Tous les forums > Navigation > Gros coup de tabac sur le lac Léman. voiliers coulés ou démâtés
Missing
lundi 17 juin 2019 12:20

Liste des contributions

Avatar
simbad

j'ai subi ça dur un edel 4 (mais pas si fort), sur le lac de la forêt d'orient, lors des 24h,
au départ de la course, un gros nuage noir vent arrière, tout le monde avec le spi, j'avais dit au copain, ça craint la misère mais comme personne n'a affalé on a tout laissé, départ au lof, bato couché spi en lambeaux, on a fini la course sous génois à se traîner vu qu'après cet épisode le vent a molli...dur dur
JL.C

lundi 17 juin 2019 14:16
Missing
navenregat

bonjour
impressionnant !
naviguer sur un lac peu etre mouvemente .

salut

lundi 17 juin 2019 14:23
Img_20190519_172850
5
lundi 17 juin 2019 14:31 *** Message modifié par son auteur ***
Ange-avatar-1
Phil o zof

Ils étaient pourtant prévenus...

"Comme le prévoyaient les bulletins météo, l’orage a éclaté vers 17 heures."

Un peu avant ces orages passaient en France...

https://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alpes/drome/drome-chef-entreprise-romans-isere-eric-n-plus-rien-orage-qui-s-est-abattu-commune-devaste-1686272.html

lundi 17 juin 2019 14:31
Img_20190519_172850
Opti

Bien sur que tout le monde était prévenu, même avant le départ. Après le but du jeu est quand même d'avancer et de bien se placer.

lundi 17 juin 2019 14:41 *** Message modifié par son auteur ***
20180403_182142
dica

quand on régate, on prends plus de risque …. et des fois ca passe pas.

lundi 17 juin 2019 16:42
Ange-avatar-1
Phil o zof

C'est la même vidéo que donnée par Okyl il y a plusieurs heures...

lundi 17 juin 2019 18:54
Missing
sylvz1

Exacte, mille excuses...

lundi 17 juin 2019 19:11
P7300516
1
cezembre

Brancher la gopro ou prendre deux ris that's the question

lundi 17 juin 2019 21:09
First_24_apuma
2
Puma

Premier monocoque : Raffica
https://youtu.be/XQTr_9cXO7k?t=10

lundi 17 juin 2019 21:50
Img_2173
loupeis

Super images dans un décor grandiose. Sur la vidéo de okyl ça bombarde sec..
En multi, Yann Guichard et son équipage ont essuyé la brafougne grand voile haute, pour cause de gréve d'un hook , en tout cas impossible à affaler.
Les équipiers de Raffica , 'la rafale', ont eux aussi bien joué le coup, belle manoeuvre

lundi 17 juin 2019 22:52
Img_20190519_172850
Opti

Superbe! J'adore à 0:45 le type en prend plein la tête et c'est le plus heureux des hommes.

mardi 18 juin 2019 08:36
Missing
1
Hisseotoamem

Le fait qu'il y ait une tempête avec très gros coup de vent sur le lac était certain (annoncé depuis à peu près 48 h et se confirmant d'heure en heure).
Le résultat de cet épisode "sportif" (d'après certains) me rappelle une citation d'Audiard sur les gens qui osent tout...

lundi 17 juin 2019 22:11 *** Message modifié par son auteur ***
Img_20190519_172850
1
Opti

Pour l'avoir fait plus d'une vingtaine de fois, je peux te dire que cela fait du bien d'être con.

lundi 17 juin 2019 22:53
First_24_apuma
Puma

Etait-il judicieux de souquer le pataras sur Morpho ?
https://youtu.be/xHMEzjHo7Mc?t=391
Le mât a cassé moins d'un minute plus tard.

lundi 17 juin 2019 23:11
Img_1279_(1)
1
tiktak

Souquer le patata diminue la puissance de la Gv
Non ce qui me surprend c’est le fait de ne pas prendre de ris tant qu’il est temps voir affaler et cape sèche s’il le faut .... tomber le mat cela peut être mortel aucune régate ne justifie d’autant que ce n’est pas une stratégie de course gagnante

Après les critiques sont faciles l’art est difficile

mardi 18 juin 2019 00:28
Born_to_sail
5
Sailortoun

Jean-Marie sur Morpho est un des Grand-Surprise les plus expérimentés du lac, il a joué, il a perdu, d'autres sont passés sans casse à près de 20 noeuds sous GV haute.
Comme dit Pierre3 plus bas, c'est probablement l'enfournement qui provoque le démâtage, il aurait fallu avoir tout l'équipage vraiment très en arrière, derrière le barreur pour éviter ça... mais c'est facile derrière nos claviers.
J'ai vécu cet orage depuis la terre, c'était déjà impressionnant, je pense que j'aurai pas fait le fier sur l'eau.

mercredi 19 juin 2019 08:12 *** Message modifié par son auteur ***
Missing
Lavapies

Effectivement les images sont impressionnantes, après la moitié de la flotte décimée, des hommes à la mer des bateaux coulés... je ne sais pas si on peut véritablement se réjouir du spectacle. Je dirais : heureusement qu'il n'y a pas eu de victimes, l’organisation aurait été un peu mal surtout si le coup de vent était attendu.

mardi 18 juin 2019 13:58
Hy%c3%a8res-20121112-00503
melody34

Pour avoir fait de multiples régates en Méditerranée en tant qu'équiper, c'est typiquement dans l'esprit "Régates" d'aller à bloc jusqu'à risquer de tout casser. Vécu à bord de 2 teams où les proprios mettaient leur voilier à fond pour gagner à tout prix. A l'époque, cela me faisait halluciner vu le fric en jeu et le prix du matos qui cassait... sur ces vidéos, faut pas faire les étonnés car ca se passe comme cela tous les week end dans les courses.
Là, ils ont voulu jouer... la météo l'annoncait quand même de manière quasi certaine...

mardi 18 juin 2019 14:22
Missing
Lavapies

"ca se passe comme cela tous les week end dans les courses" ça m'étonnerait quand même

mardi 18 juin 2019 14:42
Hy%c3%a8res-20121112-00503
melody34

évidemment pas dans les mêmes proportions (pas de bateaux qui coulent ou 1 voilier sur 2 qui démate, la situation du Léman reste exceptionnelle dans le volume de casse)
mais il y a de la casse dans les régates sportives ! c'est un bon business pour les préparateurs !

mardi 18 juin 2019 14:48
Born_to_sail
Sailortoun

On est pas non plus à 1 voilier sur 2 qui démâte, il y a eu une vingtaine de démâtage, 3 voiliers coulés (dont 2 Toucan) et pas mal d'abandons sur voile déchirée.
Mais une grande partie de la flotte est passée sans dégâts.

mercredi 19 juin 2019 08:05
Img_1279_(1)
tiktak

La vidéo du gagnant le montre à sec de toile...
Rester Gv haute dans 50noeuds ce n’est pas jouer...même quand on a de gros moyens financier pour réparer

Après le chef de bord a décidé il était sur place je n’ai aucune lecon à donner. J’aimerai juste comprendre sur quoi il a fondé sa décision

mardi 18 juin 2019 15:09
Missing
pinch

Malheureusement ce passage orageux aura fait une victime chez un plaisancier lors de la sortie (elle ne participait pas à la régate).

mardi 18 juin 2019 14:28
Contessa-38
Pierre3

On se dit que si le bateau n'avait pas enfourné il ya des chances que le mât soit resté debout, larguer 3 équipiers pour alléger le bateau ?
Bon OK, je sors...

mardi 18 juin 2019 14:52 *** Message modifié par son auteur ***
Born_to_sail
1
Sailortoun

Ou juste les faire reculer derrière le barreur pour lever le nez, c'est déjà pas mal.

mercredi 19 juin 2019 15:08
Img_20190519_172850
Opti

Joli parcours de Marc THIERCELIN en Toucan. 34

mardi 18 juin 2019 15:47
Photo_2
wilrou

Le retour des guerriers super...
https://youtu.be/kq53eiHJv3o

mardi 18 juin 2019 22:37
Img_1795
mosc

Toujours impressionnant,
Juste pour revenir sur les remarques de Puma et Tiktak, ce qu'on a toujours pensé et donc fait c'est de plutôt détendre le pataras au portant encore plus sous spi (là il n'y avait plus de spi mais bon).
Je pense à des gréement 7/8.
Par contre au prés le barreur a le pataras dans la main ne joue qu'avec ça et souque dans les surventes pour enlever de la puissance de la gv.
Dans notre imaginaire peut être on voyait le pataras souqué au portant comme une pré-contrainte 'aidant' le spi pour casser le mat
??

mercredi 19 juin 2019 08:04
Img_1279_(1)
tiktak

Étarquer le patata vrille la voile et ouvre la chute de la Gv en plus d’aplatir la voile d’avant en retendant l’etai

J’imagine que devant l’impossibilité de prendre un ris une fois la cellule sur eux,ils ont essayé cette solution.

Sur le plan de la stabilité du mat je ne sais pas. Détendre le patata rend le mat davantage sujet au pompage d’autant que sans voile a l’avant l’etai est plus mou...

L’equipage était assurément bien meilleur que moi: il n’empeche ils ont tombé le mat et ça c’est une énorme connerie. Dire que c’est la faute à pas de chance c’est un peu gros.

A 20 noeuds par 50 noeuds réels au va on prend 30 noeuds et on croit que ça passe. Au moment de l’enfournement on prend 40 à 50 noeuds... évacuer la surpuissance au portant c’est bien plus difficile qu’au près car le bateau ne gîte pas

En cata léger on apprend vite à se méfier: chapeau garanti si on ne choque pas en grand et en urgence la Gv. Je ne parle même pas des effets sur l’equipier Au trapèze

Sur un grand surprise on ne fait pas chapeau... visiblement on tombe le mat.

Je n’ai pas l’esprit régate mais je n’imagine pas le chef de bord expliquant aux enfants d’un équipier « il a pris le mat sur la tête, on pensait que ça passait et comme on est pas là pour acheter du terrain et qu’on est des vrais sportifs on a allumé le gopro et serre les dents ».

Qui d’entre nous en voyant la vidéo s’est sincèrement dit: j’aurai fait pareil cela se tentait? Dommage pour le mat.

Je pense sincèrement qu’ils n’ont pas anticipé une telle force de vent ni ses conséquences. Je serai le dernier à les en blâmer et à les juger. Mais je trouve très limite de se dire cela se tentait une fois le résultat connu. Ce serait très irrespectueux de la vie de l’equipage et un drôle d’etat d’esprit...

Sur le plan stratégie je rappelle qu’il y a une vidéo du monocoque gagnant à sec de toile... comme quoi...

mercredi 19 juin 2019 15:23
Born_to_sail
1
Sailortoun

Sauf que Raffica, le monocoque gagnant, est un Libera, genre de dériveur géant, quasiment sans lest, qui se navigue à 15 équipiers dont 12 au trapèze/échelle pour équilibre le bateau, et qui a effectivement très bien géré ce coup de vent.
Le 2e Libera de la flotte "Principessa" a eu moins de chance, il a chaviré mat sur fond. Clairement tout affaler était la seule solution pour eux de s'en sortir, surtout qu'ils étaient sur le retour, donc face au vent au moment de la bourrasque, contrairement à la flotte de Grand-Surprise qui était au portant sur la descente.
Sur les 28 GS au départ 19 sont arrivés sans casse majeure, plusieurs ont traversés le grain sous GV haute, donc oui ça se tentait, je pense que c'est ce qu'on aurait fait aussi si on avait été sur l'eau. Sur les 9 abandons, 3 sont des réguliers des avants poste du circuit (je régate en GS depuis 12 ans), 2 ont abandonné sur casse. Les 6 autres sont inconnus sur le circuit ou presque (dont 1 DNC).

mercredi 19 juin 2019 15:57 *** Message modifié par son auteur ***
Missing
BWV 988

Je ne sais pas si cette régate aurait dû être annulée, mais n'oublions pas quand même qu'il s'agit d'une régate sur un lac, ou les conditions de "mer" n'ont rien à voir avec celle qu'auraient eu les participants s'il s'était agit d'une régate en mer ouverte, ou là, les dégâts auraient été tout autre avec vraisemblablement des pertes humaines. J'ai entendu parler de creux de 1 mètre...Il ne s'agit pas bien sûr de minimiser ce que les participants à cette régate ont eus à subir, mais simplement de relativiser, car comme chacun sait ce n'est pas le vent qui est dangereux, mais la mer.
Je précise quand même que je n'ai jamais navigué sur le lac Léman.

jeudi 20 juin 2019 10:38 *** Message modifié par son auteur ***
Missing
Hisseotoamem

BWV, ta dernière phrase est pleine de bon sens: de fait tu ne connais pas le Léman.
Je te confirme: pour avoir connu les deux, je préfères nettement des creux de 2 m ou plus que j'ai pus tester en Corse ou près d'Oléron, que ceux d'1 m dans le Léman.
Car ces derniers sont serrés, croisés, et capables de vous arrêter NET et d'un coup sec un voilier bien lancé. Ce qui explique bien des casses de gréements.

jeudi 20 juin 2019 11:30
Missing
Marie-Jade

"est-ce que cette régate n'aurait pas du être annulée?"

Armel Tripon répond très bien à cette question:

https://voilesetvoiliers.ouest-france.fr/europe/suisse/lac-leman/orage-du-leman-armel-tripon-temoigne-on-slalomait-entre-des-dizaines-de-bateaux-chavires-55316c94-940d-11e9-a90c-d29707c88081

"C’est une question de mentalité. Les Suisses n’ont jamais annulé un départ du Bol d’Or. Jamais ! Ils ont une philosophie un peu à l’anglaise : le départ est donné mais personne n’est obligé de le prendre, tu prends tes responsabilités, en fait. La météo est communiquée, tout le monde est au courant. Au skipper d’estimer si son bateau est prêt pour ça et si son équipage est compétent pour affronter le truc. "

Tout est dit, chacun est libre, le Léman a ses colères et il faut faire avec ou pas!

vendredi 21 juin 2019 17:13
Img_20190519_172850
Opti

On ne peut pas comparer le Léman avec la mer.
On ne peut pas comparer les bateaux qui naviguent en mer et ceux qui naviguent sur le lac.
Tu plonges dans la vague trois fois avec un Toucan, tu coules, avec un Phantom tu es sur le toit (c'est juste un exemple).
Tu le fais avec un croisière pépère tu ne risques rien, tu le fais pour le plaisir et la fête mais tu es dans les derniers.
Je pense que jamais un bol d'or sera annulé.
Les gens étaient prévenus, tu prends le départ ou pas c'est ton choix.

jeudi 20 juin 2019 11:45
Missing
BWV 988

Super les vidéos!

Je reviens sur ton avant dernier post lorsque tu dis qu'on ne peut pas comparer les bateaux de lac et les bateaux de mer, bon ok, mais il y aussi des bateaux de mer sur le lac, et lorsque j'ai écrit mon dernier post j'avais en tête la vidéo montrant le démâtage du Grand-Surprise, et je me disais qu'un Grand-Surprise était quand même tout à fait capable de naviguer avec un mètre de creux, heureusement d'ailleurs.Le vent lui se gère, plus ou moins bien, mais ce n'est pas lui qui est dangereux, au pire comme on l'a vu, il provoque un démâtage, c'est juste emmerdant pour le porte-monnaie...

jeudi 20 juin 2019 16:25
Img_20190519_172850
Opti

C'est sur que le porte-monnaie trinque.
Pour l'exemple du GS c'est un peu compliqué.
Si tu mises trop sur l'anticipation en régate tu es mort.
Ils avaient déjà tiré sur le bateau dans une autre course à 30 noeuds de vent et c'était ok.
Tu penses que cette fois cela va être la même chose.
Quand tu réalises que cela ne va pas être le cas c'est trop tard, tu fonces droit devant et espères que l'orage passe vite.
Mais là non, ils sont tombés sur un os et comme dit justement Sailortoun il restait à faire reculer les équipiers derrière le barreur pour lever le nez.
Très difficile à chaud de prendre la bonne décision.

jeudi 20 juin 2019 17:13
Img_20190519_172850
Opti

Paroles du skipper suite du lien de sylvz1
« Avec le recul, je me dis qu’on aurait pu affaler la grand-voile. On avait déjà eu 50 nœuds de vent à la Genève Rolle Genève il y a deux ans et le mât avait tenu. La météo annonçait 50 nœuds, pas plus, mais c’était bien plus fort. C’est la première fois qu’on voyait ça. »

jeudi 20 juin 2019 21:05
Logo_mamgoz
Morbleu

J'espère qu'ils ont noté les pointes au speedo avant de péter le mat, parce que ça doit pas arriver tout les jours des vitesses comme ça!

jeudi 20 juin 2019 17:30
Img_20190519_172850
Opti

16 nœuds.

jeudi 20 juin 2019 17:51
Born_to_sail
Sailortoun

Je connais pas le degré de précision des balises de suivi mais j'ai vu, sur la carto, un autre GS flashé à 20.6 noeuds pendant le grain.
Et Flash qui finit 3e GS m'a dit qu'ils avaient tapé 17,8 noeuds.

jeudi 20 juin 2019 19:02 *** Message modifié par son auteur ***
Img_2173
loupeis

30 nds en 26 pieds. Non mais allo quoi, t'as des foils et t'as pas de freins !
Des furax.

vendredi 21 juin 2019 15:52
Avatar
CERIGO

Je ne veux pas penser qu'ils n'ont pas réduit en estimant que çà allait être plus dangereux que le risque de démâtage ?!

vendredi 21 juin 2019 16:07 *** Message modifié par son auteur ***
Img_2173
loupeis

C'est Armel Tripon quand même. Il dit avoit pris option de foncer jusqu'a la bouée et prendre l'orage ensuite. Ils ont du affaler une fois descendu plein badin avant le grain.

vendredi 21 juin 2019 16:29

Répondre

Pour participer aux forums, vous devez être inscrit et identifié

Vous identifier | Créer un compte matelot

Retour forums