Tous les forums > Forums techniques > Oceanis 281 : manoeuvres solo ?
Missing
Eole85

Oceanis 281 : manoeuvres solo ?

Bonjour,

Je suis à la recherche d'avis sur la possibilité de faire du solo sur un Oceanis 281, possible facile ou difficile (comparé à un SO 29.2 par exemple ou cela est tres simple)

Aussi est il adapté à un programme semi hauturier, disons l'irlande depuis la bretagne par exemple

Enfin remonter au près ? Simple ?

Merci à tous pour vos lumieres.

mardi 10 septembre 2019 00:52

Liste des contributions

  • UP Eole85 mardi 10 septembre 2019 08:32
Missing
Eole85

UP

mardi 10 septembre 2019 08:32
Missing
Tranquilou

Bonjour, pourquoi le SO 29.2 est-il très simple en solo ?

mardi 10 septembre 2019 08:42
Img_53871
Brandan

Bonjour
Je ne connais ces bateaux (Oceanis et SO) que de vue mais je peux répondre quant à un programme concernant l'Irlande. En Irlande il faut une certaine autonomie. Les marinas, surtout dans l'Ouest, ne sont pas très nombreuses. Il faut être capable de tenir au moins deux semaines sur son plein d'eau et de gazole. Mais bien sûr on peut utiliser les bidons adhoc.
Quant à la navigation en solo, aucun problème dans cette taille de bateau. Capable seulement de tenir, disons 24 heures, sans sommeil. Pas question de dormir lors d'une traversée de Manche. AIS fortement recommandé.
Cdlt

mardi 10 septembre 2019 08:54
Missing
2
DomNomade

Je ne connais pas l'Oceanis 281 spécifiquement mais navigant solo sur un légèrement plus grand (Dehler 31) et ayant faut entre autres le tour complet d'irlande en solo (en 2015) j'apporte ma contribution si elle peut être utile .... à ce bien beau voyage!

facilité en solo : parmi les éléments qui définissent la facilité ou pas et dans ce genre de programme, il y a la capacité à faire le maximum de choses depuis le cockpit, considérant le contexte bateau de taille modeste et mer chahutée.
Prises de ris possibles sans aller au pied de mât ?

Qualité et fiabilité du pilote pour engager des manoeuvres en lui faisant confiance

Sans ces deux éléments, dans de la mer difficile et du vent qui monte, c'est non seulement difficile, mais dangereux aussi .... ( donc harnais, lignes de vies centrées au maximum et longes à la bonne longieur pour ne pas passer par-dessus bord !)

Et en cas de panne pilote, un de secours ? en solo , ça m'est arrivé justement vers le NW de l'Irlande sans avoir prévu de pilote de secours ... plus jamais, j'ai Toujours un plan B depuis ( regulateur d'allure et aussi petit pilote basique de secours, pour la boule Atlantique qui a suivi) sinon ... tu souffres !!!

Remonter au près = mon canote est très bon au près, l'Oceanis 281 je l'ignore, mais je m'étais fait faire un solent de brise sur étai largable, qui m'a bien servi notamment au près serré-serré en tirant des bords dans la bonne brise pour sortir des jolies et immanquables baies de l'Ouest irlandais ( Bantrry, etc ...)

Mouillage = une super bonne ligne de mouillage, longue, solide, bonne ancre ! plus tu montes moins t'as de ports, et plus tu as des "gale warning" qui t'obligent à aller te planquer en mouillage

Il y a bien d'autres aspects en matière de "facilité en solo", (AIS, comment de reposer, etc .... ) mais ceux ci dessus sont parmi ceux que je mets en première importance = pas que de la facilité, mais de la sécurité aussi ... t'es tout seul .... donc a chaque perspective de "merde", se dire "ce sera quoi le plan B"

Les autonomies =
Gasoil= en ajout de mon réservoir de 50 litres , j'avais 3 bidons de 20L, donc 110 litres pour un Yanmar 2GM20 qui consomme ses 1,2 litres/heure = 90H d'autonomie théorique, je n'ai jamais manqué
Eau = sur le même canote en transat, avec une réserve de 120 litres et 3 x20 en bidons et au moins 40 bouteilles pour la boisson, j'ai tenu 19 jours de transat retour solo sans ne jamais manquer d'eau ... donc pour l'Irlande idem 2 semaines sans souci.

Bon et beau voyage ...!
Pour moi c'est un souvenir magnifique et inoubliable, exigeant cependant ...mais quel souvenir !!
Ce fut ma première grosse ballade solitaire avant de me frotter à la Boucle Atlantique en solo.
J'en retiens entre autres que ce que l'on appelle la "facilité" se décline surtout dans la capacité à rester dans un cadre de "sécurité" dans des conditions qui peuvent évoluer très vite ... quand on est en solitaire.

mardi 10 septembre 2019 09:36
Missing
Eole85

Merci DomNomade c'est top d'avoir ton avis ! Un retour d'experience de dingue, en effet ça a du etre magnifique. La regle semble de prevoir le pire pour avoir le meilleur en effet. Féliciations pour ce voyage !

Pour le solo c'est pour la journée en cotier. L'Irlande ce sera à 2 mais vos indications m'aide beaucoup pour la prépa de ces navigations.

D'autres avis sur la navigation ou les manoeuvres solo sur 281 ?

mardi 10 septembre 2019 13:49
Missing
Cédric 1983

n'importe quel bateau est gérable en solo, de l'optimist à l'imoca...
Après ce qui fait la différence, c'est le skipper. Dans le cas d'un optimist c'est un jeu d'enfant... un imoca est plus complexe certe.

Après un bateau se prépare, c'est important de mettre a sa main son bateau, de le connaitre par coeur. Truc tout con, mais une vieille drisse qui date de ne sais quand, je ne suis pas tranquille, je remplace d'office (sauf si aspect récent bien sur)... car une drisse qui lache quand tu en as besoin, c'est le début de la galère, loin de tout.
une prise de ris mal passée, ça pardonnera pas au moment venu ... quelque soit le bateau. idem pour un accastillage merdique, ou sous dimensionné, mal placé ...
idem si tu es pas performant physiquement, quand ce sera dur, tu galérera...
Bref, normalement, si tu prévois de faire du semi hauturier, qui plus est en solo tu devrais être en mesure de répondre à toutes tes questions!

Si l'objet est d'ouvrir le débat, pour du semi hauturier, ce type de bateau n'est pas adapté. C'est un bateau côtier, peu lesté, pas mal de fardage, et d'une solidité toute relative. pour le près, il faudra repasser. (j'entend avec F6 ce doit être limite, et F7 dangereux). En bref, un bateau de Vacances (au sens péjoratif du terme, j'assume) et pas un bateau de voyage
Cela passera sans aucun doute en étant très prudent, mais ce n'est pas le cahier des charges initial du bateau, et il y a beaucoup de bateau bien plus adapté dans cette taille.
Maintenant si tu pars sur ce type de bateau c'est peu être un problème de budget, et dans ce cas, il faudrait peu être revoir le programme? ou le modèle surtout si tu ne l'a pas acheté!

mardi 10 septembre 2019 14:02
Img_53871
Brandan

DomNomade a dit tout ce qu'il fallait dire, en particulier sur les pilotes automatiques. Mais les pilotes consomment de l'énergie. Il faut donc un bon parc de batteries et ce qu'il faut pour les recharger. Cela fait partie de l'autonomie, point sur lequel j'avais mis l'accent.

mardi 10 septembre 2019 16:38
Missing
DomNomade

L'autonomie en énergie, oui absolument !
D'autant que si l'objectif est de tourner autour de l'Irlande ou de monter assez haut, peu de ports et beaucoup de mouillages, ajoutés à la nav solo sous pilote, grosse sollicitation des batteries => solaire, éolien , les deux ? et why not hydrolien ( j'ai les 3, un Ampair 100 acheté d'occase à hélice trainée ... avoir de l'énergie toujours, même en nav de nuit avec vent trop faible pour produire en éolien !)

.. Après on tombe dans l'élargissement du sujet à non pas l'Océanis 281 lui-même mais la question des préparations aux navigations longues et solitaires .. un sujet à part entière, sans doute très débattu déjà ici .... et néanmoins passionnant car au coeur de notre ( ... le mien en tout cas) intérêt à échanger ici nos questions et nos expériences .. au-delà des parfois bien vaines polémiques.

mardi 10 septembre 2019 17:55
Images_(large)_(2)
pierre 2 the minimalist

L 'oceanis 281 est un petit bateau tres solide et hyperfaçile a manoeuvrer en solitaire ,son seul inconvénient serait son pte pour le pres dans la brise mais ça peut être un avantage pour le mouillage ,quand au jugement péremptoire sur les bateaux de vacances je ferais remarquer que tous les bateaux de plaisance sont des bateaux de vacances sinon pour s'en rendre compte je vous dirais de regarder les bateaux de professionnels

mardi 10 septembre 2019 20:04
S_20160818_132623a
1
BlackNav

Il te faut : un bon pilote, un pilote de secours, être en forme pour pouvoir faire face à un coup dur, AIS émetteur - récepteur, carto automatique GPS avec redondance (PC, tablette, traceur, etc...), de bons vêtements de mer.
Le plus dur en solo, pour moi, c'est la nuit. C'est long une nuit sans lune, dans la brume, à dormir par tranches de 15 min. Il est des nuits magnifiques, chaude, avec la lune, les dauphins, une mer calme, un vent régulier. Et des nuits terribles, froide, sombre, avec de la mer, et un vent changeant qui oblige à des manoeuvres. On se sent seul au monde. Mais c'est aussi pour ça qu'on y va !

mercredi 11 septembre 2019 10:03
Img_53871
Brandan

@BlackNav
Dans les mers celtiques les nuits ne sont pas si longues en été. Et elles sont assez féériques.
Pour moi, le plus dur en solo, sont les manoeuvres de port. Je privilégie corps mort ou mouillage. En Irlande pas de problème pour les corps mort, gratuit ou faible prix. Comme Eole85 pense naviguer sur un bateau de longueur inférieure à 30 pieds je pense que les manoeuvres de port ne poseront pas trop de problèmes.

mercredi 11 septembre 2019 10:23
S_20160818_132623a
1
BlackNav

Pour les manoeuvres de port, au-delà d'avoir tout préparé avant de rentrer dans le port, une amarre au maître beau de la coque permet d'amarrer le bateau très vite en sautant sur le quai, en attendant de finir proprement.

mercredi 11 septembre 2019 13:15
Missing
matelot@17523

Pour ma part, je préfère une longue amarre frappée à l'avant et à l'arrière, qui me servira de garde et de bout arrière quelle que soit la position du taquet de catway qui n'est pas forcément adaptée à un amarrage même provisoire au maitre bau.
Pour le départ,après avoir largué les pointes, cette amarre me permettra aussi de bien orienter le bateau avant d'embarquer et d'embrayer en arrière toute.

mercredi 11 septembre 2019 13:49
Ange-avatar-1
Phil o zof

Bonjour,

Ce qui est bien en solo : on est le seul a avoir peur si ça gîte trop !

Ensuite, avant d'envisager un tel voyage, bien maîtriser le réglage des voiles sera un grand plus.

Et pour la facilité de remonter au près, vu la taille du bateau, à partir de force 5 ou 6 dans une mer un peu formée, ça ne va pas se faire tout seul.

Et vérifier le nombre de ris dans la GV avant de partir.

mercredi 11 septembre 2019 13:39

Répondre

Pour participer aux forums, vous devez être inscrit et identifié

Vous identifier | Créer un compte matelot

Retour forums