Conteneurs OFNI, et si on les coulait ?

Parmis les OFNI répertoriables, on connait les billes de bois exotique, qui par leur densité importante n'émergent que très peu, les growlers difficilement répérables, et les conteneurs "perdus" en mer par les porte-conteneurs et qui représentent de l'avis de tous, un danger constant et durable. Que ce soit pour la marine marchande ou pour nos bateaux de plaisance ou de courses.

 

Il semblerait pourtant facile de mettre fin à cette situation en empéchant les-dits conteneurs de flotter.

 

Je m'explique : si ces volumes métalliques plus ou moins étanches se retrouvent entre deux eaux, à attendre la collision sous les lignes de flottaison des bateaux, c'est parce qu'ils emprisonnent un volume d'air suffisant à les maintenir en surface. (voir Archimède)

Il suffirait donc d'imposer la mise en place d'évents, orifices répartis aux angles du conteneur pour assurer la purge de ce volume d'air quel que soit la situation spaciale de l'objet (vertical, à l'envers ...).

Afin de conserver malgrés tout l'étanchéité utile à la bonne conservation des marchandises transportées en temps normal, un système de membrane soluble à l'eau ou autre type de procédé simple et peu onéreux, garantissant un laps de temps suffisant à une éventuelle récupération de l'objet, chute dans un port par exemple, permettrait de ne pas aller à l'encontre des intérêts des affréteurs et des transporteurs.

Sachant qu'un porte-conteneur ne fait jamais demi-tour et n'est de toute façon pas équipé pour la récupération d'un conteneur, celui-ci coulerait obligatoirement au bout d'une période courte.

Aucun intérêt financier ne serait mis en jeu par ce type de précaution, et un danger mortel pour la navigation disparaîtrait,.

C'est du gagnant-gagnant pour tous ... Utopique ?

Et si des Héonautes, en relation avec des personnalités capables de porter un projet de loi européen, sondaient cette éventualité ... ( sous réserve que cette idée soit jugée intéressante) On peut réver !!!

 

 

 

Les derniers commentaires :

Desproges
PhilippeG

Il suffirait d'adapter le même système que l'on a sur les FVI Hammar MA1, dès que l'objet est sous une certaine profondeur d'eau, ouverture d'une trappe (ou de plusieurs) pour le couler.

vendredi 19 mai 2017 14:03
Missing
brufan

Pour parler d'un autre risque, pour moi ce sont les casiers mal signalés qui sont une vraie plaie pour la sécurité.
Mais qui arrivera à imposer aux caséeurs d'utiliser effectivement des vraies bouées, visibles en toute circonstances ?

vendredi 19 mai 2017 13:25
5653
Polmar

Comme déjà signalé, un conteneur de 40 pieds = 75 m3 environ, masse maxi = environ 40 t.
=> flottabilité positive > ou = 25 tf.
Donc, au pire, cela ne coulera jamais; peut-être si l'eau pénètre à l'intérieur.
Sans envisager le problème de pollution.
Pour forcer le coulage, on pourrait envisager une porte dégondable automatiquement. L'eau pénetre = OK
Si le contenu est flottant par nature, il pourrait être éjecté par la force des vagues. => Petits objets flottants non dangereux et éventuelles prises par des riverains + une boite vide, dangereuse par nature qui coulera rapidement.

Sinon on pourrait envoyer un commando pour ouvrir les portes manuellement.

vendredi 19 mai 2017 08:02
Missing
Peuwi

Je ne comprends pas, les conteneurs ne sont pas réellement étanches, si ?
Si c'est le cas, pour les rares conteneurs étanches, il suffit d'imposer qu'ils aient des joints solubles, ou partiellement rétractables, et pour les autres, que les joints aient plusieurs trous
Du coup, la solution est assez simple.
Pour la pollution, vu que personne ne va aller les chercher, et qu'ils finissent forcément par couler au bout de 50ans, ca revient simplement au même ... (enfin, non, en plus, ca pollue la surface)..
Sauf si on remarque qu'une grande majorité de ces conteneurs finissent à la côte, auquel cas ils finissent bien par être récupérés et vidés... Et dans ce cas, on peut considérer que laisser les conteneurs flotter participe justement d'un lent processus de dépollution, et qu'il faudrait au contraire en garantir systématiquement un certain niveau de flottabilité.
 
Après, effectivement, pour tous les conteurs qui transportent leur poids en volume de polystyrene, il n'y a pas trop de solutions, sauf à ajouter du poids (un harpon relié à un bloc de béton ? :D)
Notez qu'avec la pression des profondeurs, un conteneur coulé reste coulé... Sauf s'il transporte de l'huile, qui est incompressible.

mercredi 17 mai 2017 15:41
12_06_2012_003
Cap-Eole

en attendant d'autres prises de conscience ...

mercredi 17 mai 2017 15:16
Voir tous les commentaires
Retour