Tous les forums > Equipements > Rupture d'etai : ça s'est passé comment pour vous ?
Missing
arsenre

Rupture d'etai : ça s'est passé comment pour vous ?

Bonjour,
La rupture d'etai ça s'est passé comment pour vous ?
Dématage dans la foulée ou pas ?
Quelle procédure du sauvegarde avez vous fait pour éviter le dématage ?
Sur quel bateau et avec quelle force de vent ?

Merci pour vos retours d'expérience.

mardi 26 décembre 2017 14:20

Liste des contributions

Gwen_a_du
adav29

utiliser la drisse de spi pour "sécuriser" le mat

mardi 26 décembre 2017 14:25
Duduche_akbar
2
Duduche Braz

J'ai cassé un étai. En enroulant le génois. Ça bloquait. J'ai mis la drosse sur le winch. Erreur fatale pour l'étai. Mais il était toujours maintenu par la drisse de génois. J'ai affalé la GV, sécurisé le mât avec la drisse de spi... Et dès l'ouverture de la voilerie, je suis allé assumer ma connerie.

mardi 26 décembre 2017 14:31
Dscf2987
voile44

Bonjour, sans doute renseigner son profil ou donner les infos sur le type de voilier pour avoir la réponse qui va bien.
Perso rupture au mouillage mais le mat n'est pas tombé car par principe la drisse de spi est toujours au balcon. Ensuite sécurisation avec l'étai largable.
Jac

mardi 26 décembre 2017 14:31
Avatar
virus

Bonjour.
Pas de rupture de l'étai, mais j'ai frôlé la catastrophe.

En attente marée montante, j'ai inspecté par hasard le mât avec les jumelles, j'ai aperçu ça. (voir photo) .......

Sortie annulé bien sûr. Sécurisation du mât avec la drisse de spi, démâtage, et changement de cet étai. (Pris 149 euros pour 7.30 m de câble avec sertissage). Le démontage et remontage de l'enrouleur avec un copain.


mardi 26 décembre 2017 16:09
Avatar
nossi

Bonjour. Normal, Mr cardan est aux abonnés absents!.

mardi 26 décembre 2017 16:12
Dscf2987
voile44

Au mouillage les coups peuvent être terribles et ça casse même avec un cardan. Mais d'accord c'est indispensable mais difficile à mettre sur une tête de mat comme celle de Virus.
Jac

mardi 26 décembre 2017 16:27 *** Message modifié par son auteur ***
Avatar
nossi

Je disais çà vu qu'il y a quelques années maintenant, j'ai aussi cassé par manque de cardan et depuis que j'en ai fabriqué un, tout va bien. L'étai est le seul câble serti à la mode "moderne", le reste est de type talurit sur cosse. Au fait, quand la casse s'est produite, le génois et l'enrouleur sont tombés doucement lors d'un virement de bord et j'ai donc récupéré le tout, brêlé sur les filières et je suis rentré au port le mât se tenant tout seul.

mardi 26 décembre 2017 16:48
Losninos
Hubert, de Cherbourg

pire que les coups : les vibrations de l'étai sont terribles.

à l'hivernage, il est conseillé de monter par ex la balancine de spi à mi-hauteur de l'étai et d brider un peu.

certains font faire un petit "foc" d'une trentaine de cm qu'ils endraillent à mi-hauteur et brident avec l'écoute.

mercredi 27 décembre 2017 16:38
Missing
matelot@17107

Bonsoir,
Cela m'est arrivé deux fois sur deux bateaux différents, à chaque fois loin de tout, sur des bateaux à mât traversant et équipés d'étai largable avec voiles sur mousquetons ce qui m'a permis de continuer ma route.
La seconde fois il y avait bien un cardan entre la terminaison à oeil de l'étai et l'oeil-boule enfilé dans la tête de mât, et c'est cette chape oeil-boule qui a cassé au raz de la boule (ACMO). Suffit pas de changer l'étai...

mardi 26 décembre 2017 17:37
Missing
(alouette123)

Bah, vous n'avez pas de chance. Je n'ai jamais cassé d'étai.

mardi 26 décembre 2017 17:41
7591
Capucin

J'étais au rappel sur un 21 pieds en passant entre 2 îles, quand brusquement j'ai été projeté par une rafale sur le bord opposé, retenu brutalement par le harnais qu'heureusement j'avais mis.

j'ai préféré faire demi tour et regagner en fuite le port le plus proche. Quel bonheur cette impression de calme.

le lendemain, départ, je trouve que l'enrouleur bouge dans tous les sens. Étai cassé en tête de mat, tenant par la drisse de génois.

mardi 26 décembre 2017 18:20
C281-d2a3
margotte

Jamais de rupture d'étai, mais de pataras, oui.

mardi 26 décembre 2017 20:10 *** Message modifié par son auteur ***
P1010007
mayko

rupture de ferrure d'etais en tete de mat dans un coup de vent tropical 35-40nds
le faux etais est toujours en place pour eviter les ennuis comme je le dis souvent
l'etais tient avec la drisse : on monte en tete de mat consolider l'affaire avec un bon mal de mer a la cle , puis arrivés a l'escale on change la piece qui etait connue comme point faible
pour pallier la rupture de pataras , il faut soit un pataras double soit des bastaques soit les deux , mais ca je l'ai deja dit aussi
meme probleme pour les autre composant du greement: les bastaque soulagent les haubans, le mat tient facile sans galanbans les bas hauban sont doubles , il y a un bas etais etc.....bref faut choisir , pas de risque ou simplicité

mardi 26 décembre 2017 21:11
Maido_2
Domde

Par hasard, j'ai repérée une fissure de la patte inox sous le davier qui tient l'étai juste avant de partir pour une traversée vers la Tunisie. J'ai sécurisé avec l'étai largable. Mon voilier plutôt costaud a été construit à une époque ou il n'était pas prévu d'enrouleur de génois qui tire plus fort que les focs et génois endraillés. Depuis j'ai renforcé la patte et installé un double cardan.

mardi 26 décembre 2017 22:14
Missing
DOROLYS

Rupture d'etais au sec, la chance. En descendant du bateau et en prenant appuis sur le bastacle, l'étais a lâché. Attention au taud de génois qui prennent le vent!!!

mercredi 27 décembre 2017 09:30
Missing
georgesand

J'amais pour moi .

J'ai 3 étais .
1 patatras .
2 fausses bastaques .
Je ne suis cependant pas à l'abri d'un démâtage , mais je dors mieux .

mercredi 27 décembre 2017 12:09
Capture_du_2017-10-08_14-45-14
Che

moi avec un patatras je ne serais pas tranquille !

jeudi 28 décembre 2017 14:49
Catapulte
EVOE

Et bien pour ma part, j'ai cassé l'étai en navigation, Edel-Cat 26 au prés départ d'Ajaccio pour Port-la Nouvelle au mois de mai avec en plus grosse houle d'un coup de vent passé, j'étais coincé à Ajaccio en attendant que ça passe, car en fait j'étais parti de Porto-Vecc. Ça s'est passé en plus de nuit. Nous étions 2 et on naviguait depuis environ 5 heures, cap sur Marseille. Qd ça a pété, je n'ai quasiment rien entendu, il y avait environ 10 à 15 Nd prés serré (enfin ce que peut l'Edel) , mais j'ai vu la mat se balader dangereusement, par réflexe, j'ai tout de suite abattu, sans même prendre le temps de choquer, ce qui était peut être une erreur, le mat ne tenait plus que par le génois, (enrouleur plastimo), j'ai sécurisé le mat avec drisse de spi et une 2éme drisse de génois qui était à poste, les deux drisses frappées sur les étraves, j'ai enroulé tout doucement pour ne rien casser de plus, le sertissage s'était arraché.
Retour à Ajaccio au moteur, et 2 ris dans la GV, où pas moyen de trouver un accastilleur pour m'en refaire un. Sur conseil, je suis parti au moteur à Propriano, où j'ai trouvé mon bonheur, un gars très sympa qui m'a fait ça en 3 coups de cuillère à pot. J'ai remonté l'enrouleur (sans démater) et suis reparti le lendemain, coup de bol la météo ne s'était pas trop dégradé, j'ai gagné Port la Nouvelle 3 j après. C'était il y a 13 ans mais je m'en souviens comme si c'était hier, le genre d'avarie qui marque les esprits. Ce jour là j'ai compris que quand on a un enrouleur de génois, il faut inspecter l'étai très régulièrement, et le changer aussi régulièrement, au moins tous les 6 - 7 ans.
Pierre

mercredi 27 décembre 2017 13:18
Jem
bil56

pas tout à fait rupture d'étai, mais rupture du boitier de capelage de l'étai dans le mât Zspar: un vrai coup de canon quand le boitier a lâché, mais pas complètement décroché du mât, le bruit dû à la détente violente du gréement.j'ai immédiatement viré au vent arr, le mât est resté en place, tenu par le génois, tout le gréement mou ...
bilan: réparation du mât, remplacement du capelage et de tout le gréement dormant, on en a profité pour démonter toutes les ferrures de BDF et autres, nettoyage, re-rivetage, etc ...

mercredi 27 décembre 2017 13:37
Losninos
Hubert, de Cherbourg

sur mon cata Iroquois, il y a longtemps, bateau au sec en hivernage, je décide de changer l'étai par précaution.

Je fais faire le boulot à Ouistreham, remonte tout cela et commence à raidir avec le ridoir de l'étai : j'ai sorti le câble du sertissage sans effort !

à priori le sertissage avait dépassé l'extrémité du câble facilitant son glissement.
(et aussi surement une pression trop faible lors du travail)

le lensemain je suis retourné au magasin en montrant le tavail devant d'autres clients présents : on s'est occupé d moi tout de suite et emmené dans l'arrière boutique discrètement ...

ce ship n'existe plus ....

mercredi 27 décembre 2017 16:44
Missing
(Evoye)

Lors d'une remontée au près par F4-5, passage du cap de Beachy Head entre Douvres et Brighton. On ne s'est pas assez préoccupé de la survente (prévisible) au passage du cap, et crac, rupture d'étai. Le bon réflexe à avoir, pour éviter la chute du mât, est de profiter du répit temporaire lié à la solidité de la drisse de génois, et du guindant de la voile, pour passer immédiatement en vent arrière. Là on prend son temps pour réfléchir. Le même réflexe est valable pour toute les ruptures de gréement dormant, passer immédiatement sur l'autre bord pour les ruptures de hauban, et virer à 180° pour les ruptures d'étai ou de pataras.

mercredi 27 décembre 2017 16:59
Img_1120
Papy-Zoom

de nuit, sur l'Ovni 32, entre Bermudes et Açores, temps correct, je me suis aperçu que le génois ,'était plus tenu que par le haut, le bas de l'étai se balançait tranquilement.
J'avais par précaution la drisse de spi sur le balcon, et l'étai de trinquette à poste.
La cause : la goupille qui assurait l'axe pour l'étai avait été cisaillée (Facnor, pas de cardan) et l'axe était parti...
Continué jusqu'à Horta avec GV + Trinquette, pas de problème.

mercredi 27 décembre 2017 19:06

Répondre

Pour participer aux forums, vous devez être inscrit et identifié

Vous identifier | Créer un compte matelot

Retour forums