Escales en Espagne et au Portugal

JOUSSELLIN le 12/13/2008

Marinas ou mouillages, les escales sympas sur la route des Canaries ou de Gibraltar

Nos escales sur la façade atlantique de l’Espagne et du Portugal -
Septembre – Octobre 2008

Bateau FLORES Centurion 40S
Equipage : Olivier et Brigitte JOUSSELLIN

Traversée de Concarneau à A Coruna . 330miles

Atterrissage en Corogne : nous avons choisi cette année, au départ de Concarneau de faire un atterrissage sur le port de A Coruna, avec la possibilité en cas de mauvais temps à l’arrivée sur la Corogne, de s’arrêter dans un port situé plus au nord, comme la ria de Viveiro par exemple où il y a une nouvelle marina.
D’autres arrêts sont possibles avant la Corogne, comme par exemple : Espasante, la ria de Cedeira, ou la ria de El Ferrol, où des mouillages sont possibles.

La Corogne a l’avantage d’être une grande ville, très animée, où il fait bon flâner, et où on peut aussi très bien se ravitailler, et où il y a aussi des ships. Nos premiers tapas espagnols…
Arrivée spectaculaire avec la Torre de Hercule, le plus ancien phare en Europe qui date des romains.
Plusieurs marinas possibles, une en pleine ville, très pratique, située au fond du bassin de commerce, entrée après le paseo maritimo : marina Coruna.
Une autre marina privée et nouvelle à côté de l’ancien Royal club nautique, qu’on peut voir en premier quand on arrive après avoir passé la grande jetée, à droite. Elle est un peu plus loin du centre ville et des commerces.
Il y aussi maintenant des possibilités de laisser son bateau à sec (marina seca).
On peut de la Corogne aller visiter en bus Saint-Jacques de Compostelle.

La Corogne : Fuel : oui , mais accès pas pratique, à marée haute seulement
Commerces : tous commerces
Ships : oui

Après A Coruna on ne s’est pas arrêté cette fois-ci à Malpica, malgré son pittoresque ; c’est un port de pêche très actif et assez petit, et il n’y a pas de place pour les voiliers qui doivent mouiller à l’extérieur du port.

On peut en une étape rejoindre Camarinas, ou bien faire étape à Lage ou Cormes où on peut mouiller devant le village. Ces deux étapes ont l’avantage de présenter deux orientations différentes, et on peut s’arrêter soit à Lage, soit à Cormes en face suivant l’orientation du vent. Celle de Cormes est assez encombrée par des élevages de poissons, il y a peu de place.

Port de Lage vue du mouillage – les maisons caractéristiques de la Galice
escales en espagne et au portugal

Camarinas est une de nos étapes préférées. La marina est sympa et bon marché. Petite ville tranquille avec des pêcheurs et des dames qui font de la dentelle (sic).

Attention aux hauts-fonds de Las Quebrantas en arrivant par le Nord.
On peut aussi faire un excellent mouillage au fond de la baie dans un beau décor. Le mouillage est vaste. Il y a l’été parfois jusqu’à 50 bateaux qui attendent des bonnes conditions pour passer le cap Finistère.
De Camarinas ou de Muros aussi on peut aller visiter saint-Jacques de Compostelle.

Nostra Senora de la Barca vue de la mer avec ses brisants
escales en espagne et au portugal
[d]En repartant de Camarinas vers le sud on passera devant Nostra Senora de la Barca, haut-lieu de pèlerinage, très spectaculaire.
Après le cap Finistère, il y a de nombreuses possibilités d’abris, nous évoquons celles que nous avons fréquentées.[/d]




les maisons en pierre de MUROS
escales en espagne et au portugal
[d]Dans la ria de Muros, mouillage devant la ville, où le fond remonte très vite sur les bords, ou bien plus loin, au-delà des élevages devant la Punta de San Anton. Belle ville ancienne aux maisons basses en pierre.[/d]

Ensuite on peut flâner dans les rias bajas : la ria de Pontevedra et la ria de Arousa, avec plein d’abris, plein de cailloux, et quelques marinas, mais où il y a plein de mouillages possibles.

Coup de cœur pour la visite de Combarro, au fond de la ria de Pontevedra, où on peut mouiller.
Eviter la marina de Sanjengo (ou Sanxenxo), grande marina moderne parking, sans intérêt, on la laisse aux touristes.



Les îles CIES : plusieurs possibilités de mouillage : devant la plage das Rodas où on peut débarquer et faire un tour à pied dans l’île, devant la playa de San Martin.

Bayona : Bonne étape technique avant de quitter l’Espagne pour le Portugal et refaire les pleins. Marina.

Dans toute cette partie de l’Espagne, il faut profiter des nombreux mouillages, car ensuite au Portugal, avant l’Algarve, il y a très peu de mouillages possibles.

PORTUGAL

Viana do Castelo
Première ville étape au Portugal. Entrée de la marina sur la gauche juste avant le pont sur la rivière, desservie par un petit pont tournant, il faut se renseigner sur la VHF et demander l’ouverture. La nuit il est fermé entre 20 h et 8 h du matin. Il y a un ponton d’attente dans la rivière. Gros courant dans la rivière.
Le personnel de la marina est adorable, mais elle est petite et en plein été, les places doivent être rares.
Il y a souvent à l’entrée de la rivière une accélération du vent (effet venturi ).
La ville est superbe et mérite la visite.

Leixoes Marina au fond du port de commerce. Eau sale et environnement bof. Son principal intérêt est de permettre la visite de Porto en bus ou en métro (environ 1 heure). L’autre est d’être un des rares ports où on peut entrer par tout temps sur les côtes du Portugal. Et l’aéroport de Porto est tout prêt. Porto on n’a pas aimé, mais c’est pittoresque et délabré.
Certains préfèrent s’arrêter avant Leixoes à Povoa de Varzim, d’où on peut rallier Porto ou l’aéroport aussi facilement.

Ria do Aveiro : Très beau mouillage dans la baia de Jacinto, mais attention aux heures de marée pour l’entrée qui est étroite, et attention aux profondeurs (seuil à l’entrée de la baia). Très bons restaus de poisson.

Figueira da Foz : Bonne étape, en pleine ville, beau marché juste à côté de la marina. Un peu chère.

Nazaré: la marina est dans le port de pêche. Elle est petite et mal foutue, mais l’accueil est très pittoresque. On peut (et c’est 4 étoiles) de Nazaré aller visiter en bus deux superbes abbayes : Alcobaça, et Bathalla, cela vaut vraiment le détour. C’est là que les grands rois portugais ont été enterrés. Et on découvre le style manuélien.

Monastère de Alcobaça
escales en espagne et au portugal

Péniche : grand port de pêche très animé et ville sympa. Marina petite et un peu merdique, peu de places. On peut aussi mouiller à l’extérieur devant les remparts de la ville et la forteresse, au sud de la jetée, si le temps le permet. C’est sublime et on était tout seuls.

Cascais : A côté d’une marina de luxe, il y a un grand mouillage devant la plage de Cascais, très fréquenté. De là on peut rejoindre facilement le centre de Lisbonne en ½ heure de train.
Le mouillage est rouleur par vent du sud. Pour nous il est vite devenu infernal avec des vents de 30 nœuds, et on s’est sauvés le matin, mais la remontée du TAGE avec 30 nœuds dans le pif et vent contre courant était limite.

Lisbonne : les marinas de la ville de Lisbonne s’échelonnent le long de la rive nord du Tage. Mais seule la marina d’Alcantara, après le grand pont reçoit les visiteurs. Elle est grande et fonctionnelle, mais l’environnement est très moyen, elle n’est pas du tout animée, acr il y a surtout des bateaux résidents, mais on est tout prêts du centre ville (10 minutes de tramway ou bus) .
Je saute les aspects touristiques, un bon guide fera l’affaire, mais vraiment il faut y passer 2 à 3 jours, voire plus, et c’est superbe.

Sinés : Quand on arrive, on voit surtout des cheminées d’usines, mais la ville est jolie et tranquille, avant les foules de touristes de l’Algarve, et la marina toute neuve. Bonne escale avant le cap saint-Vincent.

Cap saint-Vincent : juste après le cap, par beau temps établi, on peut mouiller dans l’enseada de Belixe ou celle de Sagres.

passage du cap Saint-Vincent
escales en espagne et au portugal

Algarve : dans l’ensemble l’Algarve est très touristique et bétonnée (c’est un peu la Costa Brava espagnole) ; on y trouve plein de marinas modernes et confortables, mais pas toujours bon marché. La lagune de Faro, Olhao vaut le détour, et la rivière Guadiana aussi paraît-il.

Lagos : c’est bien, c’est cher, et très fréquenté, surtout par les anglais.
La marina est après un pont tournant sur la rivière, mais on trouve un ponton et l’accueil avant le pont.
Excellent service et accueil. Ville animée et très touristique. Bons supermarchés près de la marina.
Excellents poissons et coquillages dans des petits restaus situés, juste derrière la capitainerie, en allant vers le port de pêche.

Si on veut une marina moins chère, il faut zapper Lagos et aller à Portimao ou à Albufeira, toutes sont fonctionnelles. Nous étions en 2003 les premiers visiteurs à Albufeira.

Villamoura : grande marina touristique, pas d’intérêt particulier à part quelques ships.

Lagune de Faro, Olhao : Le mouillage de l’île de Culatra est vraiment superbe et l’île est très amusante à parcourir, pleine de petites bicoques pittoresques et de robinsons crusoës. Dans toute la lagune on pêche les coques, et la spécialité culinaire locale est le cataplane (mélange de coque, crevette, lard, oignon,…).
L’entrée de la lagune se fait en respectant les bonnes heures de marée, le chenal est bien balisé. De Culatra on peut prendre le ferry pour visiter Olhao ou Faro. On peut aussi remonter à marée montante jusqu’à Olhao par un étroit chenal, et il y a un grand ponton flottant devant la ville.

Maison dans l’île de Culatra
escales en espagne et au portugal

Rivière du Guadiana : il paraît que c’est très chouette. Nous ne l’avons pas remontée.

Remontée du Guadalquivir : il est possible de remontée jusqu’à Séville en une marée, et il y a plusieurs marinas : le royal club à Séville même, pour y arriver il faut passer une écluse et un pont-levant avec des horaires à respecter. Une petite marina sur la rivière boueuse et un grand terre-plein, avec un ship, à Gelves, dans la banlieue de Séville, d’où on peut aller en ville en bus.
A l’entrée de la rivière on peut aller à Chipiona , pour pouvoir entamer la remontée du Guadalquivir aux bonnes heures de marée. Il existe un jeu de cartes espagnoles du Guadalquivir. La remontée est un peu décevante, on longe une grande réserve naturelle, mais comme la rivière est bordée de grands talus, on a une vision restreinte.

Les marinas de la région d’Andalousie ont l’avantage d’être toutes aux mêmes conditions tarifaires. Nous connaissons Mazagon, Chipiona, Rota, Cadix et Barbatte.
Notre préférence va à celle de Rota qui est au cœur d’une jolie petite ville.
Elles offrent aussi la possibilité de laisser son bateau à sec sur des parkings fermés. Seul bémol : on ne peut pas habiter sur le bateau à sec , donc en période de travaux, il ne reste que l’hôtel. On prend l’avion à Séville pour rentrer en France.
La marina de Cadix est dans un environnement un peu glauque (au bout du port des containers), mais elle permet d’accéder en 20 minutes à pied au centre de la ville de CADIX qui vaut la visite.
Celle de Barbatte est une étape presque indispensable sur le chemin de Gibraltar, afin de passer le détroit aux bonnes heures de marée.

CADIX : Vue sur la ville de la cathédrale
escales en espagne et au portugal


Les derniers commentaires :

Avatar
JOUSSELLIN
quelques prix des marinas en Espagne et Portugal en 2008
Prix moyens en euros de la journée

Espagne : HS de juin à septembre inclus
10 à 12 m. 12 à 14 m.
A coruna
HS 29 39 euros
BS 19 26 euros

Marinas de la région Andalousie (+TVA 16%)
HS 17 23 euros
BS 9 12 euros

PORTUGAL
Souvent HS de juillet à fin aout
MS Juin et Septembre
BS de Octobre à Juin

10 à 12 m. 12 à 15 m.
LEIXOES
pas de saison 17 23 euros

LISBONNE
ALCANTARA 21 27 euros
pas de saison

LAGOS
BS 26 36 euros
MS 43 57
HS 44 58

VILAMOURA
HS 48 57 euros
MS 46 53
BS 17 22 euros

Hivernage à sec possible :
A coruna (diverses marians)
Lagos (grand chantier)
Vilamoura (terre plein de la marina)
marinas d'Andalousie (terre pleins)
mercredi 21 janvier 2009 21:57
---
Merci pour
cet article avec des renseignements pratiques (il aurait même été intéressant d'avoir le coût de la nuit dans les marinas, mais on ne le note pas toujours).
Vous avez eu de la chance de pouvoir faire route directe vers La Corogne, mais comme indiqué dans le texte ce n'est pas toujours possible (vent SW). Alors on peut toujours se diriger vers des ports de la côte nord de la Galice comme Viveiro, Ribadeo et jusqu'à Gigon. A signaler aussi Cariño juste avant le cap Ortegal. Ce cap peut être difficile à passer et on peut attendre à Cariño un meilleur moment.
lundi 19 janvier 2009 15:21
Voir tous les commentaires
Retour