Tous les forums > Forums techniques > La foudre en mer
---

La foudre en mer

Ici un document intéressant:

ftp://ftp.espci.fr/incoming/parodi/M%E9t%E9o/foudre-178-p25.pdf

______________________________________________
Connaissant la densité de foudroiement d'une région, on peut évaluer la probabilité de foudroiement d'un objet par une méthode simple basée sur le modèle électrogéométrique. Pour ce faire, on détermine pour un objet saillant quelconque (bâtiment, arbre, paratonnerre, et pour ce qui nous intéresse ici, mât d'un bateau) sa « surface équivalente de capture ». Cette surface est définie comme la surface d'un sol plan qui aurait la même probabilité de foudroiement que l'objet en question. Connaissant la densité de foudroiement locale, exprimée en nombre d'impacts par kilomètre carré et par an, le foudroiement de la surface équivalente, et donc de l'objet, s'en déduit par simple proportionnalité.
Dans le cas d'une tige verticale de hauteur H au-dessus du sol, la surface équivalente de capture est un cercle dont le rayon vaut trois fois la hauteur de la tige. Certains spécialistes préconisent de retenir pour ce calcul un rayon de deux fois la hauteur, mais il est clair qu'en prenant trois, on obtient une valeur conservatoire du risque de foudroiement.
Appliquons cette formule au cas d'un mât de bateau, qui aurait une hauteur de 15 mètres au-dessus du plan d'eau. On obtient une surface
équivalente de 6362 mètres carrés, ou 0,0064 kilomètre carré. Si maintenant nous supposons que le bateau se trouve dans une zone en mer où
la densité de foudroiement est de 3 coups de foudre par kilomètre carré et par an, nous obtenons une probabilité de foudroiement de 0,0064 x 3 = 0, 02 soit une fois tous les 50 ans. Mais, comme de plus ce bateau ne sera pas occupé en permanence pendant la saison orageuse, les
occupants éventuels encourent un risque encore bien moindre.
Si, maintenant, nous prenons l'hypothèse de deux fois la hauteur du mât, comme le préconisent certains, avec une densité de 2 coups par km' et
par an, la probabilité de foudroiement tombe alors à 0,006, soit une fois tous les 170 ans.
La réalité est certainement encadrée par ces deux probabilités. Ces exemples numériques mettent ainsi clairement en évidence pourquoi les
accidents de mer dus à la foudre sont en fait relativement rares.

samedi 12 janvier 2008 14:40

Liste des contributions

Missing
FrancoisUbik

faibles probabilités, mais gros effets
je n'ai rien fait sur mon voilier contre ce risque, si peu probable soit-il. Et ton post repousse toute action aux calendes grecques.
Mais il suffit d'une fois, n'est-ce-pas...
Les voiliers récents, de petits ou grands chantiers, sont-ils conçus pour protéger leurs occupants de la foudre en mer ? il existe même une norme, je crois. Un voilier alu, ou acier, est-il naturellement mieux protégé ?

samedi 12 janvier 2008 15:17
Missing
FrancoisUbik

autre fil
oubliez mes questions : je viens de trouver un super fil sur le sujet, daté de 2002 - mais toujours d'actualité.

samedi 12 janvier 2008 15:23
100_1252
pfoumf

c'est peut-être rare
mais quand cela arrive, cela fait tout drôle...
J'en sais quelque chose, cet été pendant une tornade, au mouillage, la nuit, par 50 noeuds de vent.
Gros bruit, gros éclair simultané, plus de lumière dans le bateau, une "bonne" odeur d'électronique grillée.
Ensuite il ne reste plus qu'à faire l'inventaire des dégâts.
Comme je n'ai jamais retrouvé mon antenne VHF en tête de mât, je suppose que la foudre est passée par là.
A noter aussi que je n'avais pas, et loin s'en faut, le mât le plus haut du mouillage. Comme quoi, quand pas de chance, pas de chance.
Par contre c'est terrible pour recharger les batteries : quelques minutes après, elles étaient encore à plus de 14 V !

samedi 12 janvier 2008 17:16
---

le feu de saint elme...
merci pour ce calcul de probabilités, que je trouve optimiste quand à moi.
mais c'est un sujet important et je pense qu'un calcul algorythmique démontrerait des "probabilités"
plus grandes, en prenant en considération la faculté "d'attirer" la foudre d'un obget proéminent comme un mat par exemple.
j'ai jamais été foudroyé mais je pense que c'est mieux d'avoir le haubannage de tete de mat relié à la mer.
certains accidents dùs à la foudre provoquent des "pannes" pas méchantes, quand aux accidents les plus graves , les victimes ne peuvent plus en témoigner...

samedi 12 janvier 2008 17:32
---

attraction du mat
Justement l'attraction du mat est connue, et prise en compte. Elle est représentée par une surface effective du bateau plus grande que sa surface réelle.

Le point faible de cette prévision, c'est quelle ne tient pas compte des préférences de navigation d'un individu: celui qui naviguera en permanence dans une zône à risque élevée et toujours en saison défavorable aura évidemment un risque bien plus grand que la valeur moyenne.

L'exemple donné dans cette référence est une valeur moyenne, qui comme toutes les valeurs moyennes ne correspond à aucun cas réel. Il permet cependant de relativiser ce risque en le comparant en valeur moyenne aux autres risques, qui eux aussi sont connus en valeur moyenne.

samedi 12 janvier 2008 18:06
1
---

Y as-t-il
un différence a naviguer babord amure, plutot que tribord amure vis à vis de la foudre ?

samedi 12 janvier 2008 20:25
Avatar
Ebraball

Merci pour tes statistiques,
mais ça ne me rassure pas vraiment... et je ne sais pas trop ce qui parviendrait à me rassurer dans un orage depuis que je me suis trouvé dedans une fois au large de Lekeitio : un impact sur la mer toutes les 10 s dans un rayon de 2 ou 300 m maxi, et certains très très près, pendant une 1/2 heure. Je n'avais jamais eu peur de l'orage, mais là, j'ai eu la trouille de ma vie, et maintenant, j'ai peur des orages, même à terre. Mais là où tu as raison, c'est que je suis encore là pour en parler ! Mais que vaut la raison face à la peur ?...

samedi 12 janvier 2008 17:52
---

copié d'un forum
Gerard le mercredi 16 octobre 2002 à 13:05

Bonjour!Permettez à un spécialiste de la foudre de répondre... brièvement!Si la foudre tombe sur un bateau, c'est que de toutes façons elle allait tomberdans le coin. En effet, un paratonnerre n'attire pas la foudre (heureusement!),ni ne la repousse (hélas). La zone protégée par un paratonnerre est un cône àgénératrice circulaire, obtenu en faisant tourner une sphère fictive sur la tigeet sur la terre (mer, en l'occurence!). Le rayon de cette sphère estproportionnel au courant de foudre qui VA tomber :R = 10. I (kA) puissance 2/3On a ainsi une zone protégée AU PIED du paratonnerre qui dépend du coup defoudre qui VA tomber.Le courant de foudre est, une fois sur deux, d'environ 50.000A, 10% des coupsdépassent 100.000A. La pente du courant est de l'ordre de 50.000A parmicroseconde.Le mât d'un bateau est un excellent paratonnerre, qu'il soit ou non relié à lamer. Ainsi, un bateau a peu de chances d'être frappé ailleurs que sur le mât ousur les haubans... peu de chances, mais cela reste possible, seulement par depetits coups de foudre (moins de 10.000A).Etant donné le courant, et le nuage étant un générateur de courant parfait, detoutes façons il trouvera un chemin vers la mer. Si on veut l'écouler à la mersans causer de dégats, il faut un conducteur qui ressemble à une tôle (moins dedix fois plus long que large), pour que son impédance soit faible. Le mâtconvient donc à peu près. Le mieux serait que le mat soit directement boulonnésur la quille, ou sur le lest si celui-ci est dans l'eau (l'antifouling necompte pas... il sera percé!). A défaut, deux tresses larges, une à droite etl'autre à gauche, serrées par des brides métalliques au pied de mat et plongeantdans l'eau, conviendraient.En cas de non contact du mat dans l'eau (cas de la plupart des bateaux deplaisance), si la foudre tombe sur le bateau, celle-ci peut aller jusqu'à percerla coque, et mettre le feu : évitez les bidons d'essence dans le bateau!En ce qui concerne les électroniques, le couplage destructeur est du type champà boucle : le champ magnétique lié au courant de foudre induit des tensions deplusieurs millers, si ce n'est dizaines de milliers de volts dans les bouclesdes câblages. Le mieux est donc, à l'approche de l'orage, de débrancher lescables des électroniques : alims, antennes, câbles d'informatiques.Les moteurs ne craignent pas grand'chose... les compas peuvent être démagnétisés, ou magnétisés de façon abherrante.Voilà. Pour conclure, n'oublions pas que la foudre est utile : elle aide àmaintenir chargée la ionosphère par rapport à la planète, créant ainsi unbouclier électrostatique qui renvoie vers l'espace une partie des rayonnementscosmiques, protégeant ainsi le vie sur la Terre.Putain que c'est beau comme ça fonctionne, merci Bon Dieu!Gérard--Utilisez notre serveur de news 'news.foorum.com' depuis n'importe ou.Plus d'info sur : http://nnrpinfo.go.foorum.fr/

samedi 12 janvier 2008 19:27
Avatar
CataHorus

A tort ou à raison, d'après mes lectures,
j'emmaillote le pied du mât avec une chaîne qui trempe dans la mer, mais peut-être que ça ne sert à rien, et que ce n'est que superstition...

Maintenant, sur le plan psychologique, ça rassure, on fait qque chose pour se protéger..

RV

samedi 12 janvier 2008 19:34
Avatar
daniel13/73

idem
il y a qq années dans la baie de La Ciotat 1/2 heure à se pisser dessus

dimanche 13 janvier 2008 14:34
Avatar
nolan76

hé Robert
J'ai réfléchi à ton truc toute l'après midi. Ceci voudrait presque dire qu'on a autant de chance de gagner au loto que de se prendre la foudre. Alors, moi je me méfierai, il y en a qui gagnent au loto.

Je veux dire que ton sujet ne doit pas être une incitation à ne rien faire. Cependant les statistiques sont intéressantes en elle même.

samedi 12 janvier 2008 20:12
Balise_belge_2
ecumeur

Un facteur oublié...
On parle du mât, mais je me souviens avoir lu que, en cas d'orage en mer, les embruns salés constituent un milieu fort propice à la propagation de la foudre qui aura de fortes chances d'oublier le mât du bateau qui passe par là.
Je me rappelle un orage rencontré le long des côtes hollandaises il y a une dizaine d'années. La foudre est tombée à une centaine de mètres du bateau, à peine. Très impressionnant! En raison du champ magnétique énorme, probablement, toute l'électronique du bord s'est arrêtée. Heureusement pas de dégâts, il a suffi de remettre tout en route.

samedi 12 janvier 2008 20:13
---

Comme RV...
Vécu 2 fois;mais on s'en passe..
T'es au bord et il y a du monde:bon,pas forçé pour ta bouille...
T'es tout seul au milieu avec ton mat comme un bras d'honneur à dieu,moins fier sur le coup..
Alors,2 pater et 2 avé, la chaine au pied du mat,et tout le monde dedans..

C'est les pétards de Noel qui ont inspiré Robert sur ce coup?
Vous faites quoi,vous?

samedi 12 janvier 2008 20:52
---

Pourquoi ?
j'ai vu par hasard ce document, je me suis dit que ça pouvait intéresser ... donc je transmets le lien, sans plus. Avec un copié-collé d'un § spécifique.

Tout de même, insistons sur le fait que le mat n'attire PAS et ne repousse PAS la foudre. Le mat donne au bateau une dimension apparente plus grande, en gros un rayon de 2 à 3 fois la hauteur du mat dans toutes les directions.

Donc, pour la foudre, un bateau avec un mat de 15 mètres a autant de chance de recevoir la foudre qu'un objet sans mat qui aurait 30 mètres de rayon, sans plus que cela.

Le reste est effectivement un problème statistique, avec une moyenne à corriger pour chacun en fonction de ses habitudes de navigation géographiques et saisonnières.

samedi 12 janvier 2008 21:18
Avatar
CataHorus

Ben alors, pourquoi
on met des paratonnerres sur les toits?

RV

samedi 12 janvier 2008 21:30
---

est ce que la foudre
tombe plus en mer ou sur terre??

samedi 12 janvier 2008 21:33
Avatar
hi

Parceque, la foudre suivant toujours le
chemin le plus rapide pour rejoindre la terre, on lui facilite le passage...

Non ?

samedi 12 janvier 2008 21:33
Missing
(ponton)

ça doit
être pour agrandir la maison...

samedi 12 janvier 2008 21:33
---

paratonnerre ?
En résumé de l'article cité:

Sur une maison on met un paratonnerre pour canaliser l'écoulement des charges électriques, en évitant qu'elles ne mettent le feu. Le paratonnerre crée sous lui une sorte de cône à l'intérieur duquel la foudre est censée ne pas pénétrer.

D'ailleurs, si je me souviens bien, la taille du paratonnerre d'une maison est calculée pour que le cône soit supérieure à la taille de la maison.

Sur un bateau, le mat sert involontairement de paratonnerre, puisque le cône protégée par le mat est supérieure à la taille du bateau. Le problème c'est que pour que le mat "paratonnerre" soit efficace il faudrait aussi que la conduction à la mer soit parfaite, ce qui est rarement le cas, et la chaine traditionnelle n'est pas excellente pour assurer ce rôle. Il faudrait une tresse plate d'une largeur au moins égale à 1/10 de la longueur de conduction. Par exemple, si la tresse fait 4m de long elle devrait avoir 40 cm de large, ce qui n'est jamais le cas, ou deux tresses de 20 cm. Et encore, sans virage brusque pour ne pas gêner la propagation du courant induit.

samedi 12 janvier 2008 22:05
Avatar
Axel

souvenir au mouillage
J'étais dans mon Corsaire, mouillé à quelques dixaines de mètres d'un Sélection. Quand l'orage s'est levé, il y a eu un éclair volent avec le tonnerre en même temps.

Nous étions avec mon équipier adossé chacun d'un côté de la cabine, nous avons reçu l'équivalent d'un fort coup de pied dans le dos.
Nous sommes sorti voir ce qui se passait, il y avait juste le Sélection qui tanguait bizarrement (il s'était tout pris dans le mât), et c'est tout.
Cette onde de choc a été vraiment impressionnante...

samedi 12 janvier 2008 21:34
---

Ben çà c'est du vécu...
..Axel.
Ils étaient à bord du Selection?
T'as discuté avec eux?
Merci Robert pour tes explications.
Je reviens sur la tresse de masse,car si tu as raison on est mal avec une chaine;mieux que rien,mais quand même...Celà dit,on peut avec des allers-retours vachement augmenter la "surface"..

TOn histoire de largeur et la règle du 1/10ème me turlupine.
L'église de mon bled natal avait un paratonnere au clocher,relié à la terre par un carré de fer décalé du mur de 20 cm peut-etre..on s'en servait comme d'une corde pour grimper au clocher.
Carré de 25* 25 ??C'est loin ds ma mémoire.

Peut etre a t'on progréssé en connaissance alors?

dimanche 13 janvier 2008 12:17
---

connaissances
Je ne fais que répéter ce que j'ai lu dans ce document. Mais cette histoire de largeur est assez compréhensible: pour éviter la fusion du conducteur sous les 100.000 ampères il faut évacuer les calories, ce qui se fait le mieux quand le conducteur est plat et large. Mais il est exact que les paratonnerres qu'on voit ont rarement des conducteurs de ce genre.

Au risque de me répéter, pour les bateaux avec un mat, ce qu'il faut comprendre, c'est que le mat n'attire pas la foudre qui serait allé au sol 100 mètres plus loin. Par contre, le mat fait que si la foudre devait tomber à une distance inférieure à deux longueurs de mat, alors la foudre tombera sur le mat et nulle part ailleurs sur le bateau.

On peut en conclure qu'une personne dans le cockpit ne recevra pas la foudre directement sur elle, car elle sera protégée par le mat. Si toutefois le mat est capable d'évacuer les charges électriques vers la mer. Sinon, c'est le feu au bateau !

J'ai aussi un ami qui a été indirectement foudroyé par un éclair tombé à quelques mètres sur un poteau (à terre), comme Axel. Syncope, une semaine d'hospital, pas de brûlure, reset du cerveau, récupération des facultés mentales psychomotrices en quelques semaines ...

dimanche 13 janvier 2008 12:47
Avatar
GdE

pour gérer l'aprés coup de foudre
Que Pensez vous de l'idée d'enfermer le GPS de secours dans une boite métallique, qui fera office de cage de faraday?

Après un coup de foudre, il est probable qu'une grande partie de l'électronique de bord sera hors service. Si, comme d'habitude ça se passe par nuit noire au moment ou les cailloux ne sont pas loin, on sera content de retrouver le GPS portable fonctionnel.

dimanche 13 janvier 2008 16:00
---

bonne idée !
Les instruments devraient être dans une cage en mu-métal (haute perméabilité magnétique et électrique). Comme on en a rarement sous la main, un emballage de beaucoup de couches de papier alu coupera le champ électrique, et la mise dans une boite en acier épais (mais pas de l'inox !) , p.ex. le four, atténuera le champ magnétique.

dimanche 13 janvier 2008 16:06
---

dans
ce calcul il manque l'analyse de l'alliage de metaux du mat pour evaluer encore plus les risques car certains alliage de metaux attirent plus la foudre que d'autre !! mdr

dimanche 13 janvier 2008 16:08
---

?
Cela ressemble à une plaisanterie, prenons-le comme tel

Par contre, les mats en bois, en fibre de verre ou en carbone sont très différents par rapport à la conduction électrique.

dimanche 13 janvier 2008 16:26
---

Anecdote :
Il y a quelques années, j'ai vu un Swan qui avait prit la foudre en mer, toute l'électronique a grillé mais le plus impressionnant c'était les haubans en "rod" d'inox : ils avaient bleuis ! Cela donne une faible idée des intensités qui sont passées par là...

_/)

dimanche 13 janvier 2008 18:47
Avatar
Shundo

Avant pas peur, Maintenant !
La foudre oui bon, mais les ondes électriques a plusieurs Km peuvent détruire tous les équipement. C'est du vecu à Poole in England. Mon épouse tremblait moi je rigolais. depuis moins bonjour la facture centrale de navigation repititeur anemometre sondeur la total et cela immediatement et pour d'autres une année apres. Depuis je débranche j'ai monte des prises BNC sur les deux antennes en haut du mat les prises sont en bas. L'anémometre le Gps j'ai monte les trois fils sur des fiches PTT les anciennes faciles a démonter et parfait contact. Des que je quite pour quelques jours le bateau je débranche tout mais j'ai des doute le courant passera bien par quelques part et nos jolies petits fils sont des chemins parfait pour eux alors, maintenant les orages de pret ou de loin 5 Km il parait moi je n'aime plus mais plus du tout.

mardi 15 janvier 2008 15:25
---

cage de Faraday
Le risque de tout griller est bien plus faible sur un bateau métallique qui fait naturellement cage de faraday,ce qui protège parfaitement tout ce qui se trouve à l'intérieur. Naturellement les appareils connectés à des antennes de tête de mat risquent fort de griller quand même...

mardi 15 janvier 2008 15:36
Avatar
Shundo

Petrel
Shundo est en aluminium.

mardi 15 janvier 2008 15:41
Avatar
angotc

Il y a
2 ou 3 ans un Edel 2, c'est donc pas bien grand, au mouillage à St Gildas de Rhuys ou à St Jacques, je ne me souviens plus a été foudroyé. Pas de chance quand même : le plus petit bateau du coin. Personne à bord, heureusement, mais il a complétement brulé. On doit pouvoir trouver l'histoire dans les archives de Ouest-France.

mardi 15 janvier 2008 17:40
---

Mât traversant
Vous me faites flipper !
Et avec un mât traversant, c'est pire non ?

mardi 15 janvier 2008 23:58
---

Bon
Mais ton calcul considère une probabilité géographique lissée dans le temps. Or il n'y a pas d'orage en permanence par chez nous. Personne n'a peur de l'orage lorsqu'il ne sévit pas = Probabilité d'impact négligeable.

Considérant le calcul basé sur la surface exposée qui me parait bien, la probabilité intéressante serait celle d'un éclair qui tombe pendant une période d'orage suivant le lieu. Météofrance doit bien avoir ce genre de statistiques pour la zone Europe de l'ouest dans un coin.

En Bretagne par exemple, la densité des éclairs en moyenne durant un orage n'est pas la même que dans le Var.

Me trompe-je?

Avec une telle donnée on aurait alors une probabilité de se prendre un flash sur le coin du museau "durant un orage". Donnée qui me parait autrement plus parlante.
La question est: est-ce possible?

mercredi 16 janvier 2008 17:21
Avatar
Shundo

FOUDRE & ONDE ELECTROMAGNETIQUE
Aux Spécialistes:

Il y a la foudre et là rien à faire l'arc électrique en soudure c'est 4000°. Tout va cramer. Si le courant passe c'est bon si il y a rupture il y a un arc et là !!!!

Mais il y a les ondes électromagnetiques qui elles détruisent toutes les électroniques sans contact direct.

J'ai du lire quelques part qu'a 5 Kms d'un coup de tonnerre il y a des dégats.

Dans mon cas pas d'impact direct, mais toute l'électronique immédiatement et d'autes plus tard a été a remplacer.

mercredi 16 janvier 2008 17:31
---

Statistiques
d'après ce que j'ai compris de l'article, c'est bien la densité de foudre qui est prise en compte (et non pas la densité d'orages).

Et la densité de foudre est connue mois-par-mois dans les stat météo.

Donc on a toutes les données.

mercredi 16 janvier 2008 17:31
---

En effet
mais cette densité de foudre semble moyennée sur une année. Sais tu si on peut l'obtenir au moment d'un épisode orageux?

enfin après l'épisode orageux, evidemment...

mercredi 16 janvier 2008 17:59
---

C'est vrai
que les stats mois par mois, c'est déjà pas mal. j'en conviens.

mercredi 16 janvier 2008 18:01
---

stats'
sur le site de M.F. tu trouves pas mal de stats' en tout genre, mois-par-mois, même celles de la hauteur des vagues !

mercredi 16 janvier 2008 18:04
---

Et la foudre au Port !!!!
avec mon précédent boat (30 pieds) j'ai pris 2 fois la foudre au port (dans le 06) alors qu'il y avait bien des mats + hauts que le mien !!!
La première fois (je l'ai su après .....) la foudre est tombée sur l'axe inox qui tenait les haubans - je n'étais pas là. Moralité 2 semaines + tard je me suis pris le mat sur la tête au près dans le Mistral en doublant Camarat !!! Symap, surtout à 2 ...
- la deuxième fois - à la même place de port, la foudre est tombée sur l'antenne VHF. Celle-ci a explosé, et toute l'électronique du bord HS. le + joli c'était les 2 petits tas de cendres qui remplacaient les fusibles de la VHF !

J'ai ensuite mis une liason avec une très grosse tresse entre le mat et un boulon de quille. C'était surtout pour mon moral ...

Donc côté statistiques, je pense que j'étais pas mal

mercredi 16 janvier 2008 18:33
---

Faut croire
que ta place de port est à haut potentiel electrostatique

Et tu payes combien pour cette place?

mercredi 16 janvier 2008 19:19
Avatar
nolan76

nautilus ?
Puis je te demander ou trouver de la tresse, je n'en trouve nul part.

mercredi 16 janvier 2008 21:57
---

je confirme
j'avai trouvé ça dans un magasin de gros matériel electrique

jeudi 17 janvier 2008 12:16
---

Tresses...
.....dispo en fourniturer electriques batiment ou industriel.
Voir aussi les casses auto,camion...
Ferrailles??
Bonne pioche.

jeudi 17 janvier 2008 11:06
---

la foudre
pour avoir une idée de l'activité foudre voici un lien
http://www.meteo-world.com/france/impacts_foudre_animes.php

bien que nous soyons en hiver et peu propice à la foudre, vous serez surpris,

il n'y en pas chez moi car j'habite un coin de paradis

jeudi 17 janvier 2008 11:28
Avatar
Shundo

Aux Spécialistes....
Les tresses et autres mises à la mer (terre) utile pour un coup direct.
Plusieurs milliers de volts passent ou s'arrête et Boum !!!

Mais pour les ondes cela ne va pas épargner vos instruments qui sont souvent relier entre eux exemple :GPS vers cartographie vers pilote plus anémometre etc.

Pour eviter ces carnages qui attention dans cas va mettre l'électronique immédiatement hors service et pour d'autres plus tard les composants ayant reçus une surcharge qui leurs ont donné d'un coup un bon coup de vieux.

La seul parade a confirmer c'est de déconnecter tous les appareils.
D'accord ?
OUI
NON ?

Les assurances savent bien cela et vous proposeront souvent un forfait pour les premiers constat et, et ...

Ensuite vous pourrez constater que l'ensemble lache les uns derriere les autres.

jeudi 17 janvier 2008 11:31
Img_1120
Papy-Zoom

un orage ce matin
à Quiberon, j'ai fait une recherche, trouvé ce fil; et vous, comment vous protégez vous?

vendredi 07 janvier 2011 09:48
Avatar
Gary

Aux San Blas...
Les dégâts dus à la foudre (électronique détruite etc...) ne sont pas rares. C'est un problème pour un bateau qui y séjourne en décembre comme c'est souvent le cas...
(C'était juste un constat)
A+ Sergio

vendredi 07 janvier 2011 10:32
Avatar
KOALA-5

Orage tout proche...
...moins de 6 secondes entre éclair et tonnerre.

J'installe une chaîne autour d'un hauban et dans l'eau, surtout pour tranquilliser mon équipière et je coupe tous les instruments électroniques.

Mais je n'ai pas eu à le faire depuis bien longtemps.

vendredi 07 janvier 2011 10:42
P1030960
Flora :)

Dans le golfe de Panama
côté Pacifique : très mauvais souvenir d'une nuit qui a duré 24 h en août : éclairs en série sans interruption avec le tonnerre qui va avec et la foudre qui tombait tout autour de nous, on y voyait comme en plein jour mais le ciel était tout noir. Je vous assure que je n'exagère pas ! Pas de vent, on a passé des tronçons de chaînes prévus pour ça à l'avance autour de chaque hauban avec un bout dans l'eau, on a tout débranché et on a attendu (en priant en ce qui me concerne !).

Plusieurs jours après, le cap'tain a découvert des trucs bizarres au fond de la baille à mouillage : des vis à moitié fondues, c'était celles du balcon avant qui ne tenait plus que par l'opération du St Esprit et les filières... On avait pris la foudre sur le balcon sans vraiment s'en rendre compte. Pas d'autre dégât, mais je n'oublierai jamais ces qqs heures très angoissantes.

vendredi 07 janvier 2011 16:58
Missing
(60nora)

les cables de lyon
proposent un eclateur sous porcelaine à relier d'un coté au grement et de l'autre à un boulon de quille ou à une plaque de masse par une tresse
dans ce ce type de montage il faut supprimer la tresse qui relie le mat à la terre .
un autre avantage comme le grement est isolé il peut servir d'antenne de recption avec un inter qaund on ne l'utilise pas .
alain ,

vendredi 07 janvier 2011 10:45
Missing
(Plic)

Orage en Gironde....
l'an dernier. Un petit port sur la Dordogne, des pontons, un équipage prenant l'apéro à l'abri sous le bimini. 4 mètres derrière eux, un magnifique Sun Fast 31.
La foudre frappe à terre, la boule de plasma se propulse comme une fusée vers les pontons, frappe le Sun Fast, grimpe au mat et disparaît laissant le Sun Fast fumant.... et l'équipage du bateau voisin épouvanté !
Ils auront juste le temps de prévenir le propriétaire, de sortir le bateau en train de couler.
Bilan : coque fissurée et percée de toutes parts, quille fendue, passe-coques fondus, roof fendu, électronique pulvérisée. Irréparable...

Si ça avait été en mer ? Brrr...

vendredi 07 janvier 2011 11:14
Avatar
simbad

la protection idéale 100% n'existe pas
pour environ 10% des coups de foudre
au plus on limite les dégats pour ces 10% qui, sans être forcément très énegétique au 1er cp, deviennent destructeur par effet de traîne, la traîne de l'onde et les modèles ne sont pas déterministes, liés aux inconnues du départ du cp; par exple le fil ci dessus relate un cp sur la terre, initié depuis la terre ET ce bateau (pourquoi pas un autre ???) OU initié du bateau mais tombé sur la terre (il se gourre à l'arrivée, je blague pas) et le courant de traîne se referme par le bateau; mieux vaut ne pas être là.
même si tt est bien mis à la masse, même s'il y a des protections, les antennes débranchées, les dégats seront là, il faut s'y faire, c'est pas de chance
un cp de foudre initial de 10kA (courant), c'est entre 10 et 100µs de durée, le courant de traîne, c'est plusieurs 100nes de ms, et même à 10 fois moins d'intensité, c'est plusieurs 100nes d'A, rien ne résiste sauf des barres de métal qui court circuitent à la terre.
je relate un scénario parmi d'autre suite à des études il y a qque tps, et à ma connaissance les modèles n'expliquent pas tout, notament l'histoire de la boule de feu, qui ne se manifeste pas tj.

faut faire avec...
à+
JL.C

vendredi 07 janvier 2011 12:00
Maido_2
Domde

Affinage des données
On pourrait croiser cette approche avec un recensement des sinistres par région/fréquence/périodes de navigation pour mieux évaluer le risque encouru.
Mais l'approche qui me parait la plus pertinente c'est de modéliser la probabilité d'être touché par la foudre dans un orage dans une région pendant une période de l'année en se reférant à la densité moyenne dans des impacts à partir des historiques météo france. La probabilité de foudroiement si on s'aventure dans ces conditions serait une information bien utile.

vendredi 07 janvier 2011 11:26
Avatar
simbad

en 1ère approche
le nbre des sinistres peut refléter une probabilité si ils sont nombreux!!! ce qui est malheureux on en conviendra, de plus il n'y en na pas énormément malgré tout
ce qui est fréquent, ce sont les cps de foudre peu énergétiques, il peut y en avoir une 100ne par jour et des dégats matériels sur l'électronique, pas sur les structures et qques parafoudres permettent de se protéger
le niveau kéraunique en mer, je n'ai rien trouvé avec gogole, seuls les données radar météo ou satellite indique des tendances, mais sans précision géographique (voir les liens pour info).
auprès des côtes, le niveau kéraunique terrestre peut être extrapolé en mer pour indiquer là où on n'a pas intérêt à se trouver, mais sincèrement, ce sont les données locales qui sont le plus exploitables car la foudre a des prédilections à tomber dans certains endroits sans même y avoir des raisons bien élucidées.
j'ai vu plusieurs fois la foudre tomber en mer, comme vous je pense, pas facile de rassrer l'équipage qd on a la frousse soi même, surtout qd on connait bien les résultats; je n'ai eu que le pilote qui a morflé sous orage, même pas la VHF, il a dû être perturbé et a dépassé ses limites en forçant, mais bon, c'est pas grave.

http://www.citel2cp.com/fleche-r-1012-fr.html

http://www.meteorage.fr/meteorage.fr/download/mesure-du-foudroiement.pdf

http://home.nordnet.fr/~amoreaux/foudre/actuel.htm

http://www.bls.fr/amatech/electronique/orages/foudre1.htm

le cp de foudre avec madame, c'est qd même moins pire...
à+
JL.C

vendredi 07 janvier 2011 14:59
Missing
(60nora)

le coup de foudre
sur les pontons c'est le plus terrible ,car la vie sans nuages ça n'éxiste pas et quand il y a des des nuages il y a forcement de l'orage .
et ça on ne l'a jamais quand on est seul
alain

vendredi 07 janvier 2011 18:13
Jem
bil56

orage, oh désespoir ...
quand t'es tordu, ça foudroie ...

vendredi 07 janvier 2011 18:30
Missing
alien

il y aura
toujours un malade pour arracher les ailes des mouches ou rire du mamheur des autres .

vendredi 07 janvier 2011 22:28
Missing
(Plic)

Eclateur,...
60Nora, où peut-on trouver des infos sur l'éclateur de Cables de Lyon, dont tu parles plus haut ? Où s'en procurer ? Je n'ai rien trouvé sur Internet .. Merci

vendredi 07 janvier 2011 21:44
2v2us5c
o

Les éclateurs...
Mauvaise piste, j'en ai installé des dizaines pour l'industrie pétrolière.... Rien n'a résisté. tout fume

vendredi 07 janvier 2011 22:37
Missing
1
alien

un éclateur
ne sera d'aucune utilité sur un bateau en raison des niveaux d'énergie mis en cause en cas de vrai coup de foudre .
Si un bateau est foudroyé (c'est très rare) tout est possible . De la désintégration totale au dégats minimes nul ne sait ou est la frontière .
C'est juste une question de chance .
La chaîne qui traîne dans l'eau ne sera là que pour faire rire les dauphins .

vendredi 07 janvier 2011 22:46
Tango-charlie_
yoruk

Bonjour énorme orage à Finike le 30/12
Tempête de grêle pendant plus de deux heures. Nous avons été foudroyés, j’inspecte les dégâts, c’est très étonnant. Tous les circuits électriques du mat HS, le PC 12 v du bord HS, mais pas l’écran !!! La VHF bien sûr HS, et dernière découverte de ce matin (à contrôler) le contrôleur de panneaux solaires HS, en souhaitant que les panneaux n’est pas dégustés.
Très étonnant aussi le circuit de distribution du 220 (les fiches) en court circuit, mais pas le chauffe eau, ni le chargeur de quai…
Dingue !!!

http://www.eauxturquoises.fr/oturq/2010/a_pour_commencer/finike_tempete_de_grele.pdf

vendredi 07 janvier 2011 22:08
P8190479_1
juno

Théorie...
J'ai compris une des conséquences de la foudre il y a quelques temps par le phénomène du "courant induit":
Définition : "L'origine du courant induit résulte de la variation d'un flux électromagnétique inducteur au travers d'un circuit fermé appelé induit.
Michael Faraday découvrit le phénomène d'induction en 1831. Il établit que la force électromotrice produite le long d'un chemin fermé est proportionnelle au taux de changement du flux magnétique."

La foudre qui tombe, même à grande distance, propage à la surface de la terre ou de la mer une variation de potentiel qui engendre une variation de flux électromagnétique à son passage. Tout circuit fermé placé dans le champs de ce flux est donc soumis à un courant induit.

Conséquence : tout circuit electrique qui "sent" le flux au passage de l'onde de la foudre va voir un courant induit qui va circuler à l'intérieur. Ce courant pouvant être très fort dans le cas de la foudre va faire cramer tous les circuits et même sauter les interrupteurs par effet d'arc. Ceci même si la foudre NE TOMBE PAS A PROXIMITE IMMEDIATE.
C'est pourquoi sur terre le réseau telephone est très exposé, car situé au voisinage de la surface de la terre et très soumis à ce flux.

Il faut donc débrancher physiquement tous les appareils des circuits si on veut les protéger, même si la foudre tombe loin.

De même dans les champs, les vaches meurent foudroyées car au passage de l'onde, 2 pattes sont au potentiel P1 et les 2 autres à P0. La vache est soumise à une différence de potentiel P1-P0 qui peut être très important et meurt foudroyée : Sous un orage, il faut mieux avoir les pieds joints et serrés.

Voilà c'était une petite réflexion partagée.

vendredi 07 janvier 2011 22:39
Identit_daniel
daniellouis

et aussi
serrer les fesses, ce n'est pas inutile...

samedi 08 janvier 2011 09:50
P1020948_
GilusBleu

yoruc,
Après un coup pareil, je n'accorderais aucune confiance à ce qui fonctionne encore.

La conception même des composants fait que ceux-ci peuvent encore fonctionner alors qu'ils sont en réalité salement secoués : Courant de fuite importants, tension inverse écroulée, perte de gain, caractéristiques hors normes.

Bref un vieillissement prématuré. Un peu comme un moteur qui aurait un bielle coulée et un joint de culasse hs, cela tourne encore. juste du bruit et de la fumée blanche.

vendredi 07 janvier 2011 23:40
Tango-charlie_
yoruk

Merci, c'est exactement ...
Ce dont j'ai peur...
j'ai vérifié le guindeau, le propulseur d'étrave, le panneau de démarrage, le démarreur, l'alternateur, le répartiteur, toutes les machines, tout les machins...
En fait il va falloir faire une check liste avec un pro au sec en avril, quand je carènerais. C'est la vérole, ce truc.
On couchait à bord, et à part l'énorme déflagration en même temps que le flash, rien ne laissait penser que nous avions morflé ...
Michel

samedi 08 janvier 2011 00:18
P1020948_
GilusBleu

je pensais aussi aux isolants.
Lesquels peuvent avoir travaillés et se désagréger à l'usage. Faudra tester l'isolation en haute tension d'ici quelques temps lorsque l'humidité aura pénétré un peu.

samedi 08 janvier 2011 00:26
Tango-charlie_
yoruk

Oui tout sera à revoir
de toute fàçon il y a problème avec le court jus de la VHF et des prises 220... A démonter tout les caches, et une bonne partie des vaigrages... Je suis joyeux... mais joyeux !!!
J'aurai tendance à croire dans l'analyse de Juno, plus haut. On était à bord, si on avait pris la foudre de plein fouet, on aurait quand même senti quelque chose. Et puis l'antenne VHF est intact.
Bon, c'est une vacherie, qui occuper mes soirées d'hiver (c'est pas joyeux non plus, le bateau est préparé pour l'hivernage, avec un taud très recouvrant gênant les contrôles)
une observation peut être naïve: les amarres et surtout la pendilles complètement mouillées, peuvent ils être de bon mis à la terre ???
michel

samedi 08 janvier 2011 00:53
Tango-charlie_
yoruk

complément sur la mise à la terre
Amarres et pendille (à l'avant) sont en contact avec le rail de fargue en alu

samedi 08 janvier 2011 00:56
Img_1120
Papy-Zoom

impressionnant,
les photos!
Heureusement, vous vous en êtes sortis!

samedi 08 janvier 2011 09:21
Missing
TIR

les photos?
ou les photos??

samedi 08 janvier 2011 13:05
Tango-charlie_
yoruk

Question naïve sur la cage de Faraday
Le bateau est en stratifié (Voyage 12.50). Compte tenu de l’environnement, orage extrêmement violent qui a duré plus de 2 H (de 2H à 4H du matin), compte tenu que nous ayons entendu et vu une déflagration instantanée, donc très, très proche, et compte tenu que nous ayons rien ressenti de particulier, peut on estimer que nous ayons été protégé par une cage de Faraday ‘partielle’. Je m’explique :
* Le Taud d’hiver (voir photo) complètement trempé de pluie est relié au mat, et attaché serré * aux filières, et au rail de fargue (maillage serré)
* Le rail de fargue était ceinturé sur le pont d’une belle couche de grêlons, faisant une masse (c’est le cas de le dire) homogène
* Dans ce cadre, le bateau, en stratifié, était relié à la terre (le quai) par 6 amarres (du 18), trempées et gorgées d’eau. Relié à la terre aussi par une prise d’eau (je suis branché au quai de façon permanente l’hiver), et relié à la terre par l’alim 220 du chargeur de quai…
* Relié à la terre (rn fait à la mer), aussi par une pendille costaud (du 23 probablement), elle-même trempée

Cet ensemble : taud complètement mouillé + fixation vers le rail de fargue (alu) + couche épaisse de grêlons sur le rail de fargue, le tout relié comme décrit plus haut à la terre et à la mer peut il être considéré comme une pseudo cage de Faraday, nous ayant protégé de l’ionisation (je ne sais pas si le terme est exact) et conduisant le courant induit par la décharge depuis le mat (pas la tête de mat, l’antenne VHF est intacte) du mat vers la surface, puis le taud humide, et le rail de fargue, puis vers les mises à la terre décrites plus haut.
Ce qui expliquerait que nous n’ayons rien ressenti, et que les courts jus du 220, et de la VHF proviennent de leur cheminement sous le plafond tribord, le long du bordé, exactement sous le rail de fargue.
Pardonnez je vous prie mes approximations, mais, à votre contact, je m’instruit
Michel

samedi 08 janvier 2011 10:52
---

Pour le taud
je pensais que l'eau de pluie (ou la neige) n'était pas conductrice ?

samedi 08 janvier 2011 10:58
---

La cage de faraday, le champ électrique et le champ magnétique
La cage de faraday dont tu parles a probablement joué en votre faveur, car même si l'eau de pluie n'est pas conductrice, elle n'est tout de même pas un bon isolant à cause de toutes les pollutions qu'elle transporte.

Mais la cage de faraday protège du champ électrique ... et ne protège pas du champ magnétique. Or c'est le champ magnétique produit par le courant de foudre (lointain) qui induit des tensions élevées dans chaque fil électrique.

Pour griller une électronique à semiconducteurs (à lampe il n'y en a plus !), il suffit que la tension induite soit d'une centaine de volts, même avec un courant très faible, ce sera claqué.

Si vous ne voyez pas de brûlures ou de fusions importantes, c'est ce qui s'est produit. La foudre est tombée ailleurs, le courant gigantesque de foudre déchargé à quelques dizaines de mètres de chez vous a induit un champ magnétique qui ont induit des tensions un peu trop élevées dans vos circuits électroniques ... et détruit tout ça sans brûlure.

J'ai subit cela à mon domicile il y a quelques années. La foudre est tombée chez le voisin, a littéralement fondu ses installations électriques. A 30-40 mètres de distance, cela a claqué les appareils électroniques chez moi sans brûlure ni fusion.

Bon courage !

samedi 08 janvier 2011 11:58
Tango-charlie_
yoruk

Merci Robert, et bravo de ta constance
10 ans après, tu me guides encore !!!
tu dis :
Si vous ne voyez pas de brûlures ou de fusions importantes, c'est ce qui s'est produit.

je pense qu'il doit quand même y avoir un problème, à cause la mise en court circuit de la VHF et des câble d'alim des prises 220, proches l'une de l'autre sous la rail de fargue, dans le carré.
A démonter vaigrages et caches de protection...
Je vous tiendrai au courant (mot malheureux)
Michel

samedi 08 janvier 2011 13:16
---

une question de dosage ...
Entre un claquage d'une électronique par une tension induite un peu élevée sous un très faible courant (disons 100V, quelques mA) et une fusion énorme d'un mat sous l'effet direct du gigantesque courant d'impact de la foudre, il y a toutes les situations intermédiaires, à voir au cas par cas.

Prenons la VHF : elle est en court-circuit sur son entrée 12V ? Cela peut venir du simple claquage (par une petite surtension bénigne) du couple de diode de protection interne de la VHF à l'entrée du 12V. Pas besoin de grosse fusion de câbles pour faire un court-jus franc dans une électronique.

Pour les prises 230V c'est encore différent : la surtension n'est pas nécessairement venue par un courant induit chez toi par la foudre, mais plus probablement par le secteur 230V lui-même, qui a pu être touché par la foudre bien plus loin, et est monté pendant un bref instant de 230 à quelques milliers de volts en amorçant un petit arc local en quelques endroits.

Bref, chaque dégât est à voir cas par cas pour se faire une idée de la dangerosité éventuelle de dégâts non découverts.

samedi 08 janvier 2011 16:20
Missing
roots

il y a quelques mois .....;;;;
à LR , il ya avait , ou ce qu'il en restait , un assez gros cata tout calciné. j'ai pensé à un feu ? puis à un coup de foudre et vous pose la question : pas de quille metallique sur les catas .
Alors , comment se protegent -ils de la foudre ??

samedi 08 janvier 2011 19:42
Avatar
simbad

en effet
le bateau était relié au ponton 230V, ds quel état l'installation du ponton ?
il y avait je suppose un chargeur, la surtension est passée sur le circuit batterie à travers, et cassé ce qui était connecté dessus (VHF, régul solaire)
qt à la cage de Faraday, à part un bateau tt métal, il ne faut pas compter sur le taud
qt au guindeau, propulseur, peu de chance qu'ils aient morflés, isolés par les relais

maintenant Yoruk, si tu es bien assuré, tu peux faire prendre en charge tt ou partie par l'assurance, en tt cas les modules, l'instal, peut être pas; j'ai un copain qui a pu le faire, tt avait sauté, VHF, girouette... tu peux tj essayer

bon courage
JL.C

samedi 08 janvier 2011 20:27
P1020948_
GilusBleu

non simbad,
pour le cabestan et le propulseur on ne peut rien dire et les contacteur n'isolent rien du tout vis a vis du phénomène.

Pour franchir 1mm dans l'air il faut 5.000V pour 1cm de l'ordre de 32.000V pour 1m de l'ordre de 100 à 200.000V. Et l'orage c'est un manque d'isolation entre le nuage et la terre. Alors quelques mm de plus ou de moins...

Et puis il faut savoir que le courant provoque un échauffement qui ionise l'air et le rend conducteur.

Alors cela a très bien pu suivre les câbles et se refermer à l'eau par l'ancre via l'intérieur du cabestan pour une partie de l'énergie. Pour l'autre, cela a pu altérer la protection de quille quelle qu'elle soit.

Hélas on ne peut rien dire.

dimanche 09 janvier 2011 00:35
Tango-charlie_
yoruk

Purée, le cul béni…
Absolument, précautionneux, j’avais sorti la chaîne du barbotin, pour graisser l’axe, et rincer le barbotin que je remontrais au printemps.
Mais du coup je viens de découvrir, merci Gilusbleu, ma meilleure mise à la terre (à la mer en l’occurrence) : c’est ma chaine d’ancre au fond de la baille de mouillage, en contact avec l’eau de mer, via les évents et l’humidité ambiante. Or, cette chaîne, en l’état actuel des choses repose sur le davier, lui-même lié au rail de fargue…
Tout à l’heure, au lever du jour, je plonge au fond de la baille de mouillage. Mais je ne suis pas trop inquiet, mes feux de route sont fonctionnels.
Michel

dimanche 09 janvier 2011 06:09
Tango-charlie_
yoruk

Le quai avait disjoncté
Mon disjoncteur de bord aussi.
Les circuits 12v du guindeau et du propulseur d'étrave sont protégés par un contacteur (+ et -) commun aux deux moteurs, situé, pour des raisons de place, très proches des moteurs (1m pour le guindeau, 2m pour le propulseur).
Michel

dimanche 09 janvier 2011 06:18
Avatar
simbad

je n'affirme rien Gilus
mais j'ai pris l'hypothèse comme Robert que les dégats sont dûs au secteur, avec une grosse surtension (qui est "normalement limitée à 1500V"), liée à un impact proche, est passée au travers du chargeur pour atteindre le 12V, l'électronique aujourd'hui est protégée et résiste même au champ magnétique, mais les 2 conjugués plus un différentiel de terre, pas simple de déterminer qui a détruit quoi.
qt au 12V, la surtension qui est passée via le chargeur est limiée par les impédances, les condensateurs et les batteries, une 100ne de volts détruit l'électronique, mais ne passe pas les contacts des relais et même, les moteurs peuvent encaisser.
pour info, c'est la surtension qui active l'arc, le courant passe après
bien évidemment, si le cp de foudre est sur le bateau, là on est ds un autre scénario, mais les dégats seraient bien pire
le pb de Yoruk, c'est que la foudre à priori est tombée pas loin, entre le poste de transformation (à l'entrée du port en théorie) et le bateau et les protections n'ont pas fait leur office à 100%.
comme quoi une installation 230V, ce n'est pas simple à faire et installer des parafoudres conséquents n'est pas inutile
pour tous ceux qui se posent des questions, je pense que le document ds ce lien sera riche d'enseignement:
http://download.hager.com/fr/guide_technique_parafoudres/guide_technique_parafoudres_ZD234e_05.pdf

bon diamanche
JL.C

dimanche 09 janvier 2011 11:43
Missing
(Sagittaire)

explications et solutions
http://www.sisl.ch/technique/foudre.htm
ne pas oublier de cliquer tout à fait en bas sur analyse accident

dimanche 09 janvier 2011 13:22
Tango-charlie_
yoruk

A votre contact je m’instruis, si çà peut utile à d’autres
Dès potron minet, je me suis faufilé jusqu’à la baille de mouillage, où comme je le pensais, je n’ai rien trouvé d’anormal.
Par contre je me suis rendu compte d’une fuite sur le tuyau d’eau annelé renforcé d’acier, amenant l’eau du quai à bord. Le tuyau trempait légèrement dans l’eau de mer. En le démontant j’ai constaté que sur la partie la plus proche du bateau, les spires d’aciers étaient apparentes, très largement carbonisés, et à cet endroit le plastique avait fondu…
Michel

dimanche 09 janvier 2011 13:53
Img_1120
Papy-Zoom

j'ai posé la question
au chantier Hallberg Rassy, ils sont très réactifs, et répondent généralement le même jour; voici la réponse :
"One easy solution is to buy normal start cables (the one that you use if you car doesn’t start) and but one part on the standing rigging and leave the other end in the water if a thunder storm starts".

ça me semble une bonne idée?

lundi 10 janvier 2011 12:56
Tango-charlie_
yoruk

Bonsoir à vous les Héotiens
J'ai reçu, de nombreuses marques de sympathie, voir d'entraide, de nombreux d'entre vous.
je voulais vous dire que j'aurais l'occasion de vous renvoyez l'ascenseur, en faisant un petit dossier sur l'ensemble de ce que j'aurai appris, en souhaitant, qu'il ne vous serve pas !!!
Merci Michel

lundi 10 janvier 2011 18:10
Tango-charlie_
yoruk

A votre contact, j’améliore les miens….
J’avance dans les investigations. A la recherche de court-circuit, que les prises de 220, le 1er démontage de cache a été le bon. Un des fil de la prise, probablement secoué par la décharge, et vraisemblablement mal serré, est sorti de serre câble, pour venir au contact du fil de terre. Ce qui mettait le circuit en sécurité immédiatement (merci Jeanneau des années 90, la sécurité 220 est bien montée).
Aucune trace de brulure ou de gaine fondue, se qui semblerait exclure le circuit de 200 du cheminement de la foudre (ou de l’induction, si j’ai bien compris). Le chemin le plus logique semblant maintenant : haubanage ==&gt mat ==&gt rail de fargue ==&gt tuyau d’eau du quai (annelé fer) ==&gt quai et terre… Tout ce qui était en périphérie a morflé !!!
Michel

mardi 11 janvier 2011 11:47
P1030960
Flora :)

Excellente idée... avec la traduction :
"Une solution simple c'est acheter du câble de démarrage standard (celui que vous utilisez quand votre voiture ne veut pas démarrer) et en fixer une extrémité autour du haubanage, et l'autre qui trempe dans l'eau, lorsqu'un orage s'annonce"

mardi 11 janvier 2011 12:39
Tango-charlie_
yoruk

On ne plaisante pas avec la sécurité...
Si l'hiver nous sommes branché au quai pour l'eau douce, nous avons en stock des quantités suffisantes de Raki ou d'Ouzo pour étaler tout débordement d'eau douce !!!
Cependant, vivant à bord, nous ne quittons jamais le bateau sans couper l'arrivée d'eau, l'électricité, et le gaz...
mais çà sert à rien contre la foudre !!!

mardi 11 janvier 2011 16:26
Img_1120
Papy-Zoom

merci, Moustic,
j'aurais dû y penser

mardi 11 janvier 2011 19:45
Avatar
Steredenn

Avec le même raisonnement...
...que celui de H.R. (cables de démarrage connectés sur un hauban et en contact avec la mer), ne pourrait-on pas envisager l'utilisation d'une pendanode (anode de mouillage) avec le même montage?
Ce matériel est peu onéreux et serait plus facile à installer autour des haubans qu'une chaine d'ancre !

mardi 11 janvier 2011 18:16
Img_1120
Papy-Zoom

Oui, sans doute,
mais ton câble d'acier sera moins conducteur qu'un gros câble de cuivre, et l'avantage du câble de démarrage, c'est la pince à son extrémité qui permet de l'installer rapidement. comme ils sont vendus par paire, tu peux en disposer de chaque côté du bateau.

mardi 11 janvier 2011 19:44
Avatar
Steredenn

Oui, Papy-Boom,
Mais le haubanage est également en acier...!
Et, ma pendanode, (qui traîne dans un coin sombre du canot) est équipée aussi d'une pince croco.
Mais en cas d'orage en navigation, je ne suis pas sûr de penser à l'installer.

mardi 11 janvier 2011 20:18
Avatar
Steredenn

Oui, Papy-Boom,
Mais le haubanage est également en acier...!
Et, ma pendanode, (qui traîne dans un coin sombre du canot) est équipée aussi d'une pince croco.
Mais en cas d'orage en navigation, je ne suis pas sûr de penser à l'installer.

mardi 11 janvier 2011 20:20
Missing
(60nora)

le tuyau d'eau du quai
branché directement sur le reseau du bord via un detendeur c'est le meilleur moyen pour couler à l'eau douce .Je sais je suis en dehors du sujet
mais pourquoi ne pas en parler .
alain

mardi 11 janvier 2011 12:52
Rekin
Kaj

je croyais
que le mât attirait la foudre comme le temple Grec situé en haut d'une montagne (d'où l'existance des dieux dans le ciel). D'ailleurs ce serait logique, plus on s'approche du nuage et plus le chemin est court. L'éclair étant comme les élèves il préfèrera toujours le moindre travail.
Donc, je considère, contrairement a ce qui a été démontré jusqu'ici, qu'un mât peut attirer éventuellement la foudre, surtout si on le met à la masse, puisqu'alors le cheminement est tout fait.
Conclusion, éviter de mettre le mât et les haubans à la masse et se recueillir longuement en cherchant quels sont les dieux locaux les plus capables de nous protéger.

En 6 ans de nav en Méditerranée et environ 30 000 miles, nous n'avons été victime de la foudre qu'une seule fois. Faut pas y penser, je m'étais sans doute trompé de dieu local.

mardi 11 janvier 2011 15:58
P1020948_
GilusBleu

le chemin de la foudre
n'est pas prévisible. Si le chemin le plus court était une constante, les éclairs n'iraient pas en zig zag. Pourquoi se fatiguer pour rien!

J'ai le souvenir d'un impact de foudre sur le môle de Saint Trojan, à proximité de la plage ou il y avait une forêt de mâts. La foudre est tombée sur le môle en tuant deux jeunes et pas sur les bateaux aux mats pointus et métalliques.

Conclusion si la foudre doit tomber sur mon bateau, je préfère la canaliser par le mât et la quille, quitte à fondre le mât et exploser le revêtement de ma quille, que de servir de conducteur entre ma tête et mes doigts de pied et d'abimer mes chaussures.
Quant aux dieux locaux, c'est très gaulois comme pensée, on peut toujours les louer. (A un tarif convenable bien entendu. )

mardi 11 janvier 2011 17:38
Tango-charlie_
yoruk

Louer un dieu ici, en Turquie...
Impossible ici, en Grèce je ne dis pas ils ont des milliers de dieux. Ici, impensable il n'y en qu'un seul, loi de l'offre et de la demande... Bien trop cher !!!
Une question, en référence à la réponse de AR, sur les câble de chargement. quelle est leur nature, il ne faudrait pas qu'ils s'oxydent en eau de mer ??? C'est une bête question là ???
Michel

mardi 11 janvier 2011 18:24
Missing
(boatlover)

Et les avions...
Comment font les avions pour se protéger de la foudre.

Je suppose que d’abord ils évitent les zones à risque et contournent certains nuages.
Mais j’imagine qu’il y a des cas ou ils se font « piéger », et qu’alors, ils disposent d’un système de protection efficace, autres que toutes les combines aléatoires qui sont évoquées dans ce fil.

mardi 11 janvier 2011 19:38
Rekin
Kaj

justement non
Ils évitent bien entendu les zones orageuses comme nous tentons de le faire nous-même mais sinon ils ne craignaient pas l'orage car tout en métal et pas à la masse ils ne risquaient pas grand chose.
cependant, depuis l'arrivée du tout électronique ça a changé, pensez donc ! L'action d'un simple téléphone portable serait nuisible ! Alors la foudre ! ! ! Aïe aïe aïe. !

Je note qu'en Turquie il n'y a qu'un dieu, mais nous c'est pire ! il n'y en a plus ! A quel "sein" se vouer ?

mardi 11 janvier 2011 19:44
P1030960
Flora :)

Comme les coques métalliques...
les avions d'aujourd'hui, à ma connaissance, n'ont rien à faire pour se protéger de la foudre, sinon comme tu dis qu'ils contournent les gros cu-nimbes porteurs d'orages, je suppose pour éviter les gros trous d'air qui vont avec ?

mardi 11 janvier 2011 20:30
Missing
(boatlover)

Mouais...
j'ai un peu de mal à croire qu'il n'existe aucun dispositif de protection sur les avions de ligne, d'autant que je crois savoir que les matériaux composites sont de plus en plus utilisés en remplacement de l'aluminium.
Mais bon comme je ne suis pas compétent en la matière, j'aimerai bien en savoir plus.

Y a des pilotes sur héo ?

mardi 11 janvier 2011 21:02
Profil-drop
Morbleu

Les avions se font foudroyés, souvent dans un orage, parfois même en ciel clair. Les conséquences sont généralement mineures, parce que l'avion fait cage de faraday. Il n'y a pas non plus cette attirance entre deux milieux, l'air et l'eau comme sur un bateau. Sur un avion, la foudre va de l'air en l'air en passant par l'avion. Lorsqu'un avion est foudroyé, il est inspecté après atterrissage. Il peut y avoir quelques dégâts sur les instruments, mais en général ce sont plus des petits dégâts au niveau des points d'impact ou de passage de la foudre (fusion du métal). Certaines partie, comme le radôme sont généralement étudié pour faciliter le passage de la foudre et éviter justement l'explosion du radôme.

Enfin, un avion en volant se charge en électricité statique à cause de son déplacement dans le champ magnétique terrestre, et les petits fils que l'on peut voir en bout d'ailes, permettent d'évacuer cette électricité statique far frottement avec l'air.

vendredi 15 mars 2019 09:26
Missing
(Sagittaire)

dubitatif je suis
faut-il canaliser la foudre,et par le mème coup,l'attirer,ou faut-il laisser faire le hasard en se disant que
1° l'orage va passer à coté
2° s'il passe au dessus,combien de "chances" pour que ça me tombe sur la téte.
si on est au port,l'accident est relativement rare bien que (voir le site donné plus haut).
il y a souvent des orages qui passent au dessus des ports et il n'y a pas de bateau foudroyè a chaque fois,sinon on en parlerait souvent sur le forum.
en pleine mer,les données sont autres,on est en principe le seul point haut,et pourtant la foudre tombe souvent à coté,mais je pense que dans ce cas,quitte à attirer la foudre,je mettrai des câbles dans l'eau ou au minimum une tresse entre le mât et la quille.

mardi 11 janvier 2011 21:06
---

attirer la foudre ?
Le mat n'attire pas la foudre (relire les textes techniques !). Le mat crée un cône de protection à l'intérieur duquel la foudre ne peut pas frapper le bateau : elle ne peut que frapper le mat dans ce cône, mais le mat n'augmente pas la probabilité de frappe...

mardi 11 janvier 2011 21:28
Image
Lulu2

Je me demande ...
...quand même si un mât ne produit pas un effet de pointe qui favorise l'ionisation de l'air autour de son sommet.

mardi 11 janvier 2011 21:36
---

effet de pointe ?
Lulu, il n' a pas de contradiction ! C'est même l'effet de pointe qui produit la protection, en empêchant la foudre de tomber ailleurs dans le fameux cône protégé.

Autrement dit : le mat attire sur lui toute foudre qui devrait tomber dans le cône, par contre le mat n'attire pas la foudre qui prévoit de tomber en dehors du cône.

mardi 11 janvier 2011 22:27
Missing
(Sagittaire)

pourtant
c'est ce qui est dit dans le site que j'ai donné plus haut

mardi 11 janvier 2011 21:39
Missing
(Sagittaire)

je répondais à Robert
ci-joint le texte
Comme tout objet pointu sur une surface plane, un mât de bateau peut effectivement jouer un rôle attractif sur la foudre. Cette attraction ne se manifeste cependant que dans un cercle délimité, appelé par les professionnels "surface de capture". La surface de capture d’un mât est un cercle dont le rayon vaut trois fois la hauteur du mât.
Par exemple, pour un mât de 10 mètres, le rayon critique est de 30 mètres. Si la foudre frappe dans ce cercle, il y a de fortes chances pour que ce soit effectivement sur le mât du bateau. Mais l’éclair peut très bien frapper l’eau à 50 mètres du bateau malgré la présence toute proche du mât.

mardi 11 janvier 2011 21:58
Tango-charlie_
yoruk

Une quuestion idiote.. sur la surface critique
Elle est de 45 m pour mon mat de 15 mètres... Elle fait comment la foudre pour choisir entre les 20 mats qui m'entourait...
C'est immoral çà non ???

mardi 11 janvier 2011 22:18
Avatar
simbad

le déclenchement de la foudre
se fait par des précurseurs (plusieurs), qui sont issus soit du nuage, soit de la terre (selon la polarité terre/nuage), genre messagers qui électrise un chemin au hasard des vriations des champs électriques entre nuage et terre.
près de la terre ou du nuage (polarité), il existe des pointes de potentiels électriques de différentes hauteurs, dont l'une va attraper un messager et vlan, la foudre tombe, et l'éclair se déclenche en suivant le chemin du précurseur qui, je le rappelle, n'est pas allé droit, d'où les zig zags de l'éclair.
des fois plusieurs précurseurs déclenchent en même tps, c'est très rare, un peu comme gagner le gros lot du loto
l'éclair véhicule le courant de 1 à plusieurs 100ne de millier d'ampère, et si un avion se pointe, il va traverser l'avion de part en part, donc un avion en métal, ça passe par la carlingue, sinon il a intérêt à avoir un paratonnerre dessus et dessous pour que l'éclair ne passe pas à l'intérieur
tous les avions sont testés pour ces perturbations orageuses
le mat d'un bateau n'est ni plus ni moins q'un potentiel attracteur comme les autres, mais on peut supposer qu'il en réduit la hauteur/ autres car le mat est conducteur; néanmoins, comme le pt d'impact est le fruit du hasard, il suffit que le précurseur passe pas loin et vlan, plein les yeux.
il existe aussi des orages ds les nuages, c'est beau à voir, un cumulonimbus gigantesque tirant des éclair entre sommet et base, et là on est à des énergies colossales, sincèrement ça fiche la trouille, rentrer ds la Vilaine précédé par un cumulo de qques km d'épais et éclairant à la tombée de la nuit comme en plein jour.

je vous raconte ça de mémoire, il y a bien longtps que je n'ai pas trempé ds ces pb, je pense que c'est exact, mais aujourd'hui certainement la théorie est plus avancée.

qt au dieu, en général y dort et faut pas le déranger, sinon y réveille Jupiter et vlan, plein les yeux
à+
JL.C

mardi 11 janvier 2011 22:25
Missing
Francois 260

Question
J'avais lu il y a longtemps un document où on distinguait 2 cas :
1 / Le mat est à "la mer", cad continuité électrique mat - mer. Dans ce cas, tout ce qui est dit + haut s'applique, le mat est un paratonerre.
2 / Le mat n'est pas relié à la mer. Dans ce cas, il n'augmente pas artificiellement la surface couverte par le bateau.
L'article concluait que soit il fallait que la liaison soit de qualité, car le risque de voir passer la foudre augmentait, soit il valait mieux s'abstenir de bricolage.
Etait ce complétement idiot ?

mercredi 12 janvier 2011 14:44
Avatar
simbad

non pas idiot
si la foudre tombe sur le mat, il faut qu'elle descende à la mer ds les meilleurs conditions, car si elle rencontre des résistances, fil fin ou mauvais contact, elle va passer en carbonisant la partie résistante et des circuits parallèles peuvent se créer pour rejoindre le moteur, les batteries, les filières...
le pb est de rejoindre le lest au mieux, la ferrure de pied de mât devrait être reliée au lest par une tresse ou à l'épontille métallique réunie ensuite au lest, 30 mm² de section minimum la tresse

mais si on peut passer à côté, faut pas se priver
à+
JL.C

mercredi 12 janvier 2011 21:42
Missing
2
Nusepalelice

Bonsoir, je relance ce sujet de la foudre en vous racontant ce que je suis entrain de vivre :

Mon bateau : Beneteau Sense 50 Nusepalelice

28 aout 2018 dans la baie de Figari au sud corse, 2 adultes et 4 enfants à bord de 5-9-12-13 ans !

temps magnifique mais orageux.

Je mouille dans la baie de figari par 5/6 metres d'eau avec 40 ml de chaine de 12mm et une ancre Rocna 25 kgs : en somme de quoi voire venir.

fin d'après midi, l'orage gronde....fort, il pleut à sauts, je suis dehors sous le bimini, les enfants à l'intérieur pas inquiets.

un voilier arrive et commence ses opérations de mouillage....juste devant moi,(je pense qu'il ne se doutait pas que j'avais 40 m de chaine) là le vent monte d'un coup très fort (mon électronique étant arrêtée, je ne connais pas la force du vent).

gros éclairs partout, ma femme sort sous le bimini et allume une cigarette, au même moment je vois le voilier de devant en travers devant moi à quelques metres (7à10m) et il part et moi je pivote en même temps : à ce moment je suppose qu'il a enmené mon mouillage, à ce moment également un gros éclair exactement en même temps que le tonnerre et aussi une legère odeur de pierre à fusil que j'attribue à la cigarette de mon épouse sur l'instant.

mon bateau est entrain de déraper, l'autre voilier s'en va et je ne m'en occupe pas car j'ai d'autres chats à fouetter !

je démarre le moteur pour remonter au vent mais l'alarme de pression d'huile (le gros bip continu quand le contact est mis et que le moteur ne tourne pas) bip sans arrêt : dans la précipitation aurais-je oublié quelque chose ? J'arrête donc le moteur et le redémarre mais le bip perciste : je coupe à nouveau, je descend à l'intérieur et coupe toute l'électricité. Je rallume tout, j'attend que tout se réinitialise (c'est long car les cailloux se rapprochent) et redemarre le moteur, mais le bip est toujours présent : tant pis pour la pression d'huile, je n'ai pas grand route à faire, j'embraye donc mais rien ne se passe (mes commandes moteur sont électriques), pas de flux d'hélice : j'essai la marche arrière pour voir mais rien non plus.

Je pense à me décaller des rochers qui sont maintenant à moins de 100 m en remontant un peu le mouillage et en faisant pivoter le bateau avec le propulseur d'étrave (toujours avec le bip qui est bien straissant) mais le gindeau ne marche plus et le propulseur ...non plus ! 4 momes à bord ça straisse aussi !

j'allume la VHF et lance un message "panne-panne". Là, pour info, le cross med me répond que maintenant cela se fait par téléphone !!!!! Ah bon ?

J'appelle au téléphone et demande de l'aide (mon annexe qui était à l'eau avec son moteur s'est retournée). Le cross m'informe m'envoyer de l'aide;
Dans combien de temps pensez vous être là ?
rapidement, environ 20minutes.
Moi, dans 20 mn je serai dans les cailloux !
Mettez les gillets !

Nous avons donc été dans les cailloux, juste 2 gros booums car un catamaran qui était au mouillage à coté de nous a entendu la vhf et vu la scène. Le vent étant entrain de molir (aussi rapidement qu'il etait monté) et notre voisin a sauté dans son annexe avec un 15cv et nous a tiré à l'extérieur des cailloux jusqu'à un endroit ou j'ai pu remonter le mouillage en utisant la télécommande de la baille à mouillage à laquelle je n'ai pas pensé sur le coup.

Orage terminé, nous avons plongé sous le bateau pour voir les dégats et il n'y avait pas grand chose, quelques traces de frottement mais pas de fissures ou enfoncement.

Nous avons été remorqués jusqu'au port de Bonifacio (2.400€) les enfants avaient repris le sourire ! Pendant l'orage, ma petite fille de 9 ans m'a dit "on va mourir Papi ?"

2 jours plus tard l'expert de ma compagnie d'assurance (Allianz) vient voir et me dit : "en matière de foudroiment, j'ai l'habitude : il faut TOUT changer, il va falloir démater et déquiller" il a également constaté des fissures legères autour du puit de quille. 10 jours plus tard, un technicien du chantier Bénéteau d'Ajaccio a remis le moteur en marche et nous avons remonté le bateau à Ajaccio où nous l'avons laissé depuis le 29/08.

un mois plus tard, alors que j'appelais le chantier qui me disait faire des investiguations pour vérifier ce qui marche et ce qui ne marche pas, l'expert me confirmait "on ne fait pas d'investiguation : on change TOUT"

Le devis est arrivé uniquement pour l'électronique : .......148.000 € (non il n'y a pas un zero de trop). Impressionnant quand on pense que mon bateau est de aout 2012, c'est à dire qu'il a 6 ans et que la vétusté sera de 5% par an pour les 5 premières années et 10% la 6ième ! total 35%.

Seulement voilà cela fait beaucoup pour la Cie et du coup l'expert me dit " vous n'avez pas compris ce que j'ai dis : j'ai dis on change tout.....ce qui ne marche plus" et je vous offre 45.000€.

Pendant ce temps, il y a eu Adriana, vous savez la tempête d'Ajaccio le 29 octobre ! pointe de vent relevé à 212 km/h. Mon bateau a arraché les taquets du ponton (sans doute à une place pas adaptée à un bateau de 50 pieds) et est parti se promener dans le port à la rencontre de ce qu'il pouvait : ne vous inquiétez pas m'a-t'on dit il n'a pas grand chose : un devis de 18.500 € à suivi !!!!!!!

Aujourd'hui j'ai fais procèder à une expertise contradictoire avec convocation de la Cie en LRAR mais la Cie n'a envoyé personne ils me disent ne pas avoir été informés de la date (alors qu'ils ont signé l'accusé de reception de la poste le 07/02/18).

J'ai bien sur fait une 2ième déclaration pour la tempête mais la Cie n'a pas bougé, même pas accusé recption de ma déclaration et aujourd'hui ils me disent :
c'est au chantier qui avait la garde de faire une déclaration de sinistre en responsabilité ; nous n'interviendrons pas.
Seulement en matière maritime, au delà de 100 km/h de vent aucun recours n'est possible : donc pas de responsabilité du chantier.

Par ailleurs, je rappelle que je suis assuré tous risques et que, un coup de vent fait parti, tout du moins je pense, des risques dont on cherche à se protèger lorsque l'on s'assure.

Voilà toute l'histoire !

Vous m'excuserez, j'espère, pour ce récit un peu long et surement trop personnel mais surement édifiant sur ce qui peut arriver car avant, si on m'avait raconté ça, j'aurai surement pensé à un peu d'exagération : et bien non !

Olivier.

jeudi 14 mars 2019 23:18 *** Message modifié par son auteur ***
Missing
tatihou

Merci pour ton récit tres édifiant et instructif
Il faut vraiment bien lire son contrat d assurance je ne pensais pas pour ma part que la vétusté pouvait etre aussi importante en si peu de temps a ce rythme un bateau de 10 ans vaut 0
Je pense donc que même si c est un peu plus cher il vaut mieux prendre une assurance en valeur agréé quitte a faire expertiser le bateau tout les 3 ans

Pour ton problème avec ta commande électrique des moteurs ca me conforte dans l idee que sur un bateau plus on a de trucs sophistiqués plus on est emmerd
La foudre peut détruire tout les systèmes électriques meme le démarreur
je regrette les moteurs qu on pouvait demarrer a la manivelle

Une chose peut un peu rassurer de toutes ces histoires de foudroiement vous etes tous la pour en parler ca semble plus ou moins détruire toute l électricité du bateau mais sans blesser les occupants et la coque continue a flotter
J

vendredi 15 mars 2019 08:01
Pavillon-i
pator

Olivier, apparemment à aucun moment vous n'avez envisagé de hisser une voile, quelle en est la raison ?

vendredi 15 mars 2019 09:34
Missing
Nusepalelice

Si, bien sur que j'y ai pensé, mais il faut comprendre que si j'ai fini dans les cailloux, c'est que le vent m'y poussait !
J'avais 40 m de chaine qui me tenait par l'étrave et j'étais donc bout au vent.
Le vent dont je ne connais pas la force (puisque je n'ai plus rien qui marche) était quand même violent et tourbillonnant pour environ 35/45 nds et les cailloux à moins de 100 m, le tout dans une baie.

voila une photo de mon ecran de traceur prise lors de l'arrivée au mouillage :

on voit que c'est une baie assez fermée, voila une photo de la baie avec ma position.

Une petite précision : nous ne nous sommes absolument pas rendu compte que la foudre nous avait frappée, ma VHF fonctionnait parfaitement bien, ce qui tendrait à prouver quelle n'est pas tombée sur le mat.
J'ai entendu dire que la foudre pouvait frapper l'eau et l'intensité se diffuser dans l'eau et remonter par les plaques de masse situées sous le bateau et impacter tout ce qui est raccordé à cette masse.

Plus curieux, par exemple, j'ai 2 salles d'eau et dans l'une d'elle la pompe d'évacuation de douche ne marche plus, mais celle de l'autre est ok, le frigo fonctionne mais le congélateur est HS alors que c'est la même ligne électrique qui alimente les 2 !!!!

Olivier.

vendredi 15 mars 2019 22:51 *** Message modifié par son auteur ***
20161230_093832
LECELTE

oui, la haute tension ( foudre HT continu impulsionnel ou HT fabriqué par l'homme HT alternative permanente) se disperse dans la terre ou l'eau sur une distance variable suivant la tension et la nature du "conducteur" terre humide et cultivée ou eau douce ou salée ….. cela va de quelques mètres a plusieurs dizaines de mètres, on appelle cela l'effet de pas 80cm (les cultivateurs ont été victimes de cela) différence de potentiel entre les 2 pieds…..

lundi 18 mars 2019 17:33
Rekin
Kaj

Très intéressant ! quelle angoisse à bord ! Vous avez eu du pot quand même et un sacré bon voisin sympa. ça me conforte aussi dans mon appréciation des assurances. Elles sont là pour ramasser l'argent, surtout pas pour rembourser un sinistre. Facile non ?

Vous dites que c'est ALLIANZ l'assurance ! J'ai bien lu ALLIANZ !

Un truc qu'il faut remarquer, les assurances augmentent tous les ans MAIS elle remboursent de moins en moins tous les ans aussi, voire pas du tout. C'est honnête ça ?

Je retiens ce nom et j'espère ne pas être le seul.

vendredi 15 mars 2019 15:37
Missing
1
tatihou

Souvent on sait pas ou assurer son bateau au moins la on sait ou il faut pas l assurer

samedi 16 mars 2019 09:30
Missing
Nusepalelice

Je crois qu'il ne faut pas tirer de conclusions hatives, je vais voir comment les choses évoluent, car pour le moment, ce n'est pas la Cie qui est en cause, mais l'expert !
En effet, la Cie suit l'avis du "sachant" qu'est l'expert, c'est lui qu'il faut contrer et à qui il faut faire admettre la réalité des choses.

Je pense simplement qu'il a été impressionné par le montant du devis auquel il ne s'attendait pas !

A suivre donc, je vous ferai un compte rendu en fonction de l'avancement afin que tout le petit monde de la plaisance puisse comprendre comment les choses peuvent avancer (ou déraper !).

Olivier.

samedi 16 mars 2019 21:15
Missing
tatihou

Je trouve malgre tout que ton contrat allianz prevoyant 35 % de vétusté pour un bateau de 6 ans n est vraiment pas favorable
je suppose que ta prime n a pas diminue de 35 % sur ces 6 ans
par curiosité au bout de 10 ans la vétusté est75 % ?

dimanche 17 mars 2019 09:29
Missing
Petocask

Bon, j'ai bien tout lu mais, ce que je trouve scandaleux, c'est que PERSONNE, mais absolument PERSONNE n'évoque les mesures à prendre pour se prémunir du coup de foudre lorsque l'on rencontre une jolie dame sur un ponton ou ailleurs !!!
Cela frise l'inconscience les gars !!!

dimanche 17 mars 2019 09:52
Missing
Pégase

Bonjour,
Quelqu’un a-t-il installé le système proposé par EvodisMarine ?
https://www.evodismarine.com/
Il serait intéressant d'avoir des retours d'expériences, et de savoir si ce système a été testé scientifiquement par des laboratoires ?
Qu'en pensez vous?
Henri.

dimanche 17 mars 2019 11:18
Missing
jacques9

Et ça coute combien ce bidule ?

lundi 18 mars 2019 17:25
Missing
Pégase

Autour de 1000 €. Dépend de la hauteur du mât.

lundi 18 mars 2019 18:01
08-11_tom_038
Pied Marin

Pourquoi pas ça n'a pas l'air idiot...

dimanche 17 mars 2019 18:41
Missing
Nusepalelice

Pour le coup de foudre, attention, ça n'arrive pas que sur les pontons !!!!

Pour la vétusté, cela ne résulte pas du barême de mon contrat car Allianz dit "vétusté à dire d'expert", cela vient donc de l'expert !

Olivier.

dimanche 17 mars 2019 21:23
Missing
tatihou

Je comprends pas bien un peu plus haut tu avais donne un bareme 5% par an les 5 première s annees puis 10% la sixième

lundi 18 mars 2019 07:52
Missing
Nusepalelice

c'est l'expert qui décide s'il y a ou non vétusté et, si oui, de quel pourcentage.
Pour moi, il y a dit que compte tenu de l'entretien général du bateau (très bon) et des factures, la vétusté MINIMUM est de 5%/an pendant les 5 premières années et 10% au delà.

cela ne vient donc pas d'un barême pré-établi mais de "à dire d'expert" et cela ne s'applique que sur la fourniture des pièces et pas sur la main d'oeuvre.

Olivier.

lundi 18 mars 2019 20:58
Missing
tatihou

Heureusement que ton bateau etait neuf et bien entretenu
est ce disons la norme 35 % de vétusté pour un bateau de 6 ans?
Tres surpris j ai regardé de pres mon assurance generalli les 6 première année s tout est en valeur a neuf
il y a vraiment intérêt a lire entièrement les contrats et a comparer les garanties pas seulement le prix

mardi 19 mars 2019 07:43

Répondre

Pour participer aux forums, vous devez être inscrit et identifié

Vous identifier | Créer un compte matelot

Retour forums