Tous les forums > La Taverne > Définition du hauturier
Missing
Solo ou pas

Définition du hauturier

La définition d'une navigation hauturière est un sujet intéressant. Je ne parle pas de la définition "officielle" qui ne prête pas à discutions mais de la définition personnelle.
Pour moi, une navigation semi hauturière est une navigation qui nécessite au moins une nuit en mer.
Une navigation hauturière est une navigation qui ne permet pas d'embarquer des prévisions météo indicative pour la durée de la navigation. C'est a dire au moins une semaine.
Et vous ?

mercredi 09 janvier 2019 08:54

Liste des contributions

Wild_bill
cowboy bebop

Tu redéfinis une notion géographique en une notion temporelle.
C'est pas possible

mercredi 09 janvier 2019 09:27
Duduche_akbar
Duduche Braz

Ce pourrait être la limite du plateau continental... mais pas en Méditerranée.
ou à partir du moment où on perd tout repère terrestre (sauf île isolée)

mercredi 09 janvier 2019 09:37 *** Message modifié par son auteur ***
Missing
1
BWV 988

Ta définition du hauturier me parait assez juste, mais j’ajouterais qu'il y a différents niveau de difficulté dans la navigation hauturière.

Par exemple une navigation Brest/Irlande peut être plus ou moins considérée comme une navigation hauturière pas spécialement facile, du fait des courants, de la brume éventuelle, du trafic, etc, enfin c'est mon avis. Elle est par contre facile de part la longueur du trajet, les possibilités de repli, la proximité de secours éventuels, les liaisons vhf, bref on est pas tout seul.

A contrario une traversée du Pacifique est techniquement facile, mais elle est plus difficile de par la durée et l’isolement, il faut donc être totalement autonome parce qu’on est loin de tout pendant longtemps.

Les difficultés sont donc différentes et ne s'appréhendent pas de la même façon.

mercredi 09 janvier 2019 09:42 *** Message modifié par son auteur ***
2016-02-15_1134
Yves (.)

Pour aller de Concarneau à La Rochelle, par exemple, il faut au moins 24 heures quand tout va bien, et donc une nuit en mer, et pourtant, pour moi, ce n'est pas de la semi-hauturière (je n'emploie jamais ce terme) mais bien de la côtière alors qu'on peut se retrouver facilement à plus de 30 milles d'un abri et donc en décalage avec la définition officielle de nav côtière.

D'ailleurs, après réflexion, je ne me pose jamais la question de la nature d'une nav en ces termes.

A part la règlementation liée au delta côtière-hauturière, qu'est-ce que ces qualificatifs changent pour toi ?

mercredi 09 janvier 2019 09:41 *** Message modifié par son auteur ***
592982
trebor.n

Perso, j'ai en tête que la hauturière c'est une nav avec de la durée et surtout un risque de mauvaise condition de mer et vent sans possibilité de rejoindre un abris, ou d'avoir des secours rapidement. Mais une nav cotière peut en cas de très mauvais temps être plus dangereuse qu'une nav au large à cause des courants côtiers forts et des risques d’échouements.

mercredi 09 janvier 2019 09:44
P1050142
awa (ex PiR2Lune)

hauturier= au large =loin des côtes

il n'y a pas de notion de temps mais d'espace et la notion de sécurité n'est pas incluse

pour chaque type de navigation, il y a des degrés divers d'adaptation pour le bateau et son équipage,

pour la navigation hauturière, l'autonomie est l'élément principal et doit être la plus grande

pour la navigation côtière , elle est réduite au minimum indispensable

une nuit en mer ne peut qualifier une navigation hauturière

une traversée du golfe de Gascogne de Sein au cap Finistère est hauturière

Mais du Cap Finistère à Vigo, c'est du côtier, mais pour un Breton de Saint Malo, la navigation entreprise reste hauturière, loin de sa base

surtout s'il envisage ensuite de rejoindre, Madère, Les Canaries et les Antilles....

mercredi 09 janvier 2019 09:58 *** Message modifié par son auteur ***
P1030960
1
Flora :)

C'est cela... au large, comme disait Gliksman :

https://www.yachtsdupatrimoine.fr/produit/alain-gliksman-au-large/

mercredi 09 janvier 2019 10:51
Phare_madavoar
1
Madavoar

Ça doit être 6 miles d’un abri, puisque avec un bateau à moteur il faut le permis hauturier...réglementairement

mercredi 09 janvier 2019 10:52
Maido_2
Domde

Cela relève surtout de l'appréciation personnelle, quand je passe 24 heures et plus en mer c'est à dire une nuit et plus pour une traversée surtout en solo pour moi c'est du hauturier.
D'une autre manière l'obligation d'emporter une balise de détresse au delà de 60 miles d'un abri n'est pas si stupide pour définir l'hauturier comme à plus de 60 milles d'un abri.

L'impossibilité de réactualiser sa couverture meteo me parait être une définition floue, suffit d'avoir un tel satellite qui permet une réactualisation en plein milieu du Pacifique ou même un navtex pour ne jamais être en hauturier.

mercredi 09 janvier 2019 10:53
Missing
Solo ou pas

Merci pour vos interventions. Encore une fois je ne cherche pas à discuter de l'aspect réglementaire qui n'a pas à être discuté.
On est en taverne ici, c'est bien pour avoir des discussions de comptoir.
Donc, pour répondre à Yves, qu'est ce que ça change pour moi?
La préparation.
Je vois une différence importante au fait de partir avec des prévisions météo et les capter en mer.
Quand je traverse le Gascogne, j'attends une bonne couverture météo... et ça se passe bien.
Quand on ne peut pas disposer d'une couverture météo, il faut partir "dans de bonnes tendances"... et être prêt à faire face à ce que l'on va trouver. Dans ce cas, par exemple, j'emporte un peu d'avitaillement "non périssable" au cas ou.
Maintenant, j'avais oublié le cas des navigations "proche de la cote mais longue". S'il y a possibilité de replis, je les classes aussi dans du côtier. Sans possibilité de replis... ça ne doit pas être si fréquent.

mercredi 09 janvier 2019 12:40
Yintho_et_yangtho_2
yantho

Ne serait il pas souhaitable d'utiliser les mots adaptés au contexte ?
"Au large" : ce dont il est question ici et dans un autre fil...
"Hauturier" : lorsque le positionnement implique la mesure de la hauteur des astres, un peu obsolète j'en convient.
Tout se perd ma pauvre dame, même la précision!

mercredi 09 janvier 2019 13:53 *** Message modifié par son auteur ***
Avatar
Phil ose off

"hauturier", avant d'aller chercher trop loin, ne viendrait-il pas de "haute mer" ?

mercredi 09 janvier 2019 20:40
Yintho_et_yangtho_2
yantho

J'ai écris "obsolète".
La définition actuelle est bien cadrée sur le plan juridique international.
Je préfère parler de navigation "au large".

jeudi 10 janvier 2019 10:36
Avatar
Phil ose off

Bonjour,

Donc, si je comprends bien, traverser le Golf de Gascogne (Brest La Corogne) ne serait pas de la navigation hauturière ?

C'est un point de vue, une "définition personnelle" que je ne partage pas.

Mais pour autant, une navigation hauturière ne signifie pas devoir rencontrer du mauvais temps.
Il suffit de partir du bon endroit au bon moment pour arriver aux Antilles, et même en revenir, sans avoir à affronter du mauvais temps, ce qui n'empêche pas de s'y préparer, tout comme en côtier si on est en Méd avec une tornade qui passe.

https://www.youtube.com/watch?v=BCM3hWST7iY

mercredi 09 janvier 2019 14:54
Missing
jean-pauL 7158

""Avatar
Phil ose off

Bonjour,

Donc, si je comprends bien, traverser le Golf de Gascogne (Brest La Corogne) ne serait pas de la navigation hauturière ?

C'est un point de vue, une "définition personnelle" que je ne partage pas.

Mais pour autant, une navigation hauturière ne signifie pas devoir rencontrer du mauvais temps.
Il suffit de partir du bon endroit au bon moment pour arriver aux Antilles, et même en revenir, sans avoir à affronter du mauvais temps, ce qui n'empêche pas de s'y préparer, tout comme en côtier si on est en Méd avec une tornade qui passe.""

C'est n'importe quoi!

mercredi 09 janvier 2019 18:00 *** Message modifié par son auteur ***
Avatar
1
Phil ose off

Certainement parce que tu ne comprends pas ce que je dis.

Et d'un autre côté, c'est aussi bien que tu n'en dises pas plus, ça prouve également que tu n'as pas compris ce que disent les autres...

mercredi 09 janvier 2019 19:26
Missing
4
W de l 'Horn

Moi je suis plus terre à terre, c'est le cas de le dire.
S'il faut rentrer en soute plus d'1 cubi de 3 Rivières par équipier, c'est du hauturier.
Désolé, mais c'est mon unité de mesure, et elle est fiable

mercredi 09 janvier 2019 14:56
Missing
Gonio-Coque

Je suis d'accord avec toi. Quand je vais en Gallice, je débarque du train,je pousse mon caddie à Locmiquélic. Les rillettes de la charcuterie à droite en montant sont un must absolu, trois jours de frais deux jours de bouffe de cosmonaute. Trois bouteilles de rouge, on est pas à l'abri de calmes. Le plein de gaz oil est déjà fait cause prévention des bactéries mais je complète le niveau d'eau. Ensuite et seulement ensuite je prends la météo et si çà va je décolle. Si ça ne va pas je complète le niveau de rouge et de rillettes jusqu'à ce que ça aille.
Une nav qui se prépare en deux heures en traînant ne peut être qualifiée de hauturière.

mercredi 09 janvier 2019 21:14 *** Message modifié par son auteur ***
Avatar
1
totor

Je dirais
Côtier: en vue des côtes
Semi hauturier: à moins de 24 heures d'un abri
Hauturier: à plus de 24h d'un abri.

Mais c'est une définition personnelle, certains parlent bien de hauturier dès qu'ils n'ont plus pied! ( voir les Tabarly 2.0 sur YouTube... )

mercredi 09 janvier 2019 14:58
Img_0503
Sarkis

Je serais assez d'accord avec Totor, mais ne me demandez pas pourquoi.

mercredi 09 janvier 2019 15:20
2016-02-15_1134
1
Yves (.)

Sans te demander (respect absolu de la vie privée sur H&O) pourquoi tu es assez d'accord avec totor, peux-tu nous dire pourquoi faut pas te demander pourquoi ? :)

mercredi 09 janvier 2019 15:37 *** Message modifié par son auteur ***
Img_0503
1
Sarkis

Pour Yves:

Parce que je pense qu'une couverture météo correcte ne dépasse pas 48 heures (donc 24 heures + 24 heures) et qu'ensuite, si ça se gâte, il faut subir (et non plus gérer). De plus, 48 heures c'est 2 nuits de nav et si une nuit blanche reste supportable, la 2ème et les suivantes ne le sont plus si elles n'ont pas été anticipées (se forcer à dormir dans la journée même si on en a pas envie).
Pour mon propre cas, je fais une grande différence entre des traversées (je n'ai pas parler de navigations cotières longues) de 100 et de + de 200 milles.

mercredi 09 janvier 2019 17:52
Copie_de_croisi%c3%a8re_2009_073
Calypso2

pourquoi une nuit blanche ? nav en solo ?

mercredi 09 janvier 2019 20:02
Avatar
Phil ose off

Moi non plus...

24 heures d'un abri, à 5 Nds, ça fait 120 milles, mais si tu as perdu ton mât, ou déchirer les 2 voiles, et que tu n'as plus que 10 litres de gazole dans le réservoir...?

mercredi 09 janvier 2019 15:27
Avatar
Micmarin

Si on parle de ressenti, je me sens près des cotes pendant deux jours au moins après un départ. Parce qu'il y a la pêche à gérer, le balisage, le trafic... Et rebelotte en général 3 jours avant une arrivée. Parce que je commence à consulter les cartes de courant, parce que la pêche recommence, parce je calcule une ETA...

Entre les deux c'est la belle paix de la navigation au large.

Mais il faut vraiment partir au large. Quand je traverse la Mer du Nord de la Belgique aux Shetland je ne me sens pas vraiment au large. Trop de monde, platte-forme... pour cela. Mais ce n'est plus tout-à-fait du côtier non plus. Sans doute le semi-hauturier...

mercredi 09 janvier 2019 17:26
Prbw
Poisson rouge

Loin des côtes ? Hors des eaux territoriales ?
...
Pour moi, c'est quand on ne voit plus les côtes, la navigation hauturière. Ça commence plus tôt avec un petit bateau qui voit moins loin, qu'avec un gros qui est plus haut !

mercredi 09 janvier 2019 18:17
Wp_20180302_09_34_05_pro
skipperTramex

Poisson rouge, part avec de la brume
Pour ma part, une traversée du golfe de Gascogne est du semi-hauturier.

mercredi 09 janvier 2019 20:31
Avatar
Phil ose off

Tout est dit ici, ou presque...

https://www.mata-i-nautisme.fr/produit/la-navigation-hauturiere/

"La navigation hauturière commence quand la Terre et ses repères disparaissent derrière l’horizon et que l’on envisage de passer au minimum une nuit en mer."

ça correspond à ce que je ressens.

mercredi 09 janvier 2019 20:47
Avatar
Micmarin

Avec une définition pareille, on est vite en navigation hauturière ! Une nav Ostende - Douvres suffit!

mercredi 09 janvier 2019 21:02
Avatar
Phil ose off

Ostende - Douvres ? j'avoue ne pas bien connaitre, mais en regardant une carte, on n'est jamais à plus de 15 milles de la côte, si je vois bien.

Alors si la Terre disparaît à cette distance, c'est soit à cause du plat pays dont parle Jacques Brel, ou du brouillard fréquent dans ce coin ?

Bien sûr, en plein hiver, quand il fait à peine jour à 8 h et que la nuit est déjà là à 17 h, on aura du mal à faire ces 60 milles de jour, mais on verra toujours les lumières une fois le soleil couché, ou pas encore levé (surtout celles des cargos qui doivent être légion), mais à moins de partir en fin de journée, on n'aura pas passé une nuit en mer, au minimum.

Maintenant, s'il faut attendre 2 jours pour ne plus voir de balisage et devoir gérer le trafic, c'est que l'on ne doit pas s'éloigner très vite des côtes...
De même

mercredi 09 janvier 2019 22:51
Wild_bill
cowboy bebop

Vouloir donner une définition temporelle à une notion géographique... Les mots ont un sens.
Qu'on veuille définir la distance à laquelle on parle de hauturier, ok... Mais le temps ? Si on mélange temps et distance on doit alors aussi parler de vitesse?

jeudi 10 janvier 2019 10:09
Missing
Solo ou pas

Oui, je préfère une définition temporelle tout en respectant les avis contraires.
Un navire à moteur aura parcouru 60 milles en 4 heures. Est-on en navigation hauturière 4 heures après avoir largué les amarres ?
Chacun à droit d'avoir son avis. Pour moi, c'est non.

jeudi 10 janvier 2019 12:24
Wild_bill
cowboy bebop

ton moteur tombe en panne. Le bateau dérive. Alors la navigation devions hauturière.

Il ne s'agit pas de respect des avis, mais des définitions. Sinon on transforme les cm en bananes et les plans de licenciement deviennent des plans de sauvegarde de l'emploi... Les aveugles deviennent des mal voyants...

C'est une réflexion sans animosité. Simplement je pense qu'utiliser les bons mots à bon escient permet d'être correctement compris

jeudi 10 janvier 2019 12:50
Avatar
1
totor

Au contraire...
A moins de comparer à bateaux identiques, le facteur de référence reste le temps, à mon avis.

Pour un 12 mètres, on est en côtière entre Lorient et Groix.
En Tabur à godille, t'es limite en hauturier!

jeudi 10 janvier 2019 10:17
P1050142
awa (ex PiR2Lune)

les facteurs temps durée ou temps météo
n'ont rien à voir avec l'éloignement des côtes qui est la définition de hauturier

jeudi 10 janvier 2019 10:27
Missing
2
DomNomade

Puisque là est l'objet du fil, une tentative de définition =
Là où la côte est trop éloignée pour qu'on y trouve des diptères en copulation ?

jeudi 10 janvier 2019 11:28
2014-12-24_200924
targaz

encore un sujet sans fin,c'est comme la météo ou se trouve la frontiere entre le beau temps et le mauvais temps

jeudi 10 janvier 2019 12:36
Wp_20180302_09_34_05_pro
skipperTramex

Ciré ou maillot de bain

1 jour
Missing
W de l 'Horn

Je ne sais pas vous, mais je crois que tout est relatif, du moins pour moi.
Si on prend comme base un canot de 12 mètres, j'ai l'impression de ne faire que du semi-hauturier pour un Bretagne- Irlande ou un Marseille-Corse.
Par contre un Bretagne - Acores ou un Corse-Baléares devient de l' hauturier.
Mais sur un 9 mètres j'ai une impression d' hauturier dès le deuxième jour de mer .

jeudi 10 janvier 2019 12:50
Avatar
Phil ose off

Afin de corriger mes propres propos, lorsque je dis plus haut :

"Maintenant, s'il faut attendre 2 jours pour ne plus voir de balisage et devoir gérer le trafic, c'est que l'on ne doit pas s'éloigner très vite des côtes... "

j'avoue (sans honte...) que c'est faut si on part de Venise, Athènes, Istanbul...

Et pour ce qui est du "ressenti"... :

une fois, pour une traversée de Vieste (Italie) à l'île de Vis (Croatie), environ 70 milles, je me suis un peu senti en haute mer au milieu, d'autant plus que la météo nous avait obligés à partir en fin de journée, donc traversée de nuit et dans une mer un peu chaotique.

une autre fois, Céphalonie Syracuse, 260 milles, 50 heures dont 40 au moteur sur une mer d'huile, pas du tout la même impression.

jeudi 10 janvier 2019 13:38
Img_0016
okilebo

Le hauturier c'est quand on ne voit plus les côtes sinon c'est du cabotage.

2 jours
P1050142
awa (ex PiR2Lune)

c'est pas tout a fait vrai, il y a la notion d'autonomie et d'éloignement même si on voit la côte

passer le cap horn à vue c'est du cabotage, certes , mais c'est avant tout une navigation hauturière.

2 jours

Répondre

Pour participer aux forums, vous devez être inscrit et identifié

Vous identifier | Créer un compte matelot

Retour forums