acheter une coque alu?

bonjour a tous,

Toujours dans ma recherche du bateau idéal, j'ai un bon plan sur un bateau de 11m coque alu de 1984.
J'en ai parlé à un broker.. qui me dit qu'une coque alu c'est fragile, qu'il faut pas acheter sans radiographier la coque blabla... bon c'est pas lui qui le vend en même temps..

n'ayant toujours pas d'expérience, que faut-il impérativement vérifier sur une coque alu?

Qu'en ai-t-il de l'électrolyse?

Merci

L'équipage
02 sept. 2009
02 sept. 2009
0

salut
depuis quand un broker s'y connait en construction et en architecture navale???

tu pourra déjà lui dire que une coque alu ne se radiographie pas mais que ce sont les soudures qu'on teste avec un produit rouge et un révélateur.
ça permet de voir si il y a des trous ou des fissures.

il faudra aussi que la coque soit barreautée ou le pont posé pour éliminer tout risque de déformation mageure lors d'un transport.

03 sept. 2009
0

on va rectifier quelques peu tes infos, Olivier si tu permets...
Un bateau en alu peut tres bien se radiographier, plus exactement toutes les soudures bout a bout (coutures des bordes par exmple), c'est ce que faisait par exemple Le Guen Hémidy, par sondage et qualifiait ainsi ses soudeurs par la même occasion.

Je le sais car un de mes anciens collègue dans le domaine partait tirer des radiographies de temps en temps au chantier.

Par contre, en terme d'expertise, la mise en oeuvre est lourde pour un particulier et si les craintes sur la coque sont a ce point, il vaut mieux rejeter le bateau tout simplement.

Concernant le rouge et blanc, il s'agit d'un procede par ressuage; jouant sur la capacite du produit rouge a penetrer les moindres interstices, produit rouge que l'on rince en surface et dont on fait ressuer (d'ou le nom...) ensuite en applicant une couche de produit blanc...le revelateur.

Les taches rouges apparaissant ensuite indiquant l'emplacement et le type de défaut.

Chacune des 2 techniques de controles peuvent s'appliquer sur des bateaux metalliques, la radiographie etant limitee aux assemblages bout a bout plans (ou bout a bout de tuyauterie, mais ce n'est pas souvent applique en plaisance).

Pour la radiographie, outre le cout (entre 1500 et 2000 Euros pour une journee de travail environ?), il y a l'aspect securite dans un lieu qui n'est pas prevu du tout et qui necessitera une zone d'exclusion pouvant aller jusqu'a 100 ou 150 metres autour...difficile a appliquer.

Il faudra aussi probablement un tube a rayons x au lieu d'une source a isotope, pour tirer sur l'alu et avoir une definition correcte...ce que n'auront pas forcemment de disponible les societes specialisees pour ce "petit travail".

Donc, si le conseil n'est pas absurde en lui-même il est difficilement applicable en réalité.

02 sept. 2009
0

?
Avec si peu de renseignement on ne peut pas dire grand chose. En 1984 les problèmes spécifiques des carène en alu étaient déjà bien connus et maîtrisés par les chantiers qui savaient faire.

Les soins (ou leur absence) du proprio depuis 25 ans sont évidemment importants comme pour tout bateau. Ce qu'il faut vérifier dépend beaucoup du modèle du bateau et de son constructeur, et ça varie beaucoup d'un modèle à l'autre.

Le brooker semble avoir la crainte classique des gens qui ne savent pas :heu:

02 sept. 2009
0

la crainte de celui qui ne sait pas et de celui qui ne vend pas!
merci, j'ai quelques info supplémentaire, le bateau est un one toner de 11m50, il a été fabriqué par un chantier navale espagnol (Navy Castro) sur un design allemand...je ne connais pas l'architecte.
voila...

Merci

02 sept. 2009
0

coque alu
une coque alu c'est comme une coque acier, ca se sonde.

donc tu peux faire faire des mesures US (ultra sons) pour determiner l'épaisseur de métal qu'il te reste.

ensuite un ressuage comme dit plus haut (produit blanc et produit rouge) ne te servira pas a grand chose, celui ci ne donne des indications que superficielles (ce qui est certes mieux que rien).

Des radios sur coque alu (sur les cordons de soudure) me semblent très pertinentes. En effet, la soudure alu produit beaucoup de défauts qui sont majoritairements invisibles puisques enfouis (souflures, manque de fusion, collage), ces defauts qui peuvent etre deceles par radio datent de la construction du bateau mais te donneront une bonne idée de la qualité de fabrication.

donc amha si tu est vraiment intéressé, fais un sondage de la coque par US et demande de tirer une dizaine de radios (ca fait environ 20 cm chaque) sur les cordons de soudure les plus importants (bordé).

tu auras une idée de l'état actuel ainsi que de la qualité de fabrication.

  • par toi meme inspection visuelle rapprochée de tous les cordons de soudure.

a+

02 sept. 2009
0

Sondes ultra son ?
Sauf erreur, sur une coque alu, la sonde ultra-son ne donne rien. Car ce qu'on craint, ce sont des piqures de diamètre millimétrique qu'on ne voit pas aux ultra-sons. Il n'y a pas de diminution d'épaisseur de tôle globale avec l'alu, à ma connaissance. Donc rien de visible en ultra son.

A mon avis, sur un "coup" comme celui-là, il faut simplement que le prix de vente soit très bas pour se prémunir contre des travaux imprévus.

Réparer de l'alu est facile et peu coûteux en France dans une ville ayant un chantier naval pro en alu. Donc des piqures ça se règle en trois coups de cuiller à pot par un bon soudeur.

Plus ennuyeux seraient des problèmes de structure dus à des soudures mal faites, ou même une structure mal calculée. Mais le bateau ayant 25 ans ... cela aurait du casser depuis ce temps ?

Très ennuyeux aussi seraient des problèmes d'isolation entre le lest en plomb et la carène alu ... ça fait des ravages par l'intérieur qui peuvent être impossibles à détecter. Il y a eu des cas célèbres à cette époque là.

Ce qui peut être révélateur, c'est le bateau à terre, mettre 10 cm d'eau dans les fonds et regarder si ça perle après 1 semaine par des éventuelles piqures.

Et un bon sablage des oeuvres vives, ça permet aussi de voir des choses ... mais ça suppose qu'on l'a acheté :heu:

03 sept. 2009
0

US ?
Ah, je suis surpris !

Bien entendu les US voient l'épaisseur des tôles, mais c'est la première fois qu'on me dit qu'il y a sur un bateau alu un risque de diminution de l'épaisseur des tôles avec l'âge ...

J'en ai vu l'un ou l'autre "salement amochés" par la corrosion, mais sans diminution globale des tôles en épaisseur. Le pire (un "légende 36") avait été peint avec un antifouling au cuivre. Il ressemblait à un ado perclus d'acné juvénile, gruyère de cratères localisés de quelques mm de diamètre, mais sans diminution globale de l'épaisseur des tôles.

OK, les US (en imagerie haute résolution) seraient alors utiles en cas de maquillage de grande ampleur, un bateau pourri qui aurait été "rajeuni" au mastic pour planquer les cratères sans les souder.

Mais bon, là on arrive dans la catégorie "truands" ;-)

03 sept. 2009
0

peuvent etre tres sensibles pour peu qu'on ai les bons palpeurs...
mais serviront en premier lieu pour contrôler l'épaisseur des tôles.

Pour ce qui est des soudures, les faibles épaisseurs rencontrees en plaisance empêcheront un controle sur les soudures elles-mêmes, du fait des longueurs des zones mortes des palpeurs, équivalente a l'epaisseur des toles ou superieur...du moins avec les palpeurs standards disponibles chez les spécialistes.

Donc US pour le contrôle d'épaisseur : OK

Ressuage pour les défauts de soudage ou les piqûres : Ok (tout défaut débouchant et ouvert en surface en fait).

Radiographie : Ok, mais à quel coût!

05 sept. 2009
0

pas surpris Robert, il arrive que l'alu vieillisse aussi et que dans
certains cas, l'épaisseur diminue du fait de la corrosion, comme tout matériau metallique.

Le fait de mesurer l'épaisseur est alors le bon moyen de s'assurer de l'épaisseur restante.

Evidemment que l'aspect et le contrôle visuel détermineront le besoin éventuel de faire cette mesure, qui peut être justifiée par un manque d'accès sur l'une des faces par exemple.

Par ailleurs, la mesure peut aussi révéler des...laminations dans la tôle elle-même, ce qui est autrement plus dommageable que la perte de quelques dixièmes de millimètres.

L'autre point intéressant à savoir c'est que la plupart des tôles sont livrées avec des tolérances d'épaisseurs du gnere plus ou moins 10% de l'épaisseur nominale, pour les faibles épaisseurs (notre cas), c'est même moins 0 et plus 10% en général.

tant que l'épaisseur minimum relevée reste dans ces tolérances, il n'est pas nécessaire de réparer.

La réparation peu aller du simple beurrage ou rebouchage par soudure jusqu'au remplacement pure et simple de la tôle.

Un défaut visuel paraissant profond doit être vérifié par US, bien souvent l'impression de profondeur est démentie par la mesure car quelque chose de 5 dixièmes de millimètres paraît souvent avoir 2 mm de profondeur à l'oeil nu.

Faites l'expérience, c'est assez probant.

04 sept. 2009
0

alu or not alu
Merci pour toute vos contributions..
La coque a une peinture époxy récente..difficile donc de connaitre la réalité dessous..
Le gars semble avoir le bateau depuis 10 ans, en plus il bosse justement dans la fabrication de pièce en alu...
Hummm il est vrai que le prix est canon.. je vais aller voir le bateau dans 15 jours...

Merci et bon vent!

05 sept. 2009
0

la solidité, il y a un canot qui s'appelle TARA en alu
qui a fait quelques expériences et mis sa coque à l'épreuve...sans être de même construction qu'un alu de plaisance courant, ça permet de se faire une idée du matériau et de ses capacités.

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Souvenir d'été

  • 4.5 (102)

novembre 2021