Tous les forums > Navigation > Qui navigue seul sur plus de 12 mètres ?
Missing
Yeswecan

Qui navigue seul sur plus de 12 mètres ?

Bonjour
Qui sur heo à l'habitude de naviguer seul sur des bateaux de plus de 12 mètres.
Quelles sont les difficultés que vous rencontrez et les conseils que vous pouvez donner
Merci

lundi 18 décembre 2017 13:56

Liste des contributions

  • Dommage ! Imarra lundi 18 décembre 2017 17:48
Maido_2
13
Domde

J'ai une expérience limitée, tout au plus plusieurs traversées méditerranéennes de maxi qq jours, et j'ai quelques années au compteur (66 ans) qui font que je dois économiser les efforts physiques. En plus parfois la flaque comme on dit ça décoiffe. Mon voilier fait peu moins de 12 mètres

Difficultés & solutions:

1 - Les manœuvres au port, prises de coffre, mouiller mais surtout relever un mouillage quand ça souffle. J'ai pas de propulseur d'étrave.
Solutions : anticiper, bien préparer la manœuvre, s'entrainer, se faire aider en appelant la capitainerie pour les ports, disposer d'un accastillage ad hoc, par exemple taquet au maître bau renvoi de l'amarre sur winch de génois.
Le must dans un port mouiller l'ancre et culer au quai en solo avec vent traversier. Une grande satisfaction quand la manœuvre est réussie.

2 - Réduction de voilure quand ça bouge et que ça souffle, pas toujours facile de même hisser et rentrer un spi symétrique, (chaussette), si gennaker le mettre sur emmagasineur l'idéal, ris gv les trois à poste, anticiper un maximum, être sous toilé c'est mieux que se retrouver avec trop de toile et 50 n établi sous un orage méditerranéen. Disposer d'un très bon pilote tous temps. J'ai aussi une télécommande très utile pour un empannage sous spi. Limiter les balades dans le triangle avant avec les renvois au cockpit, mettre les lignes de vie et un harnais gilet avant d'aller manœuvrer en dehors du cockpit, la nuit en permanence.

3 - Gestion de l'alimentation du repos et du sommeil. Pouvoir compter sur les aides électroniques, renvoi au poste de barre radar ais, contrôle de la route et du pilote par le traceur. Télécommande pilote. VHF portable et fixe.
Prévoir tous les repas à l'avance, manger léger, éviter alcool et café en excès.
Se reposer/dormir par tranche de 15/20 mn avec un réveil de cuisine radar et ais en veille active.
Faire des exercices physiques dans la journée pour garder la forme.

4 - Sécurité ultime:
Porter sur soi en cas de sortie du cockpit ou la nuit une plb personnel pour appeler à l'aide. Prévenir les proches et donner les consignes de sécurité en cas d'inquiétude.

lundi 18 décembre 2017 14:24
Tuba
virginsisland

Domde
Pas mal tes plans et astuces, du boulot en perspective.

Chapeau l'artiste.
Merci

lundi 18 décembre 2017 14:32
Dsc_0099
lonlon

Salut,

Perso, j'ai un 12m depuis peu.
Pour moi, que ce soit mon 9,5m ou 12, ça ne me change pas grand chose et je dirais peut être moins embêtant même car j'ai fait le choix d'avoir un auto-vireur ce qui est pour moi, fantastique.
De plus, quand madame vient, elle peut se permettre de faire une fausse manoeuvre " ça lui arrive" et le foc passe seul sur l'autre bord.
Donc si tu n'as pas acheté ton bateau, dirige toi vers un bateau avec auto-vireur " ceci est qu'un avis perso question facilité" pas performance sous tout petit temps.

lonlon

lundi 18 décembre 2017 14:42
Missing
Yeswecan

Tu as acheté quoi finalement ?

mardi 19 décembre 2017 11:01
Img_20171009_191505_967
Gugg

@Dôme,
Superbe réponse, je partage totalement tous les conseils et avis donnés.
J'ai le même âge et navigue avec Tiramisu (Sun Shine rallongé) qui fait 11m50.
Je rajouterai qu'une GV sur enrouleur et vraiment un plus même si la performance du bateau est un peu réduite dans le petit temps.
NE JAMAIS OUBLIER : IL FAUT RÉDUIRE TRES TOT car trop tard = casse ou mise en danger.
P.S. la photo de mon profil est prise alors que je suis en solitaire.

lundi 18 décembre 2017 14:50 *** Message modifié par son auteur ***
Avatarh_o-2
2
Now

plutôt qu'un GV à enrouleur, les ris automatique depuis le cockpit, c'est aussi facile et la GV reste performante.

Je pense même que c'est plus sécure que l'enrouleur, car j'ai ouïe dire que l'enrouleur de GV pouvait se bloquer au mauvais moment et la bonjour le stress...

Je pense que quand je ne me sentirais plus à l'aise de passer en pied de mat pour réduire, je songerais fortement à installer des prises de ris auto.

Je connais quelqu'un qui à fait ça sur son 12m et qui en est satisfait.

lundi 18 décembre 2017 15:01
Bateau_aout_08_073
epsilon

bravo Domde
on a le même age , et je pourrais reprendre au mot près ton explication détaillée, j insisterais moi aussi sur ANTICIPER toutes les manoeuvres.
pour faciliter tout ça bien que maintenant je ne sois plus en capacité de naviguer seul , j ai fait installer une bome selden à prise de ris automatiques , le tout revenant au cockpit avec en plus un winch electrique ; c est génial et j ai conservé ma gd voile full batten.
un propulseur d'étrave (désolé les détracteurs!) aide bien aux manoeuvres de port .
ne pas oublier de prévenir lorsqu on arrive seul dans un port , ils viennent vous aider pour éviter de casser du bois...

lundi 18 décembre 2017 15:17
Vlcsnap-2017-06-15-10h02m09s668
Le-relou

sauf à Hyères*

lundi 18 décembre 2017 15:20
Bateau_aout_08_073
1
epsilon

tu as raison à Hyères personne de dispo comme d hab !!!!! je n y suis pas retourné

lundi 18 décembre 2017 15:30 *** Message modifié par son auteur ***
Img_1084
Aurose

Pas d'accord ! Cet été , en juillet, escale technique à Hyères où j'ai dû accompagner une personne à l'hôpital en urgence. Seul à bord pour manoeuvrer. La capitainerie m' a trouvé une place rapidement après appel VHF et explications. A l'arrivée, le pontonnier m'a fait attendre une minute , le temps qu'un gros yacht à moteur sorte, puis un zodiac avec 2 personnes à bord , m'a guidé à ma place, servi de propulseur d'étrave pendant qu'un autre employé du port prenait mes amarres. Ils ont même mis la pendille à mon taquet. Le lendemain, même vent, nous étions deux et nous avons eu droit à deux zodiac pour manoeuvrer entre les pannes assez étroites. L'accueil à la capitainerie a été plus que bienveillant, le capitaine appelant lui-même un ami chauffeur de taxi sur un numéro privé , alors qu'aucun taxi ne me répondait. Pour l'hôpital ce fût une autre histoire, mais là, c'est plus ma partie.
Donc merci encore au personnel du port d'hyères.

mardi 19 décembre 2017 15:39
Vlcsnap-2017-06-15-10h02m09s668
1
Le-relou

M.D.R Soit c'était pas de Hyères dont vous parlez soit le maitre de port est tombé amoureux...

mardi 19 décembre 2017 15:50
Avatarh_o-2
1
Now

Bah, tout de même, ce sont des humains, alors si il y avait une personne en danger, c'est normal qu'ils se soient mis à disposition pour aider.

Faut pas exagérer le trait ni en rester à une seul expérience quand on critique sinon, ça perd en crédibilité.

mardi 19 décembre 2017 16:06
Vlcsnap-2017-06-15-10h02m09s668
Le-relou

mon avis n'a que peu d'importance et j'ai effectivement mon opinion bien tranché sur ce port (à raisonS...) et je ne suis pas le seul.
Quans je lis que la capitainerie de Hyères vous escorte et vous aide à sortir... même remorqué par la SNSM il ne se déplace pas... et la VHF.... essayez de les contacter...
Vraiment tant mieux pour Aurose et j'espère que ça c'est bien terminé pour l'hospitalisé mais ce n'est pas la norme à Hyères

mardi 19 décembre 2017 16:28
Missing
7
captainwat

bonjour: moi je navigue seul depuis toujours! actuellement un passoa 47 depuis 1989, avant un romanèe( 55000 milles ) avant quelques bateaux de courses aussi et encore avant plusieurs muscadet avec lesquels j'ai trainè d'espagne au spitzberg et en finlande etc au debut à 18 ans je me suis fait la main en visitant toute la cote espagnole mediterranèe avec un deriveur(4m85) et un tapis de sol pour dormir la nuit sur la plage les trois quart du temps en solo !pas du tout par mysantropie , j'avais des copains et des copines mais je preferais les apprecier à l'escale; mariè ma femme qui avait deja beaucoup naviguè m'a accompagnè, puis mon fils est nè à bord, je lui ai appris" le boulot"( aujourd'hui il est commandant mar mar et en plaisance navigue aussi en solo...... ma femme preferant maintenant son jardin et sa maison, j'ai rapidement repris mes perigrinations en solo toujours avec autant de plaisir ! ce qui ne veut pas dire qu'au port je n'appreci pas de retrouver de vieux copains mais au large j'aime etre seul avec moi meme, percevoir les choses à ma façon,mediter, regarder ,peindre! avec des equipiers ce n'est pas du tout la meme perception et comme avec mes bateaux je suis maniaque pour ne pas dire compulsif(je ne suis pas le seul) Willy de Ross(un ami) c'etait encore pire des que quelqu'un venait à bord il etait insuportable, le regrettè Eric Tabarly n'etait pas toujours un cadeau non plus, il savait rester des jours sans ouvrir le bec! alors donner des conseils?????? on aime ou on aime pas ,si on aime ça devient vite une drogue! bien sure il faut etre deux fois plus vigilant, en forme et en bonne santè, toujours anticiper; avant d'entrer par brizze dans une marina tel pour un coup de main à l'amarrage et ne pas se mettre dans des situations injerables, quand on se balade sur le pont toujours marcher penchè vers l'avant,eviter de picoler au risque de perdre sa vigilance et surtout connaitre son materiel par coeur ! apres il y a toujours un risque il faut l'accepter, mon frere en solo aussi, est passè par dessus bord il n'a jamais pu remonter........

lundi 18 décembre 2017 15:30
Vlcsnap-2017-06-15-10h02m09s668
Le-relou

Domde a tout dit.
Après tout dépendra du bateau, pour moi le franc bord étant élevé c'est la prise de bouée qui est rocambolesque, couché sur la delphinière gaffe tendu, ou culer qui est au petit bonheur la chance avec ma quille longue, et le propulseur d'étrave n'est pas superflu dans ces cas la...
Pour la réduction de GV par contre je n'ai pas ramené au cockpit parce que compliqué mais on se sent tout aussi en sécurité en pied de mât, un 12m c'est large et au pied de mat encore plus
L'avantage dans ces tailles c'est que le mauvais temps recule, et que donc, si pas de surprise niveau météo, ce sont des navs plus tranquille et moin sportive que sur plus petit...
Je rajouterais aussi dans la liste un accastillage bien dimensionné voir électrique pour ceux qui veulent/peuvent ça rend la chose encore plus aisé.
Pour ce qui est de la nav en solo, surtout bien mangé, se cuisiner de bon truc et prendre le temps (c'est pas ce qui manque en voilier), tout faire pour ne pas avoir froid, car une fois qu'on commence à trembler ça devient dur. Pour le sommeil j'ai toujours pas trouvé, je ne dors quasi pas... ou alors je tombe pour 8h...

lundi 18 décembre 2017 15:41
Missing
1
captainwat

rebonjour, pour la prise de bouèes j'ai achetè une longue perche telescopique en alu tres legere (2m replièe)( perche pour prendre les fruits magasin vert) en bout j'ai fixè un tres gros crochet mousqueton d'amarrage wichard qui se decroche et se referme des que l'on a saisi la bouèe,au mousqueton est fixèe une amarre fine mais tres ,solide des que j'ai crochetè et que je suis bout au vent, j'avance tres doucement au moteur et remonte l'amarre fine pour avoir la bouèe collèe à l'etrave puis avec une gaffe je passe la grosse amarre dans l'anneau de la bouèe! 3 fois sur 5 c'est ok l'ideal c'est d'arriver tres doucement au moteur sous pilote et passer à 1 bon metre de la bouèe plus pres à la barre on ne la voit plus et on la depasse

lundi 18 décembre 2017 16:02
Vlcsnap-2017-06-15-10h02m09s668
Le-relou

Le crochet wichard est prévu, ce sera le cadeau de noel ;) effectivement aussi ne pas trop s'approcher sinon ben on voit plus rien et ça devien drôle à voir pour les autre le gars qui fait des aller retour barre/delphinière en courant.
Évidemment tout ça par temps clément parce que quand ça piaule.... on fait comme on peu et peu importe comment on l'attrape

lundi 18 décembre 2017 16:07
Atlantique_nord__first_30_little_wing
2
jeanlittlewing

on en a perdu 2 et maintenant on prend la technique du pécheur. tu prends une amarre pas trop légère et tu la balances au jugé au dessus de la bouée. ça y est tu es amarré. ensuite tu raffines ton amarrage

on a laissé tomber le truc wichard, une fois c'est la gaffe qui est restée accrochée ...

lundi 18 décembre 2017 16:54
Missing
7
Imarra

En solitaire mais aussi en équipage réduit, les prises de corps mort se font de la jupe, donc en marche arrière, 100% de réussite, sans précipitation, sans risques...

lundi 18 décembre 2017 16:06
Vlcsnap-2017-06-15-10h02m09s668
Le-relou

Mon voilier ne porte pas de jupe c'est une "Dame de Chine", son arrière train est éfilé comme son nez, cette technique ne marche pas ^^

lundi 18 décembre 2017 16:08
Missing
Imarra

Dommage !

lundi 18 décembre 2017 17:48
Missing
1
captainwat

d'un autre cotè les prises de coffre qui marche presque à chaque coup c'est pas tres sympa pour les spectateurs à l'apero qui goguenards font des paris sur votre reussite( apres s'y etre repris eux meme 4 ou 5 fois pour prendre la bouèe apres avoir traitè madame à l'avant de tous les noms d'oiseaux!) ce qu'en solo vous ne pourrais pas faire! par expêrience je peux vous garantir qu'apres le dixieme echec( si vous continuez) vous n'interresserez plus personne! les gens se lasse de rigoler.........

lundi 18 décembre 2017 16:34
Gwen_a_du
1
adav29

on a pas parlé de la grande importance d'un bon bon pilote fiable .....

lundi 18 décembre 2017 17:36
Img_5780
2
kubutani

Moi sur un dériveur de 16m je trouve que c'est assez cool, il faut juste comme cela a déjà été dit plus haut anticiper à mort, mais comme en équipage d'ailleurs si on fait les choses bien

Les prises de ris, avec l'habitude c'est assez simple surtout si on a un rail de guindant avec chariots à billes..

Il faut avoir un bon pilote et la télécommande est un gros plus, j'en avais pas avant et depuis cet été cela fait une grosse différence.

Au port il faut demander de l'aide à l'avance, je n'hésite jamais.

Pour la prise de coffre, comme dit plus haut, marche arrière (surtout avec un dériveur) c'est le top avec avec le crochet wichard en ayant bien préparé l'amarre avec toute la longueur nécessaire qui remonte au davier c'est vraiment tranquille. Après je prends le temps de repasser une amarre une fois que le bateau est en place amarré.

Pour le sommeil, je dors par tranches de 10/15 min suivant les endroits, voire 1h avec l'AIS et radar si on est au milieu de nulle part..

Toujours avoir de quoi se faire un truc à manger qui prend 3 minutes et qu'on aime qu'elle que soit la situation.

Le côtre a des avantages avec trinquette/yankee en solitaire, c'est moins physique, l'emmagasineur il arrive pour la saison prochaine

Le spi avec la chaussette c'est un peu le coup d'adrénaline mais bon, ca passe ..

Quand je suis en équipage c'est souvent avec des amis qui n'ont pas l'habitude de naviguer alors l'anticipation est toujours présente et cela fait un entrainement pour le moment ou on est en solo.

lundi 18 décembre 2017 18:01
Screenshot_2017-12-19-11-06-33-1
simba le marin

t'intéresse aussi part ce sujet je suis le débat

mardi 19 décembre 2017 10:57
Missing
rocdecleret

Moins de problème qu'avec un 10 mètres.
les problèmes sont les manoeuvres de port.
J'ai un propulseur d'étrave et de poupe.
En mer il faut anticiper.

mardi 19 décembre 2017 11:36
Belharra-16-fevrier-648x398
CapCool

. Propulseur
. 1 winch électrique sur lequel on peut tout ramener
. GV sur enrouleur
. Trinquette auto-vireuse sur enrouleur
. Genaker sur emmagasineur
. Toutes manoeuvres et drisses ramenées au cockpit
. Guindeau électrique avec compteur de chaîne et commande du cockpit
. Carto grand écran au poste de barre
. Radar + AIS
--- Tout ça simplifie la vie à bord. Ainsi, on doit même pouvoir aller jusqu'à 60 pieds en solo tranquille (je n'ai pas l'expérience d'une telle taille mais ça ne me paraît tout à fait faisable).
Nota, la prise de coffre n'est vraiment pas un problème avec les systèmes de genre Jolly Hook (c'est ce que j'utilise, avec un bout rallongé; mais il y a plus costaud que ce modèle).
Je rajouterais : sail-drive, quille étroite et safran-pelle pour être bien manoeuvrant en marche arrière.

mardi 19 décembre 2017 11:44 *** Message modifié par son auteur ***
Capture_du_2017-10-08_14-45-14
Che

seul sur un trimaran de 12m, les difficultés :
- prise de coffre
- quitter un mouillage (j'ai pas de guindeau)
- prise de quai à marée (basse en particulier).
autrement, en nav tout va bien, même si je n'ai ni radar ni AIS donc veille encore plus attentive (et fréquente) obligatoire.
l'indispensable : mon pilote auto !

mardi 19 décembre 2017 12:59
Maido_2
1
Domde

Merci pour les étoiles, ça n'en vaut pas tant. Je rajouterai que naviguer en solo c'est un privilège et un challenge , c'est prendre beaucoup de plaisir du moins en ce qui me concerne, surtout si l'objectif est de récupérer l'équipage familial ou les copains à l'arrivée pour de la croisière côtière.Je mets une ligne de traîne, j'écoute de la musique, je rêve, je lis, je fais quelques photos et je profite des paysages marins, et parfois quand il y a de la brise c'est le pied de sentir le bateau bien réglé atteindre sa vitesse de carène.

Je distingue deux situations côtier qui implique beaucoup de vigilance et hauturier plus cool et moins fatiguant.
Pour la prise de coffre par l'arrière, ça m'arrive de me rater; j'utilise un bout flottant on polypropylène pour minimiser les risques d'accroche dans l'hélice. C'est moins stressant.

Enfin, on un point important avoir une bonne couverture météo (un Navtex est bien utile sur plusieurs jours de traversée pour mettre à jour la prévision) et savoir interpréter les situations de base en météo est indispensable pour anticiper et comprendre ce qu'il risque de se passer.

mardi 19 décembre 2017 14:20 *** Message modifié par son auteur ***
P1120374
Pat45

Hello,
En solo également depuis + de 2 ans, dans l'arc Antillais, sur mon cata de 11.40m...sans gros soucis, hormis les bourdes habituelles...j'apprends tous les jours!
Comme dit plus haut, pilote (NKE)très fiable, prise de ris auto ramenées au cockpit, guindeau fiable et puissant, bateau prévu sous toilé.
Perso, je ne m'attache pas, et ne vais jamais à l'avant de nuit, ou par gros temps, et je pisse dans mon évier si ça bouge de trop...mes plus gros soucis viennent souvent d'un surpatage sur l'enrouleur de génois, lorsque je laisse le génois se dérouler trop vite(encore arrivé il y a 2j, pfff)!
Pour les veilles, j'ai pris l'habitude de naviguer au vent des Iles, donc je ne rencontre pratiquement personne, j'ai une alarme AIS réglée sur 3 miles, je dors par tranches d'1h environ.
Je privilégie également les trajets directs, j'aime naviguer de nuit...

mardi 19 décembre 2017 16:09
P1000031_small_
2
Guillemot

J'hésitais un peu à intervenir, parce que naviguer seul sur le Maracuja 42 (13 m) j'ai trouvé ça plus facile que sur le Ne Quid Nimis (10,5 m)... et bien plus que sur les précédents encore plus petits.
.
Mais bon, jamais de marina avec le Maracuja, because c'était entre Mayotte et Madagascar. Donc mouillages dégagés, et souvent seul.
.
Sur l'un comme sur l'autre, impossible de remonter le mouillage sans guindeau (un Lofran tigre sur les deux), donc presse bouton...
.
trois pilotes sur l'un, Deux pilotes et un régulateur sur l'autre.
.
Pas plus de soucis à prendre des ris (au pieds de mat sur les deux) ni à border sur le gros que sur le "petit".
Des winchs 56 au lieu de 46. Juste un peu plus long.
.
Avantages du gros :
- mauvais temps arrive plus tard
- circulation plus facile et plus sûre sur le pont, en raison de l'espace supplémentaire et de la plus grande stabilité du bateau par mauvais temps
- plus facile de se faire à bouffer convenablement par mauvais temps, car le bateau bouge moins.
- un bon noeud de plus, donc traversées plus courtes, donc moins de fatigue.
- plus confortable au mouillage, --> meilleur sommeil (je vivais à bord du Maracuja à Mayotte)
- prise de coffre plus facile, car bateau deux fois plus lourd, donc restant immobile plus longtemps le né à la bouée. Le franc bord à l'étrave ne m'a jamais gêné, car ma bouée était grosse, et je passais l'aussière à la main.
.
Bref, je suis revenu à 9 m et 4 tonnes.
ça part dans tous les sens sous pilote, ça secoue à mort, je peux pas me faire à bouffer, je rampe sur le pont, j'en chie sans guindeau pour remonter le mouillage ...

mardi 19 décembre 2017 16:35
Avatar
Swanee

Petite expérience de 4 ans en solo (voir pire : en solo + enfants) sur un Swan 44 (plan Stephens) : 13,48 m et 13 tonnes, donc un bateau très lourd et très toilé.
Je suis maintenant revenu sur un Melody : 10.20m et 7 tonnes et j'ai perdu en facilités de manoeuvre en mer (mais gagné sur d'autres points...).

En mer, j'ai toujours trouvé le Swan plutôt facile à gérer en solo, y compris par temps musclé : c'est grâce à un accastillage pléthorique (17 winches en tout, quasiment 1 par bout...), de très bonne qualité et très bien dimensionnés.
C'était un bateau très véloce et très manoeuvrant à la voile.

Les éléments qui participent à cette facilité (par ordre d'importance) :
- la stabilité de route
- un plan de voilure bien équilibré
- un pilote puissant et fiable
- une télécommande de guindeau

Et pour reprendre les propos de Guillemot : on vit mieux sur un gros que sur un petit.

Par contre, en manoeuvres de port, au moteur, c'était une autre histoire....
Sans propulseur d'étrave, j'avais l'impression de conduire une Harley sur une patinoire !
Il faisait ce qu'il voulait en marche arrière et refusait de virer face au vent au moteur avec + de 10 noeuds de travers.
J'ai été 2 ou 3 fois en difficulté et je ne me serais jamais sorti de situation tordues sans l'aide d'un zodiac du port (réflexion faite, en équipage non-plus probablement).

mardi 19 décembre 2017 17:19
Retour_d'antarctique
knotsmansailor

Je navigues souvent seul, quelque soit la taille du bateau, perso, 50 pieds et il n'y a que deux instincts a avoir...Prévoir et toujours porter la toile du près serré quelque soit l'allure, le reste c'est a cataloguer dans la case "chance", comme dans tout sport mécanique. Bien évidemment bien se connaître et connaître sa monture aussi bien ça aide.

mardi 19 décembre 2017 17:29
La_trinit%c3%a9_-_d%c3%a9matage
Hivaou

Souvent en solo, je préfère m'amarrer avec une chaîne autour de la bouée rallongée par un bout de chaque coté que je remonte pour passer une amarre dans l'anneau. C'est avec cette méthode que je galère le moins.

Quand cela bouge, je passe un bout de chaîne dans l'anneau.

Pour les manœuvres de port ou sur un quai... je prends des crochets (comme le mousqueton sans doigt) et après je passe les amarres.

La gaffe auto aussi s'est pas mal, pas trop fatiguant mais il faut parfois s'y prendre à plusieurs fois quand on a deux mains gauches comme moi, alors faire l'AR plusieurs fois entre la barre et la baille...

J'évite aussi le mousqueton ...

Je me souviens que pour passer l'écluse à Saint Nazaire (avec un Folie Douce), on passait un crochet (relié au mat par un bout) sur une des barres de l'échelle par le travers du bateau.

Puis on montait sur le quai avec nos pointes avant et arrière pour les passer en double. En redescendant, on enlevait le crochet et petit à petit on reprenait les amarres avec la marée...

J'en ai même connu un qui faisait cela tout seul avec son Formosa 47 (?) dans cette écluse (il y a bien trente ans de cela). Aujourd'hui sur Camoel...

mercredi 20 décembre 2017 10:42 *** Message modifié par son auteur ***

Répondre

Pour participer aux forums, vous devez être inscrit et identifié

Vous identifier | Créer un compte matelot

Retour forums