Tous les forums > HEO Clubs > Feeling 44 DI : qui a navigué ? Qui connait ? Quelle raideur a la toile ?
Photo
grandyaka37

Feeling 44 DI : qui a navigué ? Qui connait ? Quelle raideur a la toile ?

Bonjour a tous. Je navigue actuellement sur mon Oceanis 423 Perf basé à Port Olona. Superbe bateau surtout après changement de mes voiles chez Tarot en 2017. Seulement voilà : a part Saint Martin au Sud et St Gilles au Nord ; les programmes de sortie au WE sont limités because 2,1 de TE
Je me décide a changer pour explorer Arz en Ré, Oleron, Les rias bretonnes, et beacher de temps en temps hors été à Houat Hoedic et autres plaisantes destination . Pas les moyens de m'offrir une coque a bouchain en Alu avec leurr stabilité de forme. Donc le Feeling 44 DI me tente bien en occas. Qui connais ? Je me pose des questions sur ses qualités marines : Raideur à la toile (évidemment c'est un DI intégral donc les 3 t de lest ne sont principalement pas dans la quille relevable mais centrée plus haut) . Je prendrais 25% de poids ( 2 t ) de plus vs l'Oceanis pour la même surface de voile +- 100 m2 . Quid de son Cap au près ... Gitard des 15 noeuds de vent avec sa coque en forme très ronde malgré que large ? Voilà les question que je me pause. Mon programme de Nav est côtier pour le moment mais transat dans 2 ans quand viendra la retraite
Merci pour vos réponses éventuelles.

lundi 04 février 2019 11:45

Liste des contributions

Francis-2
courtox56

Bonjour,
attention à ne pas tomber sur une "mauvaise" occasion
https://www.hisse-et-oh.com/forums/forums-techniques/messages/2029728-avis-sur-le-feeling-44-di


J'ai un Feeling 32DI. les performances au près sont venues après avoir augmenté la quête du gréement. Le pied de mât est fixe, dommage.

Puis en me faisant faire des voiles de belles formes dans un chouette tissus. En mer plate je il peut faire jeu égal avec un First 31,7. En mer formée le bateau descends sous le vent après chaque vague. Au travers, spi asymétrique c'est une bombe, au grand largue/vent arrière il me faudrait un spi symétrique pour tirer le poids.

Bonne raideur, il faut penser à bien régler la GV et prendre un ris assez rapidement à 15nds de vent.

Prudence pour se poser sur le sable. Les tubes de jaumière n'aiment pas les chocs et détestent les coups en latéral. Les mèches de safran peuvent aussi se tordre.

Le volume intérieur est énorme grâce à la brande largeur de ces bateaux.

Je n'ai passé que 4h par 15nds de vents sur un Feeling 44DI dans la baie de Quiberon, je ne peux pas en dire grand chose.

lundi 04 février 2019 13:46
Photo
grandyaka37

Merci Courtox . Je ne sais trop si on peut faire une homothétie entre un 32 DI et un 44 DI mais c'est tout de même des infos intéressantes. L'appendice du 44 DI avec un TE 2,45 m semble en proportion plus profond et vertical . ( TE 32 DI 1,7 m)

lundi 04 février 2019 14:47
Missing
44di

Bonjour,
Suis bien content que l’on parle du Feeling 44DI.
Je navigue sur un 44DI depuis trois ans dont un pour un tour de l’atlantique Qui s’est terminé en juin 2018.
C’est un bateau plutôt raide à la toile, tout dessus au prés avec 20 N ne pose aucun problème, la carène encaisse les surventes et les vagues plus fortes de façon étonnante.
J’ai pris une rafale à 43 N entre la Martinique et la Dominique,
deux ris et génois roulé moitié au prés bon plein, fort coup de gîte bien sûr mais rien d’affolant.
Je trouve le bateau facile à manœuvrer, toilé plus que raisonnable, moins de 100 m2
Question cap c’est très correct pour un dériveur, la qualité et le réglage des voiles sera primordial.
Le poids en ordre de marche, environ 11,5 T reste raisonnable pour un 44 ????.
Le bateau est confortable, les mouvements sont doux, je trouve les cabines arrières un peu étriquées pour cette taille.
Le bémol est sans aucun doute la manœuvrabilité au moteur, propulseur d’etrave et hélice à pas variable indispensable.
J’ai le premier mais pas la deuxième, j’y songe.
Suis a ta dispo pour + d’infos.

lundi 04 février 2019 16:46
Photo
grandyaka37

Merci 44 DI
Voilà qui me rassure. Des questions sur les safrans et sur la quille relevable.
- Safrans : Il y en a évidemment 2 et qui paraissent plutot trapus pour des questions d'échouage. Est ce que celà influence le comportement à la barre ? ( peu réactif et sensible ? tentation de départ au lof naviguant aux allures portantes ? )
Quille relevable:
- y a t il un systeme de bloquage quille relevée qui permet de garantir en navigation sur haut fond que la quille ne descend pas toute seule ( si legere fuite hydraulique )
- je suppose qu'il n'est sans doute pas possible de relever la quille en naviguant sous voile en dehors du vent arrière ( du aux forces de dérive ) Tu confirmes? Combien de temps et d'effort pour relever la quille ? ( j'ai lu que c'est un point de design que Alliaura a completement revu dans sa nouvelle version)
- Vois tu dans ce systeme de quille relevable un point important de fragilité ( en dehors évidemment du risque de talonnage ) ?
- A l'échouage , perçoit on la structure d ela coque qui travaille avec craquements, cloisons qui travillent , portes qui ne se ferment plus ... )
Merci par avance de tes réponses

lundi 04 février 2019 17:38
Missing
44di

Bon je va essayer de répondre à tout ça.
Les safrans, c’est vrai qu’ils sont petits, peut être à peine suffisants, cela dit le bateau n’est jamais passé sur sa barre, il est stable sur sa route, atlantique aller avec alizé 26 a 28N,
au pilote génois tangoné en ciseaux: aucun problème, 14 jours de traversée, j’observe simplement une petite mollesse dans les virements de bord et une lourdeur dans les manœuvres au moteur. Bien sûr on ne peut pas les rallonger, j’ai pensé peut être un jour.... les agrandir par l’arriere, possible pas possible???
La dérive, il faut déjà savoir que le constructeur écrit que le bateau ne doit pas naviguer dérive partiellement relevée car pesant 600 kgs elle participe à la stabilité, il y a deux systèmes de relevage, électro hydraulique et manuel hydraulique moyennant 100 coup de pompe pour un relevage total.
Le système est fiable mais il n’y a pas de sécurité dérive haute.
Pour ll’histoire de la stabilité, il faut en être conscient et ne pas faire n’importe quoi, et puis j’ai essayé au vent AR, ça n’aporte rien de probant. Si toutefois on devait toucher en marche avant’ il y a une sécurité genre pastille sur la pompe qui doit sauter.....par contre en marche arrière......prévoir quelques travaux.
Il faut surveiller le jeu de l’axe principal, pour ma part j’ai changé les étriers (d’origine en acier.....galva. Sic), ainsi que les cales latérales.
Échouage, le lest est constitué par une semelle en fonte, la bateau se pose en douceur stabilité par les deux safrans, sans aucun bruits ni autres problèmes. Ne pas oublier de relever l’echell De bain de ces dames. (Moi je saute).
Mon bateau est de 2003.
Voilà....autchoz?

lundi 04 février 2019 18:31
Photo
grandyaka37

Super retour d'expérience . Merci DD DI . Pas surpris de ce feed back sur les safrans. Les allonger par l'arriere , modifier, tout est possible mais pas simple surtout en amateur. JL Van den Hede l'a bien fait sur son feeling 1040 en 2015 et remporter l'Osiris 2016 sur la zone Atlantique mais c'était un seul safran allongé / remplacé chez Privilège Au Sables d'O , ex Chantier Feeling. Sur le 44 DI Il faudrait allonger les 2 mais la barre serait beaucoup plus lourde car ils ne dont pas profonds donc il faudrait aussi les compenser en ajoutant de la surface en avant de l'axe. Pas simple du tout. De toute façon au moteur ça ne changerait pas. Les 2 safrans etant desaxés par rapport à l'arbre d'hélice et de surcroit inclinés par rapport à la verticale , le flux propulsif de l'hélice ne les atteint pas à vitesse quasi nulle en marche arriere, quelle que soit leur taille. J'imagine que tu as pu rêver dans une manoeuvres délicates au port et par fort vent latéral d'un propulseur lateral de poupe comme on en voit sur les yachts moteurs.
Ce que tu rapportes sur la quille m'amene à une autre réflexion et une paire de questions.
La plupart des zones d'échouage sympas et sauvages en Atlantique sont maintenant interdites sur la bande des 300 m matérialisée par des kilometres de bouées jaunes. Les possibilités de beachage sont donc assez réduites en période estivale. ( Hors saison , le balisage jaune est enlevé à ma connaissence sur la plupart des plages ) . Donc j'imagine mouiller plus souvent qu'échouer. Comme j'aime bien la tranqulilité et que j'ai le gout du risque, j'esseye toujours de me rapprocher un max du nord en mouillage forain en ne gardant que 30 com sous ma quille de 2,1 m a marrée basse. Avec ton DI 44, peux tu t'autoriser à mouiller derive haute avec 1,2 m de fond a marée basse sans risquer que la quille ne descende toute seule dans la nuit ? De même au port , peux tu garder ta quille haute en permanence et la descendre seulement en Nav ? ( tous les ports n'offrent pas 2,4 m de profondeur à tous les catways)
Une autre question sur un autre aspect du F 44 DI ; quid des rangements? J'ai lu un post quelque part ou certains se plaignaient du manque de place : équipets , placards et coffres intérieurs, mais je ne me rappelle plus s'il s'agissait du 39 DI ou 44 DI ou du nouveau 44 DI 2018
Au passage ou se trouve ton bateau ?
Cordialement .

mardi 05 février 2019 08:58
Missing
44di

C'est un plaisir de discuter de ce bateau, je n'en ai pas une très grande expérience mais quand même 15000 milles dans le sillage, j'ai appris à lui faire totalement confiance.
J'ai pour habitude de me méfier des échouages dont je ne suis pas sur des fonds, je n'ai échouer que dans les endroits connus, un caillou mal placé, des trous, des bosses et apparaîtrons les problèmes que tu évoques: déformation coque, torsion, grincements etc.... par contre quel plaisir de mouiller dans 1 m d'eau, vas y que je te grattouille la coque,
l'hélice.
Je n'ai pas encore de place de port définitive, mais je peux le laisser à HENNEBONT, à marée basse basse il ne reste que 1.5 m d'eau, par sécurité je remonte totalement la dérive parfois pendant 1 mois, vu son poid elle descend sans problème.
Il faut environ 1.30 minutes pour la remonter en électrique (moteur tournant), mais de toute façon il faut terminer en manuel par une dizaine de coup de pompe, je pense que le vérin doit être un peu juste ou le débit de la pompe peut être mal réglé? En manuel je le fait de temps en temps pour faire fonctionner, j'ai pas trop idée mais surement un bon 10 mn.
Pour les manœuvres de port il faut bien sur ANTICIPER, surtout avec du vent, cependant il n'a pas beaucoup de fardage. même en solo je n'ai jamais eu de vrai problème.
Mon bateau est un quatre cabines dont une consacrée au local technique (un joyeux bordel....), les rangements dans le carré et cabine avant me semblent largement suffisants, même en grande croisière, par contre insuffisants dans les cabines arrière, c'est perfectible. (Yaka, faucon).
actuellement ZEN (c'est son nom) est au sec à Vannes.

Si des fois tu passes par là...

mardi 05 février 2019 12:31
Photo
grandyaka37

OK. Donc mouillage quille relevée sans problème ni risque qu'elle descende toute seule et se vrille à marée basse; C'est bien ce qe je voulais savoir. Je serais très heureux si tu pouvais me consacrer une heure un ce prochain WE. Comme par hasard je suis originaire de Vannes ( actuellement entre Tours et Port Olona) , mon père y vis encore que je visite tous les mois et mon précédent bateau Dufour 31 était mouillé sur le chenal de l'Angle ( Port Anna) et hiverné chez Caudard. Donc un petit RV serait bien venu, sans abuszer de ton temps. Je commence à discutter sur 2 occas de 44 DI avec un broaker mais les bateaux sont visibles l'un en Espagne l'autre dans le Solent. Je préfèrerais être sûr de mon choix avant de faire le déplacement.
Herve

mardi 05 février 2019 14:51
Missing
44di

Également au chantier Caudard. J’y suis généralement le samedi matin. Au bureau, Tu demande Michel du bateau ZEN. Si tu me donnes une date j’y serai.
Michel.

mardi 05 février 2019 21:09
Photo
grandyaka37

Merci . J'y serai le 16 Fev. Est ce que celà te conviendrait ? Si oui plutot fin de matinée
Par ailleurs je vois sur le fil du club Heo consacré à: "Deriveur" tout un échange sur la quille relevable des Feeling 36 DI : l'un a perdu sa quille en navigation, l'autre l'a bloquée plusieurs fois en position relevée et a du gruter pour la décoincer , tous mentionnent le bruits " klong klong" que fait la quille basse quand non sollicitée par un effort de dérive : avec un peu de roulis soit au vent arrierre soit au mouillage. Fais tu aussi ce constat ( jeu et bruit) ou la quille se fait elle oublier sauf bien sur au moment ou on doit la maneuvrer ?
Amicalement
Ps : je ne sais s'il est possible de poursuivre une conversation privée et se communiquer son adresse mail perso sur le fil d'un forum. Notre RV privé ne doit pas intéresser tout le monde

mercredi 06 février 2019 09:06
Missing
(craintdegun)

vous pouvez vous envoyer des mails perso en passant par le login 44di

mercredi 06 février 2019 12:54
Photo
grandyaka37

Merci Xavier.
Très utile de savoir envoyer un mail sans passer par le fil d'un forum
Bien cordialement
Herve

mercredi 06 février 2019 14:06
Missing
44di

C’est noté pour le 16.02, fin de matinée.
Aucun risque de perdre la dérive, elle est traversée par un axe en inox de 30 mm. Il y a effectivement des cognements sourds dans les coup de roulis que l’on remarque seulement si on y prête attention. Je suis en train de résoudre ce désagrément en changeant les cales de jeu lateral, actuellement il a environ 8 mm au total, vu le poids c’est trop je pense réduire ce jeu à 3 mm.
À très bientôt.
Michel.

mercredi 06 février 2019 22:19

Répondre

Pour participer aux forums, vous devez être inscrit et identifié

Vous identifier | Créer un compte matelot

Retour forums