statut de auto-entrepreneur est il compatible avec une activité de skipper : charges réduites, simplification à l'extreme des formalités de création/gestion d'une entreprise et le top : l'auto-entrepreneur peut continuer à etre salarié d'une autre boite.
La limite est le chiffre d'affaire plafonné à 32000€ par an.
qu'en pensez vous?

10 fév. 2016
0

Bonjour à tous,
Désolé si j'en fais radoter quelques un, mais je suis YachtMaster et j'aimerais pouvoir déclarer les charters et convoyage que je fais en France ou ailleurs. La limite du chiffre d'affaire imposé par le statut d'auto-entrepreneur n'est pas un problème pour moi, et je voulais avoir plus d'infos. Je reviens d'un rdv à l'Ursaaf, et il me semble que ce statut me conviendrait (niveau charge, responsabilités etc.)... De avis? Des conseils? Des idées? Je recherrais aussi une assurance comme skipper pro. Des noms? Des recommandations?

Merci

18 fév. 2016
0

attention sur les assos, a priori ça n'exonère pas du tout du diplôme de skipper approprié, donc capi200 pour un navire de plaisance français a priori !!!
tant que tu es chef de de bord et que tu embarques des gens et qu'ils paient, il faut un diplôme, enseignement ou capitaine.

bien se renseigner sur le sujet !

18 fév. 2016
0

Ils' ne payent pas , ils cotisent

18 fév. 2016
0

un capitaine cotise a l'enim, ou le statut d'auto entrepreneur n'est pas reconnu, il y est soumis a visite médicale annuelle, y sont aussi géré ses temps de nav pour validation et maintiens de son diplôme (revalidation quinquennale) . quelque soit la structure que tu monte, le plus dur, les cas sont nombreux, c'est de faire admettre a l'ursaff que tu cotise déjà a l'enim et que tu ne leur dois rien..... c'est long, surtout ne jamais rien leur donner!

18 fév. 2016
1

Voir du coté de la "lettre commerciale Belge" qui permet de faire du rémunéré sans être soumis aux règlementations Française, même pas de permis pour un (gros) moteur.
Les autorités n'ont rien à dire, même en nav en France.
Une aubaine qui ne durera peut être pas très longtemps.
Il faut trouver une assurance, évidement cela sera probablement plus facile à trouver en Belgique ou UK.

24 juin 2016
0

Je ne connais pas la réglementation belge au sujet d'une activité commerciale en Belgique pour un bateau.
Une chose cependant est certaine, cette activité commerciale ne peut pas être exercée dans un pays tiers sans se plier aux directives du pays hôte.
Aucune assurance n'entre en matière si cette activité commerciale est considérée comme illégale.

24 juin 2016
2

Bonjour les amis,

Désolé je crois que je vais un peu casser le moral... je viens de passer un diplome de capitaine 200 dans le même objectif, de faire un complément d'activité dans le nautisme, mais en voulant le faire en règle... Je suis inscrit pour le module voile l'an prochain. Total de la formation 8500€. La théorie dit qu'il faut cotiser pendant 12 mois à l'enim pour valider le diplome. Ensuite ... vous oublier un petit détail, il faut un bateau au commerce ou à usage commercial (NUC), c'est à dire avec un permis de navigation annuel respectant la division 241. Ceci implique un bateau relativement récent disons 98 (CE) en principe. Une fois tout ça accompli, ben vous serez en face de click and boat etc avec des particuliers qui louent sans aucun permis ni diplomes des bateaux avec capitaine, des anglais qui passent un diplome sans pratique en 2 mois, des belges qui peuvent traverser l'atlantique sur une paraque à frittes, des pavillons rouges qui embauchent des indonésiens pour un bol de riz, le paient pas d'impots ni de taxes sur le gasoil et par contre qui prennent les places de port de la cote d'azur. Résultat, si vous suivez les règles de notre cher pays, ben vous aurez de droit de cotiser et de voir travailler... les autres. Ce système est un scandale qui j'espère sera dénoncé un jour. Le droit français doit nous permettre d'être compétitif pas d'avoir un boulet au pied. J'ai décidé de faire ça aussi pour emmener ma famille en sécurité, valider mes connaissance et en acquerir de nouvelles car cette formation est très complete. Donc je prends ce côté positif, mais voir notre pays aussi pitoyable m'a beaucoup énervé maintenant, ça me fait de la peine. Je crois qu'il faut arrêter de résonner en tant que Français, il faut profiter du système européen comme les autres sinon on sera sur la plage.

24 juin 2016
-1

tu parrais tres special et pas bien logique !!
car c est a la fin de la formation que tu comprends tout ca !!!
moi j aurais pu te le dire depuis plusieurs annees
beaucoup des expatriers l ont compris
la france est un bon pays pour faire greve pour empecher le pays d avancer
de plus pour faire du zele sur plein de domaine en creent des lois souvent stupide et vouloir tout reglementer
donc bienvenue dans l association des gens qui pensent et qui n accepte pas les regles dictees par les burocrates incompetent !!!

et en l occurence c est domage d avoir fait tout ca pour te rendre compte des evidences
il vaut mieux tard que jamais !!!

1

"la france est un bon pays pour faire greve pour empecher le pays d avancer
de plus pour faire du zele sur plein de domaine en creent des lois souvent stupide et vouloir tout reglementer "
:oups:
c'est pas trop mauvais au niveau de l'éducation national, même si ça a un peu régressé ces dernières années...
J'dis ça, j'dis rien.
:heu:

24 juin 2016
0

Si tu veux faire ds sorties charter en France ça va être compliqué et onéreux, si tu veux créer une école de voile il faut un BE, la petite niche est de louer ton bateau avec skipper, ça rentre juridiquement dans les activités de location (le fisc retient 50% des revenus comme base d'imposition), tu fais un contrat de loc sur laquelle il est stipulé que le client doit être assuré pour tout (voir avec un avocat de préférence) Le hic c'est que tu ne peux louer ton bateau qu'à une seule personne (qui vient avec famille et/ou amis) Mais c'est le moyen le plus simple et le plus utilisé pour ne pas se casser la tête et la tire lire. Pour les autres solutions, on peut le faire avec une base associative, mais attention de bien blinder les statuts, le règlement intérieur...et les assurances !
Bon courage donc

24 juin 2016
1

Décidément, les informations erronées à propos des diplômes RYA continuent à être diffusées.
Un Ocean, offshore et autre combines ne sont valables qu'à bord des bateaux sous pavillon britannique.
Ces diplômes ne sont reconnus que par les britanniques et aucun autre état (à ma connaissance).
Un bateau sous pavillon britannique qui exerce une activité commerciale doit avoir les certifications MCA et SCV qu'il soit situé dans son pays où ailleurs.
Mêmes si les conditions ci-dessus étaient remplies, elles ne permettent pas d'exercer une activité commerciale en dehors des eaux britanniques.
.
Les écoles vendent le RYA comme une possibilité d'emploi alors qu'elles connaissent la situation et c'est une grosse arnaque !
.
Le RYA en UK ne répond tout simplement pas aux questions ayant attrait à ce sujet.
.

05 juil. 2016
2

De toute façon les réformes récentes des accords STCW (amendements de Manille de 2010 et les décrets européens connexes de 2014, tout est trouvable sur internet), le yachtmaster qui était une aberration sur la scène des diplômes de skipper est passé à la trappe.
pour travailler déclaré, il ne fonctionnerait a priori plus que sur des bateaux battant pavillon britannique et uniquement dans les eaux territoriales britanniques.

plus question de faire 2-3 modules radio, stcw (basic safety training) pour faire reconnaitre internationalement cette qualification qui n'en est pas une !

05 juil. 2016
1

@setubal

Malheureusement les infos diffusées sur internet ne sont pas classées par date.

Ainsi, ce qui était vrai il y a 5 ans n'est plus vrai aujourd'hui d'où les erreur de beaucoup

Ceci étant le sujet est récurant et il devient pénible d'y répondre; je résume

1°/ les diplômes de capt 200 ou Master 200 doivent être STCW
2°/ le Yacht Master n'est pas STCW et n'est donc pas un diplôme reconnu.
3°/ les montages "astucieux" au travers d'une association conduisent au Tribunal et de plus vous n'êtes pas assuré.
4°/ @canard_poilu: je partage tout à fait votre point de vue.
5°/ l'administration française est complètement à coté de la plaque.

10 juil. 2016
1

Merci Odysseus. D'accord aussi avec toi. Un petit malin en a fait l'expérience à Cannes il y a quelques temps. Après une collision avec un Yacht et le voilier d'un skipper qui lui a priori ne manquait pas de logique ;-) et faisait du charter illegal pour les feux d'artifices. L'assurance a posé beaucoup de questions... et a refusé de payer. Je n'imagine pas ce qui peut se passer en cas de domages corporels...

05 juil. 2016
0

Deux articles importants sur le sujet, en anglais malheureusement.
1) L'assureur Pantaenius :
www.pantaenius.es[...]ea.html
2) article du journal de Majorque :
majorcadailybulletin.com[...]cs.html
.
Tout est dit...

10 juil. 2016
0

Très intéressant ces liens et propablement une bonne idée de ce qui va se passer en France un jour.
Honnetement, j'ai rencontré en formation un gars qui faisait ce genre de chose aux Baleares (charter illegal) et c'était un danger public, je crois il y a de l'abus dans les deux sens...

10 juil. 2016
0

un moyen utilisé pour contourner cette réglementation est l' embarquement de passagers à titre gratuit, mais avec partage des frais du bateau et de la bouffe, dans ce cas il parait logique de demander une participation pour l' amortissement du bateau , de la quote part des assurances , du port et de l 'entretien annuel . Mais ..... compte tenu de la rapacité du fisc ?????????

10 juil. 2016
1

Le risque principal ne vient pas du fisc à mon avis mais de l'assureur qui ne paiera pas en cas de dommages matériels ou d'accident corporel (voir exemple cité plus haut). Faire payer une partie des frais fixes du bateau qui ne sont pas liés à la présence du passager à bord n'est pas un embarquement gratuit à mon avis - il y a déjà eu pas mal de discussions à ce sujet sur ce forum.

10 juil. 2016
0

Bonjour,
Il doit certainement avoir des vides juridiques (tendancieux) pour pouvoir faire naviguer des personnes payantes !... mais en cas d'accidents brevet de capitaine ou pas; le skipper ou chef de bord est toujours responsable juridiquement , malheureusement en cas de gros soucis (accident, incidents ) les clients seront très procéduriers.
donc il faut bien se renseigner !... Bon courage .ci joint article intéressant :

www.afpr-avocats.com[...]de-bord

10 juil. 2016
0

Au risque d'écrire des conneries, la règle n'est telle pas que tout ce qui vole et tout ce qui flotte s'inscrit sous le pavillon le plus favorable par rapport à l'activité envisagée ? Dans les ports et aéroports je ne vois rien qui ai une activité commerciale sérieuse sous pavillon (immatriculation) Français (à part la pêche). Il doit bien y avoir une raison. Etant professionel sur la place financière Luxembourgeoise, le truc en général est de 1/ définir le meilleure cadre juridique et fiscal pour une activité donnée 2/ mettre la structure en place 3/ commencer à bosser. A plus petite échelle quelque chose de similaire mais en plus modeste doit pouvoir être fait (réfléchir à une structure à laquelle l'union Européenne nous donne probablement le droit) comme Canard-poilu l'écrit très bien "Je crois qu'il faut arrêter de résonner en tant que Français, il faut profiter du système européen comme les autres sinon on sera sur la plage". Un début de sagesse salutaire...

10 juil. 2016
0

le " truc " d oceanix est le bon j avais arreté de faire de la voile pendant 40 ans avant de m y remettre a la retraite
J ai donc fait qqs cours de remise entrain comme ca je trouve que c est gagnant gagnant pour les deux
le skipper amorti son bateau ,le cout pour l eleve est moindre et cerice sur le gateau on un un prof en etant le seul eleve

11 juil. 2016
0

"Le truc d'Oceanix" est une couillonade de plus.

Le partage de la caisse du bord n'est valable que pour les frais de nourriture, de gasoil de port etc...
aucune somme ne peut être réglée pour l'entretien générale du bateau

et de plus le passager pourra lui même être sanctionné si la personne exerce une activité non déclarée.

11 nov. 2016
0

www.clickandboat.com[...]au/r2VL
Le problème est que ce ne sont pas de petits prix pour faire payer la caisse de bord. Ce sont des prix qui concurrence les professionnels.
2150€ est même plus cher qu'un Lagoon pour une semaine!!

0

Il doit avoir oublié une virgule quelque part ce monsieur!!!

0

C'est une plaisanterie cette annonce ?

Enfin il prévient : "vous entendrez le craquement des deux mâts" !

Crac ! Le grand mat,
Crac ! L'artimon ...

10 mar. 2021
0

Bonjour, je tente de relancer ce fil ancien (merci de me diriger sur un autre plus recent si besoin):

je suis co-propriétaire d'un voilier Francisé de 14,98m, et ancien officier de Marine Marchande, resté trop longtemps à terre: je prevois de revenir sur l'eau pour excercer une activité professionelle de Skipper, mais à la lecture de vos posts, difficile de determiner selon quel mode, si je veux etre assuré, declarer mes revenus, cotiser à une caisse de retraite...et gagner quelque argent, sans pretention...
- il me faut probablement un diplome de C200 voile: en recherche des equivalences ou reduction de nav que pourrait me donner mon brevet marmar de 89...
- quel statut pour ma petite entreprise: location du voilier avec Skipper, ou SARL charter?
- il semble que le RIF n'enregistre au commerce que des bateaux de plus de 15m, le mien fait 14,98...: rien à faire de ce coté? Qu'est ce que le NUC en rapport au RIF?
..est ou sont les patates affleurantes sur lequelles je risque de me planter?

merci de vos infos et conseils!

11 mar. 2021
0

Comme vous le savez sans doute, selon l'article 110.2 de la division 110 du réglement annexé à l'arrêté du 23 novembre, "la longueur H.T., telle que définie à l'article 1er du décret n°84-810 prend en compte l'ensemble des accessoires et appendices fixes, mobiles ou amovibles nécessaires à la navigation". Ce qui signifie qu'il suffira de rajouter un bout-dehors de 2 cm pour que votre voilier atteigne les 15m.
Mais le RIF est un détail dans votre affaire. Le plus difficile pour vous sera de gagner de l'argent. Il y a peut être un créneau dans les régions polaires, mais à part ça, le charter avec un voilier de 15M...
Je ne comprends vraiment pas comment un ancien officier de la marine marchande peut poser des questions pareilles.

11 mar. 2021
0

Merci de vos réponse. Bien que ce fil ait 10ans, il semble que la formule magique «  je fais du charter déclaré en toute règle » ne soit pas évidente.

Concernant le statut du bateau, j’imagine que la longueur ht sur l’acte de francisation fait foi.

L’équivalence semble arbitraire...en attente de réponse sur mon site Enim ( bien que n’ayant pas navigué au commerce depuis 28ans...d’où mes questions naïves...j’ai un compte)

En pour ma retraite, un eurl ou sarl serait mieux ( dans le plan de départ de mon employeur actuel, je n’ai pas droit au statut indépendant).

Donc C200, en espérant avoir des équivalences ou au moins une éducation sur temps de nav, et Nuc?

Pour ce qui est de l’activité, remplissage et rentabilité... je veux croire que le charter au départ de Marseille a encore de l’avenir, même si l’offre est déjà étoffée : vos avis sur ce point sont bienvenus

10 mar. 2021
0

par le biais d'un monitorat faire de l'enseignement comme salarié en montant une sci ou au travers d'un club agrée par la fédération
il faut passer le diplôme ,
alain

10 mar. 2021
0

Bonjour Nevis,

Bienvenue dans le monde merveilleux des affaires maritimes et de la plaisance professionnelle...

À partir du moment où tu souhaites être payé pour emmener des gens sur un voilier (en France) , tu n'as que deux choix : le Capitaine 200 Voile, ou le BPJEPS (nouveau nom du Brevet d'état).

La location avec skipper ou la bourse aux équipiers sur le principe "caisse se bord améliorée" à pu être une niche il y a quelques années mais il y a de plus en plus de contrôles et ça peut se finir au tribunal.

Le statut associatif peut être intéressant d'un point de vue fiscal mais ne dispense pas de diplôme si tu veux être payé.
Personnellement je ne suis pas encore décidé sur le statut pour ma future activité.

Concernant le diplôme donc, vu ton passé Marmar tu devrais avoir des facilités avec le C200V, peut-être des modules déjà validés... Mais je ne m'avancerais pas trop sur ce sujet parce qu'il suffit que le texte ne prévoie pas très exactement l'équivalence et que tu tombe sur une personne un peu butée... Et ils te demanderons de réapprendre à tracer une route fond à partir d'un cap compas !

De plus le statut d'auto-entrepreneur n'est pas compatible avec le C200V, qui demande automatiquement une affiliation à l'ENIM.
Et pour en rajouter une couche, il faudra faire passer le bateau en NUC (division 241).

Le BPJEPS est un diplôme d'enseignement, qui permet de naviguer sur un voilier de plaisance et de faire du coaching / de l'école de voile.
C'est pratique d'un point de vue administratif comparé au C200V, mais la formation demande un bon niveau en voile (formation axée régate, entraînement sportif). Ça dure 2 ans en alternance ou 9 mois en formation "dense".

11 mar. 2021
0

Merci sailCamille, le C200v semble plus atteignable car j’ai déjà un livret de marin/ enim

11 mar. 2021
0

Le brevet sportif voile n'autorise en aucun cas à emmener des passagers faire une ballade en mer

C'est un monitorat donc tous les équipiers doivent avoir une licence FFV

Le Pb c'est qu'en cas d'accident et avec la justice on ne pourra pas jouer sur les mots et il pourra y avoir requalification de l'activité

11 mar. 202111 mar. 2021
1

Le monitorat est fédéral, ce qui implique d'assurer les cours dans une structure affiliée à la FFV.

Le BP (et les anciens BE) ne sont pas liés à la Fédé.

On ne peut pas emmener des passagers, c'est une activité de marine marchande.
Par contre avec un BP on peut embarquer des stagiaires sans être affilié à la FFV, en s'assurant auprès de n'importe quelle assurance

A l'inverse le skipper STCW ne peut pas embarquer de stagiaires mais uniquement des passagers.

11 mar. 2021
0

Tu as des licences FFV à la journée...

11 mar. 2021
0

25€ alors que la licence annuelle c'est 50
on peut acheter le voilier en sci et se faire salarier comme moniteur
évidement voilier nuc et brevets en cours de validité

alain

11 mar. 2021
0

Non FRITZ THE CAT une licence journalière c'est 12 à 15€ maxi et une licence annuelle c'est plus que 50€.Je la paye 65€ perso;à moins que ton club la vende très peu cher.

11 mar. 2021
0

c'était le tarif en 2020 par mon club,cette année je ne l'ai pas prise ,toutes les régates sont annulées
alain

11 mar. 2021
0

"C'est un monitorat donc tous les équipiers doivent avoir une licence FFV"

Non.

11 mar. 2021
0

Il n'y a pas à se casser la tête

Un brevet STCW d'un pays européen, un bateau immatriculé dans un pays européen si la législation française est trop contraignante (NUC ENIM)

A fuir le Yachmaster du RYA qui n'est pas un brevet de commandement reconnu dans les eaux européennes ou sous règlementation européenne depuis 2014 quoiqu'en dise certains forumeurs; pour les incrédules voir directement les DIRM

A fuir les pavillons red ensign qui ne sont plus les bienvenus dans les eaux européennes à cause du Brexit et qui ne dispensent pas d'un brevet conforme.

Pour les équivalences MAR-MAR voir directement avec eux car c'est un peu la loterie

11 mar. 2021
-1

@Faby9

Sur quelle base donnez vous un NON péremptoire !

Expliquez vous, ce sera plus constructif !

Une licence est obligatoire pour toute pratique d'un sport dépendant d'une fédération

J'ai oublié en plus il faut un certificat médical pour avoir une licence

Si vous n'êtes pas dans le cadre d'une activité sportive vous faites du transport de passager

@Nevis, je vous ai écris en MP

11 mar. 202111 mar. 2021
0

Se renseigner avant d'affirmer.
Ma base de connaissances est simple : je suis diplômé d'une brevet d'état sportif. J'en connais donc les prérogatives, comme je connais les prérogatives d'un "moniteur" diplômé par une fédération (que je suis également). A titre d'info : je ne suis plus moniteur fédéral, puisque je n'ai pas de licence. Je ne le serai à nouveau que si un club accepte de me vendre une licence. Par contre, je suis et resterai toujours breveté d'état, avec les prérogatives du titre, éventuellement adhérent à un syndicat professionnel.

Contrairement au "moniteur" fédéral, un diplômé d'état n'est pas assujetti à une fédération. C'est un diplôme professionnel, délivré par le ministère. Ce n'est pas un diplôme délivré par une fédération pour être bénévole dans un de ses clubs.

De façon générale, un sport ne dépend pas d'une fédération. Cf le rôle des fédérations françaises délégataires.

On peut tout à fait pratiquer une activité sportive sans avoir une licence, y compris en école. Suffit de bien choisir son école.

11 mar. 2021
-2

Donc vous exercer hors club en moniteur indépendant, ce qui est votre droit

Bien entendu vous avez une RC

mais si l'un de vos élèves cause un accident, en dehors de votre responsabilité qui n'est pas en cause, qui va l'assurer.

Pas son assurance sportive familiale dés lors qu'il agit dans un cadre, ni la votre puisque vous serez hors de cause.

Si l'on a crée des licences sportives, obligatoire pour les clubs et toutes structures, c'est qu'il y a des raisons

La situation risque de se compliquer dés lors que vous ferez un travail de groupe avec plusieurs élèves.

Pour info je suis instructeur pour les 200 et 500 donc je connais à peu près le sujet et si tous les ans j'ai plusieurs moniteurs qui me demandent à devenir 200 ou 500 c'est qu'ils savent bien que le monitorat ne permet pas la promenade en mer sous couvert d'un sport.

11 mar. 202111 mar. 2021
2

Je réagissais simplement à l'affirmation "C'est un monitorat donc tous les équipiers doivent avoir une licence FFV"

qui est fausse.
On me demandait ce qui justifiait mon "non" jugé péremptoire (autant péremptoire que l'affirmation fausse, d'ailleurs) , j'ai répondu.

Les licences servent essentiellement à faire vivre les fédérations. L'assurance est accessoire et peut être prise ailleurs. Vendre une licence ne peut se faire que si on est constitué en association fédérée. Ce qui n'est pas obligatoire (contrairement à ce qui est une nouvelle fois affirmé péremptoirement) et ce que l'on peut ne pas avoir envie de faire, pour un tas de très bonnes raisons.

Les qualifications C200 et 500 n'ont rien à voir ici et sont totalement hors sujet. On parle de monitorat, donc d'enseignement ou écolage.

12 mar. 2021
0

Bravo Faby. Il est important de tordre le coup à cette rumeur (que la FFV encourage) que la FFV aurait le monopole de l'enseignement de la voile en france. La FFV est un gang de sportif qui n'a que le monopole de la voile olympique. Ils ne connaissent absolument rien à l'activité croisière. l'affiliation à la FFV est totalement facultative pour une école de voile (et heureusement!).

12 mar. 202112 mar. 2021
0

"La FFV // n'a que le monopole de la voile olympique"

comme toutes les "fédérations françaises" qui sont délégataires de l'organisation des compétitions officielles menant en effet aux JO.

On lit souvent que la licence est une obligation absolue pour pratiquer. C'est faux. L'école qui oblige à cela indique simplement qu'elle est sous la coupe de la fédé, que ses "moniteurs" n'ont que la formation maison et sont bénévoles : ils viennent passer leurs vacances...
Remarque : la FFV est la seule fédération à ma connaissance qui peut officiellement rémunérer ses moniteurs bénévoles, c'est dire le lobbying dont elle bénéficie au sein des ministères. A mon avis, cela ne durera pas éternellement : pour enseigner un sport en étant rémunéré, il faut un diplôme de professionnel, une déclaration en préfecture, etc., pas une simple qualife attribuée contre l'adhésion à une licence; il arrivera bien un jour où les professionnels, ceux qui paient impôts et taxes et ne reçoivent pas de subventions, parviendront à faire reconnaitre la concurrence déloyale, les grands "clubs" étant des structures qui commercialisent des activités.

On lit parfois que toute structure doit être affiliée à la fédé. C'est faux.
C'est oublier que :
- un diplômé d'état peut ouvrir sa propre école, ne pas s'affilier à la FF, délivrer ses propres diplômes (souvent sous l'égide d'un syndicat de diplômés d'état). Un fédéral n'en a pas le droit.
- une association ou club peut s'affilier à une fédération autre que la FF délégataire. Il en existe plusieurs, qui sont multisports, et dont l'objectif est autre que la sélection de compétiteurs et l'organisation de compétitions mais plus accès sur l'ouverture de l'activité sportive à tous (FSGT, UFOLEP, ASPTT, etc).

Les sources sont à disposition, et fiables pour qui veut s'informer : www.sports.gouv.fr[...]ons.pdf

12 mar. 2021
0

Vous êtes titulaire d'un B.E, mais sans doute pas de Voile, puisque vous ignorez que le diplôme de la FFV est inscrit au RCP, qu'il s'agit d'un CQP (certificat de qualification professionnelle) tout ce qu'il y a d'officiel, qu'il n'est pas distribué par un calife à tout adhérent mais à la suite d'une formation qui obéit aux normes de tous les CQP, qu'il permet l'obtention d'une carte d'éducateur sportif par la jeunesse et sports (qui ne s'appelle plus comme ça). Ce CQP IV (pour Initiateur Voile) s'appelait auparavant CQP AMV ( pour Assistant Moniteur de Voile ). Il permet d'être rémunéré en étant sous la responsabilité d'un B.E. ou BPJEPS.

12 mar. 2021
0

Oui oui, je sais tout cela. Sauf erreur, c'est la seule fédération à avoir réussi cet exploit de pouvoir rémunérer des initiateurs formés par un club (qui, pour bien tromper le client, sont appelés "moniteur")

" Il permet d'être rémunéré en étant sous la responsabilité d'un B.E. ou BPJEPS."

cqfd. Comme dans tous les autres sports : les pseudo moniteurs formatés fédé ne peuvent exercer que sous l'autorité d'un professionnel diplômé.

11 mar. 2021
0

Le fil relayé par Nevis était
Bref le constat m'a amené a me demander si je ne devais pas monter ma petite structure de skipper pro, pour faire uniquement quelques convoyages voir un peu de charter.

Mais ce n'est pas important, les fils dérivent et c'est aussi bien

Oui l'assurance peut être prise ailleurs, voir tout simplement en demandant à son assureur une extension

Mais si le monitorat a ses prérogatives, son cadre, utiliser ce diplôme pour exercer une autre activité notamment commerciale comme la promenade en mer est à déconseiller fortement.

Je pense que là dessus nous ne pouvons qu'être d'accord et faire passer la journée d'enterrement de vie de jeune fille pour une initiation à la pratique de la voile conduit tout droit aux ennuis.

11 mar. 2021
0

On est d'accord.

11 mar. 2021
2

Il y a 2ans J'ai mis deux annonces à pôle emploi pour embaucher 2 skippers cap200 pour la saison. A part le stage voile de 3 semaines les trois candidats n'ont jamais fais de mer (a part les escapades en famille et le permis mer) Leur 6 mois de service en mer ils vendait des billets pour la navette. Donc quand j'entends certains critiquer la système Yachtmaster qui est la référence dans le yachting. Mieux vaut regarder les chiffres charter dans le Méditerranée = 70% est sous enseigne rouge et les skippers yachtmaster offshore. Pour ceux qui ont fais les deux parcours comme moi c'est sans discussion lequelle est la meilleur formation adaptée a la plaisance professionnel.
Le pire administration en France est bien les affaires maritimes. C'est donc compréhensible que les formations sont a la rue. Leur site internet comporte des informations erronées depuis au moins 2 ans. Dans le privé le directeur serait licenciés...

12 mar. 2021
-2

Le système Yachtmaster ne fait pas référence dans le yachting. C'est une qualification anglaise, valable uniquement en angleterre et donc totalement inutile en europe et à fortiori en France. Il n'y a donc aucune alternative au Cap 2OO en france. La formation yachtmaster ne peut donc pas être "la meilleure formation adaptée à la plaisance professionnelle", puisqu'elle ne mène absolument à rien en France. There Is No Alternative, comme disait Tatcher. Je ne vois pas bien l'intérêt de diffuser de fausses rumeurs ( à moins bien sur de commercialiser à un prix exorbitant ces fameuses formations). Quand à la qualité de la formation, on s'en tape, puisque c'est le diplôme qui compte.

12 mar. 202112 mar. 2021
0

Bonjour,

Quelques éléments pour que vous puissiez apprécier la création de votre entreprise :
Si l'objectif est de faire du convoyage et des charters :

- Sur pavillon français

Brevet C200/C200 voile (il y a eu quelques assouplissement : www.legisplaisance.fr[...]en-mer/ ) avec navires sous statut NUC et affiliation obligatoire au régime de sécurité sociale des marins (Enim). Si vous êtes marin non-salariés, vous pouvez créer tout type d'entreprise individuelle à l'exception de l'auto-entreprise incompatible avec le statut de marin professionnel (www.legisplaisance.fr[...]ilites/ )
En revanche, si votre activité s'exerce à proximité du littoral ou avec un temps d'activité principal à terre (www.legisplaisance.fr[...]ttoral/ ), vous pouvez passer le BACPN ou BACPNV pour embarquer sous statut NUC mais avec une affiliation au RG et donc compatible avec le statut de micro entrepreneur (www.legisplaisance.fr[...]isance/ )

- Sur pavillon anglo-saxon

Privilégiez plutôt le RYA Yachtmaster Offshore ou Ocean (www.legisplaisance.fr[...]-yacht/ )

Enfin, à noter qu'en théorie le Commercial Endorsements doit permettre également une navigation sous pavillon français par le biais d'un visa de reconnaissance et d'une demande de validation des acquis de l’expérience auprès des Affaires Maritimes françaises, prévu par l’arrêté du 25 septembre 2007

12 mar. 2021
-1

Il est quand même ahurissant qu'une association comme légiplaisance qui prétend vulgariser le droit maritime se permette de pareilles approximations. Voir la mise au point d'ODysséus.
Le problème étant que ce genre de figures de style "en théorie", "doit permettre", "par le biais d'un visa de reconnaissance et d'une demande de VAE" laisse croire qu'un yachtmaster avec commercial endorsement puisse être un titre de commandement professionnel sous pavillon français, ce qui est totalement faux. De plus, le nom de cette association "légiplaisance" lui donne une apparence officielle qu'elle n'a pas. Les conséquences en sont dramatiques pour toutes les victimes qui vont débourser des sommes folles pour des bouts de chiffons qui n'ont aucune valeur.

12 mar. 202112 mar. 2021
1

La procédure de la VAE concerne tous les titres et diplômes inscrits RNCP délivrés en France.
Informer qu'une formation peut être retenue dans le cadre d'une VAE n'engage pas vraiment son auteur : je fais partie de jurys de VAE depuis des années (bac+5), et il nous arrive fréquemment de reconnaitre des formations dispensées dans d'autres pays non EU. Ce qui importe c'est l'expérience dans le métier concerné par le diplôme.
Je ne vois donc rien d'extravagant dans l'affirmation de Légisplaisance, mais une information qui peut être utile. je cite : "Enfin, à noter qu'en théorie le Commercial Endorsements doit permettre également une navigation sous pavillon français par le biais d'un visa de reconnaissance et d'une demande de validation des acquis de l’expérience auprès des Affaires Maritimes françaises, prévu par l’arrêté du 25 septembre 2007"
En théorie, c'est possible. Si l'expérience permet de compenser les UV manquantes. A défaut, la commission VAE peut proposer des formations complémentaires. Reste que certaines corporations continuent de penser qu'une VAE dévaloriserait leur sacro-sainte formation qu'elles estiment parfaites, et refusent de les mettre en place. Elles signent simplement par cette attitude un raisonnement d'un ancien millénaire, et un refus d'évolution. L'expérience montre qu'elles se retrouvent rapidement dépassées par l'Europe.

12 mar. 2021
0

Là encore, vous ne connaissez pas vraiment ce dont vous parlez. Une expérience professionnelle en VAE dans un autre domaine ne vous permet pas d'extrapoler aux diplomes maritimes. J'invite tous ceux que le sujet interesse ou concerne à consulter la page VAE du ministère de la mer (désolé, je suis incapable de transférer un lien). Elle est extrêmement bien faite.
La VAE existe depuis 2004 pour tous les brevets maritimes. A chaque brevet correspond un temps, type de navire, fonction occupée permettant une validation de l'expérience. La page VAE donne même accès aux résultats de la VAE, session par session, qui sont nombreuses. Pour obtenir un brevet de capitaine 200
, il faut justifier de 24 mois de navigation professionnelle effective dans des fonctions pont ou polyvalentes au niveau de direction. La prise en compte du temps de service à la mer obeit aux mêmes règles, très précises, que celles régissant la mise à jour régulière des brevets. En fait, cette VAE, très active et très bien organisée, concerne les marins de la marine nationale et de la marine d'état (hors marine nationale) qui veulent se reconvertir au commerce ou à la pêche.
"Les détenteurs d'un titre étranger ne peuvent bénéficier du dispositif VAE. Ils doivent passer par la procédure de reconnaissance des titres étrangers".
En ce qui concerne cette conversation, il est parfaitement évident que le yachtmaster, même avec un commercial endorsement, qui n'est pas un titre STCW, ne peut pas être reconnu par équivalence, ni par VAE. Légiplaisance sussurre donc, comme d'habitude, n'importe quoi. La grande question est de savoir pourquoi?

12 mar. 2021
0

Ben je baigne dedans : cela fait partie intégrante de mon boulot.
Je vous invite à relire ce que j'ai écrit : "Ce qui importe c'est l'expérience dans le métier concerné par le diplôme." et je ne vois RIEN dans ce que vous rapportez qui contredise ce que j'ai écrit : "A chaque brevet correspond un temps, type de navire, fonction occupée permettant une validation de l'expérience."

" il est parfaitement évident que le yachtmaster, même avec un commercial endorsement, qui n'est pas un titre STCW, ne peut pas être reconnu par équivalence, ni par VAE."

pour l'équivalence entre diplôme, je suis ok (en fait je n'en sais rien), mais pour la VAE, c'est le jury VAE qui est souverain, et personne d'autre. Et de cela, j'en suis certain.

12 mar. 202112 mar. 2021
1

Désolé Legiplaisance mais beaucoup d'approximation dans votre réponse

Sous n'importe quel pavillon Européen un Brevet STCW délivré par un autre Etat Européen (Principe de reconnaissance mutuelle des brevets aux normes STCW) ets et doit être accepté par les autres Etats

Au sein de l'Europe le Visa de reconnaissance est automatique; avec les pays hors UE il peut y avoir des exigences complémentaires et réciproquement

Au sein de l'Union Européenne vous pouvez travailler librement sous tout pavillon européen (déclaration d'activité) et être affilié au régime social accepté par le pays.

Non vous ne pouvez pas travailler Sous Pavillon Anglo -Saxon dans les eaux européennes avec un Yachtmaster dés lors que vous embarquez des passagers dans un port européen.

En raison du Brexit le visa de reconnaissance des brevets du MCA ne sont plus reconnus automatiquement notamment ceux qui ont été transposés du YM en Master 200/500

12 mar. 2021
0

Le pavillon maritime européen existerait donc?

Il me semble que le drapeau européen avec le français dans l'angle en haut près de la hampe n'est pas reconnu comme pavillon acceptable à la poupe!
Alors un drapeau européen en pavillon inter(?)national !

12 mar. 202112 mar. 2021
1

Je suis étonné que vous affirmiez ceci

Enfin, à noter qu'en théorie le Commercial Endorsements doit permettre également une navigation sous pavillon français par le biais d'un visa de reconnaissance et d'une demande de validation des acquis de l’expérience auprès des Affaires Maritimes françaises, prévu par l’arrêté du 25 septembre 2007

Le YM avec commercial endorsement n'est plus accepté depuis 2014 et en pratique depuis 2018 comme titre STCW

En effet le brevet lui même ne correspond et ne fait référence à aucun COC de l'IMO; à ce titre il ne donne aucune prérogative

Seul le BST (CFBS) est conforme à un COC reconnu

Le YM avec un Commercial endorsement n'est pas autre chose qu'un permis hauturier en partie gauche et un BST (CFBS) en partie droite: il vous donne le droit de travailler sur un bateau mais ne vous donne aucune prérogative ni d'appui ni opérationnel (OOW ou Master)

PS je nuance car je note que vous avez subtilement ajouté (avec une VAE) là c'est exact, mais je n'ai encore jamais connu quelqu'un qui a obtenu une VAE avec un YM; déjà que la VAE est très très très difficile à obtenir, ce n'est qu'un hypothèse d'école

12 mar. 2021
0

Je crois que tout est ouvert à négociation: un armateur qui voulait porter son (gros) bateau sous pavillon français, il a bien négocié la conversion des titres YM de tout l'équipage en équivalents français, dont celui de commandement, comme quoi..

12 mar. 2021
0

Quelle complexité pour cette activité... C'est triste. On voit très bien que si il est difficile de travailler, il est très facile de se former, et comme il faut y revenir régulièrement pour revalider... Le meilleur business edt sûrement d'être formateur :)

12 mar. 2021
1

L'obtention d'un diplôme n'est pas le plus difficile car il y a des solutions adaptées.

Malheureusement je rejoins totalement les propos de Pastis et Manille, le Brevet Français n'est pas révélateur de compétence, car en "truquant" on peut l'obtenir sans avoir réellement navigué; Contrairement à ce que dit un intervenant l'essentiel n'est pas seulement d'avoir une Brevet mais d'avoir un Brevet crédible qui permet d'être embauché.

Pour Le yacht Master, c'est un Brevet que je respecte car les prérequis induisent que le candidat sait à peu près ce que c'est qu'un bateau et on ne va pas passer 4 mois à lui apprendre une nœud de chaise.

Le fond du problème, c'est que l'on a voulu appliquer la convention de Manille à la plaisance (règles STCW) mais un Cdt de Marine Marchande ne se forme pas comme un Capt 200 (les Compagnies Maritimes participent à la formation et prennent des "cadets" pendant plusieurs semaines alors que nous avons des activités saisonnières et peu de NUC peuvent faire des formations à part laver le pont) ).

Enfin il est vrai que travailler sous pavillon français est compliqué NUC ENIM Auto-entrepreneur

Mais Il y a d'autres pavillon; dommage que les Belges soient devenus restrictifs (il faut avoir des attaches en Belgique) car c'était un pavillon idéal et parfaitement adapté à ce type d'activités.

Contrairement à ce que l'on pourrait penser, ce ne sont pas les nouvelles règles qui sont compliquées mais une administration complètement délirante.

A titre d'exemple les DIRM n'acceptaient pas les certificats médicaux non français car non prévu spécifiquement dans les textes, ce qui était contraire à l'esprit de la règle STCW; j'ai fait intervenir un député européen et l'UE a enjoint à la France d'accepter les certificats médicaux européens. Bien ! Mais aujourd'hui notre administration refuse les certificats médicaux étrangers pour les formations car (idem) non prévu par les textes. Donc un Capt Allemand en escale à Antibes ne peut faire revalider son BST sans avoir un certificat médical français et à certaine époque il y a 2 mois d'attente pour un RV

12 mar. 2021
2

quand je vois et je lis vos désaccord sur le sujet,tout aussi competents les uns que les autres semblerait il,ou chacun bien sûr ,a raison,je comprends que beaucoup de skipper proprietaire fassent du business hors cadre legal...

parceque là,ce ne donne pas envie de passer quoique ce soit 😎

oui,je sais je vais me faire pourrir...mais j’aime bien

12 mar. 202112 mar. 2021
1

Pourrir ? Non on s'en fout, c'est votre choix

Passer en correctionnel Oui

Pas assuré Oui

Attention vous ne serez pas condamné la première fois (si pas d'accident) juste un rappel à la Loi et vous êtes dans le viseur

Mais à la deuxième infraction cela devient lourd et enquiquiné pendant des années par les gabelous !

12 mar. 2021
0

+1.
D'autant que je ne vois pas vraiment de profonds désaccords. Sauf peut être une différence d'interprétation de ce que chacun dit.
Mais c'est plus facile de pourrir un fil comme celui-ci que de le nourrir.

12 mar. 2021
0

je dis ca je dis rien...je ne fais pas de sortie payante..
pas de gabelous
pas de correctionnel
pas d’assurance
nada

difference d’interpretation de ce que chacun dit,qui vous mene a un désaccord sur le sujet.

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Le dieu des nuages souffle ses petits !

Après la pluie...

  • 4.5 (89)

Le dieu des nuages souffle ses petits !

mars 2021