Interdiction du gasoil un jour ?

Petit sujet un peu polémique et anxiogène pour qui souhaite acquérir aujourd'hui un trawler par exemple...
On lit un peu partout des sujet concernant l'interdiction par certains pays des énergies fossiles.
Comme ici par exemple :
www.20minutes.fr[...]rnement
Les bateaux de plaisance (symboles de gaspillage suprême pour certains khmers verts) seront rapidement dans le collimateur.
Quid de toutes ces vedettes ou trawler motorisés qui sortent ?
Nous hésitions entre un fifty ou un trawler traditionnels à très faible puissance, mais n'est-ce pas risqué ?
Avec un budget contraint de retraité il serait illusoire d'imaginer un jour remotoriser en électrique avec une autonomie comparable à 1300 l de GO dans les soutes.
Quant à couvrir un joli bateau de panneaux solaires pour délivrer un demi-cheval en Bretagne Nord, il n'en est pas question....
Alors achat à proscrire si on veut garder son bateau plus de 25 ans ?

L'équipage
29 juil. 2020
29 juil. 2020
-2

La Religion Ecolo Politique en vogue va devoir faire face aux réalités du monde de la Physique et aux conséquences économiques.

2

Bravo outremer !
ça va bien avec l'expression "certains khmers verts"
Vous êtes pile-poil raccord !

Vous êtes aveugles et sourds ou quoi ?
Vous ne vivez pas sur la planète terre ???

29 juil. 2020
2

Et surtout aux lobbies qui détiennent le nerf de la guerre.

30 juil. 202030 juil. 2020
1

bonjour Rigil
Le sujet est d'importance et je me pose aussi la question, bien que ce soit trop tard (nous avons un petit pèche-promenade).

Il ne faut pas oublier l'importance de l'économie et de l'emploi. Ainsi certains veulent interdire les voitures de collection, mais le fait que ce secteur génère un chiffre d'affaire important et donc bcp d'emplois, il y a peu de chance que l'interdiction aboutisse. De plus, les kilomètres effectués par l'ensemble du parc de véhicules de collection représentent moins de 1% du parc automobile dans son ensemble, càd que la pollution générée par ces véhicules est négligeable.

Je pense de la même manière pour la plaisance en général et motonautisme en particulier : le chiffre d'affaire généré et important et que représente ce secteur en terme de pollution atmosphérique ?

Il est toutefois intéressant de remarquer les efforts faits pour moins polluer, efforts qui sont bien souvent anéantis par "le toujours plus". Ainsi, dans le monde automobile, on fait des moteurs qui polluent de moins en moins, mais les véhicules sont toujours plus gros, toujours plus lourds, toujours plus richement équipés, et cela annule les avancées sur la pollution. De plus, ces nouveaux véhicules sont difficilement réparables de par leur complexité à tout niveau et on s'oriente de plus en plus vers des véhicules à faible durée de vie/km. (Sans compter les véhicules sombres de plus en plus nombreux qui demandent la clim de manière soutenue...)

Pour ce qui est de l'électrique, on serait bien incapable à l'heure actuelle ou dans un proche avenir de fournir l'énergie nécessaire pour un parc automobile 100% électrique. Nous avons gaspillé l'énergie fossile et nous commençons à voir qu'elle n'est pas infinie ! D'où tous ces efforts pour polluer moins (réchauffement climatique), mais avec son corolaire de consommer moins de carburant ; c'est une obligation !

En ce qui concerne votre choix, un fifty pourrait se parer d'une vertu écologique avec ses voiles -comme l'hybride pour l'automobile- et serait mieux vu qu'un bateau 100% moteur. De plus, c'est tout de même bien sympa un fifty !

30 juil. 202030 juil. 2020
6

Nos chers "écolos" ont pleins d'idées, mis ils oublient un peu la réalité:
Aujourd'hui il préconisent la sortie du nucléaire (qui n'émet pas de CO2) mais ils oublient que si tous les français roulaient à l'électricité, on ne pourrait pas fournir assez et que dans beaucoup de pays (l'Allemagne, l'Inde, l'Australie ...) l'électricité est produite par le charbon ou ses dérivés.

30 juil. 202030 juil. 2020
4

Certes, on peut assimilé un groupe non défini « écolos » à UN argument débile, mais en vrai les positions sont plus variées et nuancées : entre les écolo anti-capitaliste et les écolo de gouvernement, un monde les sépare. Lisez la presse sérieuse, vous verrez que le mouvement écolo est un archipel et surement pas une seule île.

Typiquement sur la voiture, le consensus écolo me semble être de diminuer l'usage de la voiture, par l'augmentation du vélo, du train, etc. Par exemple dans ma communauté de commune, la moitié des déplacements voitures font moins de 4km, en terrain très plat (Nantes)… la marge de manœuvre est importante avant de s'écharper sur la voiture électrique.

Idem sur le chauffage : le consensus est de mettre le pognon d'abord dans l'isolation, ensuite on s'écharpe sur les chauffages électriques.

Vous voyez les divergences entre les écolos et les autres (qui d'ailleurs ?), perso je vois beaucoup de mesures de bon sens qui peuvent rassembler large, avant d'arriver sur les questions politiques clivantes.

1

Concernant le chauffage électrique (dont j'ai toujours été détracteur ;-) il faut se mettre à la page; dans une vraie maison isolée sérieusement, c'est à dire entre 15 et 20cm pour les murs et 30/40cm pour la toiture, sans ponts thermiques etc un chauffage aux sols, une chaudière électrique + pompe à chaleur consomme beaucoup, mais beaucoup moins qu'un chauffage classique, j'en ai été sidéré et depuis comprends très bien ces choix.

Les premières sources de consommation carburant sont les transports (tout véhicules terrestres aériens marins confondus) et le chauffage/climatisation.

On parle toujours du chauffage des habitations, mais les batiments des entreprises (généralement très mal isolés) sont un gouffre...

30 juil. 2020
0

J'ai l'impression que les écolos sont un peu moins véhéments face au nucléaire que par le passé.

30 juil. 2020
0

Surtout si l'on considère que Fukushima est dans l'émisphère Sud, on ne risque rien m.youtube.com[...]/watch et ça a un dea de géographie et des responsabilités politiques. . . Géant!

31 juil. 2020
4

Excuse moi mais Fukushima est au Japon et il a toujours été dans l'hémisphère nord

31 juil. 2020
0

A Kea
T'as pas vu que je me fichais de sa poire, dommage. J'ai aussi oublié de dire que DEA ça devait vouloir dire Diplôme d'Etudes Absurdes.

30 juil. 2020
-1

Certains se disent même écolo mais sont pro-nucléaires.... Tous n'ont pas bien compris la chose....

30 juil. 2020
6

Tout est une question de choisir son combat : si c'est lutté contre le réchauffement climatique avec le plus d'efficatité : c'est le tout électrique avec un usage massif du nucléaire.
Si on se dit que vivre sur une terre un peu plus chaude avec une montée des océans de quelques dizaines de metre n'est pas le plus gros problème mais sans déchet radioactif et sans avoir rasé ce qui reste de la forêt amazonienne pour arracher le peu qu'il reste de métaux rares pour le tout électrique : c'est un choix.

Le problème des Ecolos actuels c'est qu'ils prétendent pouvoir tout résoudre.

30 juil. 2020
2

Pro-nucléaire (enfin, "plutôt en faveur du nucléaire"), c'est mon cas.
Après, je n'ose pas me dire écolo, vu qu'écolo à mes yeux, ca veut souvent dire avoir de grandes idées, mais absolument aucun réalisme ni aucune suite dans les idées, à l'exception de quelques individus audacieux.

Pour l'interdiction du gasoil sur les bateaux :
- cela resterait difficile à réaliser, sachant que le gasoil n'est pas seulement efficace pour un bateau, mais c'est aussi un gage de sécurité.
- par contre, en cas d'interdiction massive sur le parc de véhicule, cela s'accompagnerait probablement d'une hausse des prix du gasoil
- et sur le parc de bateau, cela pourrait s'accompagner de mesures un peu plus drastiques au niveau des émissions polluantes ... Mais cela concerne plus généralement les moteurs neufs, non ?
- en tout cas, cela ne peut pas, en l'état des technologies actuelles, être replacé par l'électrique. Des bateaux électriques sont possibles, mais ils sont encore plus différents des vedettes actuelles que ne le seraient des fifty.

De mon point de vue (écolo réaliste), la disparition totale des hydrocarbure n'a pas de sens. Une raréfaction voir disparition des énergies fossiles est possible, mais le bio-carburant resterait une solution irremplaçable pour un certain nombre d'usages, et en particulier, les usages "off-grids", tels que les bateaux.

30 juil. 2020
0

Pour les trawlers le GNL est une solution à la sortie du GO
On parle aussi de batterie avec une capacité x10 vs Aujd d’ici 10 ans, mais ce sera cher, très cher!
Le GO d’ici 20 ans sera aussi très cher alors il faudra calculer, mais il est probable que:
1/ les trawlers de 20m avec 3000MN d’autonomie soit du domaine du passé
2/ l’énergie soit coûteuse et donc moins accessible... le coût de l’énergie actuellement est ce qui précipite notre civilisation et notre race vers sa perte! Ne pas reconnaître cela est faire preuve d’obscurantisme !!!

31 juil. 2020
1

Houlllla Cedric 1983, l'obscurantisme c'est d'abord d'affirmer des choses à l'emporte pièce qui s’appuient avant tout sur des croyances qu'elles soient personnelles ou autres...
Dire que la race humaine court à sa perte c'est aborder la problématique par le petit bout de la lorgnette...
Désolé, mais l'évolution de l'Homme fait que jamais on ne s'est autant préoccupé de l'avenir. Tout ce qui se passe actuellement démontre bien la prise de conscience des impacts de l'activité humaine sur la planète et les actions à prendre pour les réduire. Ce n'est certainement pas parfait, mais c'est plutôt réjouissant, non ?

Même cette fameuse crise Covid montre combien des décisions ont été prises justement pour protéger la vie : on est loin des grandes épidémies de peste où on mettait tout ça sur le dos de la religion... Même s'il y a eu qques couacs, force est de constater que les choses ont été prises à bras le corps pour protéger la population. On est loin de "la race humaine qui court à sa perte"

Par contre votre évocation du Gaz Naturel Liquéfié comme carburant est très intéressante vu que c'est un carburant qui est en grande quantité et existera encore quelque temps après le pétrole. Malheureusement son stockage -surtout pour des croisières au long cours- est problématique et couteux pour des petites unités.

30 juil. 2020
0

Je vous renvoie à cet article www.bateaux.com[...]il-2021

30 juil. 2020
1

Un 1er avril !

30 juil. 2020
0

Plus sérieusement, il est probable que les énergies fossiles soient abandonnées et Volvo Penta réfléchit déjà à la transition
www.boatindustry.fr[...]ue-2021

30 juil. 2020
1

Bonjour à tous.

J'ai un bateau à voile et j'ai aussi un moteur de 4 cv pour une question de sécurité.

Je fais partie des gens qui raisonnent avec leur coeur mais aussi avec une règle à calcul. Etant scientifique et me défiant de toute religion, je ne milite plus contre le nucléaire et encore moins contre la mise au point et l'utilisation des plantes génétiquement modifiées pour mieux utiliser l'eau et mieux résister à la sècheresse, pour mieux photo-synthétiser, pour être supplémentées en vitamines indispensables aux populations qui ne consomment que du riz par exemple, pour mieux résister à certaines maladies végétales spécifiques, pour mieux se défendre contre les ravageurs ... il n'y a pas que la résistance au glyphosate - n'écoutez pas Greenpeace - et lisez autre chose que Le Monde et la presse obscurantiste bobo-écolo. Bref, on peux être écolo et rationnel.

Mais revenons à nos moutons ... (à partir de 4 Bft n'est-ce pas ?) - Je suis un voileux qui s'accommode fort bien des pêches-promenades à moteur. Nous nous saluons aimablement. Tout le monde n'est pas obligé de faire de la voile.

Mais je détourne mon regard et je ne salue pas ceux que la vitesse et le bruit amusent. Ce ne sont pas des navigateurs. Leur comportement signifie "Regardez-moi ! C'est moi qui aie la plus grosse" - La plus grosse bedaine, évidement, je ne sous-entendais pas autre chose. Qu'avez-vous cru ?

Quel est l'intérêt de faire des vagues énormes ? Un intérêt intellectuel ? Esthétique ? Sportif ? On est loin de tout ceci.

L'énergie des vagues est effectivement une énergie renouvelable ... que l'on pourrait économiser en évitant justement de faire des grosses vagues.
Quel intérêt peut-on éprouver à faire autant de bruit ? Se faire entendre à des milles à la ronde, et pendant de longues minutes. C'est une atteinte évidente à la liberté d'autrui (on peut le dire plus vulgairement).

J'attends que l'on règlemente la vitesse et la puissance des (bateaux) moteurs de plaisance. Et que l'on sanctionne les contrevenants. La liberté de tous y gagnerait.
L'économie nationale n'en souffrirait pas non plus : elle se réorienterait vers la mise au point de moteurs plus silencieux, plus propres, plus sûr. Soucis écologique et développement économique ne sont pas antinomiques.

Bon vent !

e L'écologie (intelligente) opposée osé e Ce ne sont pas les - ceci n'est pas une question d'

30 juil. 2020
0

Dans mon message précédent, il faut évidemment ignorer la dernière ligne, séquelle de corrections du texte en cours de frappe

30 juil. 2020
0

Ma modeste contribution : pêcher un maximum en dérive et couper le moteur dès que possible , 20 l de carburant pour deux ou trois sorties journées (je n'ai pas de voile ) . Et si le gasoil est un jour interdit ,ben on verra ...

30 juil. 2020
1

Et s'il n'y a plus de fuel, nous, on sera les rois : on sait manier des voiles ;-)

30 juil. 2020
0

je vous conseille l'excellent livre de cyril Dion : DEMAIN
les solutions existent, des exemples d'entreprises incroyables comme Pochéco, des villes américaines qui ne produisent aucun déchet, etc... mais la révolution verte se fera que par des initiatives locales qui pourront espérons-le mailler progressivement notre territoire...

30 juil. 2020
0

Faudrait lire le texte avant de poster le lien Et de s’inquiéter pour rien :

« Un article du texte prévoit en effet «

la fin de la vente des voitures particulières et des véhicules utilitaires légers neufs

utilisant des énergies fossiles, d’ici à 2040 ».

Ça ne parle pas des trawlers et encore moins des trawlers d’occasion. A mon grand regret d’ailleurs mais les trawlers ne sont pas les pires.
Ça serait logique d’interdire les engins qui consomment de 30 à 3000 litres/ heure, plutôt que de vouloir passer de 130 à 110 sur autoroute pour économiser 1l au 100, mais la liberté des uns s’arrêtant ou commence celle des autres et ce n’est pas prêt d’arriver.

30 juil. 202030 juil. 2020
1

Un bon trawler, c'est 6 litres heure max à sa vitesse de carene (80 cv pour 11m) 1500 Mn d'autonomie.
Un mauvais, c'est un Swift "trawler 34 de 425 cv qui n'a de trawler que le nom....

30 juil. 2020
0

À une échelle différente de la notre, la question se pose pour le successeur de notre porte-avion, l'avenir du gasoil semblant être l'un des arguments d'une propulsion nucléaire :

« […] les militaires estimant que la disponibilité du gasoil allant diminuer sensiblement au cours des prochaines décennies en raison de l’essor dans la Marine marchande de combustibles plus vertueux pour l’environnement »

30 juil. 2020
3

je suis ce fil avec un grand intérêt ,n'étant plus tellement concerné puisque je ne suis plus actif
je vis au crochets de la société ,relativement confortablement ,pour combien de temps ?
2040 me parait une échéance peu envisageable .
donc en examinant tout ça comme un drone en survolant sans être concerné .
je crois que ça va se régler tout seul naturellement quand il n'y en a plus ,il n'y en a plus .
on ne polémiquera plus il faudra faire avec .
il faut donc s'y préparer depuis que l'on nous prévient ça devrait être fait depuis longtemps .
qui parle de race ,je vois plutôt la disparition des espèces qui n'ont plus de quoi vivre par l'envahissement de leurs territoires par l'homme 90% ne sont déjà plus là .
80% de l'humanité vit entre les deux tropiques ,que vas t'il se passer quand ils n'auront plus la place ,ni de quoi se nourrir .
je ne parle plus de plaisance ,de SUV,ni de véhicules hybrides ,tout ça va devenir obsolète d'un coup .
je ne suis pas alarmiste ,mais réaliste .
avant de brûler des tonnes de carburants fossiles pour votre plaisir ,pensez à vos enfants et petits enfants .
les énergies naturelles ont permis la conquète de monde par l'homme,j'espère qu'elle permettra sa survie .
quand le premier chemin de fer à roulé la population pensait que la fumée empoisonnait l'atmosphère
elle n'avait pas tord ,c'était le début .et ce n'est pas si vieux que ça .
alain

30 juil. 202030 juil. 2020
2

Alain, je ne sais pas d'où sortent tes données, pour ma part j'ai comme info que 40% de la population vit entre les tropiques, avec une projection à 40 ans qui porterait ce nombre à 50%.
Nous avons perdu non pas 90% mais 60% des animaux sauvages (source WWF)
Voilà, bon ca n'est certes pas réjouissant et ne change pas le fond de tes propos, mais le tableau est déjà assez noir, pas la peine de le noircir encore sous peine de perdre en crédibilité.

31 juil. 2020
2

tu oublies les insectes et les oiseaux
alain

30 juil. 2020
1

Mais enfin pourquoi se plaindre ainsi. Les voeux des écolos sont en pleine réalisation:
En ce moment les industries aéronautiques, automobiles, énergétiques, etc... sont en train de se ramasser de première, et une crise financière internationale majeure devrait suivre. Enfin encore plus de chômeurs, moins d'emplois, donc moins d'argent et moins d'achats donc au final moins d'énergie gaspillée.
La vie des jeunes va être vraiment formidable. Il vont pouvoir enfin respirer un air plus pur en dansant devant le buffet !!!

30 juil. 2020
1

ça ne leur fera pas de mal ,il y aura moins d'obèses ,moins de diabétiques et ils s'occuperont des choses essentielles.
c'est une révolution de la société qui s'annonce ..
s'il n'y a plus de charbon à mettre dans la chaudière ,elle s'arrête ..
d'autres civilisations avant la nôtre ont disparu en massacrant moins la planète que nous .
alain

30 juil. 202030 juil. 2020
1

Difficile de faire des prévisions, mais il est clair pour moi que les hydrocarbures fossiles vont aller en se raréfiant, et donc en s'enchérissant.

Les conséquences seront probablement multiples, à l'échelle de au moins une génération:

  • les usages non essentiels seront progressivement exclus, soit par le prix, soit par la règlementation.
  • les carburants seront progressivement réservés aux services publics, puis services d'urgence
  • les bio carburants deviendront progressivement plus importants, mais on sait déjà qu'ils ne pourront jamais suffire.
  • la pétrochimie deviendra prioritaire sur l'utilisation du pétrole en carburant
  • l'organisation de l'espace humain changera profondément avec l'inversion de la tendance du XXe siècle causée par la disponibilité de sources d'énergie quasi gratuites, à savoir l'éloignement des lieux de vie des lieux de travail
  • le travail à distance prendra une place grandissante, sans pouvoir devenir universel
  • il faudra trouver des sources d'énergie non basées sur le pétrole. Les énergies renouvelables vont continuer à s'amplifier. Le nucléaire, en particulier les centrales à sels fondus, connaitra un renouveau.
  • l'impact sur les loisirs, dont le nautisme, sera très profond, mais je suis incapable de l'anticiper concrètement. Il me semble cependant inévitable que l'utilisation du pétrole comme carburant dans le nautisme soit voué à disparaitre à l'échelle d'une génération.
  • la construction des bateaux en résine devra se réformer complètement, pour utiliser des sources de matières premières non fossiles. Pas facile.
  • Notre style de vie collectif en général va souffrir, avec des habitudes qui devront disparaître pour laisser place à d'autres, ce qui sera douloureux et générateur de troubles sociaux
  • les plus riches (au niveau collectif comme au niveau individuel) s'en sortiront mieux et pourront utiliser leurs richesses pour retarder ces effets, ou les atténuer. Surprise surprise! Au passage, je sais que je suis privilégié et que je fais partie de ces plus riches, avec une retraite proche quasi certaine

Voilà ce que dit ma boule de cristal, pas mal embrumée. et avec beaucoup d'incertitude sur le calendrier. En tous cas, nous avons intérêt à capeler nos longes, il va y avoir des remous!

30 juil. 2020
1

Je me fais exactement la même réflexion...
D'où ma question ; un petit trawler economique (6/7 litres/ heures,, mais à fonds perdu car invendable dans 15 ans) ou un fifty traditionnel ( 3,5 L/h) restant politiquement correct et adaptable aux technologies futures -mais moins confortable et manœuvrable...?

31 juil. 2020
4

"Notre style de vie collectif en général va souffrir, avec des habitudes qui devront disparaître pour laisser place à d'autres, ce qui sera douloureux et générateur de troubles sociaux"
C'est une vision très négative des choses. Il y a plein d'exemples de gens ayant pris le parti de vivre avec moins et qui semblent plutôt plus heureux avec cette nouvelle vie. C'est un point de vue biaisé que de croire que parce qu'on a tout aujourd'hui, le moins demain sera forcément "douloureux". Et vivre cette expérience c'est peut-être expérimenter tout le contraire, il suffit de le faire par choix et non par obligation.

31 juil. 2020
2

Pour appliquer ce que plein de gens ont fait (vivre avec moins) il faut de la réflexion.
Malheureusement, tout est fait en ce bas monde pour moins (mais vraiment moins) de réflexion.
Il faut à ce monde de la consommation, alors oui du négatif je peux t'en vendre un max.
En repartant de la base même, aider financièrement des parents à avoir un enfant ?
Le premier éveil de cet enfant (devant des écrans, eh oui mon bébé adore ça !!!) là, la génération d'avant est déjà ratée......je vais arrêter là car oui, je suis un vieux con et j'ai une vision très négative des choses.

31 juil. 2020
1

si le retour à la terre est nécessaire pour pouvoir s'alimenter (permaculture par exemple ) ça va poser un problème de surface ,le gâteau n'est pas extensible ,la mer c'est cuit il n'y a déjà presque plus de poissons et dans 20 ans il n'y en aura plus du tout à moins de faire de l'élevage avec les farines animales .
les serres chauffées pour produire des herzats de légumes et fruits ,y a plus .
un de nos anciens ministres à déjà franchi le pas avec sa famille et sa descendance .
mais les meilleurs survivront ce sera la sélection naturelle ...
alain

31 juil. 2020
1

Tu as raison c’est possible. Mais je suis pessimiste. Je crains que ce n’est pas ça qui va se passer pour le plus grand nombre

02 août 2020
1

Je crois que tu pêches par optimisme les populations préfèreront toujours l’énergie la moins chère. Et au vu des dernières données d’exploration le pétrole et le gaz en plusieurs dizaines d’années de réserve le peak oil est reporté bien loin

0

"la construction des bateaux en résine devra se réformer complètement, pour utiliser des sources de matières premières non fossiles. Pas facile."

C'est facile, il faut juste un peu de volonté et de courage.

Je ne parlerais pas du voilier en toile de jute bien connu, puisqu'il a été réalisé de façon artisanale et avec une résine classique mais du voilier de série (nouveauté 2020) réalisé par un chantier naval bien connu, avec des résines bio-sourcées et en tissus de lin français.

ce qui est réalisable pour un voilier peut l'être pour n'importe quel bateau, y compris un trawler !

0

@Arzak....."Je ne parlerais pas du voilier en toile de jute bien connu, puisqu'il a été réalisé de façon artisanale et avec une résine classique mais du voilier de série (nouveauté 2020) réalisé par un chantier naval bien connu, avec des résines bio-sourcées et en tissus de lin français.
ce qui est réalisable pour un voilier peut l'être pour n'importe quel bateau, y compris un trawler !"

Sans doute, mais je ne suis pas sûr que les actionnaires soient d'accord, sauf à démontrer que le gain sonnant et trébuchant soit semblable y compris en terme de rapidité du retour sur investissement!

30 juil. 2020
1

Bonsoir, oui je sais c'est un peu long,mais intéressant et ça permet de voir ce qui se prépare quoi qu'on en dise.

30 juil. 2020
30 juil. 2020
0

bon tant pis

31 juil. 2020
0

Cochise42, mets juste l'adresse du lien, on pourra peut-être la voir cette vidéo !

30 juil. 2020
2

@cochise ta vidéo est 'elle prémonitoire !

30 juil. 2020
1

Je crains qu'un jour prochain, on agisse avec le gazoil comme on a fait pour les antifoulings : tributylétain (TBT) interdit pour la plaisance, mais pas partout pour les navires de guerre ou de commerce.
Or qui se préoccupe de ces peintures de carènes qui, pour empêcher les algues et coquillages d’adhérer, libèrent toutes sortes de métaux lourds et toxiques. Lesquels, après avoir empoisonné les poissons, les coquillages, les coraux et les crustacés, iront se répandre un peu partout dans l’océan, sur les rivages et jusque dans nos lagons.

Qui s'indigne du fait que les plus gros navires du monde, les super-tankers et les porte-containers géants aux normes "Panamax" gros consommateurs de fuel lourd i.e brut, le plus polluant en émission de particules fines, s’ils naviguaient tous en même temps, pollueraient autant que toutes les automobiles du monde entier ?
Qui a conscience que ces léviathans des océans, aux nouvelles normes depuis l’élargissement du canal, sont mus par des hélices multi-pales démesurées qui massacrent les dauphins venus jouer autour, attirés puis aspirés par les tourbillons.

Or sans ces navires, plus de jouets numériques, plus de fringues mode, plus de scooters ni de bagnoles. Le transport maritime est le moins cher à l’heure actuelle pour les pondéreux comme pour les objets de consommation de masse entre les zones de production et les pays de consommation.
Seules des colonnes de chars à bœufs seraient plus économiques. Mais pas du tout écologiques. Puisque les flatulences de ces herbivores détruiraient la couche d’ozone, du moins d’après ceux qui en tiennent une (de couche)

Il faut être réalistes : voileux et motoreux ne sont rien du tout comparés aux flux financiers générés par ces navires dont les mouvements constitunt l'ossature et le système sanguin de l'économie mondiale.
Puisqu'il faut désigner un coupable à la pollution des mers, les plaisanciers (enviés par ailleurs) font un bouc émissaire parfait.
En polynésie c'est déjà commencé. Les autorités se targuent de recevoir à nouveau des unités de prestige après avoir pris des décrets pour faire dégager les voileux pollueurs et responsables de la crise.

31 juil. 202031 juil. 2020
2

@Viktor bis
C'est exactement contre ton type de discours qu'il faut lutter pour faire avancer les choses. À force d'attendre que les autres soient irréprochables avant de lever le petit doigt, rien ne va jamais changer. Pour améliorer les choses, chacun doit d'abord s'occuper de sa propre personne et essayer de changer les choses à son échelle, sans que cela ne lui soit imposé par qui que ce soit, le bon sens fait le reste.
Et ça répond de fait à ta problématique, car si "moins de jouets numériques, moins de fringues mode, moins de scooters ou de bagnoles" (j'ai remplacé le "plus" par "moins", le tout est de rester raisonnable), l'effet de levier pour diminuer le transport maritime polluant (et le transport en général d'ailleurs) sera atteint.

01 août 2020
0

@ Audio Jam _"C'est exactement contre ton type de discours qu'il faut lutter pour faire avancer les choses." _

C'est exactement ce que disaient les communistes il y a 50 ans avant de s'adapter aux réalités du capitalisme.
Leurs héritiers spirituels (bien que dépourvus d'humour) se fourvoient de la même manière.
Les géants comme la Chine ou les USA ne réduiront jamais leur production et leur diffusion.
Et aller parler de décroissance à tous les peuples qui aspirent à la consommation...

31 juil. 202031 juil. 2020
1

le chat il s'en fout si ça caille et qu'il n'a plus de gasoil pour sa chaudière il a les poils qui poussent en hiver ! mais nous dans 25 ans sans gasoil comment on fait ? au lieu de s'étendre sur la décadence de nos sociétés on ferait bien de trouver une solution et vite !

peut-on faire tourner un Renault Couach avec un réservoir de chaleur humaine, des éclats de rire à l'admission d'air et un plein de dérision pour lubrifier la machine ?

31 juil. 202031 juil. 2020
3

le plus drole c'est que tout le monde au presque tape sur les écolos et individuellement chaqu'un d'autre nous ce dit "plus écolo que moi tu meurt " ..

par contre pour revenir au sujet une chose parait contradictoire montant de"retraite étriqué " et bateau a moteur ..j'aurais tendance plutot à penser voilier .

et avec un sourire je rajoute que le monde nautique est le parfait exemple de l'anti ecolo ,c'est une absurdité ...avoir un bateau qui ne sert pas beaucoup plus d'une semaine par an en moyenne est la plus grande absurdité du gaspillage des ressources ,construction du bateau ,des marinas et tout ce qui s'en suit ... c'est du delire d'une sociéte materialiste

31 juil. 2020
0

Oui Calypso2, ça interpelle.
Mais dans la nature, que penser de certains papillons, dont le développement fait appel à toute la merveille et la complexité de la nature (oeuf, larve (chenille), chrysalide et enfin papillon) tout cela pour qques jours de durée de vie adulte.
On pourrait se poser la question pourquoi une telle énergie pour seulement qques jours en tant qu'adulte ? N'est ce pas aussi insensé que ce que vous décrivez par rapport aux bateaux ?

Certes l'impact n'est pas le même, mais dans la démarche, n'est ce pas un peu pareil ?

31 juil. 2020
2

Toutes vos interventions sont passionnantes.

Je continue.

La voile sans moteur ?

D’autres y arrivent.

Juste un exemple : en vacances à Cuba (en vélo …) en octobre 2013, nous avons visité la Cienaga de Zapata, sur la côte sud au sud-est de la Havane. C’est un grand parc naturel qui inclut la mer alentour et ses multiples îles. A Cuba quand on protège, on protège : les moteurs de bateau sont INTERDITS. Tous les matins, au soleil levant de nombreuses barques quittaient Playa Larga, à la rame – la mer était calme. Et vers midi, après la pêche, tout le monde rentrait à la voile. Des voiles de toute sortes, de bric et de broc – nous avons même la photo d’une voile constituée d’un rideau de douche à fleurs du plus bel effet. Place à la créativité, au réemploi … L’authenticité, mais la vraie.
Comme nous logions chez les habitants, nous avions une assez bonne vision de leur vécu quotidien. Bien sûr, tout n'est pas rose à Cuba mais ces marins sans moteur n’avaient pas l’air de s’en porter plus mal. Ils rentraient peinards, bien assis à l’arrière de leur barque en orientant leur voile, sans effort, avec du poisson et avec un large sourire. Si concernant la voile, c’est ce type de société de « pénurie » qui nous attend, cela me va.

01 août 2020
1

Mes grands parents étaient tous agriculteurs, la génération d'avant où il y avait des pécheurs (voileux) étaient tous mort soit en mer (grande pêche) ou comme les grands oncles morts à la guerre.
Si concernant la voile, c’est ce type de société de « pénurie » qui nous attend, cela me va pas du tout.

01 août 2020
0

putaing , le pays du cat boat ....
alain

1

Il y a 1 siècle c'est comme ça que se pratiquait la pêche côtière en méditerranée : départ avant le jour avec la brise de terre et retour avec la brise de mer, mais il y avait du poisson en abondance

1

Magnifique la voile en rideau de douche !!!
;-)

31 juil. 2020
5

Bonjour, oui un peu de retard, mais voici le lien.

Saltuations

31 juil. 2020
0

Merci beaucoup. Je viens de regarder. A voir en entier. Très très bien

31 juil. 2020
0

Merci Cochise pour ton entêtement. Effectivement, ça vaut vraiment la peine : c'est une pépite !
J'ai particulièrement aimé le passage sur les matières premières qui ne sont jamais intégrées dans les "amortissements", où encore le peak oil qui est déjà passé depuis longtemps...

Limpide :-)

01 août 2020
0

@ San Marco : les matières premières non intégrées dans les amortissemments, évidemment car ce sont soit des consommables à court terme soit des stocks à moyen terme. Alors que les amortissements se calculent sur des immobilisations corporelles (bâtiments, terrains, machines) ou incorporelles (brevets, licences logiciels, points de vente, contrats)
Autrefois, on enseignait ça pour le CAP d'aide comptable ! !

Sinon j'ai une anecdote vécue pour relativiser l'idée qu'on se fait de la gestion des ressources.
A Taiarapu, Taravao et grosso modo une bonne partie de la presqu'île, pour l'équivalent de 20€/an on dispose d'eau en quantité illimitée.
On est même encouragé à en utiliser le plus possible car autrement les ruisseaux débordent, érodent le volcan, les alluvions marronnasses troublent le lagon et ça fait fuir les poissons.
Je me souviens d'une péche au caillou à Tautira où j'avais sympathisé avec un touriste diplomate saoudien qui parlait un anglais parfait mais un très mauvais français.

Il était atterré du gaspillage d'eau, voyant dans les jardins les gens qui s'aspergeaient tout l'après-midi et une partie de la soirée, ne coupant le robinet que pour aller dormir à cause du bruit.
"Imagine un Tahitien,lui dis-je, qui débarque dans ton pays. Que penserait-il de gens qui se fournissent en carburant quasiment gratuit pour des véhicules qui consomment 10 ou 15 gallons (parfois plus) aux 100KM ?
Il avait étudié à la business school de Harvard, mais on ne lui avait jamais présenté l'économie de la sorte. ;-)

01 août 2020
0

Viktor bis : c'est bien là le problème ! une machine s'use et on prévoit son remplacement. Cette démarche contribue à la pérennité de l'entreprise.
Et pour les matières premières, il n'y a rien. C'est pourtant une des données fondamentales de l'équation pour un avenir économiquement vivable !

31 juil. 2020
0

Merci Cochise

01 août 2020
0

Toutes les vidéos de Jean-Marc Jancovici sont intéressantes. Je recommande en particulier son cours sur l’énergie à l’Ecole des Mines:

jancovici.com[...]n-2019/

01 août 2020
0

Bonjour à tous, content que vous ayez trouvé cette vidéo intéressante, celà dit, ça s'annonce mal pour les années à venir.

A+

01 août 2020
2

C'est effectivement le problème de cette conférence faite par un polytechnicien écolo mais lucide (espèce rare) s'adressant à une génération montante: Il décrit des réalités que tout le monde devrait connaitre, écolos rêveurs compris, mais ne fournit aucune perspective positive à son jeune auditoire, alors qu'il dit lui même qu'il à des enfants du même âge (pauvres enfants) !!!!!. Le pire n'est jamais certain et la vie est bâtie sur l'espoir. Les jeunes veulent vivre et rejettent les pensées terroristes, comme ils le rappellent aux jeunes vieux C... obsédés du confinement, qui nous gouvernent, en s'amusant sur les plages de France.

01 août 2020
2

par contre ce qui est une certitude toujours et constamment observé c'est que le futur plus ou moins eloigné que l'on imagine aujourd'hui ne se realise jamais . Simplement parce que l'histoire nous apprends qu'il y a et aura toujours un evenement ou des evenements totalement imprevu et inimaginable presentement.
Exemple qui pouvait prévoir au 31 decembre 2019 ce qui s'est passé au debut de cette année avec le virus? c'est toujours ainsi ;on se projete a partir de nos parametres que l'on dispose mais il y a toujours des imprevus (que l'on ne peu prevoir) qui fait que le chemin que l'on croyait certain est devié ,change de direction .

Et il en sera de m^me pour toutes les certitudes annoncées avec forces conviction ..Le futur sera different de ce que l'on annonce : en mieux ,en pire en autrement mais il ne sera pas ce que l'on prense qu'il sera ..

01 août 202001 août 2020
0

"ça s'annonce mal pour les années à venir"

Oui, et ce n'est que le prénom...
D'où le titre de ce fil. En fait l'interdiction au carburant à une partie de la population et industries du fait de la pénurie du pétrole.
Le sujet majeur étant "que se passera t il lors de la pénurie de pétrole" ? (annoncée au pire en 2020 et au mieux en 2025 par JM Jancovici.

Il y aura bien les biocarburants, mais d'après Jean Ziegler, ils sont un crime pour l'humanité. ça reste à voir, mais ça questionne beaucoup.

Ce que je trouve fou c'est qu'il y a urgence à approcher ces problèmes et leurs possibles solutions, mais on avance avec une lenteur déconcertante. Mais on avance. Gouverner c'est prévoir, mais actuellement, la prévision n'est pas (du tout) à l'ordre du jour.

@ outremer : il semble que dans d'autres videos et textes il y a des propositions. Bon on en connait certaines : moins consommer, isoler bcp mieux les habitations, faire des objets qui durent plus longtemp et réparables etc...

01 août 2020
-1

A noter que le réchauffement climatique permet d'accéder aux immenses richesses enfouies et fortement convoitées dans les régions pôlaires. Cela risque effectivement de chauffer mais avec une forte odeur de poudre. La conférence, très orientée, passe aussi sous silence la formidable capacité de la nature biologique à s'adapter très rapidement aux nouvelles situations, l'épigénétique étant tout aussi fondamentale que la génétique "officielle" réductrice. Dans tous les cas il faut bien que l'énergie excédentaire serve à quelque chose. Et enfin et surtout l'énergie émise par le Soleil suit un cycle.

-2

Les objets qui durent plus longtemps et réparables ne sont pas nécessairement la solution...
C'est un peu comme les énergies renouvelables : des vœux pieux, flatteurs pour l'ego de ce qui les prononcent, mais pas plus.
Porsche a fait une étude sur le sujet il y a quelques années : la conclusion était qu'il n'y aurait personne pour acheter une voiture qui dure quarante ans : essayez de faire 500 km dans une 404, sans clim, sans boite auto et qui consomme 13 l/100 km et vous aurez compris !

2

peut être pas quarante ans mais....les emmenées au bout c'est déjà pas mal , plutôt que de mettre à la casse des objets qui fonctionnent, les donnés à ceux qui veulent bien les prendre...comme ce que tu te sépare et que tu mets dans la rue en écrivant servez- vous.

1

Heureusement que c'est l'exacte inverse dans la plaisance.
Dans la production actuelle, aucun bateau n'égale la qualité des belles constructions d'il y a 40 ans.
A part peut peut-être chez Alberg Rassy, et encore j'ai comparé les tous nouveaux avec mon Amphitrite de 43 ans, y'a pas photo !
Pour faire un TDM dans le confort et en toute sécurité je préfère mon vieux Wauquiez à un Oceanis de la même taille et a la même disposition CC.
Comme je préfère le confort d'une CX ou d'une 504 (qui avaient des sièges moelleux digne de ce nom) à celui bien raide d'une C5 ou d'une 508, mais c'est une autre histoire...
Bref, c'est rassurant de se dire qu'au moins en plaisance à voile, on fait dans le développement durable (voire le prix encore soutenu d'un Fisher ou d'un Nauticat de 1985 d'occasion...)

0

mon bateau à 52 ans et j'espere qu'il fetera un jour ses 100 ans (sans moi c'est certain)

0

Désolé Fregoli, mais tu as une opinion fausse d'une 404 !
Ca ne consomme pas 13l/100 à moins que tu fasses que des rallyes...

D'autre part, on peut vivre sans boite auto et sans clim, la preuve, je suis encore vivant, ma compagne aussi ... tout comme mon entourage.

Etre paresseux au point d'avoir besoin d'une boite automatique,
ça me sidère !

Etre "accro" à la clim, soit c'est par une "mode" déléitère soit par manque de réflexion, car dans une maison une voiture ou un bateau, si on utilise les bonne solutions (non énergivores) la climatisation est inutile.

01 août 2020
0

AICA - je partage entièrement ton avis - je ne crois pas "au bon vieux temps". Je n'envie pas la vie des nos grands parents paysans ou marins. Je donnais le témoignage de pêcheurs cubains qui ne sortent pas quand la mer est mauvaise et dont on sait que l'espérance de vie n'a rien envier à la nôtre (on sait que la santé des cubains est LA réussite du régime).
Ce fil de discussion parle de l'avenir, pas d'un passé qu'aucun intervenant n'a jusqu'à présent idéalisé.

01 août 2020
1

Quand on voit Hulot pleurer, parce qu'il a enfin compris que la transition ne peut pas se faire en 24h, et démissionner plutôt que de se servir de son maroquin de ministre pour essayer d'infléchir par petites touches la politique actuelle vers quelque chose de plus acceptable, on se dit que les écolos, ils ont encore du chemin à faire s'ils veulent peser.
Au Myanmar, ils n'ont pas de problème avec le carburant...

01 août 2020
1

difficile de faire un procès d'intentions à Hulot, on peut supposer que comme certains ministres démissionnaires il estime qu'il sera plus efficace hors d'un gouvernement ...

01 août 2020
0

cette conférence qui est très longue et concerne notre futur ,
je la résume dans mes interventions sur certains cas comme les déplacements inutiles en utilisant des énergies non renouvelables .
alain

01 août 2020
0

En tous cas le confinement a montré(chose qu'on savait déjà) qu'il était possible de continuer à travailler, certes pas tout le monde, avec le télétravail, qu'il n'était pas forcément obligatoire de se déplacer sur un meme lieu pour une réunion ou autre, et que donc nul besoin était de prendre l'avion à tout bout de champs ou la voiture..................

Bref la technologie permet bien des choses impossibles autrefois, le tout c'est de prendre conscience que l'énergie fossile est un stock limitée.
je pende qu'il faudrait vraiment mettre en place le passeport carbone, et en début d'année disposer d'un volume de carbone, quelque soit le mode de déplacement et ne pas toujours s'en remettre à celui qui a les moyens voyage et tant pis pour ceux que ne l'ont pas, ils peuvent rester chez eux et regarder la télévision et surfer (pas sur les vagues) mais sur le net.

Ce n'est que mon avis

A+

02 août 202002 août 2020
4

Je me répète, mais il existe un moyen simple de concilier notre passion pour les bateaux de voyage et la réduction de notre impact. La simplicité. Le décès de Larry Pardey est la bonne occasion de se rappeler de sa devise :"go small, go simple, go now". Quel meilleur exemple que quelqu'un qui a voyagé sans moteur en petit bateau?
La solution ne peut être dans plus (de règles, de nouveaux produits, de contraintes, de frais,...). La solution c'est moins. Si la solution est, comme dit mon pote sénégalais "un problème de blancs", elle ne vaut rien. La solution doit être simple et accessible à tout le Monde, quelque soit son pays, sa bourse ou sa couleur. Et ce ne peut pas être non plus du nivellement par le bas.
Facile à dire je sais. Et je n'ai pas non plus la solution.... J'essaie à mon petit niveau de faire au mieux, discrètement et simplement.

02 août 202002 août 2020
5

Soyons pragmatiques, quelque soit l’urgence de la situation, la quasi totalité de la population continuera à préférer utiliser l’énergie la moins chère à moins d’être masochiste ou militant ecolo pur et dur. Les combustibles fossiles ont donc encore un bel avenir devant eux. Il n’y a qu’a se rappeler la réaction face à la taxe carbone abandonnée suite au mouvement des bonnets rouges ce qui nous a coûté un bras, puis l’augmentation du go à l’origine du mouvement des gilets jaunes. Le paradoxe c’est l’ancien ministre de l’écologie promoteur de cette mesure qui a botté en touche et démissionné qui continue à caracoler dans les personnalités préférées des français. Mal barré nous sommes. Et c’est pas toujours la faute des politiques comme la majorité le pense ce qui est en fait une manière hypocrite et à la mode de se décharger de sa propre responsabilité individuelle sur le dos des gouvernants élus par une majorité de français. Pas de souci pour mon diesel de mon voilier avant quelques dizaines d’années.
Tiens prenons un simple exemple l’interdiction des moteurs HB deux temps en Europe. Réaction du consommateur rechercher les moteurs 2 temps d’occasion qui finissent par se vendre un peu en dessous du neuf! Exemple un 4cv Yamaha malta 550€ contre 650€ pour un 3,5cv 4temps Mercury neuf et encore moins pour un Parson. Cela parle plus que tous les discours.

3

les hydrocarbures on en trouvera encore ne serais-ce que sur les terres qui se libèrent des
glaces ,là n'est pas le problème ,plus on en brule et plus l'air devient irrespirable ,le co2 stocke la chaleur du soleil ,l'abscence des glaces qui renvoient les rayons du soleil dans l'atmosphère est remplacée par le bleu profond de la mer qui les absorbe .
le corail en disparaissant libère du co sans parler du reste ,la déforestation par exemple .
la conférence sur l'énergie est explicite ,évidement prêter l'attention pendant 2h sur un sujet que l'on préfère ignorer on a tendance à s'endormir ,alors qu'il faudrait se réveiller .
pourtant je ne devrais pas me sentir concerné mon espérance de vie est courte, mais les générations futures, vous ne serez plus là pour leur rendre des comptes ,ce sont eux qui règleront la facture .
alain

0

"Tiens prenons un simple exemple l’interdiction des moteurs HB deux temps en Europe"
Information complètement fausse !

Il existe des 2T à injection qui respectent les lois anti pollution, mais trop chers pour que la marge pour les distributeurs soit intéressante en Europe

0

Non C’est pas faux pour les moteurs d’annexe de 2 à 5 CV. C’est la même chose qu’une interdiction une norme trop sévère d’ou La surenchère sur les anciens moteurs 2 temps beaucoup moins lourds et quasi indestructibles. Pas sûr que le bilan qui oblige à renouveler le parc soit positif en bilan carbone je pencherai pour de l’obsolescence programmée peinte en vert....

6j
0

il y a peu d'années sciences et vie ou bien sciences et avenir (je ne sais plus) avait fait une analyse sur le gasoil ou l'essence. Il en était ressorti que le gasoil d'un moteur bien réglé polluait moins et consommait moins qu'un moteur à essence qui dégage lui aussi des micro particules mais à base de benzène, beaucoup plus dangereux.
la solution électrique est géniale pour ceux qui aiment les centrales nucléaires qu'on ne sait pas reconditionner proprement
La solution hydrogène serait géniales si on ne l'extrayait pas du pétrole

La solution ? le cheval, le vélo, ses jambes ou la voile aviron en bateau.

Une solution à base de panneaux solaires ou/ et éolienne pour transformer l'eau en hydrogène/oxygène serait géniale mais le rendement est horriblement faible.

1

bonjour
les vieux moteurs peuvent tourner à l'huile de friture usagé , l'été sans problémes , l'hiver avec systéme de réchauffage , avec bien sur décanteur et filtration améliorée

5

une solution interdire la bagnole ..on revient au velo ou a pieds et nous serons plus heureux ..quand je calcule les mois dans l'année que l'on doit travailler pour acheter et entretenir une voiture ,je croie là que l'on est tombé sur la tête ..voudrait mieux rester tranquille sous un pommier a l'ombre .
Et en plus 9 travailleurs sur 10 s'emm au boulot et font une déprime le dimanche soir ..

2

@Calypso, je ne voudrais pas apparaître comme un rabat joie, mais malheureusement cela ne résoudrait rien au problème (au sens où cela ne ferait rien gagner qui soit mesurable et qui ait un effet significatif).
La part la plus important des émissions de CO2 est liée à la croissance de la population mondiale (Chinoise, Indienne) qu'il faut bien loger, nourrir et chauffer. Ces pays construisent chaque jour de nouvelles centrales à charbon qui émettent de plus en plus de CO2. (cf www.planetoscope.com[...]re.html )

Le problème auquel nous faisons face, au niveau global, ne peut se résoudre avec la théorie du Colibri ou chacun fait sa part, c'est malheureusement un leurre qui donne bonne conscience, mais qui ne peut pas résoudre le problème.

0

mais bien sur que si ça resoudrait le probleme .. plus de bagnole , moins d'usine ,moins d'estraction de matiere premiere, moins de travaille , on pourrait passer au 28h par semaine , moins de consommation en tout genre , davantage de circuit court ..moins de routes et la liste est énorme ..terminé les grandes surface ...

les gens partiraient en vacances en tendem ..formidable pour la santé

1

malheureusement plus de temps libre pour se reproduire ...
donc c'est reparti pour un tour .
alain

0

@Fritz;
Ha ha ha !
Mais c'est qu'il ne pense qu'à ça !

0

Personne n'oblige à acheter une voiture. Un moyen de transport quel qu'il soit, répond à un besoin.
La vie, par définition c'est une agitation atomique et moléculaire avec consommation et dissipation d'énergie. Le chasseur cueilleur poursuivi par un grand carnassier n'était pas plus heureux que le pauvre OS emm.. par son contre-maitre. Tous les deux avaient ou ont une famille à faire survivre. Et les hormones de la reproduction sont plus fortes que la pensée écologiste malthusienne car super homme ou pas
NOTRE ADN VEUT SE PERENISER EN SE REPLIQUANT. Et même quand on sera, par la grâce écologique retombé au Zéro absolu, de l'ARN/ADN sera toujours présent prêt à remettre le couvert et nous condamner à l'enfer éternel de la vie biologique.

1

Eh, eh...
Mais dans cet "enfer éternel de la vie biologique" il y a bien heureusement quelques vrais moments de "Paradis sur terre" ;-)

-4

De toute façon la nature est bien faite... elle régulera
Une étude que j’ai lu ce we prévoyait une baisse de pouvoir d’achat de 10 à 50% en Europe à l’horizon 2040 en tenant compte de la crise du covid qui ne fait que débuter. Ce que l’on a vu chez les grec c’est du pipi de chat !
Pour l’instant on ne fait qu’en parler... ce sera pas pareil quand on va le vivre :-(

Seul l’Asie progressait en pouvoir d’achat avec + 250% (mais en partant de bien plus bas) et dépasserait le niveau de vie de l’Amérique du Nord
L’Afrique est la zone la plus touchée et devrait même voir sa population baisser d’ici 2040 (pas du fait de la natalité, mais de migrations de masse)

Pour moi se préoccuper de savoir avec quel carburant on naviguera demain est déplacé: si on a des rames ce sera déjà pas mal.
En attendant il faut sécuriser ses positions, et préparer les générations futurs... apprendre le chinois en fera parti!

0

@Cédric;
J'ai une vieille corde à la cave, si tu en as besoin pour abréger tes souffrances !
Je sais, je suis bon et altruiste !

Il faut arrêter de tout voir en noir, et tu auras beau apprendre le chinois, il n'est pas sur qu'ils t'acceptent chez eux !
motif du rejet de la demande;
défaitisme/dépression typiquement occidentalo-capitaliste !

Blague à part, ce projet de trawler devrait se tranformer en Fifty, et s'il est neuf pour être idéal en coque en tissus lin/résine bio-sourcée, à moteur hybride gasoil/électrique ou gnl/électrique au cas ou ?!
Voilà qui laisse pas mal de solutions pour rester mobile !
;-)

3

D'accord avec Juliusse, apprenons la modération et arrêtons le "toujours plus" : plus grand, plus gros, plus rapide, plus neuf, plus sophistiqué (cela vaut aussi pour les bateaux ;-)

Arrêtons d'être des veaux qui consomment parce qu'on nous fait croire que le bonheur est dans la consommation...

0

enfin une idée positive il était temps

4j
4

bah ! il y a longtemps qu'on connaît la solution mais que nos bien aimés chefs se gardent bien de le dire ! Faisons moins d'enfants pour commencer, au lieu de donner une prime à ceux qui se reproduisent collons leur une taxe ! l'état adorerait ça. Moins de gens, moins d'humains, moins de pollution. Facile non ?

0

Quelqu'un a déjà entendu parler d'un moteur pantone sur un bateau?(m.youtube.com[...]/watch

Sinon, concernant les problèmes écologiques actuels, j'ai beaucoup, beaucoup réfléchi à la question.

Le principal problème c'est qu'actuellement nous n'avons simplement aucune solution viable pour conserver nôtre mode de vie et sauver la planète. Le jour où quelqu'un trouvera la solution, alors ce sera sans doute bien plus simple (mais rien ne garanti que ce jour arrivera...)

conséquence de ce constat: s'il n'y a pas de solution universelle, tant que le voisin continue de polluer (de quelque manière que ce soit), je me doit de continuer, simplement pour ne pas me laisser dépasser, car on ne sait jamais, un jour le voisin pourrait devenir hostile.

J'ai un peu étudié l'histoire et la philosophie du droit, et je me suis toujours interrogé sur le fait que l'économie actuelle est basée sur la concurrence. Lorsqu'il y a compétition il y a un gagnant et un perdant...

Pour moi une société dans laquelle j'aurais envie de vivre devrait être organisée de manière à faire en sorte qu'il n'y ait pas de perdants, pas vous?
(Evidement dans un contexte concurrentiel comme le notre, le réflexe le plus naturel pour chacun est un repli individuel, pour justement eviter de se retrouver chez les "perdants". Ce réflexe est instinctif et est une sorte de simple instinct de survie, il provient simplement de l'environnement concurrentiel dans lequel on baigne depuis nôtre naissance.)

Mais j'ai été encore plus surpri de voir à quel point cette pensée de la concurrence et de la compétition est défendue par la plupart des intellectuels, pour ne pas dire l'ensemble.
J'ai donc fini par comprendre que lorsqu'on a sué toute sa vie pour grimper l'échelle sociale et l'échelle economique, on assoit sa position, en dépit du bon sens, par simple instinct de conservation. (Essayez d'expliquer à quelqu'un qui creuse dans son jardin depuis 40 ans pour trouver de l'or qu'il n'en trouvera pas, il ne sera tout simplement pas en mesure d'accepter le fait qu'il a mis tant d'energie dans une cause vaine, et il continuera, ne serait-ce que pour fuir la remise en question et le risque de se rendre compte qu'il s'est trompé tout ce temps. Et puis, surtout, une situation d"élite" c'est quand même confortable, et dans un monde concurrentiel, on a tout intérêt à conserver ses privilèges, sinon on se fais bouffer, c'est le principe.

Bref le monde est concurrentiel, et c'est bien ça le problème, à mon avis.

Pour en revenir à la question écologique:

Si une nation fait des efforts pour réduire don impact environnemental. Comme on ne connait pas de solutiin efficace, elle se crée elle-même un handicap vis à vis des autres, elle scie la branche sur laquelle elle est assise.

Elle pourrait peut-être le faire quand même pour au moins préserver l'environnement de son territoire, mais malheureusement la nature, elle, ne s'encombre pas de frontières et la pollution générée par le voisin a des impacts chez moi aussi.

On dit souvent que dans l'univers l'infiniment petit se retrouve dans l'infiniment grand. (Ou l'inverse... ou vice-versa :)

il faut donc s'intéresser aux similitudes d'échelles:

  • si aujourd'hui je vis dans 100m carré, pourquoi demain devrais-je me contenter de 50?
  • si ma compagne a une tablette, pourquoi n'en aurais-je pas une aussi? -si mon ami a changé de voiture, pourquoi ne pas en changer aussi?
  • si mes compatriotes ont des sèches-linges, pourquoi je devrais continuer de galérer avec ma corde a linge?
  • si le pays d'à côté a une flotte nucléaire, pourquoi pas nous?

Comme nous sommes conditionnés à être en permanence en concurrence (en particulier envers nous-mêmes), alors la tendance générale vas à la surenchère.

Ceux qui sortent du jeu par conviction le font par concurence idéologique (et les autres se moquent d'eux en se complaisant dans leur "supériorité")

En définitive, le problème environnemental est un problème global, donc il est à appréhender à toute échelle, c'est ce qui en fais sa complexité.

En attendant, la planète, la nature, la vie se meurent, sous nos yeux, de plus en plus vite...

Si nous voulons lutter contre ça, il faut changer nos habitudes au niveau individuel, oui.
Au niveau collectif, c'est certain.
Au niveau international, c'est obligatoire.

Sommes-nous en mesure actuellement de faire les changements nécessaires? Malheureusement j'en doute car il y aura toujours un connard pour se placer en situation de domination et entretenir l'effet de compétition (j'ai beau être un agneau qui ne rêve que d'amour ou de partage, le jour où mon voisin me menace, soit je l'affronte soit je me laisse marcher dessu...)

On peut faire des lois, on peut créer une morale culpabilisatrice envers les individus, on peut signer moult traités internationaux, tant qu'il y aura des acteurs au sein de chaque échelle qui ne jouerons pas le jeux, alors ça ne changera pas.

Par contre, la civilisation industrielle consumériste et concurentielle, qui est certes récente dans l'histoire humaine n'est pas éternelle. De nombreux signes montrent même qu'elle serait déjà en fin de vie (je vous invite à vous renseigner sur les travaux de c'est assez intéressant.)

De toute façon, n'importe qui qui nourrit une observation objective de nôtre monde ne peut -à mon avis- que se rendre compte que ça ne peut pas durer comme ça éternellement!

Du coup, malgré tout, je suis très optimiste quant à la survie de nôtre espèce et de la nature:

Si on avait expliqué aux romains que leur système d'eau de ville allait disparraitre pendant des siècles, ils ne l'auraient jamais cru! Pourtant c'est ce qui s'est produit.

En attendant l'invention miracle qui sauvera le système consumériste et industriel, la seule solution est donc une forme de modération de nos habitudes, de décroissance économique.

Si les gens n'arrivent pas à cette sagesse par eux-mêmes, la fin de cette civilisation les y contraindra, c'est simple.

Pour ma part, j'ai compris (comme de plus en plus de monde) qu'avec moins, je vis mieux, c'est paradoxal mais pourtant vrais, donc je suis serein :)

Pour conclure:

-La permaculture (ou du moins l'agriculture bio-intensive) permettrait largement de nourrir toute la planète (et même plus, études de l'INRA à l'appui), elle est juste intrinsèquement incompatible avec le modèle agricole industriel.

-Il est trop facile de culpabiliser les gens en leur disant que si tout le monde fait des efforts ça ira mieux, si on y regarde de plus près, on se rend compte que c'est même hypocryte car le conditionnement qu'on subit depuis notre naissance nous pousse à toujours en vouloir plus.

  • pour autant, être conscient des problèmes climatiques et continuer à gaspiller et poluer trop est inexcusable, c'est une question d'éthique personnelle (paradoxal non?)

  • parier sur la science pour decouvrir la prochaine technologie de rupture énergétique est à mon sens un coup de poker aussi osé que de faire tapis avec un 7 et un 2 en main: rien ne nous prouve qu'il existe des procédés exploitable à échéance pour y arriver (c'est un peu comme si on se mettait à stocker des graviers dans son jardin, en etant convaincu qu'un jour ils se changeront en or...)

  • un peu plus de philosophie et de réflexion sur le monde nous ferait le plus grand bien (mais comme beaucoup l'ont soulevé par les temps qui courrent c'est pas à l'odre du jour)

  • connaissez-vous le mouvement des utilitaristes anglais du 17e siècles (avec nos amis Hobbes et Locke)? Ils ont pourtant tranché une question fondamentale: quelle est le but de la vie? La recherche du bonheur. Et comment obtiens-ton le bonheur? Par l'accumulation de biens matériels. Élémentaire! Cztte pensée s'est si bien imposée qu'elle a en bonne partie conditionné la civilisation occidentale actuelle, avec le resultat que l'on connait. Interessant non?

  • et pour finir un peu d'honnêteté intellectuelle envers sois-même nous permettrait d'accepter et de rexonnaitre nos faiblesses, donc de mieux comprendre et accepter celles des autres, et de réaliser les biais de l'esprit qui nous poussent parfois à défendre des idées intrinsèquement bancales.

J'imagine que peu de monde auront lu ce roman, et je m'excuse de sa longueur, mais j'ai pris beaucoup de plaisir à l'écrire, et je vous souhaite une bonne soirée.

:)

2

en résumer :posons nous la question : quel sens à ma vie ? mon travail? mon travail consiste à faire quoi? ..s'il s'agit simplement d'accumuler des bien materiels ,de posséder toujours plus celà n'a aucun sens aucun interet .
on le voie bien dans nos chers bateaux : toujours plus: de guindeau, de propulseur du métre en plus, de l'eau chaude, de la clim etc etc ..ou est l'interet ? allé le lundi matin faire un boulot a la con pour pouvoir s'acheter tout ce fatrat ...
le monde a perdu la tête

0

Bel exposé Juetlo !
J'adhère à 100%

1

Juetlo écrit : "Bref le monde est concurrentiel, et c'est bien ça le problème, à mon avis."

Cette concurrence n'est-elle pas le fait même de la vie, de la nature ?

3j3j
0

Le monde est gouverné par l’intérêt individuel et parfois collectif quand ça sert les intérêts du plus grand nombre et permet d’éviter les révolutions (démocratie en politique, redistribution sociale ; optimum de pareto en économie..). L’altruisme qui consiste à s’imaginer à la place de l’autre qui est dans une situation peu enviable et que l’on aimerait pas pour soi pousse à tenter d’améliorer sa situation de manière désintéressée encore qu’endosser le costume de la bonne conscience ça vous élève socialement au dessus des minables égoïstes qui n’en font pas autant. Cela débouche sur une théorie du pouvoir qui appartient à celui qui donne le plus dans l’échange symbolique. Cf un certain docteur portant un sac de riz. C’est moralement très bien mais politiquement dangereux.

0

....."....endosser le costume (vert ?) de la bonne conscience ça vous élève socialement au dessus des minables égoïstes qui n’en font pas autant."...

Celle-là je l'aime bien, faudra que je la ressorte ! 😀

0

@San Marco:peut-être pas tant que ça (a voir les récentes découvertes sur l'intelligence et la communication végétale par exemple.) la symbiose marche aussi pas mal :)
par contre, tu a raison, il y a plein d'exemples concurrentiels, et ça fais avancer l'évolution car seul les plus adaptés survivent.

@Domde: si l'altruiste est sincère, alors ne préfère-tu pas te retrouver tributaire de cette personne plutôt que d'un arriviste égoïste?
Le pire étant celui de la seconde catégorie qui se fait passer pour quelqu'un de la première! Et malheureusement par les temps qui courrent il y a de plus en plus dd décideurs qui ont ce profil. La faute à la société de l'image, ou a la perte d'intérêt du peuple pour les questions de gouvernance? Hum...

Le pouvoir c'est encore une très très vaste question!

3j3j
0

Relire Nietzsche Marcel Mauss Rene Girard Deleuze Georges Bataille sur la théorie du potlatch.

0

Oui tu a raison sur ce point.

Comme disait Franck Herbert "ce n'est pas le pouvoir qui corromp l'esprit, c'est que le pouvoir attire le esprits corruptible"

Il n'y a pas d'altruisme désintéressé, car il y a au moins une envie profonde de se flatter sois-même...

Mais si justement on est assez honnête pour reconnaitre ces mécanismes chez soi, alors on peut le comprendre chez les autres, et l'accepter ou non.

Et sur le plan matériel, comme on vis dans un espace fini (la terre) et qu'aucune richesse ne se crée, elle s'echange simplement, alors la poursuite de la richesse amène forcément à l'appauvrissement de quelqu'un d'autre en bout de chaîne, et ce quelqu'un cherchera tout naturellemen à s'extraire de sa condition.

C'est cette fuite en avant de la production matérielle qui détruit nôtre planète.

Il faut certainement reconsidérer notre mode gouvernance, mais plus urgement encore nos modes de production, et donc de consommation.

A l'époque du neuro-marketting et alors que des cohortes de publicitaires passent leurs journées à nous créer de nouveaux besoins, il est illusoire de penser qu'un changement majeur du mode de consommation viendra des consommateurs assez vite pour changer la donne.
Soit il faut des entreprises plus vertueuses qui arrêtent de nous vendre du superflus (autant dire que c'est pas gagné), soit des decisions politiques majeures et radicales, donc soutenues massivement par le peuple, et ça non-plus c'est pas gagné.

Le brûlis consister à embraser un champ pour le rendre plus fertile. Espérons que lorsque l'incendie sera éteint notre société sera plus fertile aussi :)

en attendant on peux toujours balancer des sceau d'eaux, ça changera pas grand chose mais c'est mieux que rien, et ça appaise la conscience :)

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer