Tous les forums > Navigation > Vos expériences de mouillages qui dérapent
Missing
Ulrich

Vos expériences de mouillages qui dérapent

En cette veille de Noël, dans la grisaille et le froid, nous pouvons nous raconter quelques galères et histoires plus ou moins heureuses.

J'ouvre un sujet : quelles sont vos expériences de mouillages qui ne tiennent pas.. d'ancres qui dérapent.. de bateau qui part la dérive..
Et votre analyse de la question,
Qu'est ce que vous auriez pu faire.. ?
Comment auriez vous pu éviter cela.. ?

Partager nos expériences nous permettra de nous enrichir.

Merci de votre contribution.

jeudi 21 décembre 2017 21:12

Liste des contributions

P1050910
10
Hubert, de Cherbourg

ouest loch Talbert en Ecosse

mouillé avec une ancre plate et plus long qu'il ne faut (il y a la place)
fond en vase ferme, ancre bien crochée en marche arrière.
ma femme et moi partons avec l'annexe pour manger au resto du village;
Ma fille préfère rester à bord.

Au resto coup de fil : "papa, le vent est fort, le bateau chasse vers les cailloux, qu'est-ce que je fais ?"

tu met le moteur pour soulager et tu prépares un couteau pour éventuellement couper le mouillage et tu ferais alors des ronds au moteur.

de notre côté, trois km au pas de course, puis l'annexe, heurusement avec un moteur, ma femme doit se mettre tout à l'avant ce qui n'empêche pas le "frêle esquif" de se mettre debout dans les rafales.
on arrive au bateau, ma fille est en pyjama sous les trombes d'eau, cela chasse toujours mais doucement grâce au moteur.

je remonte l'ancre : on ne la voit plus comme si elle était devenue un gros ballon ! le fond de vase s'est déchiré et la vase très collante empéchait toute possibilité de raccrocher.

il a fallu découper la vase pour nettoyer l'ancr et pouvoir remouiller.

ma fille n'aurait pas été à vord, je crois que l'on perdait le bateau.

jeudi 21 décembre 2017 21:32
P1120374
2
Pat45

Hello,
Entre autres dérapages plus ou moins contrôlés...
Mouillés sur le fleuve, en face de Paramaribo, au Suriname...avec ma Fortress alu, fond de vase, courant important, renverse...au réveil, on avait dérapé et raccroché, mais + de 200m en amont.
Pas de panique, sauf qu'on était juste en face des jardins de la demeure présidentielle, remplie de gardes armés nous surveillant à la jumelle...
Du coup, on a très vite foutu le camp!

jeudi 21 décembre 2017 23:05
Contest_36_ketch
rv56

Idem au Fier d’Ars

samedi 23 décembre 2017 21:37
Missing
1
oceanis321

Je n'ai dérapé qu'une seule fois. Je ne suis toujours pas convaincu d'avoir compris ce qui s'était passé.
Au mouillage à Serk, je passe une première journée sans problème avec un mouillage long. Les coéf diminues, le vent aussi. Je suis réveillé la seconde nuit par le bruit de filets d'eau sur la coque.
Je me trouvais en dehors du mouillage en plein courant. L'ancre semblait tenir.
J'ai supposé qu'un voisin m'avait "déplacé" en relevant mon ancre avec la sienne mais je n'en suis pas sur.
Pour l'éviter... une boule pour signaler la position de l'ancre mais ça pose aussi d'autre problèmes.

vendredi 22 décembre 2017 08:29
Missing
melody5

Dans mes debuts moi aussi j'ai derapé ,depuis 3 fois la hauteur d'eau comme tous le monde ,aprés avoir ancré je fais marche arriére a 1500tr il faut PAS que ça bouge, si non je change de place .Il m'est arrivé dans le méme mouillage de changer 7 fois de place !!!!!les nuits difficiles j'active alarme de mouillage GPS avec le risque de me lever pour rien
Bonne nuit

vendredi 22 décembre 2017 08:56
2
1
bugcrusher

Au mouillage sur l'estran près de St-Georges de Didonne, en face d'une petite plage, dans un coin que je connais bien.
On casse la croûte tranquillement dans le carré. A un moment, je sens que ça bouge pas comme ça devrait. Je jette un œil dehors. Effectivement, on est gentiment en train de suivre le courant de flot...
Dans ce coin, l'estran n'est pas en pente douce, et j'avais mouillé trop près du tombant.
Depuis, alarme de mouillage activée en permanence.
Je ne quitte jamais mon bateau au mouillage, pas parce que j'ai peur, mais parce que j'ai pô d'annexe :p

vendredi 22 décembre 2017 09:02
P8224828
3
hoolof

Bonjour,
Un ami me rejoint au mouillage Cala Taballera avec suffisamment de San Miguel à bord pour finir l'été. Sans surveiller particulièrement sa manoeuvre, je le vois arrondir pour venir sur mon arrière, stopper et mouiller. Bruit de chaîne, l'annexe à l'eau et on attaque les oursins dans mon cockpit. Beau temps, brisette qui commence à monter doucement alors que le soleil prend de l'Ouest. Les mouillages se tendent. Et par bâbord, je vois passer tranquillou le Rush du copain en travers du vent direction la sortie de la cala. Pas de moteur sur son annexe, le temps d'enlever le mien de son support et de le mettre à poste sur l'annexe, démarrage au 1/4 de tour et nous rattrapons facilement le bateau qui continuait à dériver gentiment. Sur ordre de mon pote, je lance le moteur et prends la barre, pendant que lui s'occupe de récupérer son mouillage. Je reviens vers le fond de la cala, repère une tache de sable au milieu des mattes de posidonies, envoie un petit coup arrière et gueule: mouille!!!! Ancre et chaîne descendent, moi, déjà dans l'annexe parce que le blanco muy fresco n'attend pas. Le copain me rejoint, on finit l'apéro, on mange, on dijo, bain, re-bain, apéro, on finit les restes et lui et son épouse rejoignent leur bord, il fait nuit noire depuis un bon moment. La brise tourne, vient au Nord dans l'axe de la cala et fraîchit jusqu'à 20', sûrement l'aspirateur de l'orage que l'on devine plus loin en terre. Dans la VHF, la j’entends la voix de la femme de mon copain qui m’avertit qu’ils ont le tableau arrière dans le câble qui relie les bouées jaunes de la zone de baignade. Bon. Je sors, effectivement, il a encore dérapé. Masque, palmes, tuba, et je le rejoins à la nage. je contrôle que son hélice et son safran sont clairs et lui dis qu’il peut se dégager sans risque. Il lance le moteur, et va à l’avant remonter le mouillage. Et là, en barbotant vers son étrave, je me rends compte qu’il remonte au moins cinquante mètres de chaîne, et que le bateau avance au fur et à mesure que le guindeau avale. Il a du mal, ancre à pic, à la décoller du fond. Malgré mon injonction de ne plus rien toucher et juste de ressortir vingt mètres de chaîne avant d’aller dormir - nous sommes sur 4 mètres de fond… - mon ami remonte tout, va au milieu de la calanque, re-mouille et passe le reste de la nuit sur le pont éveillé à craindre.
Il est parti à 8h du matin, full speed au moteur, cap direct sur Frontignan. En fait, cela aura été la première et la dernière fois qu’il a passé une nuit au mouillage.

vendredi 22 décembre 2017 09:44 *** Message modifié par son auteur ***
P1000031_small_
Guillemot

Nosy be, cote Nord Ouest de Madagascar.
Je mouille dans la baie du cratère, où se trouve le seul mouillage organisé de la région.
L'eau est très trouble, fonds de vase de 6 m à marée basse (3 m de marnage), je mouille sur 25 m de chaîne, puis je descends à terre pour faire un ravitaillement.
Quand je reviens quelques heures plus tard, le bateau (un voilier finlandais de 10 m) pique du nez, chaîne tendue à mort.
.
Elle s'est manifestement entravée dans un truc lourd. Un gardien sur un bateau voisin me dit qu'il y a des épaves en ferrailles un peu partout. Je donne du mou, puis je décide de plonger en apnée pour aller voir.
.
Soucis, je ne vois pas ma main plongée dans l'eau et ne suis donc pas rassuré d'aller tenter de détortiller la chaîne sur une épave très probablement habitée par des murènes.
.
J'ai eu la peur de ma vie, et mis plus d'une heure avec de courtes apnée, pour réussir à désengager l'ancre, de ce qui m'a semblé être un tas de ferrailles, mais pas une coque de bateau.

vendredi 22 décembre 2017 10:04
Duduche_akbar
5
Duduche Braz

A chaque fois que je relève mon mouillage mon ancre dérape... Heureusement elle ne chasse pas aussi souvent.

vendredi 22 décembre 2017 11:23
Img_1084
1
Aurose

Un jour d'été, en Sardaigne, une calanque large et abritée, moins de 15 noeuds de vent , clapot très léger je mouille 5 fois la hauteur d'eau et 5 minutes plus tard mon voisin m'interpelle: '' je crois que votre ancre chasse... C'était vrai. Je refais la manoeuvre un peu plus loin et Je vais contrôler en plongée la cause de cette chasse. Surprise, sous une fine couche de sable, il y avait une dizaine de M2 de moquette bien étalée...

vendredi 22 décembre 2017 11:31 *** Message modifié par son auteur ***
Fritz_ze_cat
1
fritz the cat

fornels à minorque
20cm de vase au fond sur une dalle rocheuse bien lisse
personne ne tient dès que le vent rentre mais il y a 7km
avant d'arriver au fond du fjord ou alors il faut aller sur la
gauche en rentrant là c'est du sable .
au début quand j'y allais il y n'avait en plein été que deux ou trois voiliers
mais maintenant avec le gps c'est plein
alain

vendredi 22 décembre 2017 13:47
Missing
melody5

Je confirme j'ai fait la méme experience

vendredi 22 décembre 2017 15:23
Img_1702-2
2
sortilege

dans le golfe du morbihan, un peu après la passe entre l'ile d'arz et l'est de l'ile aux moines, fantasia, nouveau mouillage à ancre légère.
on mouille et séquence annexe pour faire visiter à la belle famille
le bateau dans l'alignement du chemin qui rejoint le village.
au retour, plus de bateau dans l'axe,
séquence course à pieds, le bateaux a dérapé d'au moins 200 m et se trouve vraiment pas loin des rochers
séquence sprint sur la plage avec l'annexe au bout des bras et on dégage de là.

les enseignements
sur ancre légère, tu restes à bords
dans le courant, tu évites de mouiller
dans la série ancre légère, méfiance avec les ancres plates
qui s'envolent quand elle décrochent et ne raccrochent jamais

dans le golfe toujours, derrière l'ile d'ars, encore,
devant les glénans pour ceux qui connaissent
ancre légère toujours
très peu de vent, des courants pas méchants mais qui tournent
le lendemain matin, la ligne de mouillage qui flotte dans sa partie non plombée, ficelait le bateau sous l'eau, prenant le safran et la quille sur plusieurs tours et interdisant l'usage de l'hélice.
à la nage, pas moyen de faire tourner le bateau
finalement, je l'ai largué avec un parrebat au bout
et le bateau s'est libéré, j'ai ensuite récupéré mon mouillage

les enseignements
si un jour, je reviens aux mouillages légers,
ce sera avec une ancre charrue, de la chaine et du cablot

vendredi 22 décembre 2017 14:27
P1120374
Pat45

Hello,
Heu, sans vouloir polémiquer sur la tenue des ancres légères, on m'avait affirmé la même chose, si ça dérape, ça ne raccroche pas...idem pour les renverses de courant...c'est vrai qu'il m'arrive de déraper, surtout lorsque j'essaye de mouiller dans des herbiers, mais mon ancre(Fortress alu, 7kgs) a toujours raccroché un peu plus loin....et une fois enterrée, elle ne sort pas facilement, faut que je passe "au dessus" à chaque fois que je remonte mon mouillage.
Du coup, je dors sur mes 2 oreilles, sans alarme de mouillage...

vendredi 22 décembre 2017 15:55
Avatarcco1
entre-cotes

Je touche du bois, nous n'avons pas encore chassé...

vendredi 22 décembre 2017 14:28
Rekin
Kaj

A Gaïos avec une ancre Kobra, on a chassé doucement mais inexorablement. Après avoir remonté le mouillage on s'est aperçu que l'ancre s'était enfoncée dans un cul de bouteille plastique.
A Porto Rafti, mouillage sur ancre Océane. J'ai du recommencer 7 fois ça dérapait toujours sur fond de sable et vent à F8. Finalement j'ai changé l'ancre pour la Kobra habituelle et ça a tenu immédiatement.
Dans le golfe du morbihan dans le nord est de l'île d'Arz sous l'école de croisière, le mouillage a toujours dérapé malgré plusieurs tentatives. Je suppose fond de roche plate et/ou algues laminaires.
En face Zadar vers U glian l'ancre Kobra chassait sur fond de posidonies alors que l'ancre Océane a tenu tout de suite. Pourtant on croyait être sur fond de sable !

vendredi 22 décembre 2017 15:34
F1010036
Zérauqat

un été la MTO annonce un coup de mistral...avec (classique)renforcement dans les bouches de bonif...
au vu des cartes nord sardaigne le profond "fjord" de porto pozzo semble béton vu sa configuration....
sur Aquila(8,40m)une CQR+30 m de chaine+30m de cablot....eh bien non...je ne sais pas si tout le fjord a ce type de fonds(sortes de granulés)mais "ça voulait pas tenir"....
un assez gros ketch charter mouillait...dérapait...remouillait...
j 'ai fini par faire ceci
1/un jerrican d'eau 1/4 plein en guise de flotteur
2/fixeés sur son anse une série de longues et fines aussières polyprpilène
3/masque/tuba/palmes et nage jusq'à la cote aussières frappeé sur un arbuste et retour à bord
4/"balisage" de la ligne avec pares bat..précaution utile car le lendemain un petit chalutier a vu l'obstacle l a contourné et ,passant sur notre arrière,nous a remercié
c'était dans les annèes 84/85?nous n'étions que 2 voiliers(le charter et nous)etait ce parce que ce coin était connu pour ses fonds"ne tenant pas...?"

vendredi 22 décembre 2017 16:50
Image
gcjuan

Baie de Porto Conte en Sardaigne:
2,50 m d’eau. Rocna de 20 kg bien plantée et 40m de chaîne de 10 dehors. On prend 35 nœuds la nuit sans broncher. Dans la matinée le vent a molli à 25 N. J’ai la sensation que le bateau bouge.Un alignement confirme. On dérape doucement mais sûrement.
Je remonte le mouillage avec un énorme bloc de sable dur. Ce n’est pas l’ancre qui a décroché mais le fond très dur qui a cassé.

vendredi 22 décembre 2017 17:05 *** Message modifié par son auteur ***
Missing
Celtic warrior

Devant le port aux embiez. fond de posidonie (merdique). Un bon Abri pour coup de vent Sud annoncée. Sauf le vent à virée vers le nord. Le cul du bateau à 10 mètres des rochers. Je me suis veiller sur le pont toute la nuit.Vers 6h du matin ça forçait et on a déraper. J'ai pu ramasser l'ancre sans toucher les rochers ( un miracle) puis un coup de moteur et on est allé au port.

vendredi 22 décembre 2017 17:07
Missing
(tupperware)

Une fois sur "quelques mouillages".
Sur ancres affourchées, une connerie car quand cela ne tiens pas....ça tiens pas ou juste l’illusion de doubler les chances.
Sauf en cas de renverse (vent courant) cela peut être utile.

vendredi 22 décembre 2017 17:32
Je_suis_charlie
philou2

Ile de Whight, mouillage dans Newton River, nous étions 6 bateaux à mouiller en même temps, peu de vent mais du courant.
Nous étions le seul à avoir crocher du premier coup avec une ancre plate alu, les autres ne tenaient pas avec des Kobra et autres Delta.
En remontant l'ancre nous avons constaté que le fond était constitué de vase dure, les autres ancres se posaient sur le fond mais ne crochaient pas.
Comme quoi, à chaque type de fond correspond un type d'ancre.

vendredi 22 décembre 2017 17:54
12717542_10153918297096489_1437921240476658071_n
craintdegun

A FORNELS, mouillage sur les algues. Le vent se lève la nuit et le bateau glisse rapidement, on met le moteur pour se stabiliser et on met une deuxième ancre. La première 60m de chaîne, la deuxième 30m + cablôt.
On a tenu une semaine avant de pouvoir repartir. Le plus rigolo c'est un copain qui sort à poil au dernier moment il était à moins de 5 m d'un voilier allemand qui hurlait dans toutes les langues comme quoi il n' y a pas que sous la torture que l'on est capable de parler toutes les langues!!

vendredi 22 décembre 2017 18:43
Bel_albatros
Herver

Île de Sao Nicolao Cap Vert, a Tarafal. Nuit noire, toute l'équipe descendue à terre pour une fête organisée par le maire du village. Heureusement, on avait pris une VHF portable. Dans la soiree, grésillement dans la VHF. Le voisin de mouillage nous disant que le bateau n'était plus la !
Course à pied, annexe à fond de son moteur 2 CV contre les rafales de vent. On a repéré une petite lueur faible au loin sous le vent. Le feu de mouillage à peine visible. Récupéré limite limite .... on a failli rentrer en France en short et en tongues.
La cause: un sac de riz pris dans l'ancre

vendredi 22 décembre 2017 20:47
Essai_s8000_no_2_002
8
oceanix

celui qui n ' a jamais dérapé , n' a jamais mouillé une ancre . On a tous des histoires plus ou moins banales à ce sujet . Perso ,j' ai dérapé devant Port Cros tellement lentement que ça ne m ' avait pas interpellé , jusqu' à ce que mon téléphone sonne et qu 'une douce voix féminine me dise :
- Monsieur vous êtes en train de déraper.
Interloqué , je regarde et je me rends compte que j ' avais bel et bien foutu le camps.
- Effectivement , madame , je vous remercie beaucoup , mais au fait , comment avez vous eu mon No de Téléphone ?
- Et bien , Monsieur , je l ' ai lu sur le panneau "A vendre " de votre bateau .

vendredi 22 décembre 2017 21:38
Capitaine
Lud'eau

C'est bien plus sympathique qu'une appli qui sonne

samedi 23 décembre 2017 00:24
Avatar
ALLEWIND

On n'a pas dérapé mais on a quitté le mouillage quand même :

été 2016, partie gauche de la cala Joncul après Cadaquès.
Je mouille 4 fois la hauteur et marche AR.
Ca a l'air de tenir mais le bateau fait l'essui-glace à cause des rafales et l'entends le bruit de l'ancre qui dérape (vers le large).
Je rallonge, je ralloonge...
Au final, ça a l'air de crocher enfin.
Pas rassuré, je plonge et constate horrifié que ma chaine fait des détours et s'est coincée dans une faille. On est sur un penchant rocheux merdique.
La chaine coincée donne des à-coups dans les rafales.
Je remballe tout de peur de casser. Heureusement je peux remonter les (au moins ) 30/40m sans pb.
Finalement on se casse au port de Roses dormir tranquille

vendredi 22 décembre 2017 23:16
P8224828
hoolof

Tu aurais aussi pu aller prendre une bouée à Cadaquès...

samedi 23 décembre 2017 09:13
Avatar
ALLEWIND

on en venait

samedi 23 décembre 2017 16:20
Capitaine
Lud'eau

Deux fois cet été...
La première par à peine 3m de fond devant le port de l'île des Embiez. Sans doute pas assez de mouillage mais aussi pas d'amortisseur et un peu de houle.

La deuxième à la Revelata devant Calvi, milieu de matinée, le vent forcissait 30 à 40 noeuds en rafales, on s'apprêtait à partir quand mon épouse me signale que le voisin derrière nous se rapproche... En fait non, on dérape ! Démarrage du moteur en urgence et manoeuvre d'évitement avec l'ancre toujours au fond...
On avait pas pu faire autrement que mouiller dans les posidonies et avec 2,5 fois la hauteur d'eau en mouillage: les places sont comptées au mois d'août en Corse !

Je commençais à douter de mon ancre (Kobra 14kg neuve) en me disant que malgré la fiche qui disait "pour bateau jusqu'à 13m" j'aurais du prendre la taille au dessus pour mon Oceanis 36... Mais dans un mouillage plus au sud et avec 30m de chaîne sur 8m de fond sableux et 35 noeuds de vent elle n'a pas bougé d'un pouce !

Moralité pour la saison prochaine : un amortisseur de mouillage et éviter les endroits trop fréquentés pour pouvoir dérouler de la chaîne...
L'appli GPS aide aussi à mieux dormir...

samedi 23 décembre 2017 00:06
Photo000
5
pendruig

Bonsoir tout le monde, j'ai tellement chassé dans ma vie de mouillage que maintenant je vais au port et ..... je dors.
Gilles

samedi 23 décembre 2017 00:29
Avatarh_o-2
1
Now

Hello,

Une petite ou c'est pas nous qui dérapons, mais c'est quand même une histoire de dérapage.

Juillet 2015, nous sommes mouillés à l'est du port de Porquerolles, un bon vent d'ouest souffle avec force, il y a du monde mais nous sommes mouillés sur du sable, donc je ne me fais pas de soucis.

Arrive une vedette d'environ 12m qui mouille devant nous. Je lui fais signe et lui demande gentiment, de ne pas se mettre trop prêt et de mettre une bonne longueur de chaîne pour éviter les soucis (il y a de la place devant lui)

Réponse "Ne vous inquiétez pas, j'ai une ancre spéciale" et bien sur il mouille très court ... nous voila rassurés !

Sur ce, les voila tous partis à terre...

Bien sur je surveille d'un œil et évidement la vedette commence à chasser et nous viens droit dessus. Le temps de mettre des pars bats et la voila sur notre étrave. Ma chaîne fait amortisseur et nous "accueillons" la bête avec le plus de douceur possible. Heureusement ma ferrure d'étrave est costaud et les pars bats font leur office!

Je fais signe au bateau qui est derrière nous (un héonaute) "si mon ancre ne tiens pas le paquet est pour vous ! " Ils se préparent à nous recevoir ou à bouger et démarrent leur moteur au cas ou.

Finalement mon ancre tiens bon jusqu'au retour des propriétaires de la vedette qui sans un mot, démarrent leur moteur pour se dégager. Il faudra encore leur dire dans quel sens partir pour ne pas emmener notre ancre avec eux...

Ce jour la plusieurs bateaux on traversés le mouillage de bout en bout, dont un en tapant plusieurs bateaux sur son passage et qui à été récupéré in-extremis avant d'aller sur la plage.
Pourtant, les fonds sont de bonne tenue (sable), mais le vent soufflait fort et ça n'est pas toujours évident de mettre la bonne longueur dans un mouillage encombré donc pas de pierre à jeter sur qui que ce soit.

Je retiendrais juste la phrase "ne vous inquiétez pas, j'ai une ancre spéciale" qui nous à fait bien rire, mais je n'ai pas eu la présence d'esprit de demander la marque de cette ancre si spéciale

Conclusion : La bonne tenue de la Kobra est confirmée elle peux tenir deux bateaux quand elle est enfouie dans le sable.

Je précise, il m'est arrivé aussi de déraper (l'année suivante à Figari par exemple) , mais jamais sur un fond de sable et jamais d'aller me mettre dans un autre bateau ... pourvue que ça dure, personne n'est à l'abri de se genre de mésaventures.

samedi 23 décembre 2017 10:13
Missing
missingdata

Cette année j'ai perdu mon bateau sur l'étang de Thau, 25 Knts établis avec rafales, je l'avais laissé au mouillage devant Balaruc plusieurs jours avec une ancre plate de 10 kg, 25m de chaine de 8 et 10m de bout dans 3m d'eau. J'avais remarqué que le bateau, un Challenger Horizon se comportait très mal au mouillage en tirant des bord sur son ancre, montrant son franc bord à 90° du vent par moment. Un bateau que j'avais passé tout l'hiver à refaire...bref je suis vacciné, plus jamais je ne laisserais un bateau au mouillage sans quelqu'un sachant quoi faire à bord.

samedi 23 décembre 2017 10:28
Gipsy
Camilleb0461

1993, un samedi soir de juin à La Girolata
Jeanneau 50'
Equipage de novices
Tout est complet
Je demande à un équipier de lâcher la pioche là où je pense que nous pourrons éviter sans problème
Ça tombe bien
Coup de moteur en arrière; ça tient
Annexe et resto en haut de la colline

Camille, .... on dirait que le bateau à bougé
Je regarde
MEEEEEEEEEEEEEEEEERDE il se barre
Course de malade avec un équipier plus leste que les autres jusqu'à l'annexe
Vroum, le HB démarre
A 5m de la proueje coupe le moteur et je passe la barre à l'équipier
L'annexe continue sur son erre .... et .. à 1m de la proue il donne un coup de moteur pour arriver plus vite

L'annexe se cabre, vire et me voilà à la flotte

Bon, le reste est simple
Moteur
Remonter l'ancre
Virer moi même l'ancre
Et hop retour bistrot

Moralité
J'ai appris quelque chose
Toujours vérifier soi même son ancre

samedi 23 décembre 2017 11:20
Image
Lulu2

C'est curieux : à lire ce fil, on pourrait croire que les fonds de Méditerranée sont de moins bonnes tenue qu'ailleurs.

samedi 23 décembre 2017 11:52 *** Message modifié par son auteur ***
Missing
jacques9

Ce sont les sautes de vent sues au relief, l'effet venturi, le thermique en soirée et la courte houle qui ne sont pas les mêmes qu'ailleurs !

samedi 23 décembre 2017 12:36
Img_7040
freychou

On mouille, surtout, proportionnellement, beaucoup plus en Méditerranée et ce, pour des tas de raisons …

samedi 23 décembre 2017 16:35
Avatarh_o-2
1
Now

Un jour de.... Je me souviens plus, c'était il y a longtemps, avec mon kelt 6.20 on se mets au mouillage par beau temps, aux oursinieres dans la rade de Toulon et on va pique-niquer sur la plage avec des amis.

Après le repas, je propose à un copain de se faire une petite séance d'apnée. Nous voilà de retour au bateau pour enfiler shorty, palmes,... En levant la tête tout en m'équipant, je remarque que le bateau ne semble plus au même endroit... Je demande à mon pote si il peux aller vérifier à l'etrave si tout va bien et si l'ancre est bien crochetée dans le sable, ( avantage des fond clairs et peu profonds)

Il y va et au bout d'une minute, me lance " y'a pas d'ancre !"
Moi: "arretes de déconner, elle est bien ou pas?"
Lui: " puisque je te dis qu'il y a pas d'ancre !" et il me montre la chaîne...

Branle bas de combat, un coup de moteur, et on re-mouille plus loin avec la deuxième ancre !

La manille qui tenait l'ancre c'était tout simplement cassée, certainement attaquée par la rouille...

La séance d'apnée à été consacrée à récupérer mon ancre...

Depuis, je vérifie régulièrement l'état de mes manilles!

Heureusement que j'ai eu cette idée de retourner à bord pour s'équiper pour plonger, plutôt que de faire une sieste sur la plage, sinon...

samedi 23 décembre 2017 12:29 *** Message modifié par son auteur ***
Image
berdem94

Cet été, CAVTAT, Croatia.
Mouillage sur sable , entouré de posidonies, cinq m de fond , trente mètres de chaine, les deux moteurs en arrière, d'abord doucement puis de plus en plus fort, jusqu'au régime maxi, ça tient.
Le lendemain, balade à terre, de là je vois le canot , tiens je le voyais plus pres du bord.
Retour rapide vers l'annexe, le canot s'est encore éloigné...
Je n'ai pas compris pourquoi ce dérapage, le test de la veille était OK, le vent , quinze nds, pas de mer...
Sur l'image, la trace verte au sud est le mouillage, au nord , là où j'ai récupéré le navire qui dérivait doucement, j'en frémis encore , depuis la perte de confiance me hante...
Des mouillages qui ne prenaient pas, j'en ai eu des dizaines, mais un ancrage testé au moteur, au max , qui me lâche ensuite...

samedi 23 décembre 2017 13:15
Avatarh_o-2
1
Now

Quelqu'un qui aurait décroché ton ancre en relevant la sienne ou en mouillant à proximité pendant que vous n'étiez pas la et ensuite l'ancre ne recroche pas aussi bien?

samedi 23 décembre 2017 13:34
Missing
jako

la carte m'a rappelé un "bon" souvenir, où j'ai du poser la pelle 7 ou 8 fois pendant la nuit avec un coup de bora sérieux et un incendie non maitrisé sur la colline en face.
Chaque fois j'ai remonté l'ancre avec 80 cm de terre. J'en ai conclu qu'en fait, ce n'est pas du sable mais une couche de terre au dessus d'un banc de calcaire bien lisse dans lequel l'ancre ne peut pas crocher. La huitième fois, j'ai trouvé le petit coin de sable.
Tous les autres bateaux, qui devaient connaître l'endroit, sont partis dès le début du coup de bora. D'ailleurs, il est noté comme mouillage peu sur.
Pour terminer, le lendemain matin, l'incendie ayant coupé l'électricité, je ne pouvais partir faute de pouvoir photocopier je ne sais plus quel document. C'est un très gros yacht qui m'a sauvé en faisant gentiment les copies exigées par la police.

mardi 02 janvier 2018 15:44
2014-12-24_200924
targaz

au mouillage en irlande entre l'ile Valentia et Portmagée,peinard en terrasse a boire ma pint et voila que je vois mon bateau avancer doucement heureusement j'ai eu le temps d'aller a bord avant qu'l vienne se coller contre le pont avec le courant

samedi 23 décembre 2017 13:41
Missing
Yoshi

En février à Baie Mahault, vent de nord, 20 m de chaine sur 4 m de fond de vase. Le bateau a tenu toute la nuit. Le matin je vais à terre et reviens vers 13h: je ne vois plus mon mat. course vers l'annexe et je vois 4 personnes qui le retiennent pour qu'il n'enfonce pas leurs hors-bords au ponton. J'avais changé une delta 20kg pour unr Brake 28kg me fiant aux tests d'un magazine. Un mois plus tard, à Bridgetown, sur 6 m de sable, 30 m de chaine, je mouille, marche arrière et je pars sur 50 m! Je recommence et vais voir mon ancre. en fait, l'ancre ne rentrait pas mais faisait un sillon un peu comme une pelle tenue presque verticalement. La verge est trop courte et l'angle du soc trop important pour que cela rentre. Le voisin avait une CQR, j'ai du gratter le sable pour voir l'articulation de la CQR!
Depuis j'ai jeté la Braque et ai pris une Kobra 25kg et ras.
J'avais signalé cela au fabricant français de la Braque, sans réaction de leur part.

samedi 23 décembre 2017 13:46
Avatarcco1
1
entre-cotes

Fatu Hiva, baie des vierges, fonds de mauvaise tenue et rafales à 30 nds, 6 bateaux mouillés par 20 m de fond, pas de dérapage. Tahuata au mois d'août dernier. 4 bateaux dans la baie, rafales à plus de 45 nds, pas de dérapage.
Pourquoi tout le monde a tenu? Parce que nous avions tous un grande longueur de chaîne, une ancre adaptée (Spade pour tout le nonde) mais ceci n'était possible que parce que nous n'étions pas nombreux donc grand rayon d'évitage possible.
Le problème ne serait il pas dû en partie à une surfréquentation de certains sites?

samedi 23 décembre 2017 13:49 *** Message modifié par son auteur ***
Missing
gorlann29

Bonjour, en septembre 2015, mouillage devant le château à côté de Casttletownbeer(Irlande), ancre delta 10 kg, 30m de chaîne de 8 et une vingtaine de m de câblot. Arrivé pratiquement à pleine mer, testé la tenue du mouillage au moteur, comme Berdem d'abord en arrière lente puis accéléré jusqu'à fond, çà tient.
Le lendemain, ballade à terre, au retour, le bateau plus à sa place! On court, l'immergé de l'Atom's est au max à trois mètres au vent des cailloux, marée descendante. Pagayage façon "course" en annexe et départ au moteur, il était temps!
Une autre? Juillet 90, arrivée à la voile par pétole à Longyearbyen(Spitsberg), mouillage long (pas de problème y'a personne), pas testé la tenue du mouillage car il aurait fallu descendre la chaise du HB, démarrer au starter, faire chauffer avant de faire tire les 4 cv en arrière, bref je vais à terre.
En revenant 3h plus tard, plus de bateau!!!
Je le retrouve amarré avec la chaîne d'ancre au quai!
Il y avait très peu de vent mais il avait tourné, venant cette fois de terre, et l'ancre était posée sur... du charbon!!!
Le bateau s'appelait "Noz-Gwen" (nuit blanche en Breton) et avait une "bonne étoile".
Gorlann

samedi 23 décembre 2017 13:56
Avatarh_o-2
1
Now

Été 2016, fin de croisière, on remonte doucement de Bonifaccio vers Ajaccio avant de traverser vers Toulon.

Avis de grand frais, on est parti quand même car j'ai à bord un équipage costaud, mais après un long bord de près bien agité ( 2 ris et solent partiellement roulé), le bateau va bien et on se régalé sur le pont mais en dessous c'est pas la même chose, la partie féminine de l'équipage fait la gueule!

Comme il n'y a pas de raisons pour qu'on se regale pendant qu'elles se fasse.... Je décide de faire demi tour pour se mettre à l'abri à Figari.

Le bord de portant se passe bien et nous voilà à Figari, je ne peux pas mouiller tout au fond à cause de mes 2m20 de Te.

On a passé plusieurs heures et mouiller au moins 5 fois, avant de trouver un endroit où l'ancre veuille bien tenir! A chaque fois, 40m de chaîne mini pour se trouver à déraper au bout de 2 min.... On en a marre surtout qu'un petit soucis de Guindeau nous oblige à remonter tout à la main à chaque fois...

A chaque fois on change d'endroit en pensant trouver un fond de meilleure tenue.

Au bout d'un moment, c'est bon, ça l'air de tenir. Une plongée pour vérifier et je vois mon ancre glisser doucement jusqu'à se stabiliser en se coinçant dans un creux. Bon, ça ira bien, on surveillera, et le vent est prévu de chuter en fin de journée.

En fait à Figari, les fonds sont presque partout tapissés d'une couche d'algues mortes qui ne peu retenir les ancres. Vu de loin ça peut être pris pour du sable à cause de la couleur mais c'est pas du tout la même chose!

samedi 23 décembre 2017 14:02
Img_0016
okilebo

Cette année au mois d'avril premier jour de navigation et premier mouillage à Porto Kayo (sud du Peloponese) je vise une plaque de sable et jette la pioche ça accroche bien, test au moteur et tout. Je gonfle l'annexe pour aller à la taverne et je ne sais plus pourquoi je décide d'y mettre le moteur. Pendant que je m'affairais j'entends soudain parler allemand juste derrière moi surpris je me retourne et je vois l'étrange de l'autre bateau juste devant mon nez. Panique à bord je démarre le bourrin j'avance légèrement et je vais voir devant avec ma télécommande. Là je m'aperçois que c'est le frein du guindeau qui a lâché et comme un âne j'avais oublié de mettre la main de fer. Pendant ce temps je ne sais pas comment avec les rafales à 25 nds mon bateau faisant un peu l'essui-glace je commence à faire du tricot avec les chaînes des deux bateaux. Heureusement un jeune allemand qui rentrait de la taverne avec son annexe est venu m'aider pour démêler le plat de nouilles. J'ai dû finir de remettre tout en ordre et casser la croûte vers minuit.
Au mois de juin j'emmène deux jeunes bretons de Patitiri au mouillage au sud de Peristera pour rejoindre un autre bateau. Je mouille et la femme du collègue qui nageait me dit impeccable ton ancre a disparu dans le sable. Je déroule une quarantaine de mètres et tire au moteur ça tient. Je descend l'annexe et dépose les jeunes sur l'autre bateau puis je reviens pour me faire à bouffer.
J'étais occupé dans la cuisine quand soudain on tape sur la coque et ça crie dehors.
Je sors et là une dame sur un paddle me dit gentiment monsieur votre bateau s'en va. Je regarde autour et effectivement je sortais de la baie. Je remercie la dame et descend éteindre le gaz. Ensuite je remouille mais cette fois ça lâche au test moteur et ainsi six fois pour que ça tienne et encore je n'étais pas vraiment rassuré.
Comme j'avais oublié de retirer du cash je retourne à Patitiri, là je demande aux pêcheurs du coin qui m'expliquent que ce n'est pas un bon mouillage pour nous parce que sous la couche de sable c'est de la roche plate.

samedi 23 décembre 2017 14:59
Essai_s8000_no_2_002
oceanix

Ile de Santa Maria ,dans la Magdalena :2 jours au mouillage 40 nœuds de vent , 30 m de chaine de 10 , ancre spade 20 kg , fonds de sable de 3ou 4 mètres, R A S , rien queue dalle . Ca a tenu les doigts dans le nez

samedi 23 décembre 2017 15:05
Dscn2640
ISHRI

Semaine du 14 juillet 2016 devant Balaruc.
2 m d’eau F8, parti à terre enfamiile au camping retour ds l’aprem plus de bateau!
Recherche avec l’annexe moteur électrique, au passage à proximité du mouillage le voisin me hele et me dit avoir rattrapé Capricornes et remouille à environ 1 mille .
Effectivement j’ai retrouvé le bateau pres du chenal balisé, gros coup de chance il n’a touché personne,malgré le grand nombre de bateaux au mouillage.
Je l’ai donc ramené non loin de là où j’etais et mouille plus long et suis resté a bord 3 jours seul à attendre la fin du coup de vent.
Ce jour là c’est pas moins de 6 voiliers qui ont chassé, certains récupérés dans les digues par les secours locaux, il semble que cela est fréquent dans le coin.
Les fonds ne sont pas de bonne tenue surtout Avec mon ancre plate et mouillé trop court.
Remerciements à mon voisin et grosse frayeur après coup.

samedi 23 décembre 2017 17:18
Avatar
ALLEWIND

Bizarre, ici j'ai du remonter mon ancre au winch car le guindeau avait abdiqué.
L'ancre est remontée avec 1m3 de vase!

samedi 23 décembre 2017 21:09
Dscn2640
ISHRI

C’est ma seule expérience dans cette zone. Mon ancre est une Fob 16 kg et chaine de 10.j’ai certainement mouillé trop court au vu des rafales malgré la main de fer et l’amortisseur.
Ce qui est sûr c’est qu’une demi douzaine voire plus de bateaux a chassé, et pour certains ca c’est mal fini. J’ai eu de la chance.

dimanche 24 décembre 2017 00:22
Missing
melody5

A Agropoli mouillage + un bout au quai pour faire plaisir a la "capitaine" aprés 6 tentatives je recommance une septiéme !!!et la super au test de marche arriére je cale le Guindeau Au depart le lendemain matin j'ai du recuperer mon ancre dans la chaine d'un ponton !!!La capitaine a été degradé a mon prochain passage ce sera au mouillage en face du quai

samedi 23 décembre 2017 18:36
Img_20160314_181026
tonic56

En mars dernier à Malendure en Guadeloupe avec un catamaran le loc, 25 noeuds, rafales à 30, la nuit.
25 mètres de chaîne pour 3-4 mètres d'eau mais il y a des herbiers. Le bateau chasse lentement, nous perdons au moins 10 m chaque heure. Il a fallut mouiller de nouveau 2 fois dans la nuit. J'ai passé la nuit sur le pont.
À refaire, j'aurai du mouillé plus près de la plage avec la totalité de chaîne que nous avions, soit 30 mètres.
Plusieurs bateaux plus au large ont quittés les lieux cette nuit là.
Pour ceux qui connaissent le coin, quelle seraient leurs conseils ?
Merci

samedi 23 décembre 2017 21:22
20160804_135825_bis
Mowat

remonter de la chaine ! 25 mètres c'est beaucoup trop .... on a dit trois fois la hauteur d'eau, soit 12 mètres au plus dans ce cas! surtout dans les salades ... y compris les 1 er Avril !!

mardi 02 janvier 2018 11:26
2014-12-24_200924
2
targaz

j'ai pris l'habitude maintenant de mouiller meme s'il fait beau et 8m d'eau 50m de chaine

samedi 23 décembre 2017 21:35
Avatar_
13
jfrançois

ancré dans une baie magnifique le skipper boit une bière bien fraiche dans le cockpit.
arrive un voilier avec 3 superbes filles en topless.......
elles jettent leur ancre à peu de distance du premier bateau, faisant de grands signes au skipper en riant beaucoup.
.
.
.
la femme de celui sort de la cabine , voit les filles .......
.
.
.
.
c'est là que ça a dérapé



JF

dimanche 24 décembre 2017 08:04
Missing
Ulrich

Merci à tous pour vos contributions !
Bonne année 2018, et je vous souhaite que ça ne "dérape" pas !!

mardi 02 janvier 2018 11:15
Missing
1
Damiens

A corfou, dans Garitsa bay, un soir d'orage, les fonds d'herbe sont de mauvaise tenue.
Enseignement tiré:
- Je me méfie des orages, si je vois des nuages douteux dès le matin, surveille le baromètre et le niveau de la cape qu'on trouve sur les fichiers grib.
- Je suis revenu aux fondamentaux: pour tout mouillage durable ou sportif (ou les 2), deux ancres empennelées, c'est deux fois mieux; je sais, c'est pas à la mode, mais je n'ai jamais chassé dans ces conditions.

dimanche 07 janvier 2018 21:28
Missing
Marc'hadour

Dans l'avant port de Sein, il y a qques années avec notre OC 373, nous sommes au mouillage avec 5 m de fond. Pas beaucoup de place pour mettre de la longueur de chaine.
Apéro à terre et retour à bord pour déjeuner, puis sieste pour tout l'équipage: mon épouse, mes deux filles et le chien , un léonberg. je reste dans le cockpit avec le chien. Il y a un petit force 4 dans le port
Le chien se met à aboyer et nous réveille, il a entendu qque chose, un dauphin, fréquent dans ce port.
Et là, je me rend compte que le bateau chasse sur son ancre. Branle bas, je démarre le moteur et vais à l'avant pour remonter le mouillage. Mon épouse prend les commandes du moteur et pas de problèmes particuliers pour remouiller.
Continuation de la sieste pour une bonne partie de l'équipage, je reste dans le cockpit. Le vent monte!! force 5 à 6 et là, le dauphin se remet à souffler par son évent. Ma fille ainée qui sortait du carré à ce moment me dit: Papa on chasse!!
Redémarrage du moteur et relevage de l'ancre. on fini par se vautrer sur le canot de la SNSM lui au mouillage sur sa bouée.
Sans dégâts ni d'un bord ni de l'autre.
Deux fois en moins d'une heure, nous décidons donc de quitter Sein et d'aller à Audierne. Passage du raz de Sein, vent contre courant avec un coeff de 110 et force 6. Chaud avec des enfants en bas age!!

lundi 08 janvier 2018 14:37
Missing
Marc'hadour

Une autre misère à Sein
Au mouillage avec notre OC 331DL: Mouillage tranquille pour deux ou trois jours et au moment de relever l'ancre, au guindeau, les derniers mètres sont bien durs.
On soupçonne d'avoir croché une vielle fune qu'on sait trainer au fond du port.
Mon épouse plonge et voit qu'on est croché sur une chaine, il y a plus de 5 m de fond et elle ne se sent pas capable d'y aller.
On attend la marée basse ou il n'y aura que 2 m.
A marée basse, elle replonge sur l'ancre et voit que les 2 pointes de notre ancre Britanny se sont engagées dans les maillons d'une vielle chaine qui traine par le fond. Replongée pour frapper un bout sur le diamant de l'ancre et essai au guindeau pour la libérer. Rien à faire, ça veut pas venir.
9 a s'est fini au marteau en tapant sur la chaine pour nous libérer: On risquait pas de chasser dans ces conditions. AVIS donc à tous dans le port de Sein qui est fort agréable par ailleurs
Jean Mi

lundi 08 janvier 2018 15:28
Balise_belge_2
ecumeur

Et St Mary's aux Scilly.

Avant les bouées de mouillage, on mouillait sur ancre dans cette baie, ouverte à l'ouest. Fonds de sable à la tenue douteuse.
Nous arrivons par grand beau temps, mouillage sans problème.
Le soir, les copains vont au pub et je reste à bord, fatigué. Ils rentrent après la fermeture, toujours le grand calme.
Plus tard dans la nuit, j'entends le vent arriver et je fais rallonger le mouillage par précaution. Naturellement il commence à chasser peu après. Nous allongeons encore, mais sommes limités par le bout dehors d'un bateau ancien nomme "Pettyfox", qui est peut être encore là bas.
Devant l'impossibilité de tenir ainsi, je fais relever le mouillage à 4h du matin pour aller mouiller à proximité du canot de sauvetage et beaucoup d'espace autour. Malgré la totalité de la chaîne (je ne me souviens pas combien), l'ancre ne tient pas et nous maintenons sur place avec le moteur au ralenti. Dès le matin, nous remontons tout et direction Falmouth, arrosés d'eau salée par le bas et de pluie par le haut!

Un autre incident au même endroit : juste au milieu de la baie existe un caillou petit et solitaire. Une autre fois, au cours de l'évitage, la chaîne s'est coincée sous le caillou. J'ai réussi a la dégager au bout d'un moment en lançant le bateau au moteur... du bon côté!

C'était à bord d'un Sun Légende vers 2000.

lundi 08 janvier 2018 15:50
Missing
pinch

Merci pour vos témoignages!
ça me confirme mon idée de continuer à vérifier si l'ancre a bien pris même si je dois enfiler la combinaison de plongée quand l'eau est trop fraiche (bon faut dire que je suis frileux)

lundi 08 janvier 2018 18:02

Répondre

Pour participer aux forums, vous devez être inscrit et identifié

Vous identifier | Créer un compte matelot

Retour forums