Tous les forums > Forums techniques > Les belles miches du bord

Les belles miches du bord

Problèmes de stockage de la farine, charançons, nettoyage d’ustensiles, gourmandise du four en gaz et élévation de la température du carré après l'emploi de ce même four… Pas simple, de faire du pain à bord. Et pourtant !

s (...)

Liste des contributions

Avatar-tom-50x50
tom

Faites chauffer le four !
Après une telle mise en bouche... y'a plus qu'à mettre la main à la pâte....

J'suis volontaire pour la permière fourné.

vendredi 09 mars 2001 01:00
---

Plus de long-comme-un-jour-sans-pain
Personellement si je ne suis plus trop français dans ma tête, je le reste farouchement dans mon estomac. Donc le pain : trrrrrès important (en plus pâte et riz ont l'inconvénient de taxer la précieuse eau douce). Le plus simple, en partant de France est de stocker des sachets de levure boulangère Mahiné (la "traditionnelle" la "rapide" ne l'est pas et est moins efficace). En route on peut trouver de la fourniture à cargo (levure par paquet de 500 g sous vide comme le café moulu).

Ma méthode : un sachet de levure dans un peu d'eau tiède (température de la main), une pincée de sucre, une cuiller à café de farine. Petit touillage. Incubation 10 mn (au-dessus du serpentin du frigo à gaz). Rajouter la farine (500 g), une cuiller à café de sel fin et, facultativement, une cuiller à soupe d'huile d'olive, des noix émincées ou des grains de cumin. Ajouter de l'eau tiède et touiller énergiquement avec une (solide) cuiller en bois. Transférer dans un moule à cake en Teflon. Petit saupoudrage de farine. Mettre à gonfler (env. 30-45 mn) au tiède sur le serpentin sus-nommé (avec un torchon propre pour éviter les courants d'air). Quand ça commence à déborder mettre au four (à gaz), puissance maxi, 30 à 45 mn selon les brûleurs.

Même rassis ce pain de qualité est utilisable pour faire un excellent déssert (lait, sucre, raisins secs, rhum).

http://wmarie.free.fr

vendredi 29 mars 2002 23:14
---

Pain à la cocotte-minute?
J'ai entendu parler d'une possibilité pour faire du pain à la cocotte-minute. Quelqu'un/une a-t-il/elle la recette. Merci beaucoup...

jeudi 03 avril 2003 00:24
---

Pain pret à cuire
Quand on a la flemme de faire soi-meme son pain, il existe des pains longue conservation (de mémoire 2 à 3 mois) sous vide non cuits. Il ne reste alors qu'à allumer son four. Le résultat n'est pas si mal meme si le prix reste un peu élevé. J'en ai trouvé l'été dernier dans un hyper marché Casino.

jeudi 03 avril 2003 00:42
---

william marie
la recette est très bonne et je signale que le pain est aussi bon quand il est cuit dans un four de cuisinière à pétrole!!!

jeudi 03 avril 2003 00:57
---

et même sans four !
On a testé pendant une petite semaine, la fabircation de pain ... mais sans four ! à la cocotte, ce n'est pas évident a cause du feux ... mais à la poele ... c'est un régale ! le seul problème c'est que le pain ainsi fait ne résiste pas longtemps aux estomacs des équipiers !!!

jeudi 03 avril 2003 10:24
---

exact...
le pain que l'on fait soi même est tellement bon par rapport à ce qu'on nous fait manger à terre, que çà devient une vraie gourmandise et il est difficile de patienter jusqu'au repas...

jeudi 03 avril 2003 11:34
---

Variante tropicale...
Petite variante pour ceux qui naviguent en climat tropical !

Toutes les recettes parlent d'eau tiède, ceci est valable en climat tempéré, mais cela vire à la catastrophe en climat chaud.

J'ai connu plusieurs équipages désespérés de constater qu'ils n'arrivaient plus à faire du bon pain en approchant des zones tropicales, accusant à tort la levure…

Il est difficile de tirer les vers du nez de certains professionnels, mais en insistant, on y arrive…

En fait, le calcul approximatif du boulanger consiste à soustraire de 70°C la température du fournil, plus celle de la farine. Exemple : en Europe, 20° dans le carré, plus 20° la farine, = 30° pour l'eau.

Aux Antilles, 32° pour le carré et la farine, = 64°……. reste 8° pour l'eau !

La levure est très fragile, et meure si elle chauffe trop. Une fois trop chaude, la pâte ne monte plus !

Sur les sacs de 15 kg de farine T150 que j'importe de Lozère pour mon usage personnel, est indiquée la température idéale en fin de pousse de la pâte : 26° !

Avec plus de 30° dans le bateau, j'utilise de l'eau à 3°, et obtiens une pâte à 27-28°…
La pâte va mettre plus longtemps à monter, mais elle va monter beaucoup plus, ce qui va donner, même avec de la farine complète un pain bien aéré.

Détail concernant la levure pro en paquet de 500gr : elle est conçue pour être mélangée à sec avec la farine, inutile donc de passer par la case chimie…

Dans mon four, je met toujours une boîte d'eau, qui va générer de la vapeur tout au long de la cuisson, cela évite de sortir la scie à métaux pour couper le pain…

Si besoin de détails... avec plaisir

samedi 14 août 2004 23:30
---

Distraction,
ou plus grave ? 70 moins 64 ça fait bien 6 et non pas 8, non ?

Donc, tout le monde est gentil et ne se moque pas, ou bien tout le monde est distrait ?

dimanche 06 mars 2005 20:12
Missing
(JOY)

les proportions ....
Pourrais-tu m'indiquer les proportions que tu utilises pour faire un pain ? J'ai essayé plusieurs recettes, sans gradn succès quant à la levée, je vais faire attention à cette température de pousse. Ici aussi à Nouméa, dés que la chaleur revient (on est en hiver actuellement), la température dans le bateau est en moyenne de 28°C et donc peut-être trop chaude pour la levure.
Et pour les croissants ?

dimanche 15 août 2004 23:33
---

Proportions...
ce sont toujours à peu près le mêmes dans toutes les recettes...

En ce qui me concerne : 500 gr de farine, 10 gr de sel de Guérande, 10 gr de levure, tout ça mélangé à sec.

Puis 300 gr d'eau froide ou glaçée suivant la température ambiante, deux cuillères à soupe d'huile d'olive. La quantité d'eau peut varier suivant la farine...

Repos trois heures, repétrissage quelques minutes, repos 30 minutes le temps que le four soit bien chaud, le pain prend sa forme. Incisions juste avant d'enfourner.

Cuisson : dépend du four : chez nous 25 minutes, avec une Eno plutôt 45 minutes.

Astuce pour gagner du temps de cuisson : les plaques à pizza avec plein de petits trous...

Les croissants... c'est mon rêve d'en faire, je sais juste que c'est difficile s'il fait chaud...

dimanche 15 août 2004 23:57
Missing
barthelemy.b

pain à la cocotte (bis)
je me pose la même question pour le pain à la cocotte minute que marylou, quelqu'un connait la réponse ? j'ai lu ça dans un ouvrage, mais je ne sais plus lequel, ça doit être la faute à Azhelpépère!...

dimanche 06 mars 2005 15:31
Avatar
maraudeur

un aspect fondamental
de la réussite du pain (genre campagne), mais valable aussi pour toutes les viennoiseries et gateaux qui en découlent : savarins, tartes, gênoises etc...

LE FOUR

Evidemment dans notre volume restreint, il faut faire avec. En boulange, le pain se cuit à four "tombant", c'est à dire que l'on part à four chaud et que l'on met à profit l'inertie thermique du four pour laisser la température diminuer progressivement.

C'est évidemment impossible à faire sur nos petits fours qui n'ont par définition aucune inertie, ou pratiquement.

J'ai grandement amélioré la chose pour le pain et la patisserie en remplaçant la grille par une plaque de sole constiuée d'une tôle sur laquelle j'ai scellé au ciment réfractaire des briques réfractaires de cheminée (2.5 cm d'épaisseur).

dimanche 06 mars 2005 16:28
---

Ah… là, il y a des infos qui m'intéressent :

Ca fait trente ans que je fait mon pain, et tout doucement j'arrive à éliminer les erreurs, tout en sachant qu'il y en a certainement encore dans ma manière de faire, n'étant pas boulanger de formation !

Par exemple : je pensait que la technique consistant à faire cuire le pain à température tombante était dictée par l'utilisation de fours dans lesquels on faisait un feu d'enfer, où l'on évacuait la braise pour utiliser l'inertie … je connaît bien cette technique pour l'avoir utilisée en fabricant des fours en Afrique pour des amis africains fauchés…

Pour en revenir à l'inertie du four, j'avais cru comprendre que le problème était surtout le fait que la température de celui-ci chute brutalement du fait d'avoir introduit une masse de pâte froide, et là, l'idée de la plaque de sole améliorée me semble intéressante.

Je me suis énervé quelques années avec une Eno qui mettait 45 minutes à cuire mon pain, mais je n'ai pas pensé à relever les températures… ni à fabriquer une bonne plaque de sole…

La nouvelle gazinière du bord semble être bien mieux isolée, et cuit le pain en 24 minutes, bien croustillant avec une croûte bien brune et épaisse, genre cinq minutes avant de cramer !

Le relevé des températures de ce jour, (pur hasard : je fais du pain deux ou trois fois par semaine) est le suivant :

Par une température ambiante de 30°C, préchauffage 30 minutes pour 220°C.
Introduction de la fournée, après 10 minutes, 205°C, après 15 minutes 220°C, après 24 minutes 240°C.
(sous réserve de l'exactitude du thermomètre…)

Est-ce ce que ça vaut le coup d'améliorer le système ?

dimanche 06 mars 2005 21:17
---

oui le pain à la cocotte, ça se fait sans soucis
enfin on dit pain à la cocotte mais en fait une casserole fait tout aussi bien l'affaire car il ne faut pas mettre le couvercle de toute manière.

Pour la recette de la patte, c'est pareil qu'au four.
La difference est que la 2eme levée se fait dans la cocotte après avoir bien huilé le fond et les parois.
Après une bonne demi heure à atendre la 2eme levée, on met pendant 30 minutes sur le feu réglé le moin fort possible.
Au bout de 30 minutes, on retourne la pain pour faire cuire le dessus. (Attention à ne pas le casser n deux lors de cet exercice parfois perilleux :))
Ensuite faut retourner un peu de temps en temps selon la tete qu'il a jusqu'à ce que le pain soit bien cuit= quand on tapotte dessus, il doit sonner creux.

dimanche 06 mars 2005 16:33
Avatar
Hubert Crépy

cocotte
Nous, on interposait sous la cocotte une plaque en fonte (genre grill à viande) pour lui faire un fond encore plus épais qui l'isole bien du feu et diffuse mieux la chaleur. Feu le plus doux possible.
On mettait quand même le couvercle, mais sans le serrer, ni sans sifflet bien sûr.

dimanche 06 mars 2005 20:01
---

temperature
Concernant la temperature, une petit astuce que j'ai mis en aplication il y a pas 3 semaines pour faire du pain dans un bateau non chauffé en plein hiver.
Quand il fait trop froid, la levure n'agit pas alors le pain ne monte pas. Pour y remedier, faire lever le pain dans le four tiède (grosso modo allumer pendant 4-5 minutes avant de mettre le pain dedans puis eteint pendant la première levée)
Et faire cuire le pain dans le four non prechauffé pour la 2eme levée (le temps que le four chauffe, le pain monte à tres grande vitesse)

dimanche 06 mars 2005 20:12
Avatar
maraudeur

autre astuce
pour faire "lever" la levure en hiver, tu la prépares dans un bocal au triple du volume à préparer (farine, eau levure lyophilisée). tu bouches bien et tu l'embarques dans le duvet ou sous la couette. idem pour la première levée....à la chaleur animale.

dimanche 06 mars 2005 22:24
---

autre variante
Recette de pain à la poële(pour bateau)
1. Faire tiédir 40cl d’eau 15 secondes dans une casserole. Verser dans un bol 3 cs de cette eau + 1 cc de sucre + 1 sachet de 8 g de levure de boulanger déshydratée.
2. Ajouter à l’eau de la casserole 1 cs rase de sel fin ou 1 cs bombée de gros sel.
3. Attendre 15 mn que la levure monte et que le sel fonde.
4. Dans un grand saladier, disposer 500 g de farine en puits et y verser la levure délayée. Puis, petit à petit, incorporer la farine alentour à la levure, en tournant à la cuillère. Continuer avec l’eau par petites quantités, en la versant au milieu, là où se forme la pâte. Y incorporer la farine au fur et à mesure en élargissant le cercle décrit par la cuillère.
5. La pâte est épaisse, il faut l’aérer : la soulever par petits mouvements vifs de la cuillère durant 5 mn (pas plus !), en tournant tout autour du saladier et en écrasant les éventuels grumeaux. Poser la paume sur la pâte : elle doit coller un peu, cette pâte étant plus liquide que celle du pain classique.
6. Laisser lever une demi-heure, couvert d’un torchon propre (ni au soleil ni aux courants d’air). Si vous n’avez pas la chance d’être sous les tropiques, enfouir sous une couverture.
7. Préparer un petit bol de farine et fariner la poêle (24 à 27 cm de diamètre), la cuillère et vos doigts. Racler la pâte à la cuillère tout autour du saladier et la rassembler en une boule homogène que l’on amène sur le bord en inclinant le saladier. Faire tomber cette boule d’un coup dans la poêle. A la main, fariner le dessus de la boule en le lissant ; ainsi que le pourtour, en glissant les doigts tout autour de la poêle pour décoller la pâte des parois.
8. Cuire 30 mn à feu minimum, couvert d’un couvercle décalé d’un quart pour laisser filer la vapeur. Le couvercle ne doit pas gêner le gonflage du pain ; il convient donc de le caler en équilibre afin que son bord libre ne tombe pas dans la pâte. Si la veilleuse est trop forte, le pain va brûler rapidement : glisser alors un couvercle de boîte de conserve sous la poêle, ou tourner la poêle d’un cran toutes les 10 mn.
9. Lorsqu’une spatule passe librement sous le pain, le retourner à l’aide de la spatule, en le basculant dans le couvercle fariné. Cuire encore 30 mn. Le pain doit être gonflé, doré et sonner creux.
10. Le poser sur la tranche au-dessus de l’évier et le tapoter à la spatule sur les deux faces, pour faire tomber l’excès de farine. Le laisser reposer 15 mn sur grille avant de le consommer.
Nota : on peut utiliser de l’eau de mer (40 cl d’eau de mer + 1/3 cs de sel fin). Mais pour diluer la levure, seule l’eau douce convient.

lundi 07 mars 2005 00:14
Balise_belge_2
ecumeur

Solution à un essai infructueux...
J'ai d'abord essayé avec la maison, avec la collaboration de mes petits enfants. Excellent après-midi mais résultat désastreux.
En fait, depuis de nombreuses années, j'ai résolu le problème pour une autonomie deux semaines environ : j'achète des boules de pain de campagne bien cuites (1kg par jour pour 6), de préférence de 1kg. Stockées à bord dans des sacs à farine en papier fournis par le boulanger.
Dernière expérience : départ de La Ciotat avec des miches du boulanger qui se trouve sur le quai du Port Vieux, elles ont tenu jusqu'aux Canaries. Seule erreur, j'avais commandé des miches de 2kg, trop gros et difficile à couper.
Les boules achetées aux Canaries par contre (pain blanc) n'ont pas tenu la distance jusqu'à la Martinique pour cause de moisissure.
Sinon, je navigue généralement en Manche et je trouve toujours miche à mon pied...si je puis dire.
Alors pourquoi se compliquer l'existence??? Sauf en cas de très lointaines traversées.

lundi 07 mars 2005 12:27
Avatar
pepperbox

le pain
en pays chaud , on met des glaçons dans l'eau . les pro on des refroidisseurs ... temperature du fournil + temperature de la farine + temperature de l' eau = environ 50 /55 ... De plus , il ne faut jamais mettre le sel et la levure en même temps ... si on fait le pain à l'eau de mer , on met la levure 5mm avant la fin du petrissage . En aucun cas la pâte ne doit depasser 25 ° ...

lundi 07 mars 2005 13:20
---

Questions :
Pour respecter 50° chez moi par 32°, il faudrait de l'eau à -15° ? Le dernier boulanger que j'ai saoulé pour avoir des infos me disait environ 70°...

Plus sérieusement : le sel... pourquoi ne faut-il pas le mettre en même temps que la levure ?

mardi 08 mars 2005 16:24
---

sa
coupe la montee de la levure non ??

mardi 08 mars 2005 16:27
---

Pas chez moi
où je mélange à sec la farine, le levure, le sucre et le sel avant d'ajouter l'eau et l'huile.

La pâte quadruple de volume, il y a donc sûrement une autre raison...

mardi 08 mars 2005 16:32
---

je donne
ma langue aux chat alors

mardi 08 mars 2005 16:33
---

En trente ans
j'ai dû modifier ma façon de faire le pain au moins quinze fois, chaque fois pour qu'il soit meilleur... si je trouve un truc pour ameliorer encore plus la chose, je prends !

mardi 08 mars 2005 16:38
Avatar
pepperbox

pays chaud
c' est pour ça qu' à Tahiti l'on fait souvent la pâte avec des glaçons . Ils ont, au depart, l' effet de refroidir la farine puis en fondant , il devienne eau froide , donc , la pâte ne de passe pas 26 ° au petrissage ....

mercredi 09 mars 2005 08:50
Avatar
pepperbox

le sel
le sel et la levure ne fond pas bon menage , le sel , le sel a tendance à annuler les effets de la levure . Il existe un moyen de les mettre en même temps , mais pour des non pros , il faut eviter de tout melanger . Je vous donne la definition du sel dans le pain / Il donne à la pâte sa saveur , MODERE SA FERMENTATION , favorise l'elasticité du gluten et permet un bon developpement de la pâte . Et si on le met en même temps que la levure , il va trop modérer la fermantation !!!!
D' autre part , l' eau de mer est juste salée comme il faut pour la pâte à pain ...
Le boulanger qui indique le fameux "70" travaille à terre , dans de bonne condition . sur un bâteau ,ce n' est pas pareil . Les boulangers à terre on des petrains horizontaux , la pâte chauffe moins .
Pour les faire du pain en mer , rien ne vaut les boulangers de marine ...C' est un metier ...peut être le mien ????

mercredi 09 mars 2005 09:07
---

Je note :
"Pour les faire du pain en mer , rien ne vaut les boulangers de marine ...C' est un metier ...peut être le mien ????"

Je n'en doute pas ! ... mais il y a là peut-être un peu trop de professionnalisme pour nous autres plaisanciers... aucun de nous ne fait vingt kilos de pain par fournée.

Mais j'aime bien apprendre et si je résume en comparant ces données avec la recette que j'applique, il n'y a pas trop d'erreurs :

Il y a environ 36 grammes de sel au litre d'eau de mer en Atlantique, et je mets 10 grammes de sel (de Guérande) pour 3 décilitres d'eau.

Par contre, je n'ai pas remarqué que le sel modère la fermentation, même la fois où j'ai oublié d'en mettre !

Par 32° dans le bateau et avec de l'eau à 2-3° ma pâte est à 27-28°, mais à la saison froide où il fait 25° quelques semaines, j'utilise toujours de l'eau glacée mais n'ai pas mesuré la température finale de la pâte, et je n'ai pas remarqué de différence de qualité.

27-28° au lieu de 26° idéal… pfff !

Mais comme je suis un sodomiseur de diptères, je vais quand même suivre les conseils du pro et tâcher de jongler aux alentours de 25-26° ! Je ne vais pas gaspiller mes précieux glaçons, mais plutôt mettre la farine au frigo… à l'aide de trois thermomètres, je devrais friser la perfection ???

P.S. j'ai un robot Kenwood Chef (pub gratuite) comme pétrin… trois minutes (pas le temps de chauffer) pour pétrir 500 grammes de farine, = 800 grammes de pain

mercredi 09 mars 2005 23:07
Avatar
pepperbox

tu as tout compris
Le seul but de ces posts est que vous puissiez vous approcher au maxi de ces données . Bien sur , tout respecter à la lettre est presque impossible !!! mais en vous donnant la recette precise , vous pourrez progresser dans votre panification . Le kenwood est un robot excellent , c' est un bon choix . Mais d' après ce que je lis , tu n' es pas loin de la verité !!! même , je dirais , tu la detiens . Il sera dur de faire mieux vu les conditions ...

jeudi 10 mars 2005 09:57
---

Sympa...
je prends ton message comme un encouragement !
J'ai en plus de la chance : j'ai trouvé une minoterie en Lozère qui me fournit de la farine T150 écrasée sur meules de pierre à partir de blé bio... un régal ! (En sacs de 15 kg)

Euh... sans vouloir abuser, aurais-tu une astuce pour faire des croissants en climat tropical sans climatiser la cambuse ?

Bon, je sais, c'est pas bon pour ma ligne, mais juste le dimanche... ?

jeudi 10 mars 2005 19:45
Avatar
pepperbox

la suite
stockage de la farine sur un ship /

_ soute la plus sèche possible
_ les paquets ne sont jamais à même le sol
_ ils sont empilés en trilateral
_ ils seront retourné regulièrement

la temperature que j' ai donné (50/55) est pour les pays chauds . en climat tempéré , c'est 60 .

_ le petrissage ne doit jamais depasser 20mm
_ en cas de bêbêtes , il suffit de tamiser

lundi 07 mars 2005 13:35
---

ptite question
pkoi ne pas embarquer les pains tout fait qu'il n'y a plus qu'a passer aux four ????? de plus sont emballé sous vide

lundi 07 mars 2005 13:37
---

question de date
la date de péremption ne va pas très loin !!! et quand tu n'en a plus, tu fais comment ?

le pain précuit c'est pratique en cotiere, pour avoir le pain frais au petit-déjeuner (miam !), pas pour partir loin.

lundi 07 mars 2005 13:44
---

mon ami
j'ai ete devant moi emballées 2 baguettes precuites 300gr la date jusqu'aux 29 04 c'est pas mal non ??

lundi 07 mars 2005 13:46
---

j'admets
autant pour moi !!!

lundi 07 mars 2005 14:01
---

Les bêbêtes...
Ca fait des proteïnes gratuites, non ?

A bord, je stocke les sacs de 15 kg dans des boîtes en plastique étanches, et y mets quelques gousses d'ail fendue en guise d'insecticide...

mardi 08 mars 2005 16:28
Avatar
pepperbox

c'est simple
c' est en fonction de la taille du bateau et des possibilités de stockage en frais !!! Au large , on prend de l' eau de mer ...il n'y a que la farine et la levure à stocker ...

lundi 07 mars 2005 13:45
Avatar
maraudeur

et la qualité de la farine !!!!
Il y a deux ans, un ami boulanger m'a passé 20kg de "sa" farine et j'ai fait un tout autre pain que d'habitude. Les additifs ne sont pas les mêmes.
D'une façon générale, je fais des miches de 2kg que je conserve une semaine (en solo) Le pain correctement cuit se garde bien dans un sac de lin ou de métis au frais (enfin au plus frais quand le climat est chaud).

C'est vrai que l'on trouve toujours du pain en côtière, mais j'ai un gros défaut, je n'aime que le bon pain et là c'est pas gagné partout. Notamment pour les manchards quand on va de l'autre côté de la mare aux harengs.

lundi 07 mars 2005 14:13
---

Il y a un truc marrant

avec le pain industriel : si on jette par dessus bord un pain, croyant faire plaisir aux poissons, celui-ci peut dériver des jours sans que les poissons n'y touchent. Alors qu'ils se précipitent sur les miettes de mon pain !

Comme je racontais cette observation à un ami martiniquais qui a des poules, il a rigolé et dit que ses poules n'en veulent pas non plus, et m'en a fait la démonstration : il a mouillé puis émietté du pain, les poules se sont précipitées… et reparties sans y toucher !

Que des animaux à l'intelligence plutôt limitée réagissent ainsi me laisse rêveur : seraient-ils capables de détecter les dizaines de produits chimiques autorisés dans ces "pains" ? Ou bien tout simplement savent-t-ils d'instinct qu'il n'y a rien a manger dedans ?

Après des mois d'observation, je constate qu'il n'y a que deux bestioles qui en mangent sans se poser de questions : les merles et les humains…

Ici, il y a des "cuiseurs de néon" à moins de deux minutes à pied, mais je préfère faire mon pain moi-même, au moins je sais ce qu'il y a dedans !

J'ai un bon four et un petit pétrin électrique à bord, c'est cinq minutes pour préparer la pâte à 07:30, et à midi, encore cinq minutes pour mettre en forme et mettre au four trente minutes plus tard. Total de l'opération : dix minutes de travail, c'est moins que de prendre l'annexe pour aller à terre.

lundi 07 mars 2005 14:12
Avatar
pepperbox

chimie
c' est vrai , les pros utilisent un "améliorant", une poudre qui donne de la force à la farine ... Mais , le plus simple , c' est de mettre un petit bout de cachet d' aspirine ...Bon , je n' ai rien dis .....

lundi 07 mars 2005 14:23
---

Pour remplacer
le E 300 ?... s'il n'y avait que ça...

lundi 07 mars 2005 14:41
Avatar
maraudeur

a priori
ce serait plutôt ceux que l'on met pour le grand public......

lundi 07 mars 2005 16:53
Avatar
papyjeff

Pain cocotte
pour ce que ça interresse j'ai retrouvé le livre des recettes du pain en cocotte minute ou Pain de "Michka".
Livre " Le grand départ et la vie sur l'eau" aux editions Albin Michel
ou dans Partir manuel de vagabondage à la voile de Jacques MASSACRIER aussi au Albin Michel.
Aux besoins je peux faire des photoscops pour ce que ça interrese, je n'y ai jamais gouté, pour une bonne et simple raison que je n'ai encore jamais fait de traversé assez longue pour manquer de pain, et sur les bateaux plats (PA), il y a toujours un cuisto et une boulange à bord
Salut à tous et bonne Nav

lundi 07 mars 2005 19:24
---

j'ai suivi cette recette
entre canaries et cap-vert, bon résultat

au cap vert, en plus de la boulangerie "industrielle", il y avait un boulangé qui pratiquait la double cuisson pour les partants vers les caraïbes...bonne conservation, et j'ai trouvé une boulangerie aux Sables d'Olonne qui pratique de m^me pour les bateaux de pêche

ce pain en boule de 2KG a une croute très épaisse mais se conserve super bien et est aussi bon après plusieur jours que le 1er...

mardi 08 mars 2005 00:28
---

le saviez-vous?
Bonsoir, Il existe des moulins à grains manuels,(ou électriques pour les paresseux ou les excédentaires en énérgie,)permettant de moudre son grain à la demande, ce qui évite de transporter de la farinne moulue depuis x temps d'une part et il me semble que des graines sont plus faciles à garder que des farines.

mardi 08 mars 2005 02:04
Balise_belge_2
ecumeur

Les plus belles.....
...sont celles de la boulangère, mais c'est un point de vue personnel!!!

mardi 08 mars 2005 22:11
---

mdrrrrrrrrrr
jolis!!!!!

mardi 08 mars 2005 22:13
---

Four palestinien
Nous utilisons une gamelle spéciale pour cuire le pain et même pour cuire soufflets et autres préparations culinaires.
J'ai toujours entendu appeler cette gamelle "four palestinien" et par les espagnols "cazuela horno".
On trouve ça en Espagne, Portugal, Amérique du sud (et probablement ailleurs) pour un prix très modique. Son avantage ? cuisson bien plus rapide que le four et son prix. Son inconvénient : ne remplace pas totalement le four classique car les résultats sont en forme de couronne.
Pour l'anecdote : j'ai acheté mon groupe électrogène pour utiliser le batteur de blancs en neige car je suis un gros gourmand et ma femme n'acceptait de me faire du soufflet que si je battais moi-même les blancs d'oeuf.
Bon appétit à tous ! (pas pour moi, je n'ai vraiment pas besoin de plus d'appétit) !

mercredi 09 mars 2005 07:58
Avatar
maraudeur

Pour les oeufs en neige
il y a beaucoup moins cher que le groupe électrogène :

un bassin à blanc d'oeuf en cuivre. C'est en fait un récipient en forme de demi sphère et un fouet grand modèle, pas les ersatz que l'on trouve en gms qui ne sont guère bon qu'à remuer la sauce. Il faut aller dans des magasins spécialisés pour les deux.

L'inconvénient majeur du batteur électrique est de "serrer" les blancs trop vite ce qui nuit grandement à leur expansion. Il tourne trop vite et compresse les blancs entre les deux éléments. idem pour la chantilly.

Quand tu auras gouté à des vrais blancs, tu risques de voir ta gourmandise décupler encore.

mercredi 09 mars 2005 10:09
Missing
fred87

Pour les oeufs en neige
deux petits trucs:
pour es battre, j'utilise une espece de "cuillere" avec un ressortdessus acheter en hypermarche...ca va pas mal

le deuxieme; dans les blancs, ne pas mettre de sel mais essayer plutot un trait de citron....
effet garanti , ca tient terrible et bien!!

jeudi 23 juin 2005 23:04
Missing
PHILAE-BX

PAIN EN COCOTTE de MICHKA

PAIN (çà monte et c'est bon)
Lien http://home.tele2.fr/philae-bx/site03.htm
Pain en cocotte minute (Michka)
En navigation ou au mouillage la boulangerie n'est pas à proximité, autant faire son pain.
La recette : 1/4 de litre d'eau (quantité variable en fonction de la farine, en principe il faut rajouter de l'eau, proportion de base que j'utilise 150ml d'eau pour 250 grammes de farine) - 1/2 cuillère à café de sel - levure : dans une 1/2 tasse d'eau tiède 37 degrés à 40 degrés mettre la levure en granulés avec une pincée de sucre (1 sachet/500g) - si tout va bien, la levure se couvre de bulles en quelques minutes. Si cela ne s'est pas produit au bout d'1/4 d'heure, recommencez l'opération.
Pétrissez la pâte pendant 10 minutes au moins, en l'écrasant et en l'étirant avec la paume de la main, en saupoudrant vos mains et le plan de travail de farine; elle doit être flexible et élastique, ni dure ni molle.
Formez une boule et posez-là dans la cocotte minute, après avoir bien huilé les côtés et le fond. Mettez le couvercle en en place et installez le tout dans un endroit tiède.
Lorsque la pâte a doublé de volume (1 à 2 heures), posez la cocotte sur le réchaud sans la secouer, et faite cuire à feu aussi doux que possible. Placez un diffuseur sur la flamme s'il vous est impossible de réduire la flamme correctement. La cocotte doit être fermée durant la cuisson (laissez la valve ouverte pour laisser échapper la vapeur).
Après 1/2 heure de cuisson, passez la lame d'un couteau tout autour du pain, retournez le aussi délicatement que possible pour faire dorer le secondé côté. Le pain est cuit lorsqu'il rend un son creux quand on le tape. La recette n'est pas compliquée, la réussite demandera un certain temps d'expérience. Bon courage et bon pain.

vendredi 24 juin 2005 10:45

Répondre

Pour participer aux forums, vous devez être inscrit et identifié

Vous identifier | Créer un compte matelot

Retour forums