Tous les forums > Forums techniques > L’Utopie De La Voile Pure

L’Utopie De La Voile Pure

Au détour d’un forum de HEO sur la sécurité, je me suis amicalement pris le bec avec Robert au sujet de la place du moteur dans la sécurité en voilier. Ma vision réduisant le moteur en élément de confort, il me suggéra cet article vantant non les mérites de la voile pure, mais l’organisation de la sécurit&ea (...)

Liste des contributions

---

pas drole...
vous pouvez pas passer un peu plus de temps sur l'eau et vous occuper un peu de vos fesses, ca nous ferait des vacances...
Si vous avez envie de faire vos manoeuvres d'urgence à la voile, he ben faites comme bon vous semble...que voulez vous qu'on vous dise...bravo, ou gros naze...de toute façon, il n't a pas de loi, et tant qu'un propriétaire de voilier aura le droit de sortir sans avoir un minimum de connaissance certifiée, on trouvera toujours des olibrius comme vous en train de discuter des points de détails, alors qu'il faudrait réfléchir ensemble pour trouver la bonne réponse, et....bon vent quand meme...
Yogi

jeudi 03 octobre 2002 15:01
---

Comme quoi ...
on peut oser prendre le pseudo de "yogi" et insulter les intervenants de ce site dans un langage primaire et grossier ... Je suggère à l'auteur un petit séjour de relaxation aux Indes : ça lui fera des vacances ! et peut-être qu'à nous aussi tous comptes faits

jeudi 03 octobre 2002 16:14
---

histoire de zen...
non non, j'ai juste dit fesse, je n'ai insulté personne, et cela ne me viendrait pas à l'esprit, juste que ce genre de message, he bien, c'est pas drole de tomber dessus, et puis haut les coeurs, nous avons des bateaux engagés dans tout plein de courses en ce moment meme, et puis la route du rhum, c'est presque demain, et après, y'a noel, mais les plaisanciers à la voile, y n'ont toujours pas de permis....
allez, bisous quand meme

jeudi 03 octobre 2002 16:28
---

Permis !!!!!
le sujet dévie mais il est intéressant.

quelques réflexions :
- J'ai un collègue de bureau qui a son permis hauturier (!!!) et qui n'a jamais fait de bateau à part celui de l'école...
- je suis sur la Côte d'Azur où on croise des nuls avec de gros machins à moteur "avec le permis" sans parler des rigolos à Jet-ski qui (pour certains) l'ont aussi
- j'au un ami allemand qui a son permis "voile" et auquel je ne confierai jamais mon bateau même par force 0.5

Les pouvoirs publics francais ont donc (après moult rélexions) jugés que le permis ne servait à rien pour les bateaux à voile et ils ont eu raison. Les loueurs de bateaux à voile ont des taux d'incidents et accidents inférieurs à ceux qui louent des trucs à moteurs (avec permis)...

Le permis ne résoud donc strictement rien et l'expérience montre que ça ne filtre même pas les mauvais et les nuls en ce qui concerne le moteur
En ce qui me concerne, j'au une petite expérience de 40 ans à la voile et même pas mon permis moteur mais il est vrai que j'ai appris il y a longtemps à sortir des bateaux de 10 tonnes à la voile d'un port étroit et que je suis très heureux de mettre le moteur à fonds les jours ou ca m...e !!

jeudi 03 octobre 2002 16:53
---

Mon cher Yogi
Je n'ai pas tout compris a ton intervention sinon que je suis un gros naze olibrius qui ferait mieux de m'occuper de mes fesses.

En somme tu regrette quoi? Que des gens se soucient de leur securite alors meme qu'il n'ont pas de permis (quelle ineptie!)?
Que des gens donnent des conseils dont tu n'as pas besoin sur un forum ouvert a tous et meme au debutants (quelle horreur)?

Peux-tu articuler ta critique si tu en as une, qu'on en discute

Sinon tu peux venir chez nous, en Suisse, pour passer un beau permis voile. Tu pourras te noyer en toute legalité.

Perso, je n'ai pas besoin de loi pour assurer ma securite

Bon vent

jeudi 03 octobre 2002 18:57
---

C'est de ma faute
Bonjour Benoît,

C'est moi le "Robert" en question

Bravo pour l'article ! Voilà un article qui est une réponse constructive à notre discussion sur le forum.

Amicalement, Robert.

jeudi 03 octobre 2002 19:11
---

D'accord
J'ai lu avec attention l'article de Benoît, avec lequel je suis pleinement d'accord. Je n'ai rien à y ajouter, je suis d'accord sur le fond et l'analyse selon laquelle l'utilisation du moteur "rappelle la voiture" est digne d'intérêt. bravo.

jeudi 03 octobre 2002 19:12
---

Moteur à "explosion" ...
Bonjour Benoît,

Ayant relu plus en détail ton article, je ne résiste pas au plaisir de citer ta dernière phrase de conclusion:

" ....sachant tout juste réamorcer le circuit d?essence d?un diesel..."

Ouuuuuffff ... Voilà la raison la plus convaincante en effet pour naviguer à la voile pure ! Car si vraiment tu mets de l'essence dans ton moteur diesel, je comprends ta réticense devant cet engin barbare, bruyant et polluant: tu as donc sur ton bateau un véritable moteur à "explosion" au sens éthymologique.

Hummm ... cela me rappelle le jour où j'ai hissé le génois la tête en bas ... d'ailleurs depuis ce temps, je ne mets plus de voiles sur mon bateau

Amicalement, Robert.

vendredi 04 octobre 2002 11:07
---

C'etait donc ca!
Pourtant j'ai toujours mis du sans plombs...:)

vendredi 04 octobre 2002 11:54
---

Bigre
Pourquoi, Robert, il y a un sens pour hisser les voiles ? Bigre ! Je vais me mettre au moteur...

A bientôt, et bravo pour ton sens de l'humour.

vendredi 04 octobre 2002 16:42
---

Mmmmnfff!
j'étais un pur et dur de la voile sans moteur et ça m'adonné quelques sueurs froides.
une entrée à étel avec peu de vent, passage du pont Leroy et ensuite, découverte inquiétante que le courant m'emmenait sur les roches et que le vent était tombé. A force godille j'ai pu épargner le bateau et ses passagers mais de justesse. Un moteur aurait été un sacré plus pour la sécurité.
j'au dû rejoindre une fois à la godille Les Birvideaux à Sauzon, galère quand on sait que demain, le vent sera costaud. j'y suis arrivé mais de justesse (et à quelle heure ?) de plus je n'ai pas pu entrer à Sauzon because courant trop fort. Un moteur m'aurait évité fatigue et angoisse.
je ne parle pas de la remontée de la Loire avec 7 noeuds de courant quand le vent tombe brutalement sans prévenir; J'ai vu les grosses bouées du chenal défiler le long du bateau à une vitesse terrifiante. S'ancrer dans le chenal ? Hum! dangereux non ?

Le moteur est un plus, c'est aussi une solution de facilité. mais l'année suivante j'avais un moteur et je trouve que c'est très bien. Ca ne m'empêche pas de préférer la voile ! Quel calme quand enfin on arrête la bourrique et que le vent nous aide !
kaj

vendredi 04 octobre 2002 21:31
---

Pourquoi se priver d'une solution?
L'article de Benoît nous montre que nous pouvons résoudre de nombreux problèmes de sécurité à la voile mais il dit aussi qu'il y a des moments ou le moreur est irremplaçable.

En fait personne, même pas Benoît -:) je crois, s'interdirait a priori l'usage du moteur, s'il en a un, pour se sortir d'une mauvaise passe.

Mais à l'inverse pourquoi s'interdire l'usage de la voile en cas de problème?

Apprendre à faire une manoeuvre d'homme à la mer à la voile ce n'est pas s'interdire d'utiliser le moteur le cas échéant. Mais ne pas l'apprendre c'est s'interdire d'utilisr la voile dans ce cas.

Je pense qu'il faut savoir faire les deux et, le moment venu, choisir la solution la plus adaptée en fonction de la situation et de nos compétences.

L'article de Benoît nous permet d'augmenter le champ de nos solutions possibles, n'allons pas le lui reprocher!

Michel Laurens

vendredi 04 octobre 2002 22:31
---

salut!!!!
le moteur.... ça fait du bruit, c'est sâle et ça pue....mais bon, il faut avouer que c'est bien pratique quand même!!
je navigue dans des parages, Douarnenez, raz de sein , Audierne, ou c'est quand même indispensable, je pense que vouloir faire le beau qu'à la voile, c'est s'exposer un jour ou l'autre à risquer la vie d'un sauveteur pour venir ce faire récupérer....
quand au permis, pour un voilier ou un bateau à moteur, je n'en voit pas l'intéret, il faut juste etre assez responsable pour apprendre le balisage et les notions de base de la navigation, je n'ai aucun permis et ça ne m'empèche pas de naviguer!!!
bon vent à tous!!!

vendredi 04 octobre 2002 23:46
---

Les calmes, cela peut durer... un certain temps
Bonjour,

Une petite reflexion. Nous revenons d'une petite navigation sympa qui nous a enmenés au nord de la Norvège. Paysages fantastiques, mouillages déserts, faune marine d'une richesse incomparable (que penser de notre superbe réserve des sept iles ?). Un seul détail au demeurant : bien que monter puisse parfois réserver des surprises tant au niveau de la force du vent que de l'état de la mer (hum...), plusieurs semaines sous conditions anticycloniques établies vous font soigner le diesel qui ronronne sous la descente. En observant les pilots charts, plusieurs coins fantastiques de la planète ne sont pas forcement accessibles sans un moteur, même en ayant le temps. Ceci ne remet absolument pas en cause l'analyse de Benoit : savoir se débrouiller avec un mat dans toutes les conditions, même lorsqu'on à la trouille au ventre.

Xavier & Sylvie.

mercredi 09 octobre 2002 13:44
---

Moteur ou pas moteur
Quand j'ai commencé à naviguer, j'allais au ponton visiteur du Crouesty à la voile, aujourd'hui, ca me semblerait plus délicat.
La plaisance a changé.
Il faut distinguer la sécurité et le sentiment d'etre en sécurité. Le moteur donne le sentiment d'etre plus en sécurité, au cas ou. Meme si le cas ou est mal defini. Je ne me souviens pas n'avoir jamais été dans une situation telle que le seul espoir de m'en sortir ait été le moteur.
Pendant plusieurs années, j'ai navigué sur un bateau dont le moteur était souvent en panne. Mon programme en Bretagne Sud était établi en conséquence. J'ai pris l'habitude de ne pas tenir trop compte du moteur, par exemple, en utilisant les mouillages forains plutot que les ports encombrés, en passant la nuit en mer quand j'étais en panne de moteur et de vent. J'ai maintenant un moteur tout neuf et j'en suis très satisfait.
Par contre naviguer dans des passages a forts courants sans moteur ne me semble pas etre raisonnable. On peut rentrer et naviguer dans le golfe du Morbihan sans moteur et sans problème. Ce n'est pas le cas pour l'extrème ouest de la Bretagne ou la riviere d'Etel.
Je suis plutot en accord avec Benoit. Ceci dit comprendre son moteur n'est pas insurmontable. Les moteurs aujourd'hui sont fiables. Les moteurs qui posent problemes sont ceux qui sont usés comme l'était mon vieux Renault-marine ou mal entretenus.

Derniere remarque, je ne connais pas de plaisancier hauturier qui partirait avec suffisament de gas-oil pour traverser un ocean et pas assez de vivre, ni de quoi pécher.

Bon vent à tous

mardi 22 octobre 2002 03:12
---

Pourquoi se priver d'une solution
Bonjour,

Effectivement, jamais je ne me refuserais l'assistance du moteur si j'en avais un jour l'utilité mais je préfère encore et toujours éviter les situations où il pourrait se montrer indispensable. Je ne suis jamais rentré dans la rivière d'Etel et je ne me ballade dans les endroits "chauds" qu'à l'étale. Je n'ai passé le raz-de-sein que 4 fois dans ma vie de voileux, 3 fois de nuits (passer à l'étale ça demande de la flexibilité dans les horaires) et 1 fois au moteur et 2 fois à la godille! (c'était l'époque héroïque...)

On n'est pas obligé de se plier à une telle discipline et on pourra alors profiter d'une certaine flexibilité (rester de nuit dans un mouillage peu sûr sachant qu'on pourra deguerpir rapidement si ca se gâte p. ex.) à condition d'avoir une parfaite confiance en son moteur ce qui n'est pas mon cas, vous l'aurez deviné.

Un dernier mot sur la godille puisque j'en ai parlé, ca, ca ne tombe jamais en panne et ca pourrait bien offrir une troisiemme manière de se tirer d'affaire à condition qu'elle soit assez longue et forte. Ca ne tombe jamais en panne et sa peut vous déhaler à 1 nd (par pétole et mer plate, certes). J'ai vu un légionnaire (95 kg de barback)faire dejauger sa prame à la godille!

Sinon, si vous aimez les anecdotes marrantes. On régatait sur un corsaire et on devait rentrer pour le repas officiel. Pour ne pas etre en retard, on nous demande de mettre le moteur. 1/2 heure apres, on pete l'arbre de transmission du hors bord(si, si)on appèle le commité pour leur dire qu'on sera en retard. une fois au port, on apprendra qu'ils avaient prévenu le CROSS après notre coup de fil, Ils étaient prets à nous envoyer la SNSM!

Benoît

vendredi 01 novembre 2002 17:21
---

C'est rigolo comme débat
Salut tout le monde,

Si je peux me permettre de me joindre à la conversation, je voulais faire trois remarques :

- pour pas s'emmerder la vie et pour éviter de stresser dans les situations limites, ben vive le moteur ;

- comme des fois le moteur marche pas et qu'il faut quand même s'en sortir, ben vive la voile.

- de toutes façon, un voilier c'est fait pour faire de la voile.

Et concernant l'olibrius qui veut nous obliger à passer un permis, je lui rappelle que cela est inutile pour une seule et simple raison : la voile reste un sport d'initié c'est à dire qu'un mec qui ne sais pas faire de la voile est parfaitement incapable de faire bouger un voilier (au pire, y va abimer trois coques, le ponton, les cailloux du coin, pis rentrer chez maman).

Bon vent à tous

mercredi 06 novembre 2002 17:07
---

bien dit!
en gros d'accord avec olivier, mais sans traiter personne d'olibrius(:>)
sauf pour le permis..je vais faire un peu de provoc!
Peut etre qu'un permis simplfié serait utile

J'ai passé le A aprés avoir été équipier avec des copains, comme une façon rapide de s'initier au balisage règlements, feux, etc.. a mon avis on ne peut quitter le ponton en voilier sans savoir ça, au risque de se payer un chalutier dès la sortie du port. Et virer le reste du permis ( la nav, les manoeuvres, les cartes,..) car personne (en principe) ne quitterait le port de vue sans au moins savoir faire un point et une route, et ça s'apprends à l'usage, et aprés tout on a le droit de compter sur le gps au lieu de la règle Cras (re -provoc!!) .
Mais l'obtention de ce permis "voile" simplifié pourrait se faire sans etre escroqué par les "ecoles de permis moteur" actuelles,
( qui vous aprennent a accoster au quai avec un hors bord de 25cv et une coque de 5m de long, et on devra manoeuvrer un voilier de 10t avec 20cv!!!)

débat animé en perpective (:>)

jeudi 07 novembre 2002 13:48
---

Permis ou pratique ?
Votre débat est très intéressant.

Personnellement, j’aime bien la mécanique et adore mon diesel, surtout quand c’est pétole devant le port, mer descendante et l’enseigne lumineuse du bar qui clignote. Mais en cas d’urgence je préfère et de Loing mes voiles dans le gros temps, car le moteur n’est d’aucune utilité voire dangereux sauf pour la recharge des batteries… Mais en faite, le principal souci sur un bateau, c’est le social a bord!!! A savoir que plus de 70 pour cent de la bonne marche du bateau en va du social… règle de base que beaucoup de monde oublie ou occulte. Le reste est purement matériel avec qq connaissance de base (vive l'électronique - encore un autre débat). Aujourd’hui, même au glénans, on a tendance à oublier où plutôt faire la politique de l’autruche pour raison commerciale. Et c’est très dommage. Maintenant, dans la plupart des écoles de voile, on fait tout pour que le client revienne et passe de bonne vacance. Mais ce n’est pas les aider. Les règles de base sont bafoués : la sécurité. La plupart des ports en zone atlantique sont interdit à la voile !!! trop de casse… normale, quand on est au moteur, on se croit hyper manoeuvrant comme dans la voiture en qq sorte. Même bruit, poigné d’accélération… mais pas de frein à main encore moins d’abs et d’esp. Et l’anticipation, heu c’est quoi que ce mot ?
A partir d’un vent soutenu, votre bateau à voile est beaucoup plus manoeuvrant --> à la voile. Essayé, par gros clapot de viré aussi vite au moteur, d’immobiliser un bateau en douceur et rapidement, sans aide, comme une bonne mise à la cape et y rester en bloquant la barre, ou tout simplement de remonter au vent. Sans parler de l’ambiance à bord. Votre bateau fait bouchon, il est secoué dans tous les sens de manière chaotique, les gens ne ce sente pas rassuré et commence à douter de vous et de vos compétences… en bref, vous avez un bateau en excellente état, avec un moteur qui marche plus que bien, mais la panique gagne du terrain. Et la, tout bon marin que vous êtes, la situation commence a vous échappez. Il est tellement plus simple et plus sur dans presque tout les cas de naviguer avec des voiles appropriés. Vous responsabilisez les gens en les mettant à des postes divers. Foc, gv, barre, vigie… ça ne manque pas. Votre bateau est beaucoup plus doux avec des mouvements plus prévisibles, et les gens sont occupés à une fonction, ce qui évite qu’ils gambergent, on limite le risque d’être malade... même si ils sont dan Et vous, vous pouvez essayer d’anticipé vos prochaines manœuvre, avec une cohésion d’équipe qui vous fiche la paix !!!
Un truc aussi qui me fait hurler de rire dans un port. Monsieur est à la barre et madame à la pointe avec une gaffe. Et sa hurle dans presque tout les cas. Personnellement, je laisse la barre à madame, lui dit comment on compte arriver et lui laisse faire la manœuvre. Madame est ravie, et moi je peux anticiper tranquillement. Je concède que nous avons passé un week-end entier au Crouesty à bouffer de la manœuvre et un autre samedi à la trinité pour compliquer la chose avec du courrant. Depuis, madame est contente et me le fait savoir !-))) et moi beaucoup plus tranquille et j’ai toute mon attention pour anticiper les futurs manœuvres, notamment à chercher une place, envoyer la gv quand on part. Et de temps en temps, madame ne me réveille pas pour larguer les amarres de bonne heure le matin, et ce « dermerde » toute seule pour partir, ou tout simplement pour changer de place (histoire de se rapprocher des douches), car maintenant elle a confiance en elle. Et ça, c’est royale.

Mais bon, comme on dit, chacun voie midi à sa porte. avec une bonne anticipation par rapport à votre programme que vous voulez effectué, moteur et voile, chacun aura sa place.

Mais n’oubliez pas ce chiffre + de 70% de la bonne marche d’un bateau vient de sa cohésion sociale, et sa, dans n’importe quel cas de figure.

Bon vent, bonne mer.

mercredi 13 novembre 2002 20:31
---

moteur
on peux tres bien etre voileux et se servir de son moteur de temps en temps mais surtout ne pas faire comme les marins de bistro du port qui te doublent en mer avec un sourire narquois alors qu'un jet d'eau sort de leurs echappement
et ayez une pensee emue pour nos marins qui en prennent plein la gueule
Bye Jeff

jeudi 14 novembre 2002 17:03
---

sans moteur - quelle utopie
Je navigue principalement en mediterranée. Pour moi naviguer sans moteur est une utopie. Par exemple cet ete sur un convoyage PACA/venise de 1000 milles soit 7jours de mer, nous avons utilisé 24 heures la force velique. et quelle force 36/40 N au portant dans la remontée de l'adriatique. le reste dutemps ...moteur.Nous etions pressés d'arriver et avec bien sur des obligations au bout.
Je n'en ai que plus d'admiration pour un equipier rencontré il y a quatre ans(sur mon bateau) qui vous en conviendrez, est un adepte de la voile pure. Il me semble que son bateau faisait 6/7m. Sans pouline (un seau), sans electricité (une batterie voiture pour les feux de route), quelques jerricans d'eau et avec un seagull en guise de moteur pour les rentrées au port contre le vent. La consommation d'essence etait de l'ordre de 20L pour les trois dernieres années. Sa traversée de Toulon a Monastir avait pris un temps...inimaginable.Il y a gagné son surnom des pontons: "petole" c'est vous dire.

Mais il avait pris du temps et de son temps. Et c'est ce derriere quoi je cours pour profiter d'un maximum de petits mouillages tranquilles. Vous aussi??

vendredi 15 novembre 2002 16:40
---

voile & moteur
je veux pas ralloger le débat mais si même les navigateurs dans les trans océaniques ont décidé de modifier le réglement pour accepter les moteurs en course c'est forcément qu'il doit y avoir de bonnes raisons
En + sauf erreur le moteur a d'autres fonctions non moins intéressantes que celle de fournir accessoirement de la chaleur voire de l'electricité sur des bateaux bien équipés ce qu'il est difficile de faire à la voile ou a la godille même si ça réchauffe...
pas de combat d'arrière garde la voile c'est un loisir qui peut se démocratiser et ou encore il régne un certain état d'esprit sachons le préserver, avant tout ce que j'aime chez les voileux c'est un certain sens des responsabilité, l'humilité et l'altruisme, alors au lieu de se moquer des "olibrius" et autres oiseaux transmettez vos expériences et votre passion et tout le monde aura le sourire, on ne nait pas en sachant manoeuvrer, tout s'apprend encore faut il savoir donner... bonnes fêtes

jeudi 05 décembre 2002 16:19
---

inutile et crétin
Bonjour,
Je trouve que faire une manoeuvre d'homme à la mer est inutile est crétin (du moment que le moteur n'a pas de problème). Expérience faite, il y a 2 à 3 fois plus de chance de réussir rapidement une manoeuvre d'homme à la mer au moteur qu'à la voile. Cet test a été fait avec des amis voileux, tous expériementé et ayant l'habitude de naviguer ensemble. Sur un bateau de location dont on ne connait pas bien les réactions à la voile et même sur son propre bateau, il est plus prudent de la faire au moteur. A la voile une erreur d'estime de la vitesse et du cap est vite arrivée et pas facile à corriger. tandis qu'au moteur... Mais il est important de connaitre la manoeuvre à la voile parfaitement. Personnelement j'essaie de la faire au début de chaque croisière avec tous les équipiers au moteur ET à la voile.

Bon vent

Bill

jeudi 12 décembre 2002 10:28
Missing
glomerul

homme a la mer
pour être encore en train de me former ,je peux vous dire que pour moi les manoeuvres d'homme à la mer c'est voile ET moteur,
pourquoi se priver de deux forces propulsives quand il est nécessaire d'aller vite surtout si on a des équipiers (y'en as bien un qui peu appuyer sur MOB et démarrer le moteur,non?).
Certes, il est indispensable de savoir faire la manoeuvre à la voile au cas ou on ai un problème de moteur(faudrait quand même pas avoir de bol sur un coup comme ça...),mais je ne priverais pas d'utiliser les deux en cas de pépin.

idem en cas de galère au mouillage.
je crois que c'est comme pour pas mal de chose ,il ne faut pas être sectaire ,surtout quand il s'agit de sécurité ,tout est bon a prendre (tout est bon dans l'cochon ).....

non sans rire ,si je perdais un équipier ou mon bateau sur une côte en sachant que je n'ai pas essayé de démarrer le moteur pour une histoire de conviction ,je ne m'en remettrais pas...il y a des situations où le pragmatisme doit nous guider.
bon vent

lundi 12 mars 2007 10:56
---

Homme à la mer
Je suis d'accord avec toi Bill, pour dire que le moteur est un bon moyen de récupérer un homme à la mer.

La seul expérience que j'ai, c'est des exercices et non de situations réelles... Et je pense qu'il important de s'exercer à la voile, sur la technique qui nous semble la meilleur.

Je ne crois pas qu'il ait une seule méthode. La meilleur étant celle que l'on s'est entrainé et qui sauvera la vie...

Il est enviseagable d'utiliser la voile et d'appuyer la manoeuvre avec le moteur.

L'important étant quand même de sauver... puriste ou pas... moteur ou sans...

Il y a fort à penser que dans ce cas, les conditions sont plus qu'extrème : vent violent, mer démontée... Des conditions, ou le moteur risque guère d'être très utile.

jeudi 12 décembre 2002 11:06
---

un petit rappel
bonjour à tous le débat sur la voile moteur dérappe légerement sur le cas d'une chute d'un équipier à la mer. Je me permets de rappeler le premier geste à penser et à faire avant de monter les voiles ou de mettre le moteur en route est de jeter quoique se soit d'objets flottant à l'eau car quelque soit la méthode choisie l'équipier dans l'eau trouvera le temps très long, de plus se sera plus facile pour le repérer. Bien sur tout le monde va penser que c'est évident mais pour l'avoir vécu on pense à beaucoup de choses mais toujours à celles évidentes.

jeudi 12 décembre 2002 16:52
---

Naviguer sans moteur
Salut tout le monde
Je pense que le moteur n'est pas indispensable même s'il est sécurisant. Je me suis vu en panne de batterie à l'entrée du port de bonifacio et rentrer à la voile dedans alors qu'un ferry sortait (c'était pas large), mais on s'en est sorti. Pour moi breton ça ne me paraissait pas si risqué que ça mais le capitaine corse du port nous a vraiment pris pour des fous.
Et puis en partant de corse pour les baléards, panne d'huile,(pas le temps de revenir) on a donc mis 5 jours à arriver à minorque (faute de vent)et les amis qui nous attendais là-bas était près à appeler les secours. De plus entrée jusqu'au bout de le rade de Mahon (500m de large et 6 miles de long) en tirant des bords encore avec un ferry qui sortait.
Conclusion: A part si on est mécanicien et qu'on a tout pour réparer, mieux vaut sorvoir se servir des voiles.

jeudi 12 décembre 2002 22:48
---

un "on croit réver" en forme de coup de gueule

que ceux qui sont les héritiers de TANGVALD qui refusait les toilettes parce que ça tombe en panne se passent de moteur et ne cherchent pas à convertir les autres

une poulie, un winch, un coinceur, et bien d'autres choses tombent aussi en panne

alors il faut surtout pas avoir de bateau

encore du sectarisme et toujours ce qui l'accompagne l'imb......é

bye

dimanche 29 décembre 2002 12:09
---

Plaisir de la voile
Bonjour et merci pour ce message de fin d'annee plein d'indulgence .

Il n'y a evidemment aucune loi , et chacun a le droit de faire ce qu'il veut a condition de ne pas deranger l'autre .

Moi , j'adore la voile , et j'eprouve un reel plaisir a faire les manoeuvres a la voile ; sans doute suis je rassure de savoir que presque quoiqu'il m'arrive je devrais pouvoir m'en sortir sans appeler au secours , d'autant plus qu'il y a bien des cas ou trouver de l'aide en mer n'est pas facile ( sans parler que cela derangerait certainement quelqu'un ).

D'ailleurs ce genre d'aventure m'est deja arrivee comme il arrive ( eh oui ) que sur un bateau les choses ne se passent pas toujours comme on le souhaiterait , des mecaniques tombent en panne , des choses tombent a l'eau ...et toujours aux pires moments .

Je ne jette la pierre a personne mais propose a chacun de se faire plaisir parfois a tenter la manoeuvre a la voile , la ou il n'y a pas de risque , dans de bonnes conditions ,et puis ceux qui n'en ont pas envie on le droit mais peuvent avoir le plaisir de voir d'autres le faire ( moi c'est mon cas )

Bonne annee a tous

CE

dimanche 29 décembre 2002 17:06
---

sus au prosélytisme

Sus au prosélytisme !
Chacun se dém.... comme il peut ou comme il veut.

Si la mer est une leçon d'humidité,(le plus souvent) il faudrait qu'elle redevienne d'humilité, cette leçon.

J'ai vu des surdoués des Glénans de la bonne époque cartonner sans une excuse les bateaux amarrés pour tenter d'impressionner les chalands par un accostage à la voile.

J'en ai vu se prendre un bout dans l'hélice qui n'avaient pas l'air beaucoup plus malin....

L'expérience ne s'aquiert pas en lisant de doctes conseils scabreux.
Pratiquez !

Mais tout de même, je pense que TABARLY a du s'en vouloir pendant une bonne heure d'avoir refusé le moteur.

vendredi 03 janvier 2003 20:36
---

....et - c'est un très bon mot de la fin....
(Contribution de alin) "L'expérience ne s'aquiert pas en lisant de doctes conseils scabreux. Pratiquez !
Et je dirais: pratiquez à la voile: mouillages, départs des mouillages, homme à la mer...
même sur un voilier de 9 tonnes ou plus! Mais n'oubliez pas qu'il y a aussi le moteur!

Bonne année à tous
Erica

samedi 11 janvier 2003 16:53
---

peut-être que....
Salut à tous
1°-j'ai un regret en lisant ces écrits et pourtant vous semblez tous sincères, le manque évident de bon sens (common sence)
2°-le titre même du sujet n'a pas lieu d'être, car le moteur ne resteras à jamais qu'un accéssoire au même titre que le GPS, des instruments intéressant mais.....
3°-n'y a-t-il vraiment personne actuellement pour se rendre compte que tous les éléments sont utiles mais que si un propriétaire de voilier utilise plus souvent le moteur il devrait réviser son investissement. Que si nous ne sommes pas capable de rentrer dans un port à la voile, et de s'amarer correctement et uniquement à la voile, on n'est pas...........entrain de faire de la voile mais du bateau de fainéant.
4°-ce genre de discours nous l'entendons de partout cela n'avance pas les choses surtout lorsque nous nous appercevons que dans notre pays la SURDOSE DE REGLEMENTATION CREER LE PLUS D ACCIDENTS, au pro rata dans le monde. Il est sur et certain que La Voile a différent usage, que chacun garde le siens, mais si vous voulez avancer plus vite et plus loin essayons ensemble de DEREGLEMENTER et promotionnons La RESPONSABILITE INDIVIDUELLE.
Bon vent à tous et surtout plus de SENS MARINS ET FRATERNELS
Dorcas

vendredi 24 janvier 2003 14:25
---

certes
je suis bien d'accord avec ceux qui préfèrent naviguer sans moteur sauf:

qu'ils sont un peu dangereux dans les entrées de port surchargées en méditérrannée française en été

que je connais pas de bateau à voile perdu par la présence d'un moteur

que je connais pas de bateau à voile sauvé par l'absence de moteur

que nous connaissont tous des bateaux celebres perdus ou échoués ou accidentés par l'absence du moteur

que celui qui a les moyens de risquer son bateau en n'ayant pas de moteur le fasse, je suis pas géné

mais sachez aussi qu'il est parfaitement possible de naviguer sans mat et sans voile et pourtant..... qui aurait l'idée de les débarquer

ceci dit c'est comme on le sent
amicalement

jeudi 06 février 2003 17:01
---

Bonjour
Bonjour, je reparais sur ce thread et je ne voudrais pas laisser passer quelques détails.

Bill dit qu'on recupère plus facilement un homme a la mer au moteur;

Je regrette mais c'est un manque d'entrainement. Je recupère un pare batte attaché à un seau 9 fois sur 10 du premier coup jusqu'as force 7-8 (je n'ai pas d'expérience au delà...). J'économise le temps d'affalage des voiles et je termine à la cape, ce qui me permet d'être stable le temps de récupérer la victime. Et je n'aime pas le qualificatif de "crétin" que tu colle à la manoeuvre, je pourrais tout aussi bien te traiter d'incompétant en la matière
Ceci dit une manoeuvre voile+moteur peut présenter un avantage si le moteur est démarable rapidement.

Tous ceux qui croient que je défends la voile pure n'ont pas lu l'article ou ne l'ont pas compris. Et certes j'ai un moteur et oui, je l'utilise dans les ports, en cas de pétole ou quand je suis pressé, toutes des situations où la sécurité n'est pas menacée.

Benoit

lundi 10 mars 2003 20:37
---

Homme à la mer
Il me semble que presque tout le monde est d'accord sur une chose : le moteur peut nous sauver de situations dangereuses.
Cependant, l'"humilité" qui devrait caractériser tous les marins vis à vis de la mer semble un peu oubliée vu que la pratique se démocratise avec les progrès technologiques et sociaux : GPS, matériaux nouveaux, évolution grandissante des plaisanciers, etc... Quand on connais la moyenne des jours de sorties des bateau sur 1 an, je comprends bien que beaucoup se sentent plus rassurés au moteur, et impossible pour certain de prendre la mer sans GPS. Je suis débutant, et apres qq jours de stage en habitable j'ai quand même pris conscience de plusieurs problèmes qui peuvent très vite survenir, en bref : pannes de moteur, panique à bord quand on n'est pas très expérimenté, bout qui trainent dans l'eau et qui risquent de se s'emmeler dans l'hélice si le moteur est allumé... et la cascade commence : le moteur lache, équipement détrioré ce qui peut alors vite se transformer en catastrophe pour tout le monde.
Au début, je trouvait qu'on insistait trop sur les hommes à la mer, mais j'ai fini par trouver cet exercice à la voile très intéressant ! En effet, c'est sans doute le meilleur exercice pour connaître son bateau et prendre des repères. Ceux qui ne sortent les voile que pour suivre leur cap en un seul bord, et qui ne prennent pas leur pied à régler les voiles, virer de bord, etc, seront sans doute en désaccord avec moi, mais mon plaisir de la voile, je le prends avec les voiles. Par contre, il est sûr qu'en cas de problème, je n'hésiterai pas à allumer le moteur, apres avoir rangé les bouts, mais je pense que je le ferai apres avoir amorcé ma manoeuvre d'HLM en fausse cape ou à la cape si je suis proche de lui, car le temps d'allumer un moteur et affaler les voile pourrait être suffisant pour perdre l'homme de vue par gros temps, et puis si on n'est pas nombreux à bord, il est parfois difficle d'affaler aussitôt l'incident survenu.

Je ne me suis jamais encore trouvé réellement confronté à ce genre de situation (j'espère que ce ne sera pas le cas un jour), mais bon, comme on dit, qui peut le plus peut le moins, mais parfois, il faut se contenter du moins...
Je dirai pour conclure : je vais essayer de pratiquer les manoeuvres d'HLM à chaque location afin de savoir ce que le bateau a dans le ventre, 1 petite heure d'entraînement avt de prendre son cap ne fait jamais de mal à personne. Toutes les solutions sont bonnes, il n'y a que des conditions qui s'y prêtent plus ou moins. Il faut donc penser avant à ce qui pourrait se passer en cas de problème pour mieux y faire face, et dans toutes les conditions possibles.

lundi 17 mars 2003 16:42
---

j'ai voulu essayer de faire comme benoit,
mais en essayant de voir jusqu'ou c'était possible

et bien je dois vous annoncer qu'après 4 heures dans l'eau, le parre-battage n'était toujours pas noyé

j'en ai eu marre et je me suis arrété là

j'ai intérrogé le parre-bat qui m'a pas dit qu'il avait trouvé le temps long, ni que l'eau était trop froide, ni qu'il avait eu la trouille de sa vie ( d'ailleurs, il ne s'est pas débattu quand je l'ai repéché)

moralité, si un parre-battage essaie de se noyer ou tombe accidentellemnt dans l'eau, il est inutile de mettre le moteur en route, vous avez tout le temps pour le sauver y compris celui d'apprendre le BOUTAKOFF dans les livres

amicalement en forme de boutade.... quoique!!!!!

PS la prochaine fois, je fais faire l'éxercice en mettant à la barre quelqu'un qui sait pas trop bien manoeuvrer à la voile tout seul mais qui rentre le bateau au port au moteur comme un chef ( c'est très rare, je le sais bien mais tout le monde en connait)

je cherche une brassiere pour parre-battage pour assurer le coup

bye

lundi 17 mars 2003 18:18
---

Que dire?
J'ai lu toutes ces contributions et je ne sais pas trop quoi dire. Il y a un mois je me suis retrouvé devant le port de Pornichet (j'ai une une place sur le port d'échouage) mais le moteur a refusé de démarrer. j'étais bien embêté. Car se glisser entre deux bateaux au fond d'un port abrité du vent je dois dire qu'on ne le sentait pas trop. On est donc renté dans le port en eau profonde. Hé bien on était bien content d'avoir navigué sur des dériveurs et d'arriver tranquilles sur un catway. Et pourquoi le moteur ne démarrait pas? une vielle bougie!!!! C'est tout.
Je ne sais pas si il faut avoir un débat entre les deux. Sans moteur je ne peux pas sortir du port (bateaux serrés les uns contre les autres). Mais une fois en mer, si je dois faire une manoeuvre d'urgence il y a toujours un bord où le moteur sort de l'eau (hé oui c'est un petit bateau). Donc je pense qu'avant tout il faut maitriser la voile. J'ai commencé avec un dériveur. Pas de moteur et beaucoup de plaisir. Et puis un moteur ça coute cher. Le vent c'est gratuit. Et c'est aussi ça que j'aime quand je sors.
Une voile aussi coute cher. C'est vrai. Mais je trouve que l'on voit mieux le moment où elle va lacher. Tandis qu'un moteur??? Un jour oui, un jour non. Et cela ne se bricole pas (ou alors je ne sais pas faire).
Quand à l'homme à la mer. Le temps de lancer le moteur on peut aussi tenter une mise à la cape. Même si ça ne marche pas on sera au moins tranquiles. On peut observer et se calmer. Quand au pauvre pare battages, je me souviens en avoir ramené en moins de cinq minutes (et pas avec des gens expérmentés, moi en l'occurence).
Alors le moteur oui, mais en dernier recours. On navigue sur des voiliers non? Sinon on peut naviguer sur un fifty. C'est autre chose. Un autre plaisir. Et il ne me viendrait pas à l'idée de jeter la pierre à ceux qui aiment cela. Mais moi non. Même Moitessier en convenait en disant que dans le gros temps un fifty en s'appuyant sur un moteur pouvait passer dans du très gros temps. Et pourtant on ne pourra pas l'accuser de proner l'usage du moteur.
Donc il s'agit juste de savoir ce que l'on veut. Si on veut faire de la voile il faut apprendre à se servir de ses voiles. Si on veut navigeur au moteur on apprend à s'en servir. Chacun son truc et tout le monde ira bien.
Je préfere la voile mais il ne me viendra pas à l'idée d'embêter les gens qui aiment le moteur.
Salut.

samedi 22 mars 2003 01:04
---

a judicael
on peut dire qu'un moteur mal entretenu n'est pas plus fiable qu'un gréement mal entretrenu

mais pourquoi entretenir correctement son gréement et négliger son moteur?

là est le mystère

amicalement

samedi 22 mars 2003 12:12
---

à jp
En effet un moteur mal entretenu c'est un peu comme un grément mal entretenu. Le problème est qu'un moteur (à mon avis) peut tomber en panne sans prévenir (ma voiture est tombé en panne alors que je la fais réviser régulièrement). Mais une voile prévient avant de se déchirer, un hauban donne des signes "apparents" de faiblesses. Et puis il est rare que GV et voile d'avant se déchirent en même temps (on peut toujours se débrouiller avec juste une voile). Mais il est vrai que j'aime mieux les voiles que le moteur (une affaire de goûts), alors je préfère compter sur elles que sur lui.
Bonne journée.

dimanche 23 mars 2003 12:27
---

pas vraiment,
un moteur est un ensemble mécanique obéissant uniquement à des lois physiques

il n'a pas d'état d'âme et ne tombe pas en panne sans raison ni pour embêter le navigateur

chaque fois qu'une panne mécanique intervient, elle était prévisible car une raison précise a conduit à celle-ci.

c'est donc bien un problème d'entretien, car à chaque fois une réparation curative intervient à la place d'une préventive et ça repart

mais c'est la même chose pour toute chose et il vaut mieux pouvoir compter sur chaque élément du bateau ce qui n'empêche pas d'avoir ses préférences

amicalement

dimanche 23 mars 2003 16:37
---

Pas toujours
Quand on rentre dans un port au moteur , par une journee houleuse et que le moteur desamorce , il n'y a pas de defaut d'entretien .
C'est juste un de ces jours ou la voile haute et l'habitude de faire des manoeuvres a la voile ne se regrette pas .

CE

dimanche 23 mars 2003 21:43
---

Si ... si ...

CE, si, si , si le moteur désamorce c'est un problème d'entretien ou de mauvaise conception ! Imagine les bateaux de pêche , s'ils devaient désamorcer quand ça chahute ! Je n'ai jamais désamorcé , quel que soit le chahut

Quant-à la voilure qui prévient avant de lâcher ... Judicael, ben dis donc, faut demander à tout ceux qui ont pris un mat sur la tête ce qu'ils en pensent !

Je suis bien d'accord avec JP, et je ne comprends pas pourquoi le moteur est souvent considéré comme ayant des états d'âme de danseuse étoile . Les moteurs marins modernes sont *extrèmement* fiables, si toutefois les périphériques (raccords, dominos sauvages, tuyaux écrasés, vidanges, etc ...) n'ont pas été délaissés ou même sabotés pour les usagers du bateau

Je pense qu'il faut respecter ceux qui préfèrent la voile pure, tout comme ceux qui aiment s'aider du moteur. Mais sutout pas se tromper de débat en disant qu'un moteur est moins fiable qu'un gréement. Là ce serait carrément faux.

Robert.

lundi 24 mars 2003 09:51
---

en complément de ROBERT,
il est curieux de constater que le taux de vraies pannes sur les bateaux à moteur est très réduit car le proprio sait qu'il ne peut compter que sur son moteur, et
que le débat sur la fiabilité des moteurs éxiste que dans les forums "voileux"

NB je suis un primo-motoriste,converti à la voile (gin-fizz) revenu pour raison de santé au moteur et retournant à la voile ( j'ai un petit trawler bi-moteur et un forban pour la "voile")
j'ai donc une estime égale pour les deux modes de navigation d'autant plus que, je peux bien l'affirmer, le pastis a exactement le même gout dans les deux bateaux

amicalement

lundi 24 mars 2003 10:13
---

avec ou sans moteur
Le tout voile sur un 6 mètres c'est pas un problème, mais sur un 44 pieds de 13 tonnes
dans les ports et les mouillages, j'aimerai
bien voir...

dimanche 27 avril 2003 14:17
---

C'est tout vu
Bonsoir

Depuis toujours sur mes bateaux et depuis plus de 10 ans sur mon cata de 14 m j'effectue ce genre de manoeuvres et dois constater ne pas voir beaucoup d'autres adeptes . Pourtant quel plaisir !

CE

dimanche 27 avril 2003 23:13
---

le poids ne fait rien à l'affaire...
mon batô est un sloop en acier de 10m30, son moteur est un 8cv 2 temps donc forcément on fait une bonne partie des manoeuvres à la voile et avec un peu d'habitude et d'organisation tout se passe très bien (on a encore percuté personne en 5 ans...)
ps: on a toujours 1 ou 2 seaux ammarés au balcon arrière et prêts à être lancés à l'eau pour ralentir le batô à l'arrivée si necessaire (on appelle ça le coup du frein à main!)

lundi 28 avril 2003 14:48
---

desamorcage
Pour Robert

Le desamorcage serait un Pb d'entretien ?

Si on navigue par mer forte au moteur avec un reservoir peu rempli , n'y a t il pas des chances de desamorcer sans pour cela critiquer l'entretien du moteur ?
Pour moi , je pense avoir souvent entendu parler de ce Pb sur des voiliers dont le moteur etait bien entretenu . Il suffit , il me semble , qu'un mouvement important provoque une arrivee d'air au lieu d'une arrivee de gasoil

lundi 28 avril 2003 22:40
---

désamorcage
Il n'y a qu'une (très) bonne solution = le réservoir en charge (cad situé au dessus du niveau des injecteurs) alimenté par une pompe manuelle ou électrique à partir du réservoir principal.

lundi 16 juin 2003 17:13
---

l'ame des bateaux!
A condition et situation égale,pour chaque voilier il y a une bonne réponse:dans la situation "de l'homme a la mer".
Il est évident qu'un gros fifty devra s'appuier sur son moteur, alors qu'un voilier très "voilier" (avec un moteur plutôt petit pour être léger)sera bien meilleur, rapide et précis dans sa maneuvre, à la voile!
Il n'y a aucun jugement la derrière!Toutes les maniéres d'aller sur l'eau peuvent être belle!!L'important c'est d'aimer la mer.

La seule chose que je trouve désolante ce sont tout ces bateaux sans ame,qui sont des èspèce de compromis mou qui ont tous la même tronche,"a la mode",qui encombre et génère des marina "hlm" pollue le litorale et l'environement par leur production industrielle et qui ont tellement perdu leur identité qu'on ne sais plus si il marche a la voile ou au moteur.Atention,je ne parle pas ici de certain très beau fifty qui sont de vrais bateaux de mer!
Au amoureux de la mer, salut!

jeudi 08 mai 2003 01:50
---

la voile pure?
J'ai sorti à la voile seule un "Océan" de 22 m hors tout de Cap d'Agde. Je l'ai rentré et amarré, en douceur, au quai de la ville, à Toulon, toujours à la voile. Je me demande encore pourquoi, une fois les amarres passées, l'équipage ( 7 personnes ) m'a applaudi. Ce sont je pense , les manières américaines.
Le moteur était en panne.

Je navigue la plupart du temps sur des voiliers ( y compris les miens ) motorisés.

Voici 2 ans, j'ai fait toute une saison d'été sur un petit voilier (First 18) sans utiliser une seule fois le moteur, y compris lors de la dernière croisière, la veille de Noël, de Concarneau à Santander.

J'ai un jour eu à convoyer un trimaran dont le moteur était mort, de Gibraltar à Sète. Il y avait si peu de vent que, si nous laissions le bateau "passer sur sa barre", il fallait le remettre sur son cap à la godille. Encalminé à l'entrée du port de Barcelone, je suis rentré en me faisant aspirer par les cargos qui entraient en déplaçant un certain volume d'air; à l'approche de la ville, de légers phénomènes thermiques m'ont permis de terminer proprement l'arrivée. Bilan: 11 jours de Gibraltar à Barcelone + 5 de Barcelone à Sète, mais le bateau est arrivé à destination.
Ultérieurement, j'ai convoyé un "Flying Forty" - bateau très léger, un jouet (pas un Jouët!), entièrement à la voile, de Cap d'Agde à Marseille;
un "Drac 9m" de Bandol à Cap d'Agde: la batterie était vide, et je ne voulais pas attendre le temps de la charger; un trimaran de croisière de 13m de long gréé en Ketch et sans moteur, avec une belle finale en louvoyant dans le port d'Antibes: il nous fallait à la fin de chaque bord , très court, virer sur place: ma copine était à la barre, l'équipier à l'artimon et à l'écoute de grand-voile, et moi au gênois, que j'amenais pour loffer, renvoyais quelques secondes à contre pour abattre, puis sur le bon bord pour reprendre de l'erre, tout en dirigeant la manoeuvre.

J'ai fait un été à Cap d'Agde nombre de sorties sur un trimaran "Telstar", de 8,60m, dont la turbine d'"hydrojet" était cassée, en tirant des bords entre les "Catways" séparés par 2 fois la longueur du bateau. Seule l'impulsion initiale était donnée en poussant le long du "catway". Il faut dire qu'il n'y avait guère d'encombrement dans le port: sur le millier de bateaux qui y séjournaient, environ une trentaine sortaient (j'ai compté) tous les jours.

dans les années 1950, il était du dernier snob à La Rochelle de naviguer sans moteur, y compris pour les entrées et sorties de port "tordues" comme à Saint Martin de Ré. Quand il y avait calme plat, "Marie-Christine" prenait "Eloise" en remorque, "Rhapsodie" faisait de même avec "Torribio", et les deux se partageaient les bateaux plus petits. L'un des plus beaux spectacles que j'ai pu voir , fut un "Requin" sortir de l'ancien bassin des yachts de La Rochelle par le passage plus étroit que sa longueur: un petit bord pour prendre de l'erre, puis 3 bords dans le passage; les spectateurs, navigants ou profanes , sidérés, ne disaient mot,
tant la beauté de la manoeuvre s'ajoutait à celle du bateau.
Dans les années 1930, la famille de Kerviler passait presque partout avec son "Marjac" ( une sorte de "Pen Duick" encore plus grand -16m de long , 2,25m de tirant d'eau, dans les 200m
de voile et sans moteur.-)Aujourd'hui on classerait et le bateau et la dite famille comme éléments du "Patrimoine"

La voile donne des possibilités de manoeuvre considérables, non seulement dynamiques, mais statiques, en déplaçant le centre de voilure par rapport au centre de carène: on peut freiner, accélérer, pivoter, déplacer la proue ou la poupe, déraper latéralement, voire faire de la marche arrière ( cela dépend du bateau pour cette dernière). J'ai appris ce contrôle de la manoeuvre d'un voilier à la voile sur de tout petits dériveurs ( des "Sunfish") chez un plagiste ( l'"Oasis" entre Golfe Juan et Juan-les-Pins), et ai fait très facilement et rapidement la transposition sur des unités plus grandes: la différence essentielle étant l'erre qui, à mon sentiment, facilite la manoeuvre).
La précision de la manoeuvre à la voile est, si l'on est bien entraîné, de 10 à 20 centimètres.

Cela dit, je ne crache pas sur le moteur: ça peut servir. A "Brest 2000", lors de la grande sortie vers Douarnenez, il y avait 4000 à 4500 voiliers (dont le mien) qui marchaient consciencieusement au moteur, les voiles hautes: il n'y avait pas de vent!.

Et il m' arrive parfois d'utiliser des procédés inqualifiables: l'"iron jib" (foc amené, grand'voile très bordée et moteur à régime lent) ou le "vela motore" (même chose, en serrant moins le vent).

quant à la godille, elle fait partie de la culture maritime. Il m'est arrivé de donner des cours de godille , tant elle est trop simple pour donner lieu à des explications compréhensibles dans les manuels de navigation. Une variante intéressante est la godille chinoise qui, au prix d'une longueur importante a un rendement deux fois supérieur.

pour l'anecdote: quand , entre Cannes et St.Tropez, le vent passait de force 1 à force 3, on faisait des bonds et poussait des hurlements de joie sur mon bateau, en même temps qu'on voyait les bateaux voisins amener précipitamment leur voilure et s'agrémenter d'un petit nuage de fumée à l'arrière.

Ma conclusion: un moteur peut être un élément de sécurité avec un équipage et un capitaine compétents, et un vrai piège dans le cas contraire par la confiance trompeuse qu'il induit.

Vive le vent!

jeudi 12 juin 2003 20:36
---

Tu l'as dit...
J'ai toujours pensé comme le sage qu'il vaut mieux être jeune, riche et en bonne santé, que vieux, pauvre et malade. Et c'est même pas de sa faute.

On apprend plein de trucs, je le répéte...

vendredi 13 juin 2003 17:16
---

Aspiration...
Nous sommes encalminés, et on annonce un coup de vent. Heureusement, nos haleines chargées attirent les mouches. Nous constatons que leur battement d’ailes crée une dépression qui gonfle les voiles. Nous progressons comme cela, aspiré de mouche en mouche, et arrivons ½ heure avant le coup de vent. Depuis ce jour, on m'appelle WinButterFly

lundi 16 juin 2003 11:56
---

Puedubec,

Win... machin c'est tiré du bouquin de Sartre ?

V'la ce qu'on peut qualifier de "grand-moment-du-forum"; digne des grands maîtres...

Winbuetterfly, combien de join'ts pour arriver à ces quelques lignes d'ontologie ?

lundi 16 juin 2003 16:40
---

Vent dans le cul,
moi, évidemment, je trouve ça plein d'humour. Bravo, VentPapillon ! Mais je ne sais pas si WindMachin va apprécier ?

A +

lundi 16 juin 2003 16:49
---

j'ai bien rigolé
je cherchais des infos sur l'entretien d'un bateau et je suis tombée sur ce site (il en fraudrait plus des comme celui ci) .Javoue avoir bien rigolé, merci et bonne navigation a tous. Juste un détail, restez zen, au moins sur votre bateau.

samedi 20 septembre 2003 01:38
---

Cherche encore, Clessy,
Avant les vacances, on était vraiment déchaînés.

samedi 20 septembre 2003 13:59
Missing
def

et les batteries?
euh les gars...
ok un voilier c'est fait pour faire de la voile mais sans moteur les bateries vous les rechargez comment?
ne seraice-ce que pour faire fonctionner le groupe eau ou les instruments de nav' voire le guindeau les lumieres... faut de l'elecricité!!
alors comment en obtenir? panneaux solaires? pas assez puissants.
alors vous avez un truc?
moi je prefererais me flinguer plutot que de prendre la mer pour plus de 24 h sans instuments de nav' ni groupe eau douce!!!
et meme les batteries pleines elles ne durent pas longtemps!
chais pas moi faut au moins un loch et un sondeur!

__________________________________________________

je represente la nouvelle vague

lundi 22 septembre 2003 23:46
Missing
Pépé

Et tu crois que tu parviendras à survivre...
sans la clim, le lave vaisselle, le lave linge et la télé par satellite ?

Nouvelle vague ? ou nouvelle blague ?

lundi 22 septembre 2003 23:59
Missing
def

sucide
tu as raison pepe...
c'est bien connu, faire le point de sa route sans loch y'a rien de plus simple.
c'est bien connu aussi l'eau de mer ca se boit donc pas besoin d'eau douce.
c bien connu aussi que partir en croisiere hauturiere sans VHF c le pied.
je crois que je feux de reperage sont obligatoires la nuit non? ah merde pour les faire fonctionner faut de l'elecricité...
et pour se laver des fois c'est necessaire!!!
alors groupe eau?
faire la cuisine?
lire une carte la nuit donc besoin de lumiere?
je ne parle pas du pilote auto ou du GPS j'ai affaire a des puristes a ce que je vois....
c'est bien connu aussi y'a rien de plus simple que de faire une croisiere hauturiere sur un 50 pieds sans aucun instrument...
pis apres tout pourquoi prendre une boussole? ca sert a rien on navigue au pif!!!!
pis a quoi bon acheter de gros bateaux? on n'a qu'a traverser l'atlantique en barque!!!
non mais serieux relis toi avant d'envoyer ton post.

__________________________________________________

je represente la nouvelle vague

mardi 23 septembre 2003 00:13
Missing
Pépé

Gamin, va (à moins qu'il ne s'agisse encore d'un troll?)
Un loch a hélice, ca n'a pas besoin d'électricité, pas plus qu'un dessalinisateur à main, une vhf portable se suffit de trois fois rien, les feux de repérage à pétrole çà existe aussi, de même que les cuisinières à pétrole, quant au conservateur d'allure il n'a pas besoin d'électricité non plus, j'en passe et des meilleures... le guindeau à main tu connnais ? Et la sonde à plomb ? Les cartes en papier (horreur...) le compas à pointe sèche, le sextant qu'on utilise autrement que pour justifier la première catégorie, et la règle Cras, et les règles parallèlles ?
Bref, rien d'incontournable... Slocum , Gerbault ou Moitessier mourraient de rire à te lire
Quant au bateaux de 50 pieds s'ils représente 0,01% du parc mondial de la plaisance, c'est bien le bout du monde.

Alors, la nouvelle vague, si c'est celle de la plaisance caviar qui ne mouille que dans les marinas les plus chics et les plus chères, qui ne mange que de la viande importée ou des langoustes exclusivement pêchées par des larbins indigènes(faudrait quand même pas blesser ses petits tympans en allant les pêcher soi-même...), et pour qui plaisance ne se conjugue qu'avec Amel comme préfixe... ben je te la laisse bien volontiers )

A ta vague, je préfère les vraies, celles qu'on ne recontre qu'en mer...

mardi 23 septembre 2003 00:44
Missing
def

pepe ou l'envie absoulue de se faire chier...
non mais serieux...
la vhf portable passe encore
le loch a helice je tique un peu mais passe encore
mais le DESSALINISATEUR A MAIN!!!!
ca releve de l'envie absolue de se faire chier!!!
tu crois pas que c'est plus simple d'ouvrir un robinet et l'eau coule?
les feux de nav' a petrole!!!!!!!
c pas plus facile d'appyuer sur un bouton et ca s'alume?
partir sans moteur c'est de la connerie et a part a frimer ca sert a quoi?
a RIEN
vous me faites bien marrer les puristes...

__________________________________________________

je represente la nouvelle vague

mardi 23 septembre 2003 10:50
Avatar
michel

il me semble..
que ça dérive:
il me semble que le fil initial était de trouver l'équilibre sur l'usage du moteur, qui ne doit pas etre le moyen principal de manoeuvrer en cas d'urgence ou de problème, pas de savoir s'il faut naviguer a la moitessier ou non...
chacun fait ce qu'il veut dans son éthique personnelle, mettre ou non le moteur, s'équiper en "tout electrique" à bord ....
Mais savoir récuperer l'homme à la mer sans moteur, parce que l'écoute de foc est enroulée dans l'hélice, c'est fondamental.
Tout autant que d'avoir un moteur en parfait état sur lequel on peut compter pour se tirer des cailloux quand l'enrouleur est coincé ou la grand voile déchirée...

non?

mardi 23 septembre 2003 11:58
Avatar
michel

hmmm
je corrige vite la c... avant que windja ou ventempoup se f... de moi: si l'écoute de foc est dans l'hélice, la manoeuvre à la voile sera plus cafouilleuse, et demandera d'abord l'intervention du laguiole...
disons donc plutot: "si l'aussiere qui trainait est passée dans l'hélice"(:>)

mardi 23 septembre 2003 12:05
Dsc02181
Basile

Mon pauvre Mich.
Es-tu sûr d'avoir des aussières sur ton boat ?

mardi 23 septembre 2003 12:14
Dsc02181
Basile

Complément...
Je viens de consulter un catalogue de fabricant. C'est vrai qu'ils appellent "aussières" des bouts de 16 mm.
Mais il semble que ce terme soit réservé aux amarres de cargo.

Qu'en pensent Wind..., Vent..., Os... ?

mardi 23 septembre 2003 12:22
Missing
Pépé

Def, tu n'as toujours pas compris...
Tous les articles que je t'ai cité, c'est pour dire que rien n'est INDISPENSABLE,et qu'on peut toujours faire sans...avec l'avantage non négligeable que moins il y a d'appareils électriques, moins il y a risque de panne irréparable au mauvais moment...et si 80% des navigateurs sont capables de faire une réparation mécanique, je doute que plus de 5% soient capable d'en faire autant avec un matériel électronique... Si ton dessalinisateur électrique pête en plein milieu d'une traversée de 50 jours, ben soit tu vas devoir faire rapidement escale et te dérouter, au risque de compromettre toute la nav que tu avais consciencieusement mise au point, soit tu vas avoir très soif au bout de quelque jours...
Et quand ta girouette et tes panneaux solaires seront HS après un coup de 10 beaufort dans les 40emes, ben tu devras faire du moteur 5 ou 6 h par jour pour le faire marcher, tout ton bel attirail électronique...

Juste pour dire que le mieux est souvent l'ennemi du bien en matière de marine et que sur l'eau il vaut mieux être paré à toute éventualité.

En ce qui concerne le confort, si j'ai envie de naviguer dans un palace flottant, je m'offre une croisière sur un paquebot.. Je ne pense pas que la plaisance soit faite pour çà, contrairement aux américains (voir l'équipement et surtout le poids de leurs voiliers pour se faire une idée..). D'accord pour un certain confort, mais si c'est pour pantoufler, je préfère rester à la maison dans un bon fauteuil club, avec un bon reportage sur les traversées lointaines

En ce qui concerne l'utilisation du moteur, pour répondre aux autres posts, je me suis déjà largement exprimé au début de ce fil.

mardi 23 septembre 2003 13:15
Missing
Benoit

indispensable!
La seule chose indispensable sur un voilier c'est la sécurité! (d'ailleurs c'est le thème du fil)

Tout le reste, puriste ou pas, on peut s'en passer.

D'ailleurs, je reviens de 1 semaine et demi en bretagne nord sur un 6.5 m avec une batterie minable de 40 Ah sans aucun moyen pour la recharger (elle n'a servi qu'au GPS auquel on a d'ailleurs jamais jeté un seul coup d'oeil...) lampe tempète dans le pataras la nuit en nav, pareil dans le carré au mouillage. L'eau en bidon et une pompe a main pour la vaisselle à l'eau de mer...
petit hors-bord 3 cv pour entrer et sortir des ports

On s'est jamais autant éclaté.

mardi 23 septembre 2003 15:04
Dsc02181
Basile

Ah Benoït ! Quelle sagesse !
La simplicité enfin retrouvée, un 6,50 m, un HB de 3 cv, une batterie de 40 ah.

A propos de batteries, les miennes, cela fait dix ans que je n'en achète plus. Je les trouve le long des trottoirs en hiver.

Pour l’électronique du bord, elles me font bien 3 – 4 ans.

mardi 23 septembre 2003 16:43
---

Hérésie ...
Un 3 CV sur un 6.5 mètres ! Horreur ... dans cette taille là de bateaux la godille s'impose

Hé oui, on peut toujours faire mieux

Robert.

mardi 23 septembre 2003 17:02
Missing
def

indispensable?
il est vrai qu'en mer il faut savoir se preparer a toute eventualité.
mais il est vrai qu'au niveau des equipements je parlais de mes experiences perso...
je navigue le plus souvent sur des bateaux aux alentours des 50 (first 47.7 gib'sea 43...) avec des equipages composes de 6 a 7 personnes plus ou moins experimentées.
alors imaginez qu'il faille dessaliniser l'eau a la main!
pour 7 personnes on en aurait marre au bout de 5 jours!!
toute facon maintennant les voiliers sont livrés deja equipés en matiere de groupe eau ect....
et sont livrés avec un moteur!!! ;)

__________________________________________________

je represente la nouvelle vague

mardi 23 septembre 2003 18:17
Missing
Benoit

simplicité
Robert:
J'avais la godille a plat pont en cas de défaillance dudit 3cv. Mais je ne cherche pas a me faire chier a tout prix pour le purisme et trainer un 3CV a l'arriere du bato ne nous a pas empèché de faire quelques surfs a 10 noeuds.
Et je m'amuse avec un GPS interfacé sur palm avec cartographie. Le pied! Et de nouveau, ca ne nous a pas empêché de suivre des alignements et faire des points a trois relevements...

Def:
C'est qui ce "je représente la nouvelle vague". Tu nous prends pour des dinosaures?

mercredi 24 septembre 2003 15:12
Missing
def

signature
c'etait un jeu de mot inventé pour la signature mais si ca vous enerve ok je la mets plus...

mercredi 24 septembre 2003 15:23
Snake10
Cobra

l’atlantosaure...

Beh woui Benoit, t’es bien un dinosaure ) , mais t’en fais pas ça n’empeche pas de s’éclater…entre fossile...
Cela dit, le mouille croupion, j’ai passé l’âge et perso, j’aime bien un minimum de dolce vita confortable comme dirait mon pote et tout compte fait, les emmerdes je peux les assumer donc 50 pieds pour un serpent, c’est correct...

Et tant pis pour le coup de bourrin si une bonne bouteille m’attend…

mercredi 24 septembre 2003 16:40
---

Benoît,
on plaisante tous, bien sûr

Plus sérieusement, pour moi toute cette discussion sur la "voile pure" n'a pas beaucoup de sens ... c'est comme si on discutait de "l'intelligence pure" ou de la "richesse pure"

Sachant qu'on est toujours le "con" ou le "pauvre" de quelqu'un ou le "génie" ou le "riche" d'un autre ...

Laissez-les vivre

Robert.

mercredi 24 septembre 2003 17:39
Missing
Benoit

Si c'est comme ca...
... je retourne dans ma grotte.
De toute facon c'est bientot ma période d'hibernation.
Reste a espérer qu'on va pas se prendre une glaciation sur la gueule...

P.S. def:Mâ si! tu peux la mettre ta signature!

mercredi 24 septembre 2003 18:20
---

la voile pure
Salut!
Justement j'en viens. Superbe semaine dernière; je n'ai pas regretté d'avoir attendu (et de plus, il y avait considérablement moins de "chiants" sur l'eau que cet été).

L'équipage: 2 Bretons, 1 Russe,1 Anglais et moi.

Contrat moral de l'équipage: le GPS reste à la maison, le moteur inutilisé, clés enfermées dans la "boîte à clés de terre", les portables éteints,
silence radio, sauf pour la météo et un éventuel usage en cas de "fortune de mer", Guitare et accordéon diatonique autorisés bien sûr, de même que la voix humaine sous tous les registres sans modération. Pas de femme à bord cette fois, pour garder une liberté d'expression totale, fût-elle de mauvais goût: une liberté limitée n'est qu'une "liberté" politique: un simple mot. Estime "pile-poil" en profitant des superbes conditions météo, travail des voiles à tout propos et hors de propos ( depuis longtemps, par la faute des enrouleurs et n'étant pas régatiers invétérés nous n'en avions presque plus l'occasion) chacun capitaine à tour de rôle par quart de 8 heures, ceux qui faisaient fonction d' équipiers tournant par quart de 4 heures;route de jour et de nuit, avec des moments grandioses (comme la remontée de l'Aven avec le courant de marée et des bords tirés dans des risées incertaines, tout le monde sur le pont, l'ancre en détroit et l'aviron de godille paré au cas où .
Avec, bien sûr, les énergiques "bordées" de la "compagnie de débarquement" , en ces occurrences la totalité de l'équipage affamé, assoiffé et chauffé à blanc par l' évocation des souvenirs d'autres escales dans les mêmes lieux en d'autres circonstances.

Et les manoeuvres, jouées entre vent et courant, où l'on place la "barque" à 30 centimètres près, laissant le loisir de passer tranquillement l'amarre de pointe dans l'anneau de la bouée ou de débarquer sur le quai posément, sans précipitation ni éclat de voix.

Enfin huit jours sans le délicieux pilonnement du Diesel (ni même l'obsédant bourdonnement de nos "bagnoles"), la redécouverte du silence meublé des sons de la mer et du vent, et du TEMPS : c'est-à-dire de la durée, celle d'un jour qui s'allonge entre le matin et le soir, liée à la lente progression du voilier, et pas à la course du rat, cette poursuite névrosée quotidienne d'on ne sait quoi ( parce qu'en définitive on est devenu incapable de s'en poser la question ).

Cela dit, j'ai vu des Anglais dans un restaurant exotique raffiné choisir au hasard et baffrer comme ils l'auraient fait d'un "fish and chips" ou de nouilles de l'armée. Il en est de même pour la navigation à voiles: beaucoup ne sauront jamais ce que cela peut être (pas plus qu'ils ne savent utiliser un moteur sur un voilier: les fins de journée dans les ports de plaisance sont un spectacle distrayant, sauf évidemment si l'on se trouve sur l'une des trajectoires). Après tout, à chacun ses plaisirs ou ce qu'il croit tel; l'essentiel, comme le disait finement un ancien président du C.V.P. est que "cela fait marcher le commerce".

mercredi 24 septembre 2003 21:13
---

A la voile
A trop voir les clichés sur les "Américains" ( que j'ai largement partagés moi-même, et pendant longtemps ) on perd énormément de pittoresque et de vie. Lorsque j'ai pris pied en Floride, j'ai été plus que surpris de voir la quantité de petits bateaux (dont beaucoup sans moteur), de canoës, Kayaks, et d'engins pas possibles construits pas des petits chantiers, des artisans charpentiers de marine, et une quantité extraordinaire de constructeurs amateurs.
J'ai navigué avec certains d'entre eux ,dans des sorties d'un ou 2 jours : ils pratiquent volontiers les déplacements sur remorque, avec mise à l'eau pour 1,2,ou 3 jours à bonne distance de leur domicile, mais il y a aussi des croiseurs acharnés qui font des croisières de centaines de milles sur des "14 footer", autrement dit des bateaux d'environ 4,25m, qui ont fini par constituer une catégorie particulière, dite des "micro-cruiser", de plus en plus "marinisée".
Celui de la photo remorque son annexe pliante qu'il loge, lorsqu'elle est "ramassée" à l'intérieur de son bateau. Il pratique régulièrement des croisières entre le Nord des Etats-Unis (en été) et les Bahamas (en Hiver), ce qui fait quand même un bon bout de route. Le bateau a eu deux propriétaires successifs, dont l'un traînait un semblant de moteur, et l'autre s'en est débarrassé pour ne pas traîner ce poids sur l'arrière.

jeudi 25 septembre 2003 00:43
---

A la voile
Pour qu'il n'y en ait pas que pour les Américains, il me semble qu'ils viennent d'être battus à plate couture par un Russe, âgé de 68 ans, qui avait déja fait le tour du monde sur un bateau de 5,5m. Naturellement pas sponsorisé, et tout à fait sans le sou - pas même le RMI -.
Cela ne lui a pas suffi pour comprendre, alors il a "remis ça" sur un bateau de 3,70m, sans moteur si mes informations sont complètes, et par les canaux de Patagonie tant qu'à faire (relire Bardiaux et Bernicot si l'on veut un aperçu de la région. Quant à y aller...)
Les photos sont plus explicites que n'importe quel texte.

jeudi 25 septembre 2003 01:13
---

Bardiaux
Je réagis a la mention de Bardiaux dans le message de Windjammer. J'ai eu le plaisir de le connaitre lors de l'un de ses passages a Panama. J'ai fais le transit du canal sur son bateau. Quelqu'un a-t-il des présision sur sa disparition (année, circonstances), merci d'avance

JPh

samedi 04 octobre 2003 00:18
---

A la voile...
Je crois que ce sont les CROSS qui recentrent la discussion. Dans les "conseils aux plaisanciers",il est répété CHAQUE ANNEE :

"28) Vous naviguez à bord d'un voilier : En cas de panne de moteur, essayez de naviguer à la voile. Même si le vent est faible : c'est une situation normale ! Prenez votre mal en patience. N’appelez pas inconsidérément les secours."

Est-ce que l'on se rend compte que c'est ENORME?

Je pense que de cette situation naîtra un service de routage pour la plaisance, qui donnera par abonnement des renseignements prédigérés aux souscripteurs (argentés de préférence), et pourra être rentablement doublé par un service de vedettes rapides destinées à aller chercher ces pauvres "voilo-motoristes" incapables d'assumer les conséquences de leur choix.

Les CROSS pourront alors se consacrer à plein temps à leur travail qui est de veiller à la sécurité sur leurs zones, et d'intervenir pour la sauvegarde de la VIE HUMAINE.

En ce qui concerne Bardiaux, je peux en parler.
Il fait partie des navigateurs qu'on peut admirer et de qui on peut apprendre. Il faisait partie des gens qui ne cherchent pas à éloigner d'eux-mêmes la mer en navigation. C'est le point commun entre kayakistes d'autrefois et ceux d'aujourd'hui. Il est certain que tout ce qui rapproche du contact direct avec la mer, le vent et les vagues (kayak, planche à voile, surf, dériveur ...)enrichit la connaissance concrète des éléments et de soi-même, et, par voie de conséquence, l'aptitude,la sécurité, donc le bonheur de naviguer.

samedi 04 octobre 2003 14:19
Avatar
takari

vrac
personnelement, mes plus beau vrac se sont fait en manoeuvrant au moteur....... qui tombait en panne alors que a la voile pure, je ne me suis jamais gaufrer un ponton, une jupe pointue ou autre.

A la voile, je suis sur de ce que je fais ( meme en solo ) je prends le temps de bien faire la manoeuvre et surtout de bien y reflechir avant ( c est surement le plus important qui me fait faire une bonne manoeuvre )

En ^plus on a la fierté de se faire une arrivee ou un depart en douceur devant quelques yeux qui n attendent que vous vous fassiez un vrac....... et ca c est vraiment bon.

Tout est bon pour s entrainer : pompe de carburant, coffre isole, la bouee fer a cheval en pleine mer.
Pour ceux qui ont peur de se faire remarquer, faites comme Philippe Monnet : faites vos manoeuvres de nuit, quand les badauts et les moqueurs dorment...

dimanche 05 octobre 2003 00:29
---

c'est beau......
c'est bien beau tout ça.......

un detail quand meme.il n'y a pas,sur l'eau,que des surdoues qui peuvent entrer dans des ports par vent de face, ou sans vent "a la voile pure".
d'ailleur les pecheurs pros ,eux qui etaient de vrais artistes avec des ship lourdingues ont mis des moulins dés qu'ils ont existés.
il y a aussi les endroits ou l'accés a la voile est interdit.(passes d'entrée de port,trés souvent.)
il y a aussi les contres courant qui bien sure ne genes que les mauvais.......pour les artistes,pas de blême........
il ne faut pas réver les mecs......imaginer l'entree ou la sortie d'un port trés "frequanté "par la plaisance ,ou tout le monde,un jour,suivant vos consiels,deciderait de faire les manoeuvre a la voile........

je me mare.........

qu'on s'y entraine,qu'on en soi capable en cas de galere(au moin d'essayer de recupere une situation merdeuse)OK.
de là a l'imposer sous pretexte que c'est a ça qu'on reconnait les bons........bonjours la BRANLETTE MENTALE.....

gerard.

mardi 04 novembre 2003 13:34
Missing
Laurent

certificat de conformité ... fort myté

"un detail quand meme.il n'y a pas,sur l'eau,que des surdoues qui peuvent entrer dans des ports par vent de face, ou sans vent "a la voile pure"."

Si on choisi de naviguer "différent", on fréquente aussi des endroits différent!

Que les hlm de plastoc imposent des moulins diesel, peu me chaud.

juste on peu faire d'autre choix.

mardi 04 novembre 2003 16:55
---

meffiance!!!!!
mon ami,fait gaffe car a force de vanter les merites de vos endroits idiliques on vat tous s'y retrouver.........

et là......ça va tellement etre le bordel qu'il faudra mettre le moteur.

j'ai pas mal navigué sur des p'tit bouts de bois,bien toilés(courlis. voilure perso.)du coté des Essarts (courseules) ou laplupart du temps il n'y a pas grand monde dés qu'il fait un peu mauvais.et bien,croi moi,c'est pratique parfois d'avoir un bon moulin.

quand a ceux qui disent que souvent,les blemes sont arrivés au moteur.......c'est aussi souvent a cause d'un mauvais entretien.les meme seraient trés content de l'avoir si leurs voiles males entretenues eclataient au mauvais moment.

moi,j'en tape,j'ai un ch'ti FIFTY......

mauvais a la voile et mauvais au moteur...une merveille.

mardi 04 novembre 2003 17:36
---

homme à la me: du vécu
J'ai eu deux fois l'occasion de tester l'homme à la mer pour de vrai.
L'éloignement est TRES rapide et la tète du sujet
est TRES PEU visible dès 1m de creux.
IL est donc VITAL de faire immédiatement route
inverse.
Le premier réflexe est de jeter un objet flottant
comme repère et pour le future noyé si on n'est
pas assez rapide. On peut discuter le marquage
GPS.
A la voile il faut vraiment avoir de la chance
(cf. Tabarly n'a pas eu sa chance).
La deuxième fois j'avais le choix de perdre
le bateau et/ou le bonhomme.
J'ai donc immédiatement affalé les voiles
et récupérer le type au moteur, car cela
ce passait très près d'éléments très vulnérants.

J'ai aussi vu une très belle récupération
d'une godasse tombée à l'eau, par mauvais
temps à la voile: C'était aussi beau que dans
les livres!.

mardi 04 novembre 2003 12:39
Missing
J&B

Gerrard ta photos...
Gerard! ta photos jointe ne s'affiche pas !!

mardi 04 novembre 2003 17:00
---

ça y est ...
elle s'est affichée

mardi 04 novembre 2003 18:32
---

normal
j'en avais pas envoyé.........

t'en veux une?????

mardi 04 novembre 2003 17:25
Avatar
Swanee

Mon grain de sel...
Y'en a qui ne jurent que par la voile pure de chez pure, y'en a d'autre qui les prennent pour des timbrés tout juste bons à foutre la pagaille dans un port...

Je ne me situe ni d'un côté ni de l'autre.

Mon avis PERSO, c'est que :
1) je veux assurer ma sécurité autant que possible
2) j'adore naviguer et manoeuvrer à la voile

En fonction du point n° 1, j'ai donc un moteur à bord, mais je m'entraîne aussi souvent que possible à manoeuvrer à la voile (pass'qu'à cause du point n°2...).

En fonction de la nav envisagée, le moteur peut être primordial ou carrément emm...dant.

Par exemple, pour ballader mamie, la copine, les enfants des voisins et assurer un retour dans 2 heures, ben y'a pas, fô un moteur.

Et pour la sortie de ce WE, on a fait les manoeuvres à la voile (entre potes voileux).

Par contre, je me suis longtemps moqué d'un pote qui est resté scotché au Canaries (traversée prévue) pour cause de démarreur en panne. Résultat : 1 an de retard sur son projet.
Il aurai très bien pu traverser avec un moteur en carafe.

mardi 04 novembre 2003 19:31
---

sauf que....
pitete" que comme pas mal de monde a cette epoque là,comptait sur leur moulin pour soit refaire le plein de courant ou eviter un danger immediat dans la petole...........

ça reste bien utile rien que pour traverser la Manche .............avec les comions et les taxis........

gerard.

mardi 04 novembre 2003 20:15
---

tout le monde est naze ce soir
bonne nuit alors...........

mardi 04 novembre 2003 21:53
---

salut!!!!!!!!!
alors,reveillés?????????

mercredi 05 novembre 2003 12:14
---

CF aussi le sujet "la voile pure ,oui ou non ?"
Bien sur, c est possible !

Sans parler du passé, il reste quelques voileux qui naviguent et vivent sur leur voilier sans moteur auxiliaire. J'en connais au moins 2 qui ont fait ce choix et s en sortent pas mal, meme si c est une autre forme de contrainte. Ayant eu des pannes de moteur de plus d un mois, j ai aussi du naviguer sans moteur et rentrer en rade de PTP à la voile ou au Marin, c est pas facile sur un Euros. Alors qu avec mon Gladiateur, je le faisais plus souvent pour le plaisir.

D ou l interet d un "bon" bateau qui marche super à la voile et remonte tres bien au vent si tu fais ce choix.

J ai vecu, entre autre, 1 an sur un Gladiateur "sans rien à bord" (ni frigo, ni capote, ni meme GSE !) puis 2 ans sur un Euros "avec tout à bord" (GSE, Winch ST, et meme le Guideau Electrique) et bien je n aurai pas de probleme à revivre sur un bon bateau spartiate ... meme si mon choix d avoir un moteur auxiliare n est pas le meme que le tien.

PS : les 2 que je connaissent sont un Français sur un Sangia et un US sur un vieux voilier en bois du style 6m JI... Les 2 remontent bien au vent, c est à mon avis indispensable sans moteur.

mercredi 05 novembre 2003 12:21
---

pourquoi pas...
j'en ai rentré un wagon de mec sans moteur dans le temps, car pour passer les sas,c'est vachtement plus simple.

et evidement ça ne pose pas de bleme puisque dans ces cas là,il y a toujours un con pour t'aider....

evidement dans des coins paumé ....de toutes façon,il n'y a ni carburant,ni port.alors......

vendredi 07 novembre 2003 18:50
Missing
nicolasfcl

Trés bien traité le sujet....
Félicitations !

lundi 09 février 2004 21:15
---

homme à la mer ...
Il me semble que le premier geste à faire (peut-être même avant de lancer la bouée), c'est de pousser la barre. Tout de suite on arrête le bateau et le plus près du gars.

Si on se précipite sur le moteur, premièrement on continue à faire de la route, deuxièmement comme on se précipite on n'est pas à l'abri d'une connerie (genre bout dans l'hélice) et là on se retrouve loin du gars et en avarie. Il n'y a plus qu'à jeter les fleurs.

Sinon, quelqu'un a écrit que jamais un moteur n'avait fait couler un voilier. Et les voies d'eau par le tube d'étambot ou les passes-coques on les a rêvées ? De manière plus générale l'essentiel des pannes sur les voiliers concerne les moteurs.

Ceci-dit je ne partirais pas sur un voilier sans moteur, mais naviguant sur des petits je prends un hors-bord c'est moins d'emmerdes et ça maintient le moteur à sa juste place : auxiliaire.

jeudi 18 novembre 2004 11:07
Missing
pignouf

voici ce que j'avais répondu a un post similaire...
Pignouf


les Glénans -&gt Concarneau sur sereine... - 31-03-2004 04:12 -

--------------------------------------------------------------------------------
Quelques traversés par mer d'huile sur sereine à la godille... un bon quart d'heure pour prendre de l'air histoire d'être un peu manoeuvrant au travers des cailloux de l'archipel, et encore un bon quart d'heure pour prendre l'allure de "croisière". a la suite de quoi, tout le monde se relais pour ne surtout pas caser l'air ! Heureusement que cela arrive généralement à la fin du stage, car un souvenir douloureux est à la clef : les ampoules aux mains !!! Grosse godille, grosse inertie, si tu ne tiens pas ferme ta godille, elle bouge dans ta main = frottement = échauffements = Ampoule !-) mais c'est a faire au moins une fois... c'est tres formateur.
Je trouve dommage que dans les écoles de voile, ils équipes leurs unités de moteur ! Et encore plus aux Glénans ! les stagiaires ne rentre plus dans les ports à la voile, ne font plus attention aux courants des marées, et les manœuvres d’accostage ou/et de prise de coffre à la voile, FINI !!! Combien de bateau vont au tas après un pb moteur ? C’est la panique et les NAVIGATEURS ne savent plus quoi faire, que de balancer un pan pan pan à la VHF !!! et quand vous voyez les bateaux à voile rentrer dans un port ou une anse, voile ferlé et chaussette de protection en poste… que d’irresponsabilité ! Combien de temps vont il mettre pour envoyer qq choses et être de nouveau manoeuvrant ? Un moteur à bord c’est pratique certes, mais c’est tout ! en aucun cas un élément de sécurité. Essayé d’être manoeuvrant avec un 4 ou 5 et un bon clapot ou une bonne houle !!! je ne parle mm pas d’un vent supérieure, un bout qui traîne, une batterie déchargé ou tout simplement un gros tas d’algue… les NAVIGATEURS pense être dans leur voiture, mais ils ont oublié que ce véhicule n’est pas du tout conçue autour d’un moteur et d’une route goudronné, il n’a pas de frein à main, de warning quand on se gare n’importe ou pour ouvrir le capot et prendre le temps de voir ce qui m… et finalement d’appeler tranquillement sont assistance pour qu’un dépanneur vienne vous chercher !

Quand à l’anticipation, c’est maintenant une vue de l’esprit !

Faite un exercice très simple, mettez vous sur la jeté de votre port, regarder simplement les bateaux qui passe et dite vous que maintenant, a cet instant T le moteur cesse de fonctionner subitement et en combien de temps ils vont être de nouveau manoeuvrant …

Bref je m’emporte, mais cela me chagrine énormément. Plus personnes ne fait de programme adapté à leur niveau. C’est du grand n’importe quoi. Encore un truc : le traceur couplé GPS. C’est génial ! perso j’ai maxsea avec GPS, magnifique aide à la navigation. Mais combien de personne maintenant utilise ceci sans autre forme ??? J’entend par la, de remplir sont carnet de bord rigoureusement, de tracer sur papier la route et de noter les points à intervalle régulier ou/et changement d’allure ??? que le gps ainsi que pas mal d’électronique comme le sondeur, ne marche plus sous orage, une gros grain et plus rien ou tout simplement le grand classique, le pied dans l’antenne gps raz du pont ou un coup de fesse sur l’antenne qui était sur le balcon arrière, mais la tentation de s’assoire était trop grande…

Bon, j’arrête et vais me coucher…

Bon vent, Bonne mer

vendredi 04 mars 2005 12:19
Missing
pignouf

ou encore ce post qui date de 2002...
Votre débat est très intéressant.

Personnellement, j’aime bien la mécanique et adore mon diesel, surtout quand c’est pétole devant le port, mer descendante et l’enseigne lumineuse du bar qui clignote. Mais en cas d’urgence je préfère et de Loing mes voiles dans le gros temps, car le moteur n’est d’aucune utilité voire dangereux sauf pour la recharge des batteries… Mais en faite, le principal souci sur un bateau, c’est le social a bord!!! A savoir que plus de 70 pour cent de la bonne marche du bateau en va du social… règle de base que beaucoup de monde oublie ou occulte. Le reste est purement matériel avec qq connaissance de base (vive l'électronique - encore un autre débat). Aujourd’hui, même au glénans, on a tendance à oublier où plutôt faire la politique de l’autruche pour raison commerciale. Et c’est très dommage. Maintenant, dans la plupart des écoles de voile, on fait tout pour que le client revienne et passe de bonne vacance. Mais ce n’est pas les aider. Les règles de base sont bafoués : la sécurité. La plupart des ports en zone atlantique sont interdit à la voile !!! trop de casse… normale, quand on est au moteur, on se croit hyper manoeuvrant comme dans la voiture en qq sorte. Même bruit, poigné d’accélération… mais pas de frein à main encore moins d’abs et d’esp. Et l’anticipation, heu c’est quoi que ce mot ?
A partir d’un vent soutenu, votre bateau à voile est beaucoup plus manoeuvrant --&gt à la voile. Essayé, par gros clapot de viré aussi vite au moteur, d’immobiliser un bateau en douceur et rapidement, sans aide, comme une bonne mise à la cape et y rester en bloquant la barre, ou tout simplement de remonter au vent. Sans parler de l’ambiance à bord. Votre bateau fait bouchon, il est secoué dans tous les sens de manière chaotique, les gens ne ce sente pas rassuré et commence à douter de vous et de vos compétences… en bref, vous avez un bateau en excellente état, avec un moteur qui marche plus que bien, mais la panique gagne du terrain. Et la, tout bon marin que vous êtes, la situation commence a vous échappez. Il est tellement plus simple et plus sur dans presque tout les cas de naviguer avec des voiles appropriés. Vous responsabilisez les gens en les mettant à des postes divers. Foc, gv, barre, vigie… ça ne manque pas. Votre bateau est beaucoup plus doux avec des mouvements plus prévisibles, et les gens sont occupés à une fonction, ce qui évite qu’ils gambergent, on limite le risque d’être malade... même si ils sont dan Et vous, vous pouvez essayer d’anticipé vos prochaines manœuvre, avec une cohésion d’équipe qui vous fiche la paix !!!
Un truc aussi qui me fait hurler de rire dans un port. Monsieur est à la barre et madame à la pointe avec une gaffe. Et sa hurle dans presque tout les cas. Personnellement, je laisse la barre à madame, lui dit comment on compte arriver et lui laisse faire la manœuvre. Madame est ravie, et moi je peux anticiper tranquillement. Je concède que nous avons passé un week-end entier au Crouesty à bouffer de la manœuvre et un autre samedi à la trinité pour compliquer la chose avec du courrant. Depuis, madame est contente et me le fait savoir !-))) et moi beaucoup plus tranquille et j’ai toute mon attention pour anticiper les futurs manœuvres, notamment à chercher une place, envoyer la gv quand on part. Et de temps en temps, madame ne me réveille pas pour larguer les amarres de bonne heure le matin, et ce « dermerde » toute seule pour partir, ou tout simplement pour changer de place (histoire de se rapprocher des douches), car maintenant elle a confiance en elle. Et ça, c’est royale.

Mais bon, comme on dit, chacun voie midi à sa porte. avec une bonne anticipation par rapport à votre programme que vous voulez effectué, moteur et voile, chacun aura sa place.

Mais n’oubliez pas ce chiffre + de 70% de la bonne marche d’un bateau vient de sa cohésion sociale, et sa, dans n’importe quel cas de figure.

Bon vent, bonne mer.

vendredi 04 mars 2005 12:23
Missing
Hervé PLex35

Dans son intro, Benoit
raconte l'histoire d'un canot venant des anglos, ayant déchiré son génois à mi-parcours,puis s'abritant par noroit (un vrai NO,ou ONO ?) 7 Bf.au moteur à Tréguier.Il s'étonne qu'il ne l'ait pas plutôt fait avec tmt et voilure adaptée.Je vois une explication simple:des bords interminables,à proximité d'une côte trés mal pavée (!) auraient été nécessaires (trois fois la route etc),même avec une bête de prés.C'est plus aimer la voile, c'est être maso (amha).

vendredi 31 mars 2006 19:29
Ornement%c3%a9
Pythecanthropus Erectus

choix
dans la plupart des cas, naviguer à la voile avec une voilure adaptée est préférable et plus confortable que naviguer au moteur dans le mauvais temps...
toutefois:
beaucoup de voiliers modernes n'ont pas la voilure du temps à bord (on oublie le genois enroulé)
ou alors ils l'ont, mais le boulot nécessaire pour la mettre à poste est plus dangereux que la perspective de naviguer au moteur
ou alors simplement l'équipage prend peur et se sent rassuré par le moteur, ce qui est totalement honorable quand on a pas l'expérience du mauvais temps...

ce qui revient à dire que avant de donner des leçons sur le comment du pourquoi, il faut se souvenir que nous ne sommes que des hommes
(allez, que vous n'êtes que des hommes, parce que moi, au fond... )

vendredi 31 mars 2006 19:59
---

ah bon ??????

????
doit on comprendre ....

vendredi 31 mars 2006 20:07
Pc310988
ile de fustel

tu profit que le Kiwi a des plumes !!
Mais il me semble me souvenir ,que certain membre de l équipage , qui en plus a charge d ames innocentes !a fait le méme choix sur un retour minorque trés musclé !! quand on a des enfants en bas age a élever , c est plus sain ,quittes a bouffé son génois !! pour le kiwi , je pense qu il donne un bon conseil !! pas d attaque perso !!contre toi !!! juste un exercice de mémoire !!!je trouve que vous faites tous un bel équipage !!heu, sans char !!

samedi 01 avril 2006 01:10
Pc310988
ile de fustel

Oups !!
Je parlais du génois a demi roulé !!!excuses je suis quelques peut déstabilisé ce soir !! le vent surement !!!

samedi 01 avril 2006 01:13
---

IDF, remets de la ram !!!
(je commence avec un pour que tout le monde comprenne que c'est un mot gentil essaynt même d'être humorisitique !)

c'est pas moi, c'est l'autre, tu sais celui qui fait le même boulot que moi, qui a un bateau comme moi et qui va faire le même voyage que moi. Sauf que c'est lui pas moi, moi j'ai jamais réussi à rentrer à la maison par minorque j'ai fait un grand tour et je me suis paumé, finalement j'ai vu de la lumière mais on m'a dit que c'était pas la méditerrannée mais l'atlantique, coup de bol c'était en France, vu que je jacte pas l'angliche, enfin bon tu vois c'était pas moi et puis kiwi il a des plumes donc c'est un oiseau attention quand il éternue, il faut espérer qu'il mette son aile devant la bouche sinon ... Enfin bon moi je lui faisais le coup du bisou glamour parce qu'il disait que lui c'était pas un homme alors me dis-je en moi-même (célèbres paroles de renaud séchan) si c'est pas un homme c'est donc mon frère, sirus ou sirius, l'étoile la plus brillante, mais comme il n'est pas comme nous puisque ce n'est pas un homme lui il relit pas systématiquement toutes les contributions qui suivent la sienne, parce qu'avoue IDF, tu fais comme moi, tu te précipites pour voir si on a répondu, la preuve tu vas me répondre dare-dare, donc si kiwi n'est pas un homme c'est que c'est une femme et son large cobra de plumes, pardon boa, cache sous d'austères couleurs un corps qui n'est pas celui qu'on croit, ainsi je m'en vais au vent mauvais. Ouf !

samedi 01 avril 2006 02:10
Pc310988
ile de fustel

pas mal !tu écoutes beaucoup d ancien vinyls?
Je sais bien que c est gatsby qui suite a des devoirs de boulot est rentré avec une fenétre météo moyenne ! j ai bien aimé son récit ,pas de bléme ! juste que je me souviens que pour aller à l avant , nada ,,il a bien eu raison , d ailleurs à l époque je lui avait envoyé plusieurs messages pour lui dire bravo et lui posé queques détails techniques !! !mon dieu , non plutot diable suis je si inquiétant !!

samedi 01 avril 2006 02:23
Img_2089
desmanlb

.
je suis tout à fait d'accord avec toi lors d'une de mes premières sortie seul (sans mon père) je me suis retrouvé dans un estuaire contre le courant et contre le vent et le reflex a été d'affaler la GV et d'utiliser le moteur avec le genois en soutient donc tout à l'envers.
d'ailleurs naviguant surtout sur des bateau plus trop jeune (pas des classics non plus) je ne fait jamais confiance au moteur car un moteur qui cale peut vraiment mettre dans l'embarras plus qu'une voile qui se déchire.

mardi 23 septembre 2008 01:06
Avatar
sailsoft

Histoire d'un Boeing
canadien, il y a quelques années. Suite à un pataquès technique de jauges à carburant, l'avion part avec une quantité de carburant trop faible. Il tombe donc bêtement en panne de kérozène.

Le pilote pratiquait le planeur. L'avion, fort heureusement récent, était muni d'une sorte d'éolienne qui sort sous le fuselage pour produire de l'énergie pour les servos des circuits hydrauliques des gouvernes. Il restait donc contrôlable.

Coup de chance, un ancien aéroport désaffecté était pas trop loin, bien qu'encombré en bout de piste par des amateurs de kart (ou dragster, ...) qui squattaient la piste. He bien figurez vous que le pilote, mettant à profit son expérience de posé de planeurs, a ramené son zinc, terminant son approche par une "glissade" comme sur un jodel (les aérofreins ne sortaient pas). Cela a d'ailleurs mal se terminer car l'éolienne n'appréciait pas de ne pas fonctionner face au vent...

Il est allé faire un tour dans l'herbe pour éviter les pékins et les caravanes qui étaient sur la piste, a cassé son train avant car du fait du manque de pression hydraulique il ne s'était pas verrouillé, et a fini sur le nez. Et pour finir, pas une plaie ni une bosse à bord. C'est y pas beau ça ?

Je vais pas vous raconter ma vie de voileux, mais il m'est arrivé d'avoir des incidents de gréement et d'être bien content de m'en sortir au moteur, et au contraire des problèmes de moteur et d'être bien content d'avoir appris en école de voile à naviguer sans moteur y compris dans des finales portuaires.

Et si j'approuve totalement l'article de Benoît, c'est notamment parce qu'apprendre à se servir du moteur est simple, presque trop simple pour les automobilistes que nous sommes tous, mais apprendre à manoeuvrer à la voile demande du temps et de l'investissement, et il ne faut pas compter chichement en la matière, parce que lorsque la sécurité est en jeu, on parle de vies humaines.

dimanche 02 avril 2006 14:21
Missing
girouette

genial
je me souviens il y a deux ans en rentrant un dimanche soir dans le vieux port de marseille; j'étais sagement au moteur quand trois ou quatre voiliers, qui devaient revenir d'une régate, me sont passés devant, derrière, en louvoyant; je n'osais plus bouger; ils ont viré à angle droit pour rentrer au Yatch Club et se mettre au catway en marche arrière. De toute beauté !

A chacun selon ses capacités

dimanche 02 avril 2006 16:33
---

Mais non girouette , tu devrais savoir que les régatiers sont tous des abrutis
m'enfin ,voyons .

dimanche 02 avril 2006 19:41
Dsc02181
Basile

Seulement 110 posts en 6 ans

c'était le bon temps.

où est l'ombre :
des Shadows
des Byrds, des Doors
des Animals
des Moo-dy Blues

séparés :
Mac Cartney
Georges Harrison
et Ringo Starr
et John Lennon

disparus :
Kaj
Windjammer
Vantanpoup
Capucine
Tryptique tropical

Idem :
Cobra
Michel
Osmose

mardi 23 septembre 2008 11:50
---

Heu
l'est pas encore mort le serpent, mais c'est vrai que les posts de ces dernières années sont en majorité sans intérêt et ne donne même pas envie de déconner...

Si on y pense un peu, ça ressemble furieusement à l'industrialisation de la plaisanterie...

Donc comme beaucoup ,on se repose dans nos grottes, enfin on essaye... Heu

pfffzzzz

mardi 23 septembre 2008 15:09
---

en passe de devenir realite?
La voile pure est un choix qu'il faut assumer et certains l'ont fait depuis longtemps sur des bateaux pas forcemment faciles ni dans des regions forcemment accueillantes.

Il serait interessant de developper le cahier des charges d'un nouveau voilier "utopique" dont le but avoue serait la voile pure...en tenant compte des progres technologiques actuels.

Compte-tenu des possibilites de charge par le solaire, les eoliennes et autres hydrogeneratuer, la partie energie peut-etre dissociee de l'obligation d'avoir un moteur thermique a bord par exemple....une premiere raison de ne plus avoir de moteur a bord.

La voile pure a toujours existee, dans le passe il n'y avait que cela.

Ce n'est pas forcemment une utopie.

Les gens qui naviguent de cette facon adaptent tout simplement leur programme et leur navigations en consequence.

Comme il a ete dit, la non frequentation des endroits bondes et des marinas exigues fait partie de ces regles a respecter dans le cas d'un bateau peu manoeuvrant.

Je suis sur qu'il suffit de se pencher sur le probleme pour se rendre compte que c'est toujours possible aujourd'hui.

mardi 23 septembre 2008 14:12
Avatar
libenter

bof
lorsque j'ai fait mes premières croisières , Barre n'était pas encore premier ministre.

et nous n'avions pas de moteur , seulement une godille.

j'ai navigué ainsi jusqu'en 89 et ça ne m'empêchait pas de rentrer dans les marinas.

Il y a bien eu quelques dialogues amusants , comme à La Rochelle :
"il est interdit de naviguer à la voile dans le port.
-le moteur est en panne
-fallait appeller , on serait venu vous remorquer.
-je n'ai pas de VHF.
-ben qu'est ce que vous avez alors
-une lampe à pétrole"

ensuite on peut manoeuvrer dans une marina sans moteur :
godille , annexe pour porter une aussière au vent, lamanage, tout est bon , mais moins rapideque le moulin.

mardi 23 septembre 2008 18:11
Atlantique_nord__first_30_little_wing
jeanlittlewing

si tu lis l'anglais
tu tapes
the pardeys and taliesin
sur google, ils en sont à leur 2eme ou 3 eme TDM, des californiens d'adoption tres sympas et abordables qui de plus vivent tres bien de leru passion

mardi 23 septembre 2008 18:41
Atlantique_nord__first_30_little_wing
jeanlittlewing

plus sur les pardeys
BOOKS BY LIN AND LARRY PARDEY
Storm Tactics Handbook
Cruising in Seraffyn
Seraffyn's European Adventure
Seraffyn's Mediterranean Adventure
Seraffyn's Oriental Adventure
The Self-sufficient Sailor
The Capable Cruiser
The Care and Feeding of Sailing Crew
Details of Classic Boat Construction - The Hull
Cost Conscious Cruiser VIDEOS BY LIN AND LARRY PARDEY
Cruising, hints for improving your boat
Voyaging, upgrading your cruising boat
The Care and Feeding of Sailing Crew
Cruising Coral Seas
Storm Tactics Video

DVD'S BY LIN AND LARRY PARDEY
Storm Tactics
Classic Cruising
Classic Voyaging

--------------------------------------------------------------------------------
ARTICLES BY LIN AND LARRY HAVE APPEARED IN:
Sail Magazine, Cruising World, Woodenboat, Good Old Boat, Classic Boat UK, Yachting Monthly UK, Practical Boat Owner UK, South African Yachting, Cruising Helmsman - Australia, Australian Boating, Amateur Boatbuilder - Australia, Das Boot - Germany, Brazilian Sailing, Yacht - Germany, New Zealand Yachting, Seaspray New Zealand.

--------------------------------------------------------------------------------
AWARDS
Mauritanian Legion of Honour, as Captain of first American team to sail across the Sahara Desert in a land yacht,1966.
Cruising Sailors to contribute most to the sport of Sailing - voted by readers of Sail Magazine 1990.
International Oceanic Award - presented by Royal Institute of Navigation sponsored by Little Ship Club 1996 - in recognition of Larry's voyaging using traditional methods of navigation.
Ocean Cruising Club Award - for contributions to Seamanship for small boat sailing. Presented to Lin Pardey 1996.
Geoff Pac Memorial Award- to both Lin and Larry for fostering and encouraging ocean cruising in small yachts
Cruising World Hall of Fame-2000
Ocean Cruising Club Merit Award -To Lin and Larry for inspiring voyages including a west-about rounding of Cape Horn
Seven Seas Cruising Club Service Award - To Lin and Larry for their lifetime voyaging achievements 2004

--------------------------------------------------------------------------------
RECORDS
Smallest boat to have circumnavigated contrary to the prevailing winds around all the great southern capes, only couple to have circumnavigated both east-about and west about on boats they built them selves, using traditional means of navigation and having no engine.

mardi 23 septembre 2008 18:44
Avatar
freddyk

sécurité dites vous:
de la part d'un moniteur de voile qui en a vu de toutes sortes en 30 ans de nav...

demandez un HLM ou un appontage à la la voile, à quelqu'un qui ne le fait qu'à moteur habituellement.

demandez un HLM ou un appontage au moteur, à quelqu'un qui le pratique couramment à la voile.

Après ce test et si vous deviez choisir, lequel prendriez vous comme équipier sur votre bateau.

... Juste une question de sécurité... la voile est une histoire d'homme avant tout. Le reste n'est que machine.

samedi 18 octobre 2008 16:52
Dsc00491
pacotheas

Moteur et voile ....
Juste un mot pour féliciter celui qui fait tout à la voile, chapeau bas ! C'est vrai que c'est plus avec lui que j'ai envie de faire une sortie, profiter de son expérience.

Un mot encore, faut voir autour de La Rochelle, le nombre de voiliers, génois enroulé, GV hissée, moteur allumé alors qu'a l'aide du vent ils iraient plus vite !! Pressés me direz vous, mais faut-il faire du bateau quand on est pressé ?

lundi 28 juin 2010 23:43
Missing
roots

littlewings
Il se trouve que j'ai eu l'occasion de les rencontrer sur un voilier qui fut - jadis - assez connu : "wanderer"
Elle c'est la vrai pipelette assez rigolote avec ses cheuveux venant d'etre coloré bien noir .
Lui , plutot taciturne , il laisse faire .....
Le fameux couple avait besoin de partir tot et qu'on les remorquent .
Le skip ( US made ) m'a dit : qu'ils se déme....Ils ont choisit d'etre sans moteur , qu'ils assument leur choix et leur pub !!

mardi 29 juin 2010 00:07
Missing
dconversat

sécurité
Un moteur est un facteur de sécurité :

Avant l'ère du moteur, les gros voiliers avaient toutes les peines du monde à appareiller contre le vent ; de même ils devaient se faire tracter par des chaloupes pour accoster ou entrer dans les ports

Souvenez-vous enfin des centaines de bateaux drossés à la côte par vents contraires, sans possiblité de se sauver.

Un bel exemple : le quatre mats FRANCE 2 détruit sur le récif de Nouvelle Calédonie, poussé à la côte par un mauvais vent ; à l'origine, il avait été équipé d'un moteur auxiliaire, mais l'équipage avait demandé à ce qu'il soit démonté car l'hélice bloquée ralentissait la marche à la voile...

Alors manoeuvrer dans nos ports actuels, entre les catways, uniquement à la voile.. on peut, bien sûr, mais à la longue il faudra que votre assurance soit compréhensive...

mardi 29 juin 2010 00:09
---

quel est le vrai mystère ... ?
Le mystère ce n'est pas "pourquoi beaucoup de gens utilisent-ils le moteur très souvent ?".

Le mystère c'est "pourquoi ceux qui ne jurent que par la voile pure éprouvent-ils le besoin de le répéter inlassablement avec pas mal de prosélytisme ?"

mardi 29 juin 2010 01:17
Avatar
clarivoile

Pourquoi mystère?
Il n'y a rien de cela d'un coté comme de l'autre.

Savoir manoeuvrer son bateau à la voile est un gage de sécurité, et peut rassurer, utiliser son moteur est parfois confortable et rassurant.

Très récemment, ( faisant essayer le bateau à l'acquéreur....!), en arrivant au port, les moteurs dévissent....Un moment où on est bien content de savoir renvoyer les voiles et faire une belle manoeuvre pour accoster un ponton, intelligemment choisi en fonction du vent, des bateaux autour, ....

Une bonne démonstration qui rassure le futur propriétaire sur les possibilités du bateau!

mardi 29 juin 2010 10:36
---

et l'inverse ?
Bien entendu je taquine, clarivoile

Le fait est qu'il faut-il lire environ 10 fois plus souvent l'apologie de la sécurité des voile (sur panne moteur) que l'apologie de la sécurité moteur (sur panne de voile).

Pour moi, au niveau de la technologie actuelle, ces deux sécurités sont tout à fait symétriques, et en favoriser excessivement l'une est forcément au détriment de la sécurité globale.

Un cas d'étude intéressant pour psycho-archéologues de la marine

mardi 29 juin 2010 12:53
Avatar
Nrs

en consultant HetO
je trouve beaucoup, ENORMEMENT, plus de fils sur les pannes diverses de l'un par rapport à l'impossibilité d'utiliser l'autre !!!

mardi 29 juin 2010 13:04
---

Peut etre
parce que les moteurs sont plus utilisés que les voiles..?!
Aiê pas sur la tête !

mardi 29 juin 2010 15:49
---

ce n'est pas contradictoire , Nrs
Les pannes de moteurs sont souvent évoquées pour une raison simple : le moteur en panne exige infiniment plus de connaissance techniques qu'une voile naze si on veut le réparer.

Cela ne signifie pas qu'un moteur bien entretenu est plus souvent en panne qu'une voile bien entretenue. Idem pour les batteries, bien entretenues elles ne sont pas plus souvent en panne qu'une voile.

Mais ceci n'est pas contradictoire avec l'apologie trop déséquilibrée en faveur de la voile et en défaveur du moteur sur le plan de la sécurité ultime. Car cette apologie de la voile est une position philosophique bien plus qu'une réalité objective de sécurité.

mardi 29 juin 2010 16:18
Avatar
jp

sur le Vendée globe, en conditions sévères et circumnavigation
panne voile ou gréement: 100% des pannes

panne moteur 0% des pannes

on fait bien dire ce qu'on veut aux chiffres

amicalement

mardi 29 juin 2010 16:23
---

oups !
parti trop vite ...

En réalité, la compétence pour assurer un haut niveau de sécurité à la voile est nécessaire pendant qu'on navigue.

Alors que la compétence pour assurer un haut niveau de sécurité au moteur est nécessaire avant qu'on navigue, lors de l'entretien du moteur et de tout ce qui tourne autour, l'électricité notamment. Et un peu aussi pendant qu'on navigue, p.ex. pour un MOB.

mardi 29 juin 2010 16:24
Avatar
Nrs

et comme mes compétences sont minces,
et que "...Les pannes de moteurs sont souvent évoquées pour une raison simple : le moteur en panne exige infiniment plus de connaissance techniques qu'une voile naze si on veut le réparer...". Je me sens plus de réparer une voile ... mais je n'en ferais jamais une question de sécurité ultime de l'un par rapport à l'autre

mardi 29 juin 2010 17:05
---

roots
sur Wanderer, ce n'etaient pas les Pardleys mais les Hiscock (Eric et Susan)...salut et bon vent a tous.al

mardi 29 juin 2010 13:02
Missing
roots

allwoodrat
Erreur , j'étais à bord !
Wanderers IV a été vendu il y a belle lurette .
A bord , ce n'était pas feu hiscock mais une famille US - NZ.

mardi 29 juin 2010 22:59

Répondre

Pour participer aux forums, vous devez être inscrit et identifié

Vous identifier | Créer un compte matelot

Retour forums