200 m. par jour ...

En cherchant le voilier idéal, je me suis aperçu que c'est tres rare d 'en trouver un qui puisse marcher dans de bonnes conditions à 200 m par jour ( hors courant porteur) tout en etant capable de transporter eau ,fuel, bouffe pour 3 mois etc... Le tout pour une enveloppe inférieure à 80 000 € . eh bien j'en ai trouvé un qui ne paye pas de mine : Freya 39 - plan Australien, arriere canoe,TE 2 m , construit en acier ou fibre de verre .En connaissez - vous d'autres ?

L'équipage
02 mar. 2006
02 mar. 2006
0

On ne peut pas s'appeler Freja
et se trainer comme un escargot ! Normal !

:jelaferme:

02 mar. 2006
0

pas toujours la panacée
La vitesse n'est pas toujours la panacée. Qui dit vitesse dit aussi plus de risque de "casses" en tous genres.
J'ai lu bon nombre d'ouvrages et d'articles sur les croisères hauturières et ce n'est pas toujours rose.
Cela me rappelle un type qui était parti avec son ovni alu 435 ( je crois ) qui faisait des moyennes très rapides quotidiennement en traversant l'Atlantique.
Hélas pour lui, ce qui devait arriver en tirant sur la monture arriva : spi éclaté, tangon de génois cassé, ferrure de mat cassée etc...
Résultat de l'emballement au grand large : arrêt d'un mois à Tobago pour réparations avec dégraissage substantiel du porte-monnaie.
Il a continué vers le golfe du Mexique et pan! Safran et jaumière faussés et rebelote pour le dégraissage du portefeuille!
Fallait le temps que ça entre dans le crâne, je pense.
Et des cas comme celui-là, il y en a un paquet dans les annales.
Alors, une question simple : à quoi ça sert de gagner 3 ou 4 jours en traversée pour ensuite se retrouver dans les chantiers de réparation à voir son pognon et son temps fondre comme neige au soleil au lieu de prendre son temps, sans trop de pépins et profiter pleinement des escales.
En tout cas, le dilemne vaut d'être examiné...je pense.

02 mar. 2006
0

hum...
Tu parles de ceux qui subissent un perpétuel roulis... :-p

02 mar. 2006
0

Bien entendu
la vitesse est également un facteur de sécurité dans certains cas, c'est indéniable.
Et les exemples que tu cites sont bons, c'est un fait.
J'en parlais d'ailleurs avec ma compagne il y a quelques jours, justement l'exemple du petit temps, rejoindre un refuge dans le cas où...ou joindre un mouillage avant que...
Je ne peux qu'être d'accord avec ce constat.
N'empêche qu'il y a des lois physiques sur cette planète, plus on va vite et plus les chocs sont généralement importants.
Et statistiquement, il y a toujours plus de "casse" sur un bateau rapide que sur un "medium".
Maintenant, il y en a qui passe au travers ou qui ont vraiment un excellent bateau et puis il y a les autres et là...c'est la dégustation assurée.
Mon propos d'ailleurs portait plus sur "celui" qui cravache la bête. En général, ce genre de comportement ne dure pas longtemps avant d'avoir les embêtements cités.

02 mar. 2006
0

le site d'amuig
www.sextan.com[...]ue.php3

ce bateau est d'ailleurs magnifiquement preparé

02 mar. 2006
0

D'accord
avec toi. Et en plus, c'est pas qu'une rumeur. On construisait solide dans les années 70 à 80. Et c'est vrai qu'il y a eu d'excellents voiliers course-croisière à cette époque. Tout à fait d'accord !

02 mar. 2006
0

A ça
tu rajoutes un léger inconfort et tu as tout pour passer une bonne traversée ;-)

Séb

02 mar. 2006
0

Non
pas forcement, nous avons fait des moyennes de cet ordre là avec Tamata, dans les alizées en général tout va bien car tu as la houle dans le cu.. mais dès que la houle tourne un peu meme en cata ça peu devenir inconfortable, mouvements brusques, choc à la jonction nacelle-coque (par houle de travers)...
Par contre c'est tout de meme agreable d'avoir un bateau qui marche, quand le vent est faible tu gardes une bonne moyenne (sans les moteurs), si le mauvais temps arrive tu peux essayer de l'esquiver, et de toute façon tu n'est pas obligé de tirer dessus en permanence. Nous en traversée c'est plutot cool, vitesse pour se faire plaisir de temps en temps ou s'il y a besoin ( pour arriver de jour à un mouillage craignos ou pour esquiver le mauvais temps)

Séb

02 mar. 2006
0

d'ou l'interet des bateaux de courses croisieres des annes 80
prends l'exemple de José sur Amuig qui vient de traverser vers les antilles dans des conditions souvent musclées et avec le spi aussi souvent que possible. pas d'avaries, un sun legend 41 c'etait prevu pour la course croisiee, accastilage. quand au probleme de jaumiere sur l'ovni dont tu parles, il faudrait en savoir plus. ce n'est pas normal d'avoir des problemes de ce cote la sur un bateau recent, cher et repute solide. quelque que soit l'utilisation, me semble t'il ;-)

02 mar. 2006
0

et en plus......
une trop grande vitesse, ce n'est pas bon pour la pêche ! ! !
Michel de Nostria

02 mar. 2006
0

ça
je ne l'ai pas vraiment constaté, les poissons vont bien plus vite que nous... maintenant il y a peut etre d'autres arguments que la vitesse pour la non peche.

Séb

02 mar. 2006
0

Quand
je le disais que la vitesse, c'est pas la... ;-)

02 mar. 200616 juin 2020
0

on peut ,
marcher à 200 m. par jour mais ça ne veut pas dire qu'on utilise cette réserve de puissance . quand le voilier arrive aux limites de sa carene il devient inconfortable et le régul n'assure plus ; d'oû la casse ... D'un autre coté , quand on voit une dépression arriver et qu'il y a un abri ; avec une marée , il est réconfortant de savoir qu'on peut l'atteindre à temps .

03 mar. 2006
0

flash back
mon ancien voilier , dans l alizé etablit 200M jour sans soucis au portant ; mais a partir du travers vers le pres on pouvait tenir sans soucis les 8 nds de moyenne mais ca tape et ca devient pas tres confort , meme en cata , tu peux aller vite mais ca tape aussi , meme sur un grand , j ai convoyé un cata de 20 m aux antilles , des le travers /pres ca tape des 8 nds

03 mar. 2006
0

Le noeud
de moyenne en plus coûte très cher.
Je parle de moyenne générale au long cours ou en traversée.
J'ai un livre à la maison. C'est le récit du tour du monde du catamaran Taboo de l'allemand Wolfgang Hausner.
Ce type a construit en conteplaqué ce cata simplement équipé et accastillé avec un régulateur d'allure enfiché sur le pataras au vent fin des années 60 sur plan australien. Il mesurait 9,80m x 4,95m.
Il a réalisé un tour du monde assez insolite dans pas mal d'endroits inconnus.
Son cata était très confortable, d'ailleurs il refaisait les peintures de ses boiseries durant la traversée de l'Atlantique.
Pour en revenir à la vitesse : Taboo a toujours réalisé des moyennes générales de 140M et a approché à plusieurs reprises les 200M sur 24h sans jamais toutefois les atteindre, son record étant de 198M. Le tout sans spi à bord!
Alors, je m'interroge sur toutes ces grosses "bêtes" avec moult équipements techniques et voilure légère pour petit temps quand ils ne font pas beaucoup mieux tout en coûtant la peau des fesses, à époque égale minimum 10x le prix de Taboo.
Y a quand même un "blême" quelque part....

03 mar. 2006
0

enfin ,
un voilier qui peut avancer à 200 m - si on le veut et que les conditions sont là - Mais quel est ce voilier et quel budget ?

03 mar. 200616 juin 2020
0

Taboo
Je mets une photo de Tabbo en regard...

03 mar. 2006
0

pfff...
trop facile de faire 200 m (metres) par jour. Par contre 200 M (miles), faut bien choisir sa monture... :mdr:
Svp, pas sur la tête :langue2:

03 mar. 2006
0

j'avais pas osé la faire
mais ça me démangeais...

03 mar. 200616 juin 2020
0

tu rigoles mais...
Ce machin (c'est plus vraiment un bateau, quoi que ça soit un catamarant en fait...
avance de environ 200 mètres par jour a vitesse constante
:mdr:

03 mar. 2006
0

Exact ,
à bord d'un antique catalac de 9 m , le speedo affichait 8 nds par vent de travers et leger 3/4 arr. - ceci avec des verres posés sur la table du cockpit sans problemes - aux Caraibes . j'ai rencontré wolfgang sur son nouveau cata de 15 m, quelque part dans le pacifique sud . je viens d'avoir des nouvelles d'une traversée cap Vert - Trinidad . 2 voiliers :un vieux plan Caroff 12 m acier et un plan Lerouge 14 m . eh bien ils sont arrivés presqu'ensemble . comme quoi la vitesse de pointe , c'est tres relatif ...

03 mar. 2006
0

moi
aussi avec mon deuxieme boat j arrivai a presque 200 m jours hors que ce bateau me marchait pas fort , mais c etait entre guyane et les antilles avec 2 a 3 nds de courrant dans le cul , si ce cata arrivait des fois a presque 200 m jour je veux bien me faire curé ( remarque j espere pas perdre car les femmes ....... )

04 mar. 200616 juin 2020
0

Ayant lu
le livre et vu le style du gars, ça m'étonnerait qu'il ait menti.
Maintenant, avec des alizés bien établis et forts et un petit courant et son cata pas fort chargé, moteur HB etc...ça me semble très possible.
Ou alors, va falloir également remettre en cause Erci de Bisschop avec son Kaimiloa en 1937.
A ce train-là...

03 mar. 200616 juin 2020
0

oui
j'avais vu sur son site qu'il avait un nouveau cata assez grand d'ailleurs, comme tu dis, le Wolfgang.
J'avais apprécié en son temps son livre car son TDM était un peu spécial avec des escales dans des petites îles pas très fréquentées. Il faut dire qu'il a été et qu'il est sûrement toujours un peu baroudeur.
Il t'a semblé toujours en bonne forme ?
Tiens, au fait Ollie, tu parles de Catalac. Tu sais s'il y en a eu des nombreux qui ont fait des transats et au niveau TDM ? Au niveau TDM, perso, je n'en ai jamais entendu parlé et toi?
Ca me plairait si tu savais me renseigner à ce sujet.
Le plan Caroff dont tu parles, c'est lequel ?

PS : comme je le disais dans un autre fil, les Catalacs sont quand même un peu fardés et leur grande baignoire ( cockpit) avec des petits autovideurs n'incitent pas à la confiance. Et la légèreté de leur accastillage ainsi que la souplesse du pont m'a un peu déçu.

07 mar. 2006
0

Et il voit de plus en plus grand le Wolfgang
son site en allemand !

www.wolfgang-hausner.com[...]/

03 mar. 2006
0

compromis

Un bateau est une somme de compromis .
Si l'on fait un bateau de voyage capable de faire 200milles c'est que certains parametres ont été poussé mais forcement au detriment d'autres.

S'il fait cette performance celà sera bien sur à son allure de predilection mais il y a toute chance qu'il soit mediore ou nul aux autres et pour un voyage c'est pas forcement l'idéal me semble-t-il.

Et je rejouterais surtout dans ses dimensions.

josé

03 mar. 2006
0

compromis .......
ça me fait penser à ....

à con promis, chose dure ! ;-)

04 mar. 200616 juin 2020
0

adams 44
encore un qui peut se tailler à 200 m /jour fibre, 85000 €, TB archi Australien -
j'ai vu des catalac un peu partout dans le monde- les Anglais sont des excentriques dans l'ame ,ils peuvent avoir n'importe quel voilier; ce qui compte pour c'est de naviguer et c'est une activité tres recommandable dans la plus pure tradition du nomadisme qui les a conduit partout dans le monde.

04 mar. 200616 juin 2020
0

Ce que j'aime chez les anglais
C'est justement ce côté nomadisme sans a priori.
J'ai rencontré des anglais en Hollande et ils sont en général très sympa.
Et ils n'en ont rien à foutre des différences entre voiliers.
On peut être à côté d'un grand ketch flambant neuf avec son petit bateau qui fait pâle figure à côté et les contatcs s'établissent d'égal à égal.
En un mot, ils ont souvent le respect du navigateur avant celle du bateau.
En Belgique et en France....c'est pas la même chanson, hélas!

05 mar. 2006
0

Dans les mains d'un anglais ...
... même un moche bateau pourri devient charmant !

07 mar. 2006
0

Tout à fait d'accord sur les British...
Ils montrent la même énergie à aimer leur bateau et les autres marins que nous à juger ... les mêmes !!!

05 mar. 2006
0

J'arrive à 100M/jour !
Avec mon Cornu de 8,80 je m'offre des moyennes à 100/120M par jour. Royal ! Mais attention, faut pas que le vent tombe, hein ! Si je descend en-dessous des 5 noeuds, c'est niqué. En gros, c'est souvent niqué sauf à mettre le moteur ...

Une fois, j'ai réussi à pousser la bête à presque 8 noeuds avec un plan d'eau plat, un vent parfait etc. J'hurlais de joie jusqu'à m'apercevoir qu'il y a un bon courant en entrant dans le Tage ... No comment !

J'ai relu Slocum récemment et il me semble qu'il n'avait rien à envier à nos moyennes actuelles.

Mon rêve, c'est une bourrique confortable qui me tire à 6 ou 7 noeuds de moyenne avec bon vent, qui mouline à 4 ou 5 noeuds avec vent faible ... et un bon moteur pour speeder si nécessaire.

J'ai le rêve raisonnable.

05 mar. 2006
0

Ca n'existe pas AMHA
Salut Ollie

En première approche, on peut estimer le potentiel de vitesse maximale d'un bateau à déplacement lourd sur base de sa longueur à la flottaison.

Vmax en noeuds = 1.35 x √longueur à la flottaison en pieds

Donc, pour un bateau avec une longueur à la flottaison de 36 pieds (plus ou moins 40 pieds de longueur hors tout), le potentiel de vitesse maximale est de 1.4 * 6 = 8.4 noeuds, soit 202 milles par jour.

Lorsque le bateau arrive à cette vitesse, les vagues qu'il génère font la longueur du bateau. Pour aller plus vite, le bateau doit monter sur sa propre vague, càd partir au planing, ce qui nécessite une énergie que seul des voiliers performants savent produire.

Je pense qu'un Freya 39, un bateau relativement lourd avec une longueur à la flottaison de 34 pieds, aura toutes les peine à faire 200 milles par jour.

Le chiffre de 1.4 a une signification scientifique assez claire. Cependant, les bateaux contemporains de course et de course croisière partent plus ou moins régulièrement au planning.

L'architecte Dave Gerr a développé une formule heuristique pour estimer la vitesse potentielle des monocoques cotemporains.

Le chiffre de 1.35 est remplacé par le ratio S/L qui dépend du ratio D/L déplacement-longueur:

D/L = (Déplacement en tonnes * 2204 / 2240)/(0.01 * Longueur à la flottaison en pieds)^3

S/L = 8.26 /(D/L)^0.311

Bateau lourd avec D/L de 300 =&gt S/L = 1.42
Course-croisière avec D/L de 200 =&gt S/L = 1.61
Open 60 avec D/L de 50 =&gt S/L = 2.5

Le record de distance sur 24 heures est détenu par l'anglais Alex Thomson, avec 469 milles. La formule de Dave Gerr donne 19.4 noeuds, soit 466 milles sur 24 heures.

Bien entendu, il s'agit ici de potentiel de vitesse hors surf et hors courant. Bien entendu, il s'agit d'une simplication. Bien entendu, maintenir ce potentiel sur 24 heures requiert des conditions météo exceptionnelles, un équipage en forme, de bonnes voile, une coque propre, etc.

Personnellement, j'estime la vitesse moyenne d'un bateau de croisère à 60-70% de son potentiel de vitesse maximum.

Alors 200 milles par jour pour une bateau de grande croisière, pour un budget relativement limité ... et bien bonne chance.

BAV

Francois

0

deja je pense
qu'en grande croisiere sous pilote et au portant 140milles par jour c'est pas mal!!!!

06 mar. 2006
0

Je signe des 2 mains
dans cette hypothèse !

0

totalement d'accord
personnellement, avec mes 10,5m à la flotaison, je compte 140 avec équipage et 120 en solitaire.

mais c'est AMHA bien sur

06 mar. 2006
0

Et
pour un cata, c'est quoi la formule??

Séb

06 mar. 2006
0

Pour les catas et autres multicoques
Bonjour Tamata,

Le design des monos me semble plus développé que celui des multis.

Je ne sais pas si ces formules peuvent s'appliquer tel quelles à des multis. En toute franchise, j'en doute un peu.

Tu es probablement mieux à meme de répondre à cette question que moi.

BAT,

Francois

07 mar. 2006
0

Encore plus rare,
que je ne le pensais ! je suis vraiment étonné qu'il n'y ai pas plus de candidats , surtout dans un pays qui est le plus gros exportateur de voiliers au monde et qui est bercé par les courses au large à haute vitesse. Pour répondre à François ( qui a envoyé; soit une facture d'impots,soit celle de la douane quand on a des arriéres d'octroi de mer ).Celui qui a ecrit que le "freya 39" est capable de parcourir 200 m c'est le skipper de Mahina cruising quelque chose et cette personne a une chié d'expérience et est tres respecté coté usa et canada donc je le crois - tout con-
quand je parle de 200 m/jour , ce n'est qu'un compte rond et mythique . 195 c'est ok ,205 l'est aussi. Par exemple je sais qu'un sun magic 44 meme mené par équipage ne les atteint pas .les bonnes conditions sont un vent régulier en force, un effet de vague et quand il y a du vent pendant un moment nait un courant de surface qui améliore bien les moyenne ; c'est compris dans le prix. je ne parle pas des super courants comme le gulf stream ou celui du Bresil du coté des Guyanes qui faussent les moyennes . Le but était de trouver des voiliers qui soient performant pour un enveloppe donnée .

07 mar. 2006
0

Ollie achete un plan Ollier
www.multihull.nl[...]cat.htm

Sinon il fait bien reconnaitre que les australiens sont plus portés sur la vitesse que nous, même si nous nous considérons comme des spécilistes dans ce domaine.

Si le Freya39 te plait pourquoi chercher ailleur ?

0

si on veux etre sur de faire 200 milles par jour
le trawler c'est pas mal!sinon moi je suis un epicurien j'aime pas forcer et abimer le matos ;-)

07 mar. 2006
0

jet service,
j'ai eu l'occasion de naviguer et aussi de le barrer - tres agreable - difficile de le ralentir en dessous de " 200" milles , donc hors sujet .

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Recouvrance, Portsmouth, commémoration Trafalgar, 2005, durant le feu d'artifices

Souvenir d'été

  • 4.5 (77)

Recouvrance, Portsmouth, commémoration Trafalgar, 2005, durant le feu d'artifices

novembre 2021