46 ans pour démarrer la voile

bonjour,
j'ai eu une illumination récemment pour me lancer dans la voile et suis déterminé pour allez jusqu'au bout .
le soucis est que ce réveil est un peu tard ...
je sais que c'est possible et jy crois .
mais le soucis est de savoir par quoi et ou commencer ?
car je pense que je n'ai plus trop de temp a perdre .
je suis de bordeaux donc proche d'arcachon mais aussi en semaine je travaille vers Arles , donc proche de la Méditerranée .
j'ai comme premier objectif d'ici l'année prochaine de traverser la Méditerranée en voilier .
je suis prêt aussi a payer une personne pour faire des cours particuliers de voile et découvrir cette passion le plus tôt possible afin de prendre les voiles d'ici l'année prochaine .
merci encore pour votre aide .

L'équipage
18 fév. 2021
18 fév. 2021
1

Passion et Raison. La Passion fournit une motivation ce qui est très bien.
Ensuite la voile et la navigation maritime sont des affaires très sérieuses et la mer ne pardonne rien. La Méditerranée particulièrement peut être redoutable. Cessez de rêver, vous n'êtes plus un enfant! et prenez le temps qu'il faut pour vous former correctement. Il y a vraiment beaucoup de choses à savoir absolument et maitriser correctement. Rappel: si vous emmenez ensuite du monde, comme skipper vous avez la totale responsabilité de ceux que vous emmenez.


Pierre3:"la voile et la navigation maritime sont des affaires très sérieuses et la mer ne pardonne rien".Pour qui navigue en été en Atlantique (je connais moins la Med.) je trouve au contraire que la mer pardonne beaucoup et il ne semble pas absurde pour une personne humble et ayant une approche progressive et sage d'auto-apprendre sur un voilier modeste pour une bonne partie avec des mises aux points auprès de personnes expérimentés à intervalles réguliers. L'expérience est la somme des erreurs commises. Aux Glénans dans les années 80 c'est pas mal comme ça que les stagiaires apprenaient la voile. Cours théoriques. Lachés dans la nature. Conneries. Mises au point après conneries. Il y avait comme un accident grâve tous les 5 ans sur 5000+ stagiaires par an. Pertes jugées acceptables...le monde moderne fabrique des lapins appeurés surprotégés...je vois ça avec le covid.·le 18 fév. 14:18
outremer:Perso j'ai appris la voile tout seul en commençant par le merveilleux dériveur. Effectivement en voilier, SEUL, on peut éventuellement faire n'importe quoi (en avion la sanction est immédiate et souvent définitive. ( Ayant pratiqué l'hauturier et la voltige aérienne je trouve vraiment que la mer peut réserver des surprises violentes et surtout plus fatigantes que la voltige). Et je trouve la Med nettement plus désagréable que l'Atlantique, beaucoup moins prévisible. Naturellement le petit dériveur est LE moyen idéal et peu couteux pour comprendre la voile et acquérir les réflexes salvateurs indispensables (+ le petit cata si cata envisagé) CAR tout voilier peut être au minimum brutalement couché. Sur un bateau la famille, les enfants ou les amis DOIVENT pouvoir compter en toutes circonstances sur un skipper digne de ce nom.·le 18 fév. 18:35
voilic:@pierre3 : "petite" précision sur les Glenans !Bien sur que l'apprentissage de la voile (en particulier aux Glenans, et depuis 1951 !) se fait par essais-erreurs, ce que l'on appelle depuis la form'action MAISAuriez-vous oublié toutes les consignes de sécurité avec les quarts de veille vigie ? Corvée certes, mais vigilante... Rien à voir avec une autonomie solitaire pour apprendre vaille que vaille, soumis à sa seule auto-responsabilité ! ·le 18 fév. 21:15
Pierre3:Oui Voilic, on est d'accord donc il faut effectivement nuancer un peu mes propos.·le 18 fév. 21:38
voilic:Parfaitement expriméMerci pierre3·le 18 fév. 22:05
18 fév. 2021
2

Jusqu'au bout ? Mais plus on navigue, moins on en trouve le bout...
Rien n'est insurmontable quand on a la l'envie et la passion.
Attention toutefois aux objectifs qui ne doivent pas être des fins en soi mais qui doivent rentrer dans un cheminement. Le bonheur est dans le chemin, pas forcément dans la destination.


cochise42:Le grand sage Jéronimo a parlé Ugh .·le 18 fév. 19:22
18 fév. 2021
4

Il n'est jamais trop tard. Cela va dépendre du temps que tu vas y consacrer , rapproche toi d'une école de voile il y en a dans tout les ports .
Documente toi sur le permis Côtier, même s'il n'est pas obligatoire pour la voile, c'est une bonne base des réglementations/signalisations. Passe le CRR ( examen VHF) pendant l'hiver/confinement si c'est possible, c'est toujours pratique.

Mais "jusqu'au bout" c'est très dangereux pour les marins qui croient que la terre est plate . Attention au Kraken !


voilic:+1Il est dangereux de conduire sans connaître le code, mais le connaître n'est pas conduire... ·le 18 fév. 21:17
armor22:Le CRR est plus que pratique, il est obligatoire des qu’on quitte les eaux françaises ·le 21 fév. 20:32
renardch7:Armor22 : En Belgique ont dois passer plusieurs examens mais en France , vous n'avez pas d'office le CRR avec le permis côtier ? ·le 22 fév. 09:26
armor22:Non il s’agit bien de deux examens distincts, le permis côtier n’inclue donc pas le CRR·le 22 fév. 09:56
Solent:Le permis côtier dispense seulement d’avoir le CRR dans les eaux nationales françaises. Mais au delà de cette limite il est nécessaire.·le 22 fév. 18:22
18 fév. 2021
3

Comme déjà dit par Outre-mer, la voile est un domaine complexe où il y a une multitude de choses à savoir et donc à apprendre. Je vous conseille vivement l'achat du "cours de navigation des Glénans" "par exemple) dans un premier temps, pour vous rendre compte de ce que cela implique en théorie, puis de naviguer en réel soit dans une école ou un club.

L'âge n'est pas vraiment un problème, et la motivation est importante mais elle ne fera pas de miracles.

Bonne chance


18 fév. 2021
4

Je dirais que la première chose à faire est de prendre des cours dans une école de voile pour acquérir les bases.
Dès que tu es dégrossi, tu peux aller voir sur les pontons (ou demander à ton école de voile) si un voilier ne cherche pas un équipier supplémentaire pour des régates. La régate est une bonne manière de naviguer dans un environnement exigeant mais il faut tomber sur un capitaine compréhensif pour que cela soit intéressant.
Ensuite, il sera temps de définir ton programme : achat (et quel type de voilier) ou bien location.

Bref, il faut procéder par étape, "traverser la Méditerranée en voilier", l'année prochaine parait ambitieux ... mais tout dépend de ce que tu entends par cette phrase (aller en Corse pendant 15j ou bien faire le tour de méditerranée pendant 2 mois) et de ton apprentissage !


18 fév. 2021
5

Il n'y a rien d'impossible
ma petite expérience: 45 ans cours aux glénans
achat d'un bateau pas trop cher
naviguer, naviguer...
cours de perfectionnement
naviguer...
achat du bateau de mes rêves
naviguer ... voyages (corses, espagne, italie...)
aujourd'hui vente du bateau de mes rêves pour acheter le bateau de nos rêves
objectif: naviguer naviguer... plus loin (grece croatie malte...) plus nombreux


Pierre3:Oui je suis assez d'accord. Beaucoup naviguer. L'expérience n'est pas une denrée facilement transmissible et rien ne remplacera l'apprentissage au moyen de la somme des petites conneries commises. Comme toute chose dans la vie finalement. Le monde moderne semble totalement allergique à l'erreur. Je pense que c'est idiot. Ne pas commettre des erreurs veut souvent dire qu'on reste trop dans le connu. Chacun son tempérament mais rester jeune c'est garder l'esprit flexible. Garder l'esprit flexible c'est admettre qu'on peut se tromper. Pour se tromper il faut au préalable avoir poussé un peu les limites...mais pas trop. La est tout l'art...·le 18 fév. 14:45
Arzak:Et toujours tenter d'apprendre, ou de réviser ses bases, ou de voir les façons de faire des autres pendant les "temps morts" comme en hiver ;-)·le 18 fév. 14:49
18 fév. 2021
4

Bonjour,
Je vous conseille de faire 6 mois de dériveur, laser et 470, en parallèle passer le permis et vous serez OK.


Barberousce:bonjour merci·le 18 fév. 16:59
Calypso2:faire du dériveur dans un premier temps pour comprendre comment marche un voilier d'accord passer les permis ok mais de là a etre pret pour faire une traversé de la Med ça me semble un peu téméraire tout de m^me ,il manque beaucoup de savoir ·le 18 fév. 17:28
18 fév. 2021
2

Je suis d'accord avec missingdata. Avoir fait du dériveur donne vraiment un gros plus pour avoir un bon feeling d'un bateau, peu importe sa taille. Lorsque j'étais moniteur je repérais directement au premier bord de près ceux qui avait fait du dériveur avant.
Un bateau de 15m et 12 tonnes c'est un 420 qui réagit un peu plus lentement.


renardch7:En 6mois de dériveur il ne sera jamais ok pour son programme même si avoir des bases de conduite en voile légère est un bon apprentissage . Un bateau de 15m ne réagit pas du tout comme en 420 , ce n'est pas correct et dangereux de le faire croire à un débutant . ·le 18 fév. 16:29
Pierre3:J'ai effectivement du me tromper. Excuse-moi. Je pratique la voile depuis l'âge de 7 ans. Moniteur et puis ensuite chef de centre aux Glénans sur pas mal d'années (sur dériveurs et bateaux de croisières). Propriétaire d'un dériveur (Tasar, 4.2m) et d'un one tonner de 11.8m et 7.5 tonnes et avant ça d'autres bateaux, mais oui j'ai du complètement me tromper. Excuse-moi. :-)·le 18 fév. 17:00
Barberousce:et donc pour toi renardch7 tu pense que je pourrai être prêt sous combien de temp et avec quel méthode ?·le 18 fév. 16:59
renardch7:Je reprendrais l'avis de good (goud)naviguer et encore naviguer . Pour Pierre3 Si tu fais croire que 6mois en dériveur vont permettre de traverser la méditerranée .... ·le 18 fév. 17:41
Pierre3:Oui je pense qu'on s'est mal compris. Je pensais au dériveur comme entrée en matière. Pas suffisant comme formation pour la traversée de la Med bien entendu.·le 18 fév. 17:52
renardch7:C'est ce que j'ai dit dans le premier post , la voile légère est un très bon apprentissage ( c'est aussi de cette manière que j'ai débuté). ·le 18 fév. 17:58
Kobaia:Désolé, mais as tu lu ce qui était écrit par nombre d'intervenants question méthodes ? Pratiquement tout le monde t'indique les mêmes.Yapluka ☺️·le 18 fév. 18:13
18 fév. 2021
1

enfin il faut avant tout se tester aussi soit m^me ...entre envie et possible il y a parfois un monde .
je connais des collegues en construction navale que le simple fait de mettre le pied sur un bateau à quai ne tenait pas plus 1/2h sans rentre leur dejeuner par dessus bord ..


18 fév. 202118 fév. 2021
9

Pour avoir formé pas mal de monde à la voile pendant mes monitorats successifs aux Glénans je dirais ceci:

1/ A l'opposé de l'apprentissage d'un instrument de musique par exemple je n'ai pas constaté chez mes stagiaires plus âgés de difficultés ou lenteurs d'apprentissage par rapport aux stagiaires plus jeunes.

2/ Par contre je constatais souvent une bien meilleure analyse des forces en présences (intéraction poussée des voiles, plan de dérive, déplacement centre poussée vélique (foc seul, GV seul) avec les stagiaires ayant pratiqué le dériveur avant de s'embarquer sur des stages croisières (bateaux "lourds").

3/ La navigation, à l'opposé de l'alpinisme, de la plongée, du pilotage d'avions légers est d'une manière générale un sport qui pardonne pas mal. Donc avec un peu de jugeotte (sens "commun"), en étant méthodique et progressif on peut apprendre beaucoup de choses soit-même. Ne pas hésiter à se lancer un peu pourvu qu'un départ ne se transforme mas en une partie de billard avec les bateaux voisins avec appel 2 heures après des secours. Anticiper, 90% des soucis se règlent avec le bon sens en navigation.

4/ La théorie n'accroche que peu sans la pratique. Le point 3 ci-dessus prend toute sa dimension si on utilise les petites conneries commises dans le cadre du point 3/ comme base pour ensuite trouver les explications dans la théorie. Je ne dis pas qu'il faut aucune théorie au début, je dis que ça doit être interactif entre la théorie et la pratique. Ainsi la théorie "accroche" mieux.

5/ Se méfier des gens qui vous raconte que la navigation est trés difficile etc. Ces gens peuvent être parfaitement sincères mais ma longue pratique m'a souvent permis de constater qu'il s'agit souvent d'une façon de se faire valoir, surtout après un certains âge ou tout est permis pour revigorer une virilité parfois peu collaborative. La navigation n'est PAS difficile, un bateau avance lentement, on a la plupart du temps largement le temps de réfléchir. Il faut bien évidement y aller progressivement comme en toute chose, se détendre et y prendre du plaisir. Si on est anxieux pour une maneuvre ? Revenir, ralentir. Affaler tout et réfléchir un coup. Keep calm & relax.

6/ en résumé. Je dirais: Le soir regarde des vidéos Youtube sur l'apprentissage de la voile. Pourquoi pas acheter le cours des Glénans. Ensuite essaye effectivement de commencer par le dériveur. Les types qui on commencé par le dériveur, tu les remarques, c'est ceux qui quand le moteur tombe en panne ramènent le bateau à la voile, même un 12 mètres, ceux qui attrapent un coffre à la voile, pour le plaisir...En temps qu'ex moniteur je ne peux que t'encourager à prendre des cours mais la société actuelle s'est trop "américanisée" (peur du procès) et on tient souvent les stagiaires avec une bride bien trop courte par rapport à il y a 30 ans,ce qui les empêche de faire les conneries qui de loin est la meilleure manière pour apprendre quand dans le cadre de petits bateaux (genre 6 mètres/ 1 tonne) ou les risques de dommages corporels sont limités.
Ensuite quand tu te sens à l'aise sur le dériveur passe à plus gros. Tu peux évidement passer directement sur plus gros mais tu risques de passer à côté d'une certaine finesse et capacité de vraiment bien comprendre un voilier. Un dériveur te permet d'apprendre ça car c'est un amplificateur. Les déséquilibres, erreurs etc se payent cash directement. Les bons barreurs de près sur grand bateaux sont souvent des anciens "bons" en dériveur et quand on pratique le dériveur on comprends pourquoi.
Même les maneuvres au port d'un bateau lourd bénéficient beaucoup de l'apprentissage du dériveur (la notion de prise au vent est vraiment maîtrisée, un dériveur n'est que de la "prise au vent")


renardch7:Là je suis d'accord .one est dans un autre registre du point de vue conseil .·le 18 fév. 17:45
renardch7:J'ajouterais lire des expériences d'autres pour forger la sienne . ·le 18 fév. 17:47
Barberousce:merci beaucoup Pierre3 pour ce long message explicatif .je vais suivre tes conseils. ·le 18 fév. 18:18
Black Swan 1980:Merci pour ce commentaire, je suis aussi en apprentissage et cela me parle totalement !·le 18 fév. 21:26
Arzak:Entièrement en accord avec Pierre3 !·le 19 fév. 11:08
F4HBG:"revigorer une virilité parfois peu collaborative" :)))·le 22 fév. 10:30
18 fév. 2021
2

start [LE COURS DES NEGLANS]

pour commencer avec humour... une information sérieuse.

trouver un bouquin de permis mer (code) pour avoir les notions de règlementation et de pratique de base,

après ces approches théoriques et solitaires,

faire quelques sorties avec un pratiquant, voir et poser des questions


Barberousce:jai deja le permis bateau moteur côtier ·le 18 fév. 18:17
Pierre3:Super ce cours des neglans ! :))Connaissais pas.·le 19 fév. 17:53
18 fév. 2021
2

En relisant les différents posts un conseil me saute au yeux :
Comme tu veux te lancer , essaye une journée pour tester si tu aimes en premier . il y a souvent des initiations à la journée dans les écoles de voiles .

Tu ne serais pas le premier qui en rêves mais qui n'aimes pas en faire . J'ai li du récit il y a 2-3ans de quelqu'un qui avait construit son bateau de voyage pour un TDM mais après quelques jours en mer il revient et s'en débarrasse car l'imaginaire ne correspondait pas à la réalité


Barberousce:bonjour si si justement j'ai déjà naviguer mais surtout a moteur .et j'ai juste fait une petit excursion touristique ( une demi journée ) en voilier lors de mon séjour au canaries .et j'ai vraiment adorer et accrocher .·le 18 fév. 18:16
18 fév. 2021
1

Bonsoir,

Je n'ai qu'une question avant de te répondre. Tu navigues en Atlantique ou en Méditerranée?

Je te donnerais des conseils selon pour te faire gagner du temps.

Philippe


Barberousce:bonsoir Méditerranée ·le 18 fév. 18:29
18 fév. 2021
1

A 46 ans, on est jeune! (et puis, moi ça m'arrange)
Mon modeste conseil, acheter un premier bateau pas trop gros (risque financier limité en cas de casse ou de renoncement, manoeuvres facilitées, moins de risque de s'aventurer dans des conditions météo inadéquates, navigation en solo très rapidement) mais habitable; et un bateau qu'on aime, dans lequel on se sent bien.
Naviguer beaucoup (c'est l'intérêt d'avoir son propre bateau; on sort quand on veut si les conditions le permettent).
Commencer par faire des ronds dans l'eau, puis agrandir le diamètre de ces ronds, puis faire de petites traversées, puis de plus longues.
Tous les bateaux sont différents, toutes les expériences sont différentes, et il y a mille manières d'appréhender la plaisance.
On apprend l'essentiel sur le tas, même si des formations adéquates permettent de se perfectionner plus vite; c'est l'expérience de la navigation qui fait le besoin d'apprendre, et qui définit ces besoins.
Bonne chance (il en faut parfois) et bienvenue!


18 fév. 2021
2

Ce qui est sur c'est qu'il n'est absolument pas trop tard ! J'étais dans le même cas que toi il y a 2 ans, même si j'avais 15 ans d'experiences au moteur et le permis hauturier, je suis répartis quasiment de 0 à la voile, beaucoup de gens m'ont pris pour un fou lorsque j'ai acheté d'entrée de jeu un 35 pieds, avec pour seul formation le convoyage de mon bateau avec un skipper expérimenté pendant 1 journée... 6 mois plus tard je faisais des croisières en famille dans des coins plutôt mal pavés en Bretagne Nord sans avoir le sentiment d'être vraiment dans le dur ...
Tout cela pour dire que je pense que cela dépend pour beaucoup des caractères de chacun, certains ne se sentiront jamais pret même avec x formations de différents niveaux et au final abandonneront ( j'en connais) d'autres se mettront plus facilement à l'eau ... sans mauvais jeu de mot :-)
Si tu es passionné, vas y fonce, après c'est a toi de fixer le programme et les échéances !
Bon vent !


18 fév. 202118 fév. 2021
2

Tout dépend de ce que l'on veut faire. Je ne parlerai que de ce que je connais : croisière en famille, donc équipage restreint avec en plus des enfants.
Si ce n'est pas l'objectif, alors ce que je dis n'est pas vraiment adapté.

6 mois de dériveur, tu auras appris qu'un dériveur, ça chavire. Tu auras appris que l'eau ça mouille.
Puis une saison sur les pontons à la recherche de régates comme lest mobile. Tu auras appris que les règles du RIPAM ne s'appliquent pas en mer. Et que gueuler "de l'eau de l'eau" ne signifie pas qu'on a soif. Et tu te seras fait engueuler un bon nombre de fois. Mais tu ne connaitras toujours rien du tout à la croisière.
Puis 8 semaines de stage aux Glénans pour t'amener au grade de "Chef de Bord",
puis encore une saison de perfectionnement à la régate, et dans 5 ans tu pourras commencer à songer louer ton premier voilier de 6 mètres et sortir par moins de F5 dans un bassin protégé. Et encore : en équipage.
Raté.

Sinon, l'autre option est de choisir une formation solide, délivrée par de vrais professionnels de la voile (pas des vacanciers qui jouent les moniteurs 1 mois par an).
Il faut donc trouver une bonne école de voile. Il y en a quelques unes. Astuce : au téléphone, si on ne sait pas te donner le nom du bateau et celui du moniteur, le mieux est de changer de crémerie. Aujourd'hui, je choisirais sans hésiter celle qui impose l'Anglais comme langue d'échange et délivre le RYA
Evidemment, c'est plus cher. Mais comme on apprend plus vite et mieux, c'est rentable.
Généralement, ces écoles t'apprennent à naviguer en équipage réduit, contrairement aux écoles type Glénans où la pratique est de naviguer en équipage. Cela se distingue facilement à l'exercice de récupération de l'homme à la mer : si on te dit "le premier qui l'aperçoit ne le quitte plus des yeux", ben c'est raté : moi, si l'autre est à l'eau, je reste seul à bord et j'ai bien d'autres choses à faire que de le suivre des yeux... Cela se voit aussi à la façon de préparer la nav : si on nomme un équipier navigateur à la carte, un autre au relevé des amers, un troisième à la barre et les 2 autres au réglage des voiles (le plus important, parait-il), ben... ça marche pas quand t'es tout seul ou presque.

2 stages d'une semaine, et je louais mon premier voilier (Moins de 6 mètres, moins de F5) dans la baie de Quiberon. La semaine suivante je louais un autre voilier, qui faisait 1 mètre de plus. Et ainsi de suite jusqu'à 9 mètres.
A ce moment, un 3me stage, hauturier cette fois (mon moniteur m'avait dit qu'il était inutile, j'ai vérifié en le faisant quand même : il avait raison, je n'y ai quasiment rien appris) et j'ai fait ma première traversée Hyères Calvi avec la famille. Tranquille. 3 semaines, retour, tranquille.
J'ai ensuite fait d'autres stages, ailleurs. Pour voir, et parce que c'était plus facile pour moi. En école FFV, dans une autre école pro, avec un particulier, sur le bateau des autres, etc. Et même un stage cata de croisière.

Quoiqu'il en soit, l'équilibre du voilier et le réglage des voiles n'est qu'une toute petite partie de ce que l'on doit savoir faire, et finalement celle qui me parait la moins importante en croisière familiale.
Savoir choisir sur carte un point d'atterrage, par exemple; ou repérer les vrais bons mouillages autrement que parce qu'il s'y trouve déjà un voilier ou que c'est écrit dans un "guide"; et savoir mouiller correctement. Savoir lire une carte météo, corriger les gribs, vérifier le tout avec ce que l'on a dans le ciel; savoir démarrer un moteur qui le refuse; connaitre les premiers gestes de secours; etc : il y a tant à apprendre ! Car tout cela s'apprend, ce n'est pas une question de "bon sens" mais de connaissances, résultats d'apprentissages, que l'on peaufine ensuite par l'expérience.


Barberousce:merci beaucoup pour toute ces infos . mais dans ce cas dans quel école de voile apprendre avec l'anglais ?je veux m'inscrire et apprendre le plus tôt possible ...·le 18 fév. 19:23
jdmuys:sans la nommer, Faby décries Les Glénans. Mais il ne les décris pas. Mon expérience avec les Glénans est excellente. J'y ai appris la voile de croisière. Une bonne partie de l'enseignement est adapté aux besoins des stagiaires. Si tu dis que tu as besoin de faire un homme à la mer en solo, tu auras l'occasion de le pratiquer aussi. C'est mon expérience, stages de niveau 2 à 5.·le 19 fév. 01:57
faby9:On peut reconnaitre la formation dispensée dans les écoles dépendant de la FFV. Pour pouvoir en juger de la qualité, il faut pouvoir comparer avec d'autres. Or on constate que très souvent la formation des propriétaires (quand ils en ont suivie une !) est monolithique : on leur a dt que la plus graaaande était celle-là, ils y ont suivi 6 ou 8 semaines de stages quand ils étaient jeunes, y ont vécu une forme d'aventure entre jeunes, et confondent souvenirs de vacances avec efficacité de la formation.Ces écoles fédérales pratiquent des activités de vente d'activités à des prix très inférieurs parce qu'ils ne paient pas leurs encadrants, ne subissent pas de charges. Non rémunérés, les encadrants des activités sont des vacanciers, qui ont souvent eux-mêmes été formés sur place. Vacanciers, ces encadrants ne sont pas des moniteurs avec une formation et l'expérience des moniteurs professionnels qui doivent, eux, avoir un diplôme d'état. C'est d'ailleurs un de ces moniteurs diplômé d'état qui est le vrai responsable technique des encadrants bénévoles. Généralement, l'encadrant des débutants est lui même débutant-encadrant, il n'a pas fini son cycle. Mieux vaut le savoir quand on compare la qualité de l'enseignement, et même de la technique utilisée.Par ailleurs, pour un souci revendiqué de faire au moins cher, les bateaux sont pleins au maximum. Il faut donc un apprentissage très accès sur l'équipage. Enfin, le plan de formation est calqué sur les vacances scolaires : à rallonge. Je précise que j'ai suivi un de ces stages en voile, que je connais particulièrement bien la formation sportive opérée dans les clubs affiliés à une fédération, notamment l'encadrement bénévole, puisque j'y ai participé durant quelques années, avant de passer les brevets d'état et devenir professionnel.Un exemple : dans les écoles fédérales, j'estime à 90% le nombre de baptêmes de plongée qui sont effectués par des non-moniteurs. Et cela n'est jamais annoncé au client. Généralement, ça se passe très bien. Et en fin de semaine, on débrieffe les apprentis-moniteurs pour qu'ils fassent mieux la semaine suivante. Suffit de le savoir. Fonction de ce que l'on recherche, on peut alors choisir en pleine connaissance des choses. ·le 19 fév. 07:59
Jlo:Je ne peux qu'abonder dans le sens de Faby sur l'interet des stages RYA. Ces stages ont pour but de te rendre autonome rapidemment, en toute sécurité. Rien de plus. Je n'ai fais pratiquement aucun exercice de reglage de voile lors de mes stages RYA, tout au plus la logique d'une voile bordee au prés et de plus en plus ouverte a mesure que tu t'éloignes du vent. Dans les stages glénans tu vas changer 15 fois de voile d'avant pour "optimiser" mais aprés des semaines de stages tu ne seras toujours pas autonome, mais tu saura bien regler tes voiles.En stage RYA j'ai appris a faire a regarder l'état de mes equipiers, a faire du the et des encas regulierement pour prendre soin d'eux, j'ai appris que quand tu penses etre a un endroit "probably" c'est qu'il est temps de faire des ronds dans l'eau pour reprendre tes esprits. J'ai appris a prendre le chemin le plus long pour rendre le trajet plus agréable, a mettre des en place des quarts, a obliger diplonatiquement les passagers a mettre un gilet, a gérer la bouffe, leur dire que quand leur pisse est trop jaune il faut boire d'avantage etc. Bref, tu apprends la croisiere, tu sauras amener ton rafiot d'un point A a un point B, mal, lentement, mais surement. ·le 19 fév. 11:33
faby9:Il faut bien admettre que pour la grande majorité des intervenants ici, la voile consiste à sortir son bateau pour la journée, et se faire plaisir en allant le plus vite possible, et si on peut gratter le voilier voisin, alors on est le pape...C'est très loin de ce qui e·le 19 fév. 13:49
jdmuys:Jlo. Non, ce n'est pas mon expérience des Glénans. En stage de croisière aux Glénans, on ne change quasiment jamais les voiles d'avant et on passe beaucoup de temps à la navigation proprement dite: faire le point, utiliser les instruments, entretenir une estime, gérer la dérive et les courants, la météo etc etc..., Le but est aussi de te rendre autonome, et c'est le résultat final. Il n'y a pas, c'est vrai, de sentiment d'urgence, et on ne se précipite pas pour tout couvrir pour lâcher dans la nature quelqu'un qui aura tout vu une seule fois sans forcément tout maitriser.·le 19 fév. 16:49
18 fév. 2021
2

Salut tout peut s'apprendre... a n'importe quel âge d autant plus que 46 ans c est la force de l'âge.
Le dériveur est hyperformateur pour l'apprentissage rapide. C est un bon moyen de comprendre comment fonctionne un voilier, les différentes allures, barrer, regler les voiles etc...
La littérature est pas mal. Tu as le livre des glénans qui est vraiment une "bible" tu auras quasiment toute la théorie. Mais ça peut parfois être un peu technique pour un parfait novice...
Les hors série voiles et voiliers je trouve ça vraiment bien fait et parfait pour la théorie également.
Une fois cet apprentissage réalisé 2 écoles s affrontent.
1/ Multiplier les stages en habitables, embarquer sur des voiliers en tant qu'équipier et louer un bateau...avant de t acheter ton propre voilier
2/ acheter un petit voilier simple à gérer qui pardonne bien les bêtises... et naviguer aussi souvent que possible...
J ai perso une préférence pour la 2 ème solution. D'une part parce que c'est ce que j'ai fait. Et d'autres part parce que tu pourra naviguer aussi souvent que nécessaire et ainsi apprendre sur le tas et te faire une bonne expérience.
Cela dépend un peu d'où tu habites et du temps que tu as à consacrer...
En plus une part non négligeable du voilier habitable c est entretien et bricolage (antifouling, mécanique, réparations et amélioration etc.. )donc c est bien d'avoir son propre bateau pour découvrir aussi cette partie là.
Mais je penses que mes 2 options ont chacune leurs défaut et qualité. Donc à toi de voir au moment venu. Tout est possible en fait


Barberousce:merci beaucoup ·le 18 fév. 20:01
18 fév. 2021
0

Hello,
Le dériveur, c'est très formateur, surtout sur un fleuve...la rive opposée arrive bien plus vite que prévu, bien souvent. Mes deux premières sessions se sont résumées à dessaler à remettre l'engin d'aplomb, sous les regards goguenards des petits jeunes qui naviguaient avec moi...mais je n'ai pas fait ça 6mois, au bout de 4 séances, j'avais pris le "truc", et je ne dessalais plus...du coup j'ai eu droit à 2h sur un laser, rien à voir avec le dériveur, bien plus toilé...


faby9:Moitessier a écrit que 3 heures suffisaient pour tout comprendre du dériveur...·le 18 fév. 20:50
Pat45:bah, ce qui me gênait surtout, c'est d'avoir à passer sous la bôme toutes les 3mn, je fais 1.83m, et déjà à l'époque, je manquais un peu de souplesse...·le 19 fév. 20:40
faby9:Ah oui, mais sans être passé par le dériveur, point de salut !enfin c'est ce khon dit.·le 19 fév. 22:11
Arzak:Le dériveur est la meilleure école pour comprendre l'équilibre sous voile, les forces en présence etc...Si certains n'aime pas le dériveur car ça mouille, c'est sportif et il faut être constament réactif, c'est un autre sujet.·le 20 fév. 10:07
faby9:Bof. J'ai appris sur un dériveur.J'ai réappris sur un Figaro.Je peux donc comparer les 2.Le Figaro est nettement plus efficace pour l'apprentissage, car le moniteur est à bord.Et il est bien plus adapté quand le projet est la croisière.·le 20 fév. 10:11
Pat45:Bah, j'ai surtout appris à y aller mollo avec le stick...la punition était sinon immédiate! ·le 20 fév. 19:51
18 fév. 2021
5

bonjour
j'ai commencè en 2013 (49 ans) par 10 matinée de hobbi cat et ensuite j'ai enchainer les nav en méditerranée sur un gib sea 33 ( 9.9 m)
et en 2017 j’ai acheter mon premier voilier ,un aquila à st brieuc et je suis parti 3 mois pour ramener le bateau à port st louis en med.
Bretagne ,Espagne , Portugal ,Gibraltar , les baleares , le rêve...
alors fonce, prend des cours ,achète le livre des glenans et surtout navigue navigue navigue.
quand tu te sent prêt , achète ton bateau.
super projet ,bon vent
François


Barberousce:merci beaucoup pour tes encouragements Francois .mais a tu fait des cours ou formations dans une école ?·le 18 fév. 21:30
françois64:Oui dans une petite école de voile sur un lac vers lyon pour le hobbies cat et ensuite avec un ami sur son voilier à port St Louis ·le 19 fév. 07:24
18 fév. 202118 fév. 2021
1

Bonsoir
Plus haut j'ai réagi violemment sur un message trop 'succinct' qui négligeant la sécurité de veille au CNG... bien plus présente que la Snsm !
Je confirme que la mer pardonne beaucoup (plutôt l'atlantique que la méditerranée, malgré les marees) bcp plus que la montagne, sans parler de l'aviation...

Tout le monde est d'accord pour rappeler que la pratique sur dériveur facilite une acquisition rapide de la sensibilité nautique à la barre (même si la rapidité dépend des gens).

Mais je voudrais, aussi, rappeler une 'anecdote' des années 80 : c'était un dentiste, si je me souviens bien, qui -débutant total-s'achete un Tequila sport (ou un flusk poker ?) super équipé régate :il avait les moyens, à presque 50 ans...
Il a passé tous les week-ends de deux hivers à se faire skipper aux entraînements d'hiver, à la plus grande joie des p'tits jeunes qu'il embarquait... ;-)
La troisième année, il barrait.. Et gagnait !

Bien sur, il n'est pas parti en croisière tout de suite, il ne savait pas (pas encore) naviguer..

Il y a un certain gap entre le fin regatier, jusqu'au chef de bord véritable marin.... (cf. les tous débuts de Cammas !)

Mais pratiquer à toutes occasions : aux Glenans /justement/ on a toujours su qu'il fallait plutôt la form'action de préférence aux études théoriques, mais/et que qd ils ont compris les ingénieurs peuvent progresser bcp plus (voyez les QI des vendee globe).

Ceci pour dire que l'attitude 'normale' du navigateur [passer des amers VUS à l'identification sur la carte, jamais dans l'autre sens..] est la démarche à suivre :
Essayer (en sécurisant) puis comprendre.

Bien sur, cela dépend des personnes

Une seule certitude, pratiquer !
Et discuter !

L'objectif est là,
La motivation aussi
Planifier totalement conduit aux drames,
Laisser le temps au temps du Marin 'pourra' le voir être responsable assez vite (j'ai vu quelques passages debutant-chef de bord d'un été, reste à ajouter l'expérience de gros temps..)

Go go go !
En gardant la tête froide et l'attention aux risques.

Bonne voile


Barberousce:merci beaucoup pour ce long témoignage.je suivrais les conseils .·le 18 fév. 22:33
voilic:MerciJuste à côté www.hisse-et-oh.com[...]a-voile ·le 18 fév. 23:08
19 fév. 2021
2

Barberousce:merci beaucoup je lai déjà acheter mercredi ;)·le 19 fév. 06:46
Barberousce:a pardon merci encore pour le lien du site .il est genial .moi je pensais juste que tu me conseiller juste un titre de livre ...lol·le 19 fév. 06:51
pbra6464:La vidéo sur le matelotage est incontournable (Kad et Olivier). Merci·le 20 fév. 07:45
19 fév. 2021
5

Si tu es certain de vouloir te mettre à la voile je te conseille d'achetter "la voile pour les nuls" et le cours des glénans, à lire dans l'ordre, et qui te donnerons une bonne base théorique.

Ensuite je t'invite à prendre quelques cours en hobie cat ou deriveur 420 à cazaux, hourtin ou carcan, tu aura ainsi les bases de la pratique.

Pour finir prend un skipeur ou un ami qui veut bien te coacher sur une semaine ou deux de croisière mixte mouillage-port, et là tu aura les bases de la voile habitable.

Après (c'est mon avis et certains ne seront pas d'accord) tu pourra envisager de te trouver ton propre bateau et de continuer d'apprendre par toi-même avec, en y allant à ton rythme.

Tu peux en parallèle passer le permis côtier, qui te donnera les bases du code et te donnera les bases des manoeuvres de port et de récupération d'hommes à la mer, en plus de te faciliter une éventuelle location ultérieure.

Enfin, si un jour tu te décide à acheter un bateau sans projet de traversée océanique, je te conseille d'en prendre un petit et rustique, qui te permettra de bien te faire la main et te coutera pas grand chose, et surtout lorsque tu envisagera des voyages en mer tu pourra alors acheter un bateau adapté et qui te conviens bien, en évitant les problèmes de l'achat d'un premier bateau (le prix n'est pas le même pour un bateau de voyage alors autant être sûr de pas se planter!)

pour finir n'écoute pas les gens qui freinerons ce projet, sa réussite ne dépend pas d'eux mais de toi seul et de ta motivation!

:)


Barberousce:merci beaucoup .jy est penser pour les livres .jai déjà acheter la voile pour les nuls mais pas encore celui glénans.·le 19 fév. 06:48
Barberousce:
  • des
·le 19 fév. 06:48
CapCool:"La Voile pour les Nuls", c'est vraiment nul. "Le cours des Glénans" reste excellent. Yapafoto (j'avais acheté les deux pour mon épouse).·le 23 fév. 09:36
renardch7:Je ne trouve pas que " La voile pour les Nuls" ne soit pas intéressant.il traite des informations de façon claire pour les non initié et dégrossit le tableau sans se prendre la tête . ·le 23 fév. 09:52
19 fév. 2021
0

100 % d'accord avec les conseils de ourob.


voilic:+100%·le 19 fév. 08:50
19 fév. 2021
0

46 ans?
Trop vieux pour la voile.


Barberousce:Non mais je voulais dire être débutant à 46 ans ·le 19 fév. 13:41
Arzak:;-)Moi aussi je pense que des voiles de 46 ans doivent êtres remisées ou recyclées !;-)·le 19 fév. 14:43
Barberousce:En faite est trop vieux celui qui le veux ...Et reste jeune celui qui le veux aussi !·le 19 fév. 17:29
19 fév. 2021
1

46 ans pour démarrer la voile? Une voile se hisse, c'est un moteur qu'on démarre.


Barberousce:Ben au moins j’aurai commencer à apprendre cela avec toi ! Merci Et c’est quand que le prend le large ...? ·le 19 fév. 18:57
19 fév. 202119 fév. 2021
2

,J'ai commencé à 48 ans (donc ça fait pas longtemps)😉 et avec un Trimaran 😲


beaulieu:un peu d"humour mais c'est mon histoire.J'ai démarré la voile à 58 ans. niveau zéro. J'ai acheté un trident 80 en 2002 au cap d'Agde. Après une rapide visite ( 1h ) à la base des Glénans de Marseillan qui ne m'a pas convaincu pour des raisons d'incompatibilité générationnelle je pense, j'ai mouillé mon doigt, hissé la grand voile et je suis parti sous le regard atterré et inquiet des voisins de ponton. J'ai aujourd'hui 76 ans et je suis toujours vivant avec 20 000 milles au compteur. Moralité, vas y, la voile c'est 90% de bon sens et 5% de technique, le reste..... mais ce n'est qu'un humble avis.·le 20 fév. 10:36
Barberousce:Merci beaucoup pour ton témoignage Beaulieu . Ça donne au cœur et espoir de réussite . J’espère que l’on aura l’occasion de ce croiser en mer un jour ...·le 20 fév. 10:49
beaulieu:si tu es en méditerranée c'est possible, la mer est petite.·le 21 fév. 16:50
20 fév. 2021
0

Je suis assez d’accord avec Beaulieu (Beaulieu river ?).
Le triptyque glenans / dériveur / nom qui finit en « ennec » ça va 5 min.

J’ai jamais fais de dériveur, comme dit Beaulieu beaucoup de bon sens, pas de pb pour démarrer sur un « gros » 35 - 40 pieds. Faut juste faire quelques stages.

Après le bon sens c’est de pas sortir seul si tu penses qu’il y a trop de vent et le jour où tu traverses la med tu le fais avec ceinture et bretelles, fenêtre météo parfaite voir pas assez ventée, le plein de gasoil et prêt à faire du moteur, un pote à bord un peu expérimenté et voilà pour une première fois.

De toutes façons dés tes premiers ronds dans l’eau tu vas t’apercevoir que traverser la med c’est peut être pas tout de suite à ta portée, c’est ça aussi le bon sens, passer du fantasme à la réalité, on a tous rêvé avant de commencer. Faut juste démarrer et tu verras bien ce que te dis ton feeling. Naviguer c’est aussi bien rester à 5 miles de ton port d’attache que de doubler le cap horn dans le sens est - Ouest. Le bon sens c’est la où tu mets le curseur.


beaulieu:beaulieu river ? je rêve de remonter cette rivière anglaise et surtout de visiter le célèbre marché aux puces nautiques, s'il existe encore. Est ce que tu connais ? bien que ce soit un peu loin de mon port d'attache en corse.·le 21 fév. 16:46
Jlo:Oui j’ai remonter la fameuse Beaulieu river quelques fois, c’est une expérience sympa mais l’accès n’est pas simple et une fois dedans c’est plutôt étroit mais. Ça vaut le coup ceci dit.Pour ce qui est des puces je n’y suis jamais allé et j’ai l’impression que c’est en train de s’éteindre. Déjà en 2019 le « Beaulieu Boat Jumble » n’avait pas eu lieu, une première depuis 1978, pour cause sois disant de mauvais temps mais je crois surtout que l’intérêt n’y étais plus. En 2020 évidement rien et cette année je ne sais pas.·le 21 fév. 17:49
20 fév. 2021
0

Bonjour , ca fait plaisir de ne pas être le seul a avoir ce genre de "lubby" , ca m'a pris a 46 ans aussi aprés 5 ans dans le monde du "moteur"

Je doit dire que c'est l'étape "école de voile" qui m'a le plus vite fait apprendre l'art et la manière de faire avancer un bateau avec le vent ! En quelques journées seulement on a les bases de réglages et toutes les clefs en main pour démarrer seul avec un petit voilier et par beau temps ... coût environ 500 euros les 6 journées de formations !

Auparavant j'ai essayé la co-navigation avec Vogavecmoi , c'est bon pour découvrir mais on n'avance pas , le propriétaire n'est pas un prof nécessairement et d'ailleurs ce n'est pas le but initial , j'ai vite compris que pour vraiment avancer il me faudrait etre seul sur Mon bateau ...

Bon j'avais déjà passé tous les permis (fluvial,cotier,hauturier) mais ca ne sert a rien a mon avis sur un voilier ! L'année dernière j'ai donc accéléré , j'ai acheté un mini trimaran transportable a faible budget , j'aurai donc la possibilité de commencé
par des navs en lacs puis je pense rapidement partir sur l'eau salé , si ca te dit de voir ce que ca donne n'hésite pas a me le dire ;-)

La mer c'est effectivement dangereux , mais pour tout le monde et même pour les poissons ... Il faut donc faire comme pour toutes autres activités , "attention" c'est mon avis ;-) cdt Jean Luc (lot et garonne)


20 fév. 2021
1

Hello,
En tout cas, on peut désormais se rendre compte que les choses ont sacrément changé sur Héo.
Moi qui ait acheté un cata avec 5 séances sur dériveur, 4 jours de stages en école de voile, et 8 jours à peine passés sur le bateau de mon ex beau père à dégueuler tripes et boyaux...ah j'oubliais la journée passée en compagnie d'un excellent marin, sur un écume des mers, en Bretagne, où j'ai essentiellement essayé de réaliser avec succès un noeud de chaise, ainsi qu'une formation théorique par correspondance au permis hauturier...si j'avais exposé mon projet à l'époque(2012), je n'aurais sans doute pas eu le même accueil.
Je n'avais d'ailleurs pas osé le faire...mon premier post avait concerné la nav fluviale, la remontée de la Seine.
Une chose est sûre, quelle que soit son expérience, il faut se faire aider par des gens compréhensifs et compétents, qui ne porteront pas de jugement sur le projet...tout mon apprentissage a été rempli par ce genre de rencontres désintéressées et tellement enrichissantes...et ce n'est sûrement pas fini!


21 fév. 2021
0

Salut Barberousse,

La voile c'est très facile, ou pas, selon qui on est, mais ceux qui disent qu'il faut nécessairement beaucoup d'expérience c'est juste des abrutis qui sont là pour te décourager, et en général ceux là ils sont au port, pire, au port a sec!

(La je suis au port mais seulement depuis hier je te jure!)

Il suffit d'apprendre a composer avec le jeu du vent dans les voiles, le courant, les vagues, la houle, comprendre un bulletin météo, quelques bases de sécurité, bref, ce sont quelques composantes qu'il faut adopter! Il y en a qui ne comprennent pas car ça ne correspond pas a leur mode de pensée, et d'autre qui captent au quart de tour, indépendamment de l'age.

Une fois qu'on a compris on a compris, y'a pas besoin de 20 ans d'expérience de plus!

Pour conduire une voiture idem, une fois que tu sais tu n'en fais pas tout un plat!


21 fév. 2021
1

Je ne suis pas du tout d'accord avec ce genre de posts :

" je trouve au contraire que la mer pardonne beaucoup [!!!] et il ne semble pas absurde pour une personne humble et ayant une approche progressive et sage d'auto-apprendre ../.. L'expérience est la somme des erreurs commises.
Aux Glénans dans les années 80 ../.. Cours théoriques. Lachés dans la nature. Conneries. Mises au point après conneries. Il y avait comme un accident grâve tous les 5 ans sur 5000+ stagiaires par an."

"L'expérience est la somme des erreurs commises" j'aime beaucoup au contraire ce qu'on dit dans l'armée de l'air, qui est la suite de cette phrase : "et la vie est trop courte pour expérimenter soi même toutes les erreurs possibles" d'autant plus que certaines de ces erreurs "ne sont pas une situation d'avenir" comprendre : mort à très courte échéance.

Les stats des glénans, je ne les connais pas, je ne suis pas sûr que ça ait été si glorieux et non, ils ne faisaient pas sortir les élèves par conditions très dégradées, les voiliers étaient en bon état, un état que le débutant n'avait pas à déterminer lui même, c'était de la voile légère à 90% dans les années 80, donc au pire tu flottes en attendant le zodiac etc etc.

Je rejoins totalement Mégalodon : "Je doit dire que c'est l'étape "école de voile" qui m'a le plus vite fait apprendre l'art et la manière de faire avancer un bateau avec le vent ! En quelques journées seulement on a les bases de réglages et toutes les clefs en main pour démarrer seul avec un petit voilier et par beau temps ... coût environ 500 euros les 6 journées de formations ! "

Tu vas adorer ton premier stage de voile en école habitable, prends un niveau débutant, en été ou au printemps, inutile de commencer dans la baston.
tu vas passer la nuit à bord et 8h/jour de nav intensive en te relayant à chaque poste et apprendre comme un dingue, toujours en sécurité.
Il y a des tonnes de trucs, comme réussir un homme à la mer à la voile, qui ne s'apprend pas seul.
Autre chose : voir en live es autres galérer est aussi formateur que rassurant et encourageant, ça fait voir... d'autres façon de se planter.

je te conseille donc tu l'as compris au moins un voir plusieurs stages.
au bout du deuxième/troisième, si tu te le sens, prend un hivernal en bretagne, pas la med ou les pertuis. vis un peu de baston pour sentir si tu t'étais pas raconté des craques.
Si tu restes opérationnel, si le stress ne l'emporte pas sur le reste, alors tu es mûr pour plus !


mégalodon:Salut Phileas44, et que penses tu de ma phrase : La mer c'est dangereux pour tout le monde et même pour les poissons ;-) ·le 21 fév. 19:31
Arzak:Je rajouterais;Surtout en face à face avec un mégalodon !!!;-)·le 22 fév. 10:38
Phil the sailorman:totalement en phase avec Phileas44. L'école de voile directement sur voilier habitable c'est important, le dériveur c'est bien mais c'est quand même rallonger le temps pour un fonctionnement différent (gréer, barrer)... Seules les bases de la voiles sont communes, les bateaux ne réagissent pas pareil. Et équipier dans une régate voire une transat avec un pro c'est un plus.·le 22 fév. 11:38

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

parapluie de Cherbourg aux Hébrides

Après la pluie...

  • 4.5 (80)

parapluie de Cherbourg aux Hébrides

mars 2021